La subtilité intérieure

London (England)

1980-06-09 The Subtlety Within, Caxton Hall, transcribed, 67' Download subtitles: ENView subtitles:
Download video (standard quality): Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe

Feedback
Share

La subtilité intérieure

9 Juin 1980 – Caxton Hall – Londres – Angleterre

Je vous ai parlé ce jour dans l’ashram à propos de nos subtilités, les subtilités que nous avons déjà en nous et que nous ne comprenons pas. Qu’elles proviennent de notre subconscient, de notre supra-conscient, de n’importe où qui nous soit inconnu, mais les subtilités qui nous conduisent à notre Etre Universel sont celles dont nous devrions nous préoccuper.

Nous avons parfois entendu parler de gens qui ont une intuition. Comme quelqu’un va dire : « Je dois acheter cette maison, j’ai l’intuition que je devrais l’acheter. » Ou parfois des gens vont dire : « J’entends toujours quelque chose, quelqu’un me dit que ceci ne devrait pas être fait. » Mais il faudrait différencier si toutes ces suggestions vous viennent pour vous parler de quelque chose de subtil ou de quelque chose à propos de la vie mondaine comme acheter une maison.

Dieu n’est pas vraiment intéressé de savoir quelle maison vous achetez ou combien d’argent vous avez gagné aux courses. En fait Il ne s’y intéresse pas parce que cela n’a pas d’importance pour Dieu. On peut très bien comprendre cela, n’est-ce pas ?

Dieu n’est pas non plus intéressé à vous parler à l’oreille contre quelqu’un : « Faites attention à cet homme, c’est un gars dangereux ! » Car, si quelqu’un est sur le point de vous faire du mal peut-être quelque part au niveau physique, on pourrait dire que Dieu désire préserver votre corps, mais ce corps n’est pas non plus important pour Dieu parce qu’Il peut le créer à nouveau.

La chose la plus importante que Dieu doit nous donner est Son amour, Sa connexion avec nous, Son Royaume, Ses pouvoirs.

Donc ces subtilités que l’on devrait réellement accepter en nous devraient être celles qui vous amènent au royaume de la joie, au royaume de la collectivité.

Tout comme si soudainement vous voyez un petit enfant pleurant dans la rue et vous sentez que votre cœur pleure. Ce n’est pas que vous vous sentez coupable à ce sujet mais vous vous sentez un avec l’enfant et vous sentez que vous êtes en train de pleurer ; alors en fait cette subtilité de compassion qui est Dieu, est ressentie en vous.

Et vous ne vous sentez pas coupable à ce propos ou vous ne lui donnez pas 2 Pence ou quelque chose qui insulte son ego. Vous faites quelque chose de très constructif à ce propos, extrêmement constructif, et vous le faites secrètement, vous n’aimez pas en parler à n’importe qui parce que vous pensez que c’est vulgaire de parler au sujet de votre compassion. Vous le faites avec tant de douceur que l’autre personne ne le sent pas. Toute cette action est une chose qui embellit tellement. Vous ne l’annoncez pas dans les journaux ni ne le publiez dans le « Who’s Who », ni ne le faites pour un Prix Nobel ou quelque chose de ce genre. Tout cela est très vulgaire pour cette Elément Subtil que vous vénérez en vous-même parce que cet Elément en vous est bien plus élevé que toutes ces considérations triviales dont vous vous préoccupez seulement.

Voilà ce qu’est Dieu. C’est ainsi que Dieu étincelle en vous, même avant votre Réalisation, avant votre connexion à Dieu.

Il brille chez certaines personnes même avant qu’elles aient été réalisées. Quand vous les voyez, ce sont des gens paisibles, pas frimeurs, mais ce sont des gens très sincères, ayant extrêmement bon cœur. Ces gens, quand ils sont face à Sahaja Yoga, obtiennent immédiatement leurs vibrations. Ce ne sont pas des gens qui sont préoccupés par l’argent ou les choses triviales de la vie, ou des buts stupides. De tels gens peuvent vivre comme des gens très ordinaires. Ils n’ont pas besoin d’être au sommet des affaires et la plupart n’y sont pas car ils ne sont pas ambitieux. Ils ne recherchent pas beaucoup de succès dans la vie. Ils ne voient pas l’importance d’être très performant. Ils pourraient être très ordinaires. Ils pourraient aussi bien faire quelque chose de très important. Mais dans leur vie, ceux qui se sont retrouvés en contact avec eux, se souviennent que : « Oui ! Il y avait une vie ou il y a une vie où se trouve vraiment une étincelle. »

Car une telle personne si subtile ne s’impose pas. Une telle personne ne peut pas être très dominatrice, péremptoire et ergoteuse. Une telle personne est plus paisible, son attention s’éloigne de toutes les querelles et chamailleries de la vie. Et une telle personne tient une position élevée dans le royaume de Dieu. Et vous avez vu comment, dans Sahaja Yoga, soudainement vous découvrez des gens qui manifestent leur divinité. Peut-être qu’une telle personne est trop naïve pour tous les objectifs pratiques. Elle peut avoir été dupée, peut avoir été trompée par des gens horribles qui essaient d’exploiter sa recherche, mais cet Elément subsiste toujours.

