Les trois canaux

Caxton Hall, London (England)

1978-10-02 1 Three Channels PP 1, 48'
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

1978-10-02 1 Three Channels PP 2, 12'
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

1978-10-02 1 Three Channels PP 3, 2'
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

1978-10-02 1 Three Channels PP 4, 21'
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

Feedback
Share

Les trois canaux – Caxton Hall, Londres, UK, 23 Octobre 1978

FrTVD 2021-0510

Sans aucun doute, chacun devra passer au travers de ce processus. Mais combien veulent réellement être eux-mêmes ?

Certains diront : « Nous cherchons. » Quand Je leur demande : « Que cherchez-vous ? », ils disent : « Nous cherchons la joie, la paix, le bonheur… » Certains d’entre eux se préoccupent s’ils en sont dignes ou pas, s’ils devraient réellement connaître leur Soi ou non.

Il existe deux sortes de problèmes avec de tels chercheurs.

La première que J’appelle ‘le problème côté gauche’ de l’Ida Nadi [canal de gauche] où les gens sont très soumis à l’émotionnel, supportent toutes les oppressions des autres sur eux-mêmes. Ils disent : « Nous sommes indignes de cette position élevée, Mère. Comment pourrions-nous obtenir la Réalisation du Soi ? Nous sommes des pécheurs. Comment pourrions-nous être ces âmes plus évoluées, alors que nous avons péché, que nous avons commis des erreurs ? » Voici la première sorte.

La deuxième est celle qui utilise sa rationalité et pense : « Comment cela est-il possible ? Comment pouvons-nous obtenir la Réalisation ? » Tellement d’entre eux ne peuvent croire qu’il puisse y avoir un phénomène en nous qui élabore la Réalisation du Soi. Ils ne peuvent même pas comprendre que Dieu soit Compassion, qu’Il soit Amour. Je Me demande si de tels gens de cette catégorie croient aussi réellement en Dieu, en Sa nature Toute Puissante. Ils peuvent même en avoir une photo dans leurs maisons.

S’Il est Compassion, s’Il est Amour, alors Il ne va pas permettre que Sa propre Création soit détruite par des êtres humains stupides, par des gens idiots.

Donc, des deux façons, on doit comprendre que chacun d’entre vous sera exposé à Sa Grâce. Mais si vous refusez, si vous ne voulez pas y être exposé, alors même la Compassion de Dieu diminue, l’Attention de Dieu s’éloigne de tels gens qui ne veulent pas recevoir la Grâce de Dieu.

Il est anxieux, très anxieux. Vous verrez cela maintenant dans Sahaja Yoga, ce qui est un phénomène très différent que vous n’avez jamais vu auparavant, que vous n’avez jamais observé avant. Il s’agit de la Mise en Action de la nature compassionnée de Dieu. Avant tout, Dieu, vous avez seulement entendu parler de Lui dans les églises ou dans la Bible ou dans les temples ou mosquées, mais vous n’avez jamais vu Dieu en Action.

Avec l’avancement de la science, c’est devenu réellement difficile pour les êtres humains ne serait-ce que même concevoir quiconque comme cela que nous appelons ‘Dieu’.

Là également, deux sortes de réactions surviennent.

Une sorte pense : « Regarde le monde, combien il est corrompu, sans signification, combien les gens cruels nous dirigent ! Les gens qui sont les plus indignes, irréligieux, sans scrupules, ont tellement de succès dans la vie ! »

L’autre déni est même plus fort, d’une autre sorte : ils disent : « Comment Dieu peut-Il être aussi cruel que pour créer des gens si horribles sur cette terre ? S’Il avait une quelconque compréhension des souffrances des gens, pourquoi ne descendrait-Il pas Lui-même pour stopper ces gens horribles, pourquoi ne les tuerait-Il pas ? »

C’est naturel, pour une rationalité limitée, de suggérer toutes ces idées. La rationalité ne comprend pas la Compassion illimitée de l’Amour de Dieu, elle ne comprend pas la compréhension instantanée du problème et elle n’a pas d’idée complète de comment cette Compassion agit, ni elle ne comprend ce qui est mort, ce qui est agonie, quelles sont les misères de ce monde aux yeux de Dieu.

La compréhension limitée d’un être humain peut se voir manifestée au cours de la vie de tous les jours. Par exemple, si un fils est arrêté par la police, le père est très choqué. Au lieu de se sentir honteux d’un tel fils qui a fait quelque chose de mal, il va venir soutenir son fils, il essaie de l’écarter de la prison, il ne veut pas qu’il y ait de punition pour son propre fils. Mais dans le même cas, si cela avait été fait par quelqu’un d’autre, son attitude serait différente !

Donc l’attitude humaine envers la vie est absolument limitée. Et quand on sait que Dieu est illimité, Son attitude envers la vie doit être illimitée ! Il ne peut pas limiter Sa Compassion selon vos besoins, vos besoins individuels. Il s’agit d’une Source illimitée qui se répand tout le temps sur cette terre, qui émet à chaque minute, partout. Pas même une simple molécule ou un simple atome n’existe sans cela. Vous le croyez ou pas, mais c’est ainsi ! Mais dès qu’Elle entre dans l’esprit d’un être humain, Elle ne désire pas voir Sa nature illimitée, Elle voit Ses effets limités.

Par exemple, ce que nous essayons sur cette terre avec toute notre civilisation humaine, c’est d’obtenir du bonheur. Mais savons-nous que le bonheur est toujours combiné avec le malheur ? L’idée humaine du bonheur a toujours cet autre côté qu’est le malheur. Le bonheur ne peut exister sans le malheur !

Par exemple vous pensez qu’en développant votre pays, vous serez heureux. Pour nous, les Indiens, nous pensons comme cela, que nous devons développer notre pays, devons construire de grandes choses, rendre les gens de notre pays heureux. Mais allez chez les gens qui sont développés, chez les plus développés, allez en Suède. Le nombre de suicides est maximum dans les pays les plus développés. C’est une chose très choquante mais c’est ainsi.

Plus vous essayez d’atteindre le bonheur, plus il y aura du malheur. Pourquoi est-ce ainsi ? La raison en est que, comme Je le dis, qu’un côté est le côté gauche et l’autre est le côté droit. Il n’y a pas d’équilibre dans cette poursuite [du bonheur]. L’équilibre n’est seulement possible que si vous pouvez être au contrôle.

