Guru puja: la paternité responsable

(United States)

Feedback
Share

Guru Puja, Houston (USA), 20 septembre 1983

Shri Mataji: … Alors tu peux dire les 108 noms de Shri Vishnou. Ou ceux du Gourou, avez-vous les noms du Gourou?
Sahaja Yogi: Oui. C’est à côté …
Shri Mataji: Ceux du Gourou. Pour le Vishuddhi, les noms du Gourou sont meilleurs. C’est une bonne idée. Les dix noms de Gourou …
Très bien.
Donc aujourd’hui, nous aurons d’abord la puja de Ganesha car Ganesha est l’innocence et nous devons établir Ganesha dans tous les endroits où l’on veut démarrer un travail ou faire quelque chose à ce sujet, parce qu’Il est l’innocence et l’innocence a été créée avant que tout le reste ne soit créé.
Partout où l’on veut démarrer un travail, ou faire quoi que ce soit à ce sujet, parce qu’Il est l’innocence et l’innocence a été créée avant tout le reste. C’est le pouvoir le plus puissant, devrais-je dire, l’innocence. Et puis nous ferons la puja du Gourou qui est en fait l’Adi Gourou, le Maître Primordial, qui s’est incarné plusieurs fois sur cette Terre. Et comme vous le savez, en tant que Dattatreya, il s’est incarné en tant que Janaka, Nanaka, et beaucoup d’autres.

Ce principe est en nous et il est très important de développer ce principe de Gourou Nanak ou de Janaka ou de n’importe lequel de ces Maîtres primordiaux en nous. Parce que si l’Esprit est le maître, il faut devenir le maître de soi-même.
Et le pouvoir des Maîtres, c’est d’être l’essence de l’innocence du Créateur, du Soutien et du Destructeur. Ils sont l’innocence de tous ceux-là. Partant d’eux, cette formidable personnalité, à partir de l’innocence de ces trois personnalités, cette grande incarnation a été créée. Et leur innocence est démontrée par leur détachement vis à vis des choses. Ils vivent partout comme de simples êtres humains: mariés, vivant en famille, mais absolument détachés. Tant que ce principe n’est pas éveillé en vous, vous ne pouvez pas faire de Sahaja Yoga.

Tout d’abord, ce principe de Gourou doit être éveillé en vous, ce qui vous donne un équilibre. 

Et puis l’élévation doit être entraînée jusqu’à l’Esprit, l’Atma. C’est fait par la Shakti, par la Kundalini elle-même. Elle est la Shakti, elle est le ventre. C’est elle qui nourrit, pour commencer. Elle nourrit; ce pouvoir intérieur nous nourrit, nourrit tous nos chakras, et ainsi elle guérit notre mental, nos émotions, notre être physique et spirituel. Parce que parfois, nous nous inclinons devant le mauvais type de personnes, et notre être spirituel est également très endommagé.
Et après cela, une fois qu’elle a accompli cela, elle monte ensuite jusqu’à la fontanelle et vous donne la Réalisation du Soi. Donc, c’est elle qui vous donne votre « moksha » (libération). C’est elle qui vous donne la paix, la joie, et cette mère qui est la vôtre, réside en vous et vous donne la Réalisation.
Nous la vénérons donc comme la puissance intérieure, de façon à être autorisés (à l’utiliser), à devenir puissant. Mais cette puissance fait de vous le maître. Quand elle atteint la zone du Vide, elle fait de vous le maître parce qu’elle illumine ce principe intérieur du gourou et vous devenez le maître, vous devenez le maître de vous-même et en ça, vous devenez le maître des autres aussi. Celui qui n’est pas maître de soi ne peut pas être le maître des autres. Donc, cela fonctionne tout d’abord, sur vous, puis cela rayonne. Et ce rayonnement fait que les autres vous acceptent également comme un gourou.
Ce dynamisme et cette attitude compatissante se développent grâce au principe du gourou. Mais c’est la bénédiction de la Kundalini, le ventre, la Mère, celle que nous appelons le Verseau. Cela réside en nous et nous devons simplement accepter sa manifestation, et l’accueillir avec le cœur ouvert. Sachez que c’est aujourd’hui le jour où nous nous attendons à ce que les êtres humains s’élèvent au niveau où ils deviennent compassion, amour, affection. C’est la nouvelle conscience avec laquelle nous allons devenir complètement accomplis. Et si cela ne se produit pas, il n’y a aucune chance de voir l’émancipation des êtres humains, cela ne fait aucun doute.

Nous avons travaillé sur tant de choses dans de nombreux endroits et chaque endroit, Je pense, a un problème différent. Le plus difficile, Je trouve, c’est l’Amérique, c’est comme à Mathura, là où Shri Krishna a dû se rendre et s’établir, c’était le Royaume de Shri Krishna et où Kamsa régnait. Ainsi, les gens de Mathura étaient les gens les plus difficiles parce qu’ils étaient gouvernés par des démons et que les démons ont la capacité de dominer les bonnes gens. Ils étaient tous tellement sous leur domination que, même là où vivait Shri Krishna, ils ont essayé de le blesser, de le tuer et le reste. Et tout le dynamisme de ces personnes de Mathura a été anéanti par Kamsa que Shri Krishna devait tuer.

Étonnamment, le premier jour où je suis arrivée à New York pour la puja, le premier jour, il était écrit (que c’était le jour de) « Parivartani Ekadashi ». Or, les « Ekadesha », c’est le pouvoir avec lequel les gens vont être détruits. Maintenant, c’est « Parivartani » (changeable), c’est-à-dire ce par quoi vous allez être transformés. Alors, comment se fait-il que le pouvoir qui va vous détruire, va aussi vous transformer?
Tout d’abord, il détruira tout ce qui est oppressif, tout ce qui tue votre dynamisme, tout ce qui vous rend esclave, c’est cela qui va être détruit. Deuxièmement, les gens seront effrayés, les gens à moitié convaincus qui ne sont ni ici, ni là, cela sera détruit et cette crainte mêlée d’admiration les changera. Troisièmement, lorsque vous verrez que vos parents et vos amis vont être détruits, vous aurez alors beaucoup plus de compassion, beaucoup plus de tolérance pour eux et vous essayerez de tous les sauver.