Cet Elément s’illumine soudainement en Sahaja Yoga et, pour une telle personne, ceci est la chose la plus importante, c’est de ressentir cet Etre qui le garde toujours éloigné de tout le reste des idéologies et ‘grandes’ choses, et qui lui a toujours apporté de la force, de la confiance et de la joie. Il voit cela très clairement en Sahaja Yoga. Il y adhère. Et quand il nourrit cela, il est étonné de s’y être trouvé lui-même. Alors cela devient sa vie.

Il y a des milliers et des milliers de personnes partout [de cette qualité]. Je dis ‘des milliers’, Je ne dis pas ‘des millions’. Je suis désolée qu’ils ne soient pas des millions. J’en suis navrée. Je souhaite qu’ils aient été des millions. Ils pourraient n’être comptés qu’en milliers seulement, peut-être dans l’ensemble 21 milles de cette qualité. Ils ne seront pas des millions. Mais ils en feront des millions plus tard. Ils ne peuvent qu’être peu nombreux ! Ceux-ci sont des gens d’un calibre spécial comme Je l’ai dit.

Mais il est nécessaire que chacun reçoive la Réalisation du Soi, chaque graine doit germer. Cependant combien vont pousser en un arbre et donner des fruits, cela est un point complètement différent.

La priorité c’est tout d’abord de les faire toutes germer. Régulièrement tous ceux-là vont revenir en arrière mais quelques-uns prospéreront jusqu’à leur manifestation complète, leur complet épanouissement, en un temps très court et c’est ce qui importe le plus.

Le Divin n’est pas intéressé par les gens inutiles, Il est intéressé par ceux de ce calibre spécial. Comme Je vous l’ai dit, une telle personne peut ne pas être du tout riche, peut être absolument pauvre. Cela ne veut pas dire que les riches ne peuvent pas être ainsi ! Ceux-ci peuvent aussi être riches. L’apparence extérieure, le statut et toutes ces appellations n’ont absolument pas d’importance. Je suis en train de parler de cette étincelle intérieure.

Ils peuvent tout simplement être considérés comme des gentlemen ou, s’il s’agit d’une femme, comme une dame. Une dignité sereine se manifeste à travers leur être. Il peut parfois arriver aussi que, dans leur vie, ils trouvent très difficile de suivre les normes de ce monde fou et ils peuvent ainsi être parfois un peu cyniques, cela se pourrait. Le cynisme ne fait pas partie de cette subtilité mais ils peuvent apparaître juste un peu cynique. Mais ils doivent être des gens très charmants et extrêmement gais. Ils ne peuvent pas être moroses, tristes, émettre de la tristesse tout autour d’eux, et être raseurs, des RASEURS en majuscules. Cela ne peut être possible. Ils sont extrêmement agréables, magnétiques et dynamiques. Ils sont complètement en eux-mêmes parce qu’ils ressentent leur subtilité et vivent là-dessus. Leur sentiment de recherche est toujours là et ils essayent de trouver la signification de leur être propre. Et ils veulent identifier leur subtilité avec quelque chose d’universel.

Que ce soit dans n’importe quel domaine, ils s’expriment en faisant appel à l’Etre Universel en chacun de nous. Ils peuvent peut-être ne pas recevoir un Prix Nobel, mais ils possèdent une personnalité qui interpelle, qui émet ce genre de comportement convivial. Et si quelqu’un est une personne absolument satanique, il est possible qu’il ait horreur de cette personne. Mais cela n’a pas d’importance pour un être plus subtil parce qu’il se trouve à un niveau qui n’est pas terni pas des attaques au niveau grossier.

Voilà ce que l’on doit reconnaître en soi-même et on devrait se sentir très fier et chanceux que cela existe en nous.

Nous n’avons plus à nous sentir solitaire car maintenant nous sommes si nombreux à avoir cette même croyance et à être du même type. Et nous sommes si nombreux à avoir trouvé quelle en est la raison, ce qu’elle exprime, ce qui se manifeste en nous, quelles sont les Déités qui gouvernent cette subtilité en nous, ce que vous pourriez appeler des images d’archétype. Et ces images d’archétype sont là en nous, elles sont réelles et non pas imaginaires. Et toutes ces découvertes vous rendent alors confiants en toutes ces vagues subtilités dont vous avez joui jusqu’à maintenant.

Il y a longtemps J’avais donné cette comparaison d’une mère oiseau qui met son petit enfant, ou vous pouvez dire son oisillon, loin d’elle. Et l’oisillon ressent [la proximité de] la chaleur maternelle et c’est ce qu’il désire, et alors il appelle sa mère. Cet appel lui-même est la dernière chose qu’il connaît. C’est la chose la plus élevée pour l’oisillon, rien d’autre ne lui importe. Vous pourriez donner n’importe quoi à l’oisillon, il ne sera pas heureux, il en a besoin, il a besoin de cette chaleur, de cet amour. Et ensuite il va l’exprimer en écartant de lui ses toutes petites ailes et il va essayer de sautiller pour l’exprimer. Et puis la mère oiseau, toute joyeuse de ses sautillements, va venir elle-même auprès de lui et va entourer cet enfant de ses ailes en lui donnant toute la chaleur nécessaire.

C’est cet évènement qui a lieu en nous lorsque la Kundalini s’élève. La Kundalini est la partie de cette chaleur en nous, de cette compassion. C’est une partie de cette beauté, c’est la partie de ce désir. Le désir…

(A part : Que se passe-t-il ? La porte est-elle ouverte ? Entrez, entrez ! Ils attendent parce qu’ils [ne veulent pas déranger]. Que se passe-t-il ?

