Auspiciosité

Caxton Hall, London (England)

EN


Send Feedback

Auspiciosité – 21 Juillet 1980 – Caxton Hall – London (England)

Bonjour ! C’est bien ! Comment allez-vous ? C’est une bonne journée.

Aujourd’hui est un jour auspicieux car le 21ème jour est un jour auspicieux pour nous, aujourd’hui est un lundi et c’est le septième mois. Toutes ces choses se sont combinées et c’est une soirée très auspicieuse. Donc aujourd’hui Je vous parlerai d’auspiciosité parce que la plupart d’entre vous sont des Sahaja Yogis.

Qui est venu pour la première fois ? Un, deux, trois, quatre, cinq… Donc nous les avons pour la première fois. Très bien. (Mère rit.) Je suis persuadée que quelqu’un leur a parlé d’une introduction à Sahaja Yoga ou autre ?

Mais bref, Je ne désire pas répéter tout vu que Je pensais parler d’un nouveau sujet aux Sahaja Yogis.

Comme vous le savez tous et vous pouvez le voir autour de vous, il y a une très intense recherche en masse de la Vérité. Elle existe. Je veux dire que même dans cette salle, vous serez étonné qu’il puisse y avoir cinq ou six salles comme ceci où chacun est assis dans une quelconque salle et entreprend quelque chose à ce sujet. Je veux dire qu’il y a sans aucun doute une très grande urgence à rechercher la Vérité.

Cette urgence est arrivée au travers de notre propre compréhension évolutionnaire. Quand les êtres humains ont atteint un certain niveau de sagacité, comme vous pourriez l’appeler, ou de satisfaction comme quand vous avez atteint une certaine quantité de bien être matériel, ou que vous avez vu quelque chose qui ne vous apporte pas une réponse complète, comme le Bouddha quand il a vu un vieil homme et ensuite un homme mort, cela l’a perturbé, il en a été très fortement choqué et il a commencé à se demander ce qu’était cette mort et pourquoi un être humain devient un homme âgé.

Il y avait une prophétie à son sujet quand il était enfant, qu’il pouvait devenir ascétique ou abandonner sa vie de famille pour trouver la Vérité – qu’il pouvait faire cela. Et les parents furent préoccupés et son père lui arrangea un très grand palais avec tout ce qui était possible ainsi qu’une très belle épouse et un enfant. Mais il ressentait toujours en lui-même un sentiment d’incomplétude, d’absurdité de la vie. Et accompagné de ce sentiment d’absurdité, une fois qu’il vit un très, très vieil homme et ensuite un homme mort, cela s’est juste imprimé dans sa tête. Ça s’est passé il y a plus de deux mille ans.

Mais actuellement il y a beaucoup de bouddhas en vie. Je veux dire que son prénom était Siddharth. En lui-même, Siddharth est un très beau nom : Siddh-Arth, celui qui a maîtrisé sa signification. Le début du nom lui-même était très suggestif. Mais ensuite il devint le Bouddha, l’Illuminé. Et vous êtes tous des siddharthas qui recherchent la Vérité.

Il se tourna également vers les Upanisads et s’approcha de beaucoup de gens. Il alla à Bénarès et fut si déçu de la manière dont les gens se comportaient à Bénarès. Il découvrit qu’il n’y avait pas de religion en eux, ni Dieu, ni bonté. Et ils retiraient de l’argent de tout cela. Alors il se rendit auprès de gurus et ceci et cela, et partout il découvrit qu’ils ne connaissaient pas la Vérité.

Il devint fatigué, très fatigué. Il avait tout abandonné seulement pour cette recherche de la Vérité. Il était si fatigué, absolument épuisé, et s’allongea sous un arbre, un banyan – nous l’appelons ashwatha – et ensuite le sahaja yoga lui-même, qui est l’éveil spontané de la Kundalini, survint et il obtint sa Réalisation.

Mais à ce moment il n’y avait pas de Mataji Nirmala Devi pour lui expliquer comment il l’avait obtenue, ni où se trouvait sa Kundalini. Il a juste senti la brise fraîche venir en lui et il a senti son Soi et a commencé à parler à ce sujet, à en parler aux gens.

Il avait ressenti que : « Parce que j’ai tout abandonné, c’est pourquoi cela a marché. » Je dirais que c’était une erreur ou une incompréhension parce que : qu’est-ce que vous abandonnez ? Tout ce à quoi vous êtes attaché. Qu’y a-t-il là à abandonner ? Toutes ces pierres ? Quoi ? Quelle est leur valeur ? Et cet abandon est également une idée mentale, c’est juste une idée mentale. Si vous n’êtes attaché à rien, qu’allez-vous abandonner ? Ainsi cette idée d’abandon lui vint car il pensait que ce devait être cela la raison.

Supposons, si Je dois aller à Caxton Hall, que J’aille tout du long à Tottenham Court Road et ensuite Je vais vers l’East End et puis Je descends ici. Donc si quelqu’un vient Me demander le chemin, Je dirai : « Très bien, allez à Tottenham Court Road, puis vers l’East End et ensuite au travers du trafic vous pouvez atterrir ici. » Mais il faut seulement deux minutes de route depuis Ma maison !

