TV Interview

Los Angeles (United States)

1983-09-23 Interview, Los Angeles, USA, 9' Download subtitles: EN,FR,PL (3)View subtitles:
Download video - mkv format (standard quality): Download video - mpg format (full quality): Watch on Youtube: View on Youku: Watch and download video - mp4 format on Vimeo: Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribeUpload subtitles

Feedback
Share

TV Interview, Los Angeles, USA, 23 septembre 1983

-Nous avons maintenant Shri Mataji qui est connue dans le monde entier pour être une sainte. Et c’est la première fois quand j’ai l’occasion de rencontrer une sainte! Et vous êtes aussi une guérisseuse, je pense que c’est ainsi que les gens vous appellent. Mais quand on vous demande si vous êtes ou non une sainte, si vous vous considérez comme une sainte, vous donnez une réponse inhabituelle, êtes-vous une sainte?
-En fait, on ne peut pas s’autoproclamer une sainte, n’est pas? C’est comme pour tout. La qualité d’un saint c’est qu’il peut faire des autres des saints; s’il peut faire des autres des saints, alors c’est un saint, sinon, ce n’est qu’une assertion.

-Pouvez-vous transformer les autres en saints?
-Je pense que oui.
-Oui! Comment définiriez-vous un saint ou qu’est-ce qu’une personne doit devenir qui ferait d’elle un saint?
-Une personne qui devient un saint développe une nouvelle conscience. C’est le résultat d’un processus vivant de l’évolution, qui le fait devenir l’Esprit. Comme le Christ l’a décrit, il faut renaître et cette conscience est une réalisation. Ce n’est pas qu’une projection mentale, mais une actualisation, vous devenez une personne avec une conscience collective.
-Vous avez mentionné le Christ. Venant d’un pays oriental, de l’Inde, croyez-vous en Jésus?
-Bien sûr. Bien sûr. Il a joué un très grand rôle dans votre évolution. Il est la « porte » comme on dit.
-Donc, selon votre définition, un saint pourrait être une personne qui renaît en tant que chrétien, qui a la conscience collective et qui a intégré Jésus dans sa vie?
-Voyez-vous, ceux qui l’acceptent mentalement, ne sont pas des deux fois nés. C’est un évènement qui doit se produire. Le baptême est un évènement. Et cet évènement se produit quand une force vitale, à l’intérieur du sacrum, s’élève ; vous pouvez en fait ressentir l’élévation de cette force.
Elle monte et atteint la fontanelle là où l’on se fait baptiser. Et vous ressentez la brise fraîche du Saint-Esprit.
-Oui, ils disent qu’il y a une brise fraîche.
-La brise du Saint Esprit, oui!
-Et dans une autre interview que j’ai lue, vous dites à celui qui vous a interviewé de mettre sa main au-dessus de sa tête.
-Oui
-Et il a été capable de ressentir la brise fraîche.
-Oui.
-Et aussi.
-Vous pouvez me donner la brise fraîche? J’ai attendu cela toute ma vie.
– Oui, je pense que vous pouvez, vous pouvez. Vous étiez un peu contrariée au début.
-Oui, j’étais en colère ce matin.
-Ce n’est pas grave. Mais maintenant, vous vous êtes apaisée et cela réussira en un rien de temps.

-Alors, Alors, est-ce que je sentirai la brise fraîche,

-Bien sûr!

-Ou est-ce que vous devez toucher [ma tête]?

-Non, non, non, non. Ça peut aider, en fait, en parlant avec moi, vous pouvez l’obtenir. Mais en fait, vous la ressentez au bout des doigts. Comme l’a dit le Prophète Mohammed, au moment de la Résurrection, vos mains parleront. Et pour la première fois, vous ressentez ce pouvoir subtil omniprésent, que vous devenez quelque chose de plus que ce que vous êtes. Voilà ce qu’est un saint.
-Oui. Vous avez guéri beaucoup de gens. Combien estimez-vous en avoir guéris dans votre vie?
-Je ne sais pas combien. Je veux dire que je n’ai jamais compté.
-Des centaines?
-Oui au moins. Au moins des centaines. Mais en fait, les gens qui deviennent des saints peuvent aussi guérir. Si vous voyez avec Sahaja Yoga, ils peuvent être des milliers. Parce que beaucoup de ceux qui sont devenus des prophètes l’ont fait.
-Ils en ont aussi guéri d’autres.
-Oui, eux aussi. Ils guérissent bien plus de gens que moi ces temps-ci.
-Quels types de maladies or autre avez-vous été capable de guérir?
-La plupart des maladies incurables sont soignées. Mais ce n’est pas une guérison par la foi, dans le sens où vous n’êtes pas obligé d’avoir la foi ou bien vous n’êtes pas obligé de croire en des choses. Il n’y a rien d’aveugle à ce sujet, ce n’est pas une foi aveugle. En fait, c’est un évènement, comme je vous l’ai dit, comme la germination d’une graine. De la même manière qu’une graine germe, votre éveil se produit. Et par cela, votre système nerveux parasympathique est nourri. C’est une question de nutriment, de nourriture, c’est ainsi que cela fonctionne.
-Vous avez fait de nombreuses références à la religion orthodoxe en particulier, au catholicisme et au protestantisme.

-Tout ‘isme’.

