L’Esprit Eternel

London (England)

1980-11-10 The Eternal Spirit, Caxton Hall, London, UK, 51' Download subtitles: EN,RU,SKView subtitles:
Download video (standard quality): Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe

Feedback
Share

L’Esprit Eternel, Caxton Hall, Londres (UK), 10 Novembre 1980.

(Un yogi présente Shri Mataji ainsi que Sir CP qui participe au programme pour la première fois, après une réélection à l’unanimité en tant que Secrétaire général de l’OMI).

Shri Mataji: Quelqu’un a fait une introduction, quelqu’un?

Peter ? Est-il ici ? Peter, tu dois parler à ces gens au sujet de ce que Je t’ai raconté.

Aujourd’hui, notre session sera courte, car vous êtes tous invités à venir dîner après le programme. Mon mari est l’hôte qui veut vous inviter, il arrivera vers 20.15 ou 20.30.

Donc aujourd’hui nous allons penser à notre Esprit que nous avons totalement négligé. Nous ne sommes même pas conscients d’avoir un Esprit. Ceux qui en sont maintenant conscients grâce à Sahaja Yoga, parce qu’ils peuvent le sentir à travers leurs vibrations, peuvent aussi se perdre et l’oublier.

L’Esprit est la seule chose éternelle en nous, tout le reste est transitoire et évolue. Tout est susceptible d’évoluer et, meilleure est l’évolution, plus haut l’Esprit commence à se manifester.

Tout comme la réflexion du soleil même sur la pierre est nulle, mais la réflexion du soleil sur le lac est parfois, Je pense, comme une réflexion ressentie par les Sahaja Yogis : quand ils la voient, la sentent, qu’elle s’écoule, ils peuvent sentir la brise sur leurs mains. Pourtant, leur attention n’est pas entièrement illuminée. L’Esprit n’a pas encore pénétré à l’intérieur. Il n’est encore qu’une réflexion.

Dans le miroir, vous voyez la réflexion du soleil. Mais même alors, quand vous l’enlevez, vous ne pouvez pas le refléter. Voilà la différence – même si vous devenez le miroir du soleil, jusqu’à ce qu’il imbibe votre être et vous transforme en quelque chose de nouveau, vous ne vous êtes pas fait entièrement justice, ni aux pouvoirs de votre Esprit. L’Esprit vous est apparu juste comme une vision, une expérience, mais la croissance de votre être n’a pas encore débuté. Et si elle a débuté, elle est si lente que vous pourriez ne pas parvenir à grand-chose dans une seule vie. Cela parce que votre attention est éparpillée sur toutes sortes de choses.

Vous vous êtes mal identifiés depuis le début. Depuis que vous étiez des amibes, vous étiez mal identifiés. La matière a joué un grand rôle dans votre vie, donc la matière était importante. Alors tous les cinq éléments présents en nous comptaient beaucoup pour nous. Car nous pouvons les voir, les sentir, nous avons vécu (avec) eux depuis des années, des milliers et des milliers d’années. Ainsi ils font partie de votre être et c’est pourquoi vous êtes si identifiés à eux. C’est normal, indéniablement.

Mais dans le processus vivant, cela ne se passe jamais ainsi. Il y a des graines qui poussent si vite qu’en un an elles deviennent des arbres une fois qu’elles ont germé. Elles portent des fruits après un an.

Certains arbres sont ainsi mais d’autres prennent leur temps, s’attardent, traînent, de telle manière qu’ils prennent trop de temps, tellement que peut-être, alors qu’ils ne sont pas encore entièrement développés, n’importe quelle tempête, ou vent, ou autre de ces choses peut simplement les jeter à terre. Donc il faut croître rapidement à l’intérieur.

Même après la Réalisation, J’ai vu que certains ne prêtent pas attention à leur Esprit. Ainsi, Je dirais que tout Sahaja Yogi devrait se poser la question : « Où est ton attention, monsieur ? » Ou madame ou mademoiselle, qu’importe. « Où est ton attention ? » Par exemple, nous pouvons être absorbés à vouloir régler un problème très futile. Spécialement en Occident, nous le faisons bien davantage qu’en Orient, parce qu’en Orient beaucoup de choses vont de soi. Mais ici, parce que nous pensons qu’en planifiant nous avons beaucoup accompli, nous commençons par planifier. Nous planifions pour nous déplacer à un endroit, pour acheter un billet, faire ceci et cela ; tout est trop planifié. Nous gaspillons tout notre temps à des choses qui n’en ont pas besoin.

Supposons que vous deviez aller quelque part. D’abord Je me demande si c’est vraiment important d’y aller, mais pour certains c’est beaucoup plus important. Ainsi, un monsieur est venu me voir aujourd’hui avec sa famille, spécialement pour Me rencontrer, selon lui ! Je ne sais pas à quel point il faut le croire. Il voulait avoir un entretien spécial chez Moi. Il l’a eu et c’est pourquoi Je suis en retard. Cela lui importe peu. Ensuite maintenant, il ne peut pas venir au programme car il doit voir des amis. Son épouse n’a pas eu la Réalisation, cela ne lui importe pas. Ses amis étant très aimants, très bons, très gentils avec lui, il doit les voir.

Où est l’attention ?

