Sahasrara Puja 1979

London (England)

1979-05-05 1 Sahasrara Puja 1, 24' Download subtitles: ENView subtitles:
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

1979-04-30 1 After Realization Heart 1, 48'
Download video (standard quality): Transcribe/Translate oTranscribe

Sahasrara Puja. Dollis Hill, London (UK), 5 May 1979.

English transcript verified IBP
Traduction française version 1/1/2014.

 Aujourd’hui c’est un jour très très important, vous le savez. Car dans l’histoire de la création, voyez-vous, jusqu’à l’époque du Christ, dans la conscience humaine seul fut créé le sens de la résurrection, que vous pouvez ressusciter ou que vous pouvez renaître. Ce sens leur apparut alors. Je veux dire que les gens reconnaissaient que cela pouvait arriver à nous tous, parfois.

Mais cela n’arriva jamais. Cette actualisation ne se fit jamais. C’était un problème et, sans que vous-même n’entriez dans la réalité, tout ce que l’on peut raconter à ce sujet devient de l’imagination. Donc on doit franchir le pas vers cette réalité, vers cette vérité. Cela n’était jamais arrivé auparavant et, comme je vous l’ai dit, si cela était arrivé à une ou deux personnes, cela ne fait aucune différence du tout pour la multitude des gens et personne ne veut l’accepter et, comme une petite rivière coulant dans le désert, cela disparaît complètement, la vérité également, et quoi qui ait été découvert, cela n’a jamais eu de fondements. Et plein de choses bizarres ont commencé avec cette réalité prêchée par ces prédicateurs.

Donc devait survenir l’apogée de la conscience humaine par laquelle l’homme devient un avec le Divin, devient un avec lui-même. Et cela devait aussi arriver à ce moment-là qui était le plus opportun, le plus propice.

Car, à moins que le désir humain ne soit très fort, que la volonté humaine ne soit vraiment forte et ne réclame la réalité, la réalité ne va pas s’exprimer. Bien d’autres choses c’est sûr, en ce qui concerne la création, comme les animaux et tous les arbres et les fruits et fleurs, toutes ces choses sont arrivées. Mais l’évolution humaine n’aurait pas pu arriver à maturité plus tôt parce qu’il n’y avait pas tellement de recherche. Aussi, quand les temps sont arrivés, alors cette nécessité se fit si pressante que la nécessité elle-même produisit Sahaja Yoga.

Et il se trouve que J’ai vraiment vu le Sahasrara. Bien sûr, vous savez qu’il y a une différence entre votre Sahasrara et le Mien. Et J’ai vu le Sahasrara qui est le grand Sahasrara, ouvert de façon magnifique, et ses pétales étaient juste comme des flammes – des flammes arrondies, pas comme ces flammes qui sont mauvaises [qui brûlent], mais arrondies, des flammes magnifiquement colorées de différentes couleurs. C’est pourquoi Je porte aujourd’hui une blouse avec de nombreuses couleurs et un sari de différentes couleurs. J’ai vu tellement de permutations et combinaisons, si nettement marquées ! Et c’était comme si chaque pétale était individuel, absolument complet et parfait, mais si intégré ! La façon dont ils s’ouvraient et leur mouvement était si rythmé et si harmonieux ! Il n’y avait aucun problème. Une si grande harmonie régnait entre eux. Aucune fluctuation nulle part comme s’ils dansaient au rythme d’une musique, tout en s’ouvrant. Et les couleurs, toutes déployaient leurs lumières dans cette aura.

Au centre, je vis l’Agnya [pas clair], on peut dire de la couleur du soleil, et tous les chakras étaient là, émettant aussi de la lumière, mais les teintes des chakras étaient plus sombres. Ce qu’ils émettaient était si sombre qu’ils avaient l’air tous presque noirs, voyez-vous, si sombres. Ils avaient de telles couleurs condensées ! Et ils émettaient aussi de la lumière partout. Et la lumière, dès que toute cette chose s’ouvrit, la lumière se répandit absolument partout et alors Je vis le ciel et que cela pouvait être fait.

