Séminaire Jour 2, Zen Void

Bracknell, Easthampstead Park Conference Centre (England)

Feedback
Share

Séminaire Jour 2 – ZEN, VOID – East Hampstead Park-Bracknell (Angleterre) – 15 Octobre 1978

EnTVD 2021-0424 FrTVD 2021-0510

[…] Alors, quelle est l’utilité de lire cela ? « Louez seulement la Mère ! » : c’est ce qu’Il [Adi Shankaracharya] a dit. Les gens Lui ont demandé : « Pourquoi avez-Vous loué seulement la Mère ? Pourquoi n’avez-Vous rien écrit d’autre ? » Il a dit : « C’est la seule façon de l’obtenir [la Réalisation]. Quelle est l’utilité de donner tout ce qui est avidya, la non-connaissance ? Je donne la connaissance réelle : vous louez la Mère et vous faites juste cela. » Et tous ces pandits éduqués et tout cela, ils L’ont contesté et ont torturé leurs vies [des Saints].

Maintenant que fait cet actuel Shankaracharya Shringari, le savez-vous ? Cet [Adi] Shankaracharya a adopté l’ascétisme car Il devait travailler et se dévouer Lui-même. Et Il est allé partout dans le monde chaque fois que cela Lui était possible. Il est allé au Cachemire et dans tous ces endroits, et Il a accompli un tel travail ! Tandis que ce gars [Shankaracharya Shringari] qui est une toute petite chose horrible, est en fait faible. Que vous aimiez cela ou pas, Je dois le dire.

Celui-ci essaye de rassembler de l’argent car il doit faire un parasol en or. Et il doit y placer dessus des diamants avec sept pierres, et neuf autres pierres seront placées sur ce parasol et un jour, quand il voudra s’asseoir en-dessous, le parasol s’écroulera. (Les Yogis rient.)

Yogini : Pourrais-je Vous préciser que [Indistinct : tous les gens parlent de ses réceptions].

Une autre Yogini : La vérité n’est pas pour les masses. La vérité est la chose la plus difficile à trouver… [Indist.].

Shri Mataji : Oui, en effet !

Yogini : C’est ce que l’on dit, donc les gens voudraient bien [Indist.] …

Shri Mataji : Mais, vous voyez, une vérité peut seulement être trouvée quand vous enlevez les nuages.

Yogini : Est-ce [Indist : le soleil qui fait cela] ?

Shri Mataji : Non, non, non, non – vous devez les enlever vous-même !

Yogini : [Indist : Cela doit commencer car le vent souffle devant moi et …]

Shri Mataji : Non, non – vous le pouvez.

Yogini : [Indist : Donc il faut avancer.]

Shri Mataji : Vous voyez, c’est votre propre mental qui forme le nuage. Si vous êtes dans la vérité, les nuages disparaîtront – mais vous devez dire aux gens qu’il y a des nuages, vous devez le leur dire. Pas seulement cela. Vous devez leur parler des faits, car nous avons ici des gens de sources différentes et de types différents. Par exemple J’ai fait face à plein de gens Zen et J’ai dû leur parler. Certains acceptaient et d’autres pas. Que dois-Je faire à ce sujet ?

Une autre Yogini : [Indist : Cela ne se faisait pas comme cela. Vous allez là et il y a des gens qui pouvaient créer de nouveaux nuages comme de forcer ceci, donc je pense…]

Yogi : Ce soutien doit être destiné à l’avantage des gens.

Yogini : Oui, mais vous ne pouvez pas les convaincre de ça, donc alors vous apprenez des [Indist.]. D’où ? Vous tournez juste en rond.

Shri Mataji : C’est très aisé à dire mais cela ne se passe pas de cette façon. Ils bloquent votre chemin car ils sont dans votre subconscient. Vous devez y faire face. Vous devez les en sortir, vous devez les nettoyer.

Avec Sahaja Yoga, que se passe-t-il ? Cela, vous pouvez le voir, et vous pouvez les nettoyer. Mais si vous dites seulement : « Maintenant je suis réalisé, tout est en ordre » : cela ne va pas ainsi. Ce n’est pas comme cela. C’est pourquoi, dans les temps anciens, ils ont entrepris le style de l’Hatha Yoga qui était d’abord destiné à éloigner une personne, depuis son enfance, loin de la folie de la foule ; le garder là, le nettoyer, le garder dans des conditions pures, très bien le traiter et ensuite lui donner la Réalisation, graduellement, chakra après chakra, et le faire s’élever. Ceci a été fait au cours de nombreux âges, dans beaucoup de vies de ces gens. Ceux-ci ont été à nouveau sélectionnés, amenés à cela et ça a été de nouveau entrepris. C’était un processus très long.

Mais maintenant, après avoir reçu la Réalisation, vous pouvez le faire vous-même. Vous pouvez vous clarifier vous-même, vous nettoyer vous-même, mais vous devez faire face aux sortes de problèmes qui sont là. En fait, pour certains ici, Je veux dire la plupart d’entre eux, ils n’ont plus ce problème actuellement. Ils ne pensent plus que ces Bouddhistes et quiconque d’entre eux, que ce soit des Lamas ou des Damas ou n’importe, que ces gens aient apporté aucune contribution à propos de la vie spirituelle. Ils en sont convaincus. Ceux-là ne contribuent en rien à la vie spirituelle. Ces enfants le font, de telles âmes réalisées. Il s’agit d’une âme réalisée.

Alors, s’il est une âme réalisée et si le leader Zen ne l’est pas, que pouvez-vous faire à ce sujet ? C’est un fait ! Et ceux qui suivent le Zen, ne le suivent en fait pas car ils doivent être réalisés. La première chose, c’est qu’ils devraient être réalisés. Et qui va les réaliser si le leader n’est pas réalisé ? Si une lampe n’est pas allumée, comment va-t-elle allumer d’autres lampes ?

Yogini : Quiconque est obligé de le faire. C’est pareil au fait que, comme ils ont été réalisés, alors ils ont obtenu la Réalisation d’ici, de gens qui de toute façon sont proches de cette façon de penser. Ce n’est pas qu’après avoir été guéri, vous y faites réellement face. A Vienne, Milan, Genève…

Shri Mataji : Ah ! En fait ce serait mieux, Sheila, que vous leur parliez de vous-même. Vous voyez, vous êtes bloqués là-dessus. Alors Sheila, dites-leur juste ce qui vous est arrivé, dites-le-leur.

Une autre Yogini : Il y a juste un point…

Shri Mataji : Ah !

Yogini : …en lui faisant une liste, elle doit emprunter le long chemin pour en venir à…

Shri Mataji : Non, non, non, non.

Yogini : Le point c’est qu’on ne peut pas dissoudre cela.

Shri Mataji : Ce n’est pas ça. En fait Je vous ai déjà expliqué ce que c’est. C’est vous qui dites cela, le fait que vous tous croyez que vous êtes tous guidés de cette façon. Votre chemin n’est pas celui-là. Vous y voyez une guidance dissimulée mais personne ne va vous forcer sur ce chemin. Il s’agit de votre propre choix, votre liberté est là tout le temps. Ce que Je peux faire est de vous dire quoi est quoi, et vous laisser à votre liberté. Si vous pensez que chacun est obligé, alors pourquoi serais-Je ici ?

Yogini : En fait je pense qu’ils doivent entendre que, lorsqu’on avance, les gens ont besoin d’avoir le choix pour voir que, s’ils n’empruntent pas juste le chemin direct vers la porte ouverte, ils vont se heurter au mur sur cet autre chemin. Donc c’est pourquoi les gens qui viennent à Vous, seront finalement les vôtres.

Shri Mataji : Hm.

