Lettre sur le dharma

London (England)

Lettre de Shri Mataji sur le dharma, 1976.

ETVD 2015/10/06
Trad. Vérif2 V20160906

Lettre de Shri Mataji sur le dharma, 1976.

Egalement sur les pyramides et sur le Taj Mahal, Londres, 12/10/1976

Il est tout à fait vrai que certains êtres humains dans les temps préhistoriques étaient remplis de sagesse et de dynamisme. Ils étaient peut-être réalisés et on a certainement dû tenir ces personnes-là, dans les anciennes civilisations, pour des êtres supérieurs. Sinon comment expliquer la construction des pyramides d’Egypte qui sont, à l’intérieur, remplies de vibrations ? [Le cerveau humain est aussi en forme de pyramide mais il n’est pas encore parfait. Les pyramides ont des proportions divines. Tout ceci est corroboré par un scientifique dans son livre sur la «super nature» où il a découvert que les cadavres ne s’y décomposent pas.]

Il y a de nombreux autres exemples semblables.

En particulier des artistes dont la conscience était plus élevée [des âmes réalisées] ont été acceptés et c’est ainsi que fonctionne le Taj Mahal [le dôme produit une résonance et il y a énormément de vibrations car il a une forme spéciale.] Donc ceux-ci ne sont plus des faux-semblants. Ils sont tous au-delà de ce que même un homme moderne peut concevoir.

La raison de cette acceptation vient du fait que les êtres humains en général, à cette époque, acceptaient la vertu [l’expression du dharma] comme le modèle de leur vie. Ils n’obtenaient pas la «libération» de la vertu, socialement ou politiquement. On acceptait le dharma comme une chose à laquelle adhérer.

Il faut avoir des idées vraiment claires en ce qui concerne les religions officielles que les gens qui «parlent de Dieu» se sont appropriées. Ceux-là ne sont pas réalisés et ceux qui le sont, ne sont pas entièrement conscients d’eux-mêmes. Parler de Dieu mène à la rationalisation des religions officielles. Ces religions organisées mythiques ont trompé les êtres humains à un point tel que cela ressemble à une plaisanterie qui est devenue un meurtre perpétré de sang-froid. Je ne sais pas s’il faut en rire, ou être en colère, ou en pleurer de chagrin.

Voici en résumé comment Je décris le Dharma : le Dharma est le moyen de subsistance de tout ce qui est né ou a été créé. C’est la super nature qui procure des valences aux atomes dans un élément. C’est le Dharma qui s’exprime comme propriétés de ces éléments. Par exemple l’or a la propriété de ne pas se ternir.

Les êtres humains sont des instruments perfectionnés, comme des ordinateurs. Bien évidemment, si leur Dharma est en équilibre, ils sont les meilleurs récepteurs.

Vous pouvez comprendre que la Conscience divine est comme le courant électrique principal qui met l’ordinateur en marche [la Réalisation du Soi]. S’il n’y a pas de Dharma dans l’instrument, la Réalisation du Soi ne donne pas tous les résultats attendus. Il devient comme un véhicule d’occasion. Le Dharma est le pivot et celui qui est dans le Dharma n’est jamais en déséquilibre. L’attention doit donc être sur le Dharma, ce point où la gravité du péché n’agit pas.

L’information du Dharma vient de l’Inconscient mais le mouvement [de l’attention] s’éloignant du pivot peut tellement emporter l’attention humaine dans une seule dimension ou agir tellement comme un jeu de bascule qu’en fin de compte le balancier de la vie penche d’un côté, soit vers l’enfer soit vers la destruction parce que, si les mouvements extrêmes agissent comme une bascule, la délicate fleur de la conscience humaine s’en trouve déconcertée et les gens souffrent de toutes sortes de maux.

Que faut-il donc faire ?

Les êtres humains doivent arriver à l’état de Gautama qui est devenu le Bouddha. Il a cherché avec une grande intensité et honnêteté. Il a d’abord abandonné toutes les fausses préoccupations matérielles. Ceci n’est pas une obligation mais, lorsqu’ il a renoncé à tout espoir de recherche [l’occupation du mental], il a accepté sa défaite. Il s’est senti fatigué et s’est laissé tomber aux pieds du Saint-Esprit. Le Bouddha avait le Dharma. Son corps était pur. Son mental, l’attention, ne trouvait aucune joie dans les désirs matériels. Sa coupe était prête et elle s’est vidée lorsqu’il s’est senti fatigué et s’est abandonné. C’était le moment : comme une pluie torrentielle, la «Shakti» a rempli Sa coupe et a fait de Lui le «Shakta», l’Illuminé.

Donc, lorsque vous parlez de vertu, vous les avertissez pour qu’ils gardent leur coupe propre et intacte.

Sahaja Yoga est la preuve de toutes les Écritures qui sont contestées. Mais il fallait que Je vienne pour expliquer, pour donner la Réalisation et vous montrer la façon de procéder. Dans le domaine scientifique, on avance une hypothèse et puis on l’expérimente. Si des résultats sont obtenus, cela devient une loi scientifique. De la même façon, jusqu’à présent, les religions ou les idées sur Dieu étaient une hypothèse mais il faut voir comment cette hypothèse devient une loi à travers Sahaja Yoga.

Sahaja Yoga est plus concerné par la Puissance de Mahalakshmi – le pouvoir de l’évolution- qui intègre aussi les trois pouvoirs à un point situé au-delà du brahmarandra [sommet de la tête]. Avec cette intégration la découverte de Sahaja Yoga prouve que l’être humain est un instrument perfectionné, un ordinateur construit à différentes périodes qui, lorsqu’on le branche au secteur, se met à donner des informations.

Cela prouve que toutes les religions sont des fleurs vivantes de l’arbre de vie et qu’elles décrivent la Vérité. Toutes les Incarnations sont «vraies».

Tout ceci peut être prouvé au moment de l’éveil de la Kundalini. Cela crée une perception humaine qui peut avoir un dialogue avec l’Inconscient.

SS Shri Mataji Nirmala Devi