Shri Jesus Puja, 1984

Montague Hall, Hounslow (England)


Send Feedback
Share

Shri Jesus Puja. Hounslow, London (UK), 23 November 1984.

English transcript verified IBP
Traduction française version 1/1/2014.

Donc, hier c’était une belle journée pour vous tous, et J’ai parlé un peu d’un niveau différent. Nous avons tout le temps discuté de choses matérielles, et ces choses sont parfois… [Un bruit bizarre dans la sono. Qu’est-ce que c’est? Ca va.] elles ont tant d’importance, c’est ce que nous croyons, mais lorsque Je vous ai parlé hier, J’espère que vous avez tous réalisé que nous devons maintenant sauter dans un autre domaine, celui d’une connaissance plus subtile de Sahaja Yoga.
Au début nous étions préoccupés par nos familles, nos enfants, nos ménages, puis nos mariages… L’une après l’autre, toutes ces questions sont apparues. Et vous vous faisiez du souci pour toutes ces choses, de toutes petites choses. Ensuite nous nous sommes aussi préoccupés des ashrams que vous aviez, des problèmes d’ashram, de ce que nous avons fait, comment nous avons affronté les problèmes, comment les gens créent des problèmes…
C’est ainsi que notre humanité a commencé à acquérir une compréhension plus subtile. Et alors nous avons aussi réalisé que nous sommes bénis par Dieu, qu’il y a quelque chose de grand qui s’occupe toujours de nous. Une force supérieure, une attention particulière est toujours présente sur nous. Voilà ce que nous avons réalisé. Aujourd’hui J’expliquais comment cela se produit, comment nous réalisons que Dieu nous aide aussi.
Tout problème est l’effet d’une forme de cause, chaque problème!
Par exemple, Mona a écrit dans sa lettre qu’elle conduisait sur l’autoroute et qu’elle a perdu le contrôle de la voiture, et que le frein n’agissait pas. Et il y avait une voiture venant de la droite, une voiture à gauche, des voitures devant et derrière. Et elle a senti que c’en était fini. Elles voyageaient à deux, deux Sahaja Yoginis. Donc la cause était la voiture, ou le frein ou peu importe quel mécanisme, et l’effet était tout ce problème.
Alors maintenant comment surmonter ce problème? Si vous essayez, supposons, de neutraliser l’effet, vous ne pouvez pas, parce que la cause est toujours là. Si vous essayez d’enlever la cause, cela ne fonctionne pas. Alors que faire?
Alors la chose la plus facile est de dépasser la cause, de vous élever au-dessus, d’aller au-delà de la cause. Alors la cause n’existe plus pour vous, donc l’effet n’existe plus. Tant que la cause existe dans votre attention, l’effet sera présent.
Alors qu’a-t-elle fait? Elle M’a simplement priée, elle a juste pensé à Moi: “Maintenant Mère est ma dernière chance!” C’est tout! Alors la cause a disparu, parce que vous allez au-delà d’elle. Et l’effet aussi a disparu, et elle en était surprise!
Donc vous devez vous élever, dépasser la cause.
Maintenant les problèmes comme: “Ma femme est comme ceci, mon mari est comme ceci, ma famille est comme ceci, les Sahaja Yogis sont comme ceci…” Il y a toutes sortes de choses. C’est un effet. Maintenant quelle en est la cause? “C’est telle personne!” D’accord, maintenant comment obtenez-vous la négation de la cause? Par l’abandon!
Vous avez le droit de le faire, vous y avez droit, vous pouvez le faire, vous en êtes capables, vous êtes autorisés à le faire, mais vous ne le faites pas, vous oubliez. Vous oubliez simplement! Si vous abandonnez cette cause, les effets s’en iront. Mais il s’agit d’y penser, à ce moment-là, de vous rappeler que vous devez vous élever.
Aller au-delà de la cause, c’est le meilleur moyen de s’en débarrasser.
Donc, J’ai joué avec vous, vous aviez des causes à raconter: “Ah, Mère, voilà le problème: je n’avais pas de travail, et maintenant j’ai un travail.” Lorsque vous trouvez un travail, alors c’est: “Je ne suis pas marié, je dois avoir une femme”, puis: “Ma femme a un problème, et nous devons divorcer” et ceci est comme cela et cela est comme ceci. Puis: “Je suis comme cela, je me comporte très mal parce qu’il y a un bhoot en moi. Donc c’est le bhoot qui est la cause. Et je me comporte comme cela parce qu’il y a un bhoot en moi.” C’est aussi un bouc émissaire courant, Je crois.
Donc, d’abord, allez au-delà de cela, en disant: “Quel est ce bhoot? Qui est ce bhoot? Je connais ma Mère, alors, Mère, occupez-Vous de ce bhoot qui est en moi.” C’est tout!
Mais pour cela, une situation d’urgence doit arriver. Sinon vous ne le faites jamais, du moins pas avec cette force. Lorsque vous êtes dans une situation d’urgence, alors cela fonctionne plus vite. Lorsqu’il n’y a pas d’urgence, alors c’est sans conviction, comme dans le cas de Mona.
Il y a un autre cas, où un journaliste voyageait de Lonavla, Je crois, ou quelque chose comme cela, et ses freins sont tombés en panne et il était avec un autre journaliste. Donc les deux étaient ensemble. Ceci, c’est un autre journaliste qui Me l’a raconté. L’autre était Sahaja Yogi. Alors il s’est aperçu que ses freins ne fonctionnaient pas et il s’est aperçu que sa voiture continuait—en face il y avait un gros camion qui arrivait et un autre camion derrière. Et il n’avait pas moyen de tourner ou de sortir et ses freins étaient morts. C’était une situation d’urgence.