-Qu’est-ce que vous en pensez ? Qu’est-ce qui vous plaît dans cette distinction aujourd’hui?
-Toutes les religions, vous voyez, ne sont rien d’autre que des philosophies. Ce ne sont que des philosophies, que des mots, des mots et des mots. Comme le Christ lui-même l’a dit, « Tu n’auras pas d’yeux adultères. » Pouvez-vous trouver un seul chrétien qui n’ait pas d’yeux adultères? C’est assez difficile. Pourquoi? Pourquoi est-ce ainsi alors que le Christ a dit cela? Pourquoi nous n’avons pas ce regard innocent? On devrait. La raison en est, ce qu’il a dit, c’est qu’il doit renaître de nouveau en vous. Et il y a un endroit précis où le Christ s’éveille lorsque cette force s’élève.
-Et ici, un des articles que j’ai lu disait que vous pensiez que certaines des religions orthodoxes étaient fondées sur l’ignorance et sur l’extrémisme. Il me semble que-
-Sur le fanatisme.
-Que vous avez une opinion négative d’eux.
-Non, pas très négative. Je devrais dire, en tant que Mère, qu’ils sont induits en erreur. On les a induits en erreur.

-En erreur.

-En erreur. Vous voyez, ils ont juste commencé à croire qu’en lisant quelque chose ou en priant, cela va fonctionner. Vous devez d’abord être connecté à Dieu.
-Alors, comment être connecté?
-Connecté? Dieu a tout placé en vous. Tout est en vous. Et ce n’est qu’une personne sainte qui peut le faire. C’est comme avec la Terre Mère. Ce que vous faites, c’est de mettre une graine en terre et elle pousse toute seule. C’est à vous. Donc, c’est spontané, c’est vivant.

-Il y a un article dans un journal de Londres, qui mentionne qu’un jeune garçon de 17 ans a été gravement blessé jusqu’à être pratiquement lacéré, à moto. Et il se trouvait à environ 3 km de l’endroit où vous étiez. Et pourtant il affirme qu’il vous a vue venir à lui. Il croyait que vous étiez vraiment là. En fait, c’était une vision, que vous avez posé vos mains sur différentes parties de son corps, et il a été guéri. Après l’accident, il vous a vue là-bas, mais pourtant vous y étiez! Comment?
-C’est vrai, cela arrive.
-Comment cela se fait-il? Pouvez-vous expliquer cela?
-Vous voyez, nous devons savoir que dans le royaume de Dieu, toutes vos télécommunications, votre télévision sont très efficaces. Ça marche, voyez-vous. Tout comme je suis assise ici, mais je suis là-bas [par la TV]. Et je suis partout ailleurs comme vous pouvez le voir. De même, dans sa télévision, il y a des arrangements comme celui-ci et vous pouvez les faire fonctionner, c’est simple.

-Une autre chose que vous avez dite, que vous êtes en mesure de guérir le Sida. Comment?
-Oui. Cela pourrait être guéri, parce que, ce que j’ai vu par la Conscience Collective, c’est que le sida est causé par la combinaison [du dérèglement] de trois centres subtils en nous. Et si ces trois centres peuvent être nourris, le sida peut être guéri. Je crois qu’une personne a été guérie à Londres.
-Mais vous avez aussi dit dans une autre interview, que si tout le monde avait une conscience collective, ou était uni à vous, ou un saint, comme vous voulez le dire, il n’y aurait plus d’homosexualité. Donc, dites-vous que l’homosexualité est une mauvaise chose?

-Non. Ce n’est pas naturel.

-Pas naturel?

-Ce n’est pas naturel. En fait, lorsqu’ils deviennent homosexuels, c’est suite à une condition forcée. Par exemple, disons, s’ils voient que les femmes sont trop dominatrices, qu’il est difficile de vivre avec elles, qu’elles ne sont plus féminines, qu’elles sont plus masculines, voyez-vous, alors, ils préfèrent les hommes efféminés, ce genre de choses, c’est un mélange. La société est assez mélangée. Ou aussi, il est possible parfois qu’un homme soit hanté par une femme et qu’il se comporte comme cela. C’est une personnalité complexe.
-Jerry Falwell est venu à notre émission la semaine dernière, je crois, ou la semaine d’avant. Il a dit que l’état naturel qui guérirait de nombreuses choses, c’est la monogamie, un seul homme pour une seule femme. Vous êtes d’accord avec lui?
-Bien sûr! Je veux dire que c’est naturel d’être comme cela. Pas de problèmes.
-Il a dit qu’il y a trop de promiscuité dans la société et que c’est pour cela que nous avons toutes ces nouvelles maladies.
-Oui, vous voyez, en fait, nous sommes dans une société basée sur l’ego et où l’on pense: « Et alors? » Mais nous ne voyons pas le tout, mais seulement une partie de celui-ci, voyez-vous. Et l’ego ne peut jamais nous conduire à de bonnes choses. Notre Soi est ce qui nous donne la sécurité, la sagesse, la conduite à tenir. Et après nous devenons monogames, automatiquement. Je n’ai pas à le dire. Ceux qui sont devenus des prophètes, comme je l’ai dit, ont été guéris, sont devenus monogames. Certains d’entre eux étaient des homosexuels, ils sont devenus des gens ordinaires, se sont mariés.
-Bien. Nous n’avons plus de temps, J’aimerais discuter plus avec vous. Certaines de vos idées sont vraiment fascinantes. Pour ceux qui voudraient venir à vos conférences gratuites- je ne sais pas si l’on peut appeler cela des conférences, plutôt des expériences avec Shri Mataji- il y a trois programmes qui seront disponibles, vous pourrez la voir ici à Los Angeles. D’abord ce premier samedi à la Première Église Méthodiste, sur Franklin Avenue, ici même à Hollywood. Et à nouveau le lundi et le mardi à 19H. Donc ce samedi, à la Première Église Méthodiste de Hollywood. Je vous remercie beaucoup.
-Merci.
-Quelle expérience!
-Merci

-OK.

H. H. Shri Mataji Nirmala Devi