Soirée avant le Sahasrara Puja 1985. Vous devez être en Nirvikalpa.

(Austria)

Feedback
Share

Sahasrara Day Puja, evening before, « Nirvikalpa ». Vienna, May 4, 1985.

English transcript verified IBP
Traduction V 30/4/2016

S’il vous plaît, asseyez-vous. Quel bel endroit. Vraiment.

C’est un grand plaisir de voir tant de Sahaja Yogis venus célébrer le jour du Sahasrara.

Sans la percée du Sahasrara, nous n’aurions pas pu accomplir l’ascension en masse. Mais le Sahasrara, c’est-à-dire le cerveau, est devenu beaucoup trop compliqué en Occident. Et les nerfs y sont tellement entortillés les uns sur les autres. Garder le Sahasrara ouvert devrait être très facile pour les Occidentaux si leurs cerveaux pouvaient comprendre et être conscients à propos de votre Mère.

Votre Mère étant la Déité du Sahasrara, la seule façon de pouvoir maintenir le Sahasrara ouvert, c’est un abandon total.

Pour cela, beaucoup Me demandent : « Comment faire ? » Voilà vraiment une question bizarre. Hors de propos. Si votre Sahasrara a été ouvert par quelqu’un et par chance c’est la Déité devant vous, cela devrait être vraiment la chose la plus facile que de s’abandonner. Mais ça ne l’est pas. C’est difficile parce que l’attention qui est montée à travers les cellules du cerveau et s’exprime à travers ces cellules, est polluée, impure, destructrice. Elle endommage les nerfs et, quand les nerfs sont endommagés, la lumière de l’Esprit ne brille pas sur eux. Et vous vous sentez incapable d’abandon. Normalement cela devrait être la chose la plus facile à faire.

Il faut alors avoir une approche mentale à l’égard de soi-même. Il faut se parler à soi-même et se dire : «Que fais-tu donc ? Qu’est-ce que s’abandonner ? C’est être dans la joie. Juste être dans la joie. Alors pourquoi ne puis-je pas m’abandonner ? Que manque t-il en moi ? Suis-je une personne de très bas niveau ? Suis-je quelqu’un qui disait juste être un chercheur, alors que ce n’étaient que des mots ? Suis-je si malhonnête que je ne puisse pas m’abandonner ? Et dans ce cas, de quoi suis-je donc fier de moi-même ? Si c’est le cas, alors pourquoi suis-je tellement épris de mon ego ?» Que vous faut-il abandonner ? Une goutte d’eau doit se dissoudre dans l’Océan pour devenir l’Océan, mais une goutte d’eau ne peut être plus grande que l’Océan, n’est-ce pas ? Alors abandon de quoi ? Abandon de nos conditionnements, de notre ego, et des barrières artificielles que nous avons construites autour de nous. On peut s’approcher de soi-même mentalement, émotionnellement et on peut avoir aussi une approche physique de nous-mêmes. On peut s’approcher de nous-mêmes par les mantras, par l’introspection, par la connaissance de soi. Mais il faut savoir qu’il s’agit ici de la plus grande des plus grandes opportunités, pour vous, pas pour le Divin. Si vous n’êtes pas disponible, le Divin peut trouver Ses propres moyens de réaliser la dernière apogée de Son expression.
Même pour comprendre l’immensité de la tâche, il vous faut un cœur prêt à s’abandonner. Quand c’est à travers la seule approche mentale que vous y arrivez, vous développez un ego mesquin avec l’idée que vous faites un grand travail. Ainsi, une fois J’ai téléphoné en Amérique pour dire que Je venais. Et il y a là bas, à Los Angeles, un très grand savant indien originaire du Maharashtra. Il a manqué le prix Nobel. Un grand savant, vraiment. Il M’a immédiatement téléphoné pour Me dire : « Mère, je viens à New York pour Vous accueillir, je prends un congé de quinze jours. Quand vous serez ici, je veux être auprès de Vous. Qu’y a-t-il d’autre à faire ?