Yogi : Désolé Shri Mataji, nous sommes en retard.

Shri Mataji : Non, cela va. Entrez !)

Ainsi le désir de Dieu est placé en nous en tant que Kundalini. Et quand tous les désirs externes se réduisent en nous et que reste le réel désir d’être Un avec le Tout Puissant, alors la Kundalini peut s’éveiller spontanément.

Ceci est arrivé à très peu de gens, vraiment très peu de gens comme, vous pouvez dire, Bouddha et Mahavira. Ces gens étaient des êtres humains et ils ont atteint un état divin, non pas en vous forçant vous-même à vous libérer de vos désirs mais par la compréhension au travers de la sagesse que : « Ceci est de la stupidité, de la folie. Où vais-je ? » C’est juste la sagesse qui agit. Il ne s’agit pas d’une compréhension rationnelle mais de l’être lui-même qui les rejette [les désirs externes].

De telles étapes sont atteintes au travers de nos propres forces d’évolution.

Il y a également tant d’autres évènements ou vous pouvez dire d’autres supports qui suscitent ce genre d’élévation spontanée de la Kundalini.

Quelqu’un désirait venir Me voir en disant : « Mère, vous êtes une autorité à propos de la Kundalini, beaucoup de livres ont été écrits sur la Kundalini, et je dois écrire une étude critique que, la Kundalini, quand elle s’élève, on commence à sauter et elle nous apporte de la chaleur ou on se brûle soi-même ou on saute à travers le toit ou quelque chose de ce genre. » Ce sont toutes sortes de choses horrifiantes alors que personne ne veut rien écouter vraiment à propos de la Kundalini. Si vous lisez ces livres, vous serez réellement épouvantés. Je pense que c’est absolument satanique. Et lui veut connaître la « description authentique » de la Kundalini !

Et Je lui ai dit : « Tous ces livres devraient être jetés dans la mer car ils ont été écrits par des gens qui n’ont eu aucune expérience d’aucune sorte avec la Kundalini. » Car c’étaient des gens qui devaient vivre un genre « d’aventure » quelque part. Tout comme certains croient même que trouver Dieu est une autre occupation. Si vous n’avez pas d’occupation, c’est mieux de trouver Dieu, au moins Il pourrait vous aider à survivre !

Certains veulent croire qu’au lieu de rester assis désœuvré, pourquoi ne pas essayer de trouver Dieu, que ce serait une bonne idée. Et quand une telle chose arrive et qu’ils s’aventurent à la recherche de Dieu alors, en premier, ils sont frappés par Le Gardien de la Sainteté, car ils ne sont pas habilités, ils ne sont pas saints, ils n’ont aucun protocole à propos de Dieu Tout Puissant, ils n’ont pas de respect, ils le font juste parce qu’ils sont guidés par leur ego, ils veulent entreprendre un autre voyage de l’ego et ils veulent devenir de « grands explorateurs » de la Kundalini. Mais vous ne pouvez pas faire cela. Vous devez posséder le protocole adéquat.

Ils manquent de toute humilité, toute sainteté, droiture, et tout ce qui est nécessaire pour demander l’aide de la Kundalini. Et ils sont frappés par la première Déité [Shri Ganesha] qui siège dans l’os triangulaire [Sacrum], qu’ils peuvent aussi parfois voir. Ils l’ont vu en colère, de couleur rouge comme ils l’appellent, ou peut-être de couleur orangée.

(A part : Laissez-le venir. Quelqu’un attend là.)

Cette Déité est très puissante et elle est la plus sage parce que c’est la Déité qui nous apporte la sagesse. Vous n’avez pas besoin d’argumenter avec ce gentleman. Il vous connaît du tout au tout. Il connaît chaque parcelle de vous. Si vous lui racontez des histoires, il dira : « D’accord, j’ai déjà entendu toute cette histoire auparavant. Maintenant revenons-en à vous-même. » Il comprend combien vous êtes authentique et honnête. Et cette Déité est celle qui a fait vivre ces mauvaises expériences à ces chercheurs de la Kundalini et à ces écrivains de la Kundalini.

C’est l’histoire triste d’un voleur qui est venu en ville, s’est fait attraper par la police, est mis en prison, et quand il retourne dans son village, il leur dit : « Oh Dieu, c’est terrible. N’allez jamais en ville. Ils vous attrapent, vous mettent en prison, ne vous donnent rien à manger, et alors vous ne pouvez plus voir personne pendant trois ans, et puis ils vous renvoient. » Et ainsi tous sont effrayés d’aller en ville. C’est comme cela.

Ou c’est le voleur qui entre dans la banque par la porte arrière, ou parfois ils creusent un tunnel ou quelque chose dans le genre. Les grands hommes de ce monde, vous savez, ont du temps pour faire toutes sortes de choses insensées, construire un tunnel pour avoir des pièces en or ou autres, et creusent un autre tunnel pour aller directement en prison.