Yogini : Je veux dire qu’ils voudraient faire cela, mais ils…

Shri Mataji : Oui, ils le font.

Yogini : …pensent que…

Shri Mataji : Oui, Je suis d’accord.

Yogini : …ils doivent pouvoir choisir.

Shri Mataji : Oui, ils font cela. Je dois faire preuve d’une totale patience, Je sais. Je l’ai ! J’ai une totale patience pour eux, mais Mon but, Mon travail est de leur dire : ceci est un mur et n’y cassez pas votre tête. Et, étant une Mère, vous pouvez imaginer que Je les vois en fait comme de petits bébés nouvellement nés. Donc Je Me sens concernée et Je leur explique très positivement et très clairement de ne pas se jeter sur le mur. Mais ils le font encore, certains d’entre eux. Sheila l’a fait.

Une autre Yogini : [Indist : J’ai parlé de cette participation à Grégoire, que cela sentait mauvais. Vous savez, je l’aime, et là j’ai été torturée. J’ai pensé en fait qu’avec Shri Mataji, c’en serait terminé après cela. Mais j’y suis juste allée placer une seule chose un peu pour être sûre et, une fois que j’ai été sûre, Gina, elle, est partie vers une autre illumination. Moi j’étais juste totalement sûre, complètement.

Shri Mataji : Elle ne l’a pas du tout identifié, elle l’a juste visité une seule fois, une seule fois seulement !

Yogini : J’ai été très malade, physiquement et tout, et j’ai été entourée de façon intensive et en plus c’était un homme. Je n’aime pas refaire la même chose (les Yogis rient.) pour ne pas nommer cela. Du bon boulot !

Shri Mataji : Imaginez juste !

Yogini : Ce sont toutes des personnes limitées.

Une autre Yogini : [Indist : Quand on n’en parle pas, quand il y a…] (Tous les Yogis rient.)

Shri Mataji : Et voyez, les gens du Canada, en fait voyez juste Ma position qui est de les avoir emmenés ici du Canada, J’en ai nettoyé tellement d’entre eux. Je les nettoie, Je les mets en ordre. Je leur dis ce qu’il en est, pourquoi ils sont désolés, comment surviennent leurs tas de problèmes. Je veux dire que Je dois travailler réellement, réellement très fortement pour eux, réellement très durement, et ensuite ils vont à nouveau chercher les problèmes.

Donc Je dois insister là-dessus très clairement : tant que vous vous identifierez avec ce qui est faux, vous ne serez pas réalisés. Vous ne pouvez pas l’obtenir. Vous devez abandonner ce qui est faux, voir par vous-même, y arriver ! Le meilleur jugement : vos vibrations ! Vous devez les obtenir. En fait voyez, cette jeune femme a lu certains livres et des choses et c’est tombé sur sa tête et elle-même peut sentir qu’il y a un blocage dans sa tête. Vous pouvez le sentir vous-même, n’est-ce pas ?

(Un bébé fait du bruit et les Yogis rient.)

Si la sensitivité est bonne, alors vous considérez le bon point de vue. Mais non, voyez-vous, votre sensitivité est très relâchée et obstruée. Sentez cela, venez ici !

Maintenant posez-Moi des questions, d’accord ? Donc c’est pour votre propre bien, Je le dirai pour votre propre bien. Je ne vous dis même pas une seule chose qui ne soit pas auspicieuse et que Je ne connaîtrais pas, que les gens aiment ça ou pas. Aussi parfois Je camoufle car les choses ne vont pas directement dans leurs têtes. Comme Je l’ai dit, si quelqu’un est stupide, vous ne devriez pas dire : « Vous êtes stupide ! » (Les Yogis rient.) Oui ! On doit y aller délicatement. C’est un style maternel.

Mais ceci Je dois vous le dire, Je vous dis la vérité. La première chose, c’est que vous devriez établir vos vibrations. C’est cela la première chose et ensuite vous parlez de la Réalisation. Vous ne devriez rien dire d’autre que : « Tout d’abord, mes vibrations. Tellement de gens les ont établies. Pourquoi pas moi ? Je dois les obtenir. » C’est la réflexion qui devrait être là. Si cela marche, c’est très bien. Si cela ne marche pas, alors vous devez y arriver. C’est la seule chose que vous devez obtenir, rien d’autre ! Vous devez comprendre.

En fait Je lui ai demandé quels livres elle lisait, ce qui se passe. Elle Me l’a dit. Donc maintenant Je peux corriger cela, Je sais où est le problème, voyez-vous. En M’expliquant les faits, quel est le problème, Je peux mieux le corriger. Comme il faut expliquer à un médecin quelle est la situation. Car la plupart des problèmes ici dans l’esprit occidental, sont mentaux. Nos lectures, notre vie passée et toutes ces choses sont venues dans le subconscient et aussi nos ambitions, nos aspirations et tout ça, toutes ces choses agissent à travers nous.

Donc nous devons nous nettoyer nous-mêmes, nous devons être absolument limpides. C’est cela que désirait Bouddha, c’est l’Illumination. Quoi d’autre ? Voulait-Il que les gens soient formés pour se battre ? Rien de ce genre. Il voulait seulement obtenir l’Illumination pour pouvoir se lire eux-mêmes et pas d’autres livres, vous voyez. Bouddha n’a écrit aucun livre. Il n’a rien écrit et ceux qui écrivent à Son sujet, n’étaient d’ailleurs pas des gens réalisés. Il a dit que vous ne devriez rien vénérer car Il en avait tellement assez des gens qui vénèrent toutes sortes de non-sens. Donc Il a dit de ne pas vénérer. Mais eux vénèrent Ses vêtements, Ses cheveux, Ses ongles, ceci, cela…

Evidemment, pour ce qui Me concerne, cela est important, tout a une signification, mais pour ces gens, cela n’a pas de signification. Ils ne peuvent pas en sentir les vibrations, alors que vénèrent-ils ?

Tout comme Je suis allée au Cachemire à un endroit et J’y ai juste reçu des vibrations extraordinaires, et J’ai dit : « Qu’y a-t-il ici ? Il y a un temple ou autre ? » Ils ont dit non. J’ai dit : « Cet endroit semble être réellement vibré » J’ai arrêté la voiture et ai questionné le chauffeur. Il a dit : « Vous saviez qu’il y a un grand [Indist.], c’est un cheveu de Mahomet qui est placé là. » J’ai dit : « Oh, c’est très bien ! » Et le chauffeur a dit : « Qu’y a-t-il là de grand ? Ce cheveu a provoqué tellement de problèmes ici. Les gens se sont battus pour cela, il y a eu tellement de meurtres, ceci, cela. »

En fait qu’a fait ce pauvre cheveu ? Vous voyez, imaginez juste ! Pour Moi, il M’a procuré de la Joie et un tel sentiment d’unité là. Et pour les autres il a provoqué des combats. Les Musulmans se sont battus car ce cheveu a été perdu, ceci, cela. Ensuite, quand il est revenu, ils ne savaient pas s’il s’agissait du vrai cheveu ou d’un autre (les Yogis rient), ces controverses à propos de ces choses.