Donc ce fut ce genre d’incompréhension qui l’a conduit à penser qu’il n’y avait pas de Dieu. D’une certaine façon c’était une étape intermédiaire car si vous parlez de Dieu, soudainement… Même aujourd’hui, si Je dis : « Il y a un Dieu », comment allez-vous Me croire ? Vous pouvez croire vos vibrations, vous pouvez croire à la survenance d’une brise fraîche, vous pouvez voir la Kundalini s’élever, vous pouvez en voir la pulsation, mais comment pouvez-vous dire que Dieu existe ? Parce que Je dis qu’Il existe, parce que c’est pénétrant, et tout ce que Je dis, vous pouvez maintenant le vérifier sur vos vibrations.

En fait comment saurez-vous que ces vibrations vous disent la Vérité ? C’est très simple si vous comprenez le sens commun de la relativité.

Comme vous amenez deux fous venant d’un asile et absolument certifiés comme fous, d’accord ? Et ensuite – Paul est en train de rire – et puis vous avez deux personnes saines installées là. Alors vous placez vos mains vers les fous et vous ressentirez une horrible brûlure ici, peut-être ici, peut-être dans toute la main, du côté gauche. Et ces fous eux-mêmes, devant Ma photo, vont se comporter ainsi [trembler]. Beaucoup vont trembler, même s’ils ont l’air sain. Mais il y en a beaucoup comme cela, tous des fanatiques, des extrémistes, toutes sortes de gens, ils vont se mettre à trembler comme ceci, aussi des guérisseurs [spirites], des pharmaciens [drogués], des herboristes [fumeurs d’herbes] [ce sont trois jeux de mots d’après la langue anglaise] (rires), des cancéreux. De toute manière il s’agit d’une fréquence [vibratoire] différente, d’un style différent. Vous pouvez avoir ainsi dix sortes comme cela.

En fait, si vous posez la question : « Dieu existe-t-il ? », vous commencez à avoir de la brise fraîche qui se répand en vous. « S’agit-il de Son pouvoir omni-pénétrant ? » : vous commencez à avoir de la brise fraîche qui s’écoule en vous. C’est ainsi que vous découvrez ce qu’est la Vérité, où Elle se trouve, ce que Je dis, si les vibrations disent la Vérité ou pas. C’est ainsi que vous pouvez tester vos vibrations.

Cette recherche est en cours et les gens ont ouvert beaucoup de commerces à ce sujet. Mais ceci n’est pas un magasin, ceci est un temple. Et un temple sur la place commerciale a très peu de valeur.

Si vous devez escalader sept montagnes pour aller dans un temple, cela aura plus de valeur, mais seulement quelques-uns pourront l’atteindre en vie. Aussi le temple devait descendre à Londres, à Caxton Hall, pour parler aux gens.

Mais si vous avez un temple sur la place commerciale, vous pouvez remarquer que les gens vont juste sur la place commerciale pour acheter quelque chose, et avant de s’en aller ils peuvent jeter là un anna [le seizième de l’ancienne roupie] en pensant : « Oh, Dieu, faites-moi gagner quelque chose quand je vais là. » Et en revenant, ils vont jeter cinq autres annas là en disant : « Oh, d’accord, Vous m’avez aidé. Très bien. Cinq annas c’est très bien pour Vous. Puisque j’en ai tiré du profit, je Vous donne quelque chose. »

Car ils ont une mentalité de marchandage : ils marchandent même avec Dieu. La mentalité de la plupart des gens est commerciale, ce doit être ça. Mais parmi eux se trouvent aussi de vraies personnes. Beaucoup, beaucoup de gens vrais sont là qui sont trompés. Parce qu’ils voient les foules, des milliers de personnes aller là, ils se font aussi tromper.

Finalement tout ceux qui sont de vrais chercheurs recevront leur Réalisation. Même ceux qui ne le sont pas, la recevront. Mais tout d’abord ceux qui sont chercheurs, seront les pierres de fondation. Ils doivent se construire eux-mêmes de telle façon que ce grand édifice puisse être élevé sur leur dos, sur cette pierre de fondation.

Vous, vous devez être de tels Sahaja Yogis solides, de tels Sahaja Yogis puissants, de sorte que les autres tireront des leçons de votre propre vie et comprendront que ceci est quelque chose qui a réellement transformé les gens.

Car le temps du jugement et de la transformation est venu. Le Jugement Dernier n’est pas quelque chose de direct mais se fait au travers de la transformation. Cela n’a pas beaucoup de chance d’échouer. Si vous ne lui faites pas défaut, ça ne va pas échouer, cela va marcher. Cela doit faire marcher toutes sortes de permutations et combinaisons [humaines] – toutes les sortes !