Il se développa dans son esprit une telle urgence: “Mon Dieu, maintenant le dernier instant est arrivé! Maintenant c’est fini: il y a un camion qui vient de là et un autre camion…” En une fraction de seconde, il allait être fini. Et alors qu’il était sur le point de mourir, il dit à son ami : “Pense à Mère!”, c’est tout. Et ce qu’il découvrit, c’est qu’il était gentiment en train de rouler au pas sur la route, que les camions étaient derrière lui et que les freins fonctionnaient.
Mais il faut que cette situation d’urgence arrive. Les êtres humains sont tels que, tant qu’ils ne sont pas à deux doigts d’une impasse, ils ne peuvent pas faire cela. Une fois qu’ils sont dans une impasse, alors ils le font. Voilà la raison pour laquelle des gens essaient de mener une vie ascétique, parce que, lorsque vous êtes un ascète, alors vous êtes dans une impasse. Ils vont dans le désert de Gobi pour créer cette urgence intérieure, et alors ils pensent à Dieu, en étant détachés. Mais c’est trop tard pour aller dans le désert de Gobi. Ils créent des problèmes pour les amener dans des impasses, afin de pouvoir en sortir.
Mais pour des Sahaja Yogis, qui sont sages, ce n’est pas nécessaire. Mais comment y arrivez-vous sinon, en si peu de temps? La seule voie, c’est la méditation. Chacun doit méditer, c’est important. Si vous ne méditez pas, vous pouvez continuer, mais combien de temps? Vous pouvez aller bien pendant un moment, pendant deux mois, peut-être deux ans, mais ensuite vous tombez! Beaucoup de gens pensent: “Oh, à quoi bon méditer? Vous voyez, ce n’est pas grave si vous ne méditez pas, cela ne fait rien.” Ce n’est pas le cas! Parce que c’est seulement dans la méditation que vous grandissez. Dans une situation d’urgence, vous grandissez tout à coup, pas de doute. Je veux dire, juste comme un diable dans sa boîte, vous devez sortir par le haut, avec un ressort.
Mais si vous devez avoir une croissance continue, alors vous devez méditer, permettre aux pensées… de venir l’une après l’autre, et ensuite leur permettre de se retirer, parce que vous vous élevez dans l’état de conscience sans pensée, et c’est dans cette conscience sans pensée que vous grandissez. Et vous développez votre détachement, envers la cause de tous les effets. S’il n’y a pas de cause, il n’y a pas d’effet!
Mais c’est cela le problème chez nous, c’est que normalement nous ne méditons pas. C’est seulement lorsqu’arrive la toute dernière limite, où maintenant nous devons tomber dans le puits, alors nous y pensons! Peut-être qu’à ce moment-là vous serez secouru, mais vous ne grandissez pas!
L’évolution peut seulement se faire si vous méditez. Un des aspects très importants, c’est l’aide totale aux personnes qui méditent. Sinon, dans la vie normale, comment grandissons-nous? Si nous n’avons pas d’oxygène, nous ne pouvons pas grandir. Vous devez avoir assez d’oxygène, vous devez avoir assez de nourriture, vous devez avoir toutes ces choses. Mais dans la spiritualité, vous grandissez à travers la méditation, il n’y a pas d’autre moyen!
Ceux qui pensent qu’ils peuvent grandir sont prétentieux, ce sont en fait des gens prétentieux. Parce qu’ils peuvent beaucoup parler de Sahaja Yoga. J’ai vu des gens qui parlent trop de Sahaja Yoga, qui peuvent faire de grandes conférences, ceci, cela, mais qui n’ont pas du tout de vibrations. Ils ne peuvent faire aucun travail pour Sahaja Yoga, ils ne sont pas collectifs, ils n’ont pas le bon sens d’être collectifs—toutes sortes de problèmes!
Mais l’évolution spirituelle doit être obtenue à travers la méditation, c’en est un des aspects. C’est, on peut dire, la vénération, le Pūjā. Là vous n’avez rien à abandonner, vous devez simplement devenir détaché—détaché de la cause elle-même. Voilà le premier point.
Deuxièmement, cela vous emmènera, Je dirais, vers le côté plus subtil de vos liens émotionnels, parce qu’un lien émotionnel vous a donné une certaine identification: vous êtes Chrétien, Hindou, Musulman ou ceci et cela, ou bien Anglais ou de n’importe quel genre de race, disons, quel que soit le nom que vous donniez à cela.
Toutes ces choses tomberont, parce que vous aurez une personnalité détachée. Alors ces liens émotionnels: “C’est mon frère, c’est ma sœur, je suis inquiet pour ma femme, je suis inquiet pour mon enfant,…”, tous ces liens émotionnels, qui font de vous une personnalité plus étroite, tomberont, et vous aurez un seul lien émotionnel, c’est: “Je grandis en compassion, ma compassion agit, ma compassion est efficace, ma compassion est une lumière, ma compassion me donne du discernement, je suis un Yogi…”
Et deuxièmement vous lisez des choses sur Sahaja Yoga, vous connaissez Sahaja Yoga, vous connaissez la technique de Sahaja Yoga, vous élevez votre Kundalinī, vous nettoyez vos Chakras, vous essayez de comprendre les mantras, vous maîtrisez vos mantras, vous maîtrisez vos Déités, vous Leur faites plaisir—avec toutes ces choses, si elles sont faites correctement, vos liens mentaux tomberont.
Ceux qui pensent qu’ils sont de grands scientifiques sauront que ce n’est pas de la science—la science de la technique de Dieu est bien plus. Ceux qui pensent qu’ils ont trop lu liront ce dont ils ont besoin à propos de Sahaja Yoga, et le pratiqueront sur eux-mêmes, ils le verront par eux-mêmes et sur les autres. Ils sauront que tout ce qu’ils ont lu auparavant n’est que stupidité, n’a aucun sens et est vide.
Et c’est ainsi qu’une forme de vide s’installera, le vide d’ego, parce que verrez que cette connaissance est si formidable. Par exemple, Newton a dit: “La connaissance est comme un océan, et je suis comme un petit enfant qui ramasse quelques galets sur son rivage.” Quelle compréhension!