Nous sommes allés à cet endroit de l’Ashram de Valmiki près de Bihar. Sur cet autre côté de Bihar au Népal et Je suis allée là en traversant une rivière pour voir cet endroit. Rien qu’à le sentir, Je sais que c’est là. Donc alors quand Je suis revenue voir l’un d’entre eux [Indist.], ces hommes de Bihar très éduqués, il était là aussi. Il a demandé : « Mère, que pensez-Vous ? Est-ce l’endroit où Sitaji a vécu ? » J’ai répondu : « Oui, Elle a vécu ici, Elle y a vécu. » Il a dit : « Comment le savez-Vous ? » J’ai dit : « Je le sais pour une seule chose, c’est Ma propre expérience que c’était ainsi. A part cela, vous pouvez le demander à n’importe quel Sahaja Yogi, ils peuvent dire que ceci est l’endroit où Elle a vécu car on sent partout les vibrations. »

Il a dit : « Réellement, il y a plein de livres écrits contre cela, que ceci n’est pas l’endroit, que ce n’est pas le sol indien, pas sur le sol népalais, ceci, cela, toutes ces choses. Imaginez juste ! Cette lutte à propos de la Mère Divine, si Elle était née au Népal ou ici. C’était une Dame népalaise. Elle était née au Népal, aucun doute à ce sujet. Mais le Népal ce n’est pas bien, ils ne sont pas bien ni les Indiens ne le sont. Ils sont juste tous pareils, des gens horribles qui combattent tout le bien que vous apportez, ils commencent à se battre. Que faire avec cette nature humaine ?

De fait ces gens ne l’ont pas réalisé, aucun d’entre eux ne le savait. Comme Moi Je vous connais, Je peux réellement parler de ce point. Même le Christ n’a pas su combien les êtres humains étaient tordus. Ils sont bien trop bons. J’ai pensé que l’humanisation devait être complétée au cours de Ma vie et J’ai été horrifiée. Les gens pensent encore que Je suis ignorante, que Je n’en sais pas beaucoup, que Je dois encore lire plein de choses pour comprendre les êtres humains.

Vous voyez, cela à cause de leur soi-disant intelligence – qui les trompe – parce qu’ils pensent qu’ils peuvent tout gérer, tout gérer partout. Ceux qu’ils ne gèrent pas, c’est eux-mêmes ; ils ne gèrent pas leurs propres choix, leurs propres biens, leur propre fortune – c’est ce qu’ils ne gèrent pas, c’est ce qu’ils ne ressentent pas, c’est ce qui leur manque. Ce qui est si important en eux, bouillonnant pour se manifester, désireux de sortir, c’est tout ce qui leur manque. En fait que gèrent-ils comme des fous ? Ceci est juste pour le spectacle !

Quelqu’un doit le dire et peut vous convaincre. Je suis ici pour convaincre, pour vous convaincre à propos de Bouddha. Et savez-vous que Bouddha est né à nouveau ? Il fut Hassan et Hussein : l’un deux était Bouddha, l’autre était Mahavira. Voyez le silence ! Les Bouddhistes ne l’accepteront pas car ils ont eu peur dans leurs vies, de la façon dont les Bouddhistes ont tous été aigris.

Mahomet prit naissance en tant que Nanaka. Si vous lisez la vie de Nanaka, Je veux dire si vous lisez ce qu’Il a dû dire, tout le temps Il a dit : « Oh Dieu, pourquoi vous battez-vous entre vous-mêmes, les Hindous et les Musulmans, ou les Musulmans et les autres peuples ? Je suis juste le même. Comment vous battez-vous ? » Vous voyez, quand Il est mort, Mahomet, quand Il a vu comment la religion a été comprise par les Musulmans, Il devait naître à nouveau. Et leur expliquer ! Mais quand Il est né à nouveau et qu’Il a commencé à leur parler, les gens ont jeté des pierres sur Lui. Et ces Sikhs, ces fous, allez leur demander : « Qu’a fait Mahomet ? » Toute Sa vie Il a essayé d’unifier ces deux-là car Il avait été tellement étonné de cette attitude et imaginez, les Sikhs luttent toute leur vie contre les Musulmans et les Musulmans, ces fous, combattent les Sikhs.

J’ai parlé à des dames arabes, elles sont d’accord avec moi. Il n’y a pas de signification concernant qui est d’accord avec Moi, vous pouvez le voir ; après tout ils sont tous suffisamment intelligents pour le voir. Mais quelque chose de faux se cache en nous et doit être enlevé. Vous devez abandonner tout ce qui est faux car la fausseté vous garde éloigné de la réalité qui est la beauté et la Joie, qui est vous-même [votre Soi].

Quand J’ai parlé pour la première fois en 1971 et quand Je les ai tous « déverrouillés » [éveillés], ils ont appelé ça de la jonglerie spirituelle. J’en ai parlé à eux tous à gauche et à droite, et chacun en fut tellement effrayé. Il y avait un Raja de Mundi qui vint Me dire : « Mère, ils vont venir Vous tuer. » J’ai dit : « Cette fois, Je vais les tuer. Personne ne va Me crucifier maintenant. Ne vous tracassez pas pour Moi. » Il a dit : « Je suis préoccupé pour votre bien-être. En parlant ainsi, vous voyez, les gens se sentiront très fâchés contre Vous. » J’ai dit : « Laissez-les venir. Cette fois Je vais faire face à ça. Cela allait auparavant tandis que J’assumais le spectacle, mais maintenant plus. Débarrassons-nous de cela. Quelqu’un doit le leur dire. »

C’est très facile pour Moi de M’en aller dire : « Oh », en vous plaisant à tous : « Oh très bien, vous, cette société, vous êtes très bien ; cette église est très bien ; pape Je vous aime ! » et tout cela. (Les Yogis rient.) Et de les rassembler tous parce que Je suis une âme réalisée à l’intérieur et à l’extérieur. Et Je peux dire : « Oh, Je suis ceci ; J’ai des pouvoirs curatifs ; Je lève la Kundalini » et ceci et cela, et les rassembler tous ainsi. J’aurais pu agir de cette façon, mais cela ne va pas marcher. Evidemment, s’ils viennent à Moi, Je le gérerai car il existe un certain protocole de la vérité.

Le Christ n’est pas allé juste en parler à ces gens. Il a argumenté avec eux et leur a expliqué ce qu’était la vérité. Bouddha a prêché la non-violence. Il a pensé que, grâce à des méthodes de non-violence, ces gens accepteraient. Mais ce qu’Il a découvert en faisant cela, ce qui est arrivé, c’est que tous les rakshasas horribles se sont très joliment installés là. Quiconque est une bonne personne doit être torturée : ce fut la loi. Quiconque est une personne religieuse, doit être tuée. Quiconque était une âme réalisée, doit être crucifié. Ceci était le modèle de vie.

Donc ils vinrent en tant que Hassan et Hussein et ont combattu cela. Si le temps en vient, la colère de Dieu se répandra sur ces gens. Il possède une colère très formidable. S’Il ne l’a pas exprimée dans une incarnation, cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Elle existe vraiment.

C’est très bien pour le Christ de dire que, « Si quelqu’un vous frappe sur une joue, présentez-lui l’autre joue. » C’est juste pour développer votre patience. Et quand on frappe sur une des joues une âme réalisée, un côté est nettoyé, et quand on présente l’autre joue, le second côté sera aussi nettoyé. Les deux côtés sont juste nettoyés. C’est pourquoi cela a été dit. C’est cela le sens plus profond. Et ensuite la personne tombe à vos pieds en vous demandant pardon.

Voyez juste, une guêpe Me pique ici et là les vibrations sont cent fois plus fortes. N’est-ce pas une chose incroyable ? C’est un de Mes secrets très profond. Mais vous devez savoir au moins cela, qu’à moins que vous ayez abandonné tout ce qui est faux qui vous garde en train de flotter à la surface, vous ne pourrez pas vous enfoncer profondément. Celles-ci sont toutes des bulles, vous savez. Vous devez avoir vu des gens flotter avec deux ballons et jaillir dehors. De la même façon nos ego et superego nous gardent en flottaison. Cela ne vous permet pas de plonger profondément en vous-même [dans votre Soi].

Donc vous ne pouvez pas comprendre cela en rationalisant. Vous abandonnez votre rationalité et entrez profondément au centre. Vous devez y entrer directement.