En fait il n’y a aucun horrible guru contre qui Je n’ai essayé [de lutter]. Evidemment J’entends parfois de quelqu’un de nouveaux noms. L’autre jour J’ai entendu quelque chose de nouveau, un autre nom. Et il s’agit d’une autre chose bizarre ! Il enseigne aux gens Je ne sais pas quoi. Il enseigne quelque chose de très ignoble. Et peut-être qu’il pourra avoir du succès un court moment mais finalement ceux qui sont de vrais chercheurs vont vraiment venir. Ceux qui soutiennent ces mauvaises organisations viendront aussi à Sahaja Yoga parce qu’ils vont reconnaître que : « En soutenant ces gens, qu’allons-nous gagner ? Nous allons aller en enfer. » Ils verront comment leurs gurus se comportent, finalement ils viendront évidemment. Pour le moment ils ne viennent pas. C’est parfois tout à fait frustrant.

Par exemple nous avons rencontré à Norwich deux dames âgées, fort âgées, mais qui n’avaient aucun sens commun et qui ont dit : « Non, nous avons un guru qui nous a donné un nom. » J’ai dit : « Pourquoi avez-vous besoin d’un guru pour cela ? Vous pouvez vous en procurer un dans les rues. Un âne peut vous donner un nom ! » Et quel est ce nom qu’on leur a donné ? Un des disciples de ce guru m’a dit qu’on lui avait donné le nom de ‘tinga’, ce qui signifie ‘pouce’. [En Inde si] vous montrez le pouce à quelqu’un, c’est ‘tinga’. Imaginez juste ! Ce n’est même pas du Sanskrit. J’ai dit : « Il ne connaît même pas le Sanskrit ! En fait, on l’a découvert avec six femmes autour de lui qu’il gardait toujours avec lui, et ils buvaient tous du whisky. Voilà tout ce qu’il fait ici. » Elles ont dit : « Cependant… » J’ai dit : « Cependant ? Combien de temps allez-vous continuer comme cela ? » Evidemment un peu de bon sens leur viendra.

Donc ces choses sont là, elles existent, mais les gens vrais comprendront la vraie nature de Sahaja Yoga.

C’est si agréable de vous voir tous ici car nous allons avoir un très beau 27ème jour [21ème ?]. C’est le jour où nous vous initions en tant que gurus, c’est ce jour où vous serez initiés en tant que gurus. Et des pouvoirs spéciaux vous seront donnés en ce jour.

Mais notre intellect doit quelque peu s’abaisser et notre cœur doit être élevé un peu plus haut. Si nous pouvons faire cela, alors nous pourrons nous-même créer de l’auspiciosité.

Maintenant Je dois vous parler à propos de l’auspiciosité.

Que veut dire ‘auspicieux’ ? Ce mot les gens le connaissent : « Ceci n’est pas auspicieux, cela n’est pas auspicieux. » Si vous trouvez un fer à cheval, c’est auspicieux. En fait savez-vous qu’en ces temps modernes le symbole de Sahaja Yoga est un fer à cheval ? Pouvez-vous l’imaginer ? Cela a beaucoup de significations, mais les gens ne savaient pas pourquoi cette forme est auspicieuse.

Les gens ne savent pas pourquoi une chose est auspicieuse ou pas. Cela fait des années qu’en Angleterre les gens utilisaient le fer à cheval comme quelque chose d’auspicieux, et ça l’est à cent pour cent ! La forme d’un fer à cheval émet des vibrations. Vous pouvez le voir vous-même. La forme de ce fer à cheval est la forme selon laquelle la Shakti se meut, c’est la façon dont le pouvoir bouge : toujours comme cela, d’une manière elliptique. Il va auprès d’une personne, disons que si J’aime cette personne, les vibrations vont y aller comme ceci et l’enlacer, et ensuite elles reviennent. Le premier mouvement se fait ainsi. La première dimension est semblable à cela. Et ça peut se faire en bougeant sur 360°. Toute la Création a pris place selon ce mouvement de la Shakti. C’est pourquoi ils voient cela parfois parabolique. Vous voyez, c’est comme Einstein en a parlé. Mais ils ne voient qu’une vérité partielle, pas sa totalité.

En fait, quand vous avez une silhouette ou une forme, ou une sorte d’assemblage de certains facteurs dans un matériau particulier, ce pourrait être un arbre spécifique, ce pourrait être un être humain, alors vous découvrez que de cette personne – seulement les âmes réalisées peuvent le sentir – viennent des vibrations. Car tout ce qui émet une vibration est auspicieux et l’auspiciosité est la qualité grâce à laquelle nous émettons des vibrations.

En fait la pureté est un mot très relatif dans les temps modernes. Les gens ne comprennent pas ce qu’est la pureté. Je veux dire qu’ils ne comprennent même pas ce qui est normal, ce qui laisse seulement de la pureté. Chacun semble être anormal ou arriéré en ces temps modernes. Personne ne semble être normal. Même les psychologues ne peuvent définir ce qui est normal. Ce qui est normal est ce qui est auspicieux.

En fait ceci est la connaissance de l’au-delà. Avec n’importe quel sens que vous ayez, vous ne pouvez pas le sentir.