Nous avons toutes ces fausses identifications, aussi comme le mariage. Certains viennent à Moi et Me disent : « Mère, nous avons un mariage très heureux », ou malheureux. Ou bien le mariage heureux est autant un casse-tête que le malheureux. On peut en comprendre la raison pour le malheureux. Mais le conjoint de l’heureux mariage dit aussi : « Je devrais faire quelque chose pour l’épouse, je n’ai rien fait ; je ne lui ai pas acheté de bague en diamant, je dois la lui acheter ; je n’ai pas fait cette chose pour elle, je dois lui acheter une Rolls-Royce, faire tout ceci, cela. » Mais où est votre attention ?

Toute l’attention est déviée vers des choses qui importent peu, n’ont pas de signification, qui ne vous aident en rien.

Ensuite l’attention se porte, de manière plus subtile, sur beaucoup d’autres choses, comme les enfants. Les enfants : si Je dis quoi que ce soit, ils diront :  » Mère, voulez-Vous que nous négligions les enfants ? » Voilà le problème. Ce n’est pas vous qui vous occupez des enfants, c’est Dieu. Vous n’êtes qu’un instrument de Dieu pour qu’Il s’en occupe. Plus vous êtes avec Dieu, meilleurs vous êtes avec vos enfants, mieux vous savez vous en occuper, vous serez plus gentils avec eux, vous saurez mieux résoudre leurs problèmes si vous recevez votre pouvoir de Dieu.

Mais si vous n’êtes pas intéressés par Dieu, Il ne s’intéressera pas non plus à vous. Voilà ce qu’on ne comprend pas. Nous pensons que si nous sommes intéressés par Dieu, nous Lui faisons une faveur. Admettons que vous soyez intéressés par un travail, vous ne penserez jamais que vous lui faites une faveur. Mais pour ce qui concerne Dieu, nous pensons : « Pourquoi ? Mais nous faisons une faveur à Dieu ! » Vous ne Lui faites pas du tout de faveur, c’est le contraire. Cette attitude des humains est si bizarre, vous ne pouvez-pas imaginer ! Ils pensent tout le temps qu’ils font plaisir à Dieu et qu’ils font quelque chose pour Lui. Que pouvez-vous faire pour Lui ? Pensez-y juste !

J’ai rencontré une dame qui a dit : « Comment ai-je attrapé le cancer ? Je ne comprends pas, j’ai toujours prié Dieu. » Selon elle, si elle a prié Dieu, elle pense qu’elle L’a payé pour Sa tâche et qu’Il ferait mieux de S’occuper d’elle ! C’est vous qui Lui êtes redevable de Sa gentillesse, de Sa compassion. Il est si bienveillant qu’il sait que vous êtes stupides, que vous ne savez pas cela, Il vous pardonne votre stupidité. Il sait que vous êtes naïfs, que vous êtes des enfants, que vous êtes petits, que vous n’avez pas encore grandi, que vous n’avez pas assez mûri.

Si vous êtes égoïstes, Il vous pardonne parce qu’Il est plein de compassion. Mais ne considérez pas cela comme un dû ! Ne le faites pas ! Ceux qui pensent que : « Nous pouvons faire ce qui nous plaît et nous comporter comme il nous plaît pour autant que nous priions Dieu. Il fera tout pour nous. » Pourquoi y serait-Il obligé ? Où est notre attention ?

Qu’est-ce que le yoga ? Simplement dit, il emmène votre attention vers l’Esprit. Voilà le yoga. Que fait la Kundalini ? Elle élève votre attention et l’emmène vers l’Esprit. C’est seulement après avoir connu l’Esprit que vous pourrez connaître Dieu, pas avant. C’est pourquoi toutes les religions ont échoué.

Les Incarnations qui sont venues pour fonder ces religions l’ont répété sans cesse. Par exemple, le Christ a dit qu’on doit naître à nouveau. Très bien, si on doit naître à nouveau, qu’avons-nous fait ?

« Nous connaissons des gens qualifiés pour vous donner la deuxième naissance. » Alors ils mettront de l’eau joliment dans un très bel endroit à l’église et vous marcherez très solennellement, et ils mettront de l’eau sur votre tête en disant : « Voilà, vous êtes né à nouveau ! » Et vous l’acceptez ! Vous acceptez, simplement ! Comme enfant – vous savez que Je suis née dans une famille chrétienne – Je riais et disais : « Quelle est cette bêtise ? » Je pensais qu’ils s’amusaient comme des enfants, bien que Je sois Moi-même une enfant. Je pensais qu’ils jouaient vraiment. Je ne savais pas qu’ils étaient sérieux! (Rires). Vraiment, Je ne l’ai pas su avant pas mal de temps. Quand J’ai grandi, J’ai été surprise de leur sérieux à ce sujet, ils y croyaient, ils croyaient qu’ils naissaient à nouveau et que : « C’est le baptême, c’est ainsi que cela doit se passer. » Je le sentais vraiment. Incroyable ! Que tant de gens s’en satisfassent M’a fortement impressionnée ! Ils ne posaient pas de questions, ne remettaient pas en question, ne commentaient pas du genre : « Suis-je désormais vraiment Réalisé ou pas ? Suis-je vraiment né à nouveau ? »