Tout d’abord, Je devais ouvrir Mon Sahasrara, et ensuite vos Sahasraras pouvaient être ouverts, et c’est alors que Je sentis qu’un énorme flot de vibrations commençait à couler. Tant de rayons pleuvaient sur Moi, sur Ma propre Personne, comme une pluie torrentielle, voyez-vous, tombant sur Moi. Vraiment ! Et J’étais si immergée dans cette joie, que J’étais réellement perdue, absolument perdue. Alors Je sentis que toute la création résonnait désormais avec cette conscience universelle. J’ai juste ressenti que tout était achevé, que seule la joie régnait.

C’était un tel magnifique moment et c’est alors que j’ai commencé Mon travail. Mais Je ne savais pas au début que ce serait si difficile de parler de ces choses. Au début, c’est très difficile pour qui que ce soit de dire : « Je suis telle et telle ». C’est vraiment embarrassant. C’est vraiment embarrassant de le dire à quelqu’un. Je veux dire, si vous avez un pouvoir ou autre chose, vous êtes intimidé et vous ne voulez pas vous montrer ou vous singulariser, voyez-vous. Et vous vous sentez si seule à ce sujet. Vous ne voulez pas le mentionner à quiconque. Je m’en suis arrangée pendant un certain moment. Mais, lorsque le Sahasrara s’est ouvert, Je savais que Je devrai Me révéler sous Mon vrai jour. Parce que sinon, si Je ne Me révélerais pas, cela serait terrible, voyez-vous. Mais, quoiqu’il en soit, lorsque le Sahasrara s’est ouvert, J’ai réalisé que l’Instrument était désormais fonctionnel.

Donc cet Instrument qui est devant vous, est l’Instrument par lequel vous allez connaître la Vérité. Vous pouvez trouver la Vérité. Au travers de cet Instrument vous le trouverez car, à travers cet Instrument, vous aurez votre Kundalini éveillée, vous obtiendrez votre Réalisation du Soi et, à travers vos vibrations, vous serez capable de connaître la Vérité. Vous savez déjà qu’un passage entre vous et la Vérité a commencé : vous pouvez poser n’importe quelle question et vous obtiendrez la réponse.

Donc en premier la Vérité sera connue et cette Vérité, une fois que vous la connaissez, sera suivie d’une autre dimension de cette Vérité et d’encore une autre dimension, et Je savais qu’une étape serait atteinte lorsque J’aurai à dire toute la Vérité, et la Vérité complète vous l’avez désormais. Mais cet Instrument est une chose bien particulière. Car le Sahasrara c’est, l’essence du Sahasrara est l’intégration, c’est l’état « ekagrata ».

Je vous ai dit ce qu’est « ekagrata ». C’est pareil à tous les trous de toutes les aiguilles, si vous les mettez ensemble et les reliez ensemble par un fil, c’est cela « ekagra ». « Agra » veut dire « le bout », « ek » veut dire « un ». Tous les bouts sont reliés par un fil.

Donc qu’est-ce que cela veut dire ? D’une manière très subtile, si vous comprenez cela, tous les chakras sont reliés dans Mon Etre. Cela signifie que tous les genres de figures qui ont été créés, tous les genres de religions ou de croyances, tous les genres d’idées, d’entreprises, quelles soient scientifiques ou de yogas, tout, tous ces genres ont été enfilés dans cet Etre.

Alors supposons que vous soyez un Hatha Yogi, alors posez juste cette question : « Mère, êtes-Vous le Hatha Yoga ? » C’est tout. Si vous faites du Raja Yoga, vous demandez juste : « Mère, êtes-Vous Raja Yoga ? ». Si vous êtes chrétien, vous demandez juste : « Mère, êtes-Vous le Christ ? ». Si vous êtes un musulman, demandez : « Mère, êtes-Vous le Prophète ? ». Maintenant disons que même si vous êtes des gens qui ne croient pas en Dieu, vous pouvez demander : « Etes-Vous l’Abstrait ? Etes-Vous Bouddha ? Etes-Vous Mahaveera ? Tous ceux-là sont avec Moi de sorte que vous tous, où que vous soyez, quoi que vous ayez pu développer, rien n’est perdu mais au contraire vous y trouvez une signification appropriée.