Par exemple Je suis allée à Stonehenge. En fait vous tous savez qu’il y a quelque chose à propos de Stonehenge, à propos des pierres de Stonehenge. Mais qu’en est-il ? Celles-ci sont des pierres qui sont sorties de la Mère Terre et qui émettent des vibrations. Et leur recouvrement a été fait par la suite, des gens doivent l’avoir fait. Ils ne comprenaient pas comment ces pierres avaient émergé l’une après l’autre, donc ils ont dû en utiliser d’autres pour les recouvrir. Mais s’ils avaient été des saints, ils auraient dit que ceci est une pierre qui possède des vibrations.

Par exemple, quand nous disons dans la Bible que nous ne devrions vénérer aucune statue, c’est très correct car il est dit que tout ce qui est créé par la Mère Terre ou par le ciel, ne devrait pas être reproduit.

Donc la Mère Terre produit quelque chose. Alors demandez aux Chrétiens ce qu’ils produisent, quel est l’élément que la terre et le ciel produisent. Ils ne seront pas capables de vous dire ce que la Mère Terre produit et qui ne devrait pas être reproduit, et ce qui ne devrait pas être vénéré. Cela signifie qu’Elle produit quelque chose qui devrait être vénéré et qui ne devrait pas être reproduit.

Cette auspiciosité peut seulement être sentie par les gens qui sont des âmes réalisées ou des gens qui sont sensibles à la spiritualité. Ceux qui ne sont pas sensibles à la spiritualité, ne peuvent pas le sentir. Ils ne comprennent pas.

Ils peuvent bien aimer une personne énormément : « Parce que je l’aime ! ». Mais pourquoi ? Pourquoi aimez-vous autant une personne et vous n’aimez pas une autre personne ? Cette personne peut bien être de n’importe quel type, ils diront : « Non, nous l’aimons ! »

Mais les enfants – pas tous mais beaucoup d’enfants – peuvent sentir l’auspiciosité. Les chiens peuvent la sentir, les rats, les serpents, les tigres, les lions peuvent la sentir, mais les êtres humains assez difficilement. Les chevaux peuvent la sentir, ils la sentent très fortement. Si vous les emmenez près d’un endroit où il y a des esprits morts ou, nous pouvons dire, près d’un cimetière, ils n’aimeront pas beaucoup venir là. Tout d’abord ils résisteraient mais graduellement ils y seront aussi habitués. Pareil avec les chiens. Ils peuvent sentir si un être humain est une âme réalisée ou pas. Ils peuvent même sentir qu’une personne est démoniaque. Ils sont très sensibles. Un chien peut toujours sentir un saint. Même un chien fou peut être contrôlé par un saint.

Cette auspiciosité, le ressenti de l’auspiciosité, peut être senti au travers du cœur, il s’agit du ressenti du cœur et non pas du cerveau, pas de l’ego ni du superego – ce qui veut dire que nous recevons des idées soit de notre ego ou de notre superego, de nos conditionnements – mais de notre cœur s’il est en vie, ce qui est une chose très rare de nos jours.

La plupart d’entre nous ont des cœurs comme « gelés ». Je dirais plutôt comme le Rocher de Gibraltar car ce qui est gelé peut dégeler. Donc un tel cœur de Rocher de Gibraltar vit ici, vous voyez. Et vous rencontrez une autre personne et vous sentez que l’autre va juste vous cogner avec ce Rocher de Gibraltar.

Je ne sais si vous avez jamais visité le Rocher de Gibraltar. Je l’ai fait. Un jour nous faisions la navette sur un bateau et soudainement notre bateau s’est arrêté et J’ai découvert là un énorme promontoire. J’ai demandé : « Quelle sorte de chose est-ce ? » Car aucun bateau ne peut s’approcher aussi près d’un rocher, car aucun rocher n’est aussi escarpé que pour procurer autant de tirant d’eau au bateau. Et celui-ci était juste devant comme cela. J’ai dit : « Quelle sorte de rocher est-ce ? » Ils ont répondu : « Ceci est le Rocher de Gibraltar ! » Je l’ai regardé, c’était absolument une pièce solide, et vous pensiez qu’il allait vous frapper sur la tête.

Les êtres humains deviennent quelque chose de semblable. Comment alors pouvez-vous sentir l’auspiciosité ? C’est une chose très sensible, extrêmement sensible et délicate.

Je ne sais pas où est partie toute la délicatesse du cœur !

Comme le style de Lord Byron ! Regardez-le, quelle vie il a eue ! Il a rendu tout le monde misérable dans sa vie privée et il a fait pleurer tout le monde avec sa poésie, leur a crevé les yeux, a lavé leurs orbites puis les a à nouveau remis en place ! (Mère rit.) Je veux dire que J’ai senti qu’il était un très grand sadique. C’était horrible ! Il ne pouvait rien écrire de beau, il ne pouvait voir la beauté en rien, il ne pouvait rien dire de plaisant. Et J’ai vu que les gens ont pleuré, pleuré et pleuré tandis que ce gars passait du bon temps quelque part ! (Mère rit.)

