Gudi Padwa, Méditation en conscience sans pensées

New Delhi (India)


Send Feedback
Share

Gudi Padwa, « Méditation en conscience sans pensées ». Delhi (Indie), 30 Mars 1976.

Nous ne pouvons pas méditer, nous pouvons seulement être ‘en’ méditation. Si nous disons que nous allons méditer, cela n’a aucun sens. Nous devons être ‘en’ méditation. Soit vous êtes à l’intérieur de la maison, soit vous êtes à l’extérieur de la maison. Vous ne pouvez pas être dans la maison et alors dire : « Maintenant je suis hors de la maison. » Ou bien, si vous êtes à l’extérieur de la maison, vous ne pouvez pas dire : « Je suis dans la maison. »

De la même manière, vous vous déplacez dans les trois dimensions de votre vie d’être émotionnel et physique et mental. Vous n’êtes pas en vous-même. Mais, si vous êtes à l’intérieur, alors vous y êtes en conscience sans pensée. Ensuite, non seulement vous êtes là mais vous êtes partout parce qu’il s’agit de l’endroit, du point où vous êtes réellement dans l’universel.

Depuis cet endroit vous êtes en contact avec le Principe, avec la Shakti, avec le Pouvoir qui pénètre dans chaque particule de la matière, dans chaque pensée qui est émotion, dans chaque planification et pensée du monde entier. Vous pénétrez dans tous les éléments qui ont créé cette superbe terre. Vous pénétrez dans la terre, vous pénétrez dans l’akasha [l’éther], dans le teja [la lumière], dans le son. Mais votre mouvement est très lent.
Alors vous dites : « Je suis en méditation », ce qui signifie que vous vous déplacez en étant perméable avec l’Etre Universel. Mais vous ne vous déplacez pas vous-même, vous vous délestez juste vous-même pour être libre du poids des choses qui ne vous permettent pas de bouger.

Quand vous êtes en méditation, vous devez vous permettre vous-même d’être en conscience sans pensée. Là, l’Inconscient Lui-même, l’Achetana Lui-même vous prendra en charge. Vous commencerez à bouger grâce à la force de l’Achetana. L’Inconscient va faire réussir cela. Il va vous emmener là où Il désire que vous alliez. Vous resterez tout le temps en conscience sans pensée. Essayez de rester en conscience sans pensée le plus longtemps possible. Quand vous êtes en conscience sans pensée, vous devez savoir que vous êtes dans le Royaume de Dieu, et Ses habitants, Ses arrangements, Sa conscience vont s’occuper de vous.
J’ai constaté que, même quand vous donnez des vibrations à d’autres gens, vous n’êtes pas en conscience sans pensée. Si vous donnez des vibrations en conscience sans pensée, vous n’allez avoir aucun blocage car toutes ces entités qui entrent en vous, tous ces problèmes matériels qui entrent en vous, surgissent quand vous êtes dans ces trois dimensions.

Au travers de Sahaja Yoga, vous avez ouvert les portes de votre propre être. Vous êtes entré dans votre propre royaume mais vous n’y restez pas. Vous en sortez et à nouveau vous revenez en arrière et vous y installez. Cela n’a pas d’importance. Vous ne devriez pas vous sentir si désappointé, si frustré à ce sujet. Vous savez que des gens y ont travaillé durant des milliers d’années et ils ne pouvaient pas se séparer eux-mêmes d’eux-mêmes.

Seulement vous, les Sahaja Yogis, qui êtes construits d’après le modèle de Shri Ganesha Lui-même, êtes si puissants que vous pouvez donnez l’éveil et la Réalisation aux autres gens. Même si vous avez des blocages, vous avez vu que vous possédez des pouvoirs. Même si vous ressentez que les vibrations ne viennent pas, vous savez que vous avez des pouvoirs. Vous pouvez donner la Réalisation aux autres. En votre présence, les gens obtiennent la Réalisation. Mais [pour cela] vous devez posséder ce pouvoir complètement.
Supposons que quelque chose ne va pas avec votre voiture, mais tant qu’elle se déplace, cela va. Vous devez la réparer. Vous devez réparer tout le temps toutes vos humeurs que vous avez causées vous-mêmes par votre folie, votre avidité, votre cupidité et par tellement de fausses identifications que vous transportez avec vous-mêmes.