Bouddha a fait Son travail. Il a construit ici sur le côté gauche [dans la tête] de votre personnalité. Mahavira a fait son travail ici [sur le côté droit dans la tête]. Maintenant c’est Mon travail qui doit être fait, c’est de casser votre Brahmarandra [au centre]. Et laissez-Moi le faire ! Ils [les Saints et Incarnations] sont tous en Moi. Ils font partie de Moi et cela est dans Leur esprit à chaque minute, chaque seconde, chaque moment. Ils sont ici. Ne vous préoccupez pas d’eux, vous devez vous préoccuper de vous-même [de votre Soi].

Pensez juste à jusqu’où vous êtes allé dans votre méditation, combien profondément vous êtes allé en vous-même [dans votre Soi]. Si vous n’y êtes pas allé, il ne s’agit pas d’une erreur de Sahaja Yoga, mais de votre propre erreur. Il y a quelque chose de faux quelque part. Juste descendez voir où est l’erreur ! Votre ego est-il en train de flotter ou bien votre superego ? Qu’est-ce qui ne vous garde pas immergé dans votre être ?

Voyez en fait combien Je travaille dur sur vous, jour après jour. Il s’agit d’une chose simple.

A Derby nous avions quelqu’un qui appartenait à une grande organisation et il vint commencer à argumenter. Alors un des Sahaja Yogis a demandé : « Maintenant venez me dire à combien de gens vous avez donné la Réalisation, combien de gens avez-vous guéris ? » Il a répondu : « Aucun. » Alors il a dit : « De quoi parlez-vous à Mataji ? Vous avez vu qu’Elle a donné la Réalisation à des milliers de personnes. Elle en a guéri des milliers. Nous en avons guéri aussi. Donc c’est mieux de L’écouter au lieu de vous fâcher avec Elle et de Lui parler de cette grande organisation que vous avez. » Quand ce gars changea d’avis et alla en parler à son organisation, les gens qui le suivaient en tant que guru, dirent : « Oh, il est devenu fou ! » Ils l’ont quitté et ont sélectionné un autre homme fou pour être leur guru.

Personne ne va rester à vos côtés du point de vue de ce qui est organisation, Je vous le dis. Toutes vos organisations ne M’accepteront jamais en général, jamais. Car ils se positionnent sur quelque chose de faux. Ils ne M’accepteront jamais, la totalité de ceux-ci. Aucune de ces organisations ne va M’accepter.

J’ai vu la même chose en Amérique. C’est quelque chose de triste mais c’est la même chose.

Il y a une dame qui dirige [une organisation], elle l’appelle « La Lumière de l’Univers ». Elle M’a invitée là et va [tout organiser-?]. Elle M’a préparé une conférence de trois jours et tout ça, vous voyez. A la fin, elle M’a emmenée dans sa maison [là en bas-?]. Elle avait installé un temple, le tout rempli de bhoots et elle a dit : « Ici j’appelle mon maître au Tibet. » J’ai dit : « Très bien, et pourquoi M’avez-vous appelée ? » « Je lui ai procuré un couvent et tout ça. J’ai suivi ce chemin. » Donc des gens l’ont abandonnée complètement quand elle s’est jointe à Moi. Elle M’a écrit : « Je devrais aller près d’elle », et à nouveau comme ceci : « parce qu’elle en retire plein d’argent. » Mais Je lui ai dit de ne pas la voir pendant un certain temps.

Donc la totalité de ces organisations ne viendront pas vers Moi car leur base est fausse, leur base est erronée ; elle est totalement fausse. La base de toutes ces organisations est fausse. Cela n’a rien donné de bon, si vous voyez cela très clairement et avec honnêteté ; ils ne font rien de bon. Tout au plus, il s’agit d’organisations philanthropiques, comme nous pourrions dire, un concile qui procure de l’aide à des gens malades, pour les admettre dans un hôpital, un peu de ceci et cela, c’est tout. Tout au plus s’ils sont corrects. Vous voyez, vous êtes alors comme les membres d’un concile, les membres d’un Conseil. Mais pourquoi amener Dieu là ? C’est d’accord, vous êtes des travailleurs sociaux, vous faites du travail social. Ce n’est pas spirituel. Le travail spirituel, c’est la question spirituelle concernant le fait de devoir être éveillé [réalisé]. Vous comprenez ?

Donc toutes ces sociétés ou toutes ces religions, elles toutes, chacune et toutes, [sont ainsi] à cent pour cent. Si vous disiez vingt-cinq pour cent, Je dirais que, si même un seul pour cent est là, J’en remercierais Dieu. Je ne parle même pas d’un seul pour cent, une organisation sincère qui serait basée sur le fait de donner la Réalisation aux gens dans le sens réel de ce terme. Ces soi-disant, ces endroits daya-makas, J’y suis allée. Ce Yogananda n’était pas une âme réalisée, vous seriez choqués à propos de ce ‘Papaji’ et ‘Dadaji’. Et eux tous n’étaient absolument pas des âmes réalisées.

En fait les gens qui étaient là, sont venus Me parler. Vous voyez, il y avait un médecin que nous avions, et qui est mort de cela. Il avait l’habitude de suivre tout ce Catharisme : il coupait sa langue, la mettait en arrière, la plaçait ici, vous voyez. Imaginez toutes ces choses et toujours sa langue sortait comme cela et il devait placer une sorte d’attache pour sa langue, autrement la langue sortait à l’extérieur comme cela. Il l’avait coupée par crainte et l’avait tournée vers le haut, placée ici pour élever la Kundalini – imaginez juste !

En fait, si quelqu’un vient comme cela, que devrais-Je dire : « Maintenant vous coupez votre nez et vous le mettez à l’intérieur » ? (Mère rit.) Juste, imaginez ! Il y a des gens comme cela. Ceci c’est l’école de Yogananda ; ils exercent le Catharisme. Kabira vint et les fouetta, et [condamna] complètement ce Catharisme et tout cela. Il dit : « Un jour votre langue sera coupée, vos nez seront coupés et ceci arrivera : vous serez pendus à l’envers tête en bas en enfer, de la façon dont vous traitez ces gens, ceux qui cherchent.

Voici ces gens et ils publient des livres, vous voyez. Leurs livres seront publiés et tout ça, ils seront les sujets de programmes à la BBC et tout va les soutenir et les aider car ils sont tous basés sur ce qui est faux. Qu’ont-ils fait au Christ ? Aucun scientifique L’a-t-Il accepté ? Quel bureaucrate L’a accepté ? Qu’ont-ils fait à Bouddha ? Quand Il a vécu, Il a eu des moments difficiles. Après Sa mort évidemment, chacun a commencé à en faire de l’argent et des choses semblables. Mais qu’auraient-ils pu faire ?

Les Japonais sont supposés être les plus – comme vous dites, ils sont Bouddhistes. Ce sont les gens les plus cruels qui soient. Les gens les plus cruels sont japonais. Ce sont les plus cruels de tous, vous voyez. Ils ont un système si bizarre.

Je suis allée au Japon. J’ai été étonnée de ce que toute femme jolie ne soit pas mariée au Japon. Ceci provient du Bouddhisme, juste imaginez le système ! Aucune jolie femme ne se marie, ni aucune femme éduquée ne se marie, seulement celles qui font la plonge se marient. Les femmes qui sont absolument inutiles, bonnes à rien, laides, des femmes horribles qui sont des servantes dans d’autres endroits, se marient et sont les mères des enfants du Japon. La mère, même si son époux la bat, ne réagit pas, doit supporter. Il peut lui faire entretenir la maison en présence de ses concubines. Il peut rendre visite aux geishas, elle est supposée ne rien dire. Et c’est pourquoi, vous savez, dans le monde entier, une femme japonaise est la meilleure ! Elle est pire qu’une esclave pour lui. Et si vous allez au Japon, personne ne vous invitera dans sa maison et domicile.