C’est bien d’en rire car nous avons eu deux patients qui lisaient seulement Lord Byron et étaient des cas perdus ! Vous ne savez pas combien en Angleterre J’ai eu de tels cas, de tels échantillons. Lui n’est plus ici donc Je peux vous en parler. Il n’arrêtait pas de pleurer. Et alors nous ne pouvions rien faire avec lui ici, nous ne pouvions pas faire plus. Je lui ai demandé : « Pourquoi pleurez-vous ? » Et c’est alors que J’ai découvert qu’il était un patient créé par Lord Byron.

Je lui ai dit de ne pas prendre ce poète très au sérieux et de l’oublier (Mère rit), qu’il faisait juste cela pour vendre ses livres. Mais ce gars ne pouvait pas s’en débarrasser, il retombait toujours dans cette humeur, une humeur très sérieuse, et ceci et cela. Alors nous l’avons renvoyé dans sa maison. J’ai envoyé des Sahaja Yogis auprès de sa mère et de son père. Je dois dire que c’étaient des gens très bien. Ils m’ont parlé au téléphone, des gens très braves. Ils ont dit : « Mère, si vous le dites, on va le garder à la maison. »

C’est un homme âgé, un homme âgé d’une trentaine d’années, vous savez. Et le troisième jour la mère a dit : « C’est mieux de le flanquer à la porte, Mère ! » J’ai dit : « Pourquoi ? Où va-t-il aller ? » Elle a dit : « Il continue à faire la même chose. Il reste dans sa chambre. Je dois lui servir à manger. Je dois laver ses affaires et il reste assis juste là en pleurant ! »

C’est ainsi parce que la sensibilité a disparu. A qui allez-vous donner votre cœur ? A ce Lord Byron entre tous ?

Voici quel est le problème avec nous : nous ne savons pas qui est auspicieux !

Par exemple les gens n’aiment pas Blake. Je veux dire qu’il est le réel poète que vous avez, Je dirais après Shakespeare. Je me demande si Shakespeare était un seul homme ou plusieurs ensembles. Mais Blake était le poète que vous aviez, Je dirais le plus grand de tous. Il y en a eu aussi beaucoup d’autres. Wordsworth était l’un d’eux. Vous pouvez voir que ceux qui parlent de choses charmantes ou plaisantes et belles, sont des poètes, pas ces nettoyeurs de poubelles !

Ce qui ne va pas avec nous, c’est que nous ne pouvons pas faire la différence entre ce qui pue et ce qui sent bon !

L’auspiciosité est le moyen par lequel nous émettons du parfum vers les autres.

Par exemple l’autre jour deux garçons ont eu leur Réalisation et tous les Sahaja Yogis sont accourus pour juste sentir leurs vibrations, en laissant tout le reste derrière eux. Car ils se réjouissaient de la présence de cette personne, de ses vibrations.

Alors Je les ai semoncés et J’ai dit : « D’accord, vous en avez profité, alors maintenant allez voir les autres qui sont également là ! » Ils ne voulaient pas approcher de quelqu’un qui se prenait pour un grand homme installé là. Personne ne voulait y aller et ils se tiraient les oreilles en restant assis là [coutume indienne pour s’excuser]. Alors comme chacun évitait d’aller auprès de cet homme et comme Je savais que ce gars devait se sentir malheureux, Je suis allée auprès de lui et J’ai résolu ça. Mais alors J’ai découvert qu’il faisait lui-même quelque chose de très, très mal. Et il dit : « Mère, je ne suis pas un démon. » J’ai dit : « Non, tu n’es pas un démon mais tout ce que tu as fait est démoniaque, tu as joué avec les esprits [morts], tu les appelés et placés sur des gens, et ceci est une chose démoniaque à faire. » « Je ne savais pas, Mère. » J’ai dit : « D’accord, c’est très bien, si tu ne le savais pas, cela peut être pardonné. »

Et voici ce qu’est l’auspiciosité, c’est ce que vous sentez avec votre cœur qui est éveillé. Le cœur doit être éveillé.

Dans le cœur réside l’Esprit qui ne s’écoule pas encore dans notre conscience, dans notre système nerveux central. Il réside là, c’est la Joie Elle-même.

Je ne sais pas si vous avez jamais vu du phosphore sorti de l’eau et comment il s’enflamme juste. C’est comme cela. A l’intérieur de la maya, de l’illusion, cette étincelle est juste installée là et, quand cette Kundalini s’élève et touche cette étincelle, elle commence à émettre sa Joie, son Auspiciosité. Jusqu’à ce que cela se passe en vous, vous ne pouvez pas sentir l’auspiciosité des autres.

Prenez une noix de coco, par exemple. Posez-la à l’envers, vous n’aurez pas de vibrations. Si vous la placez de cette façon, la noix de coco montant vers le haut, vous aurez plus de vibrations. Certaines noix de coco vont vous donner de très bonnes vibrations et d’autres d’horribles vibrations.

Et vous savez que les êtres humains aussi ont des noix de coco [Mère se réfère à notre tête.] (Rires.) Certaines noix de coco donnent de si belles vibrations et certaines d’entre elles non. Certaines sont fatiguées, certaines ne sont rien d’autre qu’un ballon de Mr. Ego ou certaines n’ont rien d’autre que du superego en elles. Donc cette noix de coco doit être rendue auspicieuse.