En fait, je pratique Sahaja Yoga à l’occasion et comme cela m’arrange, quand j’en ai le temps. C’est comme ça, n’est ce pas ? Mais je voudrais voyager avec Vous en Europe, partout où Vous allez et y passer quelque temps avec Vous, sinon qu’est-ce que je fais ici ? »
Mais j’ai entendu dire qu’on arrive à des moments différents pour le jour du Sahasrara. Quelle surprise ! C’est typiquement occidental. Occasionnellement on pratique Sahaja Yoga, surtout occasionnellement, Il faut que cela soit commode, plutôt un week-end. Où justement à l’occasion d’un congé on peut aller à Vienne. Là, bien sûr, au passage, on aura un puja, et, à l’occasion toujours, Mère élèvera notre Kundalini. Elle éveillera les déités en nous et, à l’occasion, nous goûterons les joies de Ses bénédictions. Point de sacrifice pour Dieu. Pas de temps, on n’en a pas. Tout est fait occasionnellement. C’est assez surprenant. Pour la guerre les gens sacrifient leur vie, pour la destruction ils travaillent vraiment dur, jour et nuit. Mais pour la construction de l’humanité, pour le but ultime de la Divinité, en Occident, combien sont ceux qui s’abandonnent réellement ? « Si cela nous arrange, nous serons là. » Sahaj ! « C’est le style Sahaj. Il faut y parvenir de façon Sahaj. » J’ai entendu cela bien des fois. Il y en a encore beaucoup qui ont ce genre d’attitude envers Sahaja Yoga. C’est parfois surprenant pour Moi. Si Je Me rends dans un village [en Inde], les gens prennent un congé de 15 jours, d’un mois. A Rahuri, les gens prennent un congé d’un mois pour préparer Ma venue. Un jour de congé pour eux, c’est énorme. C’est là qu’est le mérite, non pas dans l’habillement, la nourriture ou les possessions. mais dans ce que l’on peut donner et sacrifier. Il faut couper les attaches de la vie mondaine. Vous devez le comprendre. Il s’agit d’un progrès pour des gens semblables à des esclaves attachés à des chaînes, les chaînes du désir, de la suffisance, de la léthargie, les chaînes de l’égo aussi dur qu’une bûche.
Il nous faut donc nous comprendre nous-mêmes. Chacun doit comprendre, de lui-même, qu’à travers vous, le salut du monde doit advenir. Vous avez été choisis pour l’émancipation de toute l’humanité. Le Divin veut que vous travailliez en tant que canal à l’embellissement de cet univers pour manifester l’expression ultime de l’amour de Dieu. Quand Je dis ceci, Je constate que, automatiquement, l’ego se met à gonfler. Au contraire, un abandon pour se remplir de nectar, du nectar de la divinité, permet, quand vous allez vers les autres, de déverser sur eux la beauté et l’amour de Dieu. C’est à vous de bien le comprendre et non aux autres. Ne faites de reproche à personne. C’est si précieux que personne ne peut décrire la grandeur de ces moments que nous passons ensemble. Vous devez ressentir de l’intérieur cette mission que vous avez reçue de votre propre Esprit, de votre propre état. Vous pouvez remplir cette mission. Mais le manque de confiance en vous-même ne peut vous donner le pouvoir de vous abandonner. S’abandonner c’est avoir le Sahasrara ouvert et le maintenir complètement ouvert pour que l’état de Nirvikalpa s’établisse en nous. Il devrait y avoir une progression régulière de l’amélioration, une progression régulière de l’ouverture.
Avez-vous jamais vu une fleur de Lotus ou toute autre fleur s’épanouir puis s’arrêter pour recommencer et puis s’effondrer pour à nouveau fleurir ? Avez-vous vu un phénomène aussi absurde dans la nature ? Vous vous élevez puis retombez, à nouveau vous vous élevez puis retombez. Avez-vous jamais vu un arbre croître puis retomber dans la boue, croître de nouveau et puis encore retomber dans la boue, blâmant les autres ? Avez-vous vu un animal se mettre à grandir puis rapetisser, grandir à nouveau et à nouveau rapetisser ? Et ces palais immenses qui ont été construits avec tant de beauté pour nous, les voyez vous soudain rétrécir puis s’effondrer, et à nouveau prendre de l’ampleur ? Seuls les ballons de l’ego et du superego font cela. Et quand vous vous identifiez à eux, vous devenez des personnalités très étranges. Le lotus de votre Sahasrara est ouvert maintenant. Il doit s’ouvrir encore et encore et ne devrait pas s’effondrer soudainement puis à nouveau s’ouvrir et de nouveau s’effondrer. C’est un phénomène très compliqué qu’on peut remarquer en Occident et en être vraiment surpris parfois. Pour Moi, c’est parfois très choquant: quelqu’un soudain viendra dire : « Oh je suis très inquiet à propos de ceci, je suis très inquiet à propos de cela. » Pour un autre, ce sera : « Je veux quitter Sahaja Yoga maintenant. » Ou bien : « Oh, c’est trop, je ne peux pas en faire plus.»