De même chez les Hindous, ils pratiquent les mêmes non-sens, ils font la même chose. Quand l’enfant a atteint les huit ans, ou disons entre cinq et huit ans, ils l’appellent « Yajnopavit samskara » [la cérémonie du fil sacré]. C’est le jour où ils doivent inviter du monde pour dîner comme on le fait – vous voyez, tout s’accompagne d’un dîner ! L’attention porte davantage sur cela [la nourriture] ! Et alors ils ont une grande cérémonie et un grand puja, ceci, cela. Et les Brahmines, qui ne sont pas connectés à Dieu, font tout le puja et vénèrent et tout cela, et Dieu n’est pas présent du tout ! Et le gars reçoit une cordelette pour certifier qu’il est un Brahmine d’une personne qui s’est certifiée elle-même qu’elle est un Brahmine ! Ce n’est que de l’auto certification et de la fausseté ! Pour une personne comme Moi, c’était incroyable ! Et Je me demandais : « Qu’en est-il de ces gens ? » Comment ont-ils pris tout ceci en main ? Pourquoi ne se posent-ils pas de question une fois pour toutes ? « Comment nous en tirons-nous ? »

Non seulement [cela], mais J’ai découvert qu’ils sont complètement obnubilés par l’idée qu’ils font tout juste. Chaque lundi, J’entends des gens chanter à côté de chez Moi. Que chantent-ils ? Dieu seul le sait ! Ils arrivent, très bien organisés, ils chantent des sortes d’hymnes et équivalents, dépourvus de sens, qui n’atteindront pas Dieu. Où est leur attention ? L’attention doit être sur l’Esprit et elle ne peut pas s’y trouver à moins que quelque chose ne se passe en vous.

Mais ceux qui ont recherché cette attention, ceux qui ont demandé : « Oh Seigneur, maintiens mon attention sur Dieu et sur la recherche » seront ces gens bénis ; pas ceux qui ont leur attention [ailleurs].Admettons que le matin ils aillent à l’église et ensuite aux courses, et le troisième jour ailleurs, à nouveau le dimanche matin ils retournent à l’église, régulièrement, et ils disent : « Je vais régulièrement à l’église ! »

L’attention doit être sur l’Esprit, même avant et après la Réalisation. De nombreuses personnes nous demandent : « Mère, que doivent faire les gens avant la Réalisation ? » Ils devraient mettre leur attention sur leur Esprit, demandant : « Emmène mon attention, Oh Seigneur, vers mon Esprit. » Et ils ne devraient pas accepter la fausseté et les non-sens. Car une fois qu’on accepte le non-sens, il s’installe sur votre tête. C’est un cercle vicieux : il faut aller de l’avant avec lui mais on ne sait pas où on en est et, une fois qu’on a compris, on découvre qu’on est trop vieux pour renoncer et on continue tant bien que mal. C’est comme une intoxication.

Toute la fausseté du monde est une intoxication ! Car si elle n’intoxiquait ou n’hypnotisait pas, pourquoi les gens poursuivraient-ils sur cette voie ? Je ne comprends pas : si vous savez que c’est de la fausseté, pourquoi continuer ? Bien sûr, vous pouvez jouer avec. Ça c’est différent, juste pour jouer. Comme des enfants : ils construisent tout. Si on leur dit : « Mettez-les dans le sable », ils construiront un grand château, une maison, une étable et tout. Et après, ils démolissent tout, les enlèvent et font tout disparaître. Ils savent que ce n’est qu’un jeu, ils en sont conscients.

Si cette conscience est présente, on devrait dire que ces gens sont des chercheurs. C’est la catégorie de chercheurs qui ne sont pas satisfaits avec la fausseté et qui veulent découvrir la Vérité.

La Vérité est que l’Esprit est en vous et que vous êtes l’Esprit. Vous êtes la beauté, le bonheur sublime et la joie de cet Esprit. Voilà ce que vous êtes. Mais parce que votre attention n’est pas à cet endroit, vous ne pouvez pas sentir votre Esprit. Mais votre Esprit existe, il est en vous, dans votre cœur, attendant le moment d’entrer dans votre état conscient, d’être senti par vous dans votre système nerveux central. Tout est là, prévu en vous.

L’homme dans sa folie ne réalise pas que Dieu l’a conçu de l’état d’amibe à celui présent avec un objectif. Il y a un grand objectif derrière tout et l’objectif est que maintenant vous devez connaître votre Esprit qui vous fait entrer dans le Royaume de Dieu. Vous devez entrer dans le Royaume des Cieux. Comment ? Quel est votre passeport ? C’est votre Esprit. Car lorsque l’Esprit commence à resplendir en vous, vous vous transformez. Vous commencez à vous transformer en un nouvel être, une nouvelle personnalité avec une nouvelle conscience et vous êtes une personne différente. Vos priorités changent.

Ceux qui ne sont pas de vraiment bons chercheurs, Je dirais, peuvent avoir une course en trois parties, comme Je dis. Ils s’identifient avec autre chose. Qu’est-ce qu’une course en trois parties ? Par une jambe, vous êtes lié à une autre personnalité. Cela peut être un travail, n’importe quoi d’autre, ce lien vous ralentit, le progrès diminue.

