Problems of Ego, Caxton Hall 1979

London (England)

1979-10-22 The Problems of Ego, Caxton Hall, 78' Download subtitles: EN,LT,PLView subtitles:
Download video (standard quality): Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe

Feedback
Share

Public Program. Caxton Hall, London (UK) – 22 October 1979.

English transcript: Unverified

Traduction: NON vérifiée. Ver 1/1/2014

Ceux qui viennent pour la première fois devraient s’asseoir en face, c’est mieux, vous voyez, Je peux mieux faire attention à vous. D’accord ? Placez seulement vos mains comme ceci (sur les genoux, la paume vers le dessus).

J’ai pensé vous parler aujourd’hui du problème posé par l’ego parce que Je pense que tous ressentent que ce problème est le plus important qu’ils aient et qu’il les fait rentrer dans un grand voyage de l’ego (big ego trip) dont ils ne savent pas comment s’en sortir.

D’abord je vous parlerai de la formation de l’ego et de son impact sur nous. Puis comment il faut le comprendre, l’aborder et lui rendre son aspect véritable.

Comme vous le voyez sur ce schéma (V. Agnya gauche 6) le jaune représente l’ego, semblable à un ballon. Il commence au Swadishthan (niveau 2). Le jaune est la couleur de la bile en nous. Le Chakra du Swadishthan, qui est celui de notre créativité, est directement relié à l’ego (niv. 6). Quand ce Chakra se met en rotation près du Vide (entre niv. 3 et niv. 4) et qu’il atteint les diverses parties du Vide, il récolte tous les problèmes localisés dans le Vide.

Le Vide est ce cercle vert en nous où, physiquement, se trouvent l’utérus, les reins, les viscères au complet c’est à dire les intestins grêles et le colon ascendant, transverse et descendant, le foie dans sa partie supérieure, le pancréas et la rate (spleen).

Tous les problèmes de ces organes sont régis par ce Chakra (Swadishthan) qui se meut et qui est issu du Nabhi Chakra (niv.3). Il décrit un mouvement rotatif et ramasse tous les problèmes. Il alimente ces organes en énergie vitale et engendre également l’énergie nécessaire à notre créativité. Il récolte aussi les cellules lipidiques (graisse) du Vide et les convertit en cellules appropriées pour le cerveau c’est-à-dire en matière grise.

C’est ce seul Chakra qui doit accomplir tout ce travail. Extérieurement il se manifeste par le plexus aortique, physiquement c’est ainsi qu’on l’appelle, et il comprend 6 sous plexus qui se chargent de tous les organes cités.

Tout cela concerne l’action en nous. Quand nous entrons en action, c’est ce Chakra qui se met à travailler.

Par le premier « vecteur » énergétique, qui se trouve à gauche du Chakra, nous désirons. Par le second, nous entrons en action : c’est la Kriya Shakti (le Kriya Chakra).

Lorsque l’action s’enclenche en nous, elle crée dans les organes mentionnés toutes sortes d’effets secondaires ou bien on peut dire que tous les problèmes de ces organes qui doivent être mis en dépôt quelque part, sont tous déposés dans le cerveau sous forme d’ego.

Tous les problèmes qui résultent de notre créativité et de l’action de tous ces organes doivent être contrebalancés. L’ego se développe pour leur faire contrepoids.

Par exemple Je dois venir vous rencontrer ici : Je dois sortir de ma maison, Je dois me changer, Je dois conduire… Quoi que ce soit, Je dois fournir un effort, Je dois songer à ce que Je vais vous dire (ce que Je n’ai pas à faire en réalité mais, en général, les gens doivent le faire). J’ai donc fourni l’effort de venir ici.

Par quoi cet effort sera-t-il justifié ? Quelle en est la satisfaction que l’on peut retirer d’avoir accompli cet effort, ce Kriya, cette action ?

Nous accomplissons toujours quelque action. Et pourquoi devrions-nous le faire ? Après tout, quelle que soit notre action ou notre activité, elle est synonyme de fatigue, de souci, de difficultés. Le mieux serait de rentrer à la maison et de ne rien faire du tout.

Ce n’est pas ce que nous faisons : nous relevons des défis et nous accomplissons cela avec notre énergie du côté droit, notre Kriya Shakti. Et parce que nous agissons, il nous faut de la satisfaction. Le résultat est que l’ego se développe.

Si nous n’avions pas l’ego, nous ne ferions rien du tout. C’est un fait. Mais l’ego est ce qui rend rationnelles toutes nos folies et justifie tous les pièges dans lesquels nous nous jetons. Si nous n’avions pas d’ego, nous ne nous prêterions pas à toutes ces sottises. Plus nous rationalisons nos actions, plus l’ego se développe pour se satisfaire : vous êtes quelqu’un qui a réussi, vous avez ceci, vous possédez cela, etc…

Toutes sortes de malentendus s’installent lorsqu’on flatte ainsi son ego. Je devrais dire : lorsque nous sommes satisfaits de notre ego. Nous nous égarons, en réalité. Nous nous identifions à notre ego et non pas avec nous-mêmes (notre Soi).