Ainsi ces gens stupides, quand ils essayent de faire toutes ces choses triviales comme entrer dans une banque par la porte arrière, sont attrapés. Si vous allez leur demander leur expérience, ils vont dire : « Oh, c’est une expérience terrible ! N’allez jamais près de la banque. Ne placez pas votre argent là. Non, non, pas du tout. » Vous leur demandez : « Pourquoi ? De quoi s’agit-il ? » Ils diront : « Non, ils vont vous attraper. Vous savez, il y a des gens terribles dans cette banque. »

Ils pourraient même aller encore plus loin avec cela dans leur prévention. S’ils sont rusés, ils pourraient venir par la porte d’entrée et vous dire : « Pourquoi placer votre argent à la banque ? Donnez-le-moi. Je peux mieux y faire attention. C’est une meilleure idée. Et si vous le voulez, je peux vous donner 20 pour cent de plus que la banque. » Et si vous croyez à leur face de roublard, vous leur donnez juste votre argent, vous êtes perdu et la banque est perdue pour vous. Et alors vous pourriez dire : « Qu’est-ce que cette banque ? » Des gens se tiennent ainsi devant la banque.

Que sont ces religions après tout ? Quels sont ces gurus qui se tiennent ainsi devant la porte au nom de Dieu et qui essaient de voler les autres ? Quelle sorte de Dieu est-ce là ? Alors vous commencerez à blâmer la banque comme voleuse qui vous a dupé.

Vous devez apprendre à séparer ces deux choses. Cette discrimination est importante même quand vous essayez d’apprendre sur la Kundalini, que la Kundalini est le désir de Dieu de vous accorder Son Royaume. Le prince doit devenir le roi. Et un désir si magnifique ne peut être grossier, ne peut être sale, douloureux, créateur de problèmes, hideux et haineux.

Une fois que vous aurez compris ceci, alors vous respecterez votre Kundalini. Elle est votre Mère parce qu’Elle va vous accorder votre seconde naissance. Et Elle est restée auprès de vous depuis des lustres, au cours de tant de vies, attendant juste ce grand moment où Elle va vous donner votre Réalisation.

Je vous dis cela parce que Je sais combien Elle est belle. Tellement L’ont réellement torturée, L’ont gelée, L’ont transformée en pierre en La maudissant, mais Elle continue à respirer faiblement dans l’espoir qu’un jour puisse venir où Elle pourra avoir la possibilité de vous donner ce pour quoi Elle a vécu, qui est la Kundalini, l’éveil de la Kundalini.

Nous devons abandonner notre compréhension grossière de la Kundalini. Comme vous verriez que, quand vous viendrez dans Sahaja Yoga, ce que vous avez vu toute votre vie et que vous verrez encore plus, que tellement d’entre eux viennent juste à Moi pour aller bien au niveau santé, seulement pour cela : « J’ai attrapé mal au dos. J’ai un problème à l’estomac. J’ai de l’arthrite » ou « J’ai le diabète. » Rien ne manque à la liste, et : « Je suis sûr que vous allez me guérir ! »

C’est une situation tout à fait curieuse ! Car c’est d’accord avec la demande que Je devrais vous guérir, mais quel est le droit pour cette demande ? Pourquoi voulez-vous que le Divin vous guérisse ? Pour quelle raison ? Dans quel but ?

Si le Divin devait seulement guérir les gens, Il ouvrirait plein d’hôpitaux et recevrait le Prix Nobel ou autre. Mais ce n’est pas le désir du Divin de continuellement guérir des gens. Ce serait stupide de seulement guérir des gens qui ne sont bons à rien, inutiles, absolument inutiles, un vrai gaspillage. Pourquoi agirait-Il ainsi ? Il est intelligent, a de la sagesse, alors va-t-Il gaspiller Son énergie à guérir des gens qui ne sont bons à rien, inutiles ? Allez-vous nettoyer cette lampe si vous ne pouvez y mettre aucune lumière ? Si vous n’êtes d’aucune utilité, au regard de Dieu, pourquoi le Divin devrait-Il vous guérir ?

Ainsi, tous ceux qui croient : « Oh Mère, vous devez guérir les gens » et que vous devriez guérir les gens, doivent savoir que tout ceci est le travail de la Kundalini quand Elle s’élève. Elle vous nourrit et vous nettoie car, dans cet être qui est le vôtre, Dieu Lui-même va s’y manifester, parce que ce temple de votre corps doit être nettoyé puisque Dieu va y entrer. C’est pourquoi le Divin vous respecte, vous nettoie et vous aide. Il peut même aider les vôtres, dans le sens où, disons, une mère est là et son enfant ne va pas bien, elle est préoccupée, alors le Divin peut guérir l’enfant juste pour apporter la paix à la mère qui va manifester les pouvoirs de Dieu, car le pouvoir de Dieu est le pouvoir intégré dans tous les pouvoirs.

Vous pouvez voir ici, sur la main du côté gauche, que tous les désirs y sont manifestés, c’est le pouvoir du désir. Cela signifie que tous les désirs que vous avez, peuvent être comblés et bénis par ce pouvoir. Pouvez-vous le croire ? Il a le pouvoir de combler tous vos désirs, mais après la Réalisation, pas avant.

Et après la Réalisation, vos priorités changent et vos désirs deviennent différents. Alors vous ne demanderez plus de l’argent, des enfants ou quelque chose de ce genre, mais vous allez commencer à demander quelque chose de nature très éternelle. Les priorités changent. Vous commencez à voir votre désir d’une manière différente parce que la lumière est maintenant arrivée là.