Nous devons avoir une totale attention tournée vers nos faiblesses et non pas vers ce que nous avons accompli. Si nous savons quelles sont nos faiblesses, c’est mieux, alors nous pouvons réellement mieux nager au travers.

Supposons qu’il y ait un trou là dans un bateau et l’eau passe au travers de ce trou, l’attention de tout l’équipage, de tout le personnel et du capitaine lui-même, sera sur ce trou d’où l’eau s’introduit et nulle part ailleurs.

De la même façon, vous devez être sur le qui vive. Il y a tellement de traquenards pour un Sahaja Yogi. J’ai remarqué cela.
Bien sûr, même si le passé est terminé, même si le passé peut être surmonté, il reste encore dans le présent beaucoup d’ombres du passé qui agissent.

Par exemple, quand vous êtes installé dans un groupe, vous êtes en relation les uns avec les autres. Ceux qui sont sous l’influence de cette relation des uns avec les autres ou de quelque relation que ce soit, doit savoir que ce genre d’influence relationnelle ne va pas les aider pour atteindre leur ascension individuelle. Chacun s’élève individuellement bien que vous soyez collectivement en contact et en communication les uns avec les autres, car cette ascension est individuelle, absolument individuelle.

Donc qu’il soit votre fils, votre frère, votre sœur, votre épouse, votre ami, vous devez vous souvenir que vous n’êtes pas responsable de leur ascension. Vous ne pouvez pas les aider à propos de leur ascension. Seulement la Grâce de Mère et leur propre désir, leur propre effort pour abandonner tout ce qui est à trois dimensions, vont les aider.

Donc chaque fois qu’une pensée vient comme cela, vous devez savoir que vous n’avez pas atteint la conscience sans pensée dans sa totale dimension et c’est pourquoi vous avez des problèmes tridimensionnels.

Parfois un Sahaja Yogi va découvrir qu’une émotion entre dans son mental. Ce sera une émotion de découragement ou de frustration, et il va être profondément mécontent de lui-même ou des autres. Les deux attitudes sont pareilles.

J’ai vu des Sahaja Yogis très écœurés pas les autres. Aucun écœurement ne devrait durer. Bien sûr, pendant un court moment, vous pourriez ressentir de l’écœurement. Cela va. C’est un moment qui passe. Ou vous pourriez vous sentir écœuré de vous-même. Ce peut aussi être un moment qui va passer. Mais si vous continuez à rester accroché à ça ou si vous continuez à vous y cramponner, cela signifie que vous vous conditionnez vous-même, que vous n’êtes pas en conscience sans pensée, que vous êtes dans votre passé, que vous faites de votre passé un poids solide sur votre tête.
Dans le présent, tout est éphémère. Tout ce qui n’est pas éternel, est fugace. Dans le présent, ce qui est éternel restera, tout le reste s’envole. C’est pareil à une rivière en mouvement qui ne s’arrête nulle part mais la rivière qui s’écoule est éternelle et tout le reste des choses change. Si vous vous trouvez sur le Principe Eternel, tout ce qui n’est pas éternel change et s’en va, se dissout et devient non existant.

Nous devons comprendre notre propre dignité, notre propre essence. La première chose et la plus importante c’est que tous les Sahaja Yogis sont ceux qui ont été choisis. Ce sont les gens que Dieu a choisi.

Dans cette cité de Delhi, il y a des milliers et des milliers de gens. Partout dans le monde, il y a tellement de gens que nous souffrons de surpopulation. Mais dans Sahaja Yoga, il y a très, très peu de personnes. Et quand vous êtes choisis les premiers, vous devez aussi réaliser que vous êtes les fondations. Vous êtes les pierres qui doivent être posées et être résistantes, avoir de l’endurance, et c’est pourquoi il est nécessaire que vous tous qui êtes actuellement peu nombreux, qui sont les premières lampes qui vont illuminer les autres lampes dans le monde, vous devez vous réjouir de la force de l’éternité, de la force de l’amour Divin, de la force de cet Etre Universel que vous êtes.
Voici ce qu’est la méditation. Alors quand les Sahaja Yogis Me demandent : « Que devrions-nous faire pour la méditation ? » Vous devriez être en conscience sans pensée, c’est tout ! Ne faites rien ! A ce moment, non seulement vous vous dirigez vers le but et l’Inconscient vous prend en charge, non seulement ça mais aussi vous émettrez, pour la première fois, le Divin dans la nature, dans votre entourage, dans les autres gens qui sont universellement connectés à vous.

