Navaratri Puja 1985

Weggis (Switzerland)

Feedback
Share

Navaratri puja. Weggis (Switzerland), 19 October 1985.

Traduction Révis1 – V 21/11/2014

Aujourd’hui est un grand jour de Navaratri car nous nous trouvons à la pointe du sixième et du septième jour. La pointe du sixième et du septième jour, c’est le jour où Mahasaraswati a terminé Son travail et où l’Incarnation de la Shakti Elle-même a débuté. Ainsi, aujourd’hui à midi, la Devi prend sur Elle-même d’être la Shakti.

Comme vous le savez bien sûr, Mahakali et Mahasaraswati sont toutes deux les Pouvoirs de Shri Sadashiva. En premier l’Adi Shakti s’est donnée à Elle-même la forme de Mahakali qui est le Pouvoir du désir. Mais tous ces Pouvoirs ne sont rien d’autre que le Pouvoir de l’Amour de Dieu.

Ainsi, dans les expressions successives de ce grand Amour de Dieu, l’Adi Shakti devait en premier devenir le Pouvoir du Désir. De la même manière, les Sahaja Yogis à qui ce Pouvoir d’amour a été accordé, doivent avoir un désir total dans leur cœur, le désir d’aimer
Ce désir est très différent des autres sortes d’amour humain que nous avons connues. Dans les autres sortes de l’amour humain, quand nous avons des relations avec les autres, nous avons des attentes, et c’est pourquoi cela est très désappointant. Nos attentes sont toujours plus élevées que notre compréhension et les réalités. Et nous souffrons ainsi de désappointements et de frustrations. Et l’amour qui devrait être nourrissant et nous satisfaire, devient un travail ingrat.

Ainsi, quand il se réfléchit dans les êtres humains, il s’agit du désir d’être aimé par chacun et non pas d’aimer les autres. Tout le monde devrait vous aimer, mais jusqu’où aimez-vous les autres, c’est la question. Naturellement c’est chacun pour soi, ainsi personne n’aime réellement.

Mais quand il s’agit de l’amour réel, alors le sacrifice devient naturel. Et vous ne l’appelez pas un sacrifice mais un privilège. C’est pour nous une grande chance de pouvoir aimer, c’est un grand bonheur que vous puissiez aimer, c’est une bénédiction de Dieu que nous puissions aimer et donner. Alors vous commencez à donner quand vous réalisez, non pas comprendre mais réaliser, l’amour, l’expression du pouvoir de l’amour.

Il s’agit du troisième pouvoir qui commence à s’exprimer car, après cela, une personne devient active, kriyasheet. C’est ainsi que débute cette action d’atteindre cet état d’amour qui donne.
Au début nous commençons à nous activer de si nombreuses manières. Comme Je l’ai dit, nous commençons à avoir des attentes et à penser que nous aimons les autres et que nous agissons dans ce but. Dans cette folie que les autres devraient nous aimer, nous respecter, devraient penser que nous sommes grands, qu’ils devraient nous reconnaître, nous commençons à aimer quelque chose d’autre qui n’est pas si important.

Alors nous allons tout d’abord poursuivre l’argent et l’argent devient quelque chose de très important. Nous pensons que, si nous avons de l’argent, les gens vont nous aimer, et que nous allons devenir très puissants comme des gens qui ont de l’argent, comme les gens riches. Alors nous commençons à accumuler de l’argent, nous commençons à aimer l’argent.

Mais l’argent n’est pas la vérité. Nous n’aimons pas la vérité. Quand nous commençons à aimer l’argent, nous commençons à penser aux problèmes relatifs à l’argent. De tels gens peuvent devenir si avares à un tel point que, même envers Dieu, ils deviennent avares. En fait ils n’ont jamais d’argent car, si vous ne pouvez pas dépenser votre argent, vous n’avez pas d’argent. S’il n’est pas disponible, quelle est l’utilité d’avoir tout cet argent ?

C’est comme cela qu’ils ont des problèmes, parce qu’ils aiment l’argent et non pas Dieu Tout Puissant. Ils se préoccupent de l’argent et non pas de la vérité.
Ensuite, avec cela, ils se dirigent vers une seconde chose qui est le pouvoir.

Ils veulent avoir le pouvoir, ils veulent devenir présidents, ministres, bureaucrates et tout cela. Ils veulent avoir le pouvoir parce qu’ils pensent qu’en ayant un grand pouvoir, les gens vont les respecter et les aimer. Mais ils s’engloutissent dans la peur. Ce qu’ils obtiennent, c’est la peur. Ils ont peur tout le temps.

Les gens tournés vers l’argent ont également peur. C’est pourquoi, dans la Bible, il est dit que le salaire du péché est la peur. Qu’est-ce que le péché ? Le péché c’est ne pas aimer la vérité, c’est cela le péché. Quand vous n’aimez pas la vérité, alors c’est un péché.