Aussi devons-nous comprendre qu’il y a là quelque chose de très singulier en nous, quelque chose d’absurde, et que c’est pour cela que ça arrive. Nous allons en avant, en arrière, en avant, en arrière, tout le temps. Quel est ce pendule ? Certainement pas le Sahasrara. Le Sahasrara n’est pas un pendule. C’est un lotus. Alors le pendule c’est l’attention : chitta. Cette attention qui va de gauche à droite, de droite à gauche, comme ça tout le temps. Mais le domaine du Sahasrara est le royaume de Dieu. Quand le Brahmarandhra s’ouvre pleinement, alors les cieux s’ouvrent à l’intérieur de vous. La Kundalini qui s’est élevée et vous a donné la Réalisation, crée cette ouverture subtile par laquelle le Divin commence à déverser toutes Ses subtilités dans votre cerveau. Mais si vous le pressez de chaque côté avec ces ballons, tantôt ouvert, tantôt fermé, tantôt ouvert, l’attention du Divin se retire.
Vous devez le savoir. Son attention se retire et si cela se produit de nombreuses fois, le Divin ne S’en soucie plus.
C’est donc à vous d’atteindre cet état de Nirvikalpa et c’est à la portée de tous. Dans cet état, il n’y a que progrès. Après Nirvikalpa, vous ne pouvez retomber. Si quelqu’un passe encore par des hauts et des bas, il doit savoir qu’il n’est pas encore du niveau et il doit faire face à lui-même et se dire : « Non, je dois être en Nirvikalpa où je ne retombe pas. » Ceux qui ne sont pas dans l’état de Nirvikalpa ne vont pas être sauvés. Je suis vraiment désolée de le dire, ils ne vont pas être sauvés. Ils seront punis. Peut-être pas de la même façon que ceux qui ne sont pas des âmes réalisées, mais ils ne siègeront pas au royaume de Dieu Tout Puissant. Vous devez au moins atteindre l’état de Nirvikalpa. Ne blâmez pas les circonstances ; ne blâmez pas vos pères, mères, frères, l’atmosphère, ceci ou cela. Il est inutile de blâmer qui que ce soit, du genre : « La venue d’Untel nous a influencé. » Mais qu’avez-vous donc ? Je suis ici et vous n’êtes pas influencé par Moi. Comment êtes-vous influencé par quelqu’un de manifestement si stupide et manipulateur ? A quel niveau êtes-vous donc ?
Aussi ai-Je décidé de vous dire demain, comment être dans l’état de Nirvikalpa. Comme Je l’ai dit, nous pouvons adopter une approche mentale. Mais si, m’adressant à votre mental, Je vous dis de prendre tel médicament et que vous ne le prenez pas, on est resté sur le plan mental, et le médicament reste au placard. Pour vous rien n’a changé du tout. Mais vous dites : « Oui Mère, nous avons écouté Votre conférence. » Alors l’idée directrice, pour le puja de demain, – J’en ai décidé ainsi- c’est que vous devez être dans l’état de Nirvikalpa. On peut dire que ce jour du Sahasrara est un très grand jour parce que Je ne vous ai jamais lancé un tel ultimatum auparavant. Parce que maintenant, nous nous sommes établis en tant que Vishva Dharma, la Religion universelle. Ce n’est pas comme dans les autres religions, où, après la mort des incarnations, les gens ont institué une religion pour en faire totalement à leur guise. Au cours de notre vie même, nous allons faire de nous l’instrument qui représentera Vishva Dharma. Nous devons avoir en nous des déités fortes. Nous les avons affaiblies à cause de toutes sortes d’erreurs. Ça ne fait rien ! Elles sont faibles parce que nos traditions ne nous ont pas apporté de force. Ça ne fait rien ! Mais maintenant que cette Religion a été établie, nous ne pouvons plus avoir de points noirs. Nous avons fait la sélection, l’entraînement, tout. Il vous faut tous sauter dans le bateau maintenant. Il n’y a plus de temps pour lambiner. Ceux qui sont derrière seront laissés derrière.