La seule chose c’est que nous sommes habitués à une seule chose, c’est que nous devons faire quelque chose à ce sujet et c’est pourquoi nous commençons à faire quelque chose.

La méditation est la méthode la plus Sahaj [spontanée]. Ensuite nous avons les prières et aussi les pujas.

Les prières, si elles sont dites dans votre cœur avec un sentiment de s’en remettre totalement et en demandant ce qui est Eternel, seront aussi exaucées. Demandez juste ça et le reste vous arrivera petit à petit.
Tous les Sahaja Yogis ont un problème. Et ils ont ces problèmes à cause de leur passé, à cause de leurs aspirations futures.

En fait, quand vous avez des problèmes, vous avez appris en Sahaja Yoga comment les surmonter. Il y a tellement d’autres méthodes que la méditation. Vous les connaissez très bien.

Ainsi vous devez savoir sur quel chakra se trouve la Kundalini. Si maintenant la Kundalini est stoppée par un chakra particulier qui n’est pas en ordre de marche, vous ne devriez pas être frustré par ça. Supposons que votre instrument ou que votre voiture soit arrêtée sur la route, quelle est l’utilité de s’en sentir frustré ? Vous devez apprendre son mécanisme. Vous devez être un bon technicien et alors vous pouvez la gérer très bien.

Donc toutes les techniques de Sahaja Yoga doivent être apprises et maîtrisées. Vous pouvez seulement faire ça en les donnant aux autres et en apprenant tout en les corrigeant et en vous corrigeant vous-même.

Il n’y a rien de quoi être frustré. C’est la pire chose. Si vous devenez frustré et mécontent de vous-même, alors il va y avoir un problème. Vous devez rire de vous-même et rire de votre mécanisme qui est hors d’état.

Quand vous commencez à vous identifier vous-même ne serait-ce qu’avec l’instrument, alors vous n’êtes pas là. Vous n’êtes pas les chakras, vous n’êtes pas les différents canaux. Vous êtes la conscience, vous êtes le pouvoir, vous êtes la Kundalini. Donc vous n’avez pas à vous soucier du fait que toutes ces choses ne soient pas dans un état adéquat. Si elles ne le sont pas, vous pouvez résoudre ça.
Juste maintenant, les lampes se sont éteintes. Si les lampes se sont éteintes à cause d’une coupure d’électricité, c’est une chose sérieuse. Mais si les lampes se sont éteintes à cause d’un court-circuit dans une ampoule, oh, vous pouvez la remplacer, vous pouvez faire tout cela.

Donc il n’est pas nécessaire de se tracasser si vos chakras sont abîmés. Se tracasser soi-même ou le fait même de vous frustrer vous-même est une mauvaise attitude vis-à-vis de Sahaja Yoga.

‘Sahaja’ dans une autre terminologie signifie aussi, c’est quelque chose de simple, ‘sahaja’ signifie, ‘être sahaja’ signifie dans… Je peux le dire comme Tulsidas [Kabir] l’a dit : « Jaise rakha hu taise hi rahu », « Faites de moi ce que Vous voulez. » Ce genre d’attitude attire votre attention à l’intérieur car, à l’extérieur, elle est laissée toute seule aux chiens, elle est laissée seule. « Ce que vous ferez de moi, je le serai, de cette manière. » Et vous serez surpris de ce que tout s’engrène parfaitement.

Même parfois vous pourriez ressentir : « Je devrais atteindre un certain endroit. Je dois avoir fait ce bhajan. Il faut que je fasse ces choses » et parfois ce n’est pas fait. Parfois par erreur quelque chose que vous désirez n’est pas faite. Vous devez l’accepter comme la volonté de Dieu. C’est ce qu’Il désire. C’est d’accord. C’est le désir de Dieu et maintenant vous êtes un avec Son désir. Vous êtes ici pour communiquer le désir de Dieu au monde entier et, à ce moment, si vous commencez à avoir vos propres désirs et idées sur vous-même, alors quand deviendrez-vous le désir de Dieu ?
Ce ‘moi’ doit s’en aller. Voilà ce qu’est la méditation, quand vous n’êtes plus ‘je’ mais que c’est ‘toi’.

