Discours sur l’Agnya et le Seigneur Jésus-Christ

London (England)

1979-04-16 Agnya and Lord Jesus Christ, London, 90'
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

Feedback
Share

Discours sur l’Agnya et Jésus-Christ, chez Phillipa, Londres (UK), le 16 April 1979.

Tscpt Amruta Rwd-Audio
Traduction Rév1 Version 30-4-2016

Avez-vous des questions à poser ? Qu’est ceci ?

(Yogi : Il y a beaucoup de gens ici, Mère, qui ne vous ont pas encore rencontrée.)

Oui, Je sais. Faites-les venir devant s’ils sont embarrassés ou mal à l’aise. Les gens vous font parfois également tenir sur vos têtes. Ici ce n’est rien de ce genre, ce n’est pas un cirque, il n’y a rien de ce genre-là, ni vous ne devez pas avoir un corps d’un genre particulier, cela n’est pas important. Le plus important c’est que vous devriez vous sentir à l’aise de sorte que votre attention ne se dirige pas sur des choses qui n’ont juste qu’une valeur inutile. Aussi vous devriez être absolument à l’aise. Si vous pouvez avoir une chaise, prenez-la, c’est une bonne idée. Ceux qui sont assis sur le sol, se sentent bien ? Il n’y a pas ici de règlement dur ni de jeûne à accomplir : « Assieds-toi de cette façon-ci ou de cette façon-là », rien de tel.

Il n’y a rien de plus simple ni de plus facile, mais ‘nous’ ne sommes pas faciles, nous sommes compliqués, c’est là le problème. Sinon c’est la chose la plus facile qui vous arrivera à tous et vous êtes nés pour l’obtenir, c’est votre droit de l’avoir. C’est également quelque chose qui doit arriver, comme le printemps qui doit venir, de la même manière.

(On entend le bruit des gens qui s’installent.)

Donc, sur l’arbre de la vie, nous devons aussi avoir cette période de temps du printemps, c’est une partie [Inaudible. Pourrait être : de tout le cycle?].

Vous devez avoir n’importe quelle période aussi. Cela fait partie du cycle total.

(Parlant avec un Yogi : Désolée … Je devais …)

(Yogi : … C’est d’accord.)
Les gens sont dans l’attente de Sahaja Yoga, sans aucun doute. Quand ils parlent, quand ils écrivent, quand ils s’expriment eux-mêmes, vous pouvez voir très clairement qu’ils sont dans l’attente d’une sorte de solution soudaine, qu’ils sont dans ce genre de situation où ils ont atteint une certaine condition [de vie] frénétique dans laquelle ils s’attendent à ce qu’il y ait quelque chose [une solution].

Sinon comment peuvent-ils expliquer la création ? Comment peuvent-ils expliquer Dieu ? Comment peuvent-ils expliquer qu’il existe une force qui s’occupe d’eux ?

Donc chacun attend une sorte de percée. Non seulement cela mais il y a également une recherche d’explications. Vous pouvez voir ça très clairement partout.

Mais le problème, vous voyez, c’est que l’on doit comprendre qu’il s’agit ici du travail de Dieu. Cela doit être accompli par Dieu et non par vous.
C’est quelque chose de très difficile à exprimer mais, si on accepte notre propre vie en tant qu’être humain, nous devrions savoir si nous sommes devenus des êtres humains par nous-mêmes ou bien grâce à Dieu.

Nous ne pourrions pas devenir des êtres humains de nous-mêmes depuis le stade de l’amibe, n’est-ce pas ? Une quelconque amibe peut-elle essayer de devenir ne serait-ce qu’une tortue ? Elle ne le peut pas.

Donc comment sommes-nous devenus des êtres humains ? Grâce à une sorte de force ou une sorte d’énergie ou une sorte de main directrice qui a engendré cet événement de nous faire devenir des êtres humains. Et de la même manière, si vous devez devenir des êtres super-humains ou devenir quelque chose de plus que ceci ou si notre conscience doit accomplir quelque chose de plus, cela devra se passer [et sous la houlette de Dieu].

La seule chose c’est que, si nous ne nous étions pas abîmés nous-mêmes, si nous n’avions pas abîmé notre propre être – qui est [sinon] en parfaite condition – il n’y aurait aucun besoin de faire quoi que ce soit d’extraordinaire car, au cours de cette recherche frénétique, nous aurions pu nous détruire nous-mêmes, nous aurions pu détruire nos instruments qui sont en nous. Parce qu’il existe un courant sous-jacent en nous qui accomplit toutes ces choses, tout comme la graine possède sa propre prémisse de bourgeon, de la même façon il y a également en vous quelque chose qui agit, alors vous devriez y arriver.

Mais, quand vous essayez de faire [vous-même] quelque chose à ce sujet, cela devient abîmé.
Ceci est une chose très simple mais nous ne pouvons pas nous sortir de la tête que, puisque nous existons dans ce monde, alors nous pensons que nous y arriverons par notre effort, nous pensons que ‘nous’ faisons cela, en tant que Sahaja Yogi, mais le faisons-nous ?

Voyez ces fleurs, comment sont-elles survenues ? Qu’y a t-il là que vous ayez fait pour les créer ?

Nous faisons quelque chose de mort. Nous ne faisons rien de vivant, nous ne pouvons rien faire de vivant. Alors ceci est juste stupide, que pensez-vous que nous ayons fait ? Rien du tout ! Tout ce qui est mort nous le convertissons en d’autres formes. Disons qu’un arbre est mort, alors nous en faisons un meuble et nous disons : « Oh, nous sommes grands, nous avons fait ce meuble ! » C’est juste une conversion de quelque chose de mort en une autre chose morte. Quel travail vivant avez-vous accompli ?

Une fois que nous réalisons que nous n’avons rien fait de vivant, alors c’est que le Dieu vivant l’a fait. Il doit le faire et Il le fera au moyen de Sa propre action, à Sa propre manière. Il ne va pas ‘vous’ utiliser pour le faire. Il ne vous a jamais demandé de faire ce genre de chose. Pourquoi vous dérangerait-Il maintenant pour faire ça ?

Il vous a créé dans Son propre amour ainsi que ce magnifique univers pour que vous vous en réjouissiez juste. Mais tout ceci n’est qu’un lavage de cerveau tant que vous ne possédez pas cette sensibilité de vous réjouir. Mais cette sensibilité est perdue. De plus la sensibilité qui est là devrait du moins être à nouveau manifestée d’une manière différente pour absorber réellement la beauté et la joie que Dieu a créées.

C’est un instrument très délicat qui se trouve en vous.
Ils vous ont dit qu’on l’appelle ‘Kundalini’.

Vous savez qu’évidemment ils ont fait plein de dégâts avec ça. Ils ont réellement fait un gâchis avec ce qui est appelé ‘la Kundalini’. Ils L’ont détruite, totalement, et c’est ainsi qu’ils ont détruit votre être intérieur. C’est choquant, réellement choquant.

Et au cours de votre recherche frénétique, vous avez aussi cru en ces gens horribles qui sont juste venus pour vous détruire. Ces gens n’ont aucun rapport avec la réalité, ils ne savent pas qui est le Christ, ni Mahomet, ni Nanak. Ils ne connaissent rien à propos des grandes Incarnations qui sont venues sur cette terre. Ils ne veulent pas en parler. Il n’y a aucun rapport, aucun fondement historique dont ils parlent.

Après tout, s’il existe un arbre, chaque chose vivante survient [d’abord] dans un état primitif. Celui-ci a une histoire. En premier ce fut une graine, ensuite cela a grandi jusqu’à cette chose [cet arbre], et même une graine a son histoire qui était d’être une graine et ensuite une fleur.

Donc quand ces gens vous parlent juste en l’air sans aucune relation avec l’arrière-plan historique ou leur, vous pourriez dire, leur environnement, ils sont juste en train, comme vous pourriez le dire en Anglais, ils sont juste en train de dire des bêtises. Mais pourquoi croit-on à cela ? Parce qu’ils ont en eux quelque chose grâce à quoi ils nous contrôlent.
Disons, à propos de Dieu, que vous avez actuellement vos propres conceptions, que Dieu devrait être comme ceci ou comme cela. Ce concept ne peut pas être le vôtre.

Comment est-il le vôtre ? Comment maintenant allez-vous dire que Dieu devrait être comme ceci ou cela ? Quelle est votre idée ? Et pourquoi décidez-vous que Dieu devrait être comme cela ? Vous vous basez sur quoi ? Veuillez poser des questions [- auxquelles on répondra ensuite – mais pas avant que Je ne le permette.]

Quel est votre but fondamental ? Qu’avez-vous lu à propos de Dieu ? Il a lu les livres de qui ? Pouvez-vous faire la différence entre une personne réelle et une personne non réelle ?

Le temps possède le très grand avantage qu’historiquement vous pouvez découvrir que le temps déblaie tout ce qui est faux. Tout ce qui est faux est éliminé et tout ce qui est réel subsiste.

Comme à propos du Christ, vous voyez, où Il a vécut, comment les gens L’ont juste perçu. Ils ont dit – vous savez quelles choses ils ont dites contre Lui et ils L’ont crucifié, actuellement ils ont les plus grands problèmes pour expliquer Sa résurrection – « Qui leur a demandé d’expliquer ? En fait pourquoi devraient-ils expliquer ? Quelle est la nécessité d’expliquer Sa résurrection ? »

Il fut ressuscité parce qu’Il était très différent de vous. Il n’était pas un être humain.
Vous ne pouvez même pas expliquer comment une fleur devient un fruit, ce que vous voyez chaque jour. Pouvez-vous l’expliquer ? Vous ne pouvez même pas dire pourquoi il y a de la gravité sur cette terre. D’où est-elle venue dans la Mère Terre ? Pouvez-vous l’expliquer ? Vous ne pouvez de toute façon rien expliquer au moyen de votre science. Dites-Moi à propos de n’importe quel « pourquoi », comment se peut-il que nous ne puissions pas l’expliquer ? Alors, comment pourriez-vous expliquer la résurrection du Christ ?

Mais vous voulez l’expliquer. Si vous ne pouvez pas donner une explication alors vous restez braqué sur votre idée, ou vous dites que vous n’avez pas toutes les informations ou que ce n’est pas ainsi. Comment pouvez-vous ?