Le progrès en Sahaja Yoga n’est possible que lorsque votre attention est sur l’Esprit. Comment la nourrissez-vous ? C’est un autre point. La seule solution est la collectivité. Quelqu’un qui n’est pas nourri par la collectivité ne peut pas croître. Il ne peut pas croître, quoi qu’il puisse tenter. Tels sont les deux points très importants de Sahaja Yoga et il faut comprendre que cette collectivité doit croître en vous. Mais que devenez-vous ? En fait, que devenez-vous après votre croissance ? Vous devenez un être collectif. Vous devez donc vous nourrir au sein de la collectivité. Les gens ne comprennent pas ce simple point que vous devez devenir l’Etre Collectif. Et si cette nourriture ne croît pas en vous, alors vous n’êtes pas du tout un Sahaja Yogi. Vous ne faites que le tour de votre ego ou de votre superego. C’est très important. Juste en disant que vous êtes frères et sœurs et ceci et cela, ce n’est pas possible, Je le sais. C’est faux. C’est un autre jeu.

Tout comme le baptême, c’est juste un autre jeu qui est de dire : « Oh, nous sommes tous unis et tous frères et sœurs et rien ne devrait nous empêcher d’être cela ». Socialement, tout peut être en ordre, mais pas forcément politiquement ou économiquement, et tout peut arriver.

Mais après la Réalisation, lorsque la Kundalini s’élève à travers ces sept centres et perce votre Sahasrara, alors vous commencez à sentir les vibrations, à sentir la brise fraîche dans votre main. C’est ainsi que l’Esprit s’adresse à vous. Le lien est établi. Vous êtes connectés avec l’Esprit. Tel est le signe. Si vous n’êtes pas connecté, vous devez l’être et alors on pourra en parler. Avant que vous ne soyez connectés, de quoi pourrions-nous parler ? Qu’y a-t-il à dire ? Admettons que ce microphone ne soit pas connecté, comment puis-je l’utiliser ? Dites-le-moi. Y a-t-il un autre moyen ? C’est aussi simple que ça. Tout est si simple mais vous avez tout compliqué. Je suis une simple personne, Je ne comprends pas. Je veux dire, doit-il être connecté ou pas ? Un téléphone doit-il être lié à la prise électrique ou pas ?

Ainsi, il faut que la connexion existe. Et une fois qu’on décide que la connexion doit être établie, alors que faisons-nous pour y remédier ? On fait Sahaja Yoga. Qu’est Sahaja Yoga ? C’est le droit de chaque chercheur d’être connecté au Divin. Vous le faites de votre plein droit, pas de doute. Je ne peux pas défier votre droit. C’est votre droit. Par exemple, un gouvernement décide que tous les jeunes de moins de seize ans doivent recevoir 5 £. Bien, si vous avez moins de seize ans, vous y avez droit et le gouvernement verra à tenir sa promesse, n’est-ce pas ? De même, on vous promet qu’en ces temps modernes tous ceux qui désirent recevoir la Réalisation la recevront. Quelle promesse ! Imaginez ! Et utilisez-Moi dans ce but, ou les Sahaja Yogis. Cela a été promis dans de nombreuses écritures, par de nombreuses Incarnations. Le temps est venu et Je dois vous donner la Réalisation. De plus en plus de gens doivent recevoir la Réalisation, tous ceux qui la demandent. Bien sûr, on ne peut y forcer personne ! C’est votre droit ! C’est votre droit de demander ce qui vous appartient mais, si personne ne demande, le gouvernement ne retournera pas vers eux pour leur dire : « Svp prenez-la, on vous supplie, on se jette à vos pieds » et ceci et cela. Fait-il cela ? De même, personne ne se jettera à vos pieds, mais si vous le demandez, c’est votre droit et vous pouvez l’avoir. Mais la différence est que ce droit doit être exercé pleinement. Si vous demandez le droit de devenir le gouverneur d’un lieu spécifique, alors vous devez être capable d’assumer pleinement les responsabilités qui découlent de ce pouvoir. De même, si vous pensez en avoir le droit, alors vous devez aussi assumer le pouvoir de l’Esprit en vous. Vous devez garder votre attention sur votre Esprit.

Tout le système de l’Esprit est si dynamique et au-delà de la compréhension humaine que vous êtes soudainement impressionnés et surpris. D’abord vous êtes impressionnés. Ensuite vous commencez à penser : « Comment cela peut-il être si simple ? Comment cela peut-il être si facile ? » En fait ce n’est pas simple ! Dans le sens que vous avez été créés de l’amibe au stade actuel. Est-ce simple à faire ? Pouvez-vous transformer un chien en être humain ? Ou même un cheval, que vous aimez tant. Le pouvez-vous ? Créer tant d’êtres humains à partir d’amibes, n’est-ce pas difficile ?

Et si vous avez été créés ainsi, l’évolution doit avoir prévu quelque chose en vous, pour cela quelque chose a été construit en vous.

Quand cela fonctionne, cela semble simple, mais ce n’est pas le cas. Il y a un grand arrière-plan qui doit se déployer pour vous accompagner jusqu’à ce stade, juste pour que vous puissiez connaître votre « Soi ». « Connais-toi toi-même », des mots simples. C’est trop simple pour l’entendement humain et c’est la raison pour laquelle c’est trop difficile. Parce qu’ils ne peuvent pas passer par la simplicité.