Kabirdasji a écrit un beau poème à ce sujet que, lorsque la chèvre est vivante et bêle, elle dit : « Mai, mai », c’est-à-dire : « Je, je. » Mais quand elle meurt et que ses intestins sont retirés et transformés en cordes et qu’un saint les fixent sur son tutari – cet instrument qu’ils ont, ektari [avec une seule corde] comme ils l’appellent – et qu’il la pince avec ses doigts, alors cela dit: « Tuhi, tuhi, tuhi », ce qui veut dire : « Tu es, tu es, tu es. »

C’est ainsi que nous devons mourir et que nous devons ressusciter. Vous l’avez déjà été mais Sahaja Yoga, comme Je vous l’ai dit, est un kheer [une douceur indienne au lait] ou ce que vous appelez ‘un plat sucré cuit dans un pot d’argile crue’ –  »Kachche ghade ki kheer hai’.

Donc la terre de l’argile crue y est aussi mélangée. Mais votre attention peut se trouver sur le kheer, sur le lait, et peut éviter toute la boue venant de l’argile crue.

Cette discrimination est spontanée. Elle est là. Vous l’avez obtenue, c’est une auto-actualisation. Vous pouvez le sentir vous-même. Vous savez que vous n’êtes pas cela. Vous avez commencé à parler de vos chakras de la même manière.

Mais la seule chose, le seul problème ou le seul défaut qu’il y a encore avec le Sahaja Yogi, c’est que, bien qu’il soit là, son attention est accaparée par l’extérieur. C’est le seul défaut.

Si l’attention est partie, comment la faire revenir ? C’est le point important. C’est la première chose. Dès que vous dites : « Comment la ramener ? », cela signifie que vous avez créé une intrication tridimensionnelle. Vous ne devez pas la ramener. Elle est là ! Si votre attention est à l’extérieur, alors J’aurais dit : « Non, votre attention doit venir à l’intérieur. Elle n’est pas encore là. » Mais elle est là [à l’intérieur] ! Vous êtes installés là, [alors vous devez vous dire] : « Je suis installé ici mais mon attention est à l’extérieur. En fait je dois juste me sentir moi-même où je suis, c’est tout. »

Certains ont ressenti cela, certains y sont arrivés. Vous savez que parmi vous-mêmes il y en a certains qui s’en sont allés très haut.
L’autre méthode que nous utilisons est le puja.

J’ai découvert que cela marche très bien avec les êtres humains, ce puja, parce qu’il satisfait des tas de demandes venant des habitudes passées, le fait que vous sentez que vous êtes en train de faire quelque chose à ce sujet. Alors vous commencez à donner tout ce que vous pensez que Dieu vous a donné, les bénédictions.

Et les rishi et muni [sages] ont découvert – ce sont des gens très intelligents – ils ont trouvé comment plaire aux Déités, comment plaire à la Mère. Donc ils vous l’ont expliqué, tout comme ils vous l’ont expliqué, même à cette époque-ci de Ma vie : « Comment Lui plaire. » Ils disent qu’Elle est Stutipriya, ce qui signifie que : « Elle apprécie les prières. »

Ce n’est pas ça. Mais, quand vous priez quelqu’un depuis votre cœur, cela signifie que vous l’acceptez et que c’est le moment où les chakras commencent à créer une force par laquelle vous êtes projeté, vous êtes poussé dans ce Royaume de Dieu.

Ainsi ces méthodes du puja, de la prière et des mantras ont été réfléchies et découvertes par de grands penseurs de Sahaja Yoga, les grands maîtres de Sahaja Yoga.

Et c’est l’effort ou vous pourriez dire l’effort sans effort des Sahaja Yogis qui fait vibrer Mon corps, qui extrait l’essence de Mon corps, Je dirais. Ils le font et cela provoque la libération de l’Infini Lui-même au travers de cet Etre fini. Et cela marche, c’est le déclic. Je l’ai vu, cela réussit très bien.
Mais vous savez qu’après le puja, Je suis un peu fatiguée parce que, si vous ne pouvez pas recevoir cette Force, Je désire dormir et Me débarrasser de ces vibrations additionnelles dans le sushupti [l’état de sommeil sans rêve] en entrant dans l’Etat Infini.