C’est ainsi que si vous avez peint un très beau tableau, vous aimeriez que les gens l’apprécient. S’ils ne l’apprécient pas, vous avez l’impression de n’avoir rien fait alors que vous avez fait quelque chose de très beau. Cependant, à moins que les gens ne vous reconnaissent, vous éprouverez de l’insatisfaction : ils doivent vous dire que vous êtes grandioses, que vous êtes uniques, que vous êtes un génie.

Beaucoup d’artistes qui ont créé de grandes œuvres ont été pris au piège de ces fausses identifications. Lorsqu’ils avaient créé une œuvre d’art, ils ne pouvaient trouver la satisfaction dans l’art : il leur fallait passer par l’ego. Et le sire ego n’était pas satisfait avant que tout le monde l’ait reconnu : « Oui, oui, c’est magnifique, vous êtes un génie… etc… » C’est ainsi que l’ego se développe en nous.

Il y a d’autres situations où nous n’avons rien fait et cependant, nous voulons nous en attribuer le mérite. C’est le cas des personnes qu’on dit égoïstes ou égocentriques « Je ferai ceci, j’ai fait cela, etc… » Elles donnent des « nous » à leur ego. Mais nous avons tous cet ego trônant là dans notre tête.

Quand il commence à s’enfler, plus nous avons de succès, plus cela empire. Plus vous nourrissez de projets et plus vous pensez, pire cela devient. Le ballon continue à s’enfler. C’est comme si vous gonflez un ballon. Plus vous le gonflez et plus il devient gros, et moins vous pouvez vous apercevoir que vous n’êtes pas cet ego.

Ensuite vous commencez à en éprouver du plaisir parce que tout le monde dit: « Oh. Quel grand homme il est ! » Et c’est toute la Société qui va dans ce sens.

Nous en parlions aujourd’hui, comment on décerne des P.D.G. et toutes sortes de titres que nous portons comme des drapeaux et dont nous attendons que tous les respectent. Parce que nous avons accompli un certain travail et que nous avons été reconnus et acclamés par quelqu’un, nous devons donc vraiment être quelqu’un d’exceptionnel ! Nous acceptons cette distinction et nous voulons la maintenir. Cela vous établit doublement puisque vous êtes récompensés pour ce que vous avez fait.

C’est la cause de certains comportements absurdes également. Imaginez que quelqu’un ne trouve pas de sens à la vie dans la société où il se trouve. Il va se rendre à Oxford Street, dans un drôle d’accoutrement, se mettre à sauter, à chanter des inepties et à se comporter de façon tout à fait extravagante. Vous avez vu ces gens qui teignent leurs cheveux de différentes couleurs et qui se mettent des crayons dans le nez uniquement pour attirer l’attention des autres. Nous voulons attirer l’attention des autres parce que notre ego n’est toujours pas satisfait. L’ego n’est JAMAIS satisfait.

Il réclame encore et toujours plus de nourriture, plus de plaisir. Quand un tel ego s’est enflé en nous, nous sommes incapables de comprendre ce que nous faisons et vous pouvez aussi être dupés. Il est beaucoup plus facile de rouler quelqu’un qui est centré sur l’ego que de duper des personnes simples.

Un homme au cœur simple ne peut pas être roulé facilement parce que, voyez-vous, il ne se trompe pas lui-même (he is not on a trip). Mais si vous dites à des gens qui se leurrent à cause de l’ego : « Voici le meilleur moyen d’aller en enfer », ils seront les premiers à faire la queue pour réserver leur place ! Comme il y aura une liste d’attente les gens réclameront pour y aller : « S’il y a une telle liste d’attente, alors cela doit être intéressant. »

C’est de cette manière que beaucoup de gurus sont venus, ont fait de la propagande et vous ont trompés en vous promettant tel ou tel pouvoir et en vous disant que ceci ou cela allait arriver. Ils savent comment flatter votre ego.

Par exemple, ils pourraient prétendre qu’il existe une organisation mondiale de spiritualité, que vous en êtes le chef et vous le croyez !

Ego signifie : appropriation de quelque chose qui ne vous appartient pas. Vous y croyez parce que vous pensez qu’après tout vous devez être quelque chose et que vous avez fait ceci ou que vous avez encore fait cela.

En réalité, que se passe-t-il physiquement lorsque ce ballon a envahi toute votre tête ? L’Aura du cerveau entoure le cœur. Dans un cas normal du moins. Mais quand il y a un problème d’ego, alors c’est l’ego qui entoure le cœur. Et quand l’ego entoure le cœur, le cerveau est coupé du cœur. Alors, vous n’êtes plus intégré. On peut dire que vous êtes une personne « désintégrée » : votre cœur fonctionne dans un sens, votre cerveau dans un autre sens, votre corps dans un troisième sens et vos émotions dans un quatrième. Ce sont quatre personnes montant quatre chevaux. Et c’est ainsi que vous êtes complètement déchiré.

C’est déjà impossible de se tenir sur deux chaises. Alors, s’il y en a quatre ! Avec deux jambes ! C’est un tour de force d’exister.

