The Culture of Universal Religion, Bordi 1985

Bordi (India)

Feedback
Share

Talk before Pooja, « The Culture of Universal Religion ». Bordi (India), 7 February 1985.

English transcript: UNverified
Traduction: NON vérifiée. Ver 1/1/2014.

Aujourd’hui est le second jour de notre voyage sur le champ de bataille.

Nous devons gagner les gens avec l’amour, la compassion, l’affection et la dignité.

Lorsque nous parlons d’n VISHWA DHARMA, d’un religion universelle à laquelle nous appartenons, la toute première chose (à son sujet) est que l’essence en est la PAIX.  Et pour commencer, la paix doit être intérieure.  Vous devez être paisible en vous-même.  Alors, ne vous donnez pas de fausses identifications ou des notions erronées.  Ne vous trompez pas vous-même.

La paix doit être ressentie en vous, et si vous ne sentez pas cela, ne venez pas Me voir pour Me demander – « Mère, pourquoi est-ce-que je ne la ressens pas ? »  – Parce que Je ne vais pas vous dire que quelque chose n’est pas en vous.  Vous devez vous en sortir vous-même, afin de vous sentir paisible, intérieurement.

Cela ne veut pas dire que vous vous sentez en paix s’il y a beaucoupe de silence à l’extérieur.  La paix doit être au-dedans.  Vous l’avez.  Votre esprit est absolument paisible -« AVYAGRA »-, sans aucune agitation.  Il n’y a aucune agitation dans votre Esprit.  Il est complètement en paix et solide.

C’est à vous de sentir cela.  Il n’appartient à personne d’autre de vous « certifier » (de vous donner votre certificat).  Cela, c’est une chose.

Deuxièmement, lorsque Je vous dis quelque chosze, vous pensez que Je ne vous parle pas à vous… !  Votre cerveau n’enregistre pas ce « vous »… !  Vous pensez que Je m’adresse à X, Y  ou  les 2, mais pas à vous !!  Vous n’y êtes pas.  C’est un autre signe qui indique qu’il n’y a pas de paix.  Parce qu’il n’y a pas de paix, il n’y a pas d' »enregistrement » (de compréhension juste).

Tout ce qui se passe dans votre tête finit pas se manifester.  Ce que Je trouve, c’est que, lorsque les gens ont une personnalité concave, alors ils reçoivent.  Ceux qui ont une personnalité convexe n’enregistrent rien.  L’enregistrement (la compréhension) est si pauvre que, quoique Je diser, cela n’a aucun effet sur eux.  Pourtant, touit ce que Je dis est un Mantra !  Cela devrait avoir un effetdirect sur vous, et vous devriez sentir cet effet, cette pénétration en vous.  Mais, vous le prenez comme si c’était pour quelqu’un d’autre, comme si ça n’était pas pour vous… !

Cela montre qu’il n’y a pas de paix en vous.  Seule, la paix intérieure peut enregistrer tout ce qui est auspicieux, tout ce qui nourrit votre croissance.  Donc, essayez de faire la paix avec vous-même.  Ne vous battez pas contre vous-même.  -« Pourquoi dois-je faire cela ? – Je vais si mal ! – Je n’aurais pas dû faire cela ! »- Tout cela, nous ne devrions pas le faire.  Essayez de ne pas vous battre contre vous-même, avant tout.  Sinon, vous vous battez contre Moi : « Pourquoi est-ce que je suis comme celà ?  Pourquoi est-ce qu’il doit en être ainsi, avec moi ?  Comment se fait-il que je catche ? etc…

Comment puis-Je répondre à de telles questions ? !  C’est très agressif.  Je trouve que c’est une attitude très agressive de la part des Sahaja Yogis, que de venir et de Me poser de telles questions.  « Pourquoi ceci, pourquoi cela ? »…  Parce que Je ne peux pas vous dire ce qui ne va pas avec vous  , parce que cela n’appartient pas à Ma culture.  Vous devez découvrir vous-même ce qu’il y a de faux en vous.