Par exemple, disons que les enfants, quand ils grandissent jusqu’à leurs dix-huit ans dans ce pays [Angleterre], ont le sentiment qu’en sortant de la maison de leurs parents, de leurs domiciles, ils seraient très heureux. Alors ils disent : « Oh, maintenant nous dépendons seulement de nous-mêmes, nous allons partir de nous-mêmes, nous aurons notre propre maison, nous vivrons de par nous-mêmes, nous aurons toutes nos propres choses. » Sont-ils des gens heureux ? S’ils le sont, alors pourquoi prennent-ils des drogues ?

Ou autrement, vous pouvez penser à quelqu’un qui provient d’une famille plus pauvre et qui pense qu’il pourrait obtenir des tas d’argent et serait alors un homme très heureux. Donc lui, par exemple, pourrait faire une sorte de jeu ou pourrait aller dans toutes sortes de courses ou quoi que vous ayez ici – des concours pour avoir plus d’argent, cette sorte de chose – et pourrait ainsi gagner des prix. Supposons même qu’il obtienne un certain montant d’argent, J’ai connu des gens qui ont gagné des prix et ils sont les gens les plus malheureux qui soient. Car l’argent arrive d’un côté et de l’autre côté arrive le malheur, comme si ceux-ci marchaient main dans la main !

Nous devons garder nos yeux ouverts sur ce fait, le pourquoi, dans tous les pays nantis, il y a une telle quantité de malheur. Pourquoi les gens s’y suicident-ils ?

Mais il ne faut pas aller non plus dans l’autre extrême, où vous ne faites juste plus rien, restez assis à la maison, ne faites plus rien, où vous êtes léthargiques à ce sujet. Comme vous l’avez vu, avec le côté gauche, qui est le Pouvoir de l’Existence en nous, nous existons ; que nous soyons paresseux ou pas, que nous travaillions dur ou pas, nous existons.

Il y a ici beaucoup de jeunes gens qui sont tout d’abord venus auprès de Moi et ont dit : « Mère, nous sommes inemployés avec succès ! » Ils pensent qu’en ne faisant aucun travail, ils vont atteindre leur but et atteindront Dieu. Ceci est une autre erreur !

Toute attitude unilatérale est limitée ! Ceux qui courent après l’argent et de hautes positions, ceux qui courent après les femmes et après toute les choses mondaines et possessions de ce monde, sont tout autant malheureux que les gens qui sont tués dans les guerres. Ou ils peuvent même être plus malheureux car ils sont finalement tués et achevés. Et ici tous vivent dans un état d’agonie.

Ainsi l’attitude humaine envers les choses est que, si vous pensez qu’il y a une guerre et que des gens y sont tués, nous pensons que ces gens sont malheureux. Mais alors pourquoi, dans certains pays, les gens vont se tuer eux-mêmes ? Si la mort était du malheur, pourquoi s’enfuient-ils du malheur vers un autre malheur plus grand ? Si vous vous tuez vous-même, alors pensez-vous qu’il va y avoir du bonheur ? Et si quelqu’un d’autre vous tue, qu’alors ceci est du malheur ?

J’ai déjà dit toutes ces choses également auparavant ainsi qu’aujourd’hui, c’est ceci qui est appelé ‘erreur’, c’est mithyavaad [faussement dit, un mensonge]. Ces deux attitudes sont fausses. C’est à vous de voir la fausseté d’une chose et la fausseté de l’autre.

Parlons par exemple de Mr. Ian Smith, le grand héros qu’il pense être lui-même, qui essaie de tuer les gens dans son agressivité. Est-il un homme heureux qui y est arrivé ? Ou sont-ils heureux, ceux qu’il a tués ?

Dieu ne joue pas dans cette sorte de stupidité. Dieu n’a jamais demandé à ces agresseurs, comme Hitler, de commencer une guerre. Hitler l’a fait dans sa propre liberté.

Alors que devons-nous faire pour créer des gens qui n’entreraient pas dans le malheur et n’auraient pas ce mirage du bonheur ? Qu’allons-nous contrôler et où allons-nous contrôler l’équilibre entre les deux ?

Ce côté, qui est le côté gauche, nous pouvons voir que les pays en voie de développement l’utilisent. Ce sont des gens plus pauvres. Je suis allée en Colombie, au Chili et en Argentine, et dans beaucoup d’autres pays en voie de développement, en Chine. J’ai été étonnée, leurs systèmes de familles sont encore intacts, leurs sociétés sont encore intactes, leurs familles vont très bien. Ils n’ont aucun problème avec leurs familles – même en Inde, nous n’en avons pas.

Les pays développés sont sur le côté droit, ce sont les gens qui sont développés. Tellement pensent qu’ils sont des gens heureux. Ils ont accumulé de l’argent, ont gagné une réputation d’être développés, mais leurs familles sont cassées, sont tellement insécurisées. Il y a ici un nombre maximum de cancers pulmonaires. Les insécurités sont intégrées en eux.

C’est des plus surprenant comment la nature fait agir son équilibre dans un être humain. Quand vous êtes très fortement insécurisés sur le côté gauche, quel en est le résultat ? Vous serez étonnés. L’insécurité du côté gauche survient quand votre côté droit est surdéveloppé. Quand vous êtes surdéveloppés, les familles sont détruites, les foyers sont détruits, les enfants sont détruits. Vous vous retrouvez seul, juste un individu, dépendant de vous-même, suspendu seul en l’air.

Puis il y a les problèmes du côté gauche, dans le sens où vous vous sentez très insécurisés dans vos émotions, vous ne pouvez croire personne, vous ne savez rien, vous rentrerez à la maison et : « Que va-t-il se passer ? » Aujourd’hui l’époux va auprès d’une autre femme et la femme va auprès d’un autre homme, et toutes sortes de choses se passent.

Ceux-ci sont les problèmes côté gauche qui commencent pour les gens qui ont développé leur côté droit, car ainsi ils ont négligé leur côté gauche.

Au contraire, ceux qui sont en train de développer leur côté droit, sont ceux qui essayent de se développer – comme les pays en voie de développement.

Je suis désolée pour ceux qui développent leur côté gauche, leur société et leur famille. Ici nous entendons que les gens tuent leurs enfants, mais en Inde il pourrait bien y avoir beaucoup de gens qui fassent du mauvais argent pour leurs propres enfants. Ils n’ont pas peur de la loi s’ils doivent s’occuper de leurs enfants, ils pourraient être criminels pour leurs propres enfants. Ils ne vivront pas pour eux-mêmes mais ils vivent pour leurs enfants, et ils pensent avoir raison car ils le font pour leurs enfants.