C’est ainsi que cet « ego trip » (dérapage du moi à cause de l’ego) s’installe et vous fait vous comporter et vivre dans ce monde d’une manière très contre nature.

Alors, si quelqu’un vient vous voir et vous dit : « Non, pas votre ego, pas cela, ce n’est pas vous, vous devez être vous-mêmes, l’ego n’est pas vous-mêmes, ne vous contentez pas de cet ego », vous n’aimez pas cela.

Pourtant vous êtes bien au-dessus de l’ego, bien plus grands que l’ego, bien davantage que ce que vous croyez pouvoir attendre de l’ego.

Au mieux, que pouvez-vous faire avec l’ego ? Au mieux, que pouvez-vous faire ? Qu’ont réalisé les gens au moyen de l’ego ? Rien ! Quoi qu’ils aient découvert, même dans le domaine scientifique, vient de l’inconnu, est issu du trésor Divin lui-même.

Si DIEU nous a octroyé quelques connaissances de son Mystère, nous ne devrions pas nous flatter en disant : « Oh, voici ce que nous avons découvert » ! Non. Dans sa Grâce, Il nous a accordé cette connaissance. Acceptez-la avec humilité.

L’ego est en plus très très dangereux pour l’éveil de la Kundalini. Regardez le schéma et imaginez que votre tête toute entière soit couverte de cette substance jaune et que le bleu devienne minuscule : alors la première chose qui se passe est que le désir lui-même de la recherche, de la quête, est amoindri.

Vous comprenez, vous entreprenez votre quête du Divin comme si vous alliez dans un hall de cinéma. Il n’y a pas de connivence entre votre cerveau et votre cœur. Vous ne cherchez pas avec votre cœur, vous cherchez seulement avec votre cerveau parce que vous avez lu trois ou quatre livres. C’est la mode de chercher DIEU. Tout le monde a l’air de chercher quelque chose, alors cherchons aussi !

Cela ne vient pas de votre cœur car vous pouvez voir que l’activité de votre cœur est devenue pratiquement nulle. Vous-même ne désirez rien du tout ; c’est votre ego qui désire ; c’est le désir de votre ego qui vous fait courir. Tout ce qui ne satisfait pas votre ego, vous indispose et vous dérange, et on doit continuellement vous proclamer le coursier le plus rapide, l’être le plus extraordinaire, une personnalité unique. Alors seulement vous êtes satisfait.

Tout cela vous coupe tellement de votre cœur ! Et c’est pourquoi vous n’êtes pas capables de trouver la Joie : on ne peut la trouver que par le cœur !

Pourtant ce Monsieur ego vous procure une sorte de satisfaction. Mais elle est si passagère, si superficielle. Elle ne vous conduit nulle part. Et cet égocentrisme vous donne toutes sortes de maladies comme le diabète, les crises cardiaques, le cancer probablement, l’arthrite. Trop penser donne des paralysies, des faiblesses rénales, et le pire c’est le foie.

L’hyper-activité fait que l’on néglige le foie. Et c’est le foie qui nous inquiète le moins ! Si vous dites à un enfant de ne pas manger de chocolat, il ne peut pas s’en passer lui-même, c’est impossible. Alors pourquoi ne pas cesser d’en donner aux enfants : ils ne peuvent pas le digérer parce que leur foie ne le supporte pas. Préparez-leur des choses qu’ils peuvent digérer dès leur plus jeune âge et, plus tard, diluez même le chocolat. Vous allez dire que ce n’est pas possible, mais progressivement, ils oublieront le chocolat.

Quand des problèmes de foie commencent en vous, vous devenez maigres, chétifs, pâles, agressifs, toujours en train de rouspéter, de nourrir des rancunes, de soupirer ou de vous plaindre. Vous n’êtes jamais joyeux ou de bonne humeur. Vous appelez cela tension, stress ou surmenage. Ce n’est rien d’autre que la suractivité de ce Chakra (Swadishthan, niv. 2). La tension vient de ce que le tout est recouvert par ce ballon et que le ballon n’arrête pas de s’enfler. Il faut qu’il se dégonfle.

Sahaja Yoga est en réalité le seul moyen qui nous permette d’affronter notre ego parce que Sahaja Yoga seul nous permet de nous voir nous-mêmes, de voir le Soi en nous.

Mais il est impossible aux êtres humains de se regarder en face. Même après la Réalisation, ils trouvent cela difficile. Par exemple en ce qui concerne toutes nos fausses identifications : en admettant que Je me trouve ici avec des disciples anglais, avant de pouvoir parler « des fausses identifications » des Anglais, il faut que Je condamne tous les Indiens du monde, tous les Japonais, tous les Grecs et le reste de la planète. Alors seulement Je pourrai me risquer à dire que quelque chose ne va pas avec les Anglais.

A moins de condamner le reste du monde à tous les niveaux, Je ne peux pas parler de certaines « fausses identifications » qui seraient aussi les nôtres, qui sont dans nos têtes, qui nous oppriment et par lesquelles nous opprimons les autres.

