Sahasrara Puja 1982

Ashram in Le Raincy, Le Raincy (France)

EN


Feedback
Share

Sahasrara Puja. Le Raincy (France), 5 May 1982.

English transcript verified IBP
Traduction française version 1/1/2014.
C’est un grand jour pour nous chercheurs, que celui où le dernier acte divin a été accompli, à savoir l’ouverture du dernier chakra dans le Grand Etre collectif, le 5 mai 1970. C’est le plus grand parmi tous les événements spirituels de l’univers. Sa mise en place a été effectuée avec le plus grand soin, la plus grande précision.
Cela dépasse les limites de la compréhension humaine de savoir comment les choses se passent dans les cieux. Votre destin, joint à l’Amour de Dieu, a permis cet étonnant miracle, sans lequel il n’aurait pas été possible de donner la Réalisation du Soi à la multitude. Cela aurait pu se faire pour des personnes isolées, ici ou là, mais donner l’Eveil collectif n’aurait pas été possible.
Comme vous le savez, les trônes des sept principaux chakras ont leur place au Sahasrara, qui est constitué de mille nadis ou flammes, chacun possédant seize mille pouvoirs. Chaque nadi (canal d’énergie) correspond à un type particulier de personnes, et leur diverses permutations et combinaisons permettent de s’occuper de chaque être humain.
Dès que le Sahasrara fut ouvert, toute l’atmosphère fut emplie par les vibrations extraordinaires de chaitanya. Le ciel rayonna d’une lumière exceptionnelle, et tout cela descendit vers la terre, comme une pluie torrentielle ou une cascade, avec une force telle que J’en suis restée bouche bée. C’était si grandiose et si imprévu que J’en fus étourdie et Je demeurai là, dans un silence total, contemplant cette splendeur.
Je vis la Kundalini primordiale s’élever, telle une immense fournaise, un feu brûlant, dans le plus complet silence, et tel un métal qui passe par toutes les couleurs lorsqu’on le met dans le feu, la Kundalini ressemblait à un creuset en fusion. Et elle se déploya dans l’espace comme un télescope, comme dans un tunnel, chaque partie coulissant hors de la précédente en faisant des bruits comme tchu, tchu. Et les Déités vinrent prendre place sur leurs trônes, sur leurs trônes d’or. Et ils levèrent le sommet de cette Kundalini primordiale et l’ouvrirent comme un grand dôme, et alors, cette pluie torrentielle m’éclaboussa complètement. Je vis cela et fus inondée de joie, comme un artiste devant son oeuvre achevée, et Je ressentis en moi une plénitude infinie.

Après cette belle expérience, J’ai regardé autour de moi et Je vis les êtres humains si aveugles. Je devins complètement silencieuse. Je désirais alors trouver les coupes qui puissent recueillir ce nectar, mais Je ne vis que des pierres. Le Sahasrara est la partie la plus belle de votre être. C’est un grand lotus dont les mille pétales multicolores brûlent comme des flammes, et nombreux sont ceux qui en ont eu la vision. Mais contempler le jaillissement de cette pluie torrentielle, c’était comme si ces flammes se transformaient en fontaine, fontaine de lumière, fontaine de parfum : imaginez une fleur qui émettrait autour d’elle sa couleur et son parfum….
Il n’existe presque pas de littérature sur le Sahasrara, car le peu que les hommes en ont vu, ils l’ont vu du dehors. Il ne leur était pas possible de le saisir de l’intérieur. Et même si vous parvenez par l’intérieur au Sahasrara, s’il n’est pas ouvert, vous ne pouvez en contempler la beauté : quand il est fermé, vous ne faites que le traverser par une mince ouverture. Imaginez-vous assis au coeur d’un immense lotus aux mille pétales parfumés, à la corolle chatoyante de couleurs, irradiant la béatitude de la joie. Demeurer dans cette position est une extase.
Mais après le silence, vient le moment où vous débordez de compassion et d’amour, et où vous vous sentez attirés par tous ces hommes qui ne savent pas encore ce que c’est que d’avoir les yeux ouverts. Alors vous essayez de poser votre attention sur les Sahasraras de millions de gens et vous commencez à percevoir les problèmes qui les affectent. Malgré votre désir d’ouvrir le Sahasrara, c’est une tâche très difficile car la voie du Divin vers les êtres humains doit passer à travers les êtres humains. Vous pouvez avoir le pouvoir, mais il faut aussi que ça passe par l’élément humain.
Jusque-là, Je n’avais pas rencontré beaucoup d’âmes réalisées. Comment entrer en contact avec elles ? Comment résoudre le problème ? J’ai commencé alors à chercher des gens. Et J’ai rencontré une vieille dame de 70 ans. Elle avait un problème d’ordre matériel et quand elle m’a vue, elle s’est sentie apaisée. Son Sahasrara était en piteux état ; à mes côtés, elle pensait à tout sauf à l’Esprit. Son cerveau était obscurci par les nuages de l’ignorance. Encore et encore, J’ai dû travailler sur elle mais elle ne put obtenir sa réalisation.