Mais le problème n’est pas de savoir ce qu’il y a de faux en vous : la bonne attitude est de trouver ce qu’il y a de bon, de juste.  Quoi qu’il y ait de juste en vous, accrochez-vous y et établissez vous sur ce point.  Et alors, vous développerez à un niveau supérieur.

La paix est la clé, comme Je le disais, de la croissance universelle de cette religion.

Elle est dérangée par beaucoup de choses.  Tout d’abord, comme Je le disais, par vous-même. Vous ne devriez pas avoir de drôles d’idées à votre sujet.  Les gens ont des idées très bizarres.

J’ai vu des Sahaja Yogis, dès qu’ils ont reçu leur Réalisation, et que quelque chose de bien leur arrive, commencer à dire aux autres comment méditer, comment se tenir, comment donner des bandhans, faire ceci ou cela.  C’est très pauvre, d’un niveau très bas.  Essayez d’assimiler en vous-même.  Grandissez vous-même, d’abord.  Cette croissance, elle-même, dira aux autres comoment on doit être.  Votre propre caractère, votre propre tempérament, votre propre nature, votre propre comportement, tout cela dira aux autres que celui-ci est un grand homme et qu’ils devraient tenter de suivre son exemple.

L’exemple est le meilleur des enseignements.  Lorsqu’un arbre est petit, même s’il dit « Je suis grand », personne ne viendra s’asseoir sous un arbre nain.  Mais, lorsqu’il s’agit d’un grand arbre, alros on peut voir l’ombre et chacun sait qu’il s’agit d’un gros arbre et qu’on peut s’asseoir dessous.  De la même manière, lorsque vous grandissez, vous n’avez pas à certifier : « Je suis grand ».  Ca se voit tout seul.

Maintenant, la paix intérieure exprime en premier la paix avec les autres.  C’est le premier signe de manifestation de la paix.  Une telle personne n’emploie pas de mots grossiers ou cruels.  Mais ce n’est pas, non plus, quelqu’un d’inefficace.  Elle est très efficace tout en employant des mots doux et gentils.  Il se peut qu’elle commence par utiliser des mots durs, mais ensuite, elle va s’adoucir et se retrouver dans une position où elle est très efficace, tout en étant douce et calme.  Une telle personnalité doit se développer à l’extérieur.

Donc, la paix avec vos amis, la paix avec les Sahaja Yogis.  Si vous ne pouvez pas rester en paix avec des Sahaja Yogis, alors c’est que vous n’êtes pas bien.  Vraiment pas bien.  Lorsque vous rencontrez un Sahaja Yogi, vous ne pouvez poas vous aboyer dessus comme des chiens, n’est-ce-pas ?   Vous laissez trois Sahaja Yogis ensemble, et ce se termine en aboiement général !  Ils n’arrivent pas à s’en sortir entre eux. S’ils sont une centaine, alors ça va.  Mais on ne peut pas en laisser trois ou quatre par-ci, par-là …!

Donc la paix doit être avec vos frères et sœurs. Ils sont tous nés de Mon Sahasrara, et personne n’a le droit de les insulter ou d’être sarcastique.  Ni de dire des choses qui sont blessantes.  Ce n’est pas de l’amitié, ce n’est pas de l’amitié. C’est une sorte d’ennui très subtil que vous portez dans votre cœur.  Cela ne « peut pas » être pardonné.  Si vous dites des choses sarcastiques aux autres, vous n’êtes pas dans la culture de la Religion Universelle.  Vous devriez être plein de respect.  Plus vous serez respectueux envers chacun, mieux cela vaudra.

Je ne sais pas comment vous dire cela.  Mais par exemple quand il y a un Sahaja Yogi, vous ne devriez pas vous adresser à lui comme on s’adresse à Pierre, Paul ou Jacques.  Si quelqu’un arrive, vous dîtes : « Eh !   Monsieur X, venez par ici »  Mais là, non, vous ne dîtes même pas Monsieur !  …S’il vous plait, essayez d’utiliser vos noms de famille, ce serait mieux.  Monsieur… Monsieur… Monsieur…  Ce serait mieux.