« Connais-toi toi-même ». Qu’est ce « toi-même » ? Vous posez la question et on vous répondra qu’on se connaît très bien. Alors que savez-vous de vous-même ? « J’aime aller au pub. » Il s’agit de vous-même ! « Je voudrais devenir quelqu’un de fameux. J’aime… » Est-ce ce que vous savez de votre soi ? Ce que vous aimez ? Ou : « J’ai peur, je suis effrayé. Je ne le crois pas. Je ne le fais pas. » S’agit-il de votre « Je » ? Vraiment ? Alors vous direz : « Je ne suis pas sûr. » Mais quand vous êtes le Soi, c’est absolu et c’est à 100% sûr que vous êtes cela. Vous savez que c’est cela.

Quand vous parlez en tant qu’Esprit, vous ne doutez pas, vous n’avez aucun doute, parce que l’absolu est établi en vous. Par exemple, vous prenez dix Sahaja Yogis, dix tout petits enfants qui sont des Ames réalisées, et vous leur demandez face à quelqu’un : « Quel est le problème de ce monsieur ? » Ils répondront aussitôt que : « Ce monsieur a un problème à ce doigt et à ce doigt. » Tous diront la même chose, les yeux fermés. Tous diront la même chose. Ils ne se critiqueront pas mutuellement, car ils sentent tous la même chose. Tous les enfants sentiront la même chose. Vous ne pouvez pas tromper des enfants. Ils diront : « Oui, ils ont des difficultés [catch] sur ce doigt ! » Et vous demandez à la personne : « Avez-vous une bronchite ? » Sa réponse est oui ou quelque chose de ce genre ; même le foie, quelque chose qui ne serait même pas diagnostiqué par un médecin. Non seulement pour l’aspect physique, mais aussi émotionnel. Vous pouvez tout déceler.

L’autre jour J’ai rencontré une dame et lui ai demandé si elle croyait en quoi que ce soit. Elle a répondu qu’elle ne croyait en absolument rien. Comment est-ce possible ? Quelles personnalités Je rencontre, Je vous le dis ! L’une « mieux » que l’autre ! Elle a dit : « Je ne crois qu’en moi-même. »

« Bon, tant pis. Je peux comprendre que vous croyez en vous-même. Mais où se trouve votre Soi ? Où se trouve votre Soi, en quoi croyez-vous ? » Quand le Soi se manifeste, vous n’avez pas de questions, pas de doutes, vous savez que c’est ça. Vous n’avez pas la moindre question sur quoi que ce soit, vous savez tout.

C’est ainsi que les vibrations vous parlent. C’est l’Esprit qui vous parle. L’Esprit en vous vous parle. Vous demandez à l’Esprit : « Que faut-il faire ? » Vous posez n’importe quelle question. Par exemple, Je suis née dans une famille chrétienne et en Inde les gens trouvaient très bizarre qu’une dame censée leur donner « moksha » et la Réalisation soit chrétienne, car selon eux elle aurait dû être une Brahmine ou quelque chose de ce genre. D’une certaine manière, Je suis une Brahmine car Je suis une Ame Réalisée. Je n’appartiens à aucune caste ou communauté, mais Je suis une Ame Réalisée. Alors ils demandent : « Mère, pourquoi avez-vous pris naissance en tant que chrétienne ? » Je leur dis de demander aux vibrations : « Le Christ est-il le Fils de Dieu ? ». Imaginez, accepter ceci pour un Hindou ou un Musulman est très difficile. Mais les vibrations se sont manifestées et le plus orthodoxe des Hindous a aussitôt accepté.

Pour eux, un avantage est qu’ils savent que la brise fraîche est le moyen de déterminer que votre Esprit est éveillé, c’est le seul moyen. Ils le savent, c’est leur avantage.

Mais ils ont renoncé à tout cela et la révolution a fait irruption en eux ! Imaginez que les Hindous d’Inde, si orthodoxes, ont été aussi dominés par les Musulmans. Maintenant ils prient « Allah hu akbar », ils tentent d’apprendre le namaz. Ils tentent de pratiquer le namaz. Tout ce fanatisme disparaîtra, sera absolument écrasé, dès que l’Esprit se manifestera. Car seule la vérité sera acceptée.

De même, nous avons des disciples musulmans : ils ont accepté le Christ, ils ont accepté Ganesha, ils ont tout accepté, parce qu’avec les vibrations vous voyez que la vérité se trouve là !

Les fanatiques devront aussi accepter. Mais en premier lieu ceux qui doutent du fanatisme y parviendront d’abord. Comment tout fanatique peut-il avoir raison ? Ils parlent d’un seul Dieu et ils se juxtaposent les uns les autres. Comment est-ce possible ? Mais c’est ainsi. Si vous parlez à un fanatique musulman ardent et hindou ardent – ils se haïssent ! Ils ne peuvent pas comprendre comment Dieu a pu les créer, qu’une seule Personne a pu les créer tous deux. Ils pensent qu’ils ont des Dieux séparés ! Je ne sais pas comment ils peuvent poursuivre sur la voie du fanatisme parce que Je ne peux pas le comprendre.