J’ai rencontré des gens très frivoles en Argentine qui disaient : « Pourquoi le Christ est-Il né pauvre ? Pourquoi a-t-Il pris naissance en tant qu’homme pauvre ? » J’ai dit : « Qui êtes-vous pour décider de cela ? » Je veux dire que vous accepterez Sa naissance selon Ses propres désirs car Il est totalement libre. Ceci vous ne pouvez pas le comprendre. Vous le savez, les êtres humains ne peuvent pas comprendre une personnalité totalement libre parce que vous ne l’êtes pas.

Il peut prendre naissance n’importe où Il veut la prendre. Il peut faire tout ce qu’Il veut avec Lui-même parce qu’Il est totalement libre. Et, dans toute cette liberté, quoi qu’Il fasse, Il le fait pour le bien de tous. Alors que, quand nous sommes libres, nous faisons quelque chose qui sera absolument dégoûtant et peut-être très destructif pour tous.

Puisque notre liberté est bien trop relative, nous n’avons aucune compréhension pour juger une personne, absolument aucune, car nous ne sommes même pas réalisés. Tout au moins cela devrait arriver à l’être humain lorsqu’ils arriveront à une compréhension de la liberté qui sera absolue.
Donc ils ont un problème : « Qu’est la résurrection du Christ ? » Nous allons l’expliquer et le comprendre.

D’un côté, comme Je vous l’ai dit, c’est juste pour dire que : « Nous ne pouvons pas l’expliquer, donc c’est tout faux. Vous ne devriez croire en aucun enfer. Il était juste comme cela. Vous ne devriez croire en aucune Incarnation. Il n’était pas bien. La résurrection est une invention, tout cela n’était qu’un mythe. » Alors nous nous sentons très heureux à propos de tout ça. Vous vous êtes montrés très honnêtes. Mais, quand vous ne connaissez pas toute la vérité, à quoi rime le sens de votre honnêteté et malhonnêteté ?

Disons que Je ne connais pas cette maison, à quoi elle ressemble, d’accord ? Alors Je devrais dire que Je ne la connais pas, ce serait correct. Mais ensuite se former une idée complète à propos de cette maison ou même la nier ! Vous voyez, la nier signifie que vous n’êtes pas honnête.

Voici donc une façon de voir cela, spécialement le côté ‘intelligence’, vous voyez. Cela vous fait penser de cette façon et vous pensez avoir été très rationnel. Mais la rationalité, si elle est si limitée, montre de l’égocentrisme comme vous pouvez l’appeler, n’est pas capable de voir les choses qui sont au-delà, alors ce n’est pas de la rationalité !

Pourquoi ne penseriez-vous pas, dans cette rationalité, que peut-être Il a été ressuscité parce qu’il y avait quelque chose de spécial à Son propos que nous ne pourrions pas comprendre ?
La rationalité devrait voir les choses qui arrivent mais que la rationalité ne peut expliquer.

Tout comme, ainsi que Je l’ai dit, un arbre qui a des fleurs qui deviennent ensuite des fruits. Un arbre qui est un manguier peut vous donner des mangues, un rosier va vous donner des roses, et les oiseaux qui sont des coucous vont chanter de la façon qui est la leur. Où se trouve la rationalité derrière cela ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? Quelle est leur place dans cet univers ?

Au moyen de la rationalité, vous pouvez reconnaître une seule chose, c’est que la rationalité est de la sottise. Elle ne peut passer les barrières de communication de la compréhension.

Le second style est celui-ci : « Nous ne croyons pas au Christ, alors c’est d’accord. Il est ressuscité, d’accord. D’accord, Il est ressuscité alors croyez au Christ et croyez en Lui. Donc nous croyons en Lui, nous ne croyons en rien d’autre, nous croyons juste en Lui. »

En fait, même si le Christ vient se tenir devant vous et dit : « Je suis le Christ, maintenant voyez vous-même », vous n’allez pas y croire. Vous avez cru au Christ qui fut crucifié parce que vous n’étiez pas là. Ceux qui étaient là, n’ont jamais cru en Lui. Et quand Il revient et dit : « Je suis maintenant assis ici devant vous, essayez donc de Me reconnaître et de découvrir si Je suis ou pas le Christ », alors vous direz : « Comment cela se peut-il ? Nous aimons croire au Christ qui est mort. Maintenant Il n’est plus vivant, alors que faites-Vous ? »

Ceci est un autre style.
Donc nous pouvons dire que nous allons vers deux extrêmes, d’un côté c’est le fanatisme, vous pouvez dire, qui est embarrassant et très dommageable pour la croissance humaine et, quand vous vous détournez de cela, en passant d’une attitude à une autre, vous allez vers l’autre côté où vous commencez à ressentir : « Oh, comment pouvez-vous croire cela ? » et ainsi nous ne croyons plus. Nous nous retrouvons donc coincés là entre ces deux attitudes.

Dans beaucoup de pays partout dans le monde, tous les jeunes sont éveillés sur ce fait que le fanatisme est quelque chose de stupide. Donc ils se déplacent de l’autre côté vers la rationalité, l’intellectualisme.

Mais on devrait comprendre une chose simple : est-ce que la rationalité nous apporte la joie ? Elle est si sèche. Vous n’arrêtez pas de construire mots après mots et à la fin vous êtes fatigué, surmené, épuisé. Si vous avez tenu une discussion avec un intellectuel, disons deux ou trois fois, vous vous dites : « C’est mieux d’aller au café. » Vous serez sous tension et vous deviendrez réellement vidé.
Comme Je viens juste d’en parler, Je suis allée en Suisse et ils M’ont surprise. Ils étaient tous juste très fiers d’argumenter. L’un disait quelque chose, l’autre disait quelque chose, et toute l’argumentation n’arrêtait pas et les gens étaient si épuisés.

Les vibrations, tous les enfants étaient alourdis comme s’ils se mouvaient sur un, ce que vous appelez pareil à une roue, non, comme si une roue est en train de tourner et les gens se meuvent sur la roue, et ils étaient si fracassés et chacun se mettait à trembler comme cela. Quelles sortes de vibrations serait-ce là ?

Les enfants eux-mêmes étaient écroulés alors que toute l’atmosphère était belle. La nature était si belle mais elle semblait absolument fatiguée, surmenée et insatisfaite, et les gens étaient – Je ne sais pas ce qu’ils étaient, c’était qu’en fait leurs cerveaux étaient en train d’exploser et qu’ils étaient tous très, très surexcités, extrêmement surexcités.

Alors qu’ont-ils accompli ? Sont-ils heureux ? Cette rationalité leur a t-elle fait du bien ? Personne ne semble être heureux dans ce pays riche où la rationalité est la façon dont ils considèrent les choses.
Et même quand on parle d’égoïsme. J’ai dit : « Jusqu’à ce que vous vous découvriez vous-même, comment pouvez-vous être égoïste ? Vous pouvez seulement être des fruits de mer mais vous ne pouvez pas être égoïstes. » [Jeu de mot anglais.]

En Sanscrit le terme est ‘svartha’, pour l’égoïsme il y a le terme ‘svartha’. ‘Svartha’ signifie : ‘sva’ veut dire ‘vous-même’, ‘l’être’, et ‘artha’ veut dire ‘la signification’. Si vous connaissez la signification de vous-même, alors c’est cela svartha.

Mais comment le saurez-vous ? Si un courant sous-jacent est en action, s’il y a quelque chose qui le fait marcher, vous voyez, ce serait une folie de ne pas nous exposer nous-mêmes à cela afin de comprendre notre propre valeur, notre propre place dans cet Univers et notre propre signification, de pourquoi nous sommes là.

Donc la rationalité, si elle est basée sur la sagesse, alors vous pourrez voir très clairement qu’il est sage d’attendre et de voir. Mais la sagesse est seulement possible si vous comprenez les limitations de la rationalité. Si vous êtes trop identifié à la rationalité, alors la sagesse devient de plus en plus réduite.

Donc nous devons nous connaître nous-mêmes, c’est très important. Vous ne devez pas être guidés par les ruses des gens qui veulent juste vous soutirer de l’argent ou en retirer une sorte de réputation ou Je ne sais pas ce qu’ils veulent faire d’eux-mêmes, mais ce que vous devez faire, c’est de réellement vous connaître vous-même.

Jusqu’à ce que vous vous connaissiez vous-même, vous ne devez croire en personne. Mais cela ne veut en aucun cas dire que vous vous refermiez sur vous-même. Disons juste que pour connaître une maison, il faut entrer à l’intérieur de cette maison. De la même manière, pour vous connaître vous-même, vous devez entrer dans votre propre être.

Maintenant, comment pouvez-vous entrer dans votre propre être ? Comment s’y prendre ?
Voici une question humaine typique : « Comment ? »

Si Je vous pose une question : « En fait comment fait une graine pour germer ? » Alors vous direz : « Nous ne savons pas. » Très bien, donc vous ne connaissez pas le ‘comment’. Mais quelqu’un doit le savoir. Si vous ne savez pas et que Moi Je dis : « Je le sais », pourquoi devriez-vous être fâché contre Moi à cause de cela ?

Je dis que Je le sais. Supposons que Je ne le sache pas. Je ne sais même pas comment on fabrique une bougie, Je ne sais pas comment on fait marcher ce transistor, Je ne sais même pas si c’est le Mien ou celui de Douglas. Je Me sens si mal à l’aise quand Je pense qu’il y a tant de choses que Je ne connais pas. Mais si Je connais ceci, alors pourquoi devriez-vous être fâché à ce sujet ? Pourquoi devriez-vous vous sentir choqué ? Mais cela choque les gens ! Si vous savez, c’est parfait, c’est une très bonne chose. Si vous connaissez ça, c’est une très bonne chose. Mais si Je connais cela, que devrais-Je faire maintenant à ce sujet ? Ne devrais-Je pas vous expliquer comment le faire ? Je devrais vous l’expliquer. Mais cela heurte très fortement les gens. Vous verrez que dans l’histoire de tous les saints, de toutes les incarnations, si vous comprenez ça, cela les heurte. Qu’a fait le Christ pour que vous ayez dû Le crucifier ?

Donc survient cette question : « Pourquoi devons-nous nous sentir heurtés à ce sujet ? » Ayons-la [la Réalisation] ! Vous sentez-vous heurté si quelqu’un vous donne un diamant ? Si votre propriété est fermée à clef, vous sentirez-vous heurté si Je vous dis que ceci est votre propriété et que vous allez l’utiliser ? Qu’y a-t-il là pour se sentir heurté à ce propos ?

