Séminaire Jour 1

(United States)


Send Feedback
Share

Séminaire à Santa Cruz – Santa Cruz-California (U.S.A.) – 1/10/1983

Je suis réellement enchantée de voir tant de mes enfants. J’ai pu les retrouver. C’est un si grand événement de les voir après une si longue période, alors que Je suis venue ici il y a dix ans et aucun d’entre eux n’avait pu sentir l’importance de l’amour de Mère, mais maintenant cela a marché. C’est une chose si extraordinaire qui s’est passée, que cela ait marché et que les gens aient ressenti cette grande chose appelée l’énergie subtile de l’amour de Mère.

En fait, durant ces dix années, J’ai parcouru le monde – l’Australie, l’Europe, l’Angleterre, l’Inde – mais Je dois dire que mon attention se trouvait en Amérique tout le temps. J’attendais le jour où Je sentirais que ce serait le moment de revenir dans ce pays car J’avais pensé, il y a dix ans, que c’était trop tôt, qu’ils devaient apprendre ce qu’est la vérité, qu’ils devaient passer à travers elle, qu’ils avaient été trop arrogants, et qu’à moins que cela ne se résolve de cette façon, ils n’allaient pas accepter Sahaja Yoga.

Ce que vous acceptez dans Sahaja Yoga, c’est vous-même [votre Soi], c’est votre Esprit, c’est le pouvoir de votre Kundalini, et avec cela la responsabilité, quand vous obtenez cette Réalisation, de vous y établir et de tout connaître à ce sujet. Vous devez devenir un guru, un pur principe du guru et ensuite le guru des autres.

En bref Sahaja Yoga est l’épitome de notre évolution. C’est dans ce but que nous avons été créés en tant qu’êtres humains. Toutes ces méthodes scientifiques qui sont survenues sur cette terre, toutes ces explorations qui se font, sont là pour communiquer à propos de Sahaja Yoga, rien d’autre. Si vous les utilisez pour n’importe quoi d’autre, elles n’auront aucun impact, aucun accomplissement et tout cela sera gaspillé.

Docteur, leur avez-vous parlé des peptones et tout cela ?

Dr. Warren : Pas encore.

Shri Mataji : D’accord, Je lui demanderai de vous parler du mécanisme humain qui est le plus évolué de tous.

Actuellement nous avons créé ce qui est le plus évolué, ce que nous appelons un ordinateur. Cela va de pair avec notre propre construction intérieure. L’ordinateur doit penser, il ne peut rien faire sans penser. Quand vous me voyez, vous ne pensez pas, vous me voyez juste, vous voyez ceci, vous voyez cela. Vous n’avez pas à amorcer le processus de pensée. Vous savez spontanément ce dont il s’agit. Mais au bout de milliers d’années, ils ne seront toujours pas capables de produire un ordinateur comme cela.

Alors, quand l’ordinateur commence à travailler, l’ordinateur humain le devance déjà. Quand vous devenez l’ordinateur et que vous vous connectez au réseau, vous savez tout. Car le mécanisme en vous est un mécanisme absolu, le mécanisme parfait. Il n’a aucun défaut sauf quand vous l’utilisez mal, quand vous l’oppressez ou que vous l’emmenez sans aucune raison dans un endroit impossible.

Mais vous serez étonnés de pouvoir le réparer vous-même. Le pouvoir puissant en vous le répare. Donc ce pouvoir intérieur peut le réparer, il s’agit d’une réparation. Une chose qu’il fait est de réparer. Nous devrions accepter qu’il y ait des réparations à effectuer en nous-mêmes. C’est une chose qu’il faut accepter, sinon vous ne pourrez pas aller très loin avec cela.

Supposons que vous achetiez un bateau de seconde main, alors vous feriez mieux de le réparer avant de le mettre à l’eau.

Comme des dames venaient me voir périodiquement depuis la France, alors mon mari leur a demandé : « Qu’est ceci ? Elle a dû vous donner la Réalisation, alors pourquoi vous tracassez-vous ? » Il s’occupe de bateaux. Alors la dame lui répondit : « Monsieur, supposons que vous achetiez un bateau de seconde main, que feriez-vous ? » Il dit : « En toute sagesse, je ne l’achèterai jamais. Et même si je l’achète, après l’avoir utilisé un certain temps, s’il ne marche pas bien, nous le jetterons à la mer. Nous n’avons pas de patience. »

Donc on doit savoir que vous devez le faire marcher, vous devez comprendre vos valeurs et vos problèmes, et vous devez réussir. C’est très facile de le faire marcher vous-même.

Comme ce Sahaja Yogi qui a écrit ce livre, l’Avènement, est venu un jour me voir en étant très perturbé. Il a dit : « Mère, je vais vous poser une question. Si c’est oui, vous vous tairez juste car je serai vraiment choqué. Si c’est non, cela ira. » J’ai dit : « Quelle est ta question ? » Il a demandé : « Etais-je Napoléon dans ma vie précédente ? » J’ai dit : « Qu’est-ce qui te fais penser à ça ? » Il dit : « Parce que j’ai un très grand ego. J’ai découvert un ego si important. Soudainement je flotte, le moindre saut et je me retrouve en train de flotter. Voilà pourquoi. Et la seconde chose c’est que je peux très bien dessiner depuis ma tendre enfance. J’avais une très bonne main pour dessiner. Cela aussi, il l’avait. C’est pourquoi je suis assez préoccupé si j’ai été Napoléon. » Je lui ai dit : « Pas du tout, ne te tracasse pas. » Alors il s’est calmé car il a dit : « Cela aurait été réellement abuser de vous de donner la Réalisation à Napoléon, à une personne comme Napoléon. »

Ainsi voyez cela. Il fut un temps où Napoléon était le héros. Je veux dire que, quand nous étions de jeunes enfants en Inde, nous avons dû apprendre combien Napoléon était grand, comment s’était passée son enfance, comment il a conquis pays après pays, et ses paroles étaient juste considérées comme paroles écrites. Mais aujourd’hui, ce même pays ne veut plus l’accepter comme un héros. Au contraire ils pensent qu’il était un idiot pour faire de telles choses. Donc la situation a maintenant changé, les gens ont appris leurs leçons et ils pensent que ce n’est pas de cette façon qu’un héros devrait se comporter.

Donc aujourd’hui le héros est quelqu’un comme Mahatma Gandhi ou Mr. King que vous aviez ici, tous de telles personnes, ou Je dirais Abraham Lincoln qui est survenu en tant que héros. Nous devons voir ce qu’il y a de si spécial à propos de ces gens. Ils étaient tous des âmes réalisées, sans aucun doute, mais ils possédaient une chose en plus, le fait qu’ils avaient imbibé en eux la capacité d’émettre de la compassion, de l’amour, cette capacité de la Mère Terre de nourrir et d’apaiser.

C’est seulement à cause de cela qu’ils sont aujourd’hui respectés comme de grands héros. Et c’est ce que doivent être actuellement les Sahaja Yogis. Ils sont passés par toute cette compétition, tout ce non-sens. Tellement ont tourné le dos à cela. Ils ont ainsi commencé une anti-culture en disant : « Oh, c’est trop ! C’est de la noirceur et de la possessivité. C’est beaucoup trop pour nous. Nous ne voulons pas avoir ça. » Donc ils ont tourné le dos à cela et ils ont commencé à chercher.

Mais en cherchant également, ils s’en sont allés de l’autre côté et se sont perdus.

Comme un gars vint auprès de moi, il puait totalement, ses cheveux puaient et il a dit qu’il n’avait pas pris de bain depuis un an. J’ai demandé : « Que se passe-t-il ? Vous puez comme un chien. » Alors il a dit : « Je veux être un chien. » J’ai dit : « Mais pourquoi ? » Alors il a répondu : « J’aime ça. » Mais j’ai remarqué : « Pourquoi faites-vous des problèmes à tout le monde ? » Donc il a dit : « Mère, je veux être primitif. » J’ai dit : « Avec ce cerveau, vous ne pourrez jamais être primitif. Vous pouvez bien changer votre chapeau, votre coiffure, n’importe quoi, vous ne pouvez pas devenir primitif. Vous êtes un homme moderne, acceptez-le ! Alors pourquoi créer des problèmes aux autres pour rien du tout ? »

Et c’est ainsi que nous pensons que, grâce à nos projections mentales, nos conceptions mentales, nous pouvons faire quelque chose.

Vous ne pouvez rien faire ainsi. Tout ce que vous faites, devient absolument inutile. Pourquoi ? Parce que, comme le Docteur vous l’expliquera plus tard, cela se trouve en nous maintenant, il y a quelque chose appelé ‘peptones’ qui travaille à la neutralisation de nos problèmes avec le sucre. Ils ont une capacité innée de se trouver sous une forme de spirale, et une fois qu’ils deviennent linéaires, ils perdent leur effet biologique. Alors, selon lui, si nous les plaçons dans tous les acides-aminés, dans tout ensemble, ils peuvent créer seulement 5 % de tout ce qui est créé par la Nature en nous. Vous pouvez imaginer jusqu’où ils sont allés avec toute cette avancée, avec tout : seulement 5 %. Ces peptones en forme de spirale, tout en nous est comme cela dans le sens où notre évolution doit avoir lieu en spirale, cela doit travailler spiralement et non pas de façon linéaire comme un pendule.

Comme les hommes qui deviennent des femmes et des femmes qui deviennent des hommes. Ils sont homosexuels, sexuels ceci, sexuels cela. Ce n’est qu’une projection mentale, c’est sans joie et cela ne vous apporte rien du tout. Toutes vos idées de démocraties, de capitalisme, de communisme, tous ces -ismes ne sont rien d’autre que des projections mentales.

Ils ne sont pas la réalité parce que vous n’avez rien en capital. Qu’allez-vous distribuer ? Votre capital est votre Esprit et, quand vous obtenez ce capital en vous, vous le distribuez. Vous ne pouvez pas vivre sans cela.

Tout comme moi, pour toutes sortes de raisons pratiques, Je suis une heureuse femme mariée. Nos amis ne comprennent pas : « Qu’est-ce qui ne va pas avec cette femme ? Pourquoi va-t-elle alentour parler aux gens ? Que fait-elle ? C’est une grande capitaliste. Quelle nécessité a-t-elle de se déplacer ainsi ? » Mais Je suis une capitaliste à l’intérieur et Je dois répandre cela, Je dois le donner. Je devrais dire que Je suis la plus grande communiste car Je dois le donner.

Donc le communisme ou le capitalisme et toutes ces idées politiques sont absolument parallèles à ce qui se trouve à l’intérieur, mais il ne s’agit pas de l’authentique chose intérieure.

Je vous ai dit que les gens commencent juste à croire à toutes ces projections mentales. Comme les gens croient que nous sommes nés deux fois. Si vous voulez le croire, vous pouvez croire que vous êtes un chien ou un éléphant. Vous pouvez croire ce que vous voulez. Mais cette croyance n’a pas du tout de signification parce que ce n’est pas ainsi. Supposons que Je croie que Je suis le gouverneur de Los Angeles, ils vont dire : « Vous êtes devenue folle. »

Voilà ce qu’il en est car, si vous croyez en quelque chose et commencez à passer à l’acte, ce sera toujours quelque chose de faux, ce sera [un problème] médical.

En fait également le Christ ou n’importe lequel d’entre eux sont venus et ont dit : « Vous devez croire à cela », ce qu’ils disaient. Qu’est-ce que le Christ a dit ? Que vous devez croire qu’il y a un Dieu, qu’Il est le Fils de Dieu, et c’est un fait.

Mais vous, vous n’êtes pas devenus le fils de Dieu ! Quand vous commencez à croire que : « Nous avons le Christ dans notre poche », alors vous vous trompez profondément. Le Christ est très éloigné de vous, sachez-le juste.

Donc si mentalement vous acceptez n’importe quelle situation comme cela, alors vous devenez une barrière totale pour la vérité. Il n’y a rien qui puisse entrer dans votre tête car vous pensez : « Oh, quoi ? Je vais à l’église, d’accord ? Je donne de l’argent à l’église. » L’église n’est pas le Christ !

Alors maintenant les églises sont vendues en Angleterre et ils en font des cafés, de vrais cafés, et les gens seront là même encore pires car tous les morts qui gisent en-dessous, vont ici se mettre à boire. Que va-t-il leur arriver ? Pour moi, c’est un sérieux problème.

Donc voilà ce qu’il en est, quand on commence à croire à quelque chose, on croit également que nous sommes cela. Certains lisent la Gita et, quand ils lisent la Gita, ils croient être eux-mêmes Vyasa, celui qui l’a écrite. Et certains d’entre eux croient qu’eux-mêmes sont Shri Krishna. Les gens vont jusqu’à ce point de croire qu’ils sont eux-mêmes Shri Krishna ; ils parlent comme Shri Krishna.

En fait, les qualités de Shri Krishna sont-elles là ? Si Je dis : « Je suis le Christ », vous devriez dire : « D’accord, si vous êtes le Christ, marchez sur l’eau. » Et si Je dis : « Je suis le Saint Esprit », alors vous devriez dire : « D’accord, élevez notre Kundalini. » Il est dit que, si vous pouvez élever notre Kundalini, alors vous êtes le Saint Esprit, sinon vous ne pourriez pas l’élever en masse. C’est le point crucial et, si c’est ainsi, alors vous devriez accepter cette personne en tant que telle. Cela a déjà été écrit.

Mais au contraire, les gens commencent à croire qu’ils sont le Saint Esprit. J’ai rencontré des gens comme cela. Ils ont dit : « Nous sommes le Saint Esprit, nous sommes le Christ, nous devons juste le rester. » Quel ego ! Et c’est ce qui rend les gens absolument fermés à la vérité. Ils ne peuvent pas rechercher la vérité car ils veulent croire qu’ils y sont déjà arrivés, qu’ils l’ont déjà, qu’ils doivent seulement la conserver.

C’est faux ! Vous devez encore l’avoir.

Mais dans la vie pratique, vous ne faites pas cela. Supposons que, dans la vie pratique, je crois juste que ceci est à moi, cela ne devient pas le mien, n’est-ce pas ? Et si je vais dire : « Non, c’est le mien », je serai mis en prison. Vous ne croyez à rien comme cela jusqu’à ce que vous le possédiez. Supposons que Je dise : « Asseyez-vous ici, il y a une chaise », allez-vous vous asseoir ? Vous vérifiez tout d’abord si elle est bien là.

Dans le domaine de la spiritualité, nous sommes juste à l’opposé de cette façon de faire. Nous voulons croire car nous savons que rien ne va être contesté. Et c’est ainsi que nous nous fermons nous-mêmes à la réalité.

Nous devons être, nous devons devenir, et c’est cela le problème de Sahaja Yoga, que vous ne pouvez pas devenir un Sahaja Yogi jusqu’à ce que vous le deveniez. Il n’y a pas de certificat. Il n’y a rien à payer. Donc cela ne peut pas se faire en le disant. Cela doit le devenir ! Jusqu’à ce que vous soyez un arbre, nous ne pouvons pas appeler une graine, un arbre. Cela ne peut pas être fait. Ni vous vous ne voudriez pas l’appeler ainsi.

De fait, voilà ce qu’il en est, que nous devons accepter humblement le fait que nous devons devenir. Si on devient réellement humble à ce sujet, sur le fait que l’on doit devenir, que toute notre connaissance n’a été ici d’aucune utilité, qu’elle est de la non-connaissance, alors seulement cela arrive.

Il y avait en Inde un grand poète appelé Surdas. C’était un poète aveugle. Il a écrit des tas de poèmes décrivant son agonie de rencontrer Dieu, et les gens aiment de tels poèmes car eux aussi ressentent la même agonie. Donc ils aiment chanter : « Quand vais-je vous rencontrer ? Quand cela se passera-t-il ? », et tout cela. Il a ainsi chanté tout ceci mais, après tout cela, la dernière chose qu’il a écrite fut très belle : (Hindi) – « Oh, Seigneur Krishna, veuillez supprimer ma non-connaissance. Jusqu’ici je n’ai écrit que du sursadaka. » Il a dit que des océans de ses poèmes ne sont rien que de la non-connaissance : « Aussi supprimez les, juste. »

La connaissance doit être ressentie sur votre conscience, sur votre système nerveux central. Toutes les autres choses comme les gens qui commencent à sauter, qui vont sous couverture dire que : « Notre guru est grand », vous ne pouvez même pas distinguer si oui ou non il est un vrai guru ou pas un guru. Comment pouvez-vous dire qu’il est votre guru ? Un guru doit être une personne qui connait tout à ce sujet, et il est au-dessus de l’argent, au-dessus de toutes ces choses matérielles, et il ne crée rien d’autre que de la compassion.