La plupart des gens qui vinrent me voir, au début, vinrent pour être guéris ou soignés. J’avais depuis l’enfance le don de guérison. J’avais pu également donner la réalisation auparavant, à quelques personnes extrêmement sincères, « artha ». Mais Je n’ai rencontré personne ayant une telle qualité, parce que Je ne vivais pas en ascète dans la jungle : Je vivais une vie normale avec des gens normaux qui ne manifestaient pas cet empressement – cet « artha »- et il m’a fallu travailler sur eux. J’ai dû trouver comment leur parler de l’existence du monde réel et du monde illusoire qui est le leur.

Une dame, la première qui fut réalisée, vint à moi parce qu’elle ne vivait que pour sa quête spirituelle. Elle cherchait désespérément, et avec elle, cela s’est produit. Pourtant, ce ne fut pas le Jour le plus heureux car elle n’était que l’une de ces personnes qui reçurent leur Réalisation à titre individuel, alors que cet événement unique (l’ouverture du Sahasrara) devait permettre la Réalisation de la multitude.
Il y eut une conférence à Bordi (Inde) en 1970, et là il y eut tout d’abord un homme qui reçut sa Réalisation dans la soirée. Le lendemain matin, la négativité était au travail et on se mit à parler de favoritisme. Je pouvais voir les mauvaises vibrations dans l’atmosphère Le soir suivant, je me montraitrès ferme et très sévère. J’étais vraiment furieuse : jamais auparavant, Je n’avais éprouvé une pareille colère, et Je m’adressais à eux de façon cinglante. Alors, contre toute attente, douze d’entre eux reçurent leur réalisation. Ce fut le plus grand moment. Ensuite, l’un après l’autre, beaucoup furent réalisés. Trois d’entre eux, dans le train du retour, sentirent soudain les vibrations. C’est ainsi que démarra ce processus d’évolution « en masse ».
Le Sahasrara est votre conscience. Lorsqu’il est illuminé, vous accédez aux techniques divines. Il y a deux types de méthodes : celles du Divin et les vôtres. Vous ne pouvez pas agir comme le Divin, mais vous pouvez utiliser le pouvoir divin et vous en servir. Par exemple, le Divin veille sur l’équilibre universel et prend soin des plus infimes particules.
Quand votre Sahasrara s’ouvre et que votre Kundalini atteint l’os de la fontanelle, une sorte d’étincelle se tient prête et dès que l’aire de la fontanelle éclôt dans le Brahmarandra, la grâce de l’Esprit enflamme ce feu latent et vos nadis s’illuminent. Pas tous, mais bon nombre d’entre eux. Pas sur toute leur longueur, mais plutôt sur le pourtour. Voilà comment s’effectue votre Illumination.
Tant de choses peuvent avoir lieu grâce aux sept centres de votre Sahasrara. Cette lumière vous permet de les voir ou plutôt, vous ne les voyez pas, mais ils prennent place dans votre conscience. Votre conscience s’ouvre à cette intégration en vous-même. La raison qui était séparée du coeur, s’unit à lui et s’unit à l’attention. Là où se pose votre attention, vous agissez de façon collective ; quelle que soit l’activité de votre attention, elle reçoit des bénédictions. Votre attention elle-même devient efficace. Votre attention a une grande importance. Votre désir est plus important encore, car votre Réalisation fait de vous une personne tellement intégrée que l’attention et le désir ne font plus qu’un. Vous désirez tout ce qui est bon pour votre Esprit, et votre attention est attirée par tout ce qui émet un pouvoir spirituel.