Et, avec cette signification, vous serez intégrés avec d’autres personnes car il n’y a qu’une personnalité qui a toutes ces significations, telles les mille noms d’une seule Déesse. Alors automatiquement ils seront intégrés. Vous pouvez être un Hindou, vous pouvez être un Musulman, vous pouvez être un Chrétien – si vous voulez vous identifier comme cela – mais, une fois que vous devenez un Sahaja Yogi, vous êtes tous intégrés. Vous pouvez aller à l’église si vous voulez ou aller à la mosquée si vous voulez, mais vous savez Qui est la personne qui est là. C’est Celle que vous suivez. Elle est l’essence du Sahasrara et, pour cette raison, vous devez abandonner votre individualité.

Par exemple, si vous dites : « Je suis chrétien », alors quel chrétien êtes-vous ? « Je suis anglican ». Si vous êtes un chrétien, très bien, alors vous suivez le Christ car Je suis le Christ. Si chacun veut suivre un seul réverbère, c’est mieux, car au moins ils sont tous intégrés. Vous pouvez essayer de rechercher d’un côté, un autre pourra essayer d’un autre côté. Par cette intégration, vous réaliserez que la lumière est la même.

Donc pendant toutes ces années, la façon dont les gens se sont battus et querellés, tout cela va être absolument neutralisé. C’est la beauté de l’intégration. Partout dans le monde, quoi qu’ils suivent, il existe une réponse. Mais supposons qu’il y ait quelque chose de faux, comme le vaudou, alors Je ne suis pas cela. C’est faux. Je ne suis pas le mensonge.

Quelle que soit la Vérité, quoi que vous ayez suivi que l’on appelle la Vérité, qui est également juste appelé ainsi dans le sens que cette chrétienté n’est pas la Vérité mais que le Christ est la Vérité. Et si vous êtes un chrétien et que vous avez suivi le Christ d’une façon fausse pour être ou disons faire partie de l’église anglicane, ce n’est pas suivre le Christ. Pourtant si vous avez suivi le Christ, même dans l’Eglise anglicane, alors c’est très bien. Même à travers le Pape, c’est très bien. Parce que désormais vous connaissez la Vérité.

Donc Je dirais que ce 5 mai était un jour très important et très crucial. Et tout cela est arrivé comme sur un coup de théâtre, de façon extrêmement théâtrale. En fait, voyez-vous, Je suis allée à un programme. Pas vraiment un programme mais Je désirais aller voir l’endroit d’un de ces horribles « rakshasas », voyez-vous, et pour voir ce qu’il était sur le point de faire.

Et bien sûr Je m’étais arrangée pour rester chez une de mes amies. Alors Je suis allée au campement pour voir ce qu’il faisait. Ce qu’il était capable de faire. D’une façon très simple et innocente, vous savez il n’aurait pas pu deviner Ma personnalité, extrêmement innocente. J’ai l’air si innocente qu’on ne peut pas Me prendre pour ce que Je suis vraiment (?)