Je suis d’accord que beaucoup pourraient dire : « Mère, comme vous n’étiez pas ici, nous sommes allés vers d’autres gens. » Mais ce n’est pas vrai. J’ai été la première à venir ici. Il y a dix ans Je suis venue ici mais vous n’étiez pas contents de moi à cette époque. Vous ne m’aimiez pas beaucoup parce que Je n’avais pas de Rolls Royce.

Ils m’ont vraiment demandé : « Mère, combien avez-vous de Rolls Royce ? » J’ai dit : « Des Rolls Royce, pour quoi faire ? » Ils ont dit : « Ils font tous collection de Rolls Royce ici. » J’ai dit : « Je suis venue pour collecter mes propres enfants, Je ne suis pas venue pour collectionner des Rolls Royce. »

Donc ils m’ont demandé : « Alors comment expliquez-vous que ces gens qui viennent ici au nom de Dieu, essaient de collectionner des Rolls Royce ? » J’ai répondu : « Je ne peux pas l’expliquer parce que Je ne peux pas m’abaisser à leur niveau, car prendre gratuitement même la moindre chose de quelqu’un, c’est en soi-même être un parasite. Si quelqu’un me donne un cadeau, même matériellement Je pense que Je dois le lui payer de retour d’une façon ou d’une autre, Je dois le lui retourner. C’est très dur pour moi d’accepter même une toute petite chose de vous à qui Je donne ceci, car Je dois juste donner. Ce doit être donné, cela vous appartient. Je suis comme un banquier, c’est votre droit de l’avoir donc Je dois le donner. Mais prendre en retour des Rolls Royce est si parasitaire et d’un niveau si bas. Il n’y a là aucun respect de soi. »

Alors J’ai demandé à cet homme qui m’avait posé la question : « Supposons que vous veniez dans ma maison et que vous y viviez librement, feriez-vous cela ? » Il a dit : « Non. » J’ai dit : « Alors accepter gratuitement des Rolls Royce de quelqu’un sur l’argent des autres, n’est-ce pas parasitaire ? Que font-ils pour recevoir des Rolls Royce, quel travail ont-ils fourni, quelles choses matérielles font-ils pour venir demander une Rolls Royce ? »

Les gens sont épris de ces Rolls Royce. Celui qui a ici des Rolls Royce, Je l’avais rencontré auparavant. Il ne savait pas que J’étais très bien au courant de toutes ces choses. Je me suis fortement camouflée car Je voulais savoir ce qu’il faisait aux gens. Et il a dit : « Vous savez ce qui impressionne les gens en Occident ? De très grandes maisons et de très grosses voitures. » Il voulait acheter une Mercedes pour lui-même à cette époque, et nous avions une Mercedes et il voulait me parler à ce sujet pour savoir si Je voudrais lui vendre la Mercedes. Imaginez juste ! Il savait qu’à cette époque vous seriez plus impressionnés par des Rolls Royce. Imaginez juste quand il se passe une telle chose !

Donc nous avons beaucoup d’affirmations et d’idées préconçues sur toutes choses. Dans Sahaja Yoga elles s’en vont graduellement. Je ne veux pas vous choquer car vous penserez : « Oh, Mère, tout ceci est si inné. » Comme un homosexuel venu me voir, a demandé : « Mère, que pensez-vous des homosexuels ? » Je l’ai regardé et lui ai dit : « D’accord, Je vais vous expliquer. Asseyez-vous. » J’ai pris une demi-heure pour lui expliquer comment il était devenu homosexuel et comment cela l’asservissait.

Il s’agit d’une poursuite sans joie. Il ne ressentira jamais de joie. Et de plus ceux qui sont nés aujourd’hui ont une plus grande responsabilité car ils devraient avoir des mariages sains pour permettre aux grands saints de naître dans ce pays. Seuls les démons naîtront dans de telles circonstances, eux seuls. Qui peut faire face à un environnement où la mère se marie dix fois, le père douze fois, et où l’innocence de l’enfant est tout le temps attaquée ?

Nous devons donc avoir de bons et sains mariages si vous voulez que les saints naissent ici et, sans leurs naissances, nous ne pourrons pas être sauvés de cette folie continuelle.

Alors Je lui ai très clairement expliqué comment cela est survenu. Hier et avant-hier J’ai expliqué comment les homosexuels ont été créés dans ce pays ou dans n’importe quel pays en Occident. Nous n’avons pas connu tout ceci en Inde, c’est tellement contre nature. Et nous devons avoir été des gens primitifs car vous êtes si avancés, vous savez, et nous ne connaissons pas ces choses. En fait Je n’ai rien pu manger pendant huit jours en pensant qu’ils agissent ainsi maintenant, c’est trop.

Mais de fait, ce qui s’est passé, c’est dû à vos lois. Vos lois sont très bizarres. Les lois sont telles que, si un homme épouse une femme, alors il a des problèmes parce qu’il perd la moitié de son argent avec sa première femme, ensuite la moitié de cela avec la seconde, puis la moitié de ce qui reste avec la troisième. A partir du moment où il s’est marié trois fois, il se retrouve juste démuni. C’est ceci la loi. J’ai vu des femmes être très riches, bien nanties, et les maris absolument pauvres. Et cette même femme épousant un mari semblable à un pauvre, n’a absolument plus aucun argent. Ceci est une des lois qui est très, très déséquilibrée, et qui crée un énorme problème entre l’époux et l’épouse car tout cela devient dirigé vers l’argent. Et Je connais une grande Sahaja Yogini en Amérique, sa mère s’est déjà mariée dix fois, elle est plus âgée que moi et actuellement elle est en train de préparer son onzième mariage.

Donc voilà ce qu’elle fait et c’est ainsi qu’elle est une dame très argentée. Je ne sais pas comment elle organise cela, comment elle trompe tellement d’hommes et gère cela. Le mariage devient ainsi juste une farce.

Deuxièmement ceci est une des raisons pour lesquelles les hommes ne veulent plus épouser des femmes car il n’existe pas d’égalité de partage. Et ceci est une des raisons qui fait qu’ils pensent que c’est mieux d’avoir un homme comme compagnon ou comme conjoint.

Une autre chose en nous est très fausse, c’est le fait que les femmes ne comprennent pas leur responsabilité, et cela parce que les hommes les ont trop opprimées. Du temps d’Abraham Lincoln, les hommes étaient horribles, absolument, bien pires que les hommes indiens. Ils avaient l’habitude d’opprimer les femmes, de faire toutes sortes de choses, et refusaient aux femmes toutes sortes de droits. Donc le résultat de cela c’est que maintenant les femmes sont devenues des hommes, et elles essayent de les dominer. Quand Je vois une femme américaine, Je suis totalement surprise de la façon dont elles traitent leurs maris.

Il existe un truc féminin qu’elles devraient connaître pour traiter l’époux de manière qu’il se tienne bien, c’est qu’elle est une mère. Et ces trucs vous ne les connaissez pas. Pour ce qui me concerne, évidemment nos époux sont juste tout le temps avec nous, mais nous connaissons le truc et vous, vous ne le connaissez pas. Vous essayez quelque chose qui ne marche pas car vous n’êtes pas un instrument pour cela. Par exemple ceci [le micro] est un instrument pour émettre ma voix, mais si Je commence à l’utiliser comme enregistreur, il ne pourra pas le faire.

Donc une femme est une femme et un homme est un homme. Si un homme essaye d’être une femme et si une femme essaye d’être un homme, cela va provoquer des problèmes.

Mais cela ne signifie pas qu’une femme devrait rester à la maison pour s’occuper des enfants. Cela ne signifie pas ça du tout. Mais les qualités féminines sont celles de nourrir, d’apaiser, de la compassion. Vous ne savez pas combien ces qualités sont puissantes. Votre compassion est si grande que vos enfants ne peuvent pas s’en aller ailleurs. Dès que quelque chose se passe, ils doivent venir auprès de vous. Le mari ne peut aller nulle part. Il doit venir auprès de vous.

Le principe de la compassion est si pur et si grand, et vous n’avez jamais réalisé le pouvoir de cette compassion. Ceci est le pouvoir de la compassion de Dieu, c’est son pouvoir féminin, c’est la Mère qui fait marcher cela. Lui est juste le Témoin de tout le spectacle. Il n’a aucun souci. Si vous ne vous comportez pas correctement, il va juste tout arrêter. Cette possibilité d’arrêt est très angoissante. Car Il est juste un spectateur, Il est le seul spectateur de tout le spectacle et Il peut juste arrêter tout le spectacle s’Il ne l’apprécie pas.

Donc la Mère doit jouer un très beau rôle, doit nourrir ses enfants avec soin, doit s’occuper d’eux, doit les faire s’élever pour qu’ils entrent alors dans le Royaume de Dieu. C’est alors seulement que vous pouvez entrer dans le Royaume de Dieu et cela représente beaucoup de patience, d’amour et un pouvoir extraordinaire.

Si vous n’avez pas ce pouvoir – disons que si la Mère Terre n’avait pas ce pouvoir, elle n’aurait pas pu nous supporter. Avec toutes les sortes de choses horribles en train de se faire, la façon dont on la creuse, dont on la torture, elle aurait dû s’effondrer il y a longtemps.

Mais Elle possède un tel pouvoir si immense de pardon, de compassion, d’amour et de nourrir, qu’Elle reste active. Et votre Kundalini est pareille à cette même Mère Terre, Elle est la représentation de la même Mère Terre, du même Saint Esprit, de la même kumbha, comme vous l’appelez, ce signe du Verseau. Ils disent que c’est l’Ere du Verseau car ceci est l’Ere où vous obtiendrez votre nourriture. Votre propre Kundalini va vous nourrir, va vous apaiser, va vous guider adéquatement.

La Mère est le plus grand Guru. Je veux dire que même les gurus ont leur Mata [Mère]. Ce Guru doit être un Mata, sinon comment vont-ils venir ?

En Occident toute l’absurdité nous est venue de beaucoup de religions, spécialement du Christianisme et du Judaïsme où ils n’ont pas du tout parlé de la Mère. Ce n’était pas le moment d’en parler car à l’époque d’Abraham, ils devaient parler du Père. Ensuite, à l’époque du Christ, ils devaient parler du Fils. C’était le moment car, s’Il avait parlé de Sa propre Mère, ils l’auraient tuée et alors Il aurait utilisé Ses onze pouvoirs de destruction. Il aurait terminé tout le spectacle une fois pour toutes. Donc Il n’a jamais parlé du pouvoir de la Mère.

Maintenant le temps est venu pour le pouvoir de la Mère et J’ai entendu dire qu’au 13e siècle – [au Dr. Warren : « Quel est son nom ? » « Joachim de Fiore. »] – celui-ci a traité de ce sujet. Il a dit que c’était le temps du Père, ensuite la manifestation du Fils, et que la manifestation de la Mère était en attente et que, lorsque cette manifestation aura lieu, alors seulement comme résultat de ceci vous obtiendrez votre Réalisation.

Mais ces gens qui veulent en tirer avantage, ne parlent seulement que du Jugement Dernier. Ils ne parlent pas du Jour de la Résurrection. En fait, si vous lisez le Coran – J’ai volontairement essayé de le comprendre car mon père l’avait traduit en Hindi – il décrit surtout les temps de la Résurrection et parle peu des temps du Jugement Dernier. Mais le Jugement Dernier lui-même est plus amplement décrit parce qu’ils veulent effrayer tout le monde : « Le Jugement Dernier arrive, c’est mieux de se convertir. Le Jugement Dernier arrive ! » C’est juste pour effrayer les gens. A ce sujet Il [Mahomet] a très clairement dit qu’au moment de la Résurrection, vos mains parleront. Ils ont tous parlé du futur. Le Christ a parlé du futur, qu’Il vous enverra un consolateur et aussi qu’Il vous enverra le Saint Esprit.

Il a parlé de cela, chacun d’entre eux en a parlé. Il y a environ 14.000 ans de cela, en Inde, un grand astrologue qui est à l’origine de l’astronomie, Bhrigumuni, a écrit un livre, le Nadi Granth, dans lequel il a clairement dit que cette ère viendra quand le Parabrahma, la Mère – le Parabrahma est l’Adi Shakti, nous l’appelons le Pouvoir de la Mère Primordiale – viendra et que cela commencera en 1970 en tant que Sahaja, que la Kundalini s’élèvera et qu’il n’y aura plus besoin d’hôpitaux et tout cela ; que si cela marche, nous pourrons éviter la troisième guerre mondiale. Il a clairement dit cela il y a 14.000 ans. Et que si cela ne marche pas, alors il y aura un problème, la plupart des gens seront détruits et alors seulement les Yogis prendront la relève. Cela signifie que ces Yogis seront les Sahaja Yogis. Ceci a été très clairement dit là-dedans. Donc ça a été déjà prophétisé pour nous depuis tant d’années.

Et William Blake a prophétisé que les hommes de Dieu deviendront des prophètes et qu’ils auront le pouvoir de faire des autres, des prophètes. La quantité de détails qu’a écrit William Blake, Je ne pense pas que même Markandeya ait fait cela. Lui évidemment, Markandeya, a décrit même la forme de mes genoux et tout cela. Mais celui-ci [Blake] a décrit même la maison exacte où J’ai vécu, toutes les maisons, et même l’ashram où nous allons aller vivre. Imaginez, ce William Blake a écrit à tel point. Donc vous pouvez comprendre combien il est entré profondément dans tout cela. Et un tel grand visionnaire est né en Angleterre qui est le cœur de l’univers.

Donc en fait ils ont dû vous dire que ceci [l’Amérique] est le Vishuddhi Chakra de l’univers. Leur as-tu dit ?

Dr. Warren : Pas encore

Shri Mataji : D’accord. Donc Je vais les laisser vous en parler. Et de ce qu’il en est des responsabilités – Je veux dire que la responsabilité se trouve ici – et de la façon dont les Américains assument cette responsabilité.

Je veux dire que vous avez été des gens très nobles tout du long. Vous avez parlé de choses si nobles et vous y avez cru et vous avez toujours combattu pour le côté noble de la vie. Mais si maintenant vous commencez à vous détruire vous-même un par un de l’intérieur, tout cela pourrait être gaspillé.

Donc nous n’avons pas le droit de nous détruire nous-mêmes car nous ne pouvons même pas créer un cheveu. Nous n’avons pas à dire : « Quel est le problème ? » Tout ce qui est faux et contre la vie, tout ce qui est anti-vie est anti-Dieu.

Dieu vous a créé, vous n’avez pas créé cela vous-même, ne prenez donc pas la responsabilité de vous détruire vous-même. La seule chose que vous pouvez faire, c’est de vous guérir vous-même, vous apaiser vous-même, vous respecter vous-même. Même quand vous faites quelque chose, sachez si vous le faites par respect pour vous-même ou si vous le faites juste parce que votre ego vous dit : « Qu’y a-t-il de mal à cela ? »

Comme ces rockeurs punks continuellement avec leur genre de choses absurdes sur la route qui se déplacent comme des clowns, faisant d’eux-mêmes une telle nuisance tandis que vos oreilles sont dévastées. Et c’est très courant de voir ces gens en Angleterre. Mais quand ils viennent auprès de moi après cela, Je trouve que leurs yeux deviennent aveugles. Et c’est devenu d’une telle difficulté pour moi de nettoyer cela car ces teintures horribles pèsent tellement sur votre lobe optique que vos yeux en deviennent aveugles. Ces choses ont de très sérieux effets. Vous devez savoir cela et vous devez tout apprendre à ce sujet, combien cela vous affecte.

Egalement, en tant que Sahaja Yogis vous devez apprendre comment parler aux autres.

Tout d’abord, parmi les Sahaja Yogis, vous êtes tous un. Vous faites partie du Tout qui est éveillé en vous. Vous devriez tous rester ensemble en tant qu’unité et graduellement vous comprendrez combien vous êtes tous beaux car vous êtes tous des saints. Respectez-vous l’un l’autre, vous êtes des saints. Comment peut-on insulter quiconque qui est un saint ?