Parce que ce style moderne n’utilise jamais le nom de famille, le respect a disparu envers chacun. Mais Je pense que les Sahaja Yogis devraient essayer une nouvelle méthode, et même les Sahaja Yogis devraient essayer une nouvelle méthode, et même M’en suggérer de meilleures pour s’adresser à autrui, d’une manière qui soit respectueuse.  Ce respect créera la paix chez chacun.

Soudain, vous sortez des remarques qui sont parfois très méchantes.  Cela n’a aucun sens.  Ce n’est pas notre culture. Nous appartenons à la Religion Universelle, comment cela peut-il être notre culture ? …

Donc, lorsque vous essayez d’être en paix avec vos frères et soeurs, essayez d’être très respectueux.  Lorsque vous vous écrivez des lettres, dîtes : « Mon cher frère dans Sahaja Yoga…  »  J’ai vu tous les communistes faire cela.  Toute personne qui appartient à un parti, quel qu’il soit, fait cela.  C’est une sorte de respect qu’ils ont. Vous ne pouvez pas parler comme des gens de la rue ou des gens ordinaires.  Parce que vous êtes vraiment extraordinaires, et que tout ce qui est extraordinaire doit s’exprimer à travers vous.

Lorsque Je vous parle de cette nouvelle culture, comprenons comment tant de nations et de peuples ont adopté des cultures.  Le Japon, Je sais, a été très affecté par la modernisation.  Mais les (maîtres) ZEN leur ont inculqué une forme de culture dans laquelle, si par exemple, deux japonsais se rentrent dedans en voiture, ils ne diront rien.  Ils sortent chacun de leur voiture, le premier salue l’autre en s’inclinant, puis le second salue le premier, puis ils retournent à leur voiture et ils la dégagent.

Ensuite, s’ils ont quelque chose à réclamer, ils iront en justice, mais ils ne se battront pas.  Parce que, à quoi cela sert-il ?  Lorsque J’ai demandé à un Japonais : « Comment est-ce que vous faites ? » – il M’a dit : « Mais à quoi cela sert-il de se battre là, en pleine rue. Après, si quelque chose doit être payé, c’est l’assurance qui paiera.  Si la voiture est abîmée, très bien, ils paieront cela, alors pourquoi crier sur l’autre ? »  C’est très sensible et pratique, Je crois. Pourquoi gaspiller votre respiration pour rien du tout ?  Vous n’allez pas obtenir quoi que ce soit.

Mais J’ai connu des gens qui, lorsqu’ils  conduisaient, insultaient chaque personne qui les doublait ou leur coupait la route.  C’est vraiment un fléau, la manière dont certaines personnes conduisent.  Et ils (se) conduisent de la même manière dans leur vie.  Ils passent leur temps à critiquer comme ça : « celui-ci est comme ça, celui-ci fait cela, celui-là n’est pas bon…  » Même dans SAHAJA YOGA.  Ils pensent qu’ils ont le droit de critiquer chaque personne sauf eux-mêmes.

Pour garder la paix avec les autres, soyez d’une humeur qui exprime des excuses : « J’espère que je n’ai pas fait cette erreur.  J’espère que je ne vous ai pas blessé. J’espère que je n’ai pas posé vos affaires d’une mauvaise manière ».  Comme ceci.  Soyez dans une attitude qui exprime des excuses.  Vous pouvez trouver cela parmi les Indiens.  Les Indiens ont ce problème, ils sont plus dans un état qui exprime des excuses.  Parfois, il est très difficile de les convaincre.

Je vais vous donner un exemple : quand nous sommes arrivés à Sangli? La nourriture sur place n’était pas prête et vous aviez tellement mangé le matin qu’il valait mieux aller se coucher tout de suite.

