Séminaire, Mahamaya Shakti, Soir, Amélioration du Mooladhara

(England)

1985-04-20 Seminar, Mahamaya Shakti, Evening, Improvement of Mooladhara, 41' Download subtitles: EN,ES,FI,FR,RU,SQ,ZH-HANS,ZH-HANTView subtitles: Add subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Listen on Soundcloud: Download audio:
Transcribe/Translate oTranscribe


Séminaire, Mahamaya Shakti, Soir, Amélioration du Mooladhara – Samedi 20 avril 1985

Extrait : Inquiétude mentale

C’est ainsi que Mahamaya joue. Ils avaient tout planifié. Ils avaient tout arrangé et le sari n’était pas là. D’accord. Alors ils sont venus et m’ont dit que le sari n’est pas là, alors maintenant que faire ? Vous ne pouvez pas faire le puja sans le sari, selon eux. Alors j’ai dit : « Très bien, attendons. S’il arrive à temps, nous le ferons ; sinon nous pouvons le faire plus tard. Mais Je n’étais pas du tout dérangée, pas du tout contrariée. Parce que Je n’en ai pas une conception mentale. Mais si vous avez une conception mentale, « Oh, nous avons tout programmé, tout arrangé. Nous l’avons fait et maintenant, il fait long feu ». Peu importe. Il n’y a rien qui fasse long feu. [rires]

Voilà ce que nous ne pouvons faire. Parce que vous m’avez demandé aujourd’hui : « Qu’est-ce que Mahamaya ? » eh bien c’est cela. [rires]

Vous devez apprendre à accepter ce qui vient à vous. C’est une chose. Et c’est là où nous nous sentons frustrés, fâchés, en colère et que notre joie est perdue, entre autres, parce que nous faisons des projections mentales. Mentalement, nous calculons quelque chose : « Il faut que… »Et en réalité, c’est véritablement un subtil sentiment d’ego. En fait, Je pensais : « C’est ce qui doit arriver. Très bien. Nous ferons le Puja demain ». De toute façon, J’ai dit à Mr Srivastava que Je serais seulement de retour aux environs de deux heures.

Il m’a dit : « Pourquoi pas au matin ? »

« Je ne pense pas que ce sera possible. »

Donc, c’est ainsi que vous devenez avyagra – Vyagra signifie la personne qui est inquiète – Celui qui ne s’inquiète pas. Nous nous inquiétons donc à cause de deux choses. Premièrement, nous nous inquiétons que ce qui se passera dans le futur ? Le futur n’existe pas. Si vous avez décidé que ceci devra arriver dans le futur, alors vous vous fâchez. C’est une chose. Mais si vous n’avez fait aucune image mentale, vous voyez ce qui vient sur la scène. Vous regarderez tout ce qui apparaît. Alors vous n’êtes pas inquiet, parce que vous avez hâte de voir ce qui va se passer. C’est une façon, par laquelle vous vous sentez blessé, vous êtes inquiet.

Deuxièmement, vous vous inquiétez lorsque vous avez construit un mythe, une image de quelque chose : « Oh, nous allons avoir un puja maintenant, et nous ne l’avons pas. » Donc, vous êtes contrarié. Quelle différence cela fait-il ? A cause de cela, vous ne pouvez pas apprécier Ma conférence aujourd’hui et le puja demain. Parce qu’aujourd’hui vous pensez que cela va être le puja. Nous sommes tous bien habillés. Très bien. [Rire]

Nous passons tellement de temps à nous préparer pour le puja. D’accord, nous le ferons demain. Qu’importe ? Nous nous sommes vraiment bien apprêtés. Nous étions tous prêts pour le puja, nous étions assis ici pour le puja, et maintenant voilà ce qui est arrivé !

Je ne portais pas du tout mon sari de puja. Je savais ce qui allait arriver [rire]. Alors, c’est très bien de vous voir comme ça. Parce que normalement dans le puja, Je ne vous vois jamais habillés comme ça, Je suis occupée avec Moi-même. Maintenant, Je peux vous voir bien habillés. Et cela me rend très heureuse.

Et ces projections mentales sont responsables de nos frustrations. C’est comme quand je vous parlais de l’argent. La même chose arrive. Les gens viennent en Inde. Ils conservent tellement d’argent pour acheter des choses. Vous voyez, parfois ils viennent chargés comme des commerçants. Les douanes sont si sympas, je veux dire que les Sahaj Yogis ont entrée libre, que ce soit en Inde, en Angleterre ou ailleurs. Et puis ils ont une image mentale, « Nous achèterons ça. » D’accord ? « Et puis, nous dépenserons ce montant. » Et s’ils doivent dépenser de l’argent pour quelque chose d’autre, ils se fâchent parce qu’ils ont décidé de dépenser autrement. Alors, ils pourraient aller dépenser de l’argent. C’est aussi, vous voyez comment fonctionne Mahamaya, vous voyez ? Cela vous est tous arrivé. Alors ils vont acheter quelque chose.