La période actuelle est d’une grande intensité, comprenez-le. Il ne s’agit pas de quelque chose d’occasionnel. Ce n’est plus Sahaja Yoga. Maintenant c’est le Maha Yoga. Et vous devez devenir Maha, c’est-à-dire «grands», autrement vous ne pouvez être ici. Vous devez quitter toutes ces choses sur le champ. En ce qui Me concerne, Je ferai demain tout mon possible. Je ferai que cela marche. Il y a un enjeu important. Je dois vous dire que, lorsque J’aurai établi la Religion, Je n’y accepterai pas de trous. J’ai évité de le faire car Je n’en étais pas sûre. Mais maintenant Je sais assurément qu’il y en a beaucoup que l’on peut appeler des « Nirmalites ». Car plus question de points noirs sur le magnifique sari de votre Mère, qui doit être absolument de la plus grande qualité. Progressivement nous en avons laissé certains de côté, et progressivement nous avons atteint ce stade. Mais maintenant il n’y a plus de temps à perdre. Comme Je vous l’ai dit, Je rentre en Inde. Demain Je serai en mesure de vous dire comment vous êtes progressivement arrivé au Sahasrara et comment, pour entrer en Nirvikalpa, il vous faut vous dévouer complètement en toute liberté. (… to freely dedicate yourself fully)
Ce n’est pas la commodité qui importe quand on vient à Sahaja Yoga. C’est un jour de Sahasrara. Il faut traverser les Himalayas. Si vous lisez la vie de ceux qui ont tenté le voyage jusqu’au Kailash, vous saurez quelles difficultés ils ont traversées. Je vous ai amené jusqu’à ce point avec beaucoup de douceur, de délicatesse, mais n’en soyez pas gâtés pour autant. Vous vous évanouirez tous en fumée tant que vous ne serez pas dans l’état de Nirvikalpa. Je regrette d’avoir à le dire ici, en Autriche, en ce lieu qui devrait marquer la fin de notre voyage vers la gauche ou la droite. Sachez que des : «Parce que mon mari est comme ceci, ma femme est comme cela, parce que mes enfants sont comme ça » ne vous excuseront pas. A qui dites vous ça ? A votre Esprit ? Dites le à votre Esprit ! Comprend-il ? Vous en perdez vos vibrations, votre joie, votre position.
Nirvichara est très facile à établir. Pourtant, là encore, certains n’y sont pas arrivés. Alors pour Nirvikalpa ? Il faut prendre cela très sérieusement. C’est peut-être le dernier Sahasrara que nous célébrons en Europe, peut-être, Je ne sais pas. Ce n’est pas que Mère ne soit heureuse que lorsqu’il y a des gens de grande qualité, de haut calibre : ce n’est pas cela. Je Me soucie beaucoup de ceux qui sont perdus, qui sont oubliés. Mais quelquefois, Mon expérience Me fait penser que de tels gens ont été gâtés. Je ne vous donne pas Mon amour pour vous gâter ou vous perdre, mais pour votre émancipation, pour que vous profitiez de la beauté des bénédictions que Dieu vous donne. Même en ce moment, s’il y en a qui n’ont pas de droiture, d’honnêteté, ou de vertu au plan du dharma, alors de quoi puis-Je leur parler ? Et puis, s’ils ne sont même pas l’Esprit, que faire d’eux ? Idéologies, discours, discussions et autres arguments ne vous y mènent pas. Pas du tout. C’est la méditation. Ce qu’est la méditation ? C’est en fait faire face à soi-même et se corriger avec la pleine compréhension de ce que l’on est. Nous devons créer des êtres humains idéaux. C’est cela le Vishva Dharma. Sinon on continue d’avoir de nombreux dharmas : tant d’activités religieuses au nom des grandes incarnations qui ne reflètent en rien ces incarnations ; tout le contraire même. Il faut vous établir dans cet état de Nirvikalpa une fois pour toutes, pour que Je n’aie pas à lutter avec vous.