Ils se sont sentis vraiment blessés, vous savez. Ils pensaient que c’était de leur faute.  « Maintenant, on se souviendra  que nous ne leur avons pas donné à manger, c’est une horrible chose que nous avons faite ». – Alors, il a fallu que Je les convainque que vous n’étiez pas blessés en aucune manière, que vous étiez très contents de ne pas manger, que vous aviez eu trop de nourriture.  « Non, mais encore une fois, on se souviendra de nous, que nous ne leur avons pas offert de nourriture et qu’ils sont partis se coucher sans manger ».  Jusqu’à la fin, il a été impossible de les convaincre, ils se sentaient tout le temps désolés.

Vous voyez, dans la culture Indienne, nous avons quelque chose de très grand, comme les Japonais.  Je vous le disais, c' »est que nous sommes plus du style à nous excuser (à nous sentir désolés). Jamais agressifs.  Nous n’essayons pas de trouver les fautes de l’autre, mais de trouver nos fautes, de quelle manière nous nous sommes trompés.  C’est quelque chose qu’il faut apprendre des Indiens, s’ils ont retenu leur culture.  En fait, c’est dans leur sang.

C’est ainsi que notre culture va être telle, que nous allons exprimer la paix totale en nous-mêmes.  Et vous devez savoir que vous êtes dans un seul corps, actifs.  Vous êtes des cellules actives dans un corps.  Les cellules d’un corps ne sont jamais actives toutes ensemble., mais celles qui sont actives doivent être en paix les unes avec les autres, sinon que va-t-il arriver à ce pauvre corps ?  Donc, essayez de faire la paix.

La seconde chose que vous pouvez faire pour être en paix, c’est de parler moins. Dès qu’il y a une dispute ou quelque chose, restez simplement silencieux.  Cela aura un bien meilleur effet.  Si deux personnes se disputent, n’essayez jamais de résoudre la chose, mais restez silencieux, simplement.  Rester tranquille est le plus important. Plus silencieux.

Mais ça ne doit pas tomber dans une autre extrême, comme dans la culture anglaise où ils ne parlent pas du tout, quoiqu’il se passe !  Ils ne parlent pas, mais ils pensent trop.  Vous devez rester tranquille en ayant ce sentiment : « Que DIEU bénisse ces tgtens en leur apportant du bon sens ». Il ne faut pas que ce soit une mer de glace, mais une paix qui soit efficace.  Une paix efficace.

Donc, dans cette nouvelle culture, nous devons être des gens absolument paisibles.  Et cela doit se voir sur nos visages. Iles gens devraient comprendre que vous êtes en paix.

C’est pour cela que Je dis que, si vous êtes bien habillés, si vos cheveux sontbien coiffés, els gens se sentiront bien.  Sinon, si vous rencontrez quelqu’un et que vous êtes échevelé, cette personne est troublée, vous savez, elle se dit : « DIEU sait ce qui a bien pu lui arriver ? De quelle bataille est-ce que ce type dort ?  Quelqu’un a dû lui tirer les cheveux, ou il doit y avoir quelque chose qui ne va pas en lui, àla façon dont il est coiffé… »  – Donc, si vous êtes habillés net, les gens ne se posent pas trop de questions ; ils pensent : « Non, non, pas du tout, il ne peut pas en être ainsi, après tout ils ne s’est jamais battu.  Il arrive paisiblement de chez lui ».  – Dans notre culture, la netteté est très importante.

La netteté de pesnée, la netteté de l’esprit, la netteté du corps et la netteté du comportement.  La manière dont vous faites les choses nettement est très importante dans notre culture.  C’est très, très important.  Il se peut que ça ait l’aire très bizarre pour certains.  Parce que, que vous teniez votre fourchette de telle ou telle manière, cela ne fait aucune différence pour Moi.  Ce n’est pas grave, la manière dont vous tenez le couteau et la fourchette à table.  Ce n’est pas si important.

Mais, elle est définitivement importante, la manière dont vous portez l’Aarti, comment vous tenez les objets du Puja, comment vous tenez Mes photos, comment vous prenez soin des choses qui appartiennent à d’autres Sahaja Yogis, comment vous respectez les choses qui sont auspicieuses.