Donc, quand vous commencez à vous soucier de votre position, comme le président sent qu’il va perdre son poste, le vice-président pense qu’il va être remercié, le premier ministre pense qu’il peut ne pas être élu, les bureaucrates pensent qu’ils vont perdre leur situation, qu’ils n’auront pas de promotion ou autre, il y aura un problème. Tous ces gens souffrent d’un terrible sentiment de peur. Ils n’ont aucune liberté d’aucune sorte. Et les gens de cette catégorie descendent juste si vite à cause de la peur que c’est encore pire que pour les gens tournés vers l’argent. Car, une fois qu’ils sont perdus, ils sont perdus, ils ne peuvent jamais revenir. Aucune chance ! Une fois que vous perdez les élections, vous êtes perdu, personne ne va plus vous regarder.

J’ai connu des gens qui ont occupé une très haute position et, une fois qu’ils ont perdu cette position, plus personne ne s’intéresse à eux, ils vont juste passer tout droit à côté d’eux qu’autrement il y aurait au moins une centaine de voitures pour les recevoir. Et, une fois qu’ils ont perdu leur travail, il n’y a personne pour même les regarder, ils se déplacent juste comme des personnes ordinaires. Même en voyant toutes ces choses se produire, cette vérité qui vient juste devant eux aussi clairement, ils n’adhèrent pas à cette vérité, ils ne réalisent pas cette vérité, ils ne possèdent pas cette Réalisation en eux. Ils vont comprendre pour un temps puis vont recommencer après cela.

Ensuite, quand la personne meure, ils voient la perte d’un homme d’argent, d’un homme riche. Personne ne se préoccupe d’eux, ces hommes riches. Au contraire, lorsque meurent ces gens, les premier ministres et tous ces gens d’un rang élevé, immédiatement des livres surgissent sur leur vie privée, toutes les choses sales qu’ils ont faites ainsi que toutes les choses horribles qu’ils ont accomplies, et le genre de vie qu’ils ont mené.

Il n’y a aucun parfum dans leur vie, aucun idéalisme, rien. Ils n’ont pas compris leur responsabilité envers le public et envers eux-mêmes, et ils ont gâché leur vie privée. C’est pourquoi ce genre de réaction survient après leur mort.
L’autre jour J’ai lu un interview d’un acteur très bien connu. Je sais qu’il était né réalisé mais il a totalement dérivé. Il dit : « Je me demande en quoi boire peut faire de mal, quel est le problème de jouer ou de fumer car, après tout, je vais mourir, et alors qui va s’en préoccuper ? Supposons que j’attrape le cancer, et alors quoi ? De toute façon je vais mourir, alors pourquoi ne pas jouir de ces plaisirs de la vie ? »

Mais qu’en est-il de la mort ? Cela continue. Alors tout ce que vous avez fait, va ressortir et les gens n’aimeront plus avoir votre photo dans leur maison, les enfants vont cracher sur vous. Qu’en est-il de cela ? Votre vie n’est pas ce qu’elle est aujourd’hui pendant trois-quatre ans ou dix ans ou quinze ans ni votre soi-disant succès. Mais quand vous mourez, toute cette folie va disparaître et les gens vont apprendre la vérité sur vous. C’est ainsi que ce pouvoir d’être populaire s’évanouit. Cette popularité bon marché, ce genre facile de traitement envers vous-même vous procure une personnalité qui ne sera pas appréciée ni acceptée, personne ne vous cotera comme quelqu’un de grand. Cela va durer un certain temps mais, au total, une telle personne n’a rien donné à l’humanité.
Le pouvoir de Saraswati opère de cette façon : les gens entrent en action pour arriver aux résultats d’obtenir du pouvoir, mais cela devrait être une action dans le but de découvrir la vérité.

Saraswati devrait vous donner le lien pour découvrir la vérité, celui qui fait que, quand vous agissez dans ces endroits et rues bizarres, vous découvrez : « Ceci n’est pas le bon chemin, nous l’avons manqué. Le chemin est quelque part ailleurs, nous l’avons perdu. Cherchons à découvrir le réel chemin car ceci ne procure aucune joie. »

Celui-ci nous pouvons l’apprendre des autres, de l’histoire, de si nombreuses autres choses et de vos propres parents, de votre société, de vous-même, et aussi de vos enfants. Ce désir d’apprendre est la qualité des pujaris de Saraswati qui vont adopter gyana, s’attacher à connaître la vérité. Dans les Vedas, au début des Vedas, il est dit qu’en lisant ces quatre Vedas, si vous n’obtenez pas le veeda – veeda est la connaissance sur votre système nerveux et signifie la Réalisation – alors il n’y a aucune utilité de lire ces Vedas.

Donc la première chose concernant Saraswati est que, par la lecture, par le processus de la manifestation de Saraswati, vous devez atteindre un point où vous comprenez que ceci n’est qu’une foire d’empoigne et que nous devons en sortir, nous devons nous en extraire. Quand cela arrivera, alors le Mahalakshmi Tattwa [principe] va commencer à agir en vous. Il s’agit ici du troisième Tattwa qui commence à se mettre à l’œuvre.

Le Principe de Mahalakshmi commence alors à exprimer Son amour dans sa totalité au travers d’un processus évolutionnaire dans les êtres humains. L’être humain commence simultanément à évoluer, il voit ce qui se passe sur les deux côtés [gauche et droit] à la façon d’un témoin, et il utilise son pouvoir de Mahalakshmi.