Les priorités changent très vite. Les gens primitifs ou peu évolués peuvent ne pas vivre ce changement. Mais ceux qui ont atteint un certain développement mental essaient de tester leur attention. Ils veulent voir d’abord comment s’élève la Kundalini. Ils veulent vérifier la logique de tout cela. Pour une personne équilibrée, il n’y a plus de questions. Il y a des gens comme cela parmi nous : ils deviennent, simplement, et ne se posent plus de questions. Ils s’établissent. Ils sont innocents, ils sont intelligents, et surtout, ils sont élevés spirituellement. Si nous ne possédons pas tout à fait une qualité, nous pouvons nous améliorer grâce au Sahasrara. Tout d’abord, il faut dégonfler l’égo, parce que, si on a de l’ego ici, cela fait pression sur le Sahasrara. Il faut réduire de la même façon le super-ego qui presse lui aussi sur le Sahasrara, et donne des douleurs.
Donc pour maintenir le Sahasrara en bon état. il faut bien comprendre que les priorités doivent changer. Cela prend du temps pour certains qui doivent alors y parvenir par un effort délibéré. De nombreux livres suggèrent des activités qui vont à l’encontre de Dieu. Un Sahasrara illuminé ne le supporte pas et se referme. C’est comme du poison, il ne supporte pas les idées empoisonnées qui vous viennent à l’esprit, et si vous persévérez avec votre poison, il se ferme à nouveau. De même avec les gens qui ont mauvais caractère, qui sont colériques, et tous les autres problèmes d’ego : si on essaie d’étouffer le Sahasrara, alors à nouveau, il se ferme.
Tous ces gens qui se sont laissé conditionner par de mauvais maîtres, de mauvais livres, peut-être de mauvais parents, un mauvais pays, un mauvais mode de vie, ne laissent pas leur Sahasrara s’épanouir de façon saine. Seul le Sahasrara doit croître, et non l’esprit. Plus le Sahasrara devient sensible, plus il reçoit les qualités de l’Esprit. En fait, c’est dans le Sahasrara que l’on ressent la paix, la béatitude. Car le Sahasrara est le cerveau, et le cerveau est l’épitome du système nerveux, du système nerveux central, de la conscience elle-même.
Donc, si l’on se contente d’ouvrir le Sahasrara, cela ne suffit pas. Il faut illuminer d’autres canaux et d’autres encore qui agiront comme les nadis avec leurs différents pouvoirs et qui feront avancer les choses de leur propre manière. Mais ceux qui se complaisent dans des habitudes inutiles après la réalisation obstruent le flot des nadis et sont vraiment nuisibles pour le Virata. Ces gens-là devraient quitter Sahaja Yoga et l’épargner. Ou bien, on leur dira de partir et on coupera toute relation avec ceux qui se tiennent là, défiant l’oeuvre de Dieu.
Celui qui veut développer son Sahasrara doit savoir qu’il ne le fera pas grandir avec de mauvaises fréquentations, mais qu’il doit toujours rechercher la compagnie des Sahaja Yogis. Il ne doit pas prendre ses vacances tout seul, mais passer le plus de temps possible avec les Sahaja Yogis. Quand vous dépassez le Sahasrara, vous pouvez voir à quel point il est important de maintenir ensemble tous ces nadis, combien il est nécessaire de maintenir intacts et intégrés tous les chakras et leurs déités. On peut y parvenir par des efforts conscients. En s’observant soi-même, en examinant ses propres pensées,on commence à voir son ego et son super-ego . Vous devenez capable de voir à quel point vous trichez, à quel point vous manquez d’honnêteté vis à vis de vous-même, à quel point vous pouvez vous convaincre que vous êtes vraiment quelqu’un de très bien, à quel point vous pouvez jouir de ce petit tour dans l’ego « ego trip ». Sahaja Yoga est réservé aux êtres pour qui l’intérêt principal est la spiritualité. Tout le reste, toutes les fausses identifications, doivent rester derrière. On peut y parvenir par l’intermédiaire de la conscience, comme Je l’ai dit. On doit vraiment se corriger soi-même, car après la réalisation, le moindre de vos désirs devient partie intégrante du désir divin ; le moindre de vos gestes devient partie intégrante de l’action divine. Souvenons-nous donc que l’effort conscient peut vraiment nous permettre de nous observer nous-mêmes et de voir à quel point nous sommes sincères.