En fait, où doit aller votre rationalité quand il s’agit de la réalité ? A ce moment la rationalité devrait vous aider. Et la manière dont les gens jugent est également quelque chose de très, très absurde. Quand vous vous connaissez vous-même, comme Je dis, vous connaîtrez aussi les autres.

Maintenant, quand vous vous connaissez vous-même, comment saurez-vous si vous vous connaissez vous-même ou non ? Vous devriez le sentir vous-même. Or vous ne savez pas ce qui se trouve en vous. Mais par chance il arrive que vous commencez ‘à voir’ ce qui est en vous, et ‘voir’ c’est ‘sentir’. Alors vous commencerez à sentir les autres, leur être intérieur et le vôtre, ensuite devriez-vous continuer à douter à ce sujet ? Donc pourquoi douterions-nous ? Quel en est l’avantage ?
Disons que des gens soient en train de se noyer et qu’il y a un bateau qui vient essayer de vous sauver. Vous pouvez le sentir, vous pouvez sentir le bateau, vous pouvez aussi sortir de l’eau. Vous pouvez sentir que vous êtes hors de l’eau pour le moment mais à nouveau vous sautez en arrière.

En fait ce en quoi vous devriez croire, c’est croire au bateau. Si vous ne croyez pas au bateau, comment aurez-vous une prise plus forte ? Voici le problème. Ceci est le problème de la mentalité occidentale, vous devez y faire face. C’est moins le problème de la mentalité orientale, ils ont d’autres problèmes. Ils ont d’autres problèmes terribles mais vous les oubliez, nous discutons de nos propres problèmes dans ce pays et alentour, chez tous les Occidentaux qui ont obtenu de la richesse à travers leurs efforts comme ils pensent, ceux qui croient en la finance.

Mais tout ce que vous voyez être de cette manière, cela n’est pas absolu. Je peux vous le prouver juste maintenant. Si vous apportez un appareil de télévision, vous pourrez voir là-dedans que ces images sont également ici, sinon comment les obtenez-vous ? Elles sont dans l’atmosphère. Vous êtes assis ici, vous ne pouvez pas entendre la musique mais, si vous apportez une radio, Je peux vous prouver que cette musique existe aussi ici. Vous devez respecter cela. Toutes sortes de musiques de partout dans le monde, si vous avez une radio réellement très sensible, extrêmement sensible, vous pourrez capter de la musique de Singapour. Réalisez-vous cela ? Tout comme vous êtes, votre connaissance est pareille, et vous savez que vous l’avez améliorée au moyen de toutes ces méthodes diverses.
Donc nous devons comprendre que, quoi que vous connaîtrez au travers de cette manifestation humaine, quoi que vous ayez, ce n’est pas complet, ce n’est pas parfait, ce n’est pas encore à ce niveau.

Si ceci pouvait être compris au travers de votre rationalité, la rationalité aura fait son travail. Mais même cela n’est pas vraiment possible. Alors cela va être difficile.

Cette compréhension sur vous-même doit grandir. Je veux dire que ceci, évidemment, vous le sentez. Mais nous comprenons-nous réellement nous-mêmes ainsi que nos semblables ? Nous connaissons ça, nous sommes sûrs de ça, vous êtes tout à fait sûrs de ça, et c’est pourquoi vous êtes confus. Mais s’il existe une méthode par laquelle vous pouvez éclaircir ces points et si cela marche et fait tilt en vous, alors vous devez y croire. C’est ce qu’on appelle ‘la foi’ et non pas ‘la foi aveugle’.

Pourquoi devrait-il y avoir deux termes comme « foi aveugle’ et « foi » ? Si la foi signifie l’aveuglement, alors il ne devrait pas y avoir deux mots. Cela veut dire qu’il existe quelque chose de semblable à la foi aveugle et quelque chose de semblable à la foi. Même en Sanscrit, l’un est appelé ‘andha shraddha’ et l’autre ‘shraddha’.
Donc la foi commence après l’expérience et nous en arrivons au point maintenant que nous tous devrions avoir l’expérience du Soi pour commencer et nous devrions y croire et, au travers de cette foi, nous devrions la calibrer.

La rationalité a aussi la foi car sinon la rationalité ne peut pas exister. Peut-être que nous ne savons pas comment nous construisons notre rationalité. Supposons que vous alliez en voiture et que vous dites : « Je n’ai pas foi dans la manière donc la voiture bouge. » Vous entrez dans la voiture et alors vous savez que la voiture bouge bien. Assis là, vous y mettez votre clé et vous y avez foi. Je veux dire qu’à chaque étape vous avez la foi. Sinon qu’est la foi ? Ce n’est rien que vos expériences que vous avez vues. Et la rationalité est celle qui accepte, qui accepte cette foi et poursuit plus loin.

Dans tout ce que vous faites avec rationalité, vous n’irez pas plus loin à moins que vous ayez foi que ce que vous faites est correct. Vous devez y croire sinon vous ne pourrez pas exercer votre rationalité. Vous comprenez ce point ?
Mais cela ne signifie en aucune façon que ce soit de la foi aveugle. Ceci est une autre folie dont Je vous ai parlé. Il y a une méthode très facile pour les gens qui sont aveugles, il faut juste leur ouvrir les yeux. Mais c’est une impossibilité pour ces gens qui sont aveugles et croient qu’ils peuvent tout voir.

Ceux qui disent : « Nous suivons aveuglément quelque chose », alors vous pouvez leur dire : « Très bien, si vous suivez, suivez aveuglément, nous vous montrerons où vous êtes en train d’aller. » Vous pouvez leur tenir la main, les placer sur le droit chemin et ensuite ouvrir leurs yeux et ils seront fortement volontaires pour ouvrir leurs yeux.

Mais qu’en est-il des gens qui sont aveugles mais pensent qu’ils peuvent tout voir, analyser et rationaliser ? C’est un cas un peu difficile. Donc [vous devriez leur dire] : « Nous devons amener notre rationalité jusqu’au point où, jusqu’à maintenant, nous n’avons pas été capable d’arriver et ayons-la [la Réalisation]. » Dès que vous dites cela, ça marche.

Chez certaines personnes, J’ai vu que Sahaja Yoga fait des miracles, que cela travaille très rapidement. Ils y sautent bien plus rapidement que les autres. Certains d’entre eux y entrent réellement très profondément et s’y établissent. Chez d’autres personnes cela travaille très lentement. Chez certains, ils pensent qu’ils y sont entrés profondément mais en sortent très rapidement.

Donc on doit savoir que c’est pour notre propre être, pour notre propre égoïsme car cela entre dans notre rationalité. Si quelque chose est pour notre égoïsme, nous comprenons mieux. Et c’est cela ! Cent pour cent est pour votre égoïsme et pour l’égoïsme du Tout dont vous faites partie.
C’est la méthode de l’amour de Dieu. Parce que Dieu vous aime, Il a créé toutes ces choses. Il veut vous divertir. Il désire que vous croissiez grandement, que vous deveniez matures et qu’alors vous vous réjouissiez complètement de la beauté de Sa propre création. Tout cela est Son amour. Son amour accomplit cela. Son pouvoir d’amour, c’est une énergie vivante qui l’applique. Comment pourrait-elle vous faire du mal ? Nous parlons d’amour, nous parlons de la vie universelle, nous parlons aussi d’organisations universelles.

Nous avons tellement d’organisations qui sont universelles et parlent de ces choses. J’ai également rencontré tellement de ces gens mais il n’y a là pas d’amour. L’amour est l’énergie universelle, l’amour est la chose universelle qui existe. Il est si pur, si purifiant et procure tellement de joie.

Mais nous devons y avoir foi et pas en nous-mêmes tant que nous sommes dans une condition imparfaite. Quand nous nous perfectionnerons nous-mêmes, alors vous saurez que vous n’êtes rien d’autre que des instruments d’amour. Dieu désire vous utiliser pour Son amour. Il veut exprimer Son amour et Il veut que Son amour se répande à travers vous de sorte qu’il aille vers les autres. Et Il veut vous rendre si beaux afin que vous deveniez absolument sensibles à la beauté de l’amour. Ceci est la nouvelle dimension dans laquelle Il veut que vous entriez et c’est ceci le Royaume de Dieu.
Si vous pouviez donc faire diminuer votre mental un petit peu et lui dire de ne pas être si froussard, cela va marcher.

Vous étiez dépendant d’un cheval qui s’est joué de vous. Il va devenir votre ami et va s’occuper de vous. Il s’est peut-être senti malheureux parfois ou il est resté neutre ou il a pu aussi se montrer égocentrique et égoïste d’une façon très subtile sans que vous le sachiez, et il s’est joué de vous et vous a maintenu éloigné de la réalité parce qu’il vous teste, il est votre ami. Au moment où il sait que ce que vous désirez, c’est l’absolu, alors il s’apaise.

Voici ce qu’est Sahaja Yoga, c’est le pouvoir qui accorde à chaque être humain d’être uni avec ce Pouvoir Divin, d’être un instrument de ce Pouvoir Divin. C’est ceci le but ultime de notre évolution qui doit se passer.

Pensez-vous que Dieu va abandonner cela sans que ce soit complété ? S’Il est le Tout Puissant, alors Il va le faire.

Il existe un seul obstacle qui est votre liberté. Dieu vous a créés libres parce que, pour entrer dans Son Royaume où une liberté complète doit être goûtée, vous devez être là en toute liberté, sans y être obligé.

Donc votre liberté est là, vous choisissez entre l’ego et la sagesse, et ensuite vous devez entrer dans ce domaine. Ceci est propre à vous, en agissant au travers de votre propre volonté.
Si vous avez un quelconque problème maintenant, posez une question. Vous ne pouviez rien voir nulle part, comme Je l’ai dit, n’est-ce pas ? Le pouviez-vous ? C’est bien, c’est très bien. Que dites-vous ? Il devrait y avoir des questions.

Yogi : Il y en a trop !

Shri Mataji : Trop de questions sont là, ah ? Je sais. Qu’est-ceci ?

Un autre Yogi : Je suis juste nouveau dans Sahaja Yoga.

Shri Mataji : Oui.

Yogi : Que devrais-je faire ?

Shri Mataji : Peut-être le sentir. De ce que Je vous dis, vous n’osez rien faire à ce sujet.

