Lettre le jour du Gourou Purnima

(Location Unknown)

[Lettre, lieu et langue inconnus. Sans doute en Angleterre.]

Mes chers enfants Sahaja Yogis,

Je suis heureuse d’apprendre que vous célébriez le Gourou Purnima ce 1er juillet. Il est très difficile d’être une Mère et un Gourou. La Mère est le Gourou des gourous. Une mère doit être un gourou pour ses enfants, mais elle n’accomplit pas ce devoir comme le ferait un gourou. Elle réduit la distance entre ses disciples et elle en les traitant comme ses enfants, comme ses propres parties. Mais, oh! mes enfants, vous êtes vraiment nés de mon Sahasrara. Je vous ai conçus dans mon cœur et Je vous ai donné votre nouvelle naissance à travers le Brahmarandhra. Le Gange de mon amour vous a transportés dans le royaume de la Conscience Collective.
Cet amour qui est mien est trop grand pour mon corps humain. Il vous nourrit, vous apaise et vous donne un sentiment de sécurité. Progressivement, il ouvre votre conscience à la félicité et à la joie. Mais cet amour vous corrige aussi et vous taille. Il vous guide et vous oriente. Il se révèle sous forme de la véritable connaissance. Il absorbe vos chocs et vous installe comme une feuille glissante sur la dure surface de la vérité. Il vous renforce pour accomplir votre aspiration d’atteindre des sommets spirituels.
Après tout, quel est le principe du gourou?
C’est cet aspect de l’amour divin qui guide et avertit, qui vous dit les choses à faire et à ne pas faire. Parce que si les êtres humains échouent, ils deviennent « rakshasa » et « danavas » (démons), c’est un fait. Toutes vos anciennes écritures chantent les louanges des incarnations en tant que gourous, Dattatreya, l’innocence triple qui guide le chemin du dharma. Il existe dix dharmas primordiaux pour les êtres humains. Ils doivent être gardés, respectés et doivent être identifiés avec le tadatmya (nature semblable).

Il n’y a pas de compromis mais l’intelligence humaine donne des idées par lesquelles les sociétés humaines sont entrées dans des conditions horribles. Leur jeu mental nous entraîne au péché et nous devenons insensibles au péché. Aujourd’hui, Je veux que vous résolviez à devenir tous absolument dharmiques. Il est difficile d’être dharmique. La société et l’environnement vous forcent à être adharmiques. Vous êtes nés dans l’innocence et plus tard vous faites des compromis et acceptez les schémas adharmiques comme étant normaux.
Pour un Sahaja Yogi, il est difficile d’être adharmique. S’il essaie de faire une mauvaise chose, il est corrigé par les vibrations. Mais si vous continuez à tuer votre conscience éveillée, vous êtes libres de le faire et de tuer toutes vos chances de vous élever. Un aspect que Je voudrais souligner cette fois: « Ne commettez pas d’adultère. » Le Christ est allé plus loin en disant: « Vous ne devriez pas avoir un cœur ou un mental adultère parce que vous vous êtes Réalisés. » Votre modèle de comportement se déplace de l’intérieur vers l’extérieur. Faites votre introspection. Ne confondez pas la luxure avec l’amour. J’ai entendu des prostituées chanter la chanson d’amour de la séparation. Ce sont elles qui créent l’agonie de la séparation pour une Gruhalaxmi et agissent comme les opprimées. Faites attention à ne pas faire et jouer les jeux de l’adultère. Le péché devient de plus en plus subtil avec la sophistication. Respectez l’institution du mariage.

Les femmes doivent être des Gruhalaxmis. Premièrement, l’épouse doit être dévouée et complètement fidèle.
Deuxièmement, elle doit être vénérée comme une Gruhalaxmi. Voilà le double sens de « pujyante ». Le mot « pujyante » signifie être vénérable et aussi être vénéré. Avec Sahaja Yoga, vous devez oublier le passé car vous avez été baignés d’amour divin comme un nouveau-né. La pureté de cœur, exprimée par la fidélité dans le mariage pour le mari et la femme, c’est la vertu la plus agréable et la plus puissante. Lorsque vous comprenez la pureté de la relation, vous l’appréciez à son maximum. Vous ne confondez pas votre sensibilité avec la joie. Votre Mère est une mère et une épouse est une épouse.

Ici en Occident, tout est en train de devenir confus. De très jeunes filles épousent des vieillards et vice versa. C’est le jeu de l’argent. S’il y en a trop, la stupidité devient le modèle de la société. Ils deviennent si aveugles qu’ils l’appellent cela de l’amour. Cette stupidité est très, très dangereuse. Faites attention. Stabilisez votre attention en gardant les yeux sur la Terre Mère. Ainsi, vous obtenez le bandhan aimant de votre grand-mère, (la Terre Mère) et vous vous libérez de l’esclavage de votre luxure.

Certains mariages ne sont peut-être pas bons, mais les exceptions ne devraient pas créer de dérangements massifs. Ils devraient le supporter pour les masses.
Une fois que la citadelle de vertu commencera à s’effondrer, tout le bâtiment de Sahaja Yogis s’effondrera. Et qui peut souffrir si ce n’est ce mental qui ne vous touche pas qui reste témoin ? Amusez-vous de la tragédie de votre vie en tant que témoin et pensez à l’image que vous créez pour les autres à suivre. Réalisez quel est le rôle d’un Sahaja Yogi dans ce monde perturbé qui s’autodétruit. Ainsi, élevez-vous dans un nouveau rôle. Il y a d’autres dharmas, tous très importants. Méditez sur eux. Je vois mon amour reflété dans vos yeux dharmiques et brillants.


Avec toutes mes bénédictions pour vous tous,
Je suis vôtre, comme toujours, se souvenant toujours de tout
Votre mère Nirmala »

[Cette lettre a peut-être été écrite en Angleterre pour les Sahaja Yogis indiens. Lieu et langue inconnus. Cette lettre semble être une traduction du hindi vers l’anglais.]

À propos du mot ‘pujyante’:
« Mais elle doit le mériter, ‘Yatr naryan pujante tatr ramante devata’, ‘Là où les femmes sont respectées réside les Dieux.’ Mais elles doivent être vénérables… Si la femme est vénérable, ‘pujyante’ signifie ‘vénérable’. Qui aime adorer une mauvaise femme cruelle Rakshasi? Celles qui sont vénérables doivent être vénérées. Là résident les dieux. » Shri Rama puja, Calcutta, Inde, 25/03/1991