Voyez, J’y suis allée sans Mon époux, alors ils ne savaient pas quoi faire de Moi. Ils ne pouvaient pas m’emmener dans une maison de geishas, ni non plus dans leurs maisons. Ainsi ils ne savaient pas réellement comment faire avec Moi. Et J’ai lu qu’ils ne savaient réellement pas quoi faire de Moi. Je leur ai dit que Je désirais aller dans les maisons de geishas pour voir ce qu’il en était. Et là J’ai trouvé, avec ces geishas, quand Je leur ai parlé, qu’elles en ont assez de ce non-sens. Elles dirent : « Nous sommes de belles femmes, aussi nous ne nous marions pas car nous gagnons de l’argent. Et aussi nous sommes partiellement des femmes de carrière. » Elles sont partagées : une partie du temps elles sont des geishas et l’autre partie de temps, des femmes de carrière. Et elles se rencontrent toutes là. Vous voyez, elles sont absolument ouvertement comme cela.

Ici aussi, elles font pareil. Je veux dire, la façon dont les femmes sortent pour une rencontre, qu’est-ce ? C’est du travail de geisha. Que sont ces rencontres ? Je veux dire que là-bas elles s’appellent au moins elles-mêmes honnêtement des geishas mais ici, rencontrer un homme, le pauvre doit payer pour elles chaque soir, alors c’est trop.

Tout ceci se retrouve ici d’une façon très subtile. Donc vous dites qu’il n’y a pas de prostitution ici mais qu’il y en a là-bas. Je veux dire qu’ils spécifient quelles sont les lois de la prostitution. Vous ne pouvez pas en faire une sorte de publicité mais vous pouvez avoir un bain ou sauna ou autre. Je veux dire que c’est ce genre de chose qu’ils ont créé ici avec leur intelligence.

Mais au Japon, c’est très clair : une geisha est une geisha, une maîtresse de maison est une maîtresse de maison. Mais si vous voyez les mains d’une maîtresse de maison, elles ne sont pas douces, ce sont réellement des mains calleuses, juste comme l’écorce d’un arbre. Si vous voyez leurs pieds, si vous voyez leurs jambes, elles sont arquées, leurs corps sont courbés, de très jeunes femmes paraissent si âgées ! Nous avions été invités dans la maison d’un homme très riche. Là J’ai vu que ses belles-filles étaient belles, mais ils devaient payer plein d’argent à ces femmes et à leurs parents pour les avoir là. Aucune jeune fille ne veut se marier ! Ensuite les enfants, quand ils voient leur mère traitée ainsi, que va-t-il leur arriver ? Vous voyez, après tout, il y a la fierté d’une mère en eux et ils ne peuvent plus le supporter.

Donc les Japonais sont des gens qui sont réellement disciplinés à l’extérieur, vous voyez ils sont pareils à la façon dont la mère est disciplinée à l’extérieur. Ils n’arrêtent pas de s’incliner devant vous. Voyez, si vous n’arrêtez pas, ils continueront. (Rires.) Si vous stoppez, alors ils arrêteront. Ils ne le feront pas avant. Mais s’il y a un incident, ils vont s’abaisser et s’incliner devant vous. Cependant, dans la foule, s’ils trouvent un étranger, ils le talonneront. Ils tuent les gens d’une manière si bestiale. Ce sont des bouchers, Je vous le dis.

Ils sont très disciplinés dans le sens où l’un parle, personne d’autre ne parlera. Ils sont juste comme des machines. Hiroshima les a choqués. Cela leur a réellement donné un choc et ils ont été secoués. Maintenant les jeunes gens, les jeunes femmes se révoltent contre cela. Ils réalisent ça. Mais Je ne sais pas, parfois la façon dont la jeunesse se dirige aussi vers d’autres jours de folie ! Mais il y a un éveil au Japon.

En fait vous ne pouvez pas blâmer Bouddha pour ceci ; vous ne pouvez pas blâmer Bodhidharma pour ceci, l’homme Zen qui a fait ceci. Il était une âme réalisée, sans aucun doute à ce sujet.

Ils ne comprennent rien à cela, au Zen. Ils ne comprennent pas. Ils dirent : « Ceci est totalement très difficile pour nous. » Ils ont certaines choses comme le Théâtre de No où Je suis allée et que J’ai vu Moi-même. Et Je M’en suis réellement réjouie. Ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi Je M’en réjouissais. Ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi Je Me réjouissais énormément de leurs temples, ce qu’il y avait à transmettre.

Ils ont des Temples qui sont créateurs, vous pouvez dire, comme un Temple de Mousses qui se trouve au sommet d’une colline. Vous avez un bâtiment à traverser sur le sommet de cette colline. Quand vous en ressortez, il y a un petit endroit juste comme cela. Il y en a un avec un petit monticule semblable à une goutte. Et un petit monticule ici, comme un point d’interrogation vous pouvez dire, une goutte ici. Et il y a une colline avec des petits plants de mousse. Vous pouvez voir cela au travers de ce que vous appelez une paroi de verre grossissante : de belles mousses toutes différentes sont là.

Alors quelqu’un dira : « Qu’est-ce que ceci ? Faire tout ce chemin pour nous amener ici ? Qu’est tout ceci ? Est-ce un Temple ? Quelle sorte de Temple est-ce ? » En fait c’est un style Zen qui fait que, lorsque vous voyez cela, vous ne pouvez plus répondre pourquoi ni comment ! Vous vous arrêtez là juste en conscience sans pensée. C’était pour éveiller votre conscience sans pensée.

Alors ces gens qui suivent le Zen ont dit : « Alors dites-nous ce qu’est ceci ? » J’ai dit : « Est-ce cela que le Zen vous a enseigné ? Ceci c’est ce qui devrait ne plus vous faire parler ni penser. Vous demandez juste : ‘Qu’est ceci ?’ et vous ne posez plus aucune question : vous devenez un avec cela. »

C’est ce que le Zen a essayé de faire. Ils ont pensé qu’en faisant ceci, en disant aux gens : « Regardez ceci sans aucune pensée, observez ceci sans penser », cela marcherait. Mais ils ne savaient pas que ces gens n’étaient même pas éveillés. C’est seulement possible pour les gens qui sont éveillés. Ils avaient une telle hauteur qu’ils n’avaient pas réalisé que ces gens n’étaient même pas éveillés, alors comment auraient-ils fait des choses tout en étant sans pensée ? Et tous ces temples sont inutiles pour ces gens.

Il y a une autre place où plein de sable a été éparpillé avec un beau motif dessiné dessus et il y a des pierres de formes variées placées là, et vous devez aller vous asseoir alentour et regarder cela. Tout le monde connaît ça.

Ils ont dit : « Ce sont des fous qui font ça. » On les emmène dans un temple, alors ils voient tout cela et ces Américains ont dit : « Dites Mr. [Kaisan-?]. Wow ! Wow, qu’est ceci ? Tout le temps grimper, oh mon Dieu, je ne sens plus mes pieds, et qu’est ceci ? Qu’est-ce que c’est ? » Et personne ne peut comprendre. Ces adeptes du Zen ne comprennent pas, ne voient pas ce qu’il en est : « Très beau ! Vous devez voir, c’est très beau ! ». C’est ce qu’ils disent dans leur anglais bizarre. Ces Américains, Je dois dire, sont réellement… Et ils doivent marcher pieds nus durant toute la descente. Ils ne peuvent pas comprendre pourquoi tout ce cirque a été fait pour eux, ni non plus ceux qui donnent des explications. Ce n’est rien d’autre que la même chose : ce fait d’observer une chose qui ne dialogue pas avec vous, alors vous devenez silencieux.