Cet ego business est tellement ancré dans notre Société, il est si prépondérant et, Je vous prie de m’en excuser, Je parle ici de la Société occidentale. Quand il s’agit de l’Inde, Je parle des Indiens. Mais maintenant c’est à vous que je parle et Je vous prie de penser au fait que Je suis aussi une Occidentale. Je peux donc parler de certaines choses en tant qu’Occidentale et cela ne me gêne pas du tout.

Prenons un exemple simple et très courant : nous devons aller à table pour dîner. Le repas est là parce que DIEU s’est montré bon envers nous, c’est pour notre bien-être et pour partager notre amitié que nous allons nous asseoir. Cependant, à n’importe quel dîner un peu formel, on va délibérer dix fois pour savoir où l’on va placer Monsieur X et quelle sera la place de Monsieur Y. Et s’il y a la moindre erreur quant à la place des convives par rapport à la couleur de leurs cheveux, à leur taille, leur nez, leur date de naissance, la longueur de leurs bras ou de leurs jambes, cette erreur figure aussitôt dans le « Who is Who  » et tout le plaisir d’avoir réuni des amis, d’avoir créé de l’amitié, est perdu. Tout l’effort a été vain et vous êtes là, à vous demander ce que vous avez bien pu faire pour avoir un tel gâchis. Et, après avoir consulté tous les dictionnaires et le ‘Who’s who’, super gonfleur d’ego, vous découvrez que Monsieur X, qui est né un jour après Monsieur Y, occupait une place d’un cran supérieure à la sienne ! Quelle calamité !

Et c’est avec de telles bêtises que nous flattons notre ego. Il faut rayer tout cela de nos habitudes. Après tout, s’il y a dix personnes à dîner, elles peuvent trouver elles-mêmes leur place sans problème. Même s’il y a trois cents personnes, pourquoi réserver leur place. Elles trouveront à s’asseoir et sinon elles attendront un deuxième ou un troisième service ! Pourquoi tant de hâte à avoir ce repas tous ensemble ou d’une façon tellement systématique qu’à la fin tout le monde se sent déboussolé ? Tout le monde en éprouve du malaise et, avec tout ce système, toutes les corrections et toutes les grandes planifications, nous nous apercevons finalement que tout cela, tous nos calculs, ont mal abouti.

C’est pourquoi, nous devons être semblables aux enfants : peu leur importe où ils sont assis, simplement ils sont assis. Et pourtant nous prétendrons être des adultes, alors que les enfants sont encore innocents et qu’ils doivent grandir. Ce qui a grandi chez nous, c’est l’ego et non pas le Soi.

Vous avez lu dans le journal aujourd’hui l’histoire de ce malfaiteur. Ce n’est pas du tout un psychopathe, cet homme est en train de faire un « ego trip ». Il accomplit ses méfaits pour satisfaire son ego : il envoie à la police des bandes enregistrées disant qu’on peut l’attraper à tel endroit. Et comme la police ne le prend pas, il pense : « Oh ! Quel voleur extraordinaire je suis, le plus grand des voleurs : personne ne peut m’attraper ! »

Comment appeler un tel homme qui n’est pas satisfait si son ego ne l’est pas ?

Voyons maintenant comment on peut vaincre cet ego, lorsque progressivement les gens commencent à l’apercevoir. Cela arrive. Ils voient Monsieur ego : « Oh ! il est là en train de me donner des idées ». Et parfois ils se sentent très déprimés de voir combien ils s’identifient à lui.

C’est en ordre : vous voyez votre ego. Et lorsque vous voyez votre ego, qu’est-ce que vous allez en faire ? Ou si quelqu’un dit « Vous feriez bien de surveiller votre ego », qu’arrive-t-il ? Vous commencez à le combattre. Alors vous dites : « Non. Je ne dirai rien, je vais rester tranquille. Je laisse les gens dire ce qu’ils veulent. » En le combattant comme cela, vous changez de genre et vous devenez du type affecté par le super-ego. Vous êtes alors remplis de désirs mais vous n’agissez pas et vous dites : « Je ne ferai pas cela, Je laisse les autres m’attaquer, moi je n’agresserai personne, Je vais bien me garder d’attaquer qui que ce soit ».

Lorsque vous adoptez cette attitude, il se passe qu’en élevant le côté gauche, je veux dire le côté gauche qui remonte du côté droit (au-dessus du chiasme optique), le super-ego, celui-ci presse l’ego vers le bas mais il est à son tour renvoyé en arrière, et ainsi commence une sorte de rebondissements successifs. Donc en combattant l’ego, vous l’établissez encore mieux sur votre tête. Plus vous le combattez et plus il envahit votre tête. Ne le combattez donc pas.

C’est comme un ballon : si vous tapez dedans, il revient sur vous. Vous le renvoyez, il revient encore. Cela indéfiniment.

Par quel moyen, alors, dégonfler cet ego ? Comment dégonfle-t-on un ballon ? De la même manière : on prend une épingle et on le pique. Regardez-vous seulement et dites-vous : « Eh bien, cher Monsieur untel, comment allez-vous ? » Et vous riez de vous-même ! Vous dites « Ah, vous étiez très malheureux de voir qu’on ne vous a pas placé au plus haut rang. Maintenant recevez une pique de ma part ! »

Telle est la manière de dégonfler l’ego en le voyant, en vous moquant de lui sans arrêt par petits coups d’épingle. Vous n’y parviendrez pas en le réprimant ou en le tuant. En fait, vous y parviendrez uniquement en le perçant, en lui faisant un trou.