En fait, comment cela est connecté à l’Esprit, est un point très important, comment notre cerveau est connecté à l’Esprit.

Tout ce que Je vous explique, vous n’avez pas besoin de le croire mais vous découvrirez par vous-même que, quoi que Je dise, c’est la Vérité. Votre cœur possède l’Esprit, la Lumière, et le cœur a sept auras autour de lui et ces sept auras sont illuminées par l’Esprit.

Mais avant cela, il y a un événement très instantané ou vous pouvez dire simultané. Quand la Kundalini s’élève, il y a sept centres aussi dans notre cerveau dans le sens que ce sont les sièges de ces centres. Ces sept centres sont à nouveau représentés sur leur siège, vous savez cela très bien. Tous les Sahaja Yogis savent où ils sont.

Donc quand ces centres sont illuminés, les auras commencent à briller dans le cœur. Et ce centre [le Brahmarandhra sur la tête] est en fait le siège de l’Esprit. L’Esprit s’est déplacé de là pour s’en aller vers le cœur. C’est pourquoi, dans l’enfance, vous trouverez qu’il y a une ouverture ici. Il s’agit d’un os très tendre appelé ‘l’os de la fontanelle’, ‘talu’, qui se trouve là. Car l’Esprit est sorti de là [Brahmarandhra] et s’est installé sur le cœur.

Vous savez l’Esprit sort aussi parfois pendant la nuit, fait un tour et observe. C’est ainsi. Quand ces centres dans notre cerveau sont illuminés un par un par la Kundalini, en premier ils sont illuminés ici [au cœur] puis dans le cerveau, alors les auras dans le cœur commencent à devenir illuminés.

Finalement, quand ce centre – qui est le centre du cœur ici, au Sahastrara, à ce point – quand celui-ci devient illuminé, alors l’Esprit aussi devient illuminé, totalement, et puis ces auras deviennent doublement brillantes. Alors l’auspiciosité commence à s’exprimer elle-même dans beaucoup de directions.

Mais pour garder cette lumière allumée, on doit garder la Kundalini [élevée] ici au-dessus.

Alors que se passe-t-il ? Alors nous sommes gouvernés par les indications de notre cœur plus que par notre cerveau. Comment ? Parce que c’est le cœur qui possède l’Esprit qui émet les vibrations, ce n’est pas le cerveau. Et, après la Réalisation, vous dépendez de votre conscience vibratoire. Plus vous dépendez de votre conscience vibratoire, plus vous utilisez votre cœur, votre Esprit, et pas votre cerveau.

Plus vous utiliserez votre cerveau, à nouveau vous descendrez. Car maintenant l’Esprit a pris sa succession.

Par exemple, après la Réalisation, quand vous commencez à y penser… Je veux dire que les gens peuvent penser sur toute chose. Je veux dire que Je peux vous raconter – J’ai eu de telles expériences – qu’ils penseraient : « Pourquoi Mataji porte un tel sari ? » Ils peuvent même aller jusque-là ! Mais si vous pouviez juste laisser faire votre cœur et ne pas penser car, après la Réalisation, vous êtes en conscience sans pensée. Si vous pouviez essayer de maintenir cet état, de porter votre attention sur votre cœur et de laisser votre Esprit s’émettre Lui-même de sorte qu’il nettoie complètement la confusion du cerveau et de toute chose, alors vous serez étonné de voir que vous ne pouvez pas perdre vos vibrations, vous ne pouvez pas perdre votre Réalisation. La façon la plus simple – que nous avons découverte – c’est qu’après la Réalisation, si vous faites un traitement de bain de pieds pendant sept jours devant ma photo, cela marche.

Mais immédiatement, quand Je dis : « Ma photo », c’est terminé ! L’ego surgit : « Pourquoi Sa photo ? » La première chose qui survient : « Qui est-Elle ? » Je peux n’être rien – d’accord, c’est accepté, Je ne suis rien – mais J’ai élevé votre Kundalini ! Je vous ai donné la Réalisation ! Je dois être quelque chose après tout. Alors pourquoi vous tracasser ? Je ne vous enlève rien !

Ensuite vous commencez à établir votre auspiciosité, le sens de l’auspiciosité. Une fois que vous l’avez établi, ensuite vous ne le perdrez pas aisément.

Puis normalement, vous n’aimerez plus les choses qui ne sont pas auspicieuses. S’il s’agit d’une personne non auspicieuse, vous direz : « Mère, non ! Nous ne pouvons rien faire pour cet homme ! » Par la suite, quand vous devenez très forts, cela ne vous dérangera plus en aucune façon de travailler sur quiconque.

Mais vous devez graduellement grandir jusque-là. Je comprends cela. Mais Je ne peux pas comprendre que les gens utilisent leur rationalité pour comprendre Sahaja Yoga. Comment pouvez-vous comprendre ce Grand Pouvoir avec votre rationalité limitée ? Je peux expliquer votre politique à une fourmi mais Je ne peux pas vous dire comment ce Pouvoir Divin agit.