Anis donc, voici ce qu’il vous faut avoir en vous-même. La netteté de la piété, de l’auspiciosité, de la sainteté.  Cela doit être fait avec beaucoup d’attention et de compréhension, et c’est azvec ce poids d’auspiciosité que nous devrions marcher.  Avec ce poides d’auspiciosité. Vous êtes, vous-mêmes, l’auspiciosité marchant sur cette Terre.  mais, la manière dont la paix est mise dans ce récipient doit être nette, propre et doit être placée de sorte à ce que rien ne déborde.

Pour être en paix, le meilleur moyen decorriger votre mental, c’est de penser à des bonnes choses. Pensez aux valeurs, pas aux épines. Ce que les autres ont fait de bon pour vous.  Qu’y-a-t-il comme jolies choses ?  Quels sont les bons moments que vous avez passés ? Et, comptez vos bénédictions . Comptez vos bénédictions, sinon vous ne pouvez pas créer la paix.

Vous n’avez pas besoin de mettre votre attention sur une chose,  comme ça. Gardez votre attention dans la paix.  Gardez la paix à l’intérieur avec votre attention à l’intérieur… En ce moment, si vous permettez vraiment à Mes paroles de pénétrer dans votre cerveau. Je suis sûre que vous atteindrez des résultats.  Absorbez, simplement…

Mais, avec un mental convexe, c’est très difficile.

Un autre aspect de la paix, c’est de ne jamais essayer de supportez quelque chose de violent ou de destructeur. Quel  que soit ce qu’il y a  de destructeur, cela ne doit jamais être soutenu. Même si quelqu’un est torturé ou agressé, ou dominé, il doit être protégé et assisté (supporté).  Si vous avez la force de la paix, vous pouvez faire cela.  Essayez, en vous tenant là !  Vous ne devez pas vous battre pour votre paix.  Mais si on vient là, lorsqu’une personne comme Hitler arrive, les gens doivent se battre pour la paix.

Maintenant, la seconde partie de notre culture doit être la béatitude.  Les gens devraient voir la béatitude opérer en vous.  Les gens devraient sentir qu’il y a de la béatitude.  Si une personne est en béatitude, il le « porte sur lui ».  Il émet la béatitude.  Il l’irradie.  Il n’a pas l’air d’une créature misérable et malheureuse, qui en veut à tout le monde,  râle tout le temps et se soucie tout le temps de petites choses ici et là.

Et personne n’a le droit de déranger la béatitude de quelqu’un.  Si quelqu’un est dans un état de béatitude, essayez de copier cette personne et devenez cela

Mais les gens sont parfois jaloux de telles personnes qui sont dans la béatitude, et ils essayent de les déranger.  C’est pourquoi tant de saints ont été torturés, parce qu’ils étaient dans la béatitude et étaient des gens heureux.  Nous devons nous réjouir de notre béatitude intérieure, c’est très important.  Peut-être n’êtes-vous pas conscients de la béatitude que vous possédez.  Pas conscients du tout.

Jamais, jamais auparavant, il y a eu tant de gens qui ont reçu leur réalisation.

Jamais, auparavant, ces gens dont l’effort était très ordinaire, la recherche très faible, et la compréhension très petite, n’ont reçu leur réalisation comme cela.

C’est comme parfois, voyez-vous, comme une pierre qui soudain deviendrait un diamant… !  Vous êtes dans un tel état de béatitude !  Une paix fantastique est arrivée !  C’est si efficace.  Moi-même, Je ne le sais pas lorsque Je les vois, et Je suis vraiment surprise de la manière dont cela travaille (agit).

La béatitude ne peut venir qu’à travers la gratitude.  Seulement en élargissant votre cœur avec gratitude.  La béatitude est la récompense de la gratitude.  La gratitude qui n’est pas simplement en parole, ou un service de bla bla, mais vient du cœur.  Il s’agit de la gratitude du cœur.  Et les gens pleins de béatitude ne sont jamais jaloux des autres.