Donc avant tout abandonnez ces mauvaises habitudes de parler et d’aboyer sur les autres, essayez de vous aimer les uns les autres, respectez-vous, soyez très, très gentils les uns envers les autres et si possible essayez d’exprimer cela au moyen de cadeaux matériels ou d’une aide matérielle, non pas dans le sens de donner de l’argent ou tout cela, mais nous pouvons envoyer parfois de petits cadeaux ou nous pouvons juste essayer de nous préoccuper du confort des autres, de placer notre attention sur eux, de comment on pourrait leur être agréable.

Ce n’est pas nécessaire de se montrer esclave ni de gonfler leur ego mais sachez que : « Tout comme je suis un saint, il est un saint. » Si vous voyiez les vrais saints, quand ils se rencontrent, ils se rencontrent d’une manière si mémorable, vous voyez, c’est comme si les deux mains se lèvent, alors les cinq doigts se lèvent, tous à l’unisson, en harmonie. Imaginez, si une main va comme ceci et l’autre comme cela, vous ne pourrez effectuer aucun travail.

Donc vous appartenez à un seul être collectif et vous tous devriez le comprendre et établir une harmonie totale entre vous.

En ce qui concerne les autres, ce sont les autres. Donc s’ils sont les autres, alors vous devez leur parler avec beaucoup de douceur, de calme, en découvrant graduellement la vérité au sujet de Sahaja Yoga car Sahaja Yoga est une très grande vérité qu’il n’est pas facile d’estimer. C’est quelque chose de très grand. C’est impossible, spécialement pour les gens orientés vers l’ego car ils ont tout le temps comme un serpent – l’ego – installé et qui refuse juste de voir les choses et c’est pour cela que c’est très difficile pour eux. Donc découvrez tout graduellement, un par un. Jusqu’à ce que vous les trouviez prêts, ne leur dites rien car ils vont fuir. Bien sûr cela n’a pas d’importance, ce sont eux qui perdent, mais comme nous devons être compassionnés envers eux, nous devons les sauver, nous devons être précautionneux et ne pas leur en parler.

C’est pareil à une personne qui se noie et vous qui êtes un nageur, vous dites à cette personne : « Restez calme, ne levez pas vos mains en l’air, faites attention. » Parfois ils peuvent répondre : « Pourquoi pas ? Je vais aussi le faire. » Donc s’ils le font, ils vont tomber, alors vous devez leur dire : « Si vous agissez comme cela, vous allez tomber. » Et vous dégagez juste vos mains un moment et vous les laissez voir par eux-mêmes et alors ils sauront : « Oh Dieu, je descends. » Et donc alors ils vont se tenir tranquilles.

Donc leur donner aussi une petite leçon est important mais d’une manière si douce qu’ils comprendront que, s’ils veulent avancer, ils doivent apprendre à ce sujet et graduellement s’élever. Mais il ne faut pas les agresser de façon soudaine. Si vous les heurtez, alors ils seront totalement bouleversés. Ils sont déjà en morceaux, le monde entier est en plein bouleversement, dans une grande tension, et quoi qu’on doive faire, on doit le faire très précautionneusement, avec un immense amour et une profonde compréhension.

Donc, avec les autres, vous devez être des gurus et les comprendre, ne pas vous comporter comme les autres gurus.

Les vrais gurus sont juste à l’opposé de ces gurus qui vous prennent votre argent. Je veux dire qu’il vaut mieux vous tenir à distance de ces vrais gurus car ils peuvent vous frapper très fortement.

Je me souviens de l’un d’eux qui m’avait dit : « Mère, si quelqu’un vous pose problèmes, vous feriez mieux de me l’envoyer. » J’ai dit : « D’accord. » Je ne savais pas que c’était un homme si dur et quelqu’un me faisait beaucoup de problèmes. J’ai dit : « Très bien, allez immédiatement voir ce guru. » Il était si enchanté car normalement ce guru ne voyait personne. Donc il y alla, grimpa des montagnes, arriva près de lui et il commença à parler sur moi : « Oh, Mère est devenue si généreuse. Elle donne la Réalisation à n’importe qui, elle ne devrait pas faire cela, ce n’est pas approprié, elle déprécie Sahaja Yoga toutes ces années. » Il a dit : « Réellement ? Vous pensez comme cela, que vous êtes plus sage que ça, n’est-ce pas ? » Alors il l’a fait dormir là.

La fois suivante où je l’ai vu, c’est quand il est venu dans la salle avec ses jambes cassées, placées autour de son cou et en se balançant comme cela, vous voyez. J’étais assise et mes larmes ont commencé à couler. J’ai demandé : « Qu’est ceci ? Qui vous a fait cela ? » Il a dit : « Le guru a fait cela. » J’ai dit : « Comment ? » Il a dit : « Je dormais et – ce guru avait eu les mains et les pieds cassés par les gens et employait un tigre pour se déplacer – alors le tigre est venu et m’a projeté dans une havée. Je suis tombé là et je me suis cassé les deux jambes ici sur les côtés et j’ai appelé et appelé mais personne n’est venu. Ensuite, après trois jours, il m’a descendu des chapatis, ce que vous appelez du pain pita, en disant : « Mange maintenant. » J’étais là où j’urinais, faisais tout, dans cette saleté. Après cinq jours il m’a récupéré. Quand je suis remonté, il a dit : « Comment oses-tu parler sur Mère ? Maintenant tu places ces jambes autour de ton cou et tu vas auprès d’elle en te balançant comme ceci et elle te guérira, pas moi. Donc va lui parler de ceci. » J’ai dit que je demanderai à ce guru ce qu’il a fait, pourquoi il a agi ainsi.

Je lui ai envoyé un autre gars, un docteur, qui avait fait de grosses erreurs. Il lui a fait transporter deux seaux d’eau tout le long dans la montagne et nettoyer un temple de Shiva qui est totalement négligé. Pauvre gars, quand il est revenu, il était maigre, juste des os. J’ai demandé : « Que s’est-il passé Docteur ? » Il a dit : On m’a demandé de faire cet exercice durant un mois. »

Alors, quand je l’ai rencontré, Je lui ai demandé : « Qu’est-ce que cela signifie de les traiter de cette façon ? C’était trop. » Il a dit : « Ce sont des ânes et les ânes doivent être traités comme des ânes. C’est mon principe. Vous voulez transformer des ânes en hommes bons, très bien, essayez, mais je ne vais pas faire de même. » Il m’a parlé très franchement.

Donc les vrais gurus ne vous prennent pas d’argent mais ils vont vraiment vous mettre à la tâche. Quiconque demande de l’argent, soyez sûr qu’il n’est pas du tout un guru. Vous ne pouvez prendre aucun argent des gens.

Supposons alors que ces gens désirent construire un ashram : « Très bien, allez-y, je n’ai rien à voir avec cela, je ne veux pas voir les comptes ou autres, vous faites cela entre vous. Je n’ai rien à voir avec ça et chacun devrait savoir comment l’argent est dépensé, où ils l’ont dépensé, comment cela s’est passé. Chacun devrait savoir ça mais Je ne veux pas détenir l’argent car Je ne comprends rien à l’argent. Donc alors c’est mieux que Je ne l’aie pas. »

Aussi voici quelle devrait être votre attitude, qu’en matière d’argent aussi nous devrions être très transparents.

En fait ce que Je désire vous expliquer est ce dont Danny m’a parlé à propos des gens de Santa Cruz qui ne possèdent pas la force de rester dans Sahaja Yoga. Il est très surprenant qu’ils n’aient pas cette force de soutien. Mais, pour ma part, il me semble que les Américains font du shopping de gurus tout le temps. Ils vont là et là et là et là, partout. Mais ceci est un temple dans lequel vous entrez et où vous vous établissez.

Si vous n’arrêtez pas de creuser partout pour un puits, qu’obtiendrez-vous ? Rien ! Donc à n’importe quel endroit où vous obtenez un peu d’eau, creusez plus, ensuite établissez-vous y. Même si vous n’en obtenez qu’un tout petit peu, continuez à creuser de plus en plus et c’est ainsi que vous vous établirez en tant que réels Sahaja Yogis.

Ainsi, comme vous le savez, Sahaja Yoga n’est pas quelque chose où nous avons une organisation en tant que telle, ni nous n’y avons d’octroi de diplômes, de licences ou de suivi de cours. Rien de cela ! J’ai vu que certains sont très rapides, de façon surprenante, et certains sont si lents que Je ne saurais dans quelle catégorie les placer, ils vont et viennent.

Comme ainsi nous avions constaté auparavant d’après nos statistiques qu’un homme venait pour cinq jours, faisait son travail puis partait, et alors un autre homme venait qui agissait durant deux jours puis partait. Ce sont tous des fugueurs. Si ce genre de personne se trouve dans Sahaja Yoga, rien ne marchera. Ce travail et aucune amélioration à ces statistiques ne seront jamais faits. Donc voilà ce qu’il en est !

Aussi il est important pour vous de savoir que vous devez vous supporter vous-même dans Sahaja Yoga. C’est très important car il existe une attraction [vers l’extérieur].

En premier il s’agit d’une attirance matérielle. La matière vous attire toujours, le confort, ceci, cela. Quoi que vous puissiez dire ne pas être un matérialiste, cela va vous attirer vers le bas, cela et d’autres choses comme des expériences intellectuelles au travers desquelles vous êtes passé ainsi que des conceptions mentales.

Vous devez voir la vérité et l’accepter. N’acceptez rien [comme cela], même ce que Je vous dis, car ce n’est pas approprié. Vous devez avoir une attitude ouverte et vous-même découvrirez graduellement que, si vous trouvez neuf points qui sont exacts, alors vous devriez croire à 100 points car c’est ainsi, et vous devriez avancer avec cela. Ceci est ce que signifie la foi. Mais cela ne signifie pas que nous devrions croire que vous êtes devenus maintenant semblables à des maîtres primordiaux. Cela est une mauvaise attitude.

Je dirais qu’ainsi, graduellement, vous allez tous grandir jusqu’à devenir des personnages élevés. Vous avez devant vous des gens assis ici qui ont grandi comme cela et certains ont grandi soudainement comme ça. Certains d’entre eux ont suivi tellement d’autres choses, ensuite ils y sont tombés en une seconde. Ils y sont tombés avec une compréhension si rapide. Mais certains sont si lents.

En fait Sahaja Yoga possède un double genre de force : l’un est centripète et l’autre est centrifuge. Et au travers de cet autre genre de chose, si vous tournez en rond, vous serez juste rejetés de manière tangentielle.

Aussi faites attention ! Essayez de rester dans Sahaja Yoga. C’est en vous-même que vous devez rester. Sahaja Yoga est totalement en vous-même aussi essayez de rester en vous-même et suivez les méthodes de Sahaja Yoga qui sont en fait ce que nous appelons le Shudda Vidya, c’est la Pure Connaissance : savoir comment gérer vos pouvoirs, comment guérir vos chakras, vous nourrir vous-même et comment atteindre le stade où vous devenez juste la Joie. Vous devez comprendre toutes ces choses et le faire pour vous-même, et vous devez le faire aussi pour les autres de la même façon.

Mais si vous n’êtes pas établi, vous vous attacherez de vous-même encore aux autres choses ; alors cette transformation ne s’établira pas, ensuite les gens ne vont plus y croire.

Vous étiez comme un œuf et maintenant vous êtes devenu pareil à un oiseau. Mais l’oiseau doit sortir complètement de sa coquille, doit être un oiseau propre, doit savoir comment s’envoler adéquatement. Ensuite seulement on dira de vous que vous vous êtes réellement transformé en un oiseau. Car ‘oiseau’ en Sanskrit s’appelle ‘dwijaha’, ce qui signifie ‘né deux fois’.

Et cela arrive aussi aux êtres humains. C’est pourquoi nous offrons des œufs au moment de Pâques car nous sommes des œufs, mais grâce à la résurrection du Christ, nous devons devenir l’oiseau.

Et voilà pourquoi nous devons apprendre. Vous saurez tant de choses que vous ne connaissiez pas auparavant. Tous les symboles, toutes ces choses que nous avons appris depuis l’extérieur, vous les saurez de l’intérieur et tout cela sera complètement intégré.

J’espère avoir une possibilité supplémentaire de vous voir et vous rencontrer à nouveau. Mais dans tous les cas, J’aimerais si possible avoir des questions de votre part.

Mais ce n’est pas nécessaire que les Sahaja Yogis soient agressifs avec moi. Faites attention aux âmes qui murmurent, comme le Christ l’a dit. Il y a des gens qui ne sont pas encore au point, qui se retrouvent dans les mains de la négativité, qui n’arrêtent pas de murmurer à l’arrière et qui ne vont pas vous permettre de progresser. Nous en avons encore certains comme cela qui, même maintenant après dix ans, continuent lentement et lâchement à faire leur travail de sape à l’arrière-plan, vous voyez, et ils essaient de murmurer et vous faire descendre.

Donc avancez selon votre propre compréhension et ne suivez pas la compréhension des autres, alors vous découvrirez graduellement que vous serez arrivé à cet espace ouvert de la réalité complète.

Que Dieu vous bénisse !

J’aimerais que l’on me pose des questions.

(Un chercheur pose une question tandis que tous dans la pièce s’installent plus près de Shri Mataji.)

C’est très bien, vous avez dit ce qui est juste au bon moment où Je voulais instamment vous en parler.

Vous voyez le graphique qui est ici ? En fait tout cela vient de ce que la naïveté des Occidentaux a été exploitée par les gens qui voulaient réellement profiter de vous. La façon dont ils ont découvert combien vous êtes très naïfs pour ces choses, fut celle-ci : que tant de gens – même Jung était une âme réalisée sans aucun doute – mais même Jung a été trompé là. Bien sûr Freud a été très fortement induit en erreur et tant d’eux l’ont été. Et quand ils ont lu leurs livres, ils se sont dit qu’il y avait là une chance de les atteindre.

Comme Je l’ai dit, Je ne lis pas beaucoup mais Je devais parler à des disciples de Jung. Donc J’ai vu certains de leurs diagrammes et J’ai été choquée parce que ce qu’il y avait là, c’est qu’ils montraient l’être humain ainsi : l’inconscient en premier sous forme d’une couche, ensuite un inconscient qui va se manifester, puis le subconscient, ensuite le mental conscient au-dessus de l’ego. C’était un tel méli-mélo !

Et ceci doit avoir apporté une clé à ces gens pour venir ici. Ceci [ce diagramme] signifie que, si vous devez vous déplacer – voyons maintenant comment c’est : couche par couche comme ils l’ont indiqué et il s’agit d’une auto-conviction – si vous devez aller vers l’inconscient en-dessous comme c’est indiqué, alors vous devez passer au travers du subconscient.

Donc quand ils ont appris que ces gens voulaient aller vers le subconscient, ils sont venus ici et ont commencé à en parler.

De fait ce n’est pas comme ceci, elles [les couches] ne sont pas placées l’une sur l’autre. Elles sont placées verticalement. C’est indiqué clairement ici [sur le graphique]. Dieu est le plus grand organisateur ! Si Je dois entrer à l’intérieur, vous n’allez pas garder tous les gens là, avec toutes ces choses qui sont là et que Je devrai traverser. Le feriez-vous ? Je veux dire que vous l’organiseriez de façon qu’il y aurait un mouvement, n’est-ce pas ? Même dans un aéroport, si vous y allez, vous ne placerez pas tous les obstacles au milieu de l’endroit où tous les autres gens doivent passer. Je veux dire qu’Il est le plus grand organisateur et que donc Il l’a organisé de cette façon. Cela a été magnifiquement fait de telle façon que le passage au centre soit gardé ouvert pour que vous vous y éleviez finalement. D’accord ?

Le subconscient [le côté du passé] est sur le côté gauche et le supra-conscient, le côté du futur, est sur le côté droit. Donc ainsi vous ne devez pas aller dans ces endroits.

Ces gens qui prennent du LSD et tout ça, vont vers le côté droit. Ce sont ces gens qui vont chez certains de ces gurus. Je veux dire que certains gurus se trouvent aussi sur le côté droit. C’est comme Hitler qui a utilisé le supra-conscient. Il a obtenu ces informations des lamas.

Donc ce qui arrive c’est que, sans la Réalisation, si vous essayez de pousser votre attention vers la gauche ou la droite, vous entrez dans ces choses où vous vous faites coincer dans le subconscient collectif à gauche et dans le supra-conscient collectif à droite, et vous commencez à récupérer tout ce non-sens. Et à cause de cela, vous pouvez être n’importe quoi. Les gens dans le côté gauche peuvent souffrir de toutes ces maladies incurables comme le cancer, le sida, la myélite. Toutes ces maladies proviennent d’une entrée dans le côté gauche.