Un jour Djamel m’a demandé : « Numériquement, cela s’étend jusqu’où, jusqu’à quelle dimension ?  » Et quand Je lui ai répondu, il a dit : « C’est incalculable. » J’ai dit : « C’est infini ! Tu ne peux pas le calculer. » Si vous placez deux miroirs l’un en face de l’autre et placez un objet entre les deux, vous ne pouvez pas calculer combien de réflexions vous aurez. Même si vous le voyez, vous ne pouvez pas le calculer.

Mais ici Je parle de Quelque chose qui a fait cela, qui a créé ceci. Vous ne pouvez pas calculer toutes les molécules et atomes d’un seul élément. Or Je parle de Quelqu’un qui les a créés et qui pulse dans chaque molécule ! Comment pouvez-vous comprendre avec ce cerveau ? Vous pouvez seulement devenir Un avec Cela et vous réjouir vous-même.

Pourquoi se tracasser ? Pourquoi voulez-vous compter les molécules ? Pourquoi cette folie ? Ce serait semblable à un fou qui va sur le bord de mer pour prendre un bon bain et qui commence à compter les tout petit cailloux et les grains de sable.

Allez-y ! Réjouissez-vous ! Vous devenez cela ! Ceci c’est advaita [l’unité] où vous devenez Un. Toutes les religions enseignent advaita. ‘Advaita’ signifie ‘où il n’y a pas l’autre’, ‘ananya’. Vous devenez Un avec cela. Vous devenez Un avec tout l’Océan. Quand une goutte devient l’Océan, tous les pouvoirs de l’Océan sont là pour la goutte. Voilà ce qu’il en est !

Alors qu’est cette minuscule limitation qu’ils veulent conserver ? Elle s’appelle Mr. E.G.O. qui est un mythe, c’est un mythe.

Cet ego est un si grand mythe car vous, les êtres humains, que fabriquez-vous ? Voyons maintenant. Que faites-vous ? D’accord, vous construisez une chaise. Vous voyez les gens sont si fiers actuellement s’ils peuvent faire une chaise car plus personne à notre époque n’est capable d’utiliser ses mains, vous savez cela, car toute chose est faite grâce à des machines. Je ne sais pas, ils n’arrivent pas à créer des êtres humains sinon ils pourraient essayer aussi d’en fabriquer !

Donc que faites-vous ? Vous créez quelque chose de mort à partir de quelque chose de mort. Avez-vous jamais effectué aucun travail vivant ?

Alors une dame s’est très fort fâchée avec Moi. Elle a dit : « Si, nous avons créé un bébé-éprouvette ! » Je lui ai dit : « Vous n’avez rien créé, tout était là ! La vie était là. Vous avez juste effectué un rapprochement et cela a réussi de cette façon. Ce n’est rien ! C’est juste pareil à placer un œuf dans un incubateur. C’est quelque chose d’aussi simple. Vous n’avez rien fait ! Avez-vous placé la vie en lui ? » Confessons-le maintenant. On ne peut même pas transformer une fleur, la convertir en un fruit. Admettons-le.

Donc quel est alors cet ego : « Je fais ceci et je fais cela », « J’aimerais cela et je voudrais avoir ceci » et « Je, je, je. » ? Quel est ce ‘Monsieur Je’ qui n’est pas capable de faire une chose vivante ? Posez-vous la question. C’est une question très simple.

Vous en arrivez donc à la conclusion que c’est un mythe. Nous ne faisons rien.

Comme Je vous l’ai raconté beaucoup de fois, certains prennent le train et placent tous leurs bagages sur leurs têtes. Alors ils leur demandent : « Pourquoi portez-vous tant de bagages sur votre tête ? » Ils répondent : « Parce que nous voulons réduire le poids du train. » (Rires.) Ceci est juste pareil à ça : vous le placez sur votre tête [en disant] : « Je fais cela ! Je le fais ! » Et Je ne puis réduire cela en vous faisant un lavage de cerveau. Alors comment ? Ce mythe doit être détruit !

Ce mythe est rompu lorsque la Kundalini s’élève. Alors votre façon de parler sera celle d’un langage très différent : « Cela ne vient pas. Cela ne va pas. C’est cela. » Ce devient à la troisième personne. Puis, de votre pouvoir qui se répand au travers de vos mains – vous le voyez passer à travers vos mains que vous manœuvrez – vous ne dites plus : « Je vous donne la Réalisation ! » mais vous dites juste : « Cela va. Ça s’élève. Ça ne vient pas. »

Même s’il s’agit de votre fils, vous direz : « Je ne peux pas lui donner, alors que faire maintenant ? » Comme une dame vint une fois avec moi en Amérique et elle était très impatiente pour que Je donne la Réalisation à son fils et tout cela. Donc Je lui ai dit : « Voyez ceci. En fait Je sais que vous avez fait tout ce chemin dans ce but. Mais maintenant, si la Kundalini ne s’élève pas, voudriez-vous que Je dise qu’il est réalisé ? » « Non, non, non, Mataji. Je sais que cela ne s’élève pas. » Ensuite J’ai dit : « Donnez-lui la Réalisation. Je ne peux pas la lui donner, d’accord, alors vous essayez. » Puis : « Cela ne s’élève pas ! » J’ai dit : « Alors, que faire ? Si la Kundalini ne monte pas, que pouvons-nous faire à ce sujet ? »