Donc ce vide s’installe en vous et alors la véritable connaissance commence à entrer. Votre identification avec cette vraie connaissance commence. Votre discours, lorsque vous parlez, ce discours a un effet, c’est un mantra. Vous ne jacassez pas simplement: “Ah, je connais Sahaja Yoga, je suis dans Sahaja Yoga depuis quinze ans”, pas du tout! Vous pouvez y être depuis cent ans, mais vous pouvez rester un âne pendant une éternité , absolument!
Mais vous pouvez ne le rester qu’une seule année et vous pouvez vous transformer d’âne en être humain et aussi en Yogi. Mais ce que nous devons faire tout d’abord, c’est nous déconditionner, en nous attachant émotionnellement à Mère.
Je veux dire, vous avez un avantage sur beaucoup d’autres Yogis dans le monde, qui sont venus en sachant qu’il n’y avait rien à chercher. Ils avaient connaissance de la Mère Primordiale, ils connaissaient cela, mais ils n’avaient aucune forme en face d’eux—mais vous, vous avez une forme. Vous avez beaucoup de bonheur et de chance: vous avez une forme. Il est plus facile d’adorer une forme que d’adorer quelque chose d’abstrait en l’air, vous voyez. La Conscience Absolue, comment adorez-vous Cela ? Où pouvez-vous La toucher?
Mais cet attachement ne signifie en aucune façon que vous deviez Me donner quelque chose! Que Me donnez-vous? Rien! Si ce n’est le détachement de la cause, et cela fonctionne, vous l’avez vu au cours de votre vie. Vous dites aussi: “Ca fonctionne, Mère, cela a réussi, je ne sais pas comment.”
Qu’est-ce qu’un bandhan? Ce n’est rien! Mais vous vous reliez à votre Mère, vous Lui téléphonez simplement. Vous voyez, le téléphone va vers votre Mère, c’est tout! Vous savez, Je joue aussi avec vous, Je dis également: “D’accord, Je donne un bandhan.” Je Me donne un bandhan à Moi-même! C’est un coup de téléphone, simplement un coup de téléphone.
Mais cette foi s’est développée maintenant: “Oui, voilà la véritable foi”, où vous êtes complètement détaché de vos liens émotionnels: “C’est juste ma mère, d’accord! Donnez-lui simplement un bandhan, terminé! Mon père? Donnez-lui un bandhan! Mon frère? Donnez-lui un bandhan!” Que faites-vous? Un bandhan! Que faites-vous? Vous les reliez à votre Mère. Mais vous n’êtes pas conscients que vous faites cela, simplement les relier à l’amour de votre Mère, qui coule à travers vos mains.
Que sont ces vibrations? C’est l’amour de votre Mère! Vous l’avez! Il coule à travers vous, mais qu’en est-il de votre amour pour votre Mère? Et voilà ce que Je découvre, c’est qu’au moment où il y a urgence absolue, alors cet abandon arrive. Et cela fonctionne! Donc il n’y a pas besoin de créer de situations d’urgence, vous devez y parvenir lentement et sans interruption, et cela s’accomplira, tout seul, à l’intérieur de vous. Vous avez ce pouvoir, Je vous l’assure.
Mais la méditation est une façon, l’autre est la connaissance de Sahaja Yoga—pas en frimant, pas en racontant aux autres, mais en la pratiquant vous-même. Il y a différents Chakras, comment fonctionnent-ils, sur vous, pas sur les autres.
Une fois que vous commencez à enseigner aux autres, c’est un bhoot. Vous feriez mieux de l’apprendre pour vous-même, de le ressentir en vous. Je sais qui a maîtrisé quel Chakra… Que personne ne dise aux autres: “Voilà la manière de le faire!” C’est de l’ego tout à fait absurde! Donc il ne faut pas faire une telle chose. Si quelqu’un vous le demande, vous pouvez le dire, individuellement. Mais à grande échelle, ne donnez pas de conférences là-dessus. Et ne semez pas la confusion chez les gens!
Maintenant, nous avons donc deux choses que nous devons dépasser, notre caractère émotionnel… grossier et notre mental grossier. Même chose pour notre vulgarité physique. La grossièreté physique peut être surmontée si vous vous abandonnez. Pour cela aussi, un bon remède, ce sont les vibrations.
Par exemple, Anupama, Ma petite-fille, disait à sa mère: “Tu es née avec l’allopathie, puis tu tombes à cause de l’homéopathie. Demain tu découvrira une jumbo-pathie, puis une hébéto-pathie! Mais moi, comme je suis née de Dieu, je suivrai seulement la Dieu-pathie et Dieu S’occupera de moi, et Dieu me guérira.” Alors Ma fille demanda: “Pourquoi? Tu peux aussi changer!” Elle répondit: “Non, pourquoi? Parce que Dieu ne change jamais!” Un moyen simple de répondre!
“Dieu me guérira!” Mais vous devez avoir un… niveau spirituel suffisant pour dire cela. De même que vous faites un bond à l’occasion d’une urgence, une forme d’envie urgente, le même genre de personnalité devrait être installé en vous pour pouvoir dire cela. Si vous dites simplement: “Oh, Dieu, aidez-moi s’il Vous plaît!”, Dieu n’a pas de temps pour cela… Vous n’avez pas de temps pour Dieu, Dieu n’a pas de temps pour vous non plus. C’est simple!
Ainsi, lorsque nous passons du sublime aux choses matérielles, nous existons dans les deux aspects et nous sommes efficaces. Que nous soyons dans l’obscurité ou dans la lumière ou dans l’huile, nous sommes à un niveau plus subtil. Et nous avons besoin d’efficacité sans être la cause, parce que vous êtes au-delà de la cause, donc il n’y a pas besoin de créer de cause pour rien. Mais vous en voyez l’effet.