Mais on peut connaître l’entière vérité sur tout au moyen de votre conscience vibratoire ! Et cette conscience vibratoire vous arrive au travers de votre attention qui est illuminée par votre Esprit. Cet Esprit réside en nous. Il sait tout le temps ce que nous faisons. Il est celui qui connaît tous nos sentiments, où que nous allions. Mais le même Esprit, quand il illumine notre attention, la chose qu’Il apprécie Lui-même, ou s’Il apprécie Sa propre compagnie, cela devient notre expérience. Parce que l’Esprit est collectivement conscient et que nous devenons collectivement conscients.

Ceux qui ne sont pas collectivement conscients ne sont pas des Sahaja Yogis, ils n’en sont que des « soi-disant ». D’abord la conscience collective s’installe en nous lorsque nous sentons la brise fraîche s’écouler sur nos mains et en sentant tous les doigts et tous les chakras.

Certaines personnes ne la sentent pas sur les mains si leur Vishuddhi n’est pas en ordre, mais ils peuvent pourtant la sentir en eux. C’est comme il existe des moyens, J’ai l’impression, que si le gaz vient à manquer, alors l’électricité fonctionne ! Cela fonctionne ainsi pour beaucoup de gens.

Vous pouvez la sentir en vous-mêmes, sentir où se trouve le problème et vous pouvez sentir les chakras. C’est la première chose qui se passe pour vous, vous sentez la collectivité en vous. Vous sentez que vous êtes un être collectif. Vous sentez aussi ce qui vous concerne, ce que vous « catchez », où vous « catchez ». En fin de compte, alors, vous commencez à sentir et à nourrir votre collectivité. C’est le point qui manque le plus dans une société individualiste. Parce que toute la société individualiste est basée sur la compétition et il n’y a pas de compétition dans Sahaja Yoga. C’est juste le contraire. Vous vous nourrissez des autres. On peut être sûr et certain que la personne qui ne peut pas s’entendre avec d’autres Sahaja Yogis quittera Sahaja Yoga.

Vous devez vous nourrir de la collectivité. Et lorsque vous commencez à le faire, voyez-vous, d’une manière ou d’une autre, Je l’ai remarqué, cela fonctionne parfois. Mais avec certaines personnes Je persiste à leur dire : « Comme ceci, comme ça », J’essaie de tant de manières différentes, mais cela ne fonctionne jamais. Avec certains, cela fonctionne soudainement et ils changent complètement. Alors tous confirment qu’ils sont devenus si gentils. Mais certains persistent, ils restent comme des épines et ils donnent des frayeurs à tous ceux qu’ils touchent. Alors cette personne dit : « Bon, je sors, je ne parle à personne, je ne fais pas cela, je reste silencieux. » C’est tout ce qu’ils peuvent faire. Ils ne peuvent pas enlever cette épine d’eux-mêmes et devenir un et articulés avec les autres. Quand cela se passe, il faut savoir qu’il y a un problème.

Après tout, d’où recevrez-vous votre nourriture ?

L’Esprit resplendit, le soleil brille, mais votre arbre de vie doit recevoir votre nourriture de la collectivité. Une fois que vous comprenez cela, des miracles se produisent. Il y a eu des miracles avec tant de gens dans le monde entier. Mais il existe un plus grand danger pour les gens, là où l’individualisme est considéré comme le mieux, là où on veut avoir une attitude individualiste en tout choix, toute sélection et toute décision. Ils veulent prendre une décision pour toutes les petites choses. Pourquoi ? Quel est l’avantage ? Qu’avez-vous gagné à gaspiller tant d’énergie dans vos prises de décision ?

Si vous allez manger des poissons/frites ou des hamburgers, quelle importance ? ? Pourquoi perdre tant d’énergie pour cela ? Où se trouve votre attention ?

Toutes ces choses, toute cette attitude ne sont rien d’autre que de l’ego et de la compétition. Et aussi tous les médias ont l’habitude de simplement exploiter cela. Ils diront : « Si vous avez un cigare, c’est bien, vous n’avez pas besoin de posséder une Rolls-Royce » ou quelque chose de ce genre. Ainsi vous achèterez des cigares comme des fous. Mais si cela passe à la télévision, alors cinquante pour cent des gens le feront, comme s’ils n’avaient pas de cerveau à utiliser. Le monde est fou dans ce sens. Mais il ne l’est pas dans l’autre, puisque vous êtes des chercheurs. Avez-vous déjà vu autant de chercheurs, des chercheurs de la Vérité ? Ils ne le prétendent pas seulement, ils le sont. Je le sais. Ce n’est pas juste une prétention, ni une mode, ils sont sincères. Je suis si heureuse qu’ils soient des chercheurs, ceux qui le sont, qui sont honnêtes et intelligents et qui veulent savoir qui ils sont.

Aujourd’hui, comme J’ai dit, notre programme sera court. Et il n’y a pas de fin à Mes discours. Je ne sais pas combien de discours J’ai tenus jusqu’à présent, J’en ai perdu le compte ! C’est seulement pour vous aider à stabiliser votre attention – alors la Kundalini monte. Sans que cela se passe, votre attention ne peut pas aller à l’intérieur. Lorsque cela se passe, votre attention est attirée à l’intérieur. Toute l’attention va à l’intérieur, elle est portée et est amenée au point où elle se brise. Celui-ci est le siège de votre Esprit [au Sahasrara], alors que le siège [l’Esprit] réside dans votre cœur. Et vous êtes bénis avec la Réalisation du Soi.