Parce que, qu’y-a-t-il de plus grand que la béatitude ?  Elle possède tant de dimensions que vous allez au-delà du royaume des causes et des effets.  Et, tous les anges, tous les Ganas, sont là pour vous aider. Vous savez cela.  Ça marche.  Ça marche de telle ou telle manière.  Mais si vous prenez cela pour un dû, (alors) vous n’avez pas cet effet de la béatitude en vous, qui est que, lorsque vous apprenez que telle ou telle chose est arrivée…  Quelle joie !

Si vous entrez dans votre cœur, vous sentez la grâce.   Allez, entrez dans votre cœur.  Recevez la grâce, comme cela… Pénétrez dans votre cœur.  Une grâce formidable est là.  Dire que c’est à nous que c’est arrivé !  C’est envers nous que DIEU a été si bon ! S’il vous plait, posez votre main sur le cœur.  Sentez là… Que DIEU vous bénisse !

Donc, cette béatitude, vous la trouvez partout.  Dans une petite chose aussi, vous trouvez de la béatitude.  Le ZEN a appris aux gens à voir la béatitude (par exemple) dans un petit morceau de mousse, simplement un petit morceau de mousse.  Et, vous voyez cette mousse et vous dites : « Mon DIEU, que c’est beau ! »  DIEU a créé cette mousse avec tous ces petits tentacules minuscules, et cette béatitude.  Mais les gens qui sont vaniteux ne peuvent jamais sentir la béatitude.  La vanité tue la béatitude, l’ego tue la béatitude.

Une fois, SHIVAJI était en train de faire construire un fort énorme.  Et, à un moment, il partit dans l’ego.  Il sentait : « Regardez, grâce à ce travail, tant de gens sont employés ».  Son Guru RAMDASA apparut alors.  Il était le contrôleur de l’ego lui-même, puisqu’il était une incarnation de Shri HANUMANA.  Alors, il est venu et il a dit : « Je voudrais que tu fasses une chose pour moi ». – « Oui, que veux-tu que je fasse ? » – « Que tu casses cet énorme rocher qui est ici, morceau par morceau ».  Le rocher a commencé à se briser lorsque les gens ont tapé dessus.  Mais, à l’intérieur du rocher, il y avait une petite pierre grosse comme une noix de coco.  SHIVAJI l’a prise dans ses mains et l’a cassée.  A l’intérieur, il y  avait de l’eau et dans cette eau, une grenouille.

Alors, SHIVAJI a  réalisé : « Si DIEU a créé cette grenouille, Il lui a aussi donné de l’eau.  Qui suis-je pour avoir cet ego ?! ». – Alors, la béatitude est venue en lui, « DIEU m’a donné toute chose.  C’est vraiment me traiter avec un tapis rouge.  Et, qu’ai-je fait ? Rien. C’est si beau.  Combien  ont cette béatitude ?  Ayez de la sympathie et de la compassion pour ceux qui n’en ont pas.

Mais la béatitude vient en vous par votre confiance.  Si vous n’avez pas confiance en vous-même, il ne peut y avoir de béatitude.  Et la pire chose contre la confiance, c’est : « Alors, que dois-je faire, comment faire pour obtenir cela ?  Pourquoi est-ce que je ne l’ai pas? »  Vous vous battez contre vous-même tout le temps.  (Pourtant) vous êtes cela !  Vous êtes assis dessus,  et vous vous demandez encore « Pourquoi est-ce que je ne l’aurai pas ? » – Alors que répondre?  Je veux dire que vous voulez simplement demander parce que vous vous devez de demander… Mais, c’est là !  Pourquoi demandez-vous ?  Sentez-le, tout simplement.  Si ça marche et que vous sentez où vous êtes assis, alors vous serez surpris (de vous rendre compte) que vous êtes en paix et que la béatitude est là.