Si vous pouviez recevoir tout ce que J’émets, de façon équilibrée, avec votre puja, alors seulement ça va mieux aider. Cela signifie que, lorsque vous faites un puja, recevez les aussi [les vibrations]. Soyez en conscience sans pensée quand vous faites un puja, complètement concentrés sur leur réception. Mais, quand ils font le puja, les gens parlent. J’ai vu qu’ils bougent. Je veux dire, Je ne sais pas comment l’expliquer, que c’est le moment où quelque chose est en train de suinter, du nectar, et vous devriez juste le recevoir à ce moment avec une totale dévotion. Cela est en train de suinter.

Si vous sentez les vibrations de Mes chakras à ce moment, vous réaliserez que même les minuscules, toutes petites roues dans Mon corps se meuvent dans différents espaces, à des vitesses différentes, dans des dimensions différentes. Et Je ne sais réellement pas comment vous l’expliquer mais, vous voyez, cela crée une mélodie. Vous devez recevoir ça et il s’agit d’une mélodie individuelle, adaptée à chaque individu. Et, quand vous la recevez, elle vous pousse dans cet Etat de l’Infini.

Donc, au moment du puja, vous devez savoir que toute votre attention devrait être sur cette réception.
Aujourd’hui est un grand jour avec la Nouvelle Année. Et dans les deux ans à partir d’aujourd’hui, le satya yuga ]âge d’or] va commencer.

C’est un grand jour pour beaucoup de choses comme ces neuf jours qui sont célébrés après ceci pour l’arrivée de Mère. C’est la date, ou Je dirais que Mes ancêtres ont commencé leur calendrier et ont perçu que ceci est le jour où la Mère a commencé à créer et que ceci est le jour où Elle a créé Ganesha pour commencer. Au stade de utpatti [genèse], Elle a commencé Son travail ce jour-là.

Et c’est pourquoi ils ont placé cette date en tant que première date parce que le temps a commencé à partir de cette date, il y a longtemps de cela. Et c’est pourquoi cette date est si importante et, si vous traversez cette date, alors vous êtes au-delà du temps [kalateet].

Vous devez donc marcher sur cette date et aller au-delà [kalateet] Vous devez marcher sur votre dharma, sur votre religion, et aller au-delà, dharmateet. Vous devez être ces trois gunas [canaux] et aller au-delà, gunateet. Vous êtes tous ces trois-là [kalateet, dharmateet, gunateet] mais les marches sur lesquelles vous vous trouvez doivent être en ordre ou bien celles-ci, qui sont traversées, doivent aussi être en ordre.

Donc, quand vous vous trouvez au-delà, vous devez réparer ces marches que vous avez traversées d’une façon ou d’une autre, ce qui peut être fait au moyen de la méditation, des pujas et des prières.

Mais le plus important, le plus grand avancement est accompli en donnant l’Universel au travers de votre Etre Universel. Vous devez tous dédier votre vie à Sahaja Yoga et donner plus et encore plus. Parmi nous il y a des gens qui ont donné beaucoup et, grâce à cela, ils ont également accompli beaucoup. Vous devez donner.
Parlez-en, répandez-le et amenez plus de gens pour l’obtenir, sinon ils vont être laissés hors des processus évolutionnaires.

Il ne vous reste plus de temps pour douter et penser. Ne perdez pas votre temps dans toutes ces activités inutiles. Si vous avez encore des doutes, c’est mieux d’abandonner. Il est grand temps que vous entriez dans ce processus.

Donc aujourd’hui Je vous souhaite une joyeuse Nouvelle Année pour un voyage dans la vie spirituelle de ce monde. Vous devez penser à tous les Sahaja Yogis qui sont éloignés de nous et nos pensées devraient transporter notre amour vers eux et ils devraient être bénis comme vous tous êtes bénis ici.

J’espère que ces jours importants où Je suis ici, vous allez vous dédier totalement vous-même à l’émancipation de ces quatre lignes dont Je vous ai parlé. Et quel que soit le programme qui arrive, prenez-le de façon Sahaj. Vous ne devriez pas insister sur les dates et les heures. Tout ce qui survient de façon Sahaj [spontanément], acceptez-le.

Que Dieu vous bénisse !