Ceux qui assisteront demain au puja du Sahasrara devraient être capables de s’établir dans cet état. Sinon c’est exactement comme s’ils étaient des nouveaux. Qu’ils viennent pour la première fois, la dixième, la onzième ou la centième fois, quelle différence cela fait-il ? Pour Moi, c’est très clair. J’ai peu de temps, parce qu’il faut un bon instrument. S’il faut accélérer le développement de cet instrument de façon correcte pour que l’Amour de Dieu se répande et que le Dieu d’Amour en soit heureux, il nous faut créer des fleurs si belles qu’Il apprécie, qu’Il ne détruise pas. Le Spectateur de cette pièce doit être satisfait pour qu’Il retarde Sa destruction. C’est pourquoi J’ai dit qu’il y avait peu de temps, très peu de temps. Si nous voulons que nos enfants grandissent dans le royaume de Dieu – ce sont de grands saints qui ont pris naissance – si vous voulez leur donner une vraie chance de se réjouir, alors il faut d’abord devenir de vrais parents et non des gens qui vivent d’illusions.
Il n’est pas possible de tout expliquer dans Sahaja Yoga. Je ne peux pas le faire. Ce n’est pas possible parce que vous n’avez pas les pouvoirs pour comprendre. Ainsi Grégoire M’a dit : « Mère, j’ai envie d’avoir du soleil, » parce qu’on lui avait dit : « Le week-end sera affreux ; il n’y aura pas de soleil. » Et quinze minutes plus tard le soleil brillait. Quinze minutes ! Le vent se mit à souffler, tous les nuages se rassemblèrent autour de Vienne, et, en un spectacle magnifique évoquant le Sahasrara, le ciel s’ouvrit comme Je veux que vos Sahasraras soient ouverts. La Nature tout entière désire tellement réaliser cela. Mais vous devez apprendre à coopérer avec votre Esprit. Il ne suffit pas d’une coopération qui n’est qu’occasionnelle. Il s’agit d’être l’Esprit, de devenir pleinement l’Esprit. C’est très important. Rien ne devrait l’empêcher. J’espère que l’annonce faite aujourd’hui nous aidera tous à comprendre nos responsabilités envers nous-mêmes et envers notre Créateur. C’est bien de Me louer pour Mon amour. C’est bien de Me louer pour tout ce qui arrive, mais pour être vraiment franche, Je ne sais pas si c’est bien Moi que vous louez. Je ne ressens pas cette louange, parce que Je suis Mon Soi, Je ne suis pas Moi-même. Je Me vois comme séparée et Je Me dis : « Bon d’accord, tu es l’Adi Shakti, mais tu as gâté tes enfants. Tu n’as pas été tout à fait juste avec eux. Ils prennent tout de façon si légère et si mondaine. »
Alors demain, vous devez faire un vœu dans votre cœur. Ce ne sont pas les mots qui importent mais un engagement authentique de votre être qui devrait vous prouver, vous convaincre que vous vous êtes pleinement abandonnés, et dont vous ressentirez les effets dans votre personnalité même, dans votre être même, dans votre propre façon de vous manifester. Avec tant de saints, pourquoi devrais-Je Me faire du souci pour la propagation de Sahaja Yoga ? Parce qu’il y en a qui vous tirent vers le bas, qu’il y a des gens intransigeants et d’autres encore possédés, ou bien des âmes murmurantes ? Ne faites tout simplement pas attention à eux. Ils seront tous perdus. Tant pis. Il nous faut faire advenir le grand jour où nous serons fiers d’appartenir à cette grande religion de la Vérité. Il n’y a encore jamais eu de religion qui incarne la Religion de la Vérité, qui pratique et enseigne quelque chose qui n’a rien à voir avec les incarnations. Vous devez agir de telle façon qu’on dise : « Nous voyons notre Mère dans cette personne. »
C’est aujourd’hui le jour où Je voudrais bénir quelques enfants. J’ai béni de nombreux enfants. Je voudrais aussi bénir tous les parents pour qu’ils comprennent qu’ils ont une importante contribution à apporter à l’éducation des enfants. Il y a quelques très bonnes cassettes qui ont été faites en Angleterre sur comment aider les enfants à grandir de façon correcte au milieu de la confusion du monde Occidental. Et celui qui a été votre plus grand ennemi a travaillé en ce lieu. C’est lui qui a causé votre ruine et vous a fait pécher contre l’Esprit Saint, pécher contre votre Mère. Alors, maintenant, ici-même, il faut détourner notre regard de tout ce qui fut le passé et monter dans ce nouveau royaume de béatitude et de joie. Je vous assure qu’avec votre dévouement cela marchera. Mais réfléchissez un peu : qu’avons-nous sacrifié jusqu’à présent ? Aucun sacrifice n’est suffisant. Mais avons-nous sacrifié quelque chose ? Cela vous fera comprendre que votre Mère vous a donné votre deuxième naissance sans aucune difficulté pour vous. C’est Elle qui a pris toutes les souffrances de l’enfantement sur Elle.