Ainsi ceux qui font marcher le côté gauche, vont avoir les problèmes du côté droit.

Et le problème côté droit est qu’ils sont, tout le temps, insécurisés à propos de l’argent, de leurs postes de travail. Ils se couperont la gorge entre eux pour obtenir un poste de travail. Ils s’y accrochent. En supposant qu’il y ait, disons, un secrétaire et une position plus élevée – Je ne connais pas leurs noms, vous voyez, ce sont tout des termes spéciaux pour Moi – mais s’il y a quelqu’un qui est un secrétaire plus élevé et quelqu’un qui est un secrétaire à un niveau plus bas, le secrétaire plus bas coupera la gorge au secrétaire plus élevé pour avoir sa place. Il va perdre toute sa vie dans ce but. Comme Mr. Ian Smith.

Leur agression se trouve dans le pouvoir, donc les gens nieront ce pouvoir. Ils diront : Non, nous ne nous soucions pas du pouvoir. » Ensuite ils se déplacent vers le côté droit, qui est le Rajoguna, et disent : « D’accord, nous ne voulons pas du pouvoir, nous ne voulons rien, nous serons des gens très simples. » Mais ils ne peuvent pas non plus se comporter de cette façon.

Les hippies qui ont fait ça, se peignaient eux-mêmes. Ils disaient : « ‘Nous n’avons rien à voir avec ce vêtement et tout cela, et cet uniforme que nous devons porter, nous ne nous en soucions pas. Devenons des hippies. » Ils pensaient dans leur mental être devenus primitifs, mais ils ne l’étaient pas. Donc ils se sont adonnés à une vie plus profonde côté gauche, c’est-à-dire qu’ils se sont adonnés aux drogues, c’est la chose plus profonde côté gauche. Ils sont allés vers ce qui est mort d’une façon plus profonde.

Donc vous vous retrouvez d’un côté à l’autre. Depuis celui-là quand vous vous développez, vous revenez ensuite vers l’autre. C’est pareil au mouvement d’un pendule comme Je vous l’ai dit très souvent auparavant. Mais la nature contrôle cela, même d’elle-même aussi.

Ces gens qui agissent sur le côté gauche, c’est-à-dire ceux qui sont très occupés avec leurs enfants et se préoccupent de leurs familles, mais qui ne se préoccupent plus de leurs épouses, ni de leurs pères et mères mais se préoccupent de leurs positions, de leur pouvoir et de leur argent, les gens côté gauche, ceux-là vont plutôt avoir des crises cardiaques s’ils essaient de travailler très durement, comme ils disent. Je veux dire qu’ils sont en fait en train de travailler sur le côté droit. Si vous voyez quelle est leur nature, ce sont des gens côté gauche qui travailleraient sur le côté droit. Vous voyez la différence, ce sont ceux-là qui sont les gens qui ne sont pas encore développés et qui essayent de se développer eux-mêmes.

Donc il y a un point de jonction où nous trouvons que les gens qui ne sont pas [encore] développés, se développent d’eux-mêmes, et ceux qui sont développés, essayent de devenir sous-développés, primitifs.

Nous en sommes à ce point de jonction, à cette position, tandis que Je vous parle aujourd’hui.

Donc il y a une possibilité que, lorsque le mouvement commence, soudainement à partir du côté droit vers le côté gauche par les gens développés, les gens deviendront fous. Ils seront déments, leur tête leur fera défaut. Ceci est le contrôle de la nature !

Quand vous essayez de travailler très durement, allez à votre bureau, du matin au soir, vous êtes préoccupés à propos de vos postes de travail. Et vous pensez que vous devez obtenir ce poste-ci, et vous foncez comme un cheval dans une course, alors vous avez une attaque cardiaque.

Imaginez ! Quel équilibre ! Vous ne devriez pas avoir une attaque cardiaque pour ceci. Pourquoi devriez-vous avoir une crise cardiaque, c’est sur le côté gauche !

Et ces gens-là qui négligent leur côté gauche, cela veut dire ceux qui n’ont pas de familles, d’enfants, qui sont surdéveloppés, qui n’ont pas de soucis avec l’argent, qui touchent très bien leur chômage, on devient cinglé ici, totalement cinglé. Ce sont des gens tellement stupides que, lorsque vous les regardez, vous êtes étonné de leur stupidité. Ils font toutes sortes de choses stupides qu’ils ne comprennent pas.

Cet ego les a rendus tellement idiots ! Cela peut commencer de n’importe où vers n’importe où.

Par exemple, en fait nous sommes en Angleterre, donc nous devons discuter de nos problèmes en Occident. Il se peut que les gens placent ces clous dans leurs corps, peignent de couleurs leurs corps. Il se peut qu’un homme de quatre-vingt ans essaie d’épouser une jeune fille de seize ans. Toutes leurs vies, ils ne savent pas quoi faire, ni quand ; la sagesse leur manque. Ils sont si stupides que, lorsque vous lisez ça, vous en êtes étonné !

Mais vous savez, ils vont continuer leur stupidité, ils ne voient pas l’ego. L’ego a cette capacité de vous recouvrir si bien, que vous ne voyez pas votre stupidité. Les gens font de telles choses idiotes que l’on ne peut comprendre que de tels gens bien éduqués et hautement qualifiés puissent être aussi stupides, comme votre Lord Byron. Je veux dire qu’il était un gars réellement stupide, aucun doute le concernant. Même s’il peut avoir écrit de grands poèmes – ou quoi que ce soit qu’il ait pu faire – avec son cerveau, mais si vous voyez son style de vie, il était un idiot stupide.

Nous ne réalisons pas cela mais en fait, quand vous venez à Sahaja Yoga, on doit vous dire qu’il s’agit là de stupidité. Ce fait d’aller vers l’extrême côté droit est aussi stupide que d’aller vers l’extrême du côté gauche.

Ceux qui sont des gens autocentrés, sont seulement préoccupés de leurs propres enfants, de leurs propres familles, de leur cercle propre.