La croissance doit alors débuter, vous devez déplacer votre conscience vers l’Esprit. Quand cela se passe, que votre Esprit domine votre conscience, que votre conscience devient l’Esprit, alors Satchitananda [débute]. « Sat » est l’essence de votre conscience, c’est la Vérité ; à travers votre conscience vous connaissez la vérité. « Chit » est l’attention et « Anand » est l’Esprit. L’essence de l’Esprit est la joie. Tout cela devient un. Cela doit se passer. Alors la croissance est beaucoup plus rapide. Quand cela ne se passe pas vraiment, la croissance est plus lente. La croissance doit se sentir dans votre collectivité, pas dans la manière dont vous organisez quelque chose – non ! Dans la collectivité ! Ce que vous ressentez au sujet du monde entier, comment vous êtes connectés au monde entier, comment vous y réagissez. Pouvez-vous y contribuer ? Où est votre attention ? – A nouveau.

Dès que vous serez en ligne avec votre Esprit, vous vous préoccuperez de l’univers entier. Cela se passera. Les priorités changeront. « Oh je suis ici, je suis l’Esprit. Ceci n’est pas mon travail, c’est superflu, ce n’est pas mon destin.  » L’attention se retirera des basses trivialités pour se porter sur le spirituel. Mais avec ce mouvement vous devenez si dynamique que toutes les questions matérielles se résoudront facilement. (Shri Mataji claque Ses doigts) Vous n’aurez plus de problème avec les questions matérielles, elles se résoudront.

Je vous donne quelques exemples : vous savez que Je suis mariée et que J’ai des petits-enfants. Je m’occupe très bien de Ma maison et J’ai un ménage à tenir et Je vis sans cesse un marathon ! Je veux dire, tous, vous vivez des courses-témoin, mais Ma course est un marathon. Et cela fonctionne !

A part cela, tant de problèmes sont résolus. Voici un simple exemple. Quelques jeunes filles sont arrivées d’Australie. Elles m’ont parlé de nombreux problèmes qu’elles ont résolus. L’un était très doux : une dame voulait beaucoup venir Me voir en Inde mais ne pensait pas avoir l’argent nécessaire. L’argent, c’est du pur matériel. Sa petite fille voulait aussi venir. Elle a participé à une vente d’objets d’occasion. Elle a rassemblé des bricoles et s’y est rendue. Ils ont découvert qu’elle avait un bracelet en or très cher, tout à coup, qui s’est vendu pour la somme exacte nécessaire à l’achat des billets pour la mère et la fille. Exacte ! Oh mais ce n’est rien.

Nombreux sont ceux qui ont constaté comment les problèmes matériels se résolvent. Par exemple, il y a ici un docteur en physique [Régis] qui a travaillé sur son doctorat durant des années, Je ne sais plus combien. Il M’a apporté ses papiers en disant : « Mère, je n’en peux plus, je ne peux plus progresser. Je ne peux pas en faire un papier cohérent. Je vais le présenter ainsi. J’en ai assez et je n’ai plus un seul pie [1/192 de roupie]. »

J’ai dit bon et J’ai juste fait ainsi sur le papier (Elle donne un bandhan). Il a demandé si Je n’allais pas le lire. J’ai répondu : « Non, pourquoi ? C’est en ordre. » Vous ne le croirez pas – il est allé le lendemain voir son professeur et il est devenu docteur en physique ! C’est ainsi que les choses matérielles se résolvent. Krishna l’a dit : « Yoga kshema vahamyaham ». Yoga, quand vous atteignez le yoga, quand vous êtes connectés à Dieu, Il s’occupe de vous : kshema – votre bien-être.

C’est si simple à comprendre. Il faut comprendre une autre vérité très simple que, si on n’est pas connecté à Lui, comment peut-Il s’occuper de nous ? Nous devons être connectés à Lui : ainsi nous connaîtrons Ses désirs, Ses manières d’agir, comment Lui plaire, quoi faire et ainsi nous pouvons demander ce que nous voulons.

Vous n’avez même pas à demander ! Vous serez surpris de voir comment tout est facilité pour vous : les relations de famille s’améliorent, les relations sociales, les relations économiques. Toutes ces choses se trouvent sur vos centres. Quand la Kundalini s’élève, Elle se répand aussi sur les côtés et vous commencez à en sentir les effets. En premier, sur le matériel et le physique et c’est ainsi que vous savez qu’on a guéri des gens du cancer et autres, juste comme ça ! (Shri Mataji claque Ses doigts)

Les gens ne comprennent pas comment on l’a fait, mais on l’a fait. Parce que l’Esprit est le dynamisme en nous, c’est à cause de ça. Comme un diamant qui est serti dans une bague, il reste enfoncé dans la terre, caché en permanence pour éviter tout problème, et est soudain découvert. C’est pour cela que c’est tout ce que nous cherchons.