Donc, une fois que la cause est dépassée, l’effet est atteint, et est accompli ce qui doit être accompli, ce qui est correct. Vous obtenez l’effet qui convient. Vous n’obtenez pas la perversité. Mais si vous allez avec la cause, alors vous pouvez avoir l’aspect pervers, vous pouvez avoir toutes sortes de problèmes.
Donc la meilleure chose est de vous détacher des causes. Et alors vous obtenez l’effet—comme Je vous l’ai dit, les freins remarchaient, l’effet était là, la voiture était réparée, tout allait bien. Donc l’effet était bien là. Mais la cause était oubliée, il n’y avait pas de cause. Pourquoi? Comment? Comment la chose s’est-elle réparée? Si vous vous interrogez sur l’effet, vous dites: “Comment est-il arrivé là?” Vous ne pouvez pas expliquer pourquoi cela n’a pas fonctionné.
Mais comme il manque la cause, vous ne pouvez l’attribuer à aucune cause. Vous dites parfois: “C’est Divin, Mère, cela a fonctionné!” Donc la seule cause qui est véritablement efficace est le Divin. Mais le Divin ne devrait pas être simplement comme une… sorte de chose matérielle: “Bon, ça va, la photo de Mère est là. Namasté, on y va, c’est bien, namasté, bonjour Mère, terminé!”
Ce n’est pas ainsi! Vous devez connaître votre Mère, et vous devez aimer votre Mère, voilà ce qu’il en est. C’est très embarrassant de dire que vous devez M’aimer. Mais en tant que Mère, dans cette vie-ci, Je dois avoir beaucoup de choses embarrassantes, et c’est l’une d’entre elles. Et Je ne sais pas comment vous le dire à chacun. Mais c’est un fait!
Ainsi, vous n’avez pas à passer par des situations d’urgence ou de tels problèmes, développez-vous simplement de telle manière que vous soyez si évolué que cela agisse et réussisse simplement.
Alors Je vous en donnerai un exemple: c’est en Angleterre que cela fonctionne le moins, là où J’ai le plus travaillé! C’est ici que c’est le pire.
Voici un exemple simple: en fait, vous voyez, vous venez en Inde—cela a été décidé il y a Je ne sais combien de mois. Je suis allée en Inde une fois, et J’y vais une deuxième fois, et l’Angleterre est le seul endroit où vous devez donner l’argent directement et où les gens n’ont pas encore payé! Mais les Australiens l’ont fait. Les Australiens qui sont quatre-vingts, quatre-vingt-cinq personnes, l’ont fait. Mais les Anglais ne l’ont pas fait. Tout cela est vrai.
Mais lorsqu’il s’agit d’ego, ils sont les premiers, leurs drapeaux sont les premiers. En ego, la richesse est générée dans la grande Angleterre. Et donc lorsqu’il s’agit de faire quelque chose qui est le plus bas, lorsqu’il s’agit de critiquer, ils sont les meilleurs, et ensuite lorsqu’il s’agit d’ego, tout à coup, vous voyez, donnez-leur n’importe quelle situation, ils s’y mettent.
Pourquoi? De nouveau vous pouvez expliquer. Parce qu’il y a une cause. Vous direz: “C’est l’inertie! Que quelqu’un s’en occupe” ou bien “C’est un bhoot!” ou “C’est mon ego! Ou mon super-ego—pas moi, moi je suis bien!” Une cause quelconque… “Pourquoi n’avez-vous pas encore payé? C’est vraiment un problème.” “Je dois y aller maintenant!” Si vous ne deviez pas venir, vous n’auriez pas dû venir! Mais si vous avez payé, vous n’allez pas repayer.
Maintenant, qu’est-ce qui vous prend? Ils ont commencé avec cinquante personnes, maintenant nous arrivons à cent trente-cinq! Nous avons organisé, nous avons réservé les choses et nous avons les bus et tout cela maintenant. Personne ne vous a demandé de venir. Au contraire, Je disais: “Faites juste un petit groupe, pour que ce soit agréable.” Mais vous ne pouvez pas avoir moins de trois cent cinquante, ou vous pouvez avoir trois-cents, vous pouvez avoir deux-cents. Mais vous ne pouvez pas avoir seulement deux cent dix. Où peut-on les mettre?
C’est un exemple simple, vous voyez, sur le plan matériel. Mais qu’ont-ils fait dans les autres endroits? “OK, nous devons y aller. Mère S’en occupera! Tout est prévu.” Tout le monde aura l’argent, tout est fait, tout est ici. Les Américains l’ont fait, c’est surprenant. Mais les Anglais… ils ne savent pas s’ils y vont ou pas!
Pourtant il y en a qui viennent. Le pauvre Gavin doit courir partout pour vous tous. Je vous le dis, il a une telle patience et J’ai été surprise de voir qu’il y a encore onze personnes qui n’ont pas payé. Pouvez-vous le croire? Je veux dire, c’est une chose si simple: si vous ne voulez pas y aller, n’y allez pas! Si vous voulez y aller, allez-y! Dites-lui que vous n’y allez pas, ou que vous y allez, terminé! Je veux dire, personne ne veut que vous y alliez. Mais même cette petite chose, vous ne pouvez pas la faire, parce que vous avez une sorte de cause pour vous justifier, parce que ceci s’est produit, parce que cela est arrivé, parce que…
Donc les Anglais doivent s’élever bien davantage, parce que J’ai véritablement travaillé pour vous autres, vraiment très dur! Et de nouveau Dieu M’a fait travailler encore cinq ans avec vous, Je ne sais pas ce que nous allons faire. Parfois Je Me dis que Je n’aurais pas dû revenir, parce que cela ne sert à rien!
C’est un petit exemple que Je donne. Un très petit exemple, c’est très matériel. Vous pouvez regarder d’autres endroits aussi. Par exemple, si vous leur dites quelque chose, “Mais, Mère, pourquoi cela se passe-t-il comme cela? Pourquoi est-ce que j’agis comme cela?” Je veux dire, ils Me posent la question à Moi! Ils Me demandent la cause! “Pourquoi me suis-je comporté ainsi? Pourquoi me suis-je mis en colère?”