Ainsi, quand vous allez commencer à vous regarder vous-même, vous allez commencer à en rire.

Seuls les êtres humains savent se moquer d’eux-mêmes. Aucun animal ne peut faire cela. Si vous apprenez à vous moquer de vous-mêmes, vous diminuerez votre ego. Autrement il continuera à vous suggérer que vous devez faire ceci, que cela est le mieux, que moi je fais tout très bien, quoi que vous fassiez. Vous allez agresser les autres, les tyranniser en restant un jouet entre les mains de l’ego, comme un écervelé.

Il se peut que vous soyez alors vraiment écervelés mais vous ne vous en rendrez pas compte parce que l’ego vous apporte le soi-disant succès. Vous devenez brillant, compétitif, et personne n’ose rien vous dire sinon elle prend un coup de poing dans la figure. Et vous devenez très capable et puissant, et tout le monde aspire à une telle prédominance.

Mais il arrive un moment où vous vous apercevez que vous planez dans les airs. Vous avez oublié vos racines et vous vous rendez compte : « Maintenant, je dois redescendre ».

Comme dans le conte : « Humpty Dumpty (une bosse bien ronde) était assis sur un mur ; il fit une chute et tous les chevaux des rois et tous les hommes réunis ne purent lui rendre son aspect d’origine ».

Ne soyez pas des Humpty Dumpties. Et ne vivez pas dans l’idée d’en être un en combattant votre ego.

Cela arrive très fréquemment dans Sahaja Yoga, c’est très répandu. Votre Kundalini elle-même crée des situations telles que vous êtes enivrés de votre ego.

Vous n’avez pas à juger les autres. Voyez-vous vous-même, c’est dans votre propre intérêt. Que quelqu’un soit égocentrique ou non, cela ne vous importe pas. La seule chose qui importe, c’est que vous vous occupiez de vous-même en voyant ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. C’est comme cela que ça marche. Autrement, quand Je fais une conférence, vous pensez immédiatement à quelqu’un que vous supposez égocentrique. En réalité, Je parle pour chacun d’entre vous et vous ne devez regarder que vous-même.

Lorsque l’ego recouvre la totalité de votre tête, tout le Sahasrara [niv 7] qui est indiqué ici – la partie en blanc – devient couvert et le Brahmarandra, c’est-à-dire la partie du Sahasrara d’où la Kundalini doit percer, devient aussi couvert. C’est très difficile. La Kundalini ne peut percer le Brahmarandra car tout est couvert et c’est petit ici [le passage au Brahmarandra]. Le passage est ici. Maintenant vous ne pouvez pas ouvrir le passage ici [le passage au Brahmarandra, entre les 2 ballons non centrés et donc couvert par l’ego].

Mais vous devez ouvrir le passage ici [au Brahmarandra]. La tempe gauche [ego] doit donc être ramenée à de plus faibles proportions, la tempe droite [super-ego] doit remonter au centre comme cela. Alors seulement la Kundalini peut monter [par le canal central et passer la porte de l’Agnya vers le Sahasrara et percer au Brahmarandra].

Qu’arrive-t-il dans ces conditions ? Vous constaterez que de telles personnes ont un côté gauche très faible et un côté droit plein de pulsations. Il leur faut remonter le côté gauche et le déverser dans le côté droit, plusieurs fois jusqu’à l’équilibre. Ainsi vous faites redescendre l’ego dans le canal sympathique droit (canal II).

Quand l’ego a été diminué, alors le canal gauche remonte et l’intervalle se crée au milieu. Alors seulement vous pouvez faire s’élever la Kundalini au centre (Sushumna Nadi, canal III). Une fois le Brahmarandra percé, vous l’attachez.

C’est cela SHRI VIDYA, la connaissance de SHRI, la connaissance du SAINT ESPRIT.

Toute autre connaissance – où vous devez vous asseoir, quel protocole on doit vous accorder – est avidya et n’est qu’une vaste ineptie. A lire le « Who’s who », Je ne sais pas ce qu’il adviendra de vous ! Des monstres, une espèce de Frankenstein !

C’est cela VIDYA. SHRI VIDYA est la VIDYA secrète, celle du SAINT ESPRIT, par laquelle vous mettez votre ego et votre super-ego en équilibre. Vos désirs et vos actions doivent êtres égaux. Puis vous élevez la Kundalini et vous l’attachez.

De nos jours, les âmes réalisées ont tenté d’attirer l’attention sur les problèmes que pose l’ego en disant que vous ne devriez pas avoir d’ego, que l’ego est le pire danger, qu’il ne faut pas s’identifier à lui, etc… A peine ces paroles prononcées, les gens se sont mis à chercher comment y parvenir et, ce faisant, ils sont devenus de ‘grands gurus’, eux-mêmes centrés sur l’ego.