Même les médecins l’ont accepté. J’ai vu là un film où ils parlent de la situation de déclenchement. Avant tout ils disent que ceci doit être vulnérable, ce qui veut dire trop d’activités au niveau des sympathiques. Supposons que vous ayez ce chakra ici comme ceci et ceci est la vertèbre, le côté gauche et le côté droit. En fait, s’il y a trop de sympathique, ce qui veut dire trop d’activité du côté gauche ou du côté droit, alors cela s’ouvre et la connexion avec le Tout est perdu. Ce qui se passe, c’est que vous commencez à bouger vers la gauche, vous entrez dans l’aire du subconscient et puis vous entrez dans le subconscient collectif où vous avez des blocages venant des autres gens – il s’agit du subconscient collectif. Ce que vous abordez là, ce n’est pas la conscience mais le subconscient.

Par exemple Je vous dirai qu’une simple attitude comme flirter est également la même chose. Vous serez étonnés que flirter en est [du subconscient collectif]. Nous ne pouvons pas flirter, nous ne le pouvons pas. Nos yeux sont trop simples pour flirter. Il n’y a rien en nous avec quoi flirter. C’est une poursuite sans joie.

Il se passe que c’est un esprit [mort] qui guide ce fait de flirter. Je fus étonnée quand quelqu’un m’en parla. Je me suis demandé : « Pourquoi est-ce ainsi ? » Mais J’ai vu des gens récupérant cet esprit d’un œil à l’autre. Je ne savais pas comment cela se passait mais soudain quelqu’un indiqua – il se tenait debout avec moi sur l’estrade et soudainement il fit demi-tour. Il dit : « Voyez, il y a une femme qui se tient là. » Et Je lui ai dit : « En fait vous ne l’avez jamais vue elle mais son esprit de façon collective, comme vous dites, derrière vous. » Elle se trouvait derrière cet homme, alors il l’a perçue car suggérée de façon collective, vous voyez. Et cet esprit-ci a informé cet esprit-là et ça a marché et il s’est retourné.

Parce que les yeux ne sont pas innocents, alors les yeux récupèrent des esprits en eux. Il y a là de la luxure et de la convoitise et, si vous avez de la luxure et de la convoitise dans vos yeux, alors ces esprits viennent aider à votre abaissement. Ils se réjouissent aussi de leur propre luxure et convoitise au travers de vos yeux ou de votre comportement.

Donc alors vous en êtes là et ensuite vous développez tous ces problèmes de cancer et autres car les docteurs disent que, quand la situation est vulnérable au cancer, cela signifie qu’il y a trop d’activité du côté gauche ou droit, puis un déclenchement a lieu sous forme d’une attaque de l’aire construite en nous depuis notre création et les attaquants sont appelés protéines 52 et protéines 58. Imaginez juste, ils leur donnent le nom de protéine 52 et 58. Mais Je leur ai dit que celles-ci ne sont rien d’autres que des esprits.

Pourquoi ces infections ? Ce ne sont rien d’autres que des végétaux et animaux qui sont sortis de la circulation de votre évolution. Tout ce qui est sorti de cette circulation, vient s’installer là [dans le côté gauche] et tout ce qui se rapporte au futur, un homme qui vit dans le futur – la plupart des Occidentaux vivent dans le futur – vont dans l’aire de la supra-conscience [dans le côté droit].

Je veux dire qu’il y a des cas comme quelqu’un qui commence soudainement à peindre comme Gauguin – Je connais Gauguin, c’est un grand peintre. Il a de fait exécuté les mêmes lignes fortes, couleurs et autres, et avec une très belle façon de peindre. Il a ainsi fait un beau tournesol. Le jaune est sa couleur préférée. Et vous auriez pu le voir sur un enregistrement juste en face de tout le monde à la télévision, il a dit être possédé par Gauguin. Et Gauguin a commencé à parler : « Oui, je vous ai possédé », car il était fou. Il est mort et l’a possédé. Mais ce fut pour un court moment et ensuite Gauguin est parti. Il se peut, peut-être, que Je lui ai donné un bandhan, peut-être, cela se peut. Mais voilà ce qu’il en est !

Quoi qu’il vous arrive, ce ne sont pas forcément des siddhis [accomplissements divins]. ‘Siddhi’ c’est ceci, quand vous devenez un ‘siddha’, ce qui veut dire ‘une âme réalisée prouvée’. Autrement ceux-là sont appelés ‘shuddras’. ‘Shuddra’ signifie en anglais ‘intouchable’, ‘on ne devrait pas les toucher’. Ceci est quelque chose de très bas et c’est ce que les gens pensent être de l’émancipation, comme ces gens qui commencent à sauter.

Vous savez, quand ces Mahesh Yogis [Méditation Transcendantale] sont venus auprès de moi, ils sautaient au premier rang. J’ai demandé : « Alors que se passe-t-il ici ? » Ils ont dit : « Nous volons dans l’air. » J’ai dit : « Où ? Vous sautez juste là comme des grenouilles. Où se trouve l’air ? Et faites voler votre guru. Voyons s’il peut voler. Pourquoi ne pas leur demander de voler ? »

Vous devriez découvrir quelle est la façon de vivre de votre guru, comment il est. Comme celui qui est supposé être ici, Bagwan, qui s’appelle lui-même « Dieu ». Il ne peut même pas sentir une fleur. Tout comme il y a un millier de noms pour Dieu, il y a au moins trente noms pour dire qu’on adore cette fleur-ci ou cette fleur-là. S’il ne peut même pas arriver à sentir une fleur, alors comment pourrait-il être Dieu ? Une fleur est la plus belle chose de la création, n’est-ce pas ? Et il ne peut pas sentir les fleurs ! Un tel homme devrait être placé dans un endroit sale, alors il sera heureux là, Je pense. Voilà ce qu’il en est ! Vous devez comprendre que, s’il est incapable par exemple de sentir le parfum d’une fleur, alors comment est-ce possible ?

Et eux tous sont si frustes. Ils ne connaissent aucune sophistication de la vie, rien. Si vous voyiez la façon dont ils vivent au niveau esthétique, c’est horrible ! Si vous voyiez les tapis qu’ils utilisent, le montant de choses qu’ils ont, c’est totalement insensé. Vous voyez cela, même s’ils ne sont pas rustiques là. Je ne sais pas comment les appeler, ce sont des gens d’un genre très médiocre. Ils ne peuvent pas vous parler philosophie ou musique. Ils ne connaissent rien à la musique indienne, acceptent n’importe quelle autre musique. Ils ne connaissent pas la danse indienne ni les traditions indiennes.

Demandez-leur pourquoi ceci est mis là ou pourquoi ceci est ça, pourquoi ceci est cela, ils ne seront pas capables de vous le dire. Que disent-ils à propos de Brahma et ceci et cela ? Ils ont lu quelques livres ici et là et ils commencent juste à en parler. Certains d’entre eux sont venus directement après être sortis de prison. Et ils sont si confus. Je peux comprendre qu’ils puissent vous embrouiller car ils parlent un autre langage jamais encore entendu par vous auparavant. Et c’est comme passer d’un incendie à un autre.

En ce jour, ce n’est plus approprié. Vous devez comprendre que quelque hose doit se passer pour vous, dont vous devriez être le maître. C’est simple ! Supposons que Je dise que Je suis telle et telle. Très bien, et alors ? Que vous ai-Je donné ? Qu’avez-vous reçu ?

Mon enfant, Je ne suis pas surprise que vous ayez eu tous ces problèmes. J’ai vu des gens finir comme des solitaires complets. Des choses vraiment horribles leur sont arrivées. Et aussi si vous leur parlez, ils ne veulent plus rien entendre. C’est une telle possession. Ils disent : « Laissez-nous aller en enfer, cela n’a pas d’importance. Notre guru ira en enfer, nous irons avec lui. » Réellement ! Ils sont tellement identifiés. Je veux dire que vous ne pouvez même pas leur parler. Vous ne pouvez juste pas leur parler. Si vous leur parlez, ils se sentent très choqués. Ils ne savent pas quel tort cela leur a fait. Ils ne le savent juste pas.

Question : Devrions-nous avoir de la compassion pour de tels enseignants et ces gens qui les suivent ?

Shri Mataji : Avant tout développez votre compassion, ensuite votre discernement.

Vous voyez, c’est de la compassion gaspillée. Quelle est l’utilité d’avoir de la compassion pour Hitler ? C’est du gaspillage absolu. Je suis allée chez eux tous, Je leur ai parlé, expliqué : « Que faites-vous ? Vous êtes sortis de l’enfer et maintenant vous allez à nouveau y retourner de façon permanente ? » Ils ne m’écoutent pas. C’est du gaspillage.

Dr. Warren : Elle a demandé qu’en est-il des gens qui leur sont associés ?

Shri Mataji : Associés ?

Dr. Warren : Leurs disciples ?

Shri Mataji : Essayez mais c’est très difficile, vous savez, très difficile.

Comme l’une des personnes que nous avions, John, à Londres qui se préoccupait beaucoup de son ami qui était réellement perdu pour ce garçon de quatorze ans. Il lui en a parlé et, tandis qu’ils étaient en voiture, il est juste devenu fou comme ceci et il voulait sauter hors de la voiture. Ils ne peuvent pas le supporter.

Un Yogi a éprouvé de la compassion pour trois personnes disciples de Rajneesh. Je lui ai dit : « Tu me les amènes séparément, pas mêlés dans la foule. » Car en Inde nous avons de très grandes foules. J’ai dit : « Sinon il y aura des problèmes. » Mais il avait de la compassion. Je lui ai dit : « Ne les amène juste pas ici. » A cette époque, il ne comprenait pas ce que Je disais et ils les ont amenés. Ils devaient être à environ 60 pieds de moi, pas très proches. Dès qu’ils se sont levés et m’ont vue, ils se sont écroulés sans aucune énergie dans leur corps. Quand les gens ont essayé de les relever, leurs mains glissaient juste comme un poisson. Ils ne savaient pas quoi faire. Cinq à six personnes ont dû littéralement soulever ce genre de mollassons de là et les mettre à l’extérieur. Cela a été un tel problème !

Donc ce n’est pas facile, mais s’ils découvrent cela graduellement, en viennent à la bonne conclusion et qu’il en reste quelque chose, alors vous pourrez les gérer.

Question : Mère, j’ai aussi eu des cours de méditation MT, et également mon mari, et nous avons pensé depuis un très long moment…

Shri Mataji : Je sais.

Question : Mais je suis ici. Nous avons tous les deux suivi les discours, avons été très touchés et avons traversé cela.

Shri Mataji : Tout le monde fait ça jusqu’à ce que vous le découvriez. Je dois vous raconter d’horribles choses à propos de la MT, ce qui se passe vraiment.

Question : Je voulais venir et j’ai pris cette décision spontanée de venir et après que j’aie pris la décision de venir, je lui ai demandé : « Oh, cela ne te dérange pas si j’y vais ? » Il m’a fortement soutenue et il voulait venir aussi mais il n’a pas pu le faire. Je vais alors rentrer chez moi et…

Shri Mataji : Vous pouvez gérer cela, Je vous le dis. Il a formé une grande organisation en Ecosse. Il y a un lac, Rannoch Lake, et il y avait un homme qui était un marchand de diamants et son épouse était la petite-fille d’un Duc d’Angleterre. Celle-ci a toujours essayé de contacter tous les gens riches du monde. Et il a dit : « Vous commencez cette organisation là » qui a été appelée « l’Académie du Vol ». Ils ont payé six mille livres pour y aller et faire cette chose. Cette jeune femme est restée avec lui pendant dix-huit ans et ils ont été mariés pendant, Je pense, douze ans ou environ, et alors cet homme a été là pendant douze ans. Et cette dame attrapa une horrible sorte d’épilepsie que Je n’ai jamais vue. Elle entrait en épilepsie durant trois heures, elle hurlait, son cou était tiré au loin puis à proximité de sa bouche, toutes sortes de choses se rompaient, elle vomissait, était dans une situation terrible, personne ne pouvait contrôler ça ni faire quoi que ce soit. Sa fille a attrapé cela aussi, puis le mari. Eux tous l’ont attrapé, et le directeur adjoint, qui avait hérité de beaucoup d’argent de sa mère, l’a attrapé aussi.

Donc un de leurs amis, eux tous commencèrent à se demander ce qui arrivait à ces gens. Ils ont fait faillite car l’argent ne leur a pas été du tout payé après trois-quatre ans. Ils y avaient dépensé tout leur argent et ils leur dirent : « Oui, oui, nous allons vous envoyer les comptes » et ceci et cela. Mais l’argent était totalement dépensé.

Alors que se passa-t-il ? Certains qui les ont connus, qui ont travaillé sous leurs ordres dans le sens qu’ils y sont allés et ont appris ces soi-disant mouvements siddha et tout cela, l’un d’eux était allé chez un barbier. Et ils n’ont pas l’autorisation de lire quoi que ce soit. C’est une telle mafia ! Il y avait là un livre, « Le Yoga Aujourd’hui », qui contenait un article de David Baxter, et d’une certaine manière il a ressenti vouloir le lire et ma photo était dedans et David lui avait dit : « Vous pouvez placer vos mains sur ceci et voir pour vous-même si vous avez reçu la Réalisation ou pas. » Et quand il y plaça ses mains, il a commencé à se contorsionner. David a eu si peur et alors il a fermé le livre et m’a téléphoné.

Nous avons un homme très simple appelé Douglas qui a pris le téléphone et a demandé : « Avez-vous été à la MT ? » Le chercheur a répondu : « Oui. » Il lui a dit : « Etes-vous en train de bouillir ? » Il a dit : « Je transpire. » Il lui a enfin dit : « D’accord, venez nous voir. » Donc il vint là.

Moi J’étais chez moi en train de manger. Soudain un SOS est parvenu de l’ashram : « Mère, quelqu’un est venu du nom de David Frawl. Nous lui avons juste dit votre nom et il s’est mis à se contorsionner. Il ne peut pas s’arrêter. C’est mieux si vous veniez ici. Ceci est juste un appel à l’aide. » J’ai dit : « Laissez-le se contorsionner pendant un moment et Je travaillerai sur lui. » Alors Je lui ai donné un bandhan et tout cela et ensuite, quand il est retourné auprès de lui, il a vu que cela avait arrêté.

Puis ce David Frawl a appelé ces gens. Ils étaient si effrayés par ce Mahesh Yogi. Ils vinrent auprès de moi quelque part dans un endroit très éloigné de Londres et ils me dirent que ceci était tout ce qui leur était arrivé et tout ça. Ils n’avaient pas d’argent, même pour venir me voir. Je les ai emmenés dans ma voiture et ils sont restés dans ma maison.

Imaginez ! Ces gens riches avaient tout perdu ! Et alors Je les ai tous guéris.

Maintenant ils vont tous bien, mais le mari a subi une telle banqueroute qu’il a dû s’en aller en Afrique du Sud. Son épouse était si effrayée. Elle est actuellement guérie. Elle se trouve là-bas avec les Yogis et elle est maintenant une personne normale. Mais elle a encore plein de problèmes.

Et alors elle m’a dit que cet homme l’avait enlevée quand elle avait dix-sept ans. Cet épisode s’est passé alors qu’elle en avait trente-cinq. Et elle avait conçu un enfant de lui, puis elle a vécu un avortement et depuis lors elle était en transe, absolument sous son contrôle. Même quand elle est venue auprès de moi, il lui arrivait d’entrer en transe : « Je l’aime, je l’aime », ce vieux type-là de quatre pieds deux pouces. Je ne sais pas ce qui l’attire chez lui. Et il est très romantique et tout cela.

Mais ce qui s’est passé, c’est qu’avant de venir auprès de moi, elle est allée au journal « News of the World » et elle leur a dit : « Je veux vous apporter ceci à propos de Mahesh Yogi. » Elle a tout raconté, tout a été publié, tout a été fait, et ensuite elle est venue près de moi. Je lui ai dit : « Vous n’auriez pas dû raconter ceci. C’est un stigmate pour vos enfants. » Mais elle a dit : « Mère, je l’ai fait et ils vont me poursuivre pour cela. » J’ai dit : « D’accord, continuez. »

Mais personne ne s’en est préoccupé. Tellement de gens ont écrit à propos de la MT mais ils n’arrêtent pas d’y aller. Je ne sais pas comment les raisonner. Il s’agit d’une force puissante de cette façon car d’une manière ou d’une autre, il piège réellement les gens. Et Je connais très bien son principal organisateur. C’est un homme très intelligent avec une place importante dans le gouvernement anglais. Je le connais car mon époux était aussi au gouvernement. Et il m’a expliqué que ce Mahesh Yogi raconte qu’à moins d’impliquer les gens avec de l’argent, ces Américains ne pourront jamais être amadoués. Et cela jusqu’à un tel point qu’il pense qu’ils ont le droit de vous extorquer de l’argent.