Donc J’y suis allée et ce personnage M’a prise pour un de ses grands disciples et tout cela. Alors Je suis allée au bord de la mer et J’ai vu ce qu’il était capable de faire. Alors Je demandai : « Qu’est-ce qui se passe ? » Je Me suis dit : « Je dois Me dépêcher. Il faut le faire. Il n’y a plus de temps à perdre car à voir ce qu’il est capable de faire. » Il était en train de s’activer sur un chakra en très mauvais état, très mal en point, sur un chakra que l’on devrait vénérer, et J’ai senti que Je devais faire quelque chose à ce sujet. Et alors il s’est passé que Je pouvais juste ouvrir le Saharara [et lui dire : « C’est fait »?]. Car voyez-vous, comme vous devez l’avoir entendu, la Déesse n’a pas de, Elle est « nishprayoga », Elle est sans but. Elle n’a pas de but [de désir]. Mais si le but croise Son chemin, alors Elle peut vouloir faire quelque chose. Mais Elle n’a pas de but propre. Elle est normalement absolument sans but. Sans aucun désir, imaginez, sans aucun [?] Une telle personnalité, lorsqu’Elle fait face à une demande, Elle apparaît sous Sa vraie forme.

Donc maintenant vous comprenez désormais qu’en ce jour anniversaire du Sahasrara, vous devez aussi réclamer. Je voudrais que vous réclamiez et demandiez car Moi Je n’ai aucun désir. Vous allez de l’avant et vous avez tous les droits de réclamer et demander la chose la plus grande et la plus haute et la plus fantastique et la plus dynamique de ce que vous voulez faire. Ouvrez vos cerveaux et demandez quelque chose de grand. C’est un très grand jour qu’aujourd’hui. Rentrez chez vous et pensez-y. Collectivement aussi, vous pouvez décider : « J’y vais maintenant ». Alors ensuite vous décidez : « Maintenant, que Votre volonté soit faite, pas la mienne ».

[Est-ce que Je dois partir maintenant ?]

J’espère que vous tous serez là le 7 mai et amènerez tous vos amis. Il se peut que nous soyons nombreux, Je me demande. Mais une foule est une foule et les Sahaja Yogis sont des Sahaja Yogis. Vous pourriez avoir une foule nombreuse que l’on embarque et vous n’en trouveriez que deux qui restent. Mais un Sahaja Yogi est différent. Vous pourriez avoir une foule, Je ne sais pas, cela dépend de la capacité du Hall de Caxton [pas clair]. C’est à cause de cette réunion au Hall de Caxton que [peut-être?] ont perdu tous leurs [?] et tous leurs [?].

Question d’un Sahaja Yogi: [pas clair]

Mère : Vous saviez cela. Il y a un proverbe qui dit que quand le renard va mourir, il se dirige vers la ville. Lorsque l’on M’a dit qu’ils venaient au Hall de Caxton, J’ai dit : « Bonne idée, vous voyez, c’est un très bon piège ». Et pas une seule personne n’est venue, toutes se sont perdues en route.

Question d’un Sahaja Yogi : [pas clair]

Mère : Vous voyez, la haine ne va pas [?]. Cette dame est aussi venue, nous verrons, après tout, elle est une femme et nous pouvons travailler sur elle, bien qu’elle soit très fière.

Un Sahaja Yogi demande : [pas clair]

Mère : Je lui ai serré la main, Je lui ai monté sa Kundalini et avec quelle rapidité elle est montée ! J’éveillerai sa Kundalini, très bien. Je ne dis pas. Mais Je n’ai pas tellement d’espoir en ce qui la concerne, voyez-vous, mais vous pouvez quand même avoir un bon groupe. Il y avait Lord Ganshyam, vous voyez, que J’avais rencontré lors d’un dîner très très intime. Le Dr Nagendra Singh était là et il lui disait : « Elle est un très grand leader spirituel en Inde, ceci et cela ». Et aussi : « Si vous voulez savoir quoi que ce soit sur la Vérité, Elle sera capable de vous l’expliquer ». L’autre répondit : « Je sais tout sur la Vérité ». Alors il M’a demandé : « Que savez-vous sur celui-ci ? » J’ai dit : « Sa Kundalini est gelée du haut en bas ». C’était un personnage très orgueilleux, vous voyez : « Je sais tout sur la Vérité », imaginez de dire cela !

Sahaja Yogi : Prenons les vibrations.

Mère : La plupart d’entre vous ont du Nabhi gauche.