Le fait est que ce n’est pas vous qui agissez. Ce que vous avez n’est pas l’ego mais un mirage de l’ego. En vérité, vous, vous ne faites rien : tout est fait par DIEU. C’est Lui le « faiseur », l’agissant (He is the doer). C’est lui qui a le Grand Ego. Votre ego n’en est qu’une reproduction, une copie artificielle.

C’est Lui qui crée les fleurs et vous, vous faites des fleurs en plastic et vous vous écriez : « Oh, nous avons créé des fleurs » ! Il fait tout et, quand vous croyez avoir fait quelque chose, c’est Son Ego qui s’exprime.

Lorsque vous recevez votre Réalisation, lorsque la Kundalini perce le Brahmarandra, il arrive que vous sentiez l’énergie couler à travers vous et que, quand vous tendez vos mains vers quelqu’un, vous sentiez la Kundalini monter en lui. Alors vous découvrez que vous êtes capables de sentir les Chakras de cette personne ainsi que leur état, et vous demeurez stupéfait : « Mère, que m’arrive-t-il ? Jusqu’ici, je n’étais rien ! » Cela parce que votre ego s’est perdu et est devenu un avec l’Ego de DIEU, et que vous donnez libre cours à cette puissance divine elle-même : vous jouez le rôle d’un instrument, vous êtes une personnalité limpide et transparente. C’est à travers vous que passe le flux Divin qui lui, fait le vrai travail, alors que vous pensez en être l’auteur tant que vous n’avez pas la Réalisation.

Mais, après votre Réalisation, vous avez tendance à vous exprimer en disant : « Oh ! Cela coule à travers moi, je peux La voir couler, je peux La voir travailler … » Vous commencerez à utiliser la troisième personne et ne direz plus : « Je… » Au contraire, vous direz : « Cela marche, Elle arrive, Elle n’est pas là, Elle est bloquée, ceci est coincé, cela est coincé… ».

Vous parlez à la troisième personne. Vous ne dites pas : « Je suis bloqué », ni non plus : « j’ai éveillé la Kundalini d’un tel ». Vous dites : « la Kundalini est montée ». Est-ce vous qui l’avez fait monter ? Ne dites jamais que vous avez éveillé la Kundalini, parlez-en à la troisième personne comme si vous étiez devenu un instrument de ce Pouvoir qui circule à travers vous.

C’est ainsi que nous devenons un avec Cela. Et tous nos karmas se dissolvent en akarma. Les karmas sont seulement l’effet de notre fausse idée que nous avons de notre ego. Quand il n’y a plus d’ego, où seront les karmas ? S’il n’y a personne qui agit, le « faiseur » n’existe plus, alors quels sont ceux qui vont « faire » les karmas et ceux qui vont prendre la charge des karmas sur eux-mêmes ?

C’est comme par exemple une organisation qui possède des actifs et des passifs. Cette organisation ou cette société disparaît et alors les passifs disparaissent avec elle. De la même manière vous, en tant qu’ego, disparaissez et il n’y a plus d’effet de votre karma. Tout cela est fini. Tout cela avait cours aussi longtemps que Monsieur ego était là. Soudain il disparaît, et tous les passifs avec lui.

Maintenant nous sommes devenus autres, nous sommes devenus le Soi, l’Atma, et lorsque nous sommes devenus l’Atma, nous sommes un avec l’Etre Universel et c’est Lui qui nous fait tout faire.

Ainsi mes doigts n’ont pas d’ego disant : « C’est nous qui faisons ceci » ou « C’est nous qui touchons le pouce » parce qu’ils font partie de ce corps. Notre nez n’a pas d’ego qui dit : « C’est quelque chose de spécial qui respire. » Nous disons : « Je respire. » Nous ne disons pas : « Ce nez respire. » Et le nez ne dit jamais : « Cette bouche avec laquelle nous mangeons » ou « Je mange grâce à ma bouche. »

Quand vous devenez un avec ce Tout, alors vous ressentez seulement que c’est le Tout qui agit et que nous, en tant que faisant partie de Lui, travaillons avec Lui, et c’est la fin de toutes les responsabilités.

Voilà donc aujourd’hui une petite causerie sur l’ego parce que J’ai senti, au moment de l’éveil de la Kundalini, qu’il fallait attirer votre attention sur ce problème qui a toujours concerné l’Occident. Avec en plus des problèmes de super-ego pour ceux qui se sont rendus chez des gurus et ont été possédés par eux, car les gurus paraissent être un secours et un soulagement pour une société centrée sur l’ego.

Supposons qu’il y ait un cheval qui galope et que vous montiez ce cheval. Et voici quelqu’un qui vous propose : « Je vais vous attacher au ventre du cheval et c’est moi qui me mettrai dessus ». C’est cela la possession. Vous allez vous sentir soulagé car, après tout, vous n’avez plus besoin de tenir les rênes, de sauter … et le cavalier devient quelqu’un d’autre que vous. Et vous ressentez aussi que vous n’avez plus à prendre de responsabilité. C’est lui qui s’en charge.

