Conversation avec les Sahaja Yogis: prenez les vibrations

Founex Ashram, Founex (Switzerland)

1984-07-17 Conversation With Sahaja Yogis In Founex Ashram, Founex, Switzerland Opt For Transcription, 93' Download subtitles: EN,FRView subtitles:
Download video (standard quality): Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe

Feedback
Share

FrTVD 2020-1211

Conversation privée à l’ashram de Founex, 17/07/1984

La situation est la même que dans ma maison [avec tant de fleurs].
Très bien, maintenant asseyez-vous. Donc, aujourd’hui, j’expliquais, dans ma chambre, à certains Sahaja Yogis comment cet univers est créé. Et ils ont dit: « Vous devriez nous en parler ce soir ». Mais, après le dîner, la plupart sont en digestion, cela en vaut-il la peine? Carol voulait montrer la montre que mes enfants m’ont offerte. Ceux-ci sont également au même prix. La montre était si grande, celle qu’ils m’ont donnée, pour cela, il vous faut au moins un lutteur pour la porter. Et j’ai vu la montre. Je ne savais pas quoi dire, vous voyez. On dit que: « Vous ne devriez pas ouvrir la gueule du cheval qui vous est donné, regarder les dents. »
Parce qu’ils m’ont demandée: « Nous allons pour la puja du Gourou et nous avons collecté de l’argent pour vous en Suisse. Que devrions-nous vous donner? » Alors, j’ai dit: « Bien sûr, en Suisse, une montre! »
Alors, ils ont dit: « Quel genre? » J’ai dit: « Quelque chose de sensé que j’aimerais avoir que vous pouvez choisir vous-même. »
Alors, Antonio m’en a montré une agréable italienne-
Sahaja Yogi: Une agréable suisse.
Shri Mataji: Hum?
Sahaja Yogi: C’était suisse.
Shri Mataji: Suisse! Ils m’ont dit « italien ».
Sahaja Yogi: Non, c’était suisse.
Shri Mataji: Ah! Erreur.
Sahaja Yogi: Tout va bien.
Shri Mataji: Je pensais que c’était italien. Alors, j’ai dit: « Je ne veux pas une montre italienne, j’en veux une suisse ». Mais le nom n’était pas suisse.
Indian Sahaja Yogi: Je connais le nom.
Shri Mataji: Quel est le nom?
Indian Sahaja Yogi: Eagles.
Shri Mataji: Eva.
Indian Sahaja Yogi: Eagles. Etam [incertain]

Shri Mataji: Alors, j’ai dit: « Quel que soit l’argent que vous collectez, en conséquence, vous achetez ce que vous voulez. » Alors, ils ont acheté une montre. Elle a été sélectionnée par Gavindra et en fait, je ne le savais pas. Il ne l’avait pas vue correctement et il vous a donné le numéro et une très grosse montre est apparue, vous voyez. J’ai eu un choc! C’était de l’or massif, je sais et épais, c’est un or massif.
Je voulais dire un [inaudible], j’étais vraiment choquée, mais je n’ai montré aucun choc. Je lui ai dit: « Très bien » et j’ai dit: « Merveilleux. Vous testez des choses sur les vibrations de mon Vishuddhi Gauche » j’ai tout dit. Tout cela était faux.
Imaginez, cinq cents yeux posés sur vous, et vous dites quelque chose au sujet de ce qui vous est donné comme présent. C’est la position la plus embarrassante. Il est facile de tuer les rakshasas. Mais briser le cœur de vos enfants ainsi, c’est très difficile. Les Puranas ont parlé de toutes ces choses. Mais ensuite j’ai pensé: « Arnaud n’aurait pas pu acheter cette montre. » Parce qu’il a dû l’essayer sur son poignet et a dû voir cette énorme chose sur son poignet. Il n’en achèterait pas une comme ça pour sa femme.
Donc, j’ai osé lui demander: « Qui a choisi la montre? » Alors, il a dit: « C’est vous. » J’ai dit: « Moi? » Il pensait que j’avais dû oublier quelque chose.