J’ai connu des gens qui sont venus à Sahaja Yoga, ont pratiqué Sahaja Yoga et tout cela, mais ensuite ils vont à un autre endroit de Steiner, puis ils vont à d’autres cours… Je veux dire, ils n’ont aucune foi en Moi et en Sahaja Yoga! Ils pratiquent ceci, ils pratiquent cela, comme des fous! Réfléchissez un peu! Ce n’est possible qu’en Angleterre, Je pense. Nulle part ailleurs il n’y a cette spécialité.
J’ai connu aussi beaucoup de gens qui sont venus à Sahaja Yoga, sans pratiquer Sahaja Yoga, mais qui soignent, aident les autres avec Sahaja Yoga et y arrivent. Ils sont dans Sahaja Yoga. Ils vont dans cet endroit-ci, dans cet endroit-là. Est-ce bien une chose à faire?
Maintenant, J’ai connu aussi des gens qui essayent de critiquer les leaders. Je vous dis toutes ces choses parce que J’étais très malade lorsque Je suis venue ici, vraiment, Je vous le dis. J’ai été malade pendant huit jours, et J’étais malade même après, parce que, vous le savez, vous êtes tous dans Mon corps. Je souffre, alors Je dois vous le dire. Et ensuite ils disent que les leaders ne valent rien, que le leader devrait être très ferme et que les leaders devraient être ceci, et que leur leader devrait avoir un grand truc à la main, et ils disent: “S’il nous frappe, nous n’irons pas bien.”
De nouveau la cause, la cause encore! Je vous le dis, vous avez un des meilleurs leaders avec Gavin. Je dois vous le dire, c’est un homme qui a dépensé beaucoup d’argent; sans Me le dire, il a pris en charge beaucoup de dépenses. Son bureau a travaillé pour nous. Il n’a embauché que des gens bizarres. Si Je lui disais: “Ce type a de l’ego!”, il l’emploie dans son bureau! Si Je disais: “Ce type a des bhoots!” il l’emploie dans son bureau! Lui, il a travaillé avec des bhoots tels que Je n’aurais pas pu les gérer, même une journée! Il fait de son mieux pour aller dire aux gens: “Allez, maintenant, viens!” Il a sauvé tant de gens, par son bon sens, en les comprenant. Mais la seule chose, c’est qu’il ne dirige pas ouvertement, voilà son erreur, il devrait affirmer clairement: “Tu es un bhoot, va te soigner!” Action terminée! Mais il disait plutôt: “Viens ici. Tu vois, tu as un bhoot. Cela ne fait rien. J’ai des citrons,… des piments. Assieds-toi.” Puis: “Mère, il s’identifiait avec le plus grand bhoot.”
Regardons les choses en face! Si vous comprenez votre leader, alors vous devriez savoir que Moi, Je le connais mieux que vous ne le connaissez. Et c’est vraiment attristant parfois. Pourquoi ne comprenez-vous pas les pures qualités d’une personne?
La quantité de bhoots qu’il a tolérés dans son entreprise, Je vous le dis, certains d’entre eux, Je ne peux pas les supporter plus d’une journée. Certains sont si égoïstes, ils sont dérangés. Et certains d’entre eux sont si bhootish que même s’ils viennent en bas dans Ma maison, J’ai mal à l’estomac. Mais il les a supportés.
Pourquoi? A quoi bon? Simplement il pensait qu’il pourrait les aider. Chaque fois que Je lui disait: “Cette personne-ci est bhootish”, Je découvre qu’il est employé par Mr. Gavin Brown. Alors un jour J’ai dû lui dire: “Mets-les tous à la porte!” et ils ont été virés. Pourquoi avons-nous un maximum de bhoots en Angleterre? Je n’arrive pas à comprendre! Est-il nécessaire de les avoir autour de nous?
Le jour où Je M’en vais, Je ne devrais pas vous dire ces choses-là. Mais lorsque Je M’en vais, Je M’aperçois que ces bhoots reviennent, et ils deviennent les causes, et les effets apparaissent. Donc Je dois vous en faire un tableau clair et complet, pour que vous voyiez que vous pouvez vous élever le plus haut possible, car vous êtes nés sur la grande terre de votre pays. Mais vous pouvez aussi allez très bas, Je l’ai vu. Parce que vous accusez toujours quelqu’un. Et Gavin devrait en être le dernier. C’est la pire chose que vous ayez faite.
Si quelqu’un disait cela à Grégoire, il découperait cette personne en dix et Me la ramènerait comme dîner. Il découperait même des déités. Il dirait: “Quelle bêtise! D’accord, vas-y!” Si vous dites cela à Warren, Je ne sais pas ce qu’il fera avec tous les Australiens. Ces gens bhootish sont tous des dérangés, sans aucun doute. Mais vous méritez un homme comme Gavin.
Je pensais que vous étiez des gens particuliers, pour qui J’ai tant travaillé. Maintenant, quel gâchis! Des gens bien n’ont pas besoin… Mais les gens qui sont comme il faut se trouvent maintenant être les Australiens, ce qui Me fait peur, à la façon dont ils se comportent envers Moi. Ils sont si mignons, vous en seriez surpris—les enfants, vous savez. Ils disaient que J’avais besoin de tasses et de soucoupes, parce que lorsque J’irai là-bas, ils pensaient Me donner du thé dans de bonnes tasses et soucoupes. Donc il a acheté pour chaque centre une tasse et une soucoupe, très belles. Alors les enfants, de tout petits enfants, ont récolté de l’argent: “Après tout, Mère prendra aussi un gâteau. Elle doit avoir une assiette aussi.” Alors ils ont envoyé un chèque, voyez comme c’est mignon! Mais Je ne mange pas de gâteau, vous le savez, mais voilà… C’est si mignon que les enfants aient dit cela.