Mais, après avoir passé un certain temps attaché sous le ventre du cheval, vous commencez à ressentir certains inconvénients physiques.

Avec le super-ego, vous aurez des problèmes physiques. C’est mieux d’avoir du super-ego que de l’ego parce que vous savez que vous ne voulez pas souffrir davantage physiquement.

Avec l’ego, vous n’avez pas de problèmes au niveau physique ou vous ne pouvez pas améliorer votre santé, mais vous vous sentirez en pleine forme, au sommet de l’univers. C’est le plus grand danger. Par contre vous aurez des problèmes au niveau mental : vous ne pourrez pas dormir, vous n’arrêterez pas de penser sans cesse, d’argumenter sur ce qui devrait être fait. Vous pensez que tout le monde devrait faire votre travail parce que vous êtes la personne la plus importante qui soit jamais venue au monde.

Aussi ne vous reste-t-il plus qu’une seule solution : être au centre pour surveiller votre ego et votre super-ego.

Car tous les Sahajas Yogis qui sont réalisés, doivent se surveiller eux-mêmes et non pas surveiller les autres. Vous ne devriez jamais compter sur quoi que ce soit venant des autres mais toujours compter sur vous-mêmes uniquement.

Avec l’ego, vous attendez quelque chose d’autrui. Avec le super-ego, vous faites quelque chose pour autrui. Mais avec la Réalisation du Soi, vous diffusez votre Etre (Self) avec Joie, Amour et Beauté.

QUE DIEU VOUS BENISSE TOUS !

Maintenant allons-nous entrer dans les vibrations et la Réalisation ? Je demanderai aux nouvelles personnes d’ôter leurs chaussures. Ce sera mieux. Elles seront plus libres. Posez vos deux pieds sur le sol et asseyez-vous de manière très relaxe.

Comme vous avez dû le comprendre, quelque chose va se passer. Vous ne pouvez pas forcer cet évènement, vous ne pouvez pas le réaliser vous-même. Cela va juste vous arriver. Vous n’avez aucun effort à apporter, rien. Laissez seulement l’évènement se passer, cela marche tout seul. Placez seulement vos mains comme ceci d’une façon très relaxée. Même pour les Sahaja Yogis, c’est important pour eux de s’exposer toujours plus au pouvoir divin. Et ensuite, lorsque la Kundalini percera la fontanelle, vous commencerez immédiatement à sentir les vibrations fraîches dans vos mains. Mais cela se passera de différentes façons chez beaucoup de personnes.

Par exemple certaines personnes peuvent même ne pas du tout obtenir l’éveil de la Kundalini, certaines personnes, très peu. Chez certaines personnes, Elle va s’élever jusqu’à mi-chemin puis redescendre. Chez d’autres personnes, Elle peut rester bloquée au niveau de différents chakras ou centres qui ne sont pas en bon état. Il peut y avoir des problèmes au niveau physique pour certaines personnes. Ainsi vous pourriez sentir de la chaleur qui sort (des mains ou du Sahasrara). Spécifiquement quand il y a des problèmes au foie, vous pourriez sentir qu’il sort de la chaleur. Il y a beaucoup de chaleur ici avec le foie. Mais chez d’autres personnes, cela pourrait être très froid. Les deux choses ne sont pas correctes. Vous devez être au centre (en équilibre). Si vous commencez à sentir un peu de fraîcheur dans les mains, alors c’est parfait. Mais s’il y a par exemple de la chaleur qui sort de la main, ce n’est grave, vous pouvez la jeter au loin et cela marchera. Mais si vos paupières tremblent quand vous fermez vos yeux, alors ouvrez-les.

La Kundalini s’élève et travaille chez tout le monde mais Elle réagit selon la personne qui est en face d’Elle. Aussi, s’il y a une quelconque réaction ou si la Kundalini ne s’élève pas, il ne faut pas se sentir mal ou argumenter à ce sujet. Si Je pouvais y arriver avec des arguments, Je vous emmènerais au Tribunal et là J’argumenterai. Mais Je ne peux pas le faire avec des arguments, cela doit vous arriver. Je suis impatiente que cela vous arrive et, de la même façon, vous devriez être aussi impatients que cela vous arrive. Il ne peut y avoir d’argumentation à ce sujet, cela doit juste se passer. Comment pourriez-vous argumenter pour faire germer une semence ? Si elle ne germe pas, vous ne pouvez pas argumenter pour que cela se passe. Elle doit germer. C’est aussi simple que cela. Si elle ne germe pas, c’est qu’il y a un problème.

Les personnes qui sont réalisées, qui ont des connaissances dans ce domaine, qui connaissent Shri Vidya, savent comment élever leur Kundalini et savent élever votre Kundalini, comment La maintenir élevée et tout le reste. Mais, malgré cela, les gens ont des objections. Cela ne les dérange pas de se dénuder, de danser et de faire toutes sortes de sottises mais, si quelqu’un élève la Kundalini et la maintient en éveil (ties it up), ils n’aiment pas cela.