Tout d’abord c’est comme si vous, les gens, comme si vous vous noyiez un petit peu, pensez à cet exemple, et ensuite il faut vous sauver. En fait, qui fait cela ? C’est le nageur. Alors vous venez sur le rivage et vous apprenez à nager. Complètement ! Quand vous connaissez totalement cette nage, alors vous pouvez aider les autres. C’est aussi simple que cela.

Disons que maintenant ceci est illuminé mais que J’ai une bougie qui ne l’est pas encore, Je dois juste aller vers elle et lui faire face, c’est ainsi. Vous possédez d’origine en vous cette construction, tout est là. Vous êtes déjà câblés, l’ordinateur est en vous, vous devez seulement être raccordés à la centrale.
Chercheur : Shri Mataji, croyez-Vous en [Ressemble : ce que le Christ a fait] et qu’avez-Vous fait ?

Shri Mataji : Qu’est ceci ?

Yogi : Il demande si vous croyez que le Christ était un [Ressemble : danseur] ?

Shri Mataji : Quoi ? Quoi ?

Yogis : Que le Christ était un [danseur].

Shri Mataji : Qui est celui-ci ? Avancez-vous! En fait quelle importance cela a-t-il que Je le croie ou pas ? Qui êtes-vous ? Asseyez-vous maintenant, asseyez-vous! Venez, venez. Venez et asseyez-vous. Que J’y croie ou pas, en fait quelle importance, dites-le Moi ! Pourquoi voulez-vous entrer dans ces maux de tête ? Toutes ces choses ne sont que des maux de tête, Je vous le dis, réellement !

Chercheur : Je pense que je ne pouvais pas poser une autre question, n’est-ce pas ?

Shri Mataji : Vous voyez la chose c’est que Je crois, non seulement Je crois mais Je sais que toutes ces choses sont correctes. C’est absolument vrai ! Mais, vous voyez, ce qui s’est passé avec les cerveaux humains, quoi qu’on leur dise, quoi qui vienne provient de leur inconscient. Ensuite ils en font un dogme et commencent à se battre [à ce sujet].

[Coupure]
… ne comprenant pas parce que vous tous, Je dirais ceux qui regardent ça, eux tous ont seulement un œil et celui-ci n’est que trop partiellement ouvert. Donc l’un voit ceci et l’autre voit cela, des choses qui peuvent seulement être clairement vues quand vous y êtes totalement ouverts, n’est-ce pas ?

Par exemple vous entrez dans cette pièce et tout est dans le noir, Je ne peux pas voir. Donc Je saute sur cette table et dis : « Ceci est réellement une chose très haute », ensuite Je dis : « Ce dessin représente cette chose », ensuite Je dis : « Cette lampe est la corde. » C’est comme cela. Donc tout ce qui est découvert dans le Virata est totalement clair pour Moi, pas clair pour vous. C’est si simple. Je vous en parlerai.

Je lui ai demandé récemment : « Pourquoi entreprennent-ils des travaux philanthropiques dans la Chrétienté ? » Je ne pouvais juste pas comprendre, vous voyez. J’ai dit : « Le Christ a-t-Il dit cela quelque part dans la Bible car Je ne l’ai pas lu. Je n’ai pas lu ça dans la Bible [qu’Il donnait le baptême, donc Je vous dis réellement ceci – Inaudible]. Donc Je sais ce qu’il en est. Donc J’ai demandé : « A-t-il dit n’importe où ou dans la Bible que c’est écrit que du travail philanthropique devrait être accompli par les Chrétiens ? » Ils dirent : « Non, mais il est arrivé une fois, Vous voyez, quand Marie-Madeleine a voulu L’oindre avec de l’huile et que Pierre a dit : « Pourquoi faites-vous ça ? Pourquoi n’essaieriez-vous pas d’utiliser cette huile, de la vendre, d’en retirer de l’argent et de le donner aux pauvres ? » Vous savez, c’est typique. Il n’était pas un prophète.
Alors le Christ a dit : « Les pauvres sont avec vous tout le temps » – des maux de têtes vous voyez – « mais Je suis avec vous pour un court moment. » Il a essayé d’insister sur l’importance de la Divinité, de la lumière divine qui est avec vous. C’est une chose très importante pour les Chrétiens. Mais si ceci est l’exemple pour cela [les travaux philanthropiques], Je veux dire que ceci est de la stupidité.

Donc si vous entrez dans les arguments et les découvertes de tous les différents Vedantas, idéaux et les choses comme ça, ce sera une autre sorte de problème. Mais la meilleure façon d’en voir l’unité est d’aller vers le point où vous êtes unis.

Comme disons maintenant, si vous demandez : « Croyez-vous en cette fleur-ci ? » Ensuite un autre dira : « Croyez-vous en cette fleur-là ? » « Non, Je crois en elles toutes. » « Comment ? » « Parce que Je suis la sève, Je crois en elles toutes. »

Donc dirigeons-nous vers ce point qui fournit universellement la connaissance à toutes ces branches, d’accord ? Si vous aboutissez là, alors vous serez étonné de voir comment, après tout, cette diversité possède une telle unité. Vous devez vous diriger vers ce facteur unificateur pour voir que ces choses soi-disant différentes, possèdent en elles le même pouvoir unificateur.
Yogi : Oui.
Shri Mataji (à un Yogi) : Avez-vous lu les Vedantas ?
Yogi : Non, non, mais…
Shri Mataji : La vérité !
Yogi : En Inde, on ne peut pas…
Shri Mataji : En sortir ?
Yogi : Recevoir beaucoup d’aide.
Shri Mataji : Oh, oh, il y a des gens horribles dans ce pays. Oh, vous ne savez pas, ils sont fous, de vrais fous [Inaudible] Je vous le dis. Ne vous approchez pas d’eux !
Un autre Yogi : Des rakshasas, des asuras.
Shri Mataji : Des asuras, des asuras.
Yogi : Asuras.
Shri Mataji : Asuras. Ce sont des rakshasas, de réels rakshasas, certains d’entre eux le sont. Imaginez, ils ont affronté Adi Shankaracharya, Je dois dire. Quand il a écrit son Vivekachudamani, ils s’en sont pris à sa vie. Alors il a tout abandonné. Il a dit : « D’accord, je vais juste chanter les louanges de la Mère, terminé ! Je ne vais plus parler. » Il a été un homme très intelligent bien que…
(A part : [Inaudible] Comment allez-vous ? Bien ? Tout va bien ? Vous devez le faire !

Ils dansaient devant l’œil intérieur. Heh ! Vous voyez, c’est la béatitude de Dieu. Quelle belle peinture ! Quel sujet pour une âme réalisée, sans aucun doute. Vous en avez tellement ici.)

Donc c’est ceci le problème et vous ne pouvez juste pas en sortir. Vous voyez, si vous allez en Inde, il y a plein de fange alentour. Mais vous n’y entrez pas par l’intérieur, c’est le problème. Vous y entrez par la partie extérieure. Et pour entrer en Inde, ce devrait être au travers des villages et non au travers de ces villes. Même Bénarès, c’est affreux ! Ne vous en approchez pas ! Ce sont tous des gens horribles qui vivent là.

Yogi : Kundas

Shri Mataji : Quoi ? Kundas ! Les Kundas, les rakshasas et des gens horribles et terribles ! Tous doivent être rejetés. Ils ont déjà été punis par le Gange et la Yamuna les a punis. Ce sont des gens horribles, des menteurs. Ils sont mêmes pires.

Yogi : Ils veulent tous Paisa. Ils le veulent. Ils parlent touts de Paisa.

Shri Mataji : Paisa, Paisa, Paisa ! Maintenant, grâce à Dieu, il y a quelqu’un, vous, veuillez l’enregistrer. Quand Je dis cela, les gens deviennent très fâchés contre Moi, quand Je leur dis que tous ces Pandas doivent être jetés dans le Gange. Mais pourquoi aussi polluer le Gange ? Vous pouvez trouver un autre meilleur endroit pour les noyer. Mais pourquoi êtes-vous impressionnés par eux ? Les Indiens ne sont pas impressionnés par eux. Je suis surprise de voir combien vous êtes impressionnés par ces horribles hypocrites.
Yogi : Shri Mataji, puis-je entrer dans la discussion ? En fait je ne suis pas un Indien né indien, je suis un Indien africain, je suis né en Afrique, mais je connais beaucoup de choses sur les Indiens et quand vous dites ‘nous ne sommes pas impressionnés par’ comme je veux dire Shankaracharya et…

Shri Mataji : Shankaracharya les impressionne mais pas ces horrible gundas qui vivent dans les temples et autres, et vendent du haschich.

Yogi : C’est vrai mais si Vous, quand j’étais en Ouganda, Vous aviez vu n’importe quelles personnes qui sont allé là, Vous savez, ils étaient comme Vous l’avez décrit. Même ces gens, Vous savez comme Vous l’avez dit, ce Paisa, où nous allons, l’argent est là et beaucoup d’entre nous, Vous savez, les plus jeunes qui ont vu tout cela et n’en ont pas entendu parler, ne sont pas si impressionnés par ça. Donc, dès que j’ai entendu parler de Vous, j’étais réellement impressionné. J’ai aussi entendu parler d’autres swamis et tout ça comme – quel était son nom ? Je ne peux pas me souvenir de son nom.

Shri Mataji : L’un pire que l’autre ! Ne prononcez pas leurs noms. Ils sont tous horribles. Chacun pire que l’autre. Je suis allée en Afrique de l’Est pour votre information et J’ai vu des choses horribles se passer là également.

Chercheur : D’accord ! Je connais ça.
Shri Mataji : Vous voyez, toutes sortes de ces gens horribles sont exportés de chez vous, vous voyez, car ils n’ont besoin d’aucune licence pour cette exportation ou importation et ils viennent s’installer très facilement.

En Afrique de l’Est, il peut bien y avoir des centaines et des centaines de ces thugs installés là-bas, faisant des pujas, ceci, cela, et collectant toutes sortes de gens alentour et les exploitant. Et les Africains de l’Est sont des gens très traditionnels, vous voyez. Ils sont venus là il y a longtemps de cela et continuent à conserver leurs traditions et théologies.

