Sahasrara Puja 1980

(England)


EN


Feedback
Share

Sahasrara Puja. Dollis Hill ashram, London (England), 5 May 1980.

English transcript: UNverified
Traduction: NON vérifiée. Ver 1/1/2014.

Nous pouvons dire que le 5 mai 1970, pour la première fois, l’esprit collectif de Dieu s’est ouvert. Jusque-là, la grâce de Dieu se répandait sur l’humanité de façon individuelle, et les gens la recevaient individuellement, séparément : le processus de la réalisation individuelle était exactement à l’opposé du processus collectif.

Tout d’abord, on devait établir son Dharma, puis se purifier intégralement en aspirant toujours à son salut, y consacrant toute son attention, pensant à Dieu, implorant Sa grâce et agissant scrupuleusement selon le Dharma, afin de rester pur. L’individu devait maîtriser son mental, ses désirs, ses actions, afin de ne jamais quitter la voie du milieu.

Ce n’est qu’après avoir franchi tous les obstacles et toutes les épreuves, démontrant ainsi son mérite, que la Mère (la Kundalini) accordait la Réalisation. Ce processus a prévalu pendant longtemps. Ces quelques êtres qui atteignirent la Réalisation firent beaucoup de merveilles et préparèrent le terrain pour Sahaja Yoga… Mais ils furent très rares. Ils établirent l’importance de la vertu dans leur mode de vie, prouvant qu’elle glorifiait l’homme au lieu de l’abaisser ou de l’avilir… Ils éduquaient les enfants et les préparaient à une vie morale, jouissant pleinement de leur mariage.

Puis, après avoir mûri, ils obtenaient leur Réalisation et vivaient la plénitude de la vie. Ce faisant, ils orientaient l’attention des gens de l’extérieur vers l’intérieur, vers des valeurs plus profondes, et cela par leur propre exemple, par leur propre comportement, en menant une vie dans la joie et la gaité. … Ils furent les auteurs des grandes Ecritures et, pendant des milliers d’années, les guides de l’humanité.

Ce n’est qu’aux temps modernes, depuis un millénaire environ, que les gens commencèrent à les mettre en doute. Jusque-là, les gens doutaient d’eux-mêmes et se disaient :’Nous ne sommes pas capables, nous sommes ignorants. Tout ce qu’Ils ont dit est juste, Ils sont parfaits…’. On ne remettait pas en cause les Incarnations, ni ce qu’avaient dit les saints. Leur doute ne concernait qu’eux-mêmes :’On nous montre la Voie et nous nous trompons encore et toujours de direction ! ». …

Mais tout cela commença a s’effriter avec le développement de l’égo et le défi du superego. La confusion s’installa progressivement dans l’esprit des gens. Ils mirent en doute ces grandes âmes réalisées au lieu de se remettre en question eux-mêmes. Comme ils ne parvenaient pas au niveau de ces grands saints, certains furent influencés par des puissances sataniques, et ils s’abandonnèrent à elles et répandirent le doute quant aux Ecritures sacrées et à leurs auteurs.

C’est ainsi que nous avons, d’une part, ceux qui doutent et, d’autre part, les fanatiques. Ceux qui voulaient s’en tenir davantage aux Enseignements durent devenir fanatiques, et ceux qui doutaient ne pouvaient convaincre les premiers de leur erreur, ni témoigner d’aucun bénéfice du doute. Cela revenait à s’asseoir entre deux chaises : la véritable religion en l’homme s’écroula.

Il ne peut y avoir aucune nouvelle religion: la religion est un processus continu et vivant en nous. Il est notre soutien, semblable à une échelle à laquelle nous grimpons, quittant un à un les échelons, mais ne quittant jamais l’échelle. Tous les échelons sont nécessaires. Il fallait donc établir le dernier, puisqu’aucune de ces deux crises, ni le doute, ni le fanatisme, n’avaient abouti à la connaissance de Dieu, aucune n’avait atteint la Réalité. Elles se sont censurées réciproquement, car ni l’une ni l’autre n’a trouvé la Vérité (voir note 9).

J’ai pris naissance à un moment où l’humanité était dans un état de confusion totale, sachant que mon rôle serait d’ouvrir le Sahasrara. … Je décidai de mener la vie vraiment
normale de quelqu’un de tout-à-fait ordinaire, sans faire d’éclat, … car si vous naissez avec quelque signe distinctif … la négativité vous détecte aussitôt. …

Tout d’abord, j’ai dû découvrir votre difficulté initiale, vos problèmes fondamentaux, … voir comment les êtres humains se situaient par rapport au monde extérieur et comment ils réagissaient à ce monde en s’identifiant à lui. Les permutations et combinaisons qui s’opéraient en eux étaient en plus conditionnées par leurs autres identifications à la société, ou à leur pays natal, ou encore aux idées à la mode. Toutes ces choses sont devenues beaucoup plus importantes que l’être originel (l’Esprit) qui se trouve en vous.

Ainsi, chaque individu se trouvait revêtu d’une forme, d’un accoutrement tout-à-fait extravagant, que je ne savais pas comment réduire ou ramener à un niveau tel qu’il puisse commencer sa croissance. Ce fut un travail difficile, auquel je me suis consacrée … tout en menant une vie entièrement normale. … Puis, au fur et à mesure que vous déliez ou que vous démêliez les noeuds d’une pelote, vous arrivez au point où tous les noeuds sont défaits, sauf le dernier. Et c’est ce qui a été fait le 5 mai 1970. (Il s’agit de l’ouverture du Sahasrara collectif).

Cela fait, c’est tout le phénomène collectif qui s’est mis à fonctionner. Et le plus grand phénomène collectif fut que le Shri chakra (Sahasrara chakra) sur cette terre pouvait être senti par vos doigts. Cela n’avait jamais existe auparavant. Personne n’avait jamais eu les doigts illuminés. Personne n’avait jamais senti de vibrations sur les doigts. …

Maintenant que le Sahasrara chakra universel a été ouvert, tout le monde commence à sentir les vibrations environnantes avec ses propres mains. Cela signifie que les chakras eux-mêmes peuvent être sentis, … que la sensibilité divine qui se trouvait dans les chakras s’est étendue à un point tel que l’être humain peut sentir par les doigts.

Mon travail a donc consisté à me déplacer du centre vers la périphérie. En déplaçant la sensibilité, quels que furent les obstacles que je renconrai, j’ai dû les éliminer en les purifiant l’un après l’autre. Tous les obstacles étant supprimés et tout le réseau étant purifié, il fallut produire l’énergie grâce à l’événement que fut le jour de l’ouverture du Sahasrara.

Aussi, pouvez-vous imaginer l’importance de jour. … Je ne sais pas combien d’entre vous savent réellement l’immense travail que le Divin dût accomplir, combien d’entre vous sont réellement reconnaissants à Dieu pour cette oeuvre extraordinaire… J’ai … conservé l’apparence d’une vie très ordinaire, parce que cela devait atteindre l’ordinaire et non pas ce qui sort de l’ordinaire. Il fallait extraire les qualités extra-ordinaires pour les mettre dans l’ordinaire, en les rendant plus profondes ». …