Quelle en est la raison? Pourquoi dominons-nous ou sommes-nous dominés? Pourquoi? De nouveau, la cause! Allez au-delà de la cause!
Je vous bénis encore et encore, alors, lorsque Je reviendrai la prochaine fois, faites en sorte de ne plus faire d’erreurs, méditez, méditez et méditez!
Et lorsque certains d’entre vous viennent en Inde, J’aimerais les montrer comme dignes d’éloges, car J’y ai travaillé, vous savez. Même là où Je ne suis pas allée, vous voyez, quelqu’un d’autre a donné la Réalisation à quelqu’un au Népal, vous savez. Et ce sont des fleurs magnifiques, alors que Moi, quelque chose ne va-t-il pas bien chez Moi? Je veux dire, J’y ai travaillé… Les gens sont plus préoccupés par les causes.
Je dois vraiment vous lancer un appel tout à fait direct: “Maintenant grandissez intérieurement! Etes-vous magnanime? Etes-vous généreux? Etes-vous systématique? Etes-vous impressionnant? Etes-vous gentil? Etes-vous collectif? Etes-vous encore attaché à toutes ces choses absurdes? Parlez-vous beaucoup? Donnez-vous de grandes conférences?” Alors soyez un peu plus humble! Et ensuite vous verrez votre grandeur. Tant que vous ne baissez pas la tête vers votre cœur, comment pouvez-vous voir votre Mère?
Je vous souhaite à tous bonne chance maintenant, Joyeux Noël, Bonne Année, et une très grande nouvelle année d’ascension spirituelle. Montrez-le! Décidons tous de le faire! Oubliez vos femmes, vos maris, vos enfants, et toutes les absurdités. Maintenant vous êtes des Yogis, et unis au Divin—grandissez en cela et prospérez!
Que Dieu vous bénisse tous!

En fait le programme d’aujourd’hui ne devrait pas être très important, parce que nous n’avons pas beaucoup de temps, mais c’est bien qu’aujourd’hui nous puissions organiser un petit Pūjā. Mais il doit être très petit, au moins essayons, parce que ce qui importe, c’est combien vous recevez. Et parce qu’avant de partir, Je ne veux pas avoir des spasmes dans toutes sortes de Chakras, vous voyez. J’ai parfois peur de faire un Pūjā, Je vous le dis.
Gavin, Je pense que tu peux juste… Il s’agit de maîtrise, vous devez avoir la maîtrise, sur vous-même tout d’abord. Si vous n’êtes pas le maître, vous ne pouvez pas agir—et sur votre instrument, voilà le point essentiel. Et Je veux que personne ne manque de respect envers les leaders. Vous pouvez être très intelligents, mais c’est en dehors de Sahaja Yoga. Dans Sahaja Yoga, vous devez écouter et respecter vos leaders. Et personne ne devrait essayer de critiquer. Je sais qui a des défauts, quels sont ces défauts et Je sais comment les gérer. Tout le monde devrait essayer de se renforcer.
En fait, Je dirais qu’en Australie, qui est un nouveau pays, Je dirais que tout fonctionne comme un seul corps. Personne ne met en doute Warren, ils lui téléphonent, ils lui parlent, ils récoltent l’argent, ils envoient l’argent—tout fonctionne comme un seul corps! Ici tout le monde essaye de couper la tête—ou d’attaquer le cœur!
C’est le Cœur, c’est votre cœur, c’est votre cerveau. Alors, rappelez-vous s’il vous plaît, que vous devriez tous offrir vos services, à Gavin, à Sahaja Yoga, avant de critiquer. Ceux qui disent que les comptes ne sont pas bien faits, peuvent prendre en charge les comptes. Même réserver Mes places d’avion et tout cela, il doit le faire, Je le sais. Tout ce que pouvez dire sur lui doit s’arrêter.
Donc vous devriez offrir vos services également pour faire ces tâches, sinon Sahaja Yoga ne réussira pas. Nous ne sommes pas ici seulement pour prendre des bénédictions, mais nous avons aussi certains devoirs. Et c’est pourquoi tout le monde devrait offrir sa contribution: “Que puis-je faire? Comment puis-je aider? Qu’y a-t-il à faire? Voyons!”
J’espère qu’à la prochaine réunion vous vous assiérez tous pour voir ce que vous pouvez faire. Un groupe peut être formé, deux ou trois personnes peuvent le faire, et le faire avec amour, avec attention, afin que sa tâche soit réduite, et vous ressentirez tous la joie de faire quelque chose pour Sahaja Yoga. Mère a fait tant pour vous, qu’avez-vous fait pour Sahaja Yoga?
Vous voulez de beaux ashrams, de bons endroits pour y vivre, d’accord! Vous voulez avoir des logements confortables, moins chers, d’accord! Vous voulez avoir une bonne santé, d’accord! Vous voulez avoir de beaux enfants, d’accord! Profitez de votre vie!
Et si vous donniez aussi? Si vous donniez votre cœur, votre respect? La prochaine fois que Je reviens, Je veux voir que vous grandissez tous comme un seul corps. Au moins le Cœur devrait être intégré, si vous voulez prendre les bénédictions. Imaginez un cœur dont les valvules battent à des instants différents, dont tous les muscles agissent avec des périodes différentes. Comment cet univers peut-il survivre avec un cœur pareil?
Alors Je dois demander à toutes… les cellules du Cœur d’être vigilantes, d’agir à l’unisson avec Dieu et par amour pour l’univers entier.
Que Dieu vous bénisse!
Donc, qu’est censé être le Pūjā d’aujourd’hui? C’est un Pūjā d’adieu aujourd’hui, alors faisons-le, juste avant la naissance du Christ. Que le Christ naisse à l’intérieur de nous. Soyons, comme Lui, celui qui a toujours insisté: “Aimez vos frères. Aimez vos sœurs.” Qui sont vos frères et sœurs? Il a aussi posé la question: “Qui sont Mes frères et sœurs?”