Donc ils commencent à comparer comme d’habitude : « Nos idées sont que – oh – ceci est pareil à un océan et dans l’océan il y a ces bateaux. » Je dois dire que cela ne ressemble pas vraiment à un bateau ! (Les Yogis rient.) Il y en a d’autres qui ont une autre idée, que ceci est ceci, ceci est ceci… Mais c’est la chose que vous ne devez pas faire ! Vous ne devez comparer ceci à rien, vous avez juste à le regarder sans pensée.

C’est ce que le Zen voulait faire, observer une fleur sans penser, juste la regarder telle qu’elle est. Comment pouvez-vous faire ça tant que vous n’avez pas la conscience sans pensée ?

Et Il [Bodhidharma] ne le savait pas. Ils [Bouddha et autres saints] ne savaient pas que les gens n’étaient pas conscients sans pensée. C’est seulement possible lorsque la Kundalini se trouve au-dessus de l’Agnya !

Ils pensaient qu’au minimum il se devait que les êtres humains soient sans pensée, qu’ils puissent devenir en conscience sans pensée. Ils ne savaient pas que ceci également manquait car ils étaient des gens d’une qualité très élevée. Eux tous étaient nés réalisés en fait. Vingt-six d’entre eux en six siècles, pouvez-vous le croire ? Cela a commencé au sixième siècle jusqu’à ce qu’au douzième siècle ils soient vingt-six, après quoi il n’y a plus eu un seul Kasha. C’est un fait, cela a été inscrit, Je ne vous mens pas. Donc qui va pouvoir expliquer quoi est quoi ?

Dans chaque religion, dans chaque livre, tout ce non-sens a été fait. La cécité expliquant quelque chose qui est la lumière. C’est une impossibilité ! Je ne les blâme pas pour cela, mais Je les blâme quand ils pensent : « Oh, nous sommes les illuminés. Oh nous sommes le Bouddha. Nous connaissons tout. Nous sommes le Christ. » Les Chrétiens pensent qu’ils sont tous Chrétiens – ce qui veut dire qu’ils sont eux-mêmes le Christ ! Cette erreur d’identification est très fausse. Vous comprenez maintenant ? Voici ce qu’il en est !

Yogini : Vous dites que le Bouddhiste, Je sais que tous les Bouddhistes ne disent jamais que l’illumination arrive à cette époque. Cela pourrait prendre un millier de vies.

Shri Mataji : C’est la meilleure façon d’illusionner les gens, vous voyez. Cela prend un millier de temps : c’est correct – mais de quel temps s’agit-il ? Quand ils étaient à l’époque du Zen, c’était très difficile, mais pas de nos jours.

C’était très difficile du temps de Ma grand-mère ne serait-ce que de penser même d’aller sur la lune. Et même si les gens y sont allés, elle ne le croira pas. Elle a dit : « Non, non, vous montrez juste une image et vous me trompez juste. Comment quiconque irait ? » Même si vous lui montriez quoi que ce soit, elle ne le croirait pas. Elle a dit : « Tout cela s’est passé ici sur la terre et ceci montre que vous êtes juste là. Cela vous trompe, ne les croyez pas. Ils doivent être en train de vous tromper. » Même aujourd’hui, si vous lui en parlez, elle ne va pas le croire car c’était impossible. Même quand J’étais une étudiante, vous voyez, ils disaient que cela prendrait tellement de millions d’années et de billions d’années pour aller sur la lune. Ça n’a pas pris un tel temps !

Donc la croissance de la vie, quand elle a lieu, au début une seule fleur apparaît, une seconde apparaît après trois-quatre ans, ensuite quand l’arbre grandit et quand le moment de la floraison arrive, tellement de fleurs surviennent. Ceci est un processus vivant. En premier un seul poisson est devenu un reptile, ensuite après plusieurs années un second est apparu, et après quelques temps, des bancs entiers surviennent : c’est le chemin de l’évolution.

Ce qu’ils ont dit, était correct à cette époque, mais n’est plus correct aujourd’hui. Parce qu’ils l’ont dit, allez-vous arrêter votre Réalisation, même si vous l’obtenez ? Pour eux, c’était impossible ; pas difficile mais impossible : ils ne pourraient jamais obtenir la Réalisation.

Donc ce qu’ils disent, il y a de la vérité là-dedans. C’est difficile. Mais ces Lamas, jamais aucun d’entre eux n’obtiendra la Réalisation, croyez-Moi. Aucun !

Yogini : J’en dépend maintenant. Ces organisations sont grandes, je suis d’accord avec ça, et gagnent…

Shri Mataji : Je viens juste de vous dire…

Yogini : Oui.

Shri Mataji : … Je ne le dis pas à vous, Je ne M’adresse pas à vous, mais à tous en général Je dois le dire. Je fais juste état d’une situation générale. En partie aussi ce dont Je parle se met en travers de votre mental et aussi à nouveau de votre glorification. Ces Lamas sont des parasites, d’absolus parasites vivant sur l’argent des autres gens et l’opium. L’argent d’autres gens, le facturer avec de l’opium est la meilleure manière. Ils mènent une vie anormale et font toutes sortes de choses anormales. Ils ne donneront jamais aucune directive au monde entier. Toute leur directive doit être de comment pouvoir vivre sans dépenser aucun argent.

Avant tout, vous pouvez voir que c’est difficile de donner la Réalisation. Ensuite, quand vous la leur donnez également, ils descendent à nouveau. Puis à nouveau vous les reconstruisez, à nouveau ils descendent profondément. Si cela ne marche pas, ça ne marche pas !

En fait, à ce moment, si vous dites : « Ma main gauche picote », Je ne vous dis pas que, si vous dites cela, ça vous arrive. C’est vraiment là. Donc il y a là quelque chose de faux. Donc vous devez le guérir, c’est une chose simple. Je ne vous donne aucune autosuggestion sur le fait que votre main droite fasse mal ou que votre main gauche soit lourde. C’est là, c’est mort et vous, vous-même, Me le dites. Donc ce que J’essaye de faire, est de vous aider à en sortir, de l’enlever.

Et ce n’est pas non plus si aisé de vous La donner.

Ça va mieux ? Hmm, c’est bien ?

Yogini : Le Sahasrara refroidit et ceci est très chaud.

Shri Mataji : Ah, voici Tina, elle a certainement [compris cela-?]. Ceci est si froid et ceci est si bouillant. En fait Je ne lui dis rien. (Mère frotte Ses mains.) Hmm ! Placez votre main ici en bas. C’est très bien. La main droite sur ce côté. Vous voyez, une main est froide, une main est chaude. Comment l’expliquer ? Vous ne le pouvez pas.

Yogi : [Il se plaint que c’est difficile à voir-?] Il ne connaissait pas grand-chose sur ce Vide car cela semblait être une part très importante de cela et les Nabhi et Swadishthana alentour. De façon innée, il ne savait pas grand-chose à ce propos….

Shri Mataji : Hmm, hmm. Donc que voulez-vous savoir ?

Yogi : [Tout d’abord-?] comment la Kundalini passe à travers cela, car ce n’est pas écrit par un des disciples de la sainte université indienne qui pourrait démontrer…

Shri Mataji : De quoi s’agit-il ?

Yogi : Il a dit : « Parce que la chose la plus difficile [est d’être riche-?] (Mère rit.)

Shri Mataji : Pour eux, cela n’ira pas. (Mère claque des doigts.) (Pause plus longue.)

Hmm, ce que nous appelons ‘Vide’ – car dans le Zen, le Vide a une signification différente – mais dans Sahaja Yoga, quelle partie est appelée ‘Vide’ ?