Maintenant vous avez grandi et vous devez comprendre que vous êtes désormais des adultes et que vous ne pouvez plus agir comme des enfants. C’est fini. En tant qu’adultes, vous devez devenir responsables de ce Maha Yoga et de ce grand dharma que nous avons établis : le dharma qui intègre tous les dharmas, le dharma qui purifie tous ceux qui s’en approchent. C’est l’Océan de toutes les rivières. Toutes les rivières coulent vers ce grand océan du Vishva Dharma. Nous devons donc nous fondre dans le nouveau modèle, les nouveaux rythmes, la nouvelle musique de la flûte divine. Sans cela, Je ne crois pas que les Occidentaux aient beaucoup de chances. Si vous êtes venus pour le Sahasrara, soyez prêts. Demain, Je voudrais réaliser cela au mieux. Je travaille 24h sur 24. Sans gaspiller une seule minute. De même, J’espère que vous vous dévouerez 24h sur 24 à votre émancipation et à l’émancipation de tout l’univers. Que Dieu vous bénisse tous !
De l’eau. Donc que Dieu vous bénisse tous ! (Yogi : Devrais-je faire une traduction rapide ?) D’accord, vous pouvez faire une traduction expresse. Je vous remercie. Un grand merci. Je vous remercie beaucoup pour cette promesse. Aujourd’hui Je remercie le soleil et le vent, et maintenant Je vous remercie pour cette promesse. Je suis une Mère très simple et innocente qui peut être très facilement satisfaite mais ne jouez pas avec Moi. Ne jouez à aucun jeu avec Moi. L’innocence peut aussi être très puissante. Ne jouez pas avec Moi. Donc alors les enfants sont là pour leur donner un nom ? Voilà. Que Dieu vous bénisse ! C’est un garçon ? Vous avez été bénie. D’accord ?
Je pense que méditer environ dix minutes serait une bonne idée. Gardez vos yeux ouverts. Tous les enfants devraient placer leurs mains comme ceci. D’accord ? Et regardez Moi. Levez votre langue et placez-la en arrière le plus possible. Tournez-la vers l’arrière. Laissez-la sentir la félicité du Divin sur sa pointe. Baissez maintenant votre menton qui va toucher votre [gorge]. Ne fermez pas vos yeux. Dans un total abandon baissez votre menton mais ne fermez pas vos yeux. Portez votre attention sur le Sahasrara. Relâchez totalement vos mains sur les côtés, détendez-les. Asseyez-vous bien droit. Ne touchez pas le palais [avec la langue]. Alors inspirez. Ne repoussez pas la langue. Laissez-la où elle est. Inspirez. Soulevez maintenant votre estomac sans relâcher la respiration, en poussant l’air en haut vers les poumons. Rentrez votre estomac. L’attention est sur le Sahasrara. Vous commencez à voir de la lumière au travers du Sahasrara. C’est comme si le Sahasrara devient pareil à des yeux. Maintenant laissez aller. Laissez aller. Relevez votre tête. Maintenant placez votre tête en arrière. Placez vos index [dans les oreilles]. Placez votre attention au Sahasrara, c’est tout. Ne dites rien, aucun mantra. Relevez votre langue, poussez-la en arrière. Inspirez. Poussez votre estomac. C’est bien.