En Inde nous avons aussi le système de caste, ce système. Ces gens se trouvent également sur une extrémité, Je dirais, tandis que vous, vous êtes sur l’autre extrémité. Vous n’avez pas tout ceci mais vous avez d’autres choses. Et le résultat de tout ceci, c’est que ceux qui essayent de courir après certaines positions, de courir après l’argent, après des possessions matérielles, ne sont jamais des gens heureux, ne peuvent jamais être heureux. Vous en accumulez n’importe quelle quantité, vous découvrirez qu’ils sont les gens les plus malheureux qui aient jamais vécu. Car Je vous ai dit que le bonheur et le malheur avancent main dans la main !

Par ailleurs, si vous aimez vos enfants, c’est très bien. Mais si vous les aimez plus que l’Etre Collectif ! Comme, vous voyez, disons que dans notre pays ou dans n’importe quel pays où ils feraient n’importe quoi pour leurs enfants, sacrifieraient le pays entier pour leurs enfants, dans de telles circonstances également, une personne ne peut pas être heureuse.

Alors quel est le facteur d’équilibre que nous devons voir entre les deux ? Quelle est la source du bonheur qui vient à une personne ? Il doit y avoir un équilibre à ce sujet. Et cet Equilibre est celui que vous apprenez dans votre Dharma, dans votre religion, dans votre soutien qui se trouve dans votre ventre. C’est pourquoi ce soutien en est une partie très importante qui nous procure l’équilibre de notre être, qui est réellement heureux si cela est fait dans le Dharma, avec Contrôle.

Disons par exemple, prenons les gens côté droit – ceux qui essayent – Je veux dire ceux qui agissent sur le côté droit en essayant d’apprendre un tas de choses et d’atteindre une position – ceux-ci sont du canal de Maha Saraswati, comme on l’appelle. Si vous voyiez le symbole de Maha Saraswati, de Saraswati, qui fut créé par ces vieux sages anciens, vous seriez étonné du fait qu’ils savaient bien que nous perdrions notre équilibre. La façon dont ils ont créé Son image, est des plus intéressante.

Ceux qui courent après l’argent vénèrent en fait Lakshmi. Lakshmi aussi a une image qui est si merveilleusement équilibrée, que vous ne pouvez imaginer combien est suggéré que, si une personne doit avoir Lakshmi, quelles sont les choses requises ? Lakshmi est, comme ils disent, la Déesse de la richesse et du bien-être. Mais c’est la fille de Maha Lakshmi, vous pouvez dire, ou la petite forme de Maha Lakshmi qui est la Déesse de la Subsistance [du soutien], la Déesse de votre Evolution. C’est le Pouvoir grâce auquel vous évoluez.

Cette Déesse possède quatre mains. Elle est avant tout une Mère. Cela signifie qu’une personne qui est un homme riche, doit être une personne emplie de Compassion. Où trouvez-vous de tels gens ? L’homme qui a un tas d’argent, doit obtenir cet argent en même temps qu’un tas de Compassion. Et un tel homme ne souffrira jamais s’il a de l’argent. Mais s’il n’a pas de Compassion dans le cœur, alors cet argent va le dévorer. Ses enfants partiront, il fera certaines sortes de mauvaises choses et il souffrira à cause de cet argent.

Alors, si vous voyez les mains de Lakshmi, avec une main Elle donne. L’homme riche, soi-disant ‘homme riche’, doit avoir un cœur généreux. Si c’est un gars avare, s’il est avare, si vous allez dans sa maison et il ne peut rien donner, alors il n’est pas un homme riche.

Par exemple, ce que Je trouve dans les publicités que vous lisez partout, c’est que toujours ces gens, quand ils essaient de faire de la publicité, diront : « Epargnez trois pies [pièces] en achetant ceci. » Voici quelle est la publicité. Je veux dire que tout l’accent est mis sur le fait d’épargner et d’avarice, pas sur la qualité. L’avarice est un signe d’une pauvreté horrible du cœur. Même un homme pauvre qui est généreux, est des milliers de fois plus riche qu’un homme riche qui est avare. Celui-ci pue l’avarice.

Elle [Lakshmi] donne. Elle ne prend pas mais Elle donne. Si les richesses sont accumulées en prenant l’argent de quelqu’un illégalement ou en causant des problèmes à quelqu’un et d’une manière accaparante, en pensant tout le temps à récolter de plus en plus d’argent, toujours plus d’argent, toujours plus, Je peux vous assurer que cela ne vous conduira jamais au bonheur.

Mais si vous obtenez de l’argent juste pour le donner, pour être juste une agence qui donne, pour être là pour le donner et pour qu’il soit donné, non seulement à vos enfants ou seulement aux gens qui sont dépendants autour de vous ou à ceux qui essayent d’être vos amis, qui viennent pour boire et manger votre nourriture, mais d’une manière très anonyme, sans savoir comment et où vous dépensez votre argent, sans que vous en discutiez, sans en parler, sans rien dire à ce propos – c’est cela être un réel homme riche et un tel homme ne souffrira jamais de pénurie d’argent.

Ce symbole nous a été amené au travers de l’Inconscient lui-même qui a préparé ce symbole pour nous afin de comprendre que les richesses ne se trouvent pas auprès des gens qui accumulent l’argent. Vous trouverez comme exemple général que ces gens qui accumulent l’argent avec avarice, les gens parlent d’eux si mal, ils se moquent de tels gens avares, ils rient juste d’une telle personne, ils ne peuvent juste pas comprendre qu’il s’agisse d’une autre stupidité que d’être avare.

Voici comment est l’autre main. Cette main suggère la protection, la protection donnée à quiconque a besoin d’aide, n’importe qui. A nouveau Je le dis, c’est celui-là l’homme riche.

Ceci ce sont des idéaux, évidemment. Personne n’est parfait mais ceci, ce sont des attitudes idéales.

Quiconque vient dans votre maison et demande de l’aide, apportez-lui votre aide. Les gens diront que, « C’est très difficile » : « C’est très difficile d’aider quiconque demande n’importe quoi [et de dire] : ‘D’accord, prenez cela !’  » Comment pouvez-vous dire cela ? Et vous serez tellement riche, si riche que vous ne saurez plus quoi faire de vos possessions ni comment vous en débarrasser.

Quiconque vient sur votre chemin, dites : « Très bien, vous voulez ceci, d’accord prenez-le. » Essayez parfois Ma formule. Cela vaut la peine d’essayer. J’ai vécu ainsi toute Ma vie !