La base de toute notre existence n’est autre que notre Esprit. C’est la base, c’est l’adhara, c’est le soutien. Ce devrait être pour nous une bénédiction spéciale car notre Seigneur Jésus-Christ était cet Esprit fait corps. Il est venu sur cette terre juste pour vous montrer la voie de votre résurrection. C’est une bénédiction spéciale pour nous. Mais Lui aussi, nous en avons fait quelque chose de fanatique. Nous sommes « sensationnels » ! Donnez quoi que ce soit aux êtres humains et ils sauront le gâcher. C’est ce que J’ai découvert. Il a été crucifié : c’était acceptable car Il ne peut pas être crucifié, ni tué, Je le sais. Mais la manière dont Il est actuellement modifié, séparé de la réalité et transformé en quelque chose de factice – parfois c’est si choquant, frustrant et humiliant, vous ne pouvez pas savoir.

Ce qui est fait est fait. La qualité de l’Esprit est le pardon. Le symbole de l’Esprit est le Christ. Et c’est le pouvoir de pardonner qu’Il nous a donné, parce qu’Il a ce pouvoir de pardonner. Il est le pouvoir du pardon. Il est l’océan du pardon. Il est si puissant qu’il Vous nettoie à travers le pardon. Simplement en vous pardonnant Il vous purifie. C’est ainsi que cela fonctionne. Donc ne tentez pas de fabriquer de la culpabilité dans votre tête. C’est la seule chose que la plupart des Chrétiens font, s’asseoir et construire de la culpabilité en abîmant cette partie de ce chakra-là. C’est incroyable comme elle est venue à nous, cette culpabilité. Peut-être des psychologues ou de la confession, Je ne sais pas. Ils sont coupables en imagination. C’est très triste. Cela n’aide pas.

Vous ne devez pas être coupables. Vous êtes l’Esprit. Quel crime l’Esprit peut-il commettre ? Aucun ! Vous devez seulement sortir de ça et Le devenir.

C’est ce que nous allons avoir. Et parvenons-y.

Nous avons des nouvelles personnes ici. Je suis sûre qu’on y parviendra. A toutes les nouvelles personnes ici, Je veux dire une chose, que Sahaja Yoga n’est pas quelque chose où on se rend à un programme et ensuite on part.

Il est dangereux de faire cela. Si vous obtenez votre Réalisation et que vous ne reconnaissez toujours pas Sahaja Yoga, il vous sera très difficile de revenir à Sahaja Yoga. Alors s’il vous plaît comprenez que si vous avez trouvé la voie, ne la perdez pas. Essayez de la suivre. Je n’ai rien à gagner de vous. C’est vous qui pouvez y gagner. C’est votre droit. Prenez-le !

Que Dieu vous bénisse tous !

Au sujet de ces chakras et tout cela : on a des papiers, vous pouvez les prendre, les lire et vous comprendrez. Ils sont disponibles ?

Alors, mettez vos mains ainsi et on va y parvenir.

Sentez-vous la brise fraîche ? Oui ? Bien. Aujourd’hui Je parle absolument au sujet de cette conscience. Ce n’est pas une question de foi. Vous l’obtiendrez. Ça marche. Vous l’obtiendrez.

Vous voyez ? Ça marche.

(Gavin et Bala font un court discours pour féliciter Sir CP de sa réélection)

Sir C.P. : Chers Sahaja Yogis et Sahaja Yoginis, Je vous suis très reconnaissant pour tous ces mots gentils dits sur moi. Je suis véritablement ravi que vous trouviez que le fait que mon épouse reste ici pour encore 5 années, soit pour vous une source de joie. Je vois maintenant combien il y a eu de bons vœux et ceux qui ont désiré les exprimer. Je suis sûr que c’est dû à votre volonté et à votre désir que mon épouse reste ici et cela m’a aidé. Je tiens à vous remercier beaucoup pour cela, ce soir. C’est un grand plaisir et privilège que d’être avec vous. Et je dis ça car vous représentez d’une certaine façon l’accomplissement des rêves et ambitions de mon épouse. Elle a attendu tant d’années pour répandre son message et la seule personne, en tant qu’étudiant, qui était disponible, était moi-même.

Je peux vous assurer qu’Elle sera ici, sera avec vous, avec [?] et avec la famille que vous construisez. Tout ce que je peux dire, c’est que vous puissiez y arriver d’un trait et ce monde deviendra un meilleur endroit où vivre. Puissent tous [?]… que nous sommes tous frères et sœurs en ce jour, quelle que soit la couleur de notre peau. Et quoi que cela soit [assourdi ?] Je vous en remercie tous beaucoup.

Shri Mataji : A entendre tout cela, Je ne sais pas quoi dire. Je dois dire que, si ce genre de chose commence à marcher dans le monde entier, alors les gens adopteront Sahaja Yoga car ils penseront qu’il doit exister un pouvoir de soutien. Vous voyez, comme une graine doit grandir. Et c’est ce qui vous arrive vraiment. Et vous retrouvez toujours cette organisation active aussi dans les bureaux. Ils ont ce même sentiment d’être une famille qui accomplit des miracles. Donc, même avant la Réalisation, les gens peuvent tout franchir. Et pourquoi pas après la Réalisation ? Merci beaucoup. Vous êtes tous très heureux.

S. S. Shri Mataji Nirmala Devi