Vous voyez, dans Sahaja Yoga, nous appelons ‘Vide’ une partie de cela. Mais, si vous voulez, vous pouvez l’appeler ‘Bhava-Saghara’ ou ‘Vide’ ou ‘Fossé’, ça ressemble à un fossé, tout cela. Ceci est le ventre d’un être humain, ce sont les viscères, et fait agir deux chakras importants : celui qui est au centre, qui est appelé ‘Vishnu Chakra’, et l’autre, ‘le Swadishthana’, qui tourne autour. C’est la relation entre le pouvoir de subsistance qui est en nous, qui est le pouvoir de l’évolution, qui nous donne cette forme humaine à partir de l’amibe, qui est le pouvoir évolutionnaire en nous placé dans notre ventre, sur le plexus solaire, c’est cette relation entre ce pouvoir et les 5 éléments de cette zone, qui est le Dharma, l’Atman, le Ruh…

(Interruption de la bande son.)

…eux-mêmes. Par exemple supposons que vous disiez que vous êtes Bouddhiste, supposons qu’on dise : « Je suis un Bouddhiste », alors vous ne devenez pas Bouddha, aucune chance, vous ne Le devenez pas.

Et cette compréhension finit par disparaître après un certain temps chez les êtres humains. Et J’ai été étonnée que le leader du Zen ne soit pas une âme réalisée. Je le lui ai dit et il M’a répondu que jusque-là ils n’avaient que seulement vingt-six kashyapas, seulement vingt-six âmes réalisées sont là. Et il voyageait avec environ cinq de ses disciples et il vint en Inde et aucun d’eux n’était réalisé. C’est un fait !

De fait supposons qu’ici en Inde, si Je dis cela ici à quelqu’un en Inde, que ces temples sont maintenant la forteresse de tantriques et que les gens perdent leurs temples qui possèdent des Déités vivantes…, qu’il s’agit de mauvaises choses, les gens n’aimeront pas ça. Mais c’est un fait. Si vous allez là-bas, vous serez étonnés.

Voyez, J’ai parlé avec eux, ces Zen, car ils M’avaient invitée pour ceci. Je leur ai parlé de la réalité et leur ai indiqué ce que leurs temples signifiaient et comment on y entre en connaissance sans pensée et tout cela. Mais que la première chose, était d’obtenir la Réalisation. Sans cela, rien n’arrive. Tout ceci a été prescrit pour des âmes réalisées.

‘Zen’ signifie ‘dhyan’, ‘méditation’. Ceux qui ne méditent pas, cela veut dire ceux qui ne sont pas réalisés, ne peuvent pas du tout comprendre le Zen. Vous devez entrer à l’intérieur de vous-même, sinon il s’agit juste d’une farce qui a lieu, c’est une pièce de théâtre qui se joue, vous voyez ?

Les gens pensent juste qu’en lisant le Zen et tout cela, ils vont atteindre quelque chose. Vous ne pouvez pas atteindre quoi que ce soit en lisant. En lisant seulement la Bible ou la Gheeta, vous ne pouvez rien accomplir. Il s’agit juste de lecture.

Yogini : Je [indistinct] moi et je désire ce qui est nécessaire aux gens, disons de toutes les directions…

Shri Mataji : Eux tous lisent.

Yogini : Oui, oui.

Shri Mataji : Aucun d’eux, pas un seul…

Yogini : Je désire dire, vous avez dit que si on trouve cinq pour cent…

Shri Mataji : Cent pour cent ? Le Zen ! Je vous dirai que J’ai voyagé partout dans le monde, J’ai maintenant voyagé dans tout le monde. Je suis allée jusqu’au Chili, en Argentine, en Colombie. Excepté l’Australie, Je suis allée partout. Mais J’ai rencontré beaucoup d’Australiens et Je peux vous le dire : Je n’en ai pas rencontré un seul, un seul Zen qui n’ait une part de vérité laissée en lui, pas un seul Zen, même pour ce qui concerne la partie religieuse, pas même un seul.

Comme en Inde, il y en avait un très décent, ce Brahmacharya était un grand homme. Je veux dire qu’il était semblable à une incarnation. Il était comme cela. Ses disciples, J’ai été étonnée que même eux, quand il a juste émis cette phrase que : « Je vous dis que vous devez obtenir votre Réalisation. Sans Réalisation… » ils se sont comportés juste de la même façon, ils s’en sont également allé suivre, disons, quelque chose qui est mort.

Supposons que vous n’êtes pas réalisé et vous commencez à appliquer Sahaja Yoga sur quelqu’un en bougeant vos mains comme ceci, pour élever la Kundalini, que ferez-vous ? Vous ne pouvez rien faire ! Donc avant de sentir quelque chose sur ce dont J’ai parlé, vous devez obtenir vos vibrations totalement en bon ordre avant tout, vous obtenez votre Soi réalisé, c’est la chose la plus importante.

Une fois que vos vibrations sont en bon ordre, alors vous pourrez mieux juger car avant cela vous ne le pouvez pas, car il n’y a aucun lien avec la Vérité et avec l’Absolu. Vous devez avoir vos vibrations corrigées. En premier vos vibrations doivent être corrigées, vous devez être réalisé et ensuite vous pouvez juger cela. Sinon, vous ne le pourrez pas. Ceci parce que nous pourrions propager quelque chose qui serait faux, car là Je n’ai pas à placer de condition sur vous.

Ici vous devez être réalisé, vous devez être stabilisé, alors seulement vous comprendrez. Sans cela, en payant de l’argent, disons en joignant n’importe quelle communauté ou en en devenant n’importe quel membre, vous ne pourrez pas devenir un Sahaja Yogi. Vous pouvez seulement devenir un Sahaja Yogi si vous recevez les vibrations, si vous pouvez élever la Kundalini. Alors seulement vous pourrez être un Sahaja Yogi. Ceci est une condition très importante.

Je veux dire que, si vous avez une sorte de société, tout comme avoir une communauté de Bouddha ou vous pouvez avoir, disons, une église ou un temple ou n’importe quelle communauté, quiconque peut la rejoindre. Vous pouvez la joindre mais vous ne pourrez pas être appelé cela. Et ce doit être ainsi car juste à cause de ce problème, une personne comme le Christ a été rejeté et envoyé à la poussière, une personne comme Bouddha, une personne comme Mahavira, toutes les incarnations. Elles étaient très grandes, trop grandes pour que les êtres humains les comprennent et, parce qu’ils n’ont jamais reçu la Réalisation, ils les ont juste jetés à la poussière, absolument à la poussière.

Le Bouddhisme a adopté de telles perversions (indist.) Si vous allez au Ladakh au Tibet, ces Lamas ! En fait voyez, si le Lama parle, alors l’appelleriez-vous ‘Bouddhiste’ ?

Yogi : Certains Lamas ne sont pas religieux du tout. Ils font partie de leur communauté mais ne sont pas religieux.

Shri Mataji : Et ils ne sont pas réalisés. Je n’ai même pas rencontré un seul Lama qui soit réalisé. Vous savez ce que sont ce Pantcham Lama et ce Dalaï Lama…

Yogini : Vous pouvez dire que c’est un politicien.

Shri Mataji : Je vous le dis, ce sont des politiciens.

Yogini : Je sais.

Shri Mataji : Cela à cent pour cent. Non seulement cela mais ce sont des gens possédés.

Une autre Yogini : Mais rendent-ils les gens… ?

Shri Mataji : Vous voyez, à part cela, ils sont possédés. C’est ainsi qu’ils obtiennent leur « troisième œil » et tout ce non-sens. Et qu’ils ont ces visions et autres.