Chercheuse : J’ai payé deux cents dollars alors que je ne les avais pas réellement.

Shri Mataji : Seulement deux cents dollars, ce n’est rien. Cela n’a pas d’importance.

Dr. Warren : Mère je pense qu’une des choses dont elle se préoccupe aussi, c’est qu’elle est ici mais pas son mari, et elle est tracassée du fait que d’une certaine façon elle sera…

Chercheuse : Notre mariage nous lie vraiment.

Shri Mataji : Cela va marcher. Ne vous en souciez juste pas. Il va revenir. Donnez-lui un bandhan. Nous vous enseignerons comment faire. Vous avez sa photo ? Nous allons y réussir. Ce n’est pas difficile. Prenez aussi des bandes audios pour qu’il les écoute. Elles aident aussi.

Alors, quand elle est devenue consciente, elle m’a raconté tellement de choses, que cet homme avait l’habitude de rire des gens car il sentait juste combien ils étaient stupides. Et il a dit qu’il allait établir un gouvernement mondial. Il a écrit à tous les gens qu’il placerait des trônes d’or derrière tous ces soi-disant ministres.

En fait, cela en est venu à un tel point qu’il y avait une dame appelée Mademoiselle Dee. Ils essayaient de faire quelque chose pour la télévision et ils avaient plein d’argent. Ils ne savaient pas quoi faire avec leur argent. Si vous voyiez leur style de vie, vous seriez surpris. Donc cette demoiselle Dee travaillait pour un homme allemand dont le fils était impliqué dans la MT. Elle ne le savait pas. Elle alla dans tous ces endroits en caméra cachée. Et cet homme a essayé de manœuvrer de telle façon à montrer de la lévitation par trucage de la caméra. Cela est remonté dans sa conscience. Elle est venue un jour à mon programme et elle avait une main paralysée. Et cela a commencé à pulser, elle en fut surprise, et ensuite sa conscience devint très forte et elle a juste refusé d’utiliser cela. Elle a brûlé tout ce qu’elle avait fait, tous ces trucages avec la caméra. Elle a perdu 30.000 Livres à cause de cela mais elle a dit : « Cela n’a pas d’importance, j’ai sauvé tant de gens. Ceci aurait été une chose terrible à montrer. » Ils ont de l’argent !

Question : Cette personne a suivi cela pendant un certain temps et je me demande quel dommage a été occasionné aux chakras ?

Shri Mataji : Vraiment beaucoup, spécialement ce Vishuddhi Gauche. C’est très fortement endommagé à cause du mantra. Mais ils vont vous expliquer.

Chercheur : J’ai eu mal.

Shri Mataji : Oui, vous aurez mal. Les gens deviendront des reclus. Rien qu’à leur montrer de l’ail, ils ressentent d’immenses… Ils ne peuvent pas le supporter. Ils ne peuvent pas voir de l’encens, une église, ma photo. Ce que vous pouvez faire, c’est leur demander… Mettez par écrit ce qu’il faut faire. Ha, nous avons quelqu’un ici, juste en face de vous, venu de la MT. Il vous expliquera tout à ce sujet, comment le faire. Ha !

Question : Mère, pouvez-vous parler de l’amour inconditionnel et quel en est le concept ?

Shri Mataji : Cela vous arrivera, mon enfant. Ce ne peut être décrit. Il se répand juste, il s’écoule juste, il ruisselle juste. Vous pouvez le voir dans la lumière du soleil. Le soleil arrive juste. Si vous vous cachez de lui, il ne courra pas après vous. Parfois il le fait un peu, pas beaucoup. Il essaye tous les angles afin de vous atteindre. Mais si vous êtes intelligent, trop intelligent, alors vous pourrez vous arranger pour en sortir.

Question : Je ne vous ai jamais vu avant aujourd’hui mais la nuit dernière, je me suis réveillée à chaque heure et j’ai entendu dans ma tête que je vous appelais et que vous étiez proche. C’était pareil à des volcans. Cela bouillonnait partout où vous étiez sur la Terre.

Shri Mataji : Ce que vous décrivez est exact. C’est très bien d’être aussi sensible à cela. Mais maintenant vous devriez juste voir mon côté apaisant, c’est mieux. Je dois dire que je possède beaucoup de côtés. Les volcans en sont un, sans aucun doute. Ils doivent aussi faire marcher cela.

Question : Beaucoup d’entre nous ont été sur ce chemin depuis des années et des années, et nous avons expérimenté un état où il y avait l’union et la félicité, et ensuite il y a cette période aride. Elle commence et continue sans cesse. Et c’est à ce point où on essaye des chemins séparés afin d’essayer de trouver un chemin de retour. Je pense que c’est la raison pour laquelle il y a tout ce marché alentour.

Shri Mataji : Vous vivez dans cette position sur la Terre dans le sens où votre cerveau est pareil à un prisme. Le cerveau humain possède une capacité spéciale, plus que ne l’a les animaux. En eux [les humains], l’ego et le superego sont équilibrés dans leur tête et cela est monté jusqu’à cette hauteur [de leur tête].

Dans le prisme, si vous connaissez les lois scientifiques, quand les rayons tombent là-dessus et quand il y a une double sorte de densité dans le cerveau due aux cellules grises et blanches, cela entre en réfraction, et quand cela entre en réfraction, le rayon qui tombe là, le rayon de la conscience entre en réfraction et cette réfraction circule comme ceci : une partie entre à l’intérieur et se croise de cette façon-ci et de cette façon-là. Alors quand cela ressort, c’est cela la résultante. Je ne sais pas s’il y a un scientifique ici. Ceci est le résultat de deux forces : une va vers l’extérieur et l’autre va à l’intérieur.

Cette attention qui sort à l’extérieur, vous fait plus voir les choses à l’extérieur qu’à l’intérieur, elle est plus à l’extérieur. L’attention humaine est à l’extérieur. Si Je vous demande de placer votre attention à l’intérieur, vous ne le pouvez pas. Mais quand vous obtenez la Réalisation, ce qui se passe, c’est que la Kundalini s’élève. Et quand cela se passe, alors votre attention est attirée à l’intérieur et c’est ainsi que vous commencez à ressentir l’intérieur.

Dû au fait que votre Kundalini ne soit pas éveillée, votre attention sort à l’extérieur. Mais un tout petit peu s’en va aussi à l’intérieur. Car la résultante fait cet effet que parfois un peu va à l’intérieur et ensuite à nouveau vous allez à l’extérieur.

Il y a une autre chose, le fait qu’une pensée s’élève puis retombe, qu’une autre pensée s’élève et retombe, et entre les deux il y a un très petit espace qui est le présent. Vous le touchez juste. Normalement vous sautez juste sur ses bords et soudainement vous voyez quelque chose de beau ou qui émet des vibrations, alors vous allez juste là, vous glissez juste hors de vos pensées et vous allez là [à l’intérieur]. Mais pour une fraction de seconde. C’est la raison pour laquelle cela arrive. Mais, après la Réalisation, cet espace s’améliore et vous êtes alors au-dessus de cela.

Ces gens n’expliquent rien, n’est-ce pas ? Ils vous donnent juste un mantra à utiliser et la plupart de ces mantras ne signifient rien, sont inutiles. L’un d’eux est ‘tinga’, ce qui signifie ceci [Mère lève le bras et place son pouce vers le haut puis vers le bas], pour montrer quelqu’un comme ceci, imaginez ! Et « inga ». ‘Inga’ signifie ‘la queue d’un scorpion’.

[La conversation continue sur le sujet des mantras des faux gurus qui, de toute évidence, ne connaissent pas le Sanscrit.]

Question : Que signifie « shaum » ?

Shri Mataji : « Shaum » ? Ce pourrait être « shiam » mais « shaum » ? C’est aussi parce qu’il ne connaît pas le Sanscrit. En Sanscrit il n’existe rien de pareil comme « -ing ». Il a dû le prendre de « ing-land » [Angleterre]. Aucun d’entre eux ne connaît le Sanscrit. Que peuvent-ils dire de Dieu au niveau indien ? Il devrait au moins savoir quelque chose en Sanscrit.

Question : Pourriez-vous faire des commentaires sur la lumière cosmique, les maîtres qui se sont élevés, etc ?

Shri Mataji : Ce ne sont que des histoires. Ne les croyez pas.

J’ai rencontré l’un d’eux qui disait qu’il y avait un maître qui s’était élevé dans le Shambala. J’ai demandé : « Qu’est le Shambala ? » C’est Sambaala en Sanscrit : ‘sambaal’ veut dire ‘parallèle à votre tête, à votre front’, c’est-à-dire à la zone limbique. Ce qu’eux appellent « Shambala », c’est le désert de Gobi. Imaginez, ces gens horribles ! Laissez-les aller dans le désert de Gobi, marcher directement vers l’éternité ! Personne ne peut marcher même un demi mille [environ 800 mètres] dans le désert. Vous ne pouvez pas y trouver de l’eau, rien, et ils y font venir maintenant des gens depuis l’Espagne. J’ai entendu que beaucoup de gens vont à Shambala qui se trouve dans le désert de Gobi. Imaginez, dans le désert de Gobi, seul un mort peut y vivre, ceux qui ont dû perdre leur chemin. C’est un des déserts où on ne peut pas entrer. C’est un endroit affreux. Tout ce non-sens est venu ici.

L’autre jour J’ai rencontré une dame dans l’Ohio. Elle a dit : « Nous avons trouvé un endroit où le maître nous parle. » J’ai dit : « Réellement ? » Donc Je suis allée là et ils étaient tous « m-m-m-m-m-m. » J’ai demandé : Où est votre maître ? » « Il ne parle pas. » J’ai dit : « Ah, il ne parle pas ! Il est un genre de corps mort étendu quelque part. » Il n’existe personne comme cela. Ces maîtres, s’ils sont réels, n’agissent pas ainsi. Ils agissent d’une manière très différente. Ils peuvent très bien venir dans vos rêves et vous raconter des mensonges. Ils peuvent dire : « Shirdi Sainath », qui était le dernier maître primordial qui est venu sur cette terre. Et ces gens qui suivent Shirdi Sainath l’ont vu venir dans leurs rêves et dire : « Je suis Mataji. Venez à Mataji. » Ils font toutes ces choses.

Mais ces gens horribles empruntent juste des noms comme cela, tous ces « maîtres illuminés ». Qu’ont-ils guéri ? Ceci est la chose importante que vous devez comprendre.

Supposons que quelqu’un dise : « Au supermarché ceci est disponible, c’est très bon et bon marché, je l’ai utilisé. » Alors vous allez acheter cela. De la même manière vous devriez découvrir ce que sont les chercheurs, où ils en sont, s’ils l’ont obtenu, ce qu’ils ont obtenu. Ici maintenant nous avons Warren et tous ces gens, vous leur parlez et, vous serez surpris, ils sont la connaissance incarnée. Comment se fait-il qu’ils l’aient obtenue ? Donc vous devez voir ce qui arrive aux chercheurs. Ceux-là ont encore des questions, ils ne comprennent toujours rien, ils sont perdus, ils n’ont rien trouvé. Alors quoi qu’ils puissent vous dire, pourquoi devriez-vous les croire ?

Vous devez avant tout vérifier. C’est si simple et si logique ! Ne vendez pas votre cerveau. Voyez juste si cela est là, si vous le comprenez. Au moyen de la capacité de votre cerveau, vous pouvez atteindre la bonne conclusion et ensuite, après avoir atteint cette bonne conclusion, alors vous pouvez vous y impliquer.

Question : Vous avez soulevé le point des rêves. Comment interprétez-vous les rêves ?

Shri Mataji : Les rêves viennent de ce centre rouge ici.

Question : Celui qui est le plus bas ?

Shri Mataji : Oui. Et ceci est le subconscient qui agit. Quand vous rêvez, vous allez sur ce centre et ensuite vous commencez à descendre, votre attention y descend et vous commencez à recevoir des informations de ce centre. Alors que se passe-t-il, car vous passez au travers de beaucoup d’autres strates, comme il y a ce passage du subconscient. En fait le subconscient possède beaucoup de strates. Il y a le subconscient collectif qui a un passé pur, ensuite vous avez le subconscient collectif où se trouve ce qui est mort, puis vous avez le subconscient qui était le vôtre dans vos vies précédentes depuis le stade animal jusqu’à ce stade, ensuite vous avez le subconscient de cette vie, puis vous avez le subconscient de cette journée. Tout ce qui se passe aujourd’hui se trouve là également. Quoi qu’il se soit passé ce matin, est là.

Donc toutes ces choses passent à travers cela. Et, si vous avez un passage très net dans ce canal subtil appelé Ida Nadi, alors vous voyez les vraies choses si ce passage est net. Mais les gens sont pervertis, ils ont toutes ces complications sur ce centre, alors ils ne voient pas les vraies choses mais voient toutes des choses absurdes. Ils ne voient jamais un rêve en continu. Ils ne le comprennent pas. Les rêves sont si bizarres, qu’on ne peut pas les expliquer. Tout peut se passer. Donc les rêves peuvent être absolument mutilés.

Question : Ce que je ne comprends encore pas, c’est ce qui aide cela. Je n’ai jamais rêvé avant d’avoir commencé à chanter et maintenant je rêve tout le temps et je ne comprends pas ce qui se passe.

Shri Mataji : De quoi rêvez-vous ?

Question : D’eau et de vagues.

Shri Mataji : Mais vous n’arrivez à aucune conclusion avec cela, n’est-ce pas ?

Dr. Warren : Mère, elle ne rêvait pas jusqu’à ce qu’elle commence à chanter.

Shri Mataji : Dieu sait ! Il y a là ces bhoots. Je ne sais pas jusqu’où ces entités peuvent aller. Ils donnent des idées. Ils peuvent même le faire dans des rêves parce qu’ils sont dans le subconscient. Des tas de rêves pourraient très bien être manipulés par eux. Cela peut être n’importe quoi. Donc maintenant, il faut avant tout que vous purifiiez votre côté gauche et ensuite, n’importe quel rêve que vous auriez, vous pourriez vous fier à eux, très clairement.

Des gens ont reçu des instructions de Sahaja Yoga dans des rêves. Quand Je suis allée une fois à Bombay, J’ai pu informer certains par un rêve que leur Mère était arrivée. C’est un système de télécommunication mais, si la ligne n’est pas en bon ordre, vous pouvez obtenir n’importe quelle sorte de son ne signifiant rien.

Donc c’est mieux de développer cela en premier. Ensuite vous serez capable d’en découvrir clairement la signification.

Question : Une sorte particulière de régime joue-t-elle un rôle important dans Sahaja Yoga ?

Shri Mataji : Non, dans Sahaja Yoga, nous n’écartons aucune chose en général pour quiconque. Ainsi il se pourrait que vous soyez une personne du côté droit, ayant des problèmes de foie. Et Je suis sûre qu’hier il y en avait beaucoup ici et c’est pourquoi mon foie a commencé à devenir comme un grand cœur qui bat. C’était terrible !

Donc nous devons voir individuellement ce qui nous est nécessaire, ce dont nous manquons, quels sont nos besoins. Chacun peut le découvrir et de là nous devons adopter un genre spécifique de nourriture. Ce n’est pas permanent. Une fois que vous êtes guéri, alors vous n’en avez plus besoin.

Donc il n’existe rien de ce genre à propos de la nourriture. Mais nous ne mangeons pas de viande d’animaux plus grands [que nous]. Leurs muscles sont plus grands et ils nous mangent. Par exemple, si vous mangez du cheval, alors vos dents seront toutes abîmées. Il ne vous restera plus de dents. Ce sont ces petites choses que nous suivons. Mais vous pouvez manger du poulet, de la chèvre et du mouton. Egalement dans des pays comme l’Inde, vous ne devriez pas manger du cochon ou dans aucun pays musulman. Ils sont si vilains et leur foie est dans un si mauvais état, qu’ils ne devraient pas manger de cochons. Et Je pense que vous [les Américains], vous avez mangé un peu trop de viande. Vous pouvez vous mettre à manger végétarien, pas tellement mais un peu plus de ce côté végétarien. Vous avez déjà mangé toutes ces choses. Certains ne devraient pas manger de carbohydrates, certains ne devraient pas manger de végétaux. Il y a des gens comme cela qui ne le devraient pas.