Il n’y a pas de raison d’avoir peur de la Kundalini. L’autre jour quelqu’un M’a dit que les Anglais ont très peur du mot ‘Kundalini’. Je pense que certains Anglais sont entrés en Inde par la mauvaise porte et ont rencontré toutes sortes de gens horribles qui n’avaient aucun droit de parler de la Kundalini, des gens sacrilèges et impies, et naturellement ils ont eu de très mauvaises expériences avec la Kundalini. C’est comme si un villageois était venu mettre son doigt dans les trous d’une prise électrique et dirait que l’électricité est une expérience horrible. De la même façon, cela a pu arriver à beaucoup de personnes mais en fait il n’y a pas lieu d’en avoir peur. Cela marche très bien et Elle va vous donner ce que vous recherchez.

Elle est votre Mère, votre Mère éternelle. Elle vous aime plus que personne. Elle ne va pas vous faire de mal. Elle attend seulement pour vous donner votre seconde naissance. Ainsi il n’y a aucune raison pour personne d’avoir peur.

Quant à vos gurus, vous ne devriez pas en discuter avec Moi. Si votre guru est un bon guru, Je lui écrirai Moi-même une jolie lettre. Mais si ce n’est pas un bon guru, s’il a abîmé votre Kundalini, votre Agnya et vos chakras, alors Je dois vous signaler que quelque chose ne va pas avec lui parce que vous, vous ne vous en rendez pas compte. Supposons qu’un policier vient chez vous pour dire qu’il a vu un voleur dans votre maison, serez-vous fâchés avec ce policier ? De la même façon vous ne devriez pas vous fâcher contre Moi. Si votre guru est un réel guru, un Satguru, alors J’honorerai cet homme et J’en serai réellement très contente. Mais J’attends d’en rencontrer un parce qu’ils sont très rares, très très rares !

Et puis quelle est l’utilité de vous identifier avec votre guru ? Il ne vous a jamais donné de pouvoirs, il a seulement fait parade de ses propres pouvoirs et vous a promis qu’aujourd’hui vous allez devenir une grenouille, demain un oiseau et le troisième jour vous deviendrez un poisson, et Je pense même une amibe. Je crois que vous finirez en tant qu’amibe.

(A ce moment une yogini fait un commentaire)

Cette personne vient de dire qu’ils peuvent encore vous raconter d’autres choses. S’ils ne vous donnent rien, par contre ils vous prennent tout votre argent et vos biens. Ils vous disent : « Vous devez vous détacher de votre argent et de votre famille. Envoyez-moi votre épouse, je m’en occuperai. Soyez détaché. Donnez-moi gentiment tout votre argent et tout le reste ». Cette personne ajoute que, si vous lui dites : « Monsieur, je vous ai déjà tout donné et je n’ai encore rien reçu », alors ils vous répondent : « Vous devez maintenant partir pour l’Himalaya. C’est pour cette raison qu’il vaudrait mieux que vous partiez pour l’Himalaya. Donnez-moi votre magnifique demeure. J’y vivrai très agréablement. Donnez-moi tout l’argent que vous avez puis vous irez dans l’Himalaya. Et vous deviendrez un homme célibataire, c’est mieux. Vous devriez divorcer de votre épouse. Voyez-vous, c’est elle qui se trouve en travers de votre chemin. » Et il vous envoie dans l’Himalaya pour que vous y geliez et pour y mourir.

(La yogini continue à faire des commentaires)

Elle demande : « Où est la personne pure ? »

(Mère parle à la dame)

Elle dit : « Vous êtes la seule parmi des dizaines de milliers ». Non. Même s’ils ne sont pas purs, ils ne devraient pas être si sinistres. Vous êtes des personnes bien plus grandes qu’eux : parce que vous n’êtes pas réalisés, vous ne faites aucune propagande, vous ne prêchez rien. Ces gurus ne sont pas réalisés, pas du tout. Ils n’ont aucune autorité. Ils se font superbement de la publicité et ils récoltent l’argent. Ce sont des collecteurs de fonds.

Bien ! Placez à nouveau vos mains vers Moi. Enlevez vos chaussures. Placez vos pieds comme ceci (à plat sur le sol à une certaine distance l’un de l’autre), mettez vos mains ainsi (sur les genoux, la paume vers le haut). Veuillez bien fermer vos yeux… (longue pause) Maintenant, la première chose qui se passe, si vous observez vos pensées, c’est qu’il n’y a plus de pensée dans votre mental. Cela signifie que la Kundalini est passée à travers l’Agnya… (longue pause) Les Sahaja Yogis doivent faire une chaîne en se tenant les mains. Pas ceux qui ne sont pas réalisés, uniquement les Sahaja Yogis… (longue pause) Veuillez bien tous fermer les yeux. Sentez-vous la brise fraîche dans les mains ? Fermez les yeux, cela va marcher. Cela doit marcher. Cela va marcher, ne vous tracassez pas. Certains Sahaja Yogis reçoivent plus de vibrations sur la main droite, Je pense, et moins sur la gauche. Ils devraient mettre leur main gauche vers Moi et la main droite en l’air si une telle situation se présente.

Vous sentez quelque chose ? De la chaleur. C’est bien.