Par exemple, quand vous marchez dans l’obscurité, vous trouvez qu’il y a un grand bandeau noir devant vous, que vous ne pouvez plus avancer, alors vous désirez : « Oh ce bandeau devrait être enlevé. » Mais lorsque la lumière est là, vous découvrez qu’il n’y a pas de bandeau, rien. Tout est ouvert devant vous. Alors votre désir sera de pouvoir être capable de tout voir. Toute la priorité change.

Donc ce côté gauche a le pouvoir de combler tous vos désirs. Et le côté droit, où vous voyez cette ligne jaune qui semble si mince, a le pouvoir d’agir afin de combler tous vos désirs et les désirs de Dieu.

Ici Je vous emmène à un niveau un peu plus subtil. Quels sont ces pouvoirs qui agissent ? Ils sont formidables ! Par exemple, ce côté manifeste tous les 5 éléments. Tous les 5 éléments attendent votre demande. Vous voyez ce feu ? Vous demandez à ce feu : « Enlevez mon problème. » Ce feu l’éloigne de vous. Vous avez vu cela. Pour l’élément ‘eau’, vous allez à la mer et vous vous tenez juste debout dans la mer. Après la Réalisation, vous découvrirez que tout le problème est absorbé par l’eau.

La Mère Terre absorbe aussi tous vos problèmes. C’est si fantastique !

J’étais à Kuala Lumpur – vous pouvez lui écrire pour qu’il vous le confirme – il était le porte-parole de l’assemblée, cela se passait dans sa maison et il y avait au moins un millier de personnes dont 60 % était malade et 40 % l’attendaient. J’étais seule, aucun Sahaja Yogi, rien. Heureusement ils avaient un grand jardin et c’était une journée fort chaude. J’ai été d’accord d’aller dans le jardin. Je les y ai fait asseoir et J’ai demandé à la Mère Terre : « Ce serait mieux que ce soit Vous qui fassiez le travail maintenant et Moi Je M’assieds. » Et chacun a commencé à se sentir mieux. Il y a une chose que Je n’avais jamais vue auparavant, c’est ce cas de polio. Un petit garçon d’environ 8 ans était assis sur le sol, ses parents l’avaient porté sur leur dos et placé là. Il s’est juste levé et a commencé à marcher ! Et les parents ont soudain réalisé qu’il n’était plus là : « Où est-il parti ? » Et il courait dans le jardin. C’est un fait !

Des gens aveugles ont commencé à voir des choses. Ce fut des plus remarquable. Vous pouvez lui écrire, Je vous donnerai son adresse. C’est un fait, cela s’est passé ! Et pour chacun tout le miracle se passa si simplement qu’ils le prirent comme un dû, ils ne trouvèrent pas que c’était quelque chose de si fantastique : « Après tout, Mère est ici, donc cela doit marcher ! » Ils n’ont fait appel à aucun raisonnement ou autre, ils l’ont pris comme allant de soi. Et même aujourd’hui, si Je vais là, cela peut arriver.

Tous les éléments attendent vos ordres. Ainsi les grands anges du côté gauche communiquent avec ceux du côté droit, avec tous les anges du monde. Même si cela peut sembler être fantastique à beaucoup, mais ils existent et vous avez juste à leur demander leur aide. Et voilà ce qu’est un mantra, c’est un appel éveillé ou vous pourriez dire un appel qui a une signification.

Par exemple, un policier qui souffle dans son sifflet, cela a une signification. Mais si n’importe qui commence à siffler, les gens vont le mettre en prison. De la même façon le mantra est l’autorité qui est appliquée sur le mot et avec ceci vous pouvez éveiller toutes ces forces en vous. Elles sont si extraordinaires que Je devrai au moins faire 7 discours pour les décrire et Je vous les décrirai un jour, mais vous êtes déjà au courant à leur propos, la plupart d’entre vous, de la manière dont elles [ces forces] agissent et combien elles vous aident.

Même les Sahaja Yogis considèrent qu’elles vont de soi parce que, même si vous remarquez qu’il y a dans la vie un grand mystère, Je ne sais pas si vous êtes conscient de ce mystère. Celui-ci, aussi fantastique qu’il soit, nous l’obtenons d’une manière ou d’une autre, et nous l’obtenons de telle façon que nous le prenons comme allant de soi. C’est très doux n’est-ce pas ? Si nous supposons qu’à chaque fois nous aurions eu un choc ou aurions été effrayés jusqu’à dire : « Oh, Dieu ! », alors nous deviendrions névrosés ou des gens bizarres. Mais la façon dont cela s’installe en nous tout comme une feuille tombe d’un arbre, s’assèche et touche juste doucement le sol, et le sol prend cela également comme allant de soi ! Par exemple nos yeux, notre nez, notre front, nous prenons tout cela comme allant de soi. Notre allure humaine, nous prenons tout comme allant de soi. De la même manière nous prenons même Sahaja Yoga comme allant de soi et c’est la meilleure façon de le prendre.

Mais prenons-nous comme allant de soi la façon dont nous prenons notre être comme allant de soi ? Là est la question !

Par exemple, nous prenons comme allant de soi notre main. Donc, si Je dois soulever Ma bourse, Je lève Ma main comme ceci. Quand nous prenons Sahaja Yoga comme allant de soi, utilisons-nous nos vibrations pour toute chose ? Car maintenant, dans notre connaissance vibratoire, si nous la considérons comme allant de soi, nous devrions nous y tenir complètement et la faire agir. Je veux dire que Moi J’agis de cette manière.