Donc la Kundalini doit s’élever spontanément. Il s’agit d’un processus vivant. Et, après la Réalisation, vous commencez à faire des choses vivantes ! Vous pouvez élever la Kundalini. Vous pouvez faire pulser la Kundalini. A propos de la pulsation, Je ne le sais pas jusqu’à maintenant, Je n’ai vu aucun Sahaja Yogi le faire. Mais vous pouvez très bien l’élever. Vous pouvez donner la Réalisation, avec Ma photo cela marche mieux. Vous pouvez maintenant donner des vibrations aux plantes, aux fruits ou à n’importe quelle fleur de cette façon. Si cela est en train de mourir, ça reviendra à la vie.

Si vous donnez des vibrations, disons à un champ ou à des graines de blé, ils peuvent être multipliés. Ils peuvent être dix fois plus importants qu’ils ne l’étaient.

Maintenant que vous avez commencé à donner des vibrations aux arbres, aux gens, vous avez effectué un travail vivant. Maintenant vous êtes devenu l’océan de vie. Jusque là vous ne l’étiez pas. C’est dû au fait que le pouvoir de vie, qui est de donner la vie, est entré en vous !

Maintenant vous êtes vivant ! Avant ceci, vous étiez mort au sens que vous vénériez un Dieu mort appelé ‘ego’. Il y a maintenant le Dieu vivant en vous, c’est l’Esprit.

Une fois que vous commencez à accepter votre Esprit, toutes vos priorités changent juste comme cela, parce que l’Esprit est Joie et bonheur. L’Esprit est tout. Alors vous commencez à perdre tout votre intérêt pour d’autres choses.

Voilà ce qu’il en est quand votre auspiciosité est des plus élevée, que même votre nom peut créer quelque chose de grand et votre photo peut faire des miracles.

Si vous devenez l’auspiciosité, vous êtes le plus saint du saint. Pour cela nous devons nous débarrasser de la saleté et de la poussière, nous devons nous débarrasser des fausses notions que nous avons et de nos mythes sur les choses. Certains ont ce mythe qu’ils sont coupables et certains, comme Je vous l’ai dit, ont tellement de mythes.

Et c’est la Kundalini qui réussit à nous faire renoncer à cela. Vous La laisser faire ce travail et c’est tout, cela marche ! Cela a marché avec tellement de personnes en Angleterre et Je suis très fière de Mes Sahaja Yogis d’Angleterre. Si quelqu’un Me demande : « Où trouve-t-on les meilleurs jeunes gens ? », Je réponds : « C’est en Angleterre », et ils en ont surpris. Ils ne sont pas racistes, ils n’ont absolument pas ce non-sens d’être fanatiques, rien ! Excepté pour les droguistes et les chimistes ! [Jeux de mots.] (Rires.) Ceci aussi est dû à des erreurs. Mais cela Je peux le corriger.

La plupart d’entre eux sont de belles personnes, très sincères, très honnêtes et très bonnes. Car l’Angleterre est le cœur, c’est le cœur de l’univers, le cœur du monde. Tout ce qui se passe en Angleterre est connu partout dans le monde.

Savez-vous que ces gens [l’Ambassade Iranienne à Kensington le 30/4/1980], qui avaient là leur siège, aujourd’hui J’ai lu dans le journal qu’ils ont donné une explication à ce sujet, ceci : « Nous l’avions en Angleterre, non pas parce que nous voulions tuer quiconque ou quoi que ce soit, mais nous voulions parler au Gouvernement Britannique, de sorte que, si quelque chose arrive à Londres, cela sera su partout dans le monde. » Les gens pensent encore que les Britanniques sont toujours le peuple le plus sain en Occident. Ils pensent encore comme cela, ce qui est la vérité.

Donc nous avons un très bon groupe de personnes ici, qui doit s’étendre. Vous devez en trouver de plus en plus qui sont des chercheurs. Mais ne leur dites pas juste maintenant qu’ils doivent renoncer à chacune de leur occupation avec les droguistes et les chimistes [sic] car, si vous le leur dites, alors ils vont s’encourir. Je sais que nous avons fait ce genre d’erreur.

Non, ils vont juste abandonner ça, ne vous tracassez pas. Laissez-les venir. Parce qu’une fois qu’ils L’ont trouvé [leur Esprit], même si vous le leur dites, ils n’y retourneront pas. Laissez-les se joindre à nous. Laissez-les venir.

Grâce à votre auspiciosité, vos vibrations et votre parfum de fleurs, laissez toutes les abeilles commencer à planer, sachant qu’il y a là la senteur d’un merveilleux nectar caché sous ces pétales.

Je suis sûre qu’eux tous viendront et qu’un jour, depuis l’Angleterre, nous aurons la réelle recrudescence spirituelle pour le monde entier.

Que Dieu vous bénisse !