Et alors ils M’ont emmenée dans un temple là et, tandis que J’étais dans le temple, ils ont tous commencé à faire : « Hooh, hooh, hooh, hooh ! » Ils étaient tous possédés. En Ma présence, ils furent tous possédés et J’ai demandé : « Quel est cette sorte de temple ? » Et c’était un temple de Kali, imaginez juste ! J’ai dit : « C’est lamentable », mais ce n’était pas dû à l’endroit d’où ils étaient venus. Je leur ai demandé : « Qui est celui qui est votre guru ? » Le guru s’était sauvé, vous voyez, il n’était plus là. Je les ai joliment houspillés et J’ai dit à ces dames : « Renvoyez-le. Voici ce qu’il en est et vous êtes tous dans l’erreur. »

Il y a tellement de magie noire, ceci, cela, qui se perpétue dans cette Afrique de l’Est. Vous savez, le tiers des gens est possédé. Des choses horribles s’y passent et peut-être aussi en Ouganda où vit ce si horrible rakshasa. Maintenant, grâce à Dieu, c’est fini. Et tous ces gens étaient tellement impressionnés par ceux-ci, ces pandits et pandas venant de là. Je sais, Je sais que c’est ainsi, vous avez raison à ce propos, absolument raison. Mais allez voir ce dont Je vous ai parlé.

Et, quand J’étais en Afrique de l’Est, Je leur ai dit à tous, même à ces Jaïns et eux tous, et J’ai crié sur eux et leur ai dit : « Vous tous irez en enfer ! » Et ils furent tellement effrayés et dirent : « Que dites-Vous Mère ? » Je leur ai dit que tous ceux-ci vont tomber en peu de temps, tous ces temples et tous ceux-ci.

Mais Je trouve ici également les mêmes choses, Mon enfant, il n’y a d’exception nulle part sauf qu’ici c’est très intelligent et c’est très grossier là-bas, mais c’est également pareil ici.
Yogi : Mère, j’ai eu la même impression quand j’étais au Brésil où ils vénéraient ensemble Marie et la magie noire. Alors je me suis posé des questions et ils ont voulu me parler à propos de ces choses mais ont stoppé car j’ai cité Votre nom et ils ont arrêté d’en parler.

Shri Mataji : Très vrai ! Vous voyez, voici ce qu’il en est, sans la Réalisation vous ne pouvez pas comprendre Dieu. Sans la Réalisation du Soi, vous pouvez même vénérer un démon ou un homme en pensant qu’il est Dieu. C’est pourquoi vous devez avoir la Réalisation du Soi. C’est la seule manière pour arriver à savoir cela.

Juste une petite chose que les gens ne comprennent pas. Comment pouvez-vous acheter Dieu ? Comment pouvez-vous payer pour Dieu ?

Je sais qu’en Afrique de l’Est c’était ainsi, J’y suis allée. Ainsi les gens étaient fous et on ne sait pas pourquoi. Mon hôte lui-même et son épouse étaient si malades. Elle était si malade, si perturbée mentalement et avait des crises et des choses comme cela. Nous devons faire quelque chose à ce sujet et Je leur ai dit que tout ceci est faux, qu’ils rejettent tous ces gens. La même chose en Ouganda.

Ceci n’est juste que des possibilités de se faire de l’argent mais vous êtes attirés par cela. Voyez-vous, il y a maintenant une mode en Afrique de l’Est : « Qui est votre guru ? » Tout le monde doit y être arrivé ici, ils doivent avoir un guru. Mais Je ne comprends pas pourquoi vous devez avoir un guru, et vous ne savez pas s’il est ou non un guru, s’il est un rakshasa.
Yogi : Alors, Vous voyez, quand je fais allusion à ces sortes de choses, cela signifie que plus tard, quand je leur parle de Vous, Vous savez, c’est la même chose, ils disent que : « Si Elle est si importante pour vous, lui [son faux guru] l’est tout autant pour moi », vous voyez ?

Shri Mataji : Vous devriez leur demander : « Mais le point important, c’est : ‘Qu’avez-vous gagné ?’  » D’accord ? Vous devriez demander : « Que vous a-t-il donné ? » Vous lui avez donné de l’argent, des fruits, des vêtements, tout. Et lui, que vous a-t-il donné ? Celui-ci souffre de toutes sortes de maladies : « Que lui a-t-il donné ? » Vous voyez, s’il se trouve à une position plus élevée, vous devriez en retirer quelque chose, n’est-ce pas ? Que vous a-t-il donné ?

Mais quand vous venez à Sahaja Yoga, que se passe t-il avec vous ? Vous vous retrouvez bien physiquement, mentalement et émotionnellement. Spirituellement, vous commencez à sentir les vibrations, vous pouvez guérir les gens. Vous savez, il y a beaucoup de Sahaja Yogis qui ont guéri des gens. Vous pouvez soigner le cancer !

« Cela va dans un seul sens, seule la personne qui peut donner est le guru, pas celui qui peut prendre. C’est pourquoi il est appelé un guru. » S’ils parlent ainsi, vous devriez demander : « Qu’avez-vous atteint ? Vous vous êtes juste délesté de votre argent, donné tout ce que vous possédiez. Maintenant vous êtes devenu un mendiant. Voilà ce que vous avez obtenu. »

Ils sont possédés par ces gens, c’est pourquoi ils ne peuvent rien voir. Vous savez, ils ne peuvent pas voir. Ils vous possèdent, c’est pourquoi vous ne pouvez rien voir.
En Inde nous avions un culte appelé, c’est encore son nom aujourd’hui, après Vandanacharya, ils furent appelés Vaishnavas et tout cela. Je ne sais pas comment les appeler car Vandanacharya lui-même était une âme réalisée et il eut huit disciples qui, très malheureusement, n’ont pas obtenu la Réalisation.

Et quand ils ont commencé à suivre ce ‘ashtachap-vaishnava-dharma’, vous savez ce qu’ils ont eu avec cela ? Vous allez être choqués si Je vous le dis. Le prêtre supérieur était supposé profiter de l’épousée la première nuit. N’importe quelle épousée ! Et il était invité chez tout le monde partout en Inde. Une personne devait dépenser sans compter et ceci était la bénédiction du guru qu’ils recevaient ! Alors que dire à de tels gens sots, stupides, inutiles. Comment devrais-Je les appeler ? En fait Je ne connais pas beaucoup de vilains mots. (Rires.) Que diriez-vous à des gens si stupides ?

Vous voyez, c’est pour cela que nous avons besoin de gens intelligents pour Sahaja Yoga, pour comprendre. Mais pas des intellectuels ! Il y a une différence entre les deux. Vous devriez être intelligents. Les intellectuels sont des gens qui se réjouissent juste des domaines du mental, vous voyez, pareils à des suceurs. Ils ne sont nulle part. Ils se meuvent seulement dans les mêmes domaines. Il n’y a rien qui bouge, nulle part. Vous voyez, ils devraient faire quelques sauts périlleux !
Mais ces gens-là, ceci est très vrai, ce genre de fanatisme existe là. Et vous les jeunes, vous pouvez combattre et vaincre cela. C’est pourquoi vous êtes nés à cette époque et êtes jeunes. Vous devez leur dire que ceci est faux. Je dois dire aussi qu’en Afrique de l’Est, endéans les huit jours, il y a eu un tel changement. Un tel changement, un changement incroyable est survenu et il y avait aussi des gens d’un certain âge. Je suis même allée à – en fait les Jaïns avaient préparé Mon programme et Je leur en ai donné à droite et à gauche. Je leur ai parlé de tout à propos du Jaïnisme et de Mahavira : « Que faites-vous ? Ceci n’est pas du Jaïnisme ! » Je n’ai plus entendu un seul mot. Ils ont commencé à réfléchir à ce sujet.

Donc c’est vrai, ils sont comme cela, c’est triste. Mais il y a un subterfuge dans Sahaja Yoga grâce auquel vous pouvez les faire tourner en rond. Je vous en parlerai plus tard. Il y a des tas de façons grâce auxquelles vous pouvez récupérer ces gens. Oh, J’ai accompli des tas de permutations et de combinaisons ! La seule chose c’est que vous devez vous décider d’apprendre toutes ces subterfuges.
Nous pouvons aussi y arriver avec les fanatiques. La seule chose qu’ils doivent savoir, c’est qu’ils n’ont rien accompli, alors cela marche. Ils apprennent aussi quand ils tombent malades.

Ils M’ont invitée à M’adresser à une société en Inde, son nom est ‘Les Serviteurs de Dieu’. J’ai accepté. Dès que Je suis arrivée là, ils M’ont parlé de leurs problèmes qui étaient surtout physiques. Ils ont dit : « Ceci ne va pas avec nous, Mère. Vous devez guérir ceci. » Je Me suis dit : « Mais quel genre de serviteurs de Dieu sont ceux-ci ? Tous sont des gens malades, alors que vais-Je faire avec eux ? » Mais ils ont réalisé grâce à leur maladie que, s’ils étaient réellement des serviteurs de Dieu et s’ils servaient réellement Dieu, alors ils devraient être tout d’abord en forme. Cela veut dire que quelque chose ne va pas.
Donc tous ceux qui sont allé en Inde avant d’avoir leur Réalisation, levez les mains, Je voudrais voir. Ceux qui sont allés en Inde avant de recevoir leur Réalisation. Qui d’autre est allé en Inde ? Vous, vous avez été en Inde avant de recevoir la Réalisation? Vous êtes redescendu ?

Yogi : Je n’ai pas eu la Réalisation.

Shri Mataji : C’est ça. Donc vous êtes l’un d’entre eux. Qui d’autre ? Vous avez aussi été là ? Vous feriez mieux de mettre par écrit tous les non-sens des Indiens, d’accord ? Nous devrons publier cela la semaine prochaine.

Que Dieu vous bénisse ! Que Dieu vous bénisse !
Mettez par écrit toutes vos expériences car, après la Réalisation, nous leur pardonnerons et vous ne vous en souviendrez même plus. Vous feriez mieux de le mettre par écrit. Vous ! La façon dont ils vous ont utilisé et vous ont fait des problèmes, c’est très important, vous voyez ! Vous devez informer le gouvernement de l’Inde à ce propos. Ils sont en train de …

Yogi : Je dirai tout à propos de l’Ashram de Pondichéry. Je ne leur pardonnerai pas. Là j’ai été battu par le maître-gym. Je ne vais pas leur pardonner à ce sujet.

Shri Mataji : Très bien ! Je suis avec vous pour cela. Veillez à le mettre par écrit. (Les yogis rient.)