En ce qui Me concerne, tout n’est rien d’autre que des vibrations. Tout ce que Je fais, ce n’est rien d’autre que des vibrations. Tous Mes mouvements et autres ne sont rien d’autres que des vibrations !

Moi-même Je prends cela très bien comme allant de soi. Et Je souhaite que vous puissiez prendre tout ce qui est en vous comme allant de soi, de la même façon dont nous prenons [les autres choses] comme allant de soi.

Disons que Je vous donne une télévision, vous la prenez juste, la branchez sur le secteur et vous regardez l’image. Vous n’allez juste pas sauter en l’air et dire : « Oh Dieu, voyez ce miracle ! Imaginez ça ! » Rien de cela, vous considérez ça comme allant de soi.

N’importe quoi, un ordinateur ou n’importe quelle autre chose merveilleuse que vous voyez, vous la considérez comme allant de soi. De la même manière, il se peut qu’au début on se demande : « Comment est-ce possible ? » On peut commencer à penser comme cela pendant un moment.

Penser trop n’est pas bien non plus parce qu’alors vous ne le prenez pas comme allant de soi. Mais, par la suite, vous pourrez l’utiliser sur le côté gauche et le côté droit. Essayez juste ! Vous en avez l’habilitation. Maintenant votre télévision est ouverte et a commencé à fonctionner.

Vous êtes un grand instrument et vous avez été créés depuis des milliers d’années avec un tel soin ! Vous ne savez pas quelles forces ont été utilisées, combien elles étaient délicates et dynamiques. Vous n’avez aucune idée de la façon dont toutes les étoiles et tous les cieux ont été mus vers le haut et vers le bas pour créer ce bel être qu’est la personnalité humaine. Vous n’avez aucune idée de cela. Et maintenant, alors que Sahaja Yoga prend place, vous devez aussi savoir que le travail de Sahaja Yoga a été élaboré d’une manière très dynamique.

Ce sont des forces subtiles extraordinaires qui le font marcher. Vous ne pouvez pas faire pulser votre Kundalini sans que quelque chose de spécial se passe là. Pensez juste à une commande à distance qui fait marcher votre Kundalini. Pensez juste à cela ! Il doit y avoir là un mécanisme extraordinaire !

La raison pour laquelle Je vous dis de le prendre comme allant de soi, c’est parce que, si vous essayez en premier d’ouvrir toutes vos commandes à distance et allez y voir vous-même et qu’alors vous les cassez toutes, quand vous commencerez à regarder votre télévision, vous trouverez que tout le système est cassé, vous aurez mal à la tête et vous ne désirerez plus rien voir.

C’est ce qui se passe avec les Sahaja Yogis, spécialement en Occident, parce que, dès qu’ils obtiennent leur Réalisation, ils rentrent à la maison et entament une magnifique dissection en y pensant. Mais ils n’ont pas obtenu leur Réalisation en y pensant ! C’est quelque chose de simple ! Alors ils rentrent chez eux et, après 7 mois, ils reviennent Me dire : « Mère, Je suis venu auprès de Vous il y a de cela 7 mois et maintenant je pense que je me suis trompé. » Alors Je leur dis : « Pourquoi avoir perdu ces 7 mois ? »

J’espère qu’aujourd’hui vous tous allez sentir fleurir vos subtilités. Laissons-nous descendre en ces points subtils que nous avons respectés et la Kundalini va nourrir cela, l’attention. Où qu’aille votre attention maintenant, cette attention est une attention illuminée.

Aujourd’hui J’ai reçu une lettre que quelqu’un d’Australie M’a écrite : « Mère, nous Vous avions envoyé une photo d’un mari et de son épouse, et ils vont mieux depuis que Vous leur avez fait un bandhan. » Et c’était des patients gravement atteints ! Et ils vont vraiment mieux ! Mais Je n’ai rien fait. Réellement Je n’ai rien fait, J’ai juste regardé la photo, c’est tout. Je n’ai même pas fait un bandhan, vous savez, pour être très franche. J’ai juste regardé la photo et c’est tout. Je n’ai pensé à rien, Je l’ai juste regardée et cela a marché !

Réellement Je ne fais rien ! Vous Me remerciez pour rien du tout, vous savez. Quand vous ne faites rien et que les gens vous remercient, vous ne savez pas quoi dire alors vous continuez à dire : « D’accord, merci de Me remercier ! » (Rire.)

Donc à nouveau, Je vous remercie d’être là. Et nous aurons une méditation aujourd’hui. J’espère que nous toucherons des strates plus profondes en vous-mêmes.

Que Dieu vous bénisse tous !

Vous deux êtes venus ici pour la première fois ? Vous êtes déjà venus une fois ? Qu’en est-il de vous ?

Dame : C’est ma première fois.

Shri Mataji : La première fois ? Bien. Sentez-vous la brise fraîche ?

Chercheur : Oui.

Shri Mataji : Bien, alors vous ne l’avez pas perdue. Et qu’en est-il de vous, sentez-vous la brise fraîche dans les mains ?

Chercheur : Non.

Shri Mataji : Pas encore ? D’accord, cela va aller, cela va marcher. Qu’en est-il de vous ? Sentez-vous la brise fraîche ? Non ? Comment allez-vous ?