Ainsi, voilà ce qu’il en était, là où Shri Krishna a dû soulever toute une montagne sur le bout du doigt, vous voyez, comme ça, de l’auriculaire droit, on l’a appelé « Govardhan-dhari ». Voilà ce qu’est mon travail ici, soulever encore une fois la montagne, je crois. Et la soulever de mon petit-doigt comme ça. Mais ce doigt doit être fort et ce doigt n’est rien d’autre que les Sahaja Yogis d’Amérique et ils doivent m’aider de leur comportement dynamique et de leur bonne compréhension, de leur sentiment de responsabilité en tant que personnes appartenant à cette grande nation de la paternité. Ceci est le doigt du père et la paternité doit être dynamique, doit être impérieuse et très responsable. Et en étant responsable, vous apprenez tellement de choses. Donc c’est mon travail, c’est mon but.

(La journaliste), à la télévision, m’a demandé: « Quel est votre objectif, Mère? » Je ne lui ai pas dit que Je devais soulever la montagne de mon doigt, vous voyez, elle n’aurait jamais compris cela. Mais c’est ce que l’on doit faire ici, soulever la montagne et Je trouve que c’est comme ça – montagneux.
Et la base de la montagne semble être à Houston, qui est la partie la plus difficile des USA; ils ne se bougent pas, ils ne bougent pas, il y a du « jada » (de l’apathie), c’est très, très « tamasic » (sombre; ignorant), c’est si plein d’ignorance et tellement lourd. C’est la partie la plus difficile et c’est pourquoi, pour Houston spécialement, nous devrions faire une belle puja à la Kundalini pour qu’elle s’élève à Houston.

Alors que Dieu vous bénisse tous.

Shri Mataji: Pouvez-vous me donner le mouchoir, s’il vous plaît?
Sahaja Yogi: Aujourd’hui, on dit que c’est « Anant Chaturdashi ».
Shri Mataji: Hein?
Sahaja Yogi: « Anant Chaturdashi ».
Shri Mataji: Aujourd’hui? Ah, ah! C’est formidable! Oui, doit être ça! Je me demandais si c’était « Ananta Chaturdashi ».

« Ananta Chaturdashi » c’est le jour où nous faisons « Visarjan », dissolvons Shri Ganesha dans l’eau.

[Hindi: Ganesh ji ko chodte hai na pani mein – c’est ce jour-là que nous mettons le Ganesha à l’eau].
Parce qu’il est établi pour dix jours. Et après dix jours, il est né le quatrième jour, après dix jours, on le dissout dans l’eau, pour que son pouvoir soit partout répandu par l’eau.
C’est pourquoi il n’est pas étonnant qu’il y ait une puja. Ganesha s’installant dans l’eau, c’est « Ananta Chaturdashi ». « Ananta » est le, est Shri Ganesha. « Ananta » signifie ce qui ne peut être détruit. L’innocence ne peut être détruite.
Et c’est pourquoi le « Ganesh Chaturdashi » signifie le jour où Ganesha est dissous dans l’eau, dans l’océan; ou bien, il a été créé, vénéré pendant dix jours puis est rendu à l’océan.
C’est donc un très grand jour aujourd’hui, devrais-Je dire, comme la résurrection du Christ que- vous êtes, vous avez eu le Christ ici. Il a vécu avec vous, puis est retourné chez son Père. Son Père, c’est l’océan. Et c’est ce qu’ils font en Inde: ils l’établissent le quatrième jour et le dixième jour, ils le remettent dans l’océan.
Sahaja Yogi: Nous faisions la même chose dans notre école.
Shri Mataji: Je vous demande pardon?
Sahaja Yogi: J’ai dit que nous faisions la même chose dans notre école.
Shri Mataji: Hein?
Sahaja Yogi: Nous avions l’habitude de faire la même chose dans notre école.
Un autre Sahaja Yogi: Il dit qu’il a fait la même chose dans son école, ils fabriquaient un Ganesha et ensuite-
Shri Mataji: Vraiment? Quelle école?
Sahaja Yogi: (Nom de l’école).

Shri Mataji: Ah!

Sahaja Yogi: Nous avions donc une statue et quatre des gars la portaient.
Shri Mataji: Et puis? « Visarjan ».
Sahaja Yogi: Ils la mettaient dans la rivière. Là.



Shri Mataji: Mais personne ne comprend. Ils le font tout simplement sans comprendre ce qu’ils font à ce sujet. Alors c’est une chose que même en Inde, combien de gens en savent au sujet de Ganesha? Personne ne sait.
Sahaja Yogini: Les gens du Maharashtra.
Shri Mataji: Les Maharashtrians, ils le vénèrent beaucoup, mais ils ne savent pas grand-chose. Ils ne savent pas à quel point il est important, ce qu’il représente, comment il est venu sur cette terre, ils ne savent rien. Nous sommes devenus très superficiels de cette façon.
Mais au moins, cela maintient votre attention en faisant toutes ces choses, là-bas.
Vous voyez, c’est l’avantage de vivre en Inde, les enfants doivent être un peu liés à une chose. Par les festivals et le reste, ils essaient de découvrir ce qu’est ceci, cela, et l’attention est plus présente. Pas tellement sur l’extérieur, vous voyez. Voilà le truc.