Mon époux se trouvait avec Lal Bahadur Shastri et l’épouse de Lal Bahadur Shastri était une dame un peu timide et ne pouvait pas sortir. Normalement J’approchais les gens et Je M’asseyais à côté d’eux. Donc, quand ce Dalaï Lama et ce Pantcham Lama vinrent à Delhi, J’étais assise à côté de lui. Je ne pouvais juste pas rester assise, Je recevais de telles brûlures venant de lui et Je Me sentais un peu nerveuse de rester assise à côté de lui, Je veux dire que Je Me sentais bizarre. Alors Shastriji M’a demandé : « Pourquoi n’êtes-Vous pas bien ici ? » J’ai dit : « Si vous le permettez, cet homme n’est pas religieux. Pourriez-vous vous asseoir… ? » Il M’a reconnue. Il a dit : « Si Vous le désirez, Vous pouvez Vous asseoir de l’autre côté. » Donc J’ai déménagé et ensuite Je lui ai donné un Bhandan et tout cela.

Mis à part n’importe quoi d’autre, ce sont des parasites. Vous voyez, ces gens au Tibet sont tellement pauvres. Avez-vous été au Tibet ? De très pauvres gens, si pauvres, vous ne pouvez pas l’imaginer. Il y a là les plus pauvres des pauvres, tandis que ces gens vivent dans un luxe complet, dans des palaces comme ceci. Ils emportent leur lait dans des bols d’argent. Et ils ont des entrées de marbre tandis que les gens meurent dans une pauvreté absolue. Vous savez, ils n’ont pas de maisons, juste des endroits aménagés et, Je veux dire, vous ne pouvez pas imaginer la pauvreté qui règne là. Sucer le sang de ces gens et vivre comme cela, ce n’est possible que pour les rakshasas, Je vous le dis. Même si vous n’aimez pas cela, Je dois le dire. Vous ressentiriez la même chose si vous y étiez sensibles.

Je suis allée à [Bhendabhat-?] à Gokul. J’en suis revenue et Je leur ai dit que tous les rakshasas, tous les (indist.) qui sont les servants de Khamsa, tous ces rakshasas sont en fait les Pandas.

Alors vous pouvez bien ne pas apprécier cela. Quand le Christ a frappé des gens avec un bâton, ils n’ont pas apprécié cela, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne le méritaient pas. Cette fois Je suis allée au Gange avec une colère éclatante. Tous les Pandas ont dû s’en aller. Vous voyez ce sont les gens qui gagnent de l’argent sur le Gange. Assis là, en pillant les gens, comment cela peut-il être Divin ? C’est Anti-Dieu, absolument contre Dieu.

Yogini : Je sais cela.

Shri Mataji : …absolument, à cent pour cent. Que les gens aiment ça ou pas, Je dois dire la Vérité. Je ne suis pas ici pour rechercher des votes. Tous ceux-ci doivent être punis et doivent être rejetés loin de la société. Ceux-ci sont ceux qui ont crucifié le Christ, ce sont ceux qui ont frappé Bouddha, qui ont torturé Mahavira. Ceux-ci sont ceux qui aujourd’hui sont arrivés, ont des suivants religieux, essaient de propager la religion et d’en retirer de l’argent. C’est une méthode très ingénieuse pour construire une soi-disant religion et gagner de l’argent. C’est une entreprise sous-jacente…

Yogini : Ils font réellement cela et Bouddha pourrait [indist.]. Savoir critiquer. Vous voyez, mon intérêt dans le Bouddhisme, ce ne sont pas les Bouddhistes, mais la philosophie qui est bonne…

Shri Mataji : C’est ce qui est sahaj. Il n’est rien d’autre que sahaj…

Yogini : Donc ils suivent ce qu’était le criticisme car, vous voyez, si vous vous inclinez…

Shri Mataji : Pas à propos de Bouddha, Je dois dire. Je ne L’ai jamais critiqué. Comment puis-Je critiquer Bouddha ? Je veux dire qu’on L’utilise pour le nettoyage de notre Agnya.

Yogi : D’autres gens le font encore.

Shri Mataji : Vous voyez, comment pourrais-Je critiquer ? On dirait demain que Je critique le Christ. Je veux dire, comment pourrais-Je Le critiquer ? Je veux dire, comment cette idée pourrait entrer dans votre tête ? Jamais ! Comment puis-Je Le critiquer ? Au contraire, Je critique ceux qui L’utilisent dans leurs propres buts.

Yogini : Ce serait mieux [indist.]

Shri Mataji : C’est ainsi !

Yogini :[indist.] Christ [indist.]

Yogi : Oui, ceci a été une décision pendant longtemps.

Yogini : Ils ont dit que chaque chef spirituel, vous savez, même le Mahatma Gandhi, a été tellement maltraité et il n’a pas été [indist.] en fait, et je pense que les gens importants sont avec lui. Voici ce que j’ai appris.

Shri Mataji : Oui, mais quelqu’un doit le dire. (Les Yogis rient.) Quelqu’un doit dire ces choses, n’est-ce pas ?

Yogi : Quelqu’un doit l’exprimer et dire que c’est faux.

Shri Mataji : Oui. Vous voyez, vous tous, Je donne voix à ce que vous voulez, vous le sentez en vous-même, n’est-ce pas ? C’est pourquoi, comment puis-Je critiquer quelque chose qui fait partie de Moi dans Mon être ? Comment pourriez-vous penser comme ça ?

(A part à un enfant : Hello Sue. (Les Yogis rient.) (Hello Sue. Regarde cela. C’est bon.)

Donc vous n’avez pas à vous attarder sur ces choses. Vous voyez, ceci est une chose très importante, ce fait que vous devez tous obtenir votre Réalisation. Vous tous devez obtenir la Réalisation à cause de ce seul piège, ce seul obstacle dans tout ministère religieux. Ce piège a provoqué tout le mal.

Vous voyez, Bouddha était absolument correct mais ce n’était pas le moment de donner la Réalisation aux gens. Donc Il a pensé que, s’Il organisait les gens, ils seraient prêts à recevoir la Réalisation. C’est ce qu’Il a organisé et c’est pourquoi Il a créé une sangham [communauté]. Mais comme sont tous les gens, J’ai aussi juste fait pareil car Je devais apprendre beaucoup sur les êtres humains.

Vous savez, ces gens sont trop purs pour comprendre combien les êtes humains sont tordus. Vous voyez, même certains d’entre eux ont dit que : « Vous ne devez pas dire de mensonges, ne pas faire ceci, cela. » C’est inutile avec les êtres humains ! Si vous leur parlez, immédiatement ils vont prendre une Bible, vont tenir une assemblée, vont créer une église et faire des discours : « Vous ne devriez pas dire de mensonges. Voici les dix Commandements. Christ est venu et Il est notre Père, Il est ceci, cela. Rentrez chez vous et faites pareil… » et ils prennent tout l’argent des gens !

Il y a là Tukarama. Nous avons eu un très grand saint comme Gyaneshwara. Prenez le plus grand de tous, c’est Adi Shankaracharya, celui qui est venu. Vous voyez, il n’est pas venu pour réfuter Bouddha. Il est venu pour réfuter le Bouddhisme, la façon dont le Bouddhisme évolue. Et ce qu’il a dit est exactement pareil à ce que vous faites, exactement pareil. Il a dit [Hindi-?] : « Ni par le Yoga, ni par le Sankha, n’existe ce genre de rapport en fait et tout cela, ni non plus en exerçant ces Sangha Shakti et tout ça. Rien de cela ! C’est seulement par la Grâce de Mère que cela marchera et qu’on obtiendra la Réalisation. » Il a dit cela si clairement. Mais vous trouverez difficilement quelques Indiens, qui sont supposés être Hindous, qui lisent Shankaracharya. Pouvez-vous le croire ?