“Les Sahaja Yogis sont mes frères et sœurs.”
Quelqu’un offrait quelque chose à l’autel. Il demanda: “Que vas-tu offrir à l’autel? T’es-tu réconcilié avec ton frère?” Vous êtes-vous réconciliés? Réconciliez-vous d’abord, et ensuite apportez des fleurs à Mère.
Il a déjà dit cela. Pensez à Lui, comme Il était clément, magnanime, si grand, et comme Il a toujours pensé à Son père, complètement dévoué, effectuant Son travail. Alors, avec toutes les louanges au Christ et à Sa Mère qui ont travaillé de manière si puissante, nous devons aujourd’hui éveiller à l’intérieur de nous ce grand Esprit, qui est en fait l’Omkara. Même ce souvenir, même l’idée de cela donne tant de joie. Que Sa vie soit reflétée dans nos vies. Nous devons être de véritables Chrétiens.
Allons-y… Qu’y a-t-il ?…
Je pense… En fait, Je dirais que la prochaine fois que vous venez au Pūjā, vous devez tous avoir les cent-huit noms de la Déesse. Vous devez avoir tous les papiers qui existent. De même que nous avons ces livres, nous devons tous avoir ces papiers, il ne doit pas y avoir seulement une personne qui les a. Nous devrions essayer de nous rappeler certaines choses également: les noms de la Déesse, les noms que nous récitons. Nous devrions les lire et les relire et les comprendre, en comprendre la signification en sanskrit. Et nous devrions y parvenir très facilement, parce que c’est ainsi que nous améliorerons nos Chakras.
Je ne pense pas que nous avons les noms du Christ, ce n’est pas grave, et cette fois-ci J’espère que nous essayerons de lire quelques noms du Christ. Nous avons bien les noms de Ganesha, mais pas ceux du Christ, alors nous dirons les cent-huit noms de Shrī Ganesha, et quelqu’un pourra Me laver les pieds, d’accord…
Vous les avez? En fait, c’est le mieux. Et donc Je dirais que quelqu’un devrait les réciter maintenant, voyons. Combien de noms avons-nous?… Laissez-Moi créer ces noms, et nous les donnerons aux autres. Pourquoi n’y aurait-il que Gavin qui garde ces noms? Ce n’est pas comme le Premier Ministre de ce pays, vous avez choisi un leader. Le Premier Ministre est payé pour cela, elle—c’est son métier qu’elle fait. Lui ne fait pas son métier. Nous faisons tous le travail de Dieu. Alors pourquoi y aurait-il une telle chose… Maintenant quelqu’un devrait les lire, et peut le faire. Qui va les lire?
Maintenant quelqu’un devrait les lire et quelqu’un peut Me laver les pieds. Mais ne le faites pas trop, hein? C’est le Christ—ce n’est pas facile à absorber. D’accord, on va voir. Voyons combien d’amour vous avez pour Lui, combien vous absorbez de Lui…
Levez-vous maintenant. Donc vous devez vous lever pour aider, quelques-uns d’entre vous. Et d’autres aussi. Il n’y a rien à craindre, d’avoir de l’ego ou autre chose. Ne restez pas en arrière à penser: “Oh, ils pensent que je suis juste…”—Non, courez! Prenez le poste!
Qu’y a-t-il maintenant? Apportez les choses dont vous avez besoin.
Bon, qui va conduire le Pūjā? Bala, tu peux le faire? D’accord, avance-toi. Des dames peuvent venir aussi, il ne vous arrivera rien! Allez, venez ici… L’eau et tout cela…
Allez, comme vous êtes des amis, vous n’avez pas à vous en faire…
[Un Sahaja Yogi récite les noms du Christ.]
Nous nous inclinons devant Celui qui est le fils unique de la Vierge, Sa Mère
Dans chaque pore de Son corps, tournoient des galaxies comme des grains de poussière.
Celui qui est né pour nous donner l’enseignement de Son Père Sadashiva, le Dieu Eternel et Tout-Puissant. Amen.
Aum twameva sakshat Shrī Jésus sakshat
Shrī Adi Shakti Bhagavati Mātājī
Shrī Nirmala Devi Namo Namah.
Il est l’Etre primordial, l’Aum.
Il est Vishnu et le fils de Vishnu.
Il est Mahavishnu.
Il est la pure énergie du pranava.
Il contient des millions d’univers.
Il est né dans l’œuf cosmique primordial.
Il a été conçu dans le cœur de Shrī Mātājī.
Il a été annoncé par les Prophètes.
Il a été signalé par une étoile en Orient.
Il a été visité par les trois Mages, qui étaient Brahma, Shiva et Vishnu.
Il est né dans une étable.
Il est le professeur.
Il est l’ami des vaches.
Il a été visité par des vaches.
Son père est Shrī Krishna.
Sa mère est Shrī Radha.
Il est le Sauveur qui brûle tous nos péchés de Son feu.
Il orne l’Agnya Chakra.
Il est la lumière.
Il est de la nature du ciel.
Il est le feu.
Il accomplit des miracles par Sa compassion.
Lui dont le voile a été touché.
Il est l’ami des ascètes.
Il est vénéré par les familles.
[Shrī Mātājī : Parce que tapasa—C’est un tapassvi. Vous voyez, c’est pour cela. Pourquoi ascète? Parce qu’Il est un tapassvi.]
Son Bija Mantra est “Ham, Ksham.”
Il est le pardon.
Il nous permet de pardonner.
Il est l’Esprit.
Il est né de l’Esprit.
Lui qui a été crucifié et est ressuscité en tant que pur Esprit.
Celui qui S’est relevé après trois jours.
Il est la paix.
Il absorbe toutes les pensées.
Il réside dans l’Adi Agnya Chakra.