Yogi : Toute cette chose n’est qu’un bâti d’écurie. Tout cela est dirigé par Mahishasura.

Shri Mataji : Ha, ha ! C’est bien ! Maintenant allez-vous mettre cela par écrit pour Moi ? Je donnerai cet écrit et il y aura des suites.

Yogi : Bien sûr que je le veux. Je Vous raconterai toute l’histoire. Il était un maître-gym, faisait l’amour dans la chapelle de la mère et il…

Shri Mataji : Elle n’est pas une mère !

Yogi : Quoi ?

Shri Mataji : Elle n’est pas une mère !

Yogi : Non, elle est effroyable, un rakshasa !

Un autre Yogi : Absolument, un terrible asura.

Shri Mataji : C’est cela ! Grâce à Dieu, il y en a d’autres qui disent la même chose. Ce sont des gens horribles, l’un pire que l’autre !
Yogi : Et Rajnish, c’en est un autre.

Shri Mataji : Bien, bien ! Vous voyez, ce Rajnish a ordonné à une femme d’écrire contre Moi.

Un autre Yogi : Vous pouvez voir ce qu’il [lui a fait écrire] ? Quoi ? S’il fait cela …

Shri Mataji : Il l’a fait !

Yogi : J’utiliserai tous mes tuyaux contre lui !

Shri Mataji : Et vous savez, elle est venue, pauvre femme. Elle ne pouvait rien trouver contre Moi et tout ce qu’elle écrivait était totalement faux. Vous voyez, tout ce qu’elle avait écrit, Je ne l’avais jamais fait. Comme elle a dit que J’avais mangé du paan. Je n’ai jamais mangé de paan. Et toutes sortes de choses comme Je portais du jade. Je n’ai jamais eu de jade. Et elle a écrit toutes sortes de chose sur Moi. Donc, alors que J’ai vu que la maya jouait avec elle, Je suis très heureuse que quelqu’un en parle.

Yogi : Shri Mataji, Je pense que Vous et nous tous pouvons nous rassembler pour attraper ce Rajnish car il est Mahishasura.

Shri Mataji : Il est plus que ça, c’est un ravana, Je pense qu’il est un ravana. C’est un ravana, vous voyez. Mahishasura est l’autre. Vous voyez, celui qui est après Mahishasura est maintenant venu à Londres. Il vient Me voir demain. Il est, ce Mahishasura que vous connaissez, est cet asatya-baba, asatya-baba. Vous ne le connaissez pas ?

Yogi : Je ne le connais pas. Je ne sais pas. Asatya-baba ?

Shri Mataji : On les appelle satya-baba mais il est asatya [faux].

Yogi : Sai-baba ?

Shri Mataji : Sai-baba, pas l’ancien mais le nouveau. Vous voyez, notre ex-Premier Ministre, Mr. Gurjari Lal Bhandari, avait dit beaucoup de bien de Sahaja Yoga, ceci, cela. Mais le jour suivant quelqu’un lui a écrit : « Vous faites tellement Son éloge et tout ceci mais savez-vous une chose à Son sujet, c’est qu’Elle critique tout le monde, même comme satya Sai-baba et même comme votre – cette autre femme, quel est son nom ? Cette horrible femme philanthrope,
Yogi : Manga mai ?

Shri Mataji : Anandamayi et tous ces gens », vous voyez. Alors Il M’a demandé : « Mais, Mère, devez-Vous critiquer ? » Mais J’ai dit : « Vous ai-Je jamais critiqué ? » Il dit : « Non, pas moi, mais les gens disent que vos disciples ont crié et ont dit : ‘Oh, elle est une rakshasi et il est un rakshasa ! » J’ai dit : « Il doit s’agir de ceux qui ont été battus par eux, c’est pourquoi ils l’ont dit si fortement. » Mais il a dit : « Que dites-Vous ? » J’ai dit : « Ils ont raison. » « Ont-ils raison ? » « Oui, Je pense qu’ils ont raison. Vous ne comprenez pas que ce qu’ils disent est vrai ! »

Alors J’ai ajouté : « Attendez une minute ! Il y a un gentleman qui vient juste d’arriver pour Me rencontrer et vous devez lui parler. » Donc celui-ci était Mr. Bharani. Vous vous souvenez de lui ? C’est une autre personne intéressante, vous voyez, ce Mr. Bharani. Il s’est jeté à la tête de ce gars, vous voyez. Il était le co-pilote de toute l’école à Delhi où, si vous avez eu affaire avec cet horrible rakshasa, se trouvaient tous ces embouteillages, personne ne pouvait aller nulle part, jamais autant de gens ne s’étaient rassemblés pour ce grand rakshasa. Et alors ce gars, Mr. Bharani était la personne principale derrière tout ce show. Il dépensait des centaines de milliers de roupies pour lui et il a fait tout ça. Et alors, que s’est-il passé ? Ce rakshasa a dit à son épouse : « Vous voyez, vous devriez devenir une sanyasin [dévote], vous devez abandonner votre mari, vous devez venir et rester avec moi, ce n’est pas bien de rester avec votre mari. » Et avec ça, il a mis la main sur tout l’argent et les biens qu’elle avait en propre, tous les bijoux et tout le reste, et elle alla à son ashram.
Et ce Bharani en vint à réaliser qu’il avait été dupé. Donc il vint Me voir le premier jour, vous voyez, avec une colère terrible en lui et il dit : « Mère, si cela ne Vous dérange pas, Je veux vous parler de quelque chose. » J’ai dit : « Vous voyez, cela Me dérangera si vous dites quelque chose qui n’est pas décent car, faites attention à Mon sujet, vous ne devez pas Me dire des choses indécentes. » Il dit : « Non, il n’y a rien d’indécent pour Vous, Mère, mais je veux vous parler de quelque chose à propos de quelqu’un que les gens considèrent comme étant un guru. » J’ai dit : « D’accord, parlez-Moi. Je sais à propos de qui vous allez Me parler. » Donc Je lui ai dit : « Il s’agit d’asatya-baba. » Il dit : « Comment le saviez-Vous ? » J’ai dit : « Je peux voir ce qui bloque d’après vos chakras qu’il a affectés. » Et ensuite il M’a raconté qu’il est en train d’écrire un livre maintenant sur asatya-baba et qu’il va faire ceci, cela. Donc Je lui ai demandé de venir Me voir pour tel et tel point. A ce moment cet ex-Premier Ministre de l’Inde Me parlait, alors J’ai dit : « Maintenant, parlez avec ce Mr. Bharani. » Donc J’ai résolu votre problème à tous deux. Et Mr. Bharani a abordé ce sujet et il M’a dit comment fortement…

(Shri Mataji en aparté : Rien de ce genre.)
Mais ils ont fait leur boulot. Ils ont pris tout votre argent et sont maintenant très joliment installés. Ils sont en train de rassembler de nouvelles personnes. Maintenant vous devez prévenir les nouveaux. Vous tous devez en parler et écrire à ce sujet, prendre cette responsabilité. Je n’ai pas arrêté d’en parler, déjà J’en ai parlé en 1970.

Yogi : Si nous écrivons à ce sujet, Vous savez n’est-ce pas que les rakshasas vont revenir sur nous.

Shri Mataji : Non, mais vous devez faire attention. Vous devrez faire attention.

Yogi : Oui, il y a des asuras très forts, en Russie, qui nous attirent, ce sont de trop mauvais et trop nombreux asuras.

Shri Mataji : Toutes sortes de lamas, des lamas horribles !

Yogi : Ooh, horribles !

Shri Mataji : Oui, vous avez maintenant certains lamas.

Yogi : Vous auriez dû voir celui qui est venu la semaine dernière.

Shri Mataji : Mais pourquoi les encensez-vous ? Pourquoi ne pas les shoebeater ?

Yogi : N’ont-ils pas reçus des maha-siddhis [super pouvoirs] ? Vous savez, ils ne sont bons à rien. C’est un foutu bonhomme ! (Tous rient.) C’est juste de l’enfantillage pour attirer. J’ai même fait ce qu’il fallait pour les maîtriser car ce sont les gens qui ont aidé Hitler. Ils aident les Russes maintenant.

Shri Mataji : C’est vrai.

Yogi : En fait, ils sont horribles.
Shri Mataji : Avez-vous lu le livre écrit sur Moi ? Vous n’avez pas encore reçu ce livre ?

Yogis : Oui, oui, oui.

Shri Mataji : Ce serait mieux de lui demander de lire le livre. Il saura beaucoup de choses sur ce que nous avons essayé de faire.

Yogi : Le livre « The Advent » ?

Shri Mataji : Advent.

Yogi ; Il y a une belle peinture sur …

Shri Mataji : La peinture est belle et vous verrez à l’intérieur aussi, nous les avons tous exposés un par un mais avec cela, vous voyez, nous devons faire attention.

(Aparté : Hello Biggie !

Biggie : Hello !)

Shri Mataji : Nous devons faire attention avec eux car, vous savez, il y a une loi qui dit que nous ne pouvons pas les condamner. Ils peuvent nous condamner mais nous, nous ne le pouvons pas. Mais vous pouvez cependant parler de vos propres expériences, dire ce qui s’est passé. Vous devriez rassembler les gens autour de vous. Mais maintenant vous avez déjà été pillés.

Un autre Yogi : Pillés ?

Shri Mataji : Oui, vous avez déjà été pillés.

Yogi : Par ?

Shri Mataji : Par ceux-ci !

Yogi : Par ces asuras ?

Shri Mataji : Evidemment.

Yogi : Par ces Tibétains ?

Shri Mataji : Evidemment. Les Tibétains sont les pires de tous.
Yogi : Je le pense. Je le pense mais je n’ai pas vu ça en Angleterre.

Shri Mataji : Mais il y a aussi un Anglais ici. Vous avez été joliment envahis en Angleterre.

Yogi : Lequel ?

Shri Mataji : Quel est son nom ?

Yogi : Cet [Arun Apansanyaylane ?] ?

Shri Mataji : Non, non. Quel est son nom ?

Yogi : [Yaak ?]

Shri Mataji : Yaak, Mr. Yaak.

Yogi : Yaak ! (Rires.)

Shri Mataji : Le connaissez-vous ?

Un autre Yogi : Non.

Shri Mataji : Oh, il M’a envoyé ses émissaires. Vous ne le connaissez pas ?