Je vais vous donner un exemple. Vous voyez, en Inde, les femmes préfèrent de beaucoup des saris en nylon, et Moi Je ne les aime pas beaucoup Moi-même, Je suis d’un genre différent, Je dirais. Et J’avais un bon sari en nylon avec Moi et une de Mes amies a dit : « Oh, je n’en ai pas reçu un bon en nylon de l’étranger. »

Donc J’ai dit à Ma nièce du côté de Ma belle-famille : « Je pense que Je devrais lui donner ce sari. Elle est plus âgée que Moi et on peut donner quelque chose à quelqu’un de plus âgé lors du jour de Dussehra. Donc Je lui donnerai ce sari puisqu’elle en a parlé. » Elle a dit : « Tu n’en as qu’un seul et tu veux le donner ? » J’ai dit : « C’est tout. Elle en a parlé, c’est suffisant. Je vais lui donner celui-ci. »

Tandis que nous étions en train d’en parler dans la cuisine, vous serez étonnés, quelqu’un a sonné à la porte. Et un homme était venu d’Afrique et a dit : « J’ai reçu quelque chose pour Vous d’Afrique de l’Est. » J’ai demandé quoi. Il avait reçu deux saris en nylon, l’un des deux était de la même couleur que celui que J’avais. Et il a dit : « La dame qui était venue ici, avait eu besoin d’argent, alors Vous lui en avez donné à Bombay. Donc elle a acheté ceux-ci d’elle-même. » J’ai dit : « Voyez, la preuve est venue ! » C’était exactement le même sari, de la même couleur. J’ai dit : « Voyez, il y en a deux. En fait allons-nous les porter tous les deux ou non ? »

Essayez juste si vous croyez que c’est là la Compassion, qu’il y a là Dieu dans chacun, dans chaque mouvement de chaque toute petite molécule. Si vous y croyez vraiment, alors essayez ceci.

Je veux dire qu’évidemment, si vous ne recevez rien, il n’y a là rien dont vous devriez vous soucier, si vous êtes réellement une noble personne, si vous êtes réellement royal, comme on dit, baadshah [« roi » en Hindi].

Voyez, on a appelé Guru Nanak ‘baadshah’, non pas parce qu’il était empereur de l’Inde, mais baadshah est une chose indiquant le tempérament, comme ils disent, le tabeeat [« la nature » en Hindi], le tempérament d’un roi.

Même si vous pouviez le nommer roi, s’il est réellement riche, se tracasserait-il à propos de grands conforts ? Aucun confort ne peut dominer une personne royale : il dormira sur une pierre comme un roi, il marchera sur une route accidentée comme un roi. Vous pouvez voir sa majesté et sa dignité dans son attitude gracieuse que ce soit dans l’adversité ou quand les gens le louent. Il est au-dessus de toutes ces choses. C’est là le signe d’une personnalité royale.

Quand vous entrez dans Sahaja Yoga, comme Je vous l’ai dit Sahaja Yoga ce n’est pas comme prendre du dentifrice : très bien, vous le frottez et vous obtiendrez vos résultats. Non ! Vous devez aussi faire le Antar Yoga.

Une fois que votre Kundalini s’est essayée [à s’élever] là, vous devez faire le Antar Yoga, ce qui signifie que vous devez élever votre Kundalini à nouveau et à nouveau, et élever votre sens de la beauté, de l’esthétique, non pas en achetant des antiquités, mais en vous réjouissant de la Joie qu’apporte l’Esthétique de la vie.

Donc l’avarice est cent pour cent inesthétique. Quiconque parle d’avarice, serait absolument une affreuse personne quoi qu’il puisse porter, quel que puisse être son argent.

Ainsi, avec une main Elle donne, avec l’autre main Elle procure de la protection aux gens, ashirvaad [bénédictions]. Abhaya [sécurité, absence de peur], ceci est l’abhaya. Ceux qui viennent demander de l’aide à une telle personne, elle leur procure sa protection.

Les deux autres mains tiennent de beaux lotus. Ils sont de couleur rose et vous savez que le rose suggère l’Amour : l’Amour, la Chaleur [ce qui est chaleureux]. Une telle personne devrait être une personne chaleureuse, non seulement envers ses égaux de rang et ceux d’un rang élevé, mais envers quiconque se présente.

Quand quelqu’un se présente à votre maison et si votre visage montre de la contrariété, alors vous n’êtes pas un Lakshmipati, vous n’êtes pas bénis par Lakshmi.

Vous devez avoir cette grâce et cette beauté : « Oh Dieu ! Quelqu’un est venu maintenant, quelles doivent être ses difficultés, pourquoi est-il venu dans la nuit ? » Vous devez ressentir cela en vous-même : « Oh, j’espère que tout va bien. Que pourrais-je faire pour lui ? »

La chaleur du cœur, le confort du lotus : l’abeille noire qui est une très grosse chose noire, une des choses les plus laides, très dures et difficiles, et ses pattes sont couvertes d’extrémités épineuses et piquantes, mais le lotus ouvre ses feuilles. Et le lotus est extrêmement doux à l’intérieur. Il prend en lui cette abeille noire solitaire, et celle-ci se repose là dans ce lieu confortable.

Le Confort que l’on se réserve pour soi-même, s’il n’est pas partagé avec les autres ! Cela ne signifie pas que vous appeliez des gens pour boire [de l’alcool] et partagiez ces boissons et le péché.

Le péché est très facilement partagé par les gens, c’est une pratique courante de partager le péché. Il y a une personne très agréable, vous voyez, une telle personne qui est considérée comme une personne ‘extrêmement joviale et sympathique’, qui vient parler, discuter de choses très dégoûtantes.

Mais les choses qui donnent du Confort et de l’Amour [pur] ne sont jamais partagées avec les autres.

Essayez de partager et de voir si ce que Je dis est correct ou pas. Vous vous sentirez tellement élevé en vous-même ! Vous commencerez à vous réjouir du confort dont l’autre personne jouit. C’est le moment le plus réjouissant quand vous voyez que les autres se réjouissent de ce confort, parce que vous avez fait quelque chose pour cela.

Et c’est la chose la plus grandement épanouissante pour Moi, de voir que les autres en profitent. Ceci est, en résumé, l’image de Lakshmi.

L’image de Saraswati doit être très bien comprise également, c’est l’image de la Déesse de l’Apprentissage. Evidemment J’ai connu beaucoup de pandits érudits en Inde et aussi à l’extérieur.