Donc nous devrions découvrir ce dont nous avons besoin pour nous-mêmes, ce que nous devrions faire pour nous-mêmes. Il n’existe pas de règle absolue à ce sujet. Tout est spontané. C’est comparable à chaque graine qui nécessite un type de traitement individuel.

Question : Sur les stimulants qui nuisent à nos chakras plus bas.

Shri Mataji : Vous pouvez tout au plus avoir des stimulants comme le thé, mais trop de thé n’est pas bon non plus. Trop de quoi que ce soit est mauvais et devrait donc être évité. Mais si vous avez des alcools et tout cela, Je ne vous dis pas de ne pas en prendre mais vous n’en prendrez pas car cela va à l’encontre de votre conscience. La conscience est très importante. Vous n’y êtes pas forcés. Vous allez l’abandonner graduellement. Je ne vous dis pas de ne pas fumer, cela disparaît juste.

Question : Des tas de bonnes choses se sont passées dans ma vie. Je vois un tas de choses positives dans ce lieu. J’aime l’odeur d’une rose. Et, au même moment, je sais qu’il existe des épines et qu’il y a plein de tristesse et de négativité dans le monde, et que je ne veux pas tourner ma tête vers cela et je ne veux pas être submergé par ça. Mais cela me concerne. Je me demande ce que vous ressentez à propos de ces choses qui transparaissent, la tristesse dans le monde.

Shri Mataji : Vous voyez, cette tristesse est celle des autres. Ceci peut aussi très bien être totalement mythique. Parfois les gens sont tristes pour rien du tout. J’ai vu des gens, en Suisse, dire : « Mère, nous nous sentons coupables. » J’ai demandé : « Vous vous sentez coupables à quel propos ? » Ils ont dit : « Nous nous sentons coupables à propos de la Corée. » J’ai dit : « La Corée ? Cela est-il de votre responsabilité ? Pourquoi vous sentez-vous désolés pour eux ? »

Ils se sentent désolés pour ceci, pour cela. En fait avez-vous une solution ? C’est là le point. Si vous n’avez pas de solution, alors ce serait mieux de trouver la solution. C’est cela l’attitude positive. Il n’est pas utile de se sentir triste à ce sujet. Si vous ne pouvez pas trouver de solution, pas de problème, Je peux vous donner des solutions pour pratiquement tout.

Question : Je peux comprendre ce dont vous parlez et la façon dont je surmonte cela moi-même, c’est d’essayer de faire du bien aux gens qui croiseraient mon chemin.

Shri Mataji : Voilà, vous avez trouvé une solution.

Mais dans Sahaja Yoga, la solution est si simple, c’est de donner la Réalisation. Les gens qui sont pauvres, ne restent plus pauvres. Ils ne deviennent pas immensément riches, ils deviennent normalement aisés. Ceux qui souffrent d’une mauvaise santé, sont guéris. Ceux qui ont des problèmes mentaux, vont se rééquilibrer. Les relations familiales et les enfants s’améliorent.

Donc donnez la Réalisation car c’est la solution ultime. Une fois que la lumière vient en vous, vous commencez à voir le problème et aussi à le guérir.

Question : [Le chercheur parle de service et de sacrifice.]

Shri Mataji : Ce que Je retiens c’est ce « Service » et « Sacrifice ».

Voyons maintenant ce point de sacrifice – soi-disant sacrifice. Disons que mon doigt est malade et Je le soigne. Je le soulage juste. Pour cela, suis-Je en train d’accomplir un service ? Rien ! Il s’agit de mon doigt. Quand il n’y a pas l’autre, qui servez-vous ? Qui est l’autre ? Dans la conscience collective, personne n’est l’autre, vous vous rendez service à vous-même. Il n’est donc ici pas question de service. Qu’est-ce que Je sacrifie ? Rien ! Il y a de la douleur, Je ferais mieux de m’en débarrasser, ce n’est pas un sacrifice.

Donc le service et le sacrifice, c’est un mythe, un mythe complet ! Il n’y a rien à servir. En aucun cas Je ne vous sers. Je le fais parce qu’à coup sûr Je dois le faire. C’est pour mon plaisir que Je le fais. Ce ne sont ici que des idées mentales. Cela vient de l’ego. Qui servons-nous ? Quel travail faisons-nous ?

En fait voyez, nous faisons quelque chose de mort. L’arbre, nous en faisons ce plancher, cette chaise, cela. Et quoi ? Ceci est une chose morte à partir de quelque chose de mort. Et cette chose morte est installée sur notre tête. Supposons que nous fassions une chaise, nous ne pouvons plus nous asseoir sur le sol. Si nous fabriquons une table, alors nous ne pouvons plus manger sur le sol. Donc nous devenons esclaves de ces choses mortes. Pouvons-nous transformer une fleur en un fruit ? Nous ne le pouvons pas.

En Inde nous avons beaucoup de missionnaires. L’un d’eux a reçu un Prix Nobel. Si vous voyiez cette femme, vous pourriez compter chacune de ses rides une par une. Et c’est une femme si colérique. Mais elle a reçu un Prix Nobel. Que peut-on faire ? Elle pense qu’elle rend service. Ce qu’elle a fait, c’est de recevoir de l’argent des Indiens et d’avoir ces grandes baraques immenses où les gens meurent. Elle les amène là et ils y meurent confortablement. Et elle a reçu le Prix Nobel. Je ne vois pas ce qu’il y a là pour valoir un Prix Nobel.

Mais c’est très simple. Si elle avait été une âme réalisée, elle n’aurait pas eu besoin de les amener quelque part mais juste en les touchant, ils auraient guéri, auraient été sauvés. Et s’ils doivent mourir, il s’agit là de la responsabilité de Dieu, pas de la nôtre. Pourquoi voulez-vous sauver quelqu’un alors que Dieu veut qu’il meure ? Laissez mourir cette personne. Evidemment, donner juste un refuge et tout cela, si vous en avez la capacité, dépensez votre propre argent pour un refuge. Allons-nous prendre l’argent des autres comme une organisation et obtenir un Prix Nobel ? Je pense que ce n’est pas une bonne chose, ça ne l’est pas dans le sens de la Grâce.

Dr. Warren : Mère, distinguez entre travail social et travail Divin.

Shri Mataji : Le travail social est votre casse-tête. Vous avez produit ce problème. Dieu n’a créé aucun problème. Aussi n’y mêlez pas Dieu. Dieu n’a rien à voir avec le travail social. Il s’agit ici du travail de Dieu, il n’y a là rien de social, cela agit juste.

Les travailleurs sociaux ne peuvent élever la Kundalini. Ils vont vous guérir avec de l’argent, ils vont accumuler l’argent à partir d’agences – la Banque Mondiale, cette banque-ci, cette banque-là – et alors ils vont acheter des médicaments et vous les donner. Ces médicaments vont aussi vous tuer. Tellement de médicaments sont comme cela.

Alors que vous, vous pouvez juste donner la Réalisation à une personne et c’est tout ! Mais nous ne pouvons pas croire que ce soit si fantastique, mon enfant, que vous ayez cette capacité en vous sans devoir accomplir aucun travail social. Vous touchez juste quelqu’un et cela marche ! Il suffit d’être juste installé ici, de faire juste comme ceci [bandhan], cela marchera. Vous êtes si extraordinaires, si fantastiques ! Pourquoi faire un travail social ? Voilà ce qu’il en est. Vous comprenez maintenant ? Que Dieu vous bénisse !

C’est super bien d’avoir amené ce point car ceci est très important. Nous pensons que nous devrions être bien avec les autres. J’ai été bien avec les autres. Parfois J’ai dû réellement crier sur certains quand ils étaient possédés, et elles [les possessions] sont parties.

Des douze premiers Sahaja Yogis, l’un d’eux est allé maintenant à Bombay. Celui à qui J’ai donné la Réalisation le premier jour, appartenait à la communauté appelée Gujarati et ce sont des gens très matérialistes. Les autres, des gens du Maharastra – Je suis née au Maharastra – ont eu parmi eux des gens qui murmuraient et ont commencé à dire : « Mère favorise ces Gujaratis, pas nous. Elle ne nous a pas donné la Réalisation. » Personne ne me l’a dit mais Je le savais. Le jour suivant Je me suis très fortement fâchée contre eux. J’ai dit : « Vous, ceux qui parlent ainsi… » et jusqu’où J’ai pu aller, Je ne dis que ça !

Pouvez-vous imaginer qu’en un temps si court, douze personnes ont eu leur Réalisation et ils s’y sont établis ? C’est si magnifique pour nous de les voir. Et depuis, eux tous sont là. Le père de Pradhan est l’un d’entre eux. Il a maintenant 79 ans. J’ai crié sur eux tous et douze d’entre eux se sont établis dedans de façon permanente. Donc vous devez aussi parfois crier.

Yogi : C’est comme le volcan.

Shri Mataji : C’est comme un volcan. Mais pour les enfants, ce n’est pas un volcan, cela peut être juste un ballon qui éclate afin de donner un petit avertissement.

Question : Quand une personne entre en contact avec la Réalisation, qu’elle la pratique et que survient pour elle le moment de trépasser et de quitter son corps, que se passe-t-il ensuite ? Revient-elle ?

Shri Mataji : Oh, ces gens reviennent mais selon leur propre choix, parce qu’ils pensent qu’ils doivent en faire plus.

Comme certains ont un corps qui est maintenant fatigué, vieux, alors ils vont revenir pour m’aider. Je sais que tellement sont nés à nouveau et qui sont des âmes réalisées depuis des lustres. Tellement d’enfants qui sont de grandes âmes, veulent renaître. C’est la raison pour laquelle J’ai dit que nous devions avoir des mariages sains, de bons mariages, parce que ces enfants doivent renaître. Donc évidemment ils prennent naissance car ceci est la raison pour laquelle ils sont là. Ceci est le moment du jugement dernier et ils doivent descendre ici. Tellement sont nécessaires sur cette Terre. Tellement sont nés réalisés dans votre pays, vous devez le savoir.

Question : Vous avez dit que ceci est le jugement dernier, cela m’a interpellé, et vous vous êtes référée à cette époque comme étant un moment très critique, n’est-ce pas ? Pourriez-vous parler plus à ce sujet ?

Shri Mataji : Oui, et ce temps est très précaire et critique parce que ceci est le temps auquel vous avez été préparés. Toute la préparation, toute la création a été faite pour cette chose.

C’est comme si vous prépariez une scène et maintenant vous devez agir. Selon le calendrier indien, ceci est appelé le Krita Yuga, et ce n’est plus le Kali Yuga. Le Kali Yuga, ce sont les temps modernes de la confusion, mais le Krita Yuga est le moment où le Parabrahma, le Pouvoir Primordial agira. Nous agirons. ‘Krita’ veut dire ‘cela agira’. Donc ceci est l’époque la plus importante. Comme le moment le plus important de cette machine [micro] c’est lorsqu’il est connecté au réseau. Avant cela, tout ce qu’il fait est inutile. Ceci est le temps de la Réalisation complète et absolue qui doit être accomplie à cette époque. Donc c’est sans aucun doute le moment le plus important.

Question : Quelle est cette période de temps ? Vous parlez de ce temps mais, dans le temps Divin, la création a duré des milliards d’années. Quel est donc l’encadrement de ce temps, je ne peux pas le comprendre. S’agit-il de milliers d’années, de milliards d’années ?

Shri Mataji : Ce pourrait n’être qu’une seule année ! Aussi soyez attentifs. C’est mieux de vous dépêcher.

Question : Lundi soir à Los Angeles quelqu’un a posé une question sur le retour du Christ et vous avez dit que le Christ viendrait. Et quelqu’un a dit que le Christ vit à Londres. Est-ce vrai ?

Shri Mataji : C’est une grande farce ! Il n’est jamais encore venu. Si quelqu’un dit : « Je suis le Christ », placez-le sur l’eau et il va couler.

Question : Quelqu’un vous a demandé l’autre soir si le Christ viendrait et vous avez dit oui. Je pensais que c’est ce que vous aviez dit.

Shri Mataji : Oui, Il va venir sans aucun doute mais, quand Il viendra, il ne va tenir aucune réunion, aucune conférence, il n’y aura pas de questions, rien. Il va procéder au triage.

Question : Il va faire quoi ?

Shri Mataji : Le triage.

Chercheur anglais : Je connais ce mot.

Shri Mataji : Je parle l’anglais car nous avons appris l’anglais avec les Anglais. Mais l’américain est assez difficile pour moi. Dites-le-leur en américain.

Danny : Le triage : vous serez filtrés. Vous vous trierez vous-mêmes. Ceux qui vont prendre le mauvais chemin iront dans la mauvaise direction, ceux qui ont reconnu…

Shri Mataji : Ceux qui doivent aller au ciel, iront au paradis, ceux qui sont inutiles seront projetés en enfer, ceux qui sont des cas perdus seront détruits pour toujours, et ceux qui sont là seront emmenés dans le royaume du ciel pour la vie éternelle.

Question : Est-ce une façon de parler métaphorique ? Etes-vous en train de parler symboliquement ?

Shri Mataji : Non, non, non, non. C’est vraiment ça. Physiquement.

Question : Vous voulez dire que Jésus Christ, une autre personne, va venir ?

Shri Mataji : Oui.

Question : Si nous sommes tous un, comment se peut-il que quelqu’un soit rejeté ?

Shri Mataji : S’il y a un ongle qui pousse de travers, vous pouvez le couper. Ils deviennent morts.

Question : Pourquoi y a-t-il de la lumière qui vient de la constellation d’Orion ? Est-ce ce Christ qui vient ?

Shri Mataji : Vous verrez le résultat de toutes ces choses. Des tas de choses vont se produire et ceci est juste l’une d’entre elles qui va arriver. Savez-vous que le soleil s’allume et s’éteint juste comme avec un interrupteur ? Beaucoup de choses vont se passer. Cela n’en est qu’une infime partie. Mais tellement de choses arrivent après tout. La scène doit être réussie.

Question : Plus tôt ce matin nous avons entendu que beaucoup de choses surviennent grâce aux artistes et cela m’intéresse car soudainement j’ai su, par rapport à l’année dernière, qu’une grande invasion de musiciens, des gens très talentueux, viennent sur la Côte Ouest. Et j’étais sur le point d’abandonner la musique en Angleterre. J’en avais assez de cette foire d’empoigne et j’ai reçu de façon totalement inattendue une lettre d’une dame de Carmel, Californie, que je ne connaissais pas très bien, disant que je devrais recommencer et qu’on avait besoin de moi là-bas. Et pourquoi avait-elle utilisé ces mots ? Quand je suis venu ici, j’ai immédiatement trouvé des musiciens, l’un après l’autre, et je suis revenu dans mon domaine et j’espère pouvoir chanter au Davies Hall ce Noël. Cela signifie que je suis un complet étranger et ça prend un long moment pour revenir dans l’environnement musical, mais je suis ici depuis seulement deux ans dont une année sans musique.

Shri Mataji : Ils deviennent très sensibilisés dans ce pays et réellement ce sont des gens très simples, c’est pourquoi Je suis venue ici en premier.

Cette abondance a été donnée à tellement de saints. Vous devez compter vos bénédictions, ce que vous possédez. Très peu de pays ont ce genre de climat de part en part. Dieu vous a spécialement béni avec cela.

Mais une Indienne m’a rencontrée dans un magasin et a dit : « Nous vous avons entendue à la télévision et alors un ami est venu de l’Inde. Il m’a dit que Mère est juste en train de perdre son temps en Amérique. » J’ai dit : « Pourquoi ? Ne savez-vous pas que J’ai dit beaucoup de fois que des saints sont nés en Amérique ? Pourquoi parlez-vous comme cela ? » Il a dit : « Ils peuvent bien être des saints mais ce sont des saints perdus. » Comme Je suis allée à Los Angeles, vous voyez, alors il a dit : « Ce sont tous des Lost Angels [anges perdus] ici. J’ai dit : « Non, les anges ne peuvent pas être perdus. Ils peuvent tomber mais ils ne peuvent pas être perdus. Ils doivent être relevés. » Et c’est pourquoi cela se passe ici.

Chercheur : Je suis heureux d’avoir été rattrapé par vous.