Yogi : Je sens la brise fraîche, Mère.

Shri Mataji : Bien, c’est bon. C’est bien, c’est bien.

Allez-vous bien ? Bien. Qu’en est-il de vous ?

Dame : Aujourd’hui je ne la sens pas.

Shri Mataji : Vous êtes en train de penser. Maintenant, s’il vous plaît, [arrêtez de penser], s’il vous plaît.

Vous voyez, le fait de penser l’arrête. Comment ? Entre deux pensées – par exemple une pensée s’élève et retombe, et une autre pensée s’élève et retombe – entre ces deux pensées, il y a un petit intervalle, et cet intervalle s’est allongé.

Par exemple la pensée qui a été, est le passé, et celle qui va venir, est le futur. Entre les deux il y a un espace appelé vilamba. Et quand vous commencez à y penser [au vilamba], vous bondissez par-dessus le bord de ces pensées et vous êtes au-delà de la pensée. Un Indien comprendra cela plus rapidement parce que c’est appelé ‘Nirvichar Samadhi’ qui est l’état où vous devenez en conscience sans pensée. Ils savent ce qu’il en est. Vous ne pouvez pas y penser car la rationalité est une chose limitée. Donc vous devez bondir dans l’espace [vilamba]. Quand vous êtes dans l’espace, alors vous n’êtes plus dans la capsule [des pensées]. Et si vous êtes dans la capsule, vous n’êtes pas dans l’espace.

Maintenant, c’est mieux ?

Dame : Oui.

Shri Mataji : Voyez comme cela marche ! Même pour vos problèmes, Je veux dire que Je vous ai donné de grandes conférences à ce sujet, de comment résoudre vos problèmes dans votre état de conscience sans pensée. Voilà l’ouverture [du vilamba], c’est l’entrée où vous devez placer le problème, et cela marche en état de conscience sans pensée. C’est la chose la plus précieuse. Il faut le conserver [l’état de conscience sans pensée].

Recevez-vous la brise fraîche ? C’est bien.

Et vous, pas encore ? Maintenant regardez-Moi ici. Pensez-vous toujours ? D’accord, regardez-Moi sans penser. C’est une autre manière de le faire. Mon visage est une chose si spéciale que, si vous le regardez pendant un long moment, vous n’aurez plus de pensées. C’est juste quelque chose de très bizarre, vous savez ! Cela s’est passé aujourd’hui : Je suis allée chez le tailleur, il Me regardait juste et ne savait plus ce qu’il était en train d’essayer de faire. Et Mon époux a dit : « Est-il abasourdi ou que se passe-t-il ? » (Rires.)

Maintenant regardez-Moi sans penser ! C’est mieux. Regardez. Voici Mon visage. Ceci est nécessaire. Qu’ai-Je à faire ? Je veux dire que c’est le problème avec Moi : Je ne sais pas comment l’expliquer Moi-même !

Aap ka aa rahe thanda? Thik hai. [Hindi: Ressentez-vous la fraîcheur ? Bien !]

Comment allez-vous maintenant ? Mieux ? Vous serez de mieux en mieux chaque jour. Comment allez-vous ?

Dame : Un peu mieux. Pas aussi bien qu’hier. J’avais senti beaucoup de brise fraîche hier mais pas tellement aujourd’hui.

Shri Mataji : Donc cela signifie que vous êtes un peu descendue. D’accord ? Alors maintenant conservez cela.

Vous voyez, c’est pareil à une machine à laver, Je peux dire. Cela n’arrête pas de tourner en rond un petit moment, pour le nettoyage. D’accord ?

Ils appellent cela la Mahamaya. Ils appellent ça « La grande illusion ». « Mère est une grande illusion parce qu’Elle nous place dans l’illusion » : Je ne le fais pas. Nous disons à Dieu : « Ne nous soumettez pas à la tentation ». En fait pourquoi vous soumettrait-Il à la tentation ? C’est vous qui voulez y aller ! Donc vous devez demander à Dieu : « Gardez-nous en éloignés. » Tout ce que vous avez à dire à Dieu, c’est : « Gardez-nous éloignés des pensées. » Et cela marchera. Ça va mieux ?

Immédiatement votre visage paraît différent. Restez comme cela !

Maintenant c’est bien. Bon, le déclic se fait à l’instant. Mais vous devez venir chaque lundi. Voyez comme les gens se sont élevés, à combien de personnes ils ont donné la Réalisation ? D’accord ?

Vous devez venir, ceci est la chose la plus agréable mais vous ne le savez pas. Vous devez développer un tout petit peu votre goût parce que vous êtes habitué à quelque chose de grossier, vous voyez. C’est comme quelqu’un qui est habitué à boire du vin et ne peut pas arrêter. Mais dès que le vin intérieur va commencer à se déverser, vous n’en voudrez juste plus [du vin extérieur]. Cela va mieux. Je crois que quelqu’un est arrivé. Hmmm ! Il va mieux maintenant. D’accord ?

Que s’est-il passé Gavin ? Je vois ça si clairement. Pourquoi ? Tu étais en congé ou quoi ? C’est absolument horrible. Tu es fortement touché. De quoi s’agit-il ? Tu as attrapé un mauvais refroidissement ? Viens ici. Je ne t’ai jamais vu aussi pris. Je pense que tu t’es exposé sous le soleil ou que s’est-il passé ? C’est terrible. Cela va mieux ?