Lakshmi est une dame mariée mais Saraswati ne l’est pas. Les érudits d’une qualité réellement très élevée, sont un peu à part, sont un peu au-dessus, car ils doivent résoudre les problèmes pour la société. Ils ne sont pas du genre mondain, doivent sacrifier un peu leur vie maritale et leur vie personnelle, car ils sont ceux qui doivent apporter une Vision à la société.

Et Elle tient dans deux de Ses mains un luth, et dans une main Elle a un chapelet, dans l’autre Elle tient la Connaissance, c’est-à-dire des livres.

Evidemment Elle doit lire, sans aucun doute. Cela signifie que ceux qui sont érudits, doivent être des gens compétents. Et J’ai vu tellement d’entre vous aller chez des gurus et J’ai été surprise du galimatias de connaissance que vous avez récupéré sur la Kundalini. Quand ils M’ont dit : « Ceux-ci sont les bija mantras et ceux-ci… » J’ai été choquée. Comment….

(Le côté 1 de l’enregistrement s’arrête brusquement.)

… et vous êtes choqué de la façon dont cette connaissance est donnée. Il fait juste un show !

Vous recevez quelqu’un, disons un grand historien, supposé être un grand historien, et vous découvrez que sa connaissance de l’histoire est si factuelle ! Il n’y a pas de profondeur, il n’y a pas de vision en lui pour voir pourquoi ces choses sont arrivées, pourquoi ces choses ont changé l’histoire et ce que l’on doit apprendre de l’histoire. Aucune vision d’aucune sorte.

Les livres sont dans les mains, ce qui veut dire que les livres ne sont pas installés sur vous mais se trouvent dans vos mains, que vous avez maîtrisé les livres. La maîtrise des livres ne signifie pas que vous devriez les connaître par cœur et aller dire aux gens quelle connaissance se trouve dans la Gita, et quelle connaissance se trouve dans la Bible, ou n’importe quel autre livre. Non ! Ce n’est pas ainsi que marche la Connaissance ! La Connaissance c’est lorsque vous expliquez son Application dans votre propre vie et dans les vies des autres, quand vous démontrez le côté pratique de cette Connaissance, quand cette Connaissance apporte une Lumière dans votre vie. Quand c’est pareil à une Lumière pour les autres, alors il s’agit vraiment d’un Erudit.

J’ai rencontré un très grand philosophe de l’Inde. Il a écrit beaucoup de livres sur la philosophie. Et J’ai découvert qu’il était une personne si superficielle, si creuse. J’ai été étonnée. Je Me suis demandée : « Comment cet homme peut-il parler de philosophie ? Dans sa vie, il n’y a pas de lumière de philosophie, de lumière de compassion, il n’y a aucune vie de compréhension d’aucune sorte. Sur quoi a-t-il écrit ? C’est une écriture sans vie. »

L’autre main tient un chapelet. En fait le chapelet a la signification d’une vie religieuse.

Un Erudit doit être un être humain Religieux, quelqu’un qui s’incline devant la connaissance de Dieu, celui qui recherche la connaissance de Dieu.

L’être humain qui cherche, disons, seulement la connaissance de l’économie, quelle en est l’utilité ? Vous savez que les choses que l’on veut, ne peuvent être satisfaites en général. Alors quelle est l’utilité de courir après une telle connaissance ?

Mais si vous êtes religieux et si vous avez étudié aussi la connaissance de la religion, alors vous pouvez relier cette connaissance à la religion. Si vous n’avez aucune idée de la religion, alors vous ne pourrez pas relier cette connaissance avec elle. Une telle connaissance est absolument inutile.

Si vous étudiez la physique et si vous n’avez pas appris ce qu’est la science de l’intérieur, vous ne pourrez pas comprendre du tout le Kundalini Shastra. Si cela ne peut être relié à l’ultime, c’est une connaissance perdue. Tout comme les affluents d’un fleuve, tous les affluents doivent affluer dans le grand fleuve du Gange pour aller jusqu’à la mer. C’est cela la fin de toute la connaissance et la connaissance qui ne se connecte à une connaissance supérieure est un gaspillage. C’est pourquoi vous trouverez tellement de gens « importants » venir écrire livres après livres, et eux tous ne sont juste rien devenus.

Mais observez-les ! Seulement ceux qui ont relié leur connaissance à quelque chose de plus élevé – même Einstein, un homme de son calibre, ne pouvait rien faire sans l’idée de Dieu, Bernard Shaw ne pouvait pas y arriver sans l’idée de Dieu – eux tous devaient relier leur connaissance à la connaissance de Dieu. Sinon c’est pareil à une connaissance qui n’a pas de racines. C’est une connaissance morte. C’est pourquoi l’on met un Chapelet dans la main d’un Erudit !

Et, dans Ses deux autres mains, se trouve la vina [rudra vînâ : cithare ou luth originel]. La vina est le premier instrument qui ait été créé. C’est la connaissance primordiale à propos de l’Esthétique du son, les idées primordiales concernant l’esthétique des couleurs, la science de la beauté. Il doit s’agir d’un être humain qui comprenne la beauté dans sa gloire et non pas dans sa condamnation.

De tels Erudits doivent être respectés. Et ceux-ci sont nos idéaux en ce qui concerne le mouvement de votre être. Vous devez vous mouvoir avec l’idée que, quoi que vous essayiez de faire d’extrême, vous devez éviter cela, vous devez être au centre et garder vos yeux sur les idéaux que nous devons avoir dans tous les domaines également, sinon seulement le nez grandira ou les oreilles grandiront ou les yeux grandiront. Le tout doit être grandi en Equilibre, alors seulement vous pourrez en retirer la réelle Joie [Divine, qui est une] et non pas la combinaison du bonheur qui doit aller de pair avec le malheur.

Et la plus grande chose pour obtenir la Joie, est la Réalisation du Soi, est de connaître votre Soi [collectif]. Une fois que vous aurez connu votre Soi, ce sera pareil à une Lumière qui vous procurera un Equilibre complet. Une fois que vous aurez connu votre Soi, vous connaîtrez l’Etre Collectif [du Virata] et alors vous saurez aussi que toute cette Connaissance, tout ce que vous avez obtenu jusque-là, est destiné à l’usage de l’Etre Collectif en vous-même [dans votre Soi].