J’ai dit: « Ce n’est pas moi, je ne l’ai jamais dit ça ». Puis j’ai pensé au catalogue qu’ils m’avaient montré. J’ai dit: « Non, non, non, non, non, pas moi, je n’en ai pas vu et je pense qu’il y a quelque chose qui ne va pas. »
Il a dit: « Gavin a lui-même montré le modèle ». J’ai dit que j’étais surprise. E pendant qu’il me parlait, il a vu le modèle. Eh bien, j’ai été surprise. Avez-vous vu comment le mythe continue!

C’était critique mais j’ai commencé, vous voyez, à penser que je devais avoir dit quelque chose, sinon comment serait-ce possible, vous voyez? Parce que si vous dites des mensonges tout le temps, vous voyez, les gens commencent à croire que les mensonges sont la vérité. De même, je me suis dit: « Comment est-ce possible? J’ai dû voir la montre ». Parce que, vous voyez, tout le monde disait ça, c’est un tel imbroglio, un tel imbroglio. J’ai dit: « Comment est-ce possible? » Mais j’ai dit: « Non, mais je ne l’ai jamais vue pourtant. »
J’ai dit: « Appelez Gavin ». Et Gavin a dit: « Mère, j’ai vu les choses [inaudibles] mais je ne savais pas que ce serait aussi grosse que ça! »
Alors, que doit-on tirer d’une telle chose? C’est que lorsque vous cherchez quelque chose pour votre Mère, le mieux est de voir les vibrations. Et vous devriez aussi, pour vous-même, toujours voir avec les vibrations. Mais Gavin est l’un des premiers Sahaja Yogis. Et si lui peut oublier ça, je pense que tout le monde peut l’oublier! Donc, ce que vous devez vous rappeler, c’est que Dieu vous a donné une nouvelle personnalité vibratoire.
Maintenant, comme je l’ai évoqué dans ces pujas, cette montre a des vibrations, elle a des vibrations formidables cette montre [la montre de Shri Mataji]. Et c’est pareil pour la bague. Mais nous l’avons achetée uniquement sur les vibrations, pas sur autre chose. Et Rustom a dit: « C’est la seule montre qui a des vibrations ». Donc, ce que nous avons acheté a deux choses. Et je pense qu’il ne faut pas renoncer à ressentir les vibrations et à prendre des décisions avec les vibrations. On doit prendre des décisions avec les vibrations et se souvenir toujours de le faire.
Grégoire: Pour ceux qui peuvent le faire, Shri Mataji.
Shri Mataji: Si tu essayes, Grégoire, ce que je suis en train de dire, aie confiance en cela et tu les ressentiras. De façon à ce que votre personnalité en devienne vraiment consciente. Parce que cette montre ne sait pas qu’elle a des vibrations. Mais vous en êtes conscients. Donc, si vous développez votre conscience de cette manière, vous vous comprendrez vous-mêmes très bien. Sinon, vous pouvez faire de si grosses erreurs!

Maintenant, ce que je ressens à propos de certains de nos centres, partout, c’est qu’il y a une sorte de collectivité mais pas que vous n’avez pas de collectivité homogène, spontanée. Par exemple, dans un groupe, lorsque je parle, je trouve que certaines personnes comprennent parfaitement ce dont je parle alors que d’autres ne me comprennent pas quand je vais du côté le plus subtil. Quand je donne des conférences, ils sont très heureux car ils reçoivent des vibrations, parce que la Kundalini s’élève. C’est une très, très bonne chose car c’est ainsi que vous vous développerez.

Mais qu’en est-il de vous qui devez maintenant devenir des gourous? Pouvez-vous parler aux gens de Sahaja Yoga? Comprenez-vous Sahaja Yoga au point de pouvoir convaincre un homme intelligent? Ou bien devez-vous utiliser toujours une ou deux personnes? Car vous devez tous savoir, intelligemment, ce qu’est Sahaja Yoga. Sinon, vous ne pouvez pas développer Sahaja Yoga.