Maintenant regardez-Moi continuellement sans cligner des yeux, sans aucune pression sur les yeux. Gardez l’attention au Sahasrara. Vous pouvez le faire sans ciller. Que Dieu vous bénisse ! Voilà ce qu’il en est, nous avons physiquement élevé notre attention au niveau de notre Vishuddhi et de notre Agnya. Il y a encore un blocage au Vishuddhi gauche. Alors placez votre tête plus sur le côté droit, de façon relâchée, comme ceci. Regardez-Moi tout en ayant votre attention sur le Sahasrara. Penchez-la [votre tête] de façon détendue. Les mains doivent être souples. Relâchez-les. Maintenant, c’est mieux. Vous sentez s’élever la Kundalini ? Plaçons-nous sous bandhan après avoir élevé notre Kundalini. Elevez-La. Gardez l’attention sur votre Sahasrara. Ne fermez pas vos yeux, Placez votre tête en arrière. Une fois. A nouveau. Asseyez-vous bien droit. Levez-La au-dessus de votre tête. Une deuxième fois. Une troisième fois. Maintenant faites le bandhan. Un, deux. Faites-le correctement, systématiquement. Tois. Vous tous devriez le faire correctement. Trois, quatre, cinq. Essayez d’attendre jusqu’à ce que Je le fasse. Six, sept. Encore une fois, nous ne l’avons pas fait correctement. Nous devrions tous le faire en un seul rythme. Recommençons. Un. Lentement. Deux. Avec l’attention au Sahasrara. Trois. Comment dois-Je le faire ? Quatre, cinq. Bien. Six. L’attention au Sahasrara. Sept. Elle s’élève ? Faisons le dernier nœud. Voyez maintenant. C’est clair ? Magnifique ! Que Dieu vous bénisse !
(Yogi en aparté : Shri Mataji, si vous le permettez, J’aimerais dire que, si certains ne peuvent décider que Sahaja Yoga est la chose la plus importante de leur vie, ils ne devraient pas venir au puja demain.) Evidemment, pour le puja de demain, nous ne devrions pas avoir des gens qui ne sont pas au moins en Nirvichara. Cela veut dire que s’ils pensent encore que Sahaja Yoga ne leur conviendra pas et tout cela, nous ne désirons pas avoir des gens de ce bas niveau. Veuillez ne pas venir. Rien ne marchera avec eux. Pour Moi, ce sont des gens inutiles, absolument. S’ils pensent venir au puja, ils doivent savoir qu’ils doivent être d’un certain niveau, sinon qu’ils ne viennent pas. Il y en a beaucoup qui pensent ainsi, que Sahaja Yoga est la solution et que Je suis Celle qui a été choisie pour cette solution. De telles personnes devraient seulement venir demain.
Sinon toutes ces personnes de ce genre qui pensent de cette façon, même en ce moment, veuillez Me pardonner. Je désire que vous Me pardonniez, mais Je ne peux pas vous avoir au Sahasrara Puja. C’est trop de travail pour Moi d’avoir ici de telles personnes intransigeantes et insensées. Je ne veux pas que viennent de tels gens intransigeants et insensés. S’ils pensent que Je suis leur obligée, ils devraient savoir qu’il n’existe aucune obligation pour Moi mais que c’est eux les obligés. S’il vous plaît, qu’aucun d’entre vous de cette sorte ne vienne. Je peux les ressentir, il y en a certains assis parmi vous. Donc tous les gens de cette sorte ne devraient pas essayer de venir nous déranger. Ils devraient sortir de Sahaja Yoga, y travailler et ensuite revenir. Je ne sais pas combien de chances ils ont mais, quoi qu’il en soit, vous devez savoir que venir à Sahaja Yoga est un privilège spécial et n’importe lequel qui pense ainsi ne devrait pas se trouver ici. Je vous en serai reconnaissante. Merci beaucoup. Alors maintenant Je pense que nous allons manger. Après cela nous aurons de la musique et nous chanterons. Et ensuite demain nous aurons le Sahasrara Puja.