Alors vous utiliserez dûment cette Connaissance pour le bon but, la richesse que vous avez accumulée dans ce bon but. Et ensuite la réelle Joie entrera en vous. Et cela doit être compris en sa forme complète et non pas en cette partie-ci et en cette partie-là. Ceux qui mènent une telle vie partielle, sont en déséquilibre et ne pourront jamais être heureux. Tant qu’ils courent après, ils pourraient bien l’être, mais quand ils arrêteront, ils seront très malheureux.

Donc ne confondez jamais le bonheur avec la Joie. La Joie est quelque chose de très différent du bonheur. Ne recherchez pas le bonheur mais recherchez la Joie et les Bénédictions de Dieu grâce auxquelles nos vies vont devenir fleuries, grâce auxquelles nous recevrons toutes les dimensions comme Je vous l’ai dit, que vous tous possédez soixante quatre dimensions qui doivent être exposées, ces soixante quatre dimensions que vous tous avez reçues. Mais ce n’est même pas possible de seulement les sentir avant la Réalisation du Soi. Donc la Réalisation du Soi est la première étape que nous devrions accomplir.

Maintenant ceux qui pensent que : « Après tout, nous devons vivre dans ce monde. » Tout le monde y vit ! Ne détournez pas votre attention vers quelque chose qui n’est pas si important. Maintenant le temps est venu pour vous de placer votre attention sur la bonne chose afin d’atteindre les bons résultats dans votre vie. En l’état, vous trouverez que vous avez déjà perdu votre temps de telle façon que, lorsque vous y penserez, vous songerez : « Oh Dieu, j’ai fait ceci toute ma vie ! » Mais maintenant le temps est venu pour nous de nous respecter nous-mêmes, de nous évaluer nous-mêmes, et d’en retirer le meilleur et le maximum.

J’ai fait ce discours aujourd’hui car, après environ huit jours, le même jour qu’aujourd’hui, lundi, il y aura un Diwali Puja en Inde où nous aurons réellement une combinaison de quatre choses et l’une d’entre elles est ce Lakshmi Puja. Le jour de ce Diwali, quand Je parlerai la prochaine fois, Je vous expliquerai tous ces quatre jours, ce qu’ils montrent.

Mais ceux qui pensent qu’en niant Dieu, qu’en ne portant pas son attention sur Lui, ils pourraient être heureux et emplis de Joie, se trompent lourdement. C’est finalement Lui qu’il faut atteindre, c’est Lui qui doit être manifesté, c’est Lui qui doit être vénéré et dont il faut se réjouir. Donc ceux qui pensent que n’importe quoi d’autre va remplacer ceci, se trompent fortement.

Vous verrez ceux qui sont venus il y a des milliers d’années au nom de Dieu, n’étaient pas des gens très prospères, ni très riches ou quelque chose comme cela, un très grand séducteur ou des gens comme le Duc de Wellington. Mais c’étaient des gens élevés, les jalons de notre création, et non ceux qui, seulement arbitrairement, se comportent sans comprendre la nature universelle qui est en nous.

Que Dieu vous bénisse !

Méditons et voyons comment cela marche pour vous tous.

Si vous avez des questions, n’importe lequel d’entre vous, veuillez les poser, quelles que soient les questions. Nous le ferons pendant cinq minutes. Il ne faut pas perdre beaucoup de temps avec le questionnement.

Vous devez ôtez vos chaussures.

(Ce qui suit est une traduction en anglais d’une petite partie du discours où Mère parle en Hindi.)

Comment allez-vous ? Votre corps tremble en face de Moi. Votre Guru Maharaj, que Dieu vous préserve de lui ! Chacun est…

Gardez vos yeux ouverts. Sentez-vous la brise fraîche, un peu ?

Comment allez-vous tous ? D’accord.

(La discussion se poursuit en anglais.)

Quels sont les nouveaux aujourd’hui, les tout nouveaux ? Alors ? Qui est-ce ?

Un homme : Cette dame est là pour la première fois.

Shri Mataji : Vous êtes aussi ici pour la première fois ? Vous êtes déjà venue avant.

La dame : Oui, de Birmingham. Bala vous l’avait demandé.

Shri Mataji : Oh, Je vois. Que Dieu vous bénisse ! Elle a déjà reçu sa Réalisation. Bala est un grand Sahaja Yogi, Je dois dire qu’il l’est. Il a commencé son travail à Birmingham et il a donné la Réalisation à tellement de gens. Et il ne peut juste pas comprendre comment, en élevant la Kundalini, comment il est capable de donner la Réalisation aux gens, comment cela marche ! Chacun d’entre vous peut le faire, ceux qui sont réalisés. Mais certains ont du courage comme Bala, qui ont juste pris cela sur eux-mêmes, et même l’ami de ces deux hommes, Subramanyam. Celui-ci est venu Me voir à Bombay, non, à Delhi, juste pour – il conduisait une voiture – pour déposer des gens, et il est venu Me voir et a reçu sa Réalisation. Aujourd’hui il est un très grand Sahaja Yogi à Delhi, il a guéri tellement de gens et a accompli tellement de travail.

Donc il faut juste que les Sahaja Yogis prennent cela sur eux-mêmes. Voyez, ceux qui s’y mettent, peuvent réussir très bien, ce n’est pas difficile. Vous tous êtes illuminés et vous pouvez accomplir un grand travail.

C’est ce que Je Me demandais, si Je ne l’avais pas vue auparavant et comment elle a été réalisée !

Une dame avec un accent allemand : J’ai cherché la vérité depuis si longtemps. Je sais que la vérité est en soi. Je sais cela sans aucun [doute] – j’ai lu ce document (inaudible) et j’ai su immédiatement. Et durant trente trois ans, j’ai cherché quelqu’un qui dise réellement la vérité et ne contourne pas la vérité, mais on ne les trouve pas.

Shri Mataji : Oui, c’est aussi pourquoi vous l’avez trouvée. Si vous acceptez quelque chose en tant que vérité et vous attardez là-dessus, alors c’est une mauvaise attitude, vous voyez ! Et alors, ce qui arrive, c’est que vous vous y identifiez, et c’est très difficile car ces mauvaises identifications, on ne peut pas s’en décrocher. Vous devez abandonner cette mauvaise identification. Alors seulement la vérité viendra à vous.

Et la vérité est ce qui procure le plus de Joie. Je veux dire que c’est la Joie, la Vérité est la Joie et c’est la Beauté – sat-chit-ananda.