Fais attention. Tu vois, c’est très ensoleillé ces jours-ci, ça semble ensoleillé, mais peut-être… Tu dois t’occuper de toi-même. Ce pays est empli de ce problème. Maintenant cela va mieux.

Qu’est-ce ? Vishuddhi. Cela s’élève du Vishuddhi vers ceci. Haa ! C’est mieux maintenant. Assieds-toi un moment et cela va marcher dans… Tu vois, cela s’élève du Vishuddhi vers le… Je pense que tu as attrapé un très mauvais refroidissement. Que s’est-il passé ?

Gavin Brown : Je ne sais pas.

Shri Mataji : Je pense que tu dois mettre ta main ici. Assieds-toi. Fais attention. Hmm ! Mieux. Quelqu’un avec la grippe a dû venir ou autre, tu vois, ou c’est le moment du rhume des foins.

Gavin : Peut-être cela.

Shri Mataji : Cela vient du Nabhi Droit. Le problème se situe sur le côté droit. Comment vas-tu ? Bien ! Maintenant ferme tes yeux, ferme-les. Tu mets ta main ici, la main droite, et la main gauche là pour travailler sur le Vishuddhi, aussi le Nabhi Droit. C’est ton foie qui se montre ou quoi ?

Gavin : Je ne pense pas.

Shri Mataji : Beaucoup, eh ?

Gavin : Hmm.

Shri Mataji : Bien, travaille plus à partir du côté gauche, à partir de la gauche. Garde tes yeux fermés et réjouis-toi de ton Soi, profite de ton Soi. Ne pense juste pas. Ne pense seulement pas. Profite juste de ton Soi. Ne pense pas. Ne pense pas. Hmmm ! Mieux.

Où est-ce Mark ? Tout le côté gauche ?

Mieux maintenant ? Cela va mieux ? Le cœur ?

Mieux. Garde tes yeux fermés. Profite de ton Soi. Tu es totalement en train d’entrer dans ton Soi. Laisse juste faire. Relaxe-toi, relax. Relaxe-toi juste. Ne pense à rien, relaxe-toi juste.

Tu y arrives. Maintenant relaxe-toi juste. Ne pense pas.

Maintenant c’est mieux. Extraordinaire ! Haa ? Cela s’en va. Mieux. C’est mieux maintenant ?

Tu la sens maintenant [la brise fraîche] ? Mieux ? A nouveau perdue ? Tu l’as à nouveau perdue ? Quoi ? Lève-toi et viens ici. Assieds-toi. Assieds-toi. Vois, ton foie revient de nouveau. Es-tu encore en train de traiter le foie de tes patients ? Avance-toi, avance. Je vais devoir placer Mon pied sur ton foie. Vois comme il est juste devenu comme une pierre. Maintenant à quoi t’attendre d’autre que de la chaleur ?

Vois ? Voilà ce qu’il en est. Mieux maintenant ?

Quelqu’un a un blocage sur l’Agnya Arrière.

Hmm !

Gavin : Cela bouge, ça bouge maintenant.

Shri Mataji : Mieux ? Bien mieux maintenant. Désolée d’avoir dû utiliser Mes pieds mais sache qu’ils sont très puissants. Ils sont mieux pour des problèmes physiques que Mes mains. Les pauvres, ils n’arrêtent pas de travailler du matin jusqu’au soir !

Presse-la fortement. C’est mieux.

Tu travailles encore sur des patients qui ont des problèmes au foie ?

Docteur : Hmm.

Shri Mataji : Que faites-vous à leur sujet ? Quels traitements donnez-vous dans les hôpitaux à ceux qui ont des problèmes de foie ?

Docteur : Des médicaments spéciaux.

Shri Mataji : Quels médicaments ?

Docteur : Cela dépend du problème qu’à le foie.

Shri Mataji : Mais quels médicaments utilisez-vous normalement ?

Docteur : La plupart qu’ils utilisent, sont ceux pour les alcooliques, et ils commencent à saigner.

Shri Mataji : L’alcool ?

Docteur : Ils ont une cirrhose alcoolique, ils saignent et vomissent du sang.

Shri Mataji : Réellement ? C’est sérieux ?

Docteur : Donc nous avons des médicaments spéciaux pour aider à stopper cela.

Shri Mataji : Voyez juste ça ! Malgré cela, personne ne publie ces choses. Vous savez, l’autre jour, au cours d’une tablée d’un soi-disant très important repas, il y avait une argumentation en cours qu’en France les cafés sont ouverts tout le temps alors qu’ici ils ouvrent très tard, alors les gens sont très mécontents de ce que vous ne soyez pas suffisamment alcooliques ! Une grande discussion est en cours. Faites-leur voir ces photos ! Pourquoi ne pas leur montrer combien les gens vomissent de sang et font ces choses. Ce serait une bonne idée !

Et est-ce qu’ils mangent ? Mangent-ils ?

Docteur : Eh bien, nous avons tellement de problèmes différents avec le foie. Disons que ceux qui sont alcooliques, ont alors une thérapie intraveineuse.

Shri Mataji : Ils ne peuvent plus manger ? Ils vomissent ?

Docteur : Alors ils leur posent des tubes spéciaux afin qu’ils arrêtent de vomir et ensuite ils leur donnent du sang car ils en perdent tellement.

(Fin de l’enregistrement.)