Yogi : Non.

Shri Mataji : C’est un Anglais, il a reçu un choc.
Un autre Yogi : Quel est son nom à celui-là ? Il y a un autre Anglais qui essaye de nous [saboter ?] tout le temps.

Shri Mataji : Qui ?

Yogi : Quelqu’un appelé Benjamin Cram.

Shri Mataji : Où est-il ?

Yogi : Il fait une chose étrange qui est de tenir un fil et ils disent qu’ils entrent en contact avec Jésus.

Shri Mataji : Avec le fil ?

Yogi : Oui.

Shri Mataji : Le Christ a-t-il fait un fil ou … ?

Yogi : Nous avons élevé la Kundalini de quelqu’un et il a commencé à dire : « Oh, ceci est très dangereux », vous savez. Il a parlé et est parti.

Shri Mataji : Quel nom avez-vous dit ?

Yogi : Benjamin Crame.

Shri Mataji : Crème ?

Yogi : Crame.

Shri Mataji : Crame ?

Yogi : C-r-a-m-e. C’est juste.

Shri Mataji : Qui est-il ?

Yogi : Hum, yeh.

Un autre Yogi : Que peux-tu dire sur lui ?

Yogi : Oh, oui, j’ai vu ça avant. Je connais ça.

Troisième Yogi : Il n’a pas eu beaucoup de chance car nous sommes – il était juste en face de ceci et votre enseignant faisait juste un test. Ce [maître] d’école, je pense qu’il n’était pas très chanceux.

Shri Mataji : Et il a commencé à trembler et que s’est-il passé ?

Yogi : Une personne est venue et nous avons élevé leur Kundalini et il a commencé à dire : « Oh, ceci est très dangereux. » Certains disent [qu’il a ajouté] : « Parce qu’ils n’ont pas la permission de le faire et ce n’est que du business. »
Un autre Yogi : Mais il s’est sauvé. Il a disparu tout le reste de l’après-midi.

Premier Yogi : Mais tout le monde a demandé : « Que faisiez-vous ? » vous voyez, les gens qui étaient avec lui. Donc ils demandaient quoi à propos de ce que nous faisions. Et nous avons commencé à lui dire quelque chose.

Shri Mataji : Aaah ! Je pense que le temps est venu que vous fassiez réellement cela. Faites-le comme Je vous l’ai dit. Faites-le comme Je vous l’ai dit.

Yogi : Mais …

Shri Mataji : Faites ceci en ne les condamnant pas avec cette emphase. Mais ce qui arrive après la Réalisation, c’est que vous devenez doux.

Un autre Yogi : On perd l’intérêt pour cette Maya.

Shri Mataji : Non, mais vous devez penser aux autres. Vous voyez, il y en a tellement qui vont être avec nous, qui vont réellement être perturbés. Faites attention, vous devez le faire. Pour les autres, vous devez le faire.

(Coupure.)
Shri Mataji : Oh Dieu, tu as été auprès de tellement de gens, Mon enfant ? Quel est ton nom ?

Yogis : [Inaudible.]

Shri Mataji : Je te le demande à toi.

Yogini : [Inaudible.]

Yogi : Je l’ai vue.

Un autre Yogi : Ah, maintenant je ne fais réellement plus [Inaudible : beaucoup ce genre ?] de politique. Je ne les connais pas tous. J’ai été auprès de millions et …

Shri Mataji : Réellement ?

Yogi : J’ai traversé toute l’Inde et j’ai trouvé le dana et je l’ai perdu, j’ai à nouveau été frappé, je l’ai perdu à nouveau. Et j’ai cherché la tika céleste du Maître du Kung Fu connu en tant que Lao Tse ou Confucius. Et J’ai trouvé l’homme du Dana. Et j’ai trouvé Gopal Swami et ensuite je l’ai à nouveau perdu. Vous voyez, même ce rakshasa Digambaras-Sadhu est survenu après que Gopal Swami soit mort. Je ne suis pas allé à son lit de mort et il est mort et je n’étais pas là et n’ai pas passé le dharma et le satana dharma et donc je, je … Ils étaient tous sauvages et …

Shri Mataji : Ce Digambara-Swaraj sera frappé.

Yogi : Il m’a emmené sur une colline pendant trois nuits, a dit des mantras sur moi et a apporté toute cette cabane [ou shanti : paix ?]. Et vous savez, cet Anahata Chakra était devant ça, après le fils le plus âgé de Gopal-Swami, quand, comme cela, il s’est enflammé, vous voyez. Ensuite, après cela, les digambaras. Et quand il a dit tous ses mantras, ce fut comme une lance pour l’Anahata Chakra, vous savez, bang ! Et c’est pareil à de la noirceur et au milieu du pétale du Manipura, vous savez, c’est très dur. C’est ce qu’il a fait. Ce sont les digambaras. C’est cela les Jaïns !

Shri Mataji : Horrible !

Yogi : Horrible ! C’est un asura. C’est un vrai asura.

Shri Mataji : Ils parlent de végétarisme. Mais voilà ce qu’ils font, ces digambaras [Inaudible.]
Un autre Yogi : Tum shaitan ! Tum jao, tum shaitan ! [Traduction de l’Hindi : Tu es un démon. Un démon. Va t-en, toi le démon.]

Shri Mataji : Dites qui sont ces digambaras. Evitez-les. Au moment le plus bizarre, remarquez-le, ces digambaras [Inaudible] …

Vous savez, J’ai été confrontée à eux quand J’étais très jeune, juste mariée. Ils avaient invité Mon mari pour inaugurer quelque chose, Je ne sais pas, une sorte de temple ou autre. Je riais tout le temps, et il y avait une quarantaine de ces digambaras. En fait ‘dig’ signifie ‘directions’, vous voyez, et ‘ambar’ signifie ‘le vêtement’, donc ils n’avaient pas de vêtements. Les directions sont leurs vêtements, imaginez ! Tous ces gens horribles installés sur une scène et tous deux installés en face d’eux ! Et ils se grattaient, ces quarante gens horribles et effroyables, vous voyez. Mon mari M’a regardé et M’a demandé : « Quel est ce style ? » J’ai répondu : « Je ne sais pas. C’est la première fois que Je fais face à ces horribles gens sales – Je ne sais pas comment les appeler. » Et tout le monde était très soumis envers eux, vous voyez. Après dix minutes, nous ne pouvions juste plus le supporter. Je suis partie et J’ai vomi, vomi et vomi. Ce sont des gens horribles, vous voyez.

Yogi : Je ne savais pas cela. Oh, très bien.

Shri Mataji : Ainsi maintenant vous faites de la politique, c’est un autre non-sens.

Yogi : Nous sommes…

Un autre Yogi : Tout le tour se passa après minuit et il était le gouverneur d’un petit parti.

Shri Mataji : Oh, c’est bien. Je suis avec eux, Je suis avec eux.

Yogi : C’est bien. Et imaginez …

Shri Mataji : Mais vous devrez entrer dans la politique après quelque temps, peut-être, cela se peut. Peut-être que nous pourrions y être si vous êtes totalement libérés dans le sens où, si vous accomplissez cela, vous ne vous fassiez pas de mal en devenant cela. Mais juste maintenant concentrons-nous pour assumer nos propres pouvoirs et ensuite seulement vous devrez faire sortir cela en le combattant car, vous savez, même nos lois ne sont pas encore au point.
Actuellement nous avons en Inde beaucoup de Justiciers, des Chefs-Justiciers qui sont des Sahaja Yogis. Mais il n’y a toujours pas de lois qui interdisent la magie noire en Inde car ils ne croient pas en l’existence de la magie noire en Inde. Pouvez-vous imaginer cela ? Ceci grâce à notre [Lord Mc Coley ?] qui est venu en Inde et a essayé de nous aider avec nos lois, vous voyez. Donc, comme les gens en Angleterre, ils ne croyaient en aucune loi comme cela. Donc ils disaient : « Nous savons qu’il y a de la magie noire mais nous ne pouvons rien y faire. » Et parfois ces lois sont très pratiques pour ces horribles faiseurs de magie noire comme ce Rajnish. Ils ne peuvent pas les attraper, ils ne peuvent pas attraper tous ces gens et même le Chef du CBI qui est venu et est un Sahaja Yogi, a dit : « Je trouve que c’est très difficile de les attraper. » Donc vous pouvez imaginer combien c’est terrible.

Avant tout assumons-nous nous-mêmes, devenons nous-mêmes, sentons-nous nous-mêmes, connaissons nos propres pouvoirs et ensuite nous pourrons les combattre et les faire partir bien mieux que nous pouvons le faire de cette manière, parce que vous devez contrevenir à certaines lois actuellement.

Vous devez attirer l’attention des gens sur cette dimension qui ne leur est pas connue et dont ils pensent qu’elle est inconnue et c’est la raison pour laquelle c’est quelque chose de divin. Voici la confusion que nous devons éclaircir. Nous devons avoir plus de Sahaja Yogis.
Donc combien d’entre vous ne sont pas encore réalisés ? Un, deux, trois, quatre. Seulement quatre ! Là-bas à l’arrière, tout le monde est réalisé ?

Yogi : Non.

Shri Mataji : Non ? Qui d’autre ne l’est pas ? Levez-vous et venez ici. En face de Moi. Là c’est mieux. Venez juste en face de Moi.

Yogi : Voici Bill.

Shri Mataji : Comment allez-vous ? Venez ici, venez, venez. Qui d’autre non réalisé est là ? Vous ne l’êtes pas ? Très bien. Quel est votre nom ?

Chercheur : Sako, S-a-k-o de Paris.

Shri Mataji : Sako d’où ?

Chercheur : De Paris.

Shri Mataji : De Paris ! Oh, Je vois.

Yogi : Pour autant que je le sache, il est venu avec Oliver.

Shri Mataji : Celui-ci vient de l’ashram, n’est-ce pas ? Vous voyez, vous venez de là, sinon de l’île Maurice ?

Chercheur : Je viens d’Afrique, d’Afrique de l’Ouest.

Shri Mataji : Quelle partie de l’Ouest ? Où ?

Chercheur : Du Mali, près de l’Algérie.

Shri Mataji : Oh, Je vois. Nous avons ici un Algérien.

Yogi : Oui.

Shri Mataji : Oui, nous avons un Algérien. Bien. Nous avons quelqu’un de l’île Maurice aussi. Auriez-vous pensez que nous aurions rencontré quelqu’un de l’île Maurice ? (Les yogis rient.)