Je vais vous dire que Gavin a acheté une fois une image. Je ne sais pas ce qu’il a payé, je pense 500 roupies – combien as-tu payé ? Environ 4000 ou je ne sais pas. Combien de livres avez-vous payé pour cela ?

Gavin : Quarante livres.

Quarante livres. Il a payé quarante livres pour cette chose. Je ne paierais même pas cinq livres pour ça. Et j’ai dit : « Qu’est-ce que c’est ? Comment avez-vous acheté cela ? » « Oh, c’est quelque chose de très bien, Mère. Nous l’avons eu à Agra.  »

J’ai dit : « Cela vient du Népal. Si vous l’achetez à Agra, Je pense que c’est très cher et c’est du gaspillage. » Mais le pire était que les vibrations étaient très mauvaises. Ils pensaient qu’ils avaient acheté quelque chose de génial. Et les vibrations étaient très mauvaises et je l’ai remarqué. Alors il a dit : « Très bien, Mère. Je vais le garder dans Votre maison et Vous améliorerez les vibrations. » J’ai essayé. Ça n’a pas marché. J’ai dit : « Gavin, que faire maintenant ? Tu le noies dans la Tamise. Je ne sais pas quoi. » Et puis heureusement il est arrivé que C.P. a dit : « Je dois apporter un cadeau de Bouddha au Japon ». J’ai dit : « Ces exposants japonais ne sont bons à rien. Aucun bhoot ne va les déranger. » Alors il a dit : « Puis-je acheter quelque chose ? »

J’ai dit : « Les choses de Bouddha ne sont pas faciles à trouver ici, mais J’ai un avlokhiteshwara. Aimerais-tu prendre cela ? » Il dit : « Quel est le prix ? »

Je dis « Quarante livres ». Il dit : « D’accord, d’accord, je le prendrai ». Et il l’a acheté pour quarante livres. J’ai dit : « Très bien. Donne-le à ce japonais. » C’était un affreux bonhomme. J’ai dit « C’est bien pour lui ». Et J’ai trouvé cette solution, vous voyez, parce que Je savais qu’il y aurait une utilité quelque part.

C’est ainsi que nos images mentales sont si rigides qu’il n’y a aucune flexibilité dans notre compréhension. Et si vous commencez à faire preuve de souplesse alors (et c’est très tôt quand Gavin était parti en Inde, très tôt, maintenant il est différent.) Donc, si vous devenez flexible, alors vous voyez la joie de la situation. Vous voyez comment les choses sont ajustées. Mais si c’est rigide, alors vous êtes bloqué dans votre propre rigidité. Et vous ne pouvez jamais en profiter, car il n’y a pas de mouvement pour le pouvoir Mahamaya. Et c’est comme ça que vous vous sentez frustré. Vous voyez, tout cela est votre propre création. La projection mentale est votre création, et aussi la destruction est votre création. Personne n’est responsable de cela. Vous êtes responsable. Mais c’est Mahamaya qui fait cela, « Sankalpa vikalpa karo », vous décidez quelque chose.

Vous dites : « Maintenant, aujourd’hui je vais aller à Birmingham. Je dois aller à Birmingham. Je ne peux pas venir pour la méditation. Je dois le faire. » Après un certain temps, vous constaterez qu’il est impossible de faire autre chose que ce qui est nécessaire pour Sahaja Yoga. Parce que chaque fois que vous essaierez de faire quelque chose, vous trouverez que cela vous frustrera, cela vous contrariera. Sinon, cela vous fera réaliser ce qui est important, ce que vous avez manqué. Parfois, vous vous perdez en chemin. Vous pensez que « Oh Dieu. Nous avons perdu le chemin. Que faire ? Maintenant où aller ?  »

Si j’étais vous, je dirais : « Très bien. Nous avons perdu le chemin. Ce doit être pour trouver quelque chose d’autre. » Et là je trouve quelque chose d’autre que j’ai cherché, pendant des jours et des jours. Je le vois juste là.

Donc, si vous faites confiance à la qualité de votre Esprit de donner la joie, que vous n’allez pas perdre cette qualité de l’Esprit, à aucun prix. Alors cela sert de guide et vous comprenez la flexibilité de toutes ces choses mondaines et transitoires. Elles sont toutes modifiables, vous seulement ne pouvez pas changer parce que vous êtes l’Esprit.