Ce n’est pas quelque chose de dur. La Vérité n’est pas dure. Les gens pensent que la Vérité signifie quelque chose de dur. C’est la chose la plus délicate, c’est une chose très subtile, et c’est la chose qui donne le plus de Joie. C’est cette Joie qui, quand elle est en action, vous voyez quand elle pulse, alors vous obtenez la Joie. La pulsation de la Vérité, est la Joie. Elle n’est pas dure, c’est extrêmement doux, de la Compassion. L’Amour de Dieu est la Vérité. On dit : « Dieu est Amour et l’Amour est Dieu », mais les gens ne comprennent pas ce que cela signifie.

Avez-vous d’autres questions ? Y-a-t-il une question ?

Vous êtes venu pour la première fois ?

L’homme : Mmm.

Shri Mataji : Vous pouvez venir ici devant. J’aimerais vous voir. Qui d’autre est là ? Venez, venez. Qu’y-a-t-il ? Hmm ? Il y a un espace ici. Veuillez vous asseoir. Asseyez-vous ici.

(Mère pose une question en Hindi.)

Maintenant placez vos mains comme ceci, juste comme ceci. Confortablement. Ne vous contraignez pas vous-même, placez-les juste comme ceci, juste comme cela. Il n’y a pas grand-chose à faire. La Vérité est silencieuse, elle ne parle pas, elle agit juste. Commencez à recevoir la brise fraîche dans vos mains et entrez en méditation avec cela. C’est une chose qui ressemble à de la brise.

Ceux qui ne peuvent pas fermer leurs yeux correctement, doivent garder leurs yeux ouverts. Si vous pouvez les fermer facilement sans aucune difficulté, sans clignoter, alors c’est très bien, cela signifie que vous allez bien. Mais au cas où il y a des clignotements dans les yeux, alors gardez-les ouverts. Ils tremblent parfois fortement devant Moi.

Sentez-vous la fraîcheur dans vos mains ? Ressentez-vous la fraîcheur ? Ouvrez vos paumes, ouvrez vos yeux. Ne fermez pas les yeux…. (Inaudible).

Asseyez-vous avec les mains ouvertes. Vous devez sentir la fraîcheur dans vos mains.

… une chose semblable à une brise fraîche devrait venir dans les mains. Si cela ne vient pas, ne vous tracassez pas, cela marchera. Elle vient ? C’est bien, c’est bien.

(En Hindi : Oui, cela vient. Cela commencera à venir lentement.)

(Mère questionne quelqu’un en Hindi.)

Et vous ? Vous avez des problèmes. Cela va aller bien, cela viendra.

Comment allez-vous maintenant ? D’accord. Vous sentez la fraîcheur dans vos mains ? Non, pas encore ! Venez devant, quelqu’un va regarder. Docteur, asseyez-vous ici.

(En anglais.)

Asseyez-vous juste. Nous verrons.

Gardez votre main droite sur le cœur. Son dos avec… Sur le cœur, la main droite sur le cœur, oui. Placez votre main sur son dos, frottez juste un peu.

(En Hindi.)

Avez-vous un guru ?

Dans l’audience : Non, je n’en ai pas.

Mère : Regardez ici. Etes-vous un adepte de Devi ? Non. Vénérez-vous Durgaji ? Vénérez-vous Durgaji ? Qui vénérez-vous ? Vishnu ! Vishnu est aussi pareil au Dieu Soleil. Vénérez-vous ou pas… (Inaudible.)

Venez vous asseoir ici.

Comment allez-vous Sardarji ? OK. Le fait est que vous êtes devenu bien. Qu’avez-vous eu à faire ? Oui. En fait votre mère a également commencé à sembler bien. Venez vous asseoir ici. Venez vous asseoir. Asseyez-vous en face, bougez vos mains, redressez vos deux jambes. (Conversation inaudible.)

Il a un problème, tout le côté droit là. Hmm. Juste comme ceci. Appliquez une petite pression là. Hmm.

Donc c’est fait, pouvez-vous le sentir ? (Conversation en Marathi.)

La chaleur doit partir. Il a trop de chaleur… (Inaudible.)

Ne gardez pas vos yeux fermés. Alors, comment vous sentez-vous ?

Donc, comment va la dame ?

(Note : Le transcripteur n’a pas pu comprendre ni compléter environ 7 à 10 minutes du discours en Hindi jusqu’à la fin du discours.)

Shri Mataji en anglais : Très chaud. Imaginez juste, il sent du froid et il sent de la chaleur. Voyez, avant ce n’était pas ainsi. Ces deux mêmes choses se sont rassemblées, mais il avait un problème, vous voyez ? (Mots pas clairs) chauffait sur votre corps jusqu’en vous. En fait c’est cela la raison et Je vous avais dit que c’était une chose mauvaise, eh ?

Et il a juste regardé et a demandé : « Est-ce lui ? » C’est une sorte de maladie qu’il a eue.

Cela va mieux maintenant ?

L’homme : J’ai senti que cela diminuait grâce à Vous.

Shri Mataji : Oui, la chaleur devait s’en aller, vous voyez. Vous aviez trop de chaleur en vous. Voilà ce qu’il en est.

Frottez son dos. Voulez-vous de l’eau ?

Comment va-t-il ?

Une dame : Il va très bien.

Shri Mataji : Il M’a dit oui la semaine dernière. La semaine dernière, ah ? La semaine dernière. Le problème…

Laissez-la s’asseoir là. Placez juste sa main gauche comme ceci.

Pour lui, dites-lui juste de bouger comme cela.

Ne gardez pas vos yeux fermés. D’accord ? Gardez-les ouverts et ensuite placez votre attention sur Mes pieds. Vous pouvez (inaudible) pendant un moment.

Alors, comment va la dame ? Oh ! Oh, elle est très normale maintenant, n’est-ce pas ? Comment allez-vous ? Vous êtes finalement normale maintenant, bien mieux, plus relaxée. (Inaudible)

Et vous, comment allez-vous maintenant ? Etes-vous mieux ? Mieux ? Vous n’avez pas besoin de ce sentiment maintenant. (Inaudible.)

Alors comment cela va, et comment sont vos parents ? Avez-vous été les voir ?

La dame : Pas encore. (Inaudible.)

Shri Mataji : Pouvez-vous réellement travailler sur elle ?

Comment allez-vous ? Vous allez très bien.

(Note : A peu près 7 à 10 minutes jusqu’à la fin du discours, le transcripteur n’a pas pu comprendre et compléter.)