Shri Mataji (en aparté) : C’est mieux que vous gardiez Mon chandail et tout cela. C’est pour [Inaudible] ou devrais-Je de ce côté, ce serait mieux, il y a [Inaudible]. Mes vibrations se mélangent mieux que – pouvez-vous l’apporter ?

(Coupure)
Shri Mataji : Et quelles sont ces vibrations que vous avez reçues ? C’est quelque chose de si grand qu’on ne peut pas l’atteindre. Donc il doit y avoir quelque chose de spécial dans Sahaja yoga, ce n’est pas [commun] comme cela.

En fait qu’y a-t-il de si spécial à ce sujet, que vous arrive t-il après avoir reçu la Réalisation, que pouvez-vous réaliser ? Comment cela marche, comment cela marche t-il en vous ?

C’est la première fois que vous travaillez sur ces choses. Ne distrayez pas votre attention sur d’autres choses. Avant tout établissez-vous avec cela sérieusement et découvrez quelles sont ces vibrations, en quoi elles vous aident, comment elles aident les autres, quels changements surviennent en vous. Nous devrions procéder de cette façon.

Mais au cas où vous découvrez une transformation totale en vous ainsi que sa joie absolue et du bonheur en vous, alors vous n’avez plus à penser à propos de ces choses. Mais il est si bizarre que ce mental humain ne s’arrête pas facilement. Vous voyez, il va revenir. Il va se mettre à douter : « Alors quoi ? On a reçu les vibrations, alors quoi ? » Toutes sortes de pensées seront là.

Une des raisons pour lesquelles, en Occident, vous n’avez pas souvent une compréhension de ces vibrations, c’est parce que l’on ne parle pas à ce sujet. Les gens n’en parlent pas. Mais les Indiens connaissent cela et donc ils ne vont pas argumenter une fois qu’ils ont reçu les vibrations, ils savent qu’il y a là quelque chose. Mais ici vous ne connaissez pas ça, vous voyez, donc vous ne savez pas ce qu’elles sont.

Maintenant, quelles sont ces vibrations et comment nous arrivent-elles ? Ceci doit être compris complètement, de façon totale, et non pas timidement. Donc, en tant que chercheur, vous pourriez vous rendre vous-même humble et voir maintenant pour vous-même comment ces vibrations sont survenues, comment vous pouvez élever la Kundalini, comment vous pouvez donner la Réalisation aux autres, comment vous pouvez faire marcher cela.
Aussi, pour cela, vous devez venir à différents programmes que nous avons pour vous établir vous-même, établir ces vibrations en vous, savoir comment les manœuvrer, comment les décoder, quelles choses marchent avec les vibrations, ce que chaque doigt signifie. Ensuite vous devrez vérifier et découvrir si c’est vrai ou pas, vous devrez travailler sur les autres gens et c’est ainsi que cela va s’établir.

Comme J’ai vu que, dans ce pays, vous donnez la Réalisation à beaucoup, alors Je suis maintenant devenue très consciente de ceci. Ainsi que se passe t-il ? Ils rentrent à la maison et ensuite tout cela commence à travailler dans leur mental parce que le mental n’est pas encore stabilisé et l’égo, vous voyez, peut remonter et vous donner des idées, ou autrement vous pouvez dire qu’il vient, qu’il peut tout recouvrir d’une façon ou d’une autre. Et ce qui se passe, c’est qu’alors vous perdez vos vibrations. Une fois que vous les perdez, alors vous ne pouvez plus comprendre. La première chose à faire, c’est de stabiliser ces vibrations. C’est cela le plus important. Mais les gens ne les stabilisent juste pas et ensuite ils deviennent très déçus. Je vous conseillerais de passer au travers de… (Mère parle en aparté) [Inaudible.]

Mais maintenant vous pouvez aussi sentir les vibrations des autres. Vous n’allez pas recevoir des vibrations de partout mais disons que, si juste maintenant vous regardez ses vibrations, Je veux dire que Je n’apprécierais pas ça parce que, si vous regardez ses vibrations, vous saurez qu’il a eu des tas de problèmes en lui-même et ces problèmes peuvent se montrer sur les vibrations et vous pouvez voir cela sur vos chakras et tout cela. Et ce garçon qui est venu ici, lui aussi a ce problème. En fait il a ces problèmes à cause de – quel est le nom ?

Yogi : En fait la MT [Méditation Transcendantale]

Shri Mataji : Ah, on l’appelle MT ! Et son Sushumna s’est ouvert mais son Vishuddhi est encore bloqué, c’est pourquoi ses oreilles ne sont pas en bon état. Si Je travaille sur son Vishuddhi, alors il va commencer à sentir les vibrations, mais sinon il est réalisé. Vous pouvez le voir sur sa tête. Vous pouvez le voir sur votre tête également. Voyez maintenant sur votre tête, ceux qui ont reçu la Réalisation, vous pensez sentir la fraîcheur en sortir.
(Apartés) Juste sentez les vibrations. Venez les sentir. Sentez-vous la fraîcheur sortir ? Ou bien une brise chaude ?
Yogini : Non.
Shri Mataji : Ca va ?
Yogini : Oui.
Yogi : Je ressens un blocage au Nabhi.
Shri Mataji : Nabhi ?
Yogi : Nabhi.
Shri Mataji : Et ?
Yogi : Et Swadishthan.
Shri Mataji : Le Nabhi comme tu l’as dit.
Yogi : Oui, le Nabhi, très fortement.
Shri Mataji : Il faut que le Cœur soit mis en ordre car ce qui se passe, c’est que la Kundalini, son absorption se fait à partir du Cœur. Je veux dire que la force est donnée par le Cœur. Si la connexion est établie avec le Cœur, alors il n’y aura plus de problème. On doit donc s’occuper de rétablir en premier le Cœur, ensuite le Nabhi. Voyez, quand la Kundalini atteint ce niveau du Cœur, vous devriez aider le Cœur en premier et ensuite le Nabhi. Un genre de [problème] est totalement là…
Yogi : Je sens un blocage au Cœur Centre.
Shri Mataji : Après tout, c’est le signal d’alarme. … Alors Simon, vous allez mieux ?
Un autre Yogi : Oui, tout d’abord…
Shri Mataji: Ah ?
Yogi : Je ne sens pas beaucoup de différence.
Shri Mataji : Tout cela s’est retrouvé dans votre tête.
Yogi : La tête est pleine.
Shri Mataji : Dites juste si vous êtes en train de penser.
Yogi : Non.
Shri Mataji : Non, il n’ya pas de pensée ?
Yogi : Oh non, il y a une pensée. Je pensais à Lancaster.
Shri Mataji : Ah ?
Yogi : Je pensais aux familles de St John Wood.
Shri Mataji : A quoi ?
Un autre Yogi : A des gens qu’il connaît à St John Wood.
Shri Mataji : D’accord. Maintenant vous vous dites juste à vous-même : « Je ne vais pas penser. » Maintenant tournez-vous vers le bas. Vous vous tournez vers le bas. Très bien, vous essayerez cela.
(A une autre personne) : Venez ici. Vous restez juste là et vous vous tournez vers Moi. Vous regarderez Mon visage sans penser, d’accord ?
Yogi : D’accord.
Shri Mataji : Vous devez essayer tout cela. Placez maintenant vos mains comme ceci, vous tous. Alors dites-Moi s’il y a une brûlure ou autre sur chacun des doigts ? Vous avez raison. Les deux Nabhi, c’est juste. Maintenant asseyez-vous. Vous apprendrez graduellement. Vous voyez, ceci est la sensibilité que l’on doit développer, d’accord ? Cela se fera graduellement. Ils sont tellement emplis d’amour, qu’il y a ici un tel flot [de vibrations]. Cela, vous ne le sentez pas. Vous le sentez ? C’est juste. A partir de là, vous sentez, c’est juste. Mais votre Cœur est très faible. Parce qu’il y a une [extole ?] sur le cœur, vous devez faire attention. Cela agit sur [Inaudible]. Ce peut être très temporaire mais doit venir en premier de l’intérieur.
Yogi : Vous avez parlé d’un problème très profond du cœur ?
Shri Mataji : Non, non, non. Vous voyez, cela commence quand la Kundalini se meut jusqu’à une certaine hauteur dans chaque chakra, alors cela va ralentir. Ce n’est que cela. Cela existait quelque part, vous savez. Etes-vous mieux ?
Yogi : Non.
Shri Mataji : Vous La sentez maintenant ?
Un autre Yogi : Je ne peux pas sentir de différence, j’ai seulement…
Shri Mataji : C’est très bien. Vous sentez-vous mieux dans la tête ?
Un autre Yogi : Oh, oui. Je veux dire…
Shri Mataji : Oui, c’est le principal.
Yogi : Je suis guéri.
Shri Mataji : C’est tout. Il faut ralentir, d’accord ?
(Mère parle à quelqu’un d’autre.) Vous avez trop lu. Quel est votre âge ?
Yogi : Vingt-sept.
Shri Mataji : Et vous avez tellement lu ?
Yogi : Oui, j’aime ça. Je me suis demandé aujourd’hui comment je pourrai lire le manifeste du partir libéral. Maintenant il…

(Coupure)
Shri Mataji rit.
Yogi : J’ai réellement fait ça, je suis malade.
Shri Mataji : Oh, ils ont ces manifestes, il n’y en a pas qu’un mais il y en a trois. Je vois que vous devez les lire pour comprendre. Restez en dehors de ça pour le moment, d’accord ? Parfait ! Vous vous sentez mieux maintenant ? Cela va ? Vous sentez-vous mieux ?

Maintenant chacun d’entre vous peut tout sentir ?

Un autre Yogi : Je sens des [Inaudible] sensations dans mon pouce.
Shri Mataji : Le pouce ? Dans votre pouce ? D’accord. Maintenant voyons cela. Alors que sentez-vous ? Rien ? Très bien, juste maintenant il est si ouvert.

Et vous ? Quelque chose de mauvais ?
Yogi : Actuellement je sens ce doigt très fortement.
Shri Mataji : Ce doigt, là, très bien.

Donc ici vous sentez le pouce et vous avez, vous ne sentez plus rien, non. Ensuit il sent sur ce doigt. Très bien.

Alors, qui d’autre est là ? Qu’en est-il de vous ?