Si on est honnête, on voit que la collectivité est le seul moyen de faire croître notre Sahasrara. Et ce dont on a besoin pour cela, c’est de la tolérance, de la sagesse, de la carrure d’un prophète – ce que vous êtes effectivement. Comment un prophète s’exprime-t-il? Ni en hypocrite, ni en comédien, car maintenant vous êtes éveillés. Tant que vous ne l’êtes pas, tout ce que vous pouvez faire est artificiel. Le Sahasrara est la force qui contrôle, qui guide et qui fait évoluer, et pour la maintenir tout à fait disponible pour sa croissance et son expansion, on doit observer notre propre croissance.
Ne justifiez jamais vos erreurs : si vous commencez à vous justifier, c’est que vous êtes en train d’y penser. Or, on n’a pas de temps à perdre avec sa petite personne. Vous devez penser à autrui car les autres font aussi partie intégrante de votre cerveau. Quand vous vous mettez à penser aux autres, à leur parler de leur résurrection, à coup sûr, votre Sahasrara grandit en taille, en subtilité, en sensibilité, en profondeur. C’est comme un arbre : au fur et à mesure qu’il pousse, ses racines s’étendent.
Il vous faut sortir de votre coquille et ouvrir vos ailes. Abandonnez toutes les petites préoccupations de votre mental. Vivez comme une personnalité grande et puissante, qui doit soutenir, guider, aider et éveiller des milliers de gens.
Si ce Sahasrara Day en France permet d’établir un dynamisme nouveau en ce pays, je suis sûre que cela atteindra la pensée des gens. Cela résonnera dans leurs cerveaux, leur inconscient le transmettra dans leur être et ils se mettront à penser avec un esprit neuf. Il ne faut plus s’attendre à une nouvelle percée évolutionnaire et les gens commenceront à se tourner vers la Vérité de façon logique, ils en viendront aux conclusions justes et laisseront tomber ce qui est inutile et nuisible.
Le Sahasrara est le trône de l’Esprit et, plus grand est le roi, plus imposant est le trône. Votre Sahasrara manifeste la façon dont vous vous conduisez vis-à-vis de votre Esprit. Vous devenez le maître des sept chakras et en faisant cela, vous pouvez donner la réalisation et devenir ainsi un être subtil. Par votre effort conscient, vous pouvez pénétrer autrui, éveiller leur Kundalini et les corriger.
L’illumination du Sahasrara vous donne une nouvelle capacité de voir – sukshma – les choses subtiles de l’atmosphère. Quand vous évoluez de plus en plus, vous pouvez voir les vibrations sous forme de lumières autour de vous. Il est possible que vous n’éprouviez que peu d’intérêt pour des tas de sujets, mais vous serez étonnés de voir quelle maîtrise vous avez sur les choses, comme si votre cerveau matérialisait tout ce que vous désiriez.C’est ce que Krishna a promis, c’est en fait le Virata.
Ainsi, vous devenez le maître de votre cerveau, parce qu’en fait, c’est l’Esprit qui est maître du cerveau. Plus vous centrez votre Esprit dans votre attention, plus votre Sahasrara grandit, sa lumière brille et plus vous gagnez en puissance. La plus grande chose que puisse dire Dieu Tout-Puissant, c’est : « Voyez ! Ceci est arrivé ! »et donc, pour le moment, Il peut remettre à plus tard Sa colère et Son courroux. Il peut pardonner aux êtres humains leurs erreurs, leur obstination et leurs bêtises puériles.
« Permettons à l’homme de s’élever pour voir la gloire et la grandeur de son Père. Accordons-lui le pouvoir de soutenir la compassion de Dieu. Laissons-lui voir le Sahasrara atteindre une dimension telle qu’il sera en mesure d’accomplir l’oeuvre du Divin à travers sa conscience… »Le Sahasrara a un mantra, c’est « Nirmala », ce qui veut dire qu’on doit veiller à le maintenir sain, pur, immaculé. C’est cela votre travail. Essayez de le maintenir pur et net et cela, à coup sûr, marquera une nouvelle étape, la percée dans une dimension nouvelle pour un grand nombre d’êtres humains.
C’est un grand plaisir d’être aujourd’hui à Paris. Ainsi, l’attention du monde entier se tourne vers Paris, vers la France, ce pays qui a été maudit et négligé par les déités, tant ses habitants se sont mal conduits. Laissons les déités s’établir dans ce pays car il représente l’attention. Et toutes les informations de notre attention sont rapportées à notre Sahasrara. Puisse le Sahasrara de la France s’épanouir, puisse l’attention de la France être guidée vers l’Esprit et la vie éternelle. C’est un pays très important, c’est pourquoi j’ai décidé d’y célébrer le Sahasrara Puja.

La responsabilité des Sahaja Yogis français est très grande. Ils doivent changer de style et de méthode. Ils doivent devenir des gens sains, très doux, aimables et, en même temps très forts, de façon à ce qu’on puisse remarquer leur différence, cette « supériorité » en eux.

Je suis heureuse du succès qu’ont remporté les programmes des jours derniers. Que Dieu vous bénisse tous.
Je bénis aussi tous les centres du monde, qui ont prié ou sont en train de le faire, afin que leurs Sahasraras se développent et s’illuminent, qu’ils puissent se séparer de leurs petites coquilles mesquines, qu’ils se développent de telle sorte qu’ils puissent devenir un avec le Tout.
Que Dieu vous bénisse!