Shri Mataji : Oui, très bien. Je suis très heureuse que vous soyez venu depuis cette horrible Angleterre endormie. Ils dorment encore. Tamasa, la Tamise est décrite dans nos anciens livres en tant que Tamasa. ‘Tamas’ veut dire ‘obscurité’. Et celui qui a médité là était Dattatreya, le Maître Primordial qui a médité sur les bords du fleuve Tamasa. Donc cela se passe en Angleterre, imaginez ! Et depuis lors ils ont essayé d’éveiller l’Angleterre. Mais vous savez comment est l’Angleterre, oh mon Dieu ! C’est le cœur, le cœur de l’univers, et le sang n’y circule pas !

Question : Pourquoi l’appelez-vous ‘le cœur’ ?

Shri Mataji : Parce que c’est le cas.

Question : Quand vous dites que l’Angleterre est le cœur de l’univers et les Etats-Unis sont le Vishuddhi de l’univers, cela signifie-t-il que la planète Terre a une place spéciale dans l’univers ?

Shri Mataji : Oui, la planète Terre a une place spéciale mais aussi la planète qui la gouverne et qui est Saturne. Autant d’intérêt est porté à Saturne. Saturne est ici au Vishuddhi. La Terre est le Mooladhara. Le Mooladhara est dans l’os triangulaire [le sacrum].

Question : Mère, voudriez-vous dire quelque chose à propos des extraterrestres ?

Shri Mataji : Tout cela est sous notre contrôle. Les Sahaja Yogis peuvent tout contrôler s’ils le désirent. Cela se trouve à un niveau plus élevé quand vous vous élevez d’ici jusqu’à la conscience cosmique. Mais cela ne vous intéresse pas car c’est mieux de contrôler les êtres humains.

Le grand problème est de savoir comment contrôler les êtres humains. Ils ne peuvent pas se contrôler eux-mêmes. Ils ne peuvent pas être laissés seuls sans que Je doive les contrôler. Vous leur donnez du pouvoir, ils deviennent hors de contrôle. Vous leur donnez de l’argent, ils deviennent hors de contrôle. Que faire ? Ils ne peuvent rien supporter.

Vous avez tellement d’abondance ici mais les Indiens sont des gens beaucoup plus sages. Soixante pour cent des gens – Je ne peux pas le croire – sont homosexuels à San Francisco. En fait ils vont se sentir blessés si Je leur dis que ceci n’est pas naturel. Vous deviendrez naturels, vous vous réjouirez d’une vie naturelle. Il n’y a aucune raison de se fâcher pour cela. Dieu vous a tout donné. Faites le compte de vos bénédictions. Vous êtes des gens spécialement bénis pour vos bonnes actions dans vos vies passées. Mais Je ne vois pas avec quelle sorte de conscience vous avez construit cette vie. Les gens ne veulent juste rien voir.

C’est comme le fait de devoir chanter et apprécier la musique qui en appelle à votre Esprit. Au lieu de ça, c’est sans cesse un horrible « halalalalalalalala », et alors c’est ainsi que les gens deviennent fous avec cela et toutes ces choses psychédéliques que vous utilisez sur les gens. C’est réellement pour devenir fou. Cela rendrait fou même un chien.

Dr. Worlikar : Mère, on peut prouver scientifiquement que cette musique pop est anti-rythmique. Elle n’est pas naturelle.

Shri Mataji : Je sais que Mozart était une âme réalisée, sans aucun doute. Et il y en a eu tellement comme cela. Vous pouvez même avoir du jazz. Il y a tellement de créativité dans le jazz. Mais vous devez baser cela sur quelque chose qui se relie à votre être intérieur. Comme la musique indienne, vous pourriez dire que c’est une sorte de jazz dans le sens où elle est si spontanée. Mais vous devez tout d’abord la construire sur une mélodie. Vous devez aller chez un guru pour comprendre ce qu’est une mélodie et vous devez vous en tenir aux limites de la mélodie. C’est comme un avion, il doit s’élever. Ensuite il ne peut pas aller ici et là dans tous les sens. Il doit être limité. De la même manière une mélodie doit se bouger d’une façon particulière et doit s’élever et descendre. Et vous avez tous les pouvoirs de créer toutes les permutations et combinaisons ainsi que la manière de construire toute l’image, toute la beauté de la mélodie. Vous pouvez juste en faire un véritable palais.

Mais si vous perdez le contrôle en allant ici et là ! Supposons que vous n’utilisiez pas de fil à plomb et que vous construisiez cet immeuble, que se passera-t-il ? Le troisième jour, vous ne le verrez plus là. C’est ainsi, vous ne pouvez pas perdre le contrôle à ce sujet.

La musique de jazz est bonne mais vous devez avoir la connexion avec les bases. En Inde nous étions plus du genre méditatif, on croyait en la méditation et nous retirions une sorte d’orientation des rishis [poètes inspirés] et mounis [saints] méditatifs. C’est le même principe pour la musique, aussi pour l’art, même les pièces de théâtre, tout. Dans une scène dramatique, comment créer une ambiance particulière ? Que faut-il utiliser ? De quelles phrases faut-il se servir ? De quel langage ?

Et parfois Je découvre que, lorsqu’il n’y a pas de compréhension de la science divine de création d’une ambiance, ce qui se passe c’est que, lorsque vous essayez de créer une ambiance, disons d’une grande école, vous commencez juste à en rire. Si vous n’en connaissez pas les bases, vous en faites juste une farce.

Donc toutes les racines de chaque chose doivent être découvertes, leur essence doit être trouvée. Vous ne pouvez juste pas faire n’importe quoi.

Il y a eu aussi une très grande attaque contre la vie occidentale, comme [Richard] Wagner [le compositeur]. Ce grand personnage a attaqué votre musique. Il s’agit d’une attaque démoniaque car il vous a retiré de vos racines. Ensuite nous pouvons dire ces Bauhaus qui ont attaqué votre architecture. Ils l’ont également attaquée parce que tout le sens de la beauté a été perdu avec ça et tout cela s’est éloigné des racines. Et actuellement les gens ont commencé à construite des maisons fonctionnelles.

Vous ne pouvez pas devenir une machine. Vous devez avoir tout le temps les racines qui vous nourrissent. Si vous vous éloignez de vos racines, alors que vous reste-t-il ? Et c’est ce qui n’allait pas avec ces gens, ce Bauhaus. Les Américains deviennent fous parce qu’il n’y a plus que des maisons Bauhaus. Vous vous sentez comme si vous viviez dans un pigeonnier.

Question : Pourriez-vous faire un commentaire sur la destinée par rapport au choix humain.

Shri Mataji : En fait cela consisterait en un discours vraiment conséquent.

Dr. Warren : Voudriez-vous laisser cela pour un autre moment ?

Shri Mataji : Non, non, Je vais juste le réduire en une seule phrase. Nous avons le choix humain d’aller en enfer ou d’aller au ciel. Si vous voulez aller en enfer, vous y êtes.

De fait la destinée c’est selon ce que vous choisissez que sera votre propre destinée. Parfois vous choisissez vos parents, vous choisissez votre pays, et parfois vous y êtes placés. Mais quelles que puissent être votre destinée, votre situation, vous pouvez tous aller au ciel. Voilà ce qu’il en est, cela a été promis, c’est là. Cela ne fait aucune différence que vous veniez d’un quelconque type de communauté, de caste, de contexte, vous pouvez tous aller au ciel, vous pouvez entrer dans le royaume de Dieu. Cela ne fait absolument aucune différence. Donc ces destinées sont laissées en arrière, vous pouvez tous atteindre la lumière du soleil, c’est cela le point important.

Le choix consiste à vouloir ou pas la lumière du soleil, ceci est votre choix. Donc la destinée n’a pas à être décidée à ce niveau. C’est seulement jusqu’à ce niveau que vous êtes absolument très fortement attachés aux choses. Mais l’ascension est possible pour tout le monde. Que vous soyez un DC10 ou un jumbo jet, vous tous pouvez voler dans l’air.

Question : Que veut dire la Bible quand il est écrit : « Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de domaines. »

Shri Mataji : Il y a beaucoup de domaines parce que ceux-ci sont tous les domaines. Il y a sept centres ici dans la tête, leurs sièges à eux tous sont ici. Et dans Sa maison, il y a beaucoup de domaines. Supposons que vous soyez un artiste, un musicien, vous pouvez entrer dans le domaine de la musique où vous vous réjouirez de l’essence de ces choses. Quoi que vous vouliez, vous pouvez vous y mouvoir. Beaucoup de domaines, c’est la description de la grandeur et de la variété de Sa beauté et de Sa splendeur.

Question : Mère, ma question revient sur l’idée de triage et de jugement. Un Yogi a dit plus tôt que vous étiez tous une cellule de Dieu. Détruirait-Elle une de Ses propres cellules ou Dieu détruirait-Il une cellule ?

Shri Mataji : Non, non, non, pas la cellule. Mais ce qui se passe, quand par exemple des ongles croissent, ils doivent être enlevés du corps. L’excrétion doit aussi avoir lieu dans le corps. Ceci fait également partie de la fonction d’un corps.

Question : Ma question concerne l’essence spirituelle de nous-mêmes. Est-elle jugeable ?

Shri Mataji : L’Esprit n’est pas une chose innée en nous comme vous le pensez. C’est comme dans une bougie, la lumière n’y est pas innée. Ce peut être une lampe ou ce pourrait être une lampe allumée. Donc quand ça devient juste une lampe, une lampe inutile qui ne peut être illuminée, nous la jetons. C’est du bon sens. Si vous avez dans votre maison une lampe qui ne peut donner de la lumière, vous ne voudrez pas la garder. Vous allez juste la vendre ou la jeter.

Question : Oui. Mais pouvez-vous penser à une âme de cette façon ? Pouvez-vous penser à une essence humaine comme quelque chose qui peut être inutile ou dont on peut disposer ?

Shri Mataji : Elle revient à être réduite à son côté inutile, comme la matière. Cela peut même être pire. Je ne désire pas en parler. C’est terrible. C’est très dur. Vous devenez du plastique. C’est une chose inutile.

Question : Quand je médite ou après, je ressens une petite image de vous et parfois aussi je sens la présence du Christ. Et quand je vous entends parler de Jésus, je ressens qu’il y a là une intimité et une imminence.

Shri Mataji : Enormément.

Question : Et pourriez-vous aider à éclaircir quel a été exactement le cadeau du Christ aux êtres humains ?

Shri Mataji : Oh, le plus grand de tous ! Ce sujet aussi vaudrait tout un autre discours mais d’accord, Je vais couvrir ce sujet parce que c’est très doux de sa part de demander cela.

Si vous écoutez un de mes discours à propos du Christ, vous saurez ce qu’Il a fait. C’est une très bonne question et la seule chose que Je vous dirai, c’est que toutes ces incarnations sont venues sur différents centres. Ils sont les jalons de notre évolution. Et quand le Christ est venu, l’ego et le superego se sont tellement développés à ce point, quand les Romains étaient là. Tout cela était pareil à deux ballons absolument attachés l’un à l’autre comme cela, juste ici.

Et cela devait être fait de telle manière que quelqu’un devait traverser ceci, être là, et seule une personne du calibre du Christ pouvait faire ça parce qu’Il était fait de la Chaitanya elle-même, Il était juste des vibrations avant tout. Il n’avait pas de corps, à tel point qu’Il n’avait pas d’élément Terre en Lui. Il était juste de la Chaitanya. Il était l’Omkara Lui-même. Il s’est incarné sur cette terre car Lui seul pouvait entrer dans cette position de passer à travers cette épreuve pour montrer la Résurrection.

La Résurrection est le message ! Seul Lui pouvait le faire. Il est spécialement venu pour ceci. Vous devez écouter mes discours sur la vie du Christ, ce qui Lui est arrivé et tout cela. Mais Je voudrais vous suggérer une chose. Aujourd’hui vous me faites face. Le Christ nous a immensément aidé et Il a créé cet Agnya Chakra pour nous qui est une chose très importante. Sans cela il n’y aurait pas de porte par où pénétrer. Mais maintenant vous devez être ici [au Sahasrara], plus là [à l’Agnya]. Donc voilà ce qu’il en est.

Alors vous devriez essayer de comprendre votre relation dans Sahaja Yoga avec le Christ, combien c’est important et combien Il travaille en vous-même. Et vous devez savoir que vous devez maintenant renaître avec votre Esprit. Alors c’est maintenant que vous devez accomplir le travail de la lumière. Comme le Christ l’a dit Lui-même, une lumière illuminée ne doit pas être gardée sous une table. Donc voilà ce qu’il en est : votre travail actuel est de refléter cette lumière qui est en vous.

Question : Depuis que je suis dans la pièce, j’ai ressenti un intense serrement dans ma gorge. C’est arrivé plusieurs fois auparavant et je ne peux pas le comprendre. Je ressens comme le besoin de pleurer.

Shri Mataji : Avez-vous fumé auparavant ?

Chercheuse : [INDISTINCT : Non.]

Shri Mataji : Dans votre cas, le côté gauche a été blessé. Vous n’êtes pas bien émotionnellement. C’est de l’encrassage émotionnel. Vous avez besoin d’expression émotionnelle ou vous n’êtes pas émotionnellement établie, Je peux dire que vous n’avez pas été nourrie émotionnellement. C’est pourquoi il y a là un manque et c’est ce dont vous avez besoin. Et ce que vous avez à faire, c’est de monter votre côté gauche vers le côté droit – d’arriver à l’équilibre – et alors vous vous sentirez mieux. De toute façon Je regarderai votre Vishuddhi Chakra. Vous devez avoir confiance en vous-même, savoir que vous faites partie intégrante du Tout. C’est ce que fait le Vishuddhi Chakra.

Alors combien de question avez-vous encore ? Quoique ce soit typique de la MT.

Question : Ferai-je la même chose pour moi ?

Shri Mataji : Non. Nous vous dirons le mantra que vous devrez prononcer pour neutraliser cela. Un très grand mantra est nécessaire [Mère montre le Vishuddhi Gauche] et il va faire de vous un maître. Et ensuite vous devrez aider tous les gens de la MT.

Question : La chose que je ne comprends pas, c’est que vous parlez de compassion et cependant quand vous parlez de Mahesh ou du guru Maharaji ou de Bhagwan, je ne ressens pas cela. Ce que je comprends, quand j’observe toutes les attitudes, quand les gens se mettent eux-mêmes en avant de cette façon, c’est qu’ils tiennent aussi un rôle dans le processus de triage.

Shri Mataji : Le fait est que vous n’êtes pas sensibles à la divinité. Ce que Je ressens, c’est que beaucoup d’entre vous ne le sont pas. C’est aussi pourquoi vous êtes déçus. Si vous y étiez sensibles, si vous aviez des yeux innocents, vous l’auriez vu. Les Indiens sont très rarement harponnés par ces gens. Deuxièmement J’ai vu cela à Rome. Les Italiens ont cette sensibilité. En Europe, eux et les Autrichiens possèdent cette sensibilité fortement développée. Ils peuvent le voir immédiatement de la photo et ils peuvent le discerner. Mais vous, vous ne l’avez pas. Que faire ? Vos yeux ne sont pas en bon état – Je devrais le dire de cette façon – et vous ne pourrez pas vous fier à eux jusqu’à ce que vous les ayez complètement nettoyés.

Dr. Warren : Il a aussi fait mention de la compassion envers eux. Ne devrions-nous pas avoir de la compassion ?

Shri Mataji : La compassion, c’est comme Je vous l’ai dit, ce n’est pas utile d’avoir de la compassion pour Hitler. Cela n’a aucune signification pour lui. Vous ne pouvez pas avoir de la compassion pour eux. Laissez Dieu décider à leur sujet. Voilà ce qu’il en est.

En premier vous devez développer votre propre Soi de telle manière que vous deveniez une source de compassion. Et essayez tout d’abord de comprendre des gens plus simples, n’allez jamais vers une chose compliquée. Tout comme en apprenant une nouvelle langue, nous étudions en premier des mots plus simples et ensuite nous allons vers des mots difficiles. De la même manière, n’essayez pas d’aller vers des gens difficiles. Ils ne sont pas seulement difficiles, mais certains d’entre eux sont sinistres, et pas seulement sinistres mais ce sont des démons et certains d’entre eux vont réellement faire de vous des monstres. Vous ne le savez pas mais ce sont des gens très intelligents. En Inde, les gens sont non seulement effrayés par eux mais aussi par leurs disciples.