[Shrī Mātājī: Il réside dans tout, mais chez les êtres humains, c’est dans l’Agnya Chakra. Il est l’Omkara. Il réside dans toute chose, mais chez les êtres humains, Il réside dans l’Agnya Chakra.]
C’est Lui qui a promis la Consolatrice, qui est Shrī Mātājī, le Saint-Esprit.
Celui qui revient en tant que Roi.
Il est Shrī Kalki.
Il est le principe d’évolution.
Il est le support de notre évolution.
Il est l’aboutissement de l’évolution.
[Shrī Mātājī: Il est le support de l’univers—le Mooladhara.]
Il est l’évolution du subconscient collectif vers la conscience collective.
Il est la porte étroite.
Il est la voie vers le Royaume des Cieux.
[Shrī Mātājī: Il est la porte étroite vers le Royaume des Cieux, et Il est la voie. D’accord?]
Il est le silence.
Il est le Seigneur Kartikeya.
Il est Shrī Mahaganesha.
Il est la pureté de l’innocence.
Il est la continence.
Il est la générosité.
Il est la lumière dans les yeux de Shrī Mahalakshmi.
Il est obéissant envers Sa Mère.
Il est le parfait Sahaja Yogi.
Il est le frère parfait.
Il est l’incarnation de la joie.
Il est l’incarnation de la douceur.
Il abhorre ceux qui manquent de conviction.
Il condamne les yeux adultères.
Il condamne tous les fanatiques.
[Shrī Mātājī: En fait, Il neutralise les yeux adultères. Il rend les yeux adultères innocents, car Il est l’innocence.]
Il n’est pas intéressé par les richesses.
Il donne toutes les richesses à Ses disciples.
Il est le blanc pur.
[Shrī Mātājī: Non, on ne peut pas dire qu’Il n’est pas intéressé par les rituels—qu’est-ce qui vous fait penser cela? Les rituels qui sont véritables…
Vous voyez, Celui qui est la richesse, comment peut-Il être intéressé par les richesses? Voilà le point… Il est la richesse. Cela ne L’intéresse pas du tout, car Il est la richesse—c’est-à-dire gunatita, comme vous L’appelez—vous voyez, l’être et le non-être. Lorsque vous êtes le non-être, vous ne pouvez pas être intéressé par l’être. Au-delà, Il est au-delà.]
Il est le cœur sacré.
Il porte une couronne d’épines.
Il condamne la misère.
Il a souffert pour que nous puissions nous réjouir.
C’est un enfant, et pourtant Il est le plus ancien.
Il est l’Alpha et l’Oméga.
Il donne le Royaume des Cieux pareillement à ceux qui sont premiers ou derniers.
Il est toujours avec nous.
Il est au-delà de l’univers.
Il est le signe de la croix.
Il est au-dessus du discernement.
Il est le témoin.
Il est Celui dont nous sommes les témoins.
Il triomphe de la tentation.
Il exorcise le mal.
Il condamne les pratiques occultes.
Il est l’incarnation des tapas—des pénitences.
Il vénère Son Père.
Il est sanctifié par Son Père.
Lui dont le nom est sacré.
Il est l’intelligence.
Il est la sagesse.
Il est la parfaite humilité.
Il est en colère contre les matérialistes.
Il détruit l’ego et absorbe le superego.
Il est le destructeur des désirs.
Il est le pur pouvoir du désir.
Son église est le cœur.
Il a onze pouvoirs destructeurs.
Il est le destructeur des faux prophètes.
Il est le destructeur de la fausseté.
Il est le destructeur de l’intolérance.
Il est le destructeur du racisme.
Il est le destructeur de la colère.
[Shrī Mātājī : Du fanatisme—c’est très vrai.]
Il est le héraut de l’Age d’Or.
Il est vénéré par notre Mère.
Il est loué par notre Mère.
Il est aimé par notre Mère.
Il est Celui qui a été choisi.
Il est éveillé chez tous les Sahaja Yogis.
C’est Lui qui chevauche le cheval blanc à la fin des temps.
Il est la fin de nos peurs.
Il garde la porte de notre Mère.
Il est la seule voie vers le Royaume de Dieu.
Aum Shrī Mahalakshmi, Mahavishnu sakshat
Shrī Mahavirata sakshat
Shrī Adi Shakti Bhagavati Mātājī
Shrī Nirmala Devi Namo Namah.
[Shrī Mātājī: Je pense que le mot “vénéré” devrait plutôt être “adoré par notre Mère”, parce qu’Il n’aimait pas cela, Je pense, cela bloque à l’Agnya. Donc c’est “adoré par”. Vous voyez, Il est si spécial—vous voyez, le protocole n’est pas correct, voilà pourquoi.
Vous voyez—c’est mieux! L’Agnya va bien. Vous voyez?… Il y a quelques catches. Je Me demandais lequel c’était… Maintenant nous dirons: “Il est adoré par notre Mère.”]
Il est adoré par notre Mère.
[Shrī Mātājī: Encore, trois fois.]
Il est adoré par notre Mère.
[Shrī Mātājī: Encore.]
Il est adoré par notre Mère.
Il est adoré par notre Mère.
[Shrī Mātājī : Vous voyez ? Il est très exigeant.
Que Dieu vous bénisse!]
[Hymnes à Shrī Mahalakshmi, en sanskrit.]
Vous avez la signification de cela? La description de Mahalakshmi, de ce qu’Elle vous donne, et également la description de Sa relation avec Vishnu, avec Hari—qui est Shrī Krishna, car Elle est la bien-aimée de Shrī Krishna (Hari…) Elle est la bien-aimée de Shrī Krishna, et cela explique comment Mahalakshmi, si Elle est Marie, alors Marie est Radha…
… Cela doit être fait par des garçons qui n’ont pas le sentiment du mariage, ou n’y pensent pas. Cela doit être aussi pur.
[Mère les dirige pour conduire le Pūjā correctement.]
[Récitation du Devi Suktam.]