Pour finir, dans cette culture vous devez vous comporter comme des gens qui ont l’autorité.  Vous avez l’autorité de votre Esprit.  Vous êtes « autorisés ».  Vous avez l’Esprit.  Ceux qui ont l’autorité n’essayent jamais de se faire valoir.  Parce qu’ils ont cette autorité, ils n’ont pas besoin de se mettre en avant.  Seuls les gens fous font cela, voyez-vous ?

Si quelqu’un se colle sur le front l’étiquette « Je suis inspecteur général de police », les gens demanderont à ce qu’il soit emmené à l’asile.  De la même manière, certains disent : « Je suis un Sahaja Yogi.  Que dites-vous ?  Je peux faire ce que je veux ».  Alors, que devrions-nous faire ?

L’autre autorité est vous-même, votre propre être.  Les gens doivent voir en vous ce que vous êtes.  Vous n’avez pas à porter sur vous des étiquettes avec « Je suis un Sahaja Yogi et tout, et tout… N° X, Y, Z –  Criminel n° 5, criminel n° 1°… »

Vous êtes autorisés.  L’autorité se montre sur votre visage.  Mais, maintenant, vous êtes actualisés sur cette autorité.  Vous voyez, toutes les autorités sont superficielles.  Par exemple, quelqu’un qui est aujourd’hui premier ministre peut se retrouver mendiant dans la rue.  C’est possible. En démocratie, tout est possible.  C’est la même chose pour tous les gouvernements autoritaires.  Donc aujourd’hui, vous pouvez être haut placé, mais vous pouvez aussi redescendre jusqu’en bas.

Mais un Sahaja Yogi restera un Sahaja Yogi. Vous êtes autorisés et actualisés. Cela signifie que, quelle que soit votre autorité, elle est partie intégrante de votre être.  Vous êtes cela.  Comme vous êtes un être humain, vous êtes un être humain.

Maintenant, il ne va plus vous pousser de queues, même si vous le voulez.  Donc, maintenant; vous êtes des Sahaja Yogis autorisés, actualisés, complètement modelés.  Comme du bois de santal ; ce n’est pas du bois de santal parce que l’on en a décidé ainsi : c’est du bois de santal.  Chaque partie de vous-même, chaque morceau doit avoir le parfum d’un Sahaja Yogi.  Aussi, vous n’êtes pas seulement actualisés, mais vous êtes perfectionnés.  Vous êtes « rendus parfaits ».

Vous devez avoir la dignité de cette autorité en vous.  Et cette dignité est une dignité très humble. La dignité n’est jamais arrogante. Le signe de la dignité est l’humilité.

Je vous ai raconté l’histoire de cet homme qui était sorti, puis est revenu et a demandé à une aveugle (qui se trouvait là), un Saint, si celui-ci n’avait vu personne passer par là.  Et le Saint a dit : « Si, et vous êtes le Roi, je le sais, Seigneur.  Votre serviteur  est passé en premier, puis votre ministre et maintenant, c’est vous qui passez ».  Le Roi fut très surpris parce que cet homme était aveugle… Comment un aveugle peut-il voir ces choses ?  Et l’aveugle répondit : « Quand votre serviteur est passé, il a dit : « Eh !  l’aveugle, tu as vu quelqu’un passer par là ? »  –  Puis votre ministre est passé et a demandé : « Avez-vous quelqu’un passer par ici ? » – Mais ensuite vous êtes arrivé et vous avez dit : « Monsieur, je suis désolé de vous poser une telle question, mais avez-vous entendu quelqu’un qui passait par ici ? »…

Il en est ainsi.  L’humilité est un signe. A la manière dont vous parlez aux autres, immédiatement, ils sauront que vous tenez cette autorité de DIEU.  Voyez l’humilité du Divin.  Comment Elle essaye de vous plaire, de vous amuser, et de vous rendre heureux, dans la nature… et aussi, dans les discours !

Maintenant, nous allons avoir notre Puja.  J’espère que vous avez compris la Culture de votre Religion Universelle.  S’il vous plait, essayez de l’adopter.

QUE DIEU VOUS BÉNISSE !