Par exemple, vous parlez de Rajneesh. Ce gars était à Pune et les gens qui vivaient à Pune s’étaient opposés à lui. Un jour un homme vint dans la maison de quelqu’un et cet homme était un disciple de Rajneesh. Ils ne savaient pas qu’il était un disciple car il ne portait pas le vêtement. Tandis qu’ils mangeaient, il leur a dit qu’il était un disciple de Rajneesh et ce qu’ils ont fait, ce fut de lui dire qu’ils étaient désolés mais qu’ils ne pouvaient pas le garder là et qu’il ferait mieux d’aller dans un hôtel. Ensuite ils ont tout lavé dans la maison. Ils ont donné tous les ustensiles à d’autres en disant qu’ils ne pouvaient plus les utiliser.

C’est une question d’auspiciosité et vous, vous n’avez aucun sens de l’auspiciosité. Vous n’êtes pas sensibles à cela. Votre attitude matérialiste vous a rendus comme cela. Vous ne pouvez pas le sentir.

Question : La chose dont je parle c’est dans le sens d’abaisser les autres enseignants.

Shri Mataji : Non, ils ne sont pas des enseignants.

Je dis qu’il y en a deux sortes. Il y a de réels enseignants et de faux enseignants. Je ne les abaisse pas. J’essaye de vous sauver, c’est tout. Si cela les abaisse, que devrais-Je faire ? Je ne suis pas préoccupée par eux mais Je suis concernée par vous et, si vous n’aimez pas cela, vous pouvez aller chez eux. Mais ne revenez pas auprès de moi car c’est un vrai problème pour moi. Cela ne m’intéresse pas. Vous êtes libres d’y aller. C’est comme Roy, il a amené ces gens, Je ne voulais pas qu’ils viennent. Je savais qu’ils s’effondreraient mais il n’a pas voulu écouter, aussi il les a amenés et maintenant ils s’écroulent. Il a aussi essayé devant ma photo un tas de fois. Il amenait les gens devant ma photo et ils se mettaient à trembler comme ceci, et même les fous trembleraient de la même façon.

Ce que Je dis c’est que, quoi qui soit évident pour nous, n’est pas évident pour vous. Tout comme une personne illuminée, vous feriez mieux d’éveiller la lumière dans vos yeux, juste pour voir où vous allez. Que vous ont-ils donné ? Rien !

Question : Quand vous dites que c’est un gâchis de montrer de la compassion envers quelqu’un comme Hitler, je ressens qu’à chaque fois qu’on a de la compassion, l’amour est la même chose exprimée vers quiconque, quel qu’il soit, qu’on donne de belles choses, qu’ils vont l’utiliser même si cette personne ne…

Shri Mataji : Il y a un dicton dans la Bible : « Ne jetez pas des perles devant quelque chose. »

Chercheurs : Les cochons.

Shri Mataji : Maintenant cela doit se terminer car vous aimez quand le Christ dit quelque chose mais pas moi quand Je dis quelque chose. Aussi Je ne veux plus continuer comme cela.

Dr. Warren : Ils ne savent pas qui est le cochon.

Shri Mataji : C’est le problème. Si vous appréciez quelqu’un, allez avec lui. J’ai besoin d’être très franche. Je serai très heureuse avec peu de gens. Si vous ne voulez pas venir ici, vous feriez mieux d’aller là. C’est pour vous ! Je n’ai rien à en dire.

C’est un vrai problème pour moi. Demandez-lui. Vous ne savez pas combien cela a été difficile de sauver cet homme. Vous pensez être mes obligés ? Rien du tout. C’est une horrible chose pour moi de voir quelqu’un venir de chez ces gens affreux. C’est si difficile de les sauver. Ils sont pareils à des gens mangés par des crocodiles. Comment les récupérer ? Juste, dites-le-moi ! Une personne comme moi n’y trouve parfois en fait pas d’intérêt.

Nous avons interdit depuis un ensemble d’années que des gens viennent de toutes ces personnes. Jusqu’en 1978 nous ne voulions pas parler aux gens qui venaient de chez d’autres personnes. Après 1978, j’ai maîtrisé celui-ci, ensuite en 1979 j’en ai maîtrisé un autre. Tout le monde l’a maîtrisé. Puis nous avons accepté. Ce fut un tel problème. Non seulement ils devenaient malades – demandez-leur, ils vous raconteront tout à ce sujet. Nous eûmes aussi quelqu’un de Bhagwan Rajneesh qui a maîtrisé ça maintenant. Mais ils ne voulaient pas le laisser entrer dans l’ashram et il est venu dire : « Maintenant, Mère, sauvez-moi. J’ai jeté les vêtements, j’ai jeté ces mallas, tout. » Je me suis dit : « Que faire ? Ces gens ont un problème. » Puis Je l’ai appelé dans ma maison et il est resté avec moi, et mon mari a dit : « Quelle sorte d’homme inauspicieux est venu ? Depuis qu’il est arrivé, nous cassons tout dans la maison. » Je me suis demandé : « Où envoyer ce gars maintenant ? » Et ensuite il alla bien, et maintenant il est devenu un grand maître de Sahaja Yoga. Il s’appelle Robert.

Mais si quelqu’un insiste en faveur de son guru, laissez-le aller. N’ayez juste rien à faire avec eux. Laissez-les avoir cela. C’est mieux ! Tous les Sahaja Yogis devraient faire cela, Je vous le demande. Ne vous cassez pas la tête avec cette histoire insensée de compassion aujourd’hui. Ce sont d’horribles destructeurs, les démons de ce monde, tous des démons anti-Dieu.

Question : Si vous êtes une personne qui n’a pas expérimenté la Réalisation du Soi, comment saurez-vous si vous êtes le genre de personne qui va vous amener un problème ou pas ?

Shri Mataji : C’est le problème. Et pour cela Je suis venue en premier dans votre pays. J’ai été la première à venir et J’ai fait des annonces à ce sujet. Je les ai nommés et vous ai dit que celui-ci est Rajneesh et qui est ce Mahesh Yogi et tous ces gens. J’ai cité leurs noms, expliqué quels démons ils sont et ce qu’ils étaient en train de faire, ce qu’ils vous feront, dans tous les détails. Parler ainsi ouvertement pour une femme, avec un tel courage ! Personne ne l’a apprécié. Même maintenant ils n’aiment pas ça.

Et Rajneesh, vous seriez surpris, des milliers sont allés vers lui, et c’est une mode. L’autre jour quelqu’un m’a dit qu’une créature très misérable allait venir. J’ai demandé : « Qui est-ce ? » Et c’était un disciple de Rajneesh qui est venu : « Ahhhhhhhhhh » comme cela, un jeune gars sur une chaise roulante. J’ai dit : « Laissez-le partir. Laissez-le aller. » Que faire ? Vous ne pouvez rien faire pour une telle personne. Je n’ai pas de temps pour cela. J’ai du temps pour mes propres gens qui sont sensibles. Je ne veux pas perdre mon énergie sur eux. Pourquoi le ferais-je ? Je leur ai expliqué de toutes les manières possibles. Ils voulaient toujours aller chez eux. Alors que peut-on faire ? Vous pouvez amener le cheval près de l’eau, vous pouvez verser l’eau en lui, mais lui doit l’avaler. S’il ne veut pas l’avaler, jusqu’où pouvez-vous aller avec cela ? J’ai fait tout ce qui était possible.

Question : Si une personne n’a pas expérimenté la Réalisation du Soi, est-ce dû à son manque d’y être ouvert ?

Shri Mataji : Oui, évidemment. Ils n’ont aucun sens du jugement, et il y a aussi ce prada qui est là, le fait qu’ils répètent les erreurs de leur vies précédentes.

Mais c’est ouvertement ouvert à chacun, tout le monde peut venir à Sahaja Yoga. Vous savez que vous n’avez rien à payer. Que vous soyez de n’importe quelle caste, croyance ou race. Si vous cherchez réellement, gardez juste vos cerveaux intacts et voyez pour vous-même. Atteignez logiquement la bonne conclusion et allez-y. Vous devez avoir cette prescience. Ce doit à être à cause de ce prada qu’ils ont, qu’ils appellent ‘le non-sens des vies précédentes’. Je ne sais pas jusqu’où ils peuvent aller. Je ne sais pas comment ils peuvent être subjugués. Ceux-ci sont tous des saints, ce sont les gens de Dieu. Comment peuvent-ils aller là ? Je ne peux juste pas comprendre.

Il y a une photo de Rajneesh. Si vous la voyiez, vous ne mangeriez pas pendant 8 jours. Elle a maintenant été achetée par Rajneesh et ne peut être montrée en public. Mais vous pouvez la voir en privé. C’est horrible. C’est l’enfer personnifié. Un homme est allé là et a pris une chose secrète. Il est devenu un homme très riche car des tas d’argent lui ont été donnés. Actuellement il ne fait plus rien. C’est comme cela. Donc ce devrait être ouvert en pleine lumière.

Question : La Réalisation du Soi est-elle la même pour tout le monde ?

Shri Mataji : Oui, d’une certaine façon elle est la même. Mais l’ascension peut être lente, peut être rapide. Cela dépend de l’individu.

Question : Mère, nous appelez-vous ou devons-nous vous appeler ?

Shri Mataji : Vous m’avez appelée en premier et ensuite Je suis venue et vous ne m’avez jamais reconnue. C’est le problème. Vous tous m’avez appelée depuis des lustres. Ceci a été totalement fait, arrangé depuis des années, mais ils ne pouvaient pas me reconnaître.

Question : Vous parlez de donner la Réalisation en touchant juste quelqu’un. Cela lui a fait sentir comme devenir proche de vous et d’être touché.

Shri Mataji : Cela se répand juste au travers de vos mains, tout le pouvoir s’écoule au travers de vos mains.

Vous pouvez bien avoir des blocages car vous atteindrez votre perfection beaucoup plus tard. Ce peut bien être une voiture de seconde main mais elle fera le travail. Cela ne donnera pas votre blocage à quelqu’un d’autre. Quand vous donnez la Réalisation, vous vous trouvez dans la forme la plus pure. Mais alors parfois, si vous venez au niveau mental et commencez à parler à une autre personne, alors il peut avoir un blocage. Mais normalement Je n’ai pas vu une personne donnant la Réalisation, transférer le blocage à un autre. Vous n’avez même pas besoin de toucher la personne. Vous pouvez juste bouger vos mains derrière eux et leur donner la Réalisation.

C’est si grand. Je suis moi-même surprise de cette activité, de comment elle agit automatiquement. En deux minutes vous pouvez la commencer. Vous obtenez votre Réalisation et vous commencez. Mais il vaut mieux que vous sachiez tout à ce sujet car vous ne savez pas comment vous protéger [vous et les autres]. Il y a une petite protection qui est nécessaire car vous venez très vite sur le niveau mental. C’est comme vous déplacer à travers une foule pour venir vous installer sur le sommet d’une colline. Vous sentez que vous êtes encore dans une foule et que vous conduisez la voiture, aussi cela vous perturbe, jusqu’à ce que ce ressenti soit là. Une fois que vous en êtes totalement sorti, il n’y aura plus de problème, plus jamais de blocage.

Question : Dans certains de vos discours, vous avez parlé des maîtres primordiaux et ils sont tous masculins. Ils se sont incarnés dans un corps masculin et je me suis demandé s’il s’agissait d’une lignée naturelle, ou pourquoi cela s’est-il passé ainsi au cours du temps, historiquement, comme il y a eu Abraham, Moïse, Lao Tse, etc.

Shri Mataji : En premier nous devions construire le principe de la paternité se basant sur la peur car sans peur, les êtres humains n’écouteront pas. Imaginez, du temps de Moïse, les Dix Commandements qu’il a apportés, devaient être attachés car les gens étaient si horribles. Il devait être très, très strict avec eux à cette époque car, vous pourrez le voir d’après les Livres des Esséniens, vous aurez une idée de combien ces gens étaient terribles.

Ensuite nous devions parler du Christ car Il devait traverser l’Agnya. Il devait le traverser car c’était cela le problème. A cette époque il y avait trop d’ego. Imaginez, au temps des Romains, combien ils étaient horribles. Donc il devait accomplir cela.

Aujourd’hui nous avons atteint un point où nous n’en pouvons absolument plus, nous en avons assez de nos egos et super-egos. Actuellement seule la Mère peut vous aider. Nous avons dû faire marcher cela à différents niveaux variés de votre conscience. Maintenant c’est le moment pour la Mère de vous nourrir, de vous apporter cet amour, car maintenant vous ne serez plus abîmés. Cela, vous le comprendrez.

Question : Mataji, au cours de cette incarnation, quelle a été la nature de votre illumination ? Qui a été votre guru et avez-vous instantanément reconnu que vous étiez la Mère ou bien ce fut plus tard ?

Shri Mataji : J’ai été et Je suis la Mère de tous les gurus. Alors qui sera mon guru ? D’une certaine façon, même vous pouvez être mon guru. Je vais vous dire comment. Car Je ne comprends pas si bien les êtres humains, la manière dont ils se lancent dans leur non-sens.

Comme l’homosexualité, Je ne savais pas qu’ils suivaient ce non-sens d’homosexualité. Donc quelqu’un qui me parle des homosexuels, est dans un certain sens un guru car il en sait plus que moi. Je ne connais pas beaucoup de choses. Je ne sais pas comment conduire, je ne connais pas les opérations bancaires, Je ne comprends rien à l’argent, Je suis nulle. Donc vous pouvez être un guru pour moi. Vous ne savez pas combien j’en connais peu. Quand vous me voyez, vous serez surpris de ce que Je suis une personne ignorante. Parfois je ne sais même pas comment ouvrir vos sacs en plastique, J’en connais si peu. Je dois dire que Je ne suis pas bonne pour cette vie moderne. Je suis une femme de l’antiquité. Donc n’importe qui pourrait être mon guru, vous tous pourriez être mes gurus. Donc vous pourriez dire : [Hindi], « Même si c’est un enfant qui dit quelque chose de bien, vous devez l’écouter. »

Donc Je dois vous écouter et J’en apprends beaucoup. Vous ne savez pas combien de choses vous m’avez enseigné. Je suis forte pour l’éveil de la Kundalini mais si peu pour tant de choses, vous ne pouvez pas imaginer. Mon époux est si contrarié. Il me téléphone tous les trois ou quatre jours pour savoir si Je suis toujours entière.

Mais Je savais tout sur moi-même depuis ma plus tendre enfance. Je savais ce que J’étais, pour quelle raison J’étais venue. Je connaissais ma responsabilité. J’ai été une personne très responsable depuis toute jeune. Mon père disait à tous que : « Maintenant la Déesse est née dans ma famille. » Il m’a respectée juste comme une Déesse. Et il a été mon premier guru car il m’a tout expliqué sur les êtres humains, jusqu’où ils pouvaient aller, mais il ne connaissait pas cette homosexualité. Il ne savait pas que ceci était un nouvel avancement. Mais il est celui qui m’a parlé de Martin Luther, des problèmes chrétiens, hindous, musulmans, tous. Il m’a parlé de tant de choses. C’était un homme illuminé et il savait dans quel but J’étais venue. Il est celui qui m’a expliqué plein de choses, spécialement au sujet des êtres humains, car Je ne pouvais pas comprendre alors pourquoi ils se comportaient ainsi. Je ne pouvais juste pas comprendre. Ainsi vous pourriez être mon guru sur beaucoup de points à propos des Américains.

Donc Je n’ai besoin d’aucun lignage car Je suis la Mère. Même tous les gurus, ces grands gurus en Inde, me traitent tous comme une Mère.

Question : Comment se fait-il que votre Kundalini se soit élevée spontanément et ce, à quel âge ?

Shri Mataji : Ma Kundalini [éveillée] était juste là mais l’ouverture du Sahasrara, Je l’ai accomplie le 5 mai [1970] et en fait Je voulais faire cela un peu plus tard. Je pensais que c’était un peu tôt car Je voulais voir jusqu’où ce Rajneesh pouvait aller et J’ai dit à mon époux que Je voulais aller voir cet homme là-bas. Donc il a organisé cela avec des amis qu’il avait là et ils y ont arrangé mon séjour. Je ne suis pas restée avec eux tous. Je suis allée jusqu’à l’océan et J’ai commencé à voir quelle était la tendance. J’ai vu ce gars, jusqu’où il pouvait aller. Alors Je me suis dépêchée. J’ai dit : « C’est mieux d’ouvrir enfin le Sahasrara. »