Dans la première partie du pouvoir de Mahalakshmi, il commence à émerger hors de l’ornière coutumière des attachements familiaux et des autres attachements humains au pouvoir, à l’argent, à la luxure, et il commence à se mouvoir sur un plan plus élevé.

Il nous procure une nouvelle idée de popularité par l’établissement de la vérité car, au travers du pouvoir de Mahalakshmi, vous découvrez la vérité sur votre système nerveux central et finalement ce sera la lumière d’un cerveau illuminé.
Quand le pouvoir de Mahalakshmi commence à se manifester, on commence à penser aux autres, non pas au niveau matériel, que des gens souffrent matériellement : « Maintenant ces gens en Ethiopie, qui va les sauver ? Nous devons leur donner de la nourriture, ceci, cela. » Non. On commence à aller aux racines des problèmes. Pourquoi ?

Ou bien on ne va pas penser qu’il devrait y avoir une distribution égale d’argent et de biens. Non. Ceci est superficiel. Car partout où cela est fait, les gens ne sont pas heureux. Ils sentent qu’ils n’ont pas de liberté.

Ces gens qui ont de l’argent, ne sont pas heureux car ils ont une vie démoniaque. Où ils sont libres, ils se comportent comment des démons, n’ont aucun sens de la totalité, de la collectivité. Quand ils deviennent comme cela, ils ne réalisent même pas qu’ils sont devenus démoniaques.

Tout devient pareil à un grand martyr. Ils se battent pour des terres, pour des nations, pour des droits, et ils font toutes sortes de choses horribles, commencent à détruire des peuples, des êtres humains. Tous les troubles actuels – Je dirais surtout en Occident et aussi dans tous les pays arabes – sont les effets du côté droit. Et les troubles en Orient sont dus au côté gauche.
C’est très surprenant qu’où…. C’est également très contrastant. C’est un dilemme bizarre pour Moi. A un moment donné, Je ne peux pas comprendre que, où ils sont si regardants à propos de la chasteté, ils deviennent, quand ils sont si préoccupés par la chasteté et tout cela, qu’ils devraient avoir un problème du côté gauche. Ils font des pujas, ils ont shraddha [de la ferveur]. Ils sont comme des Catholiques, Je peux dire, ne sont jamais des gens riches, ou peu le sont, c’est rare, excepté en Suisse. Je pense qu’ici tous sont riches car ils sont orientés vers l’argent. C’est ainsi. Et les gens qui sont du côté droit, quand ils négligent leur chasteté et ne sont pas préoccupés par le côté droit, ils ont les problèmes du côté droit. C’est très surprenant. La raison en est que, où ils se préoccupent de la chasteté, ils vont trop loin là-dedans.

Supposons maintenant qu’une personne fait un puja. Il va juste continuer à faire un puja, et encore un autre, un autre, du matin jusqu’au soir, sans aucune activité. C’est très aisé de faire un puja, n’est-ce pas ? On vient juste s’asseoir, quelqu’un fait le puja pour vous, vous obtenez les vibrations, vous êtes agréablement bénis et vous retournez à la maison. Rien à faire, aucune activité ! Il n’y a donc là aucun équilibre. Ils vont donc faire des pujas et penser : « Oh, nous avons très bien agi ! » Non. Si vous êtes une personne du côté droit, alors le puja va vous aider, mais pas si vous êtes une personne du côté gauche.

Le puja va vous aider, bien sûr. Mon Puja va aider, sans aucun doute, au niveau des deux côtés car Je ne suis ni à gauche, ni à droite, ni nulle part !
Ainsi, en ce qui concerne le puja, quand ils font… Supposons qu’un homme fait un puja à la Devi. En Inde, il leur faut un grand courage pour faire un puja à la Devi, vous ne savez pas cela, Saptasati. C’est alors que se passe cette chose que, de la façon dont les gens le font, ils vont être possédés et ne peuvent pas le comprendre.

Tout d’abord ils vont avoir une statue de quelqu’un faite par un genre de personne horrible. Quand ils vont faire le puja de cette Déesse, ils craignent Dieu, tout va bien. Nous avons eu des temples où il y a également, nous pouvons dire, des swayambhus de la Terre Mère qui sont vénérés et cela devrait très bien convenir. Mais non, ils se font posséder. Pourquoi ? Parce que la plupart d’entre eux, ces temples, sont recherchés ou hantés par des esprits parce qu’ils font toutes sortes de choses tantriques là. Et quand les gens vont y faire les pujas, alors que leur arrive t-il ? Ils se font attaquer et deviennent plus côté gauche.

Maintenant les Musulmans et les autres qui croient en un Dieu qui est neerakara, qui est sans forme, ils vont vers le côté droit. Il y a un Dieu sans forme. C’est super ! Sans forme, Dieu est partout, en Moi, en vous, il y a Dieu en chacun, chacun est Dieu. Même si vous êtes un démon, vous êtes Dieu. Il n’y a rien de mauvais en chacun, chacun est Dieu. Cela commence sur ce principe. Ils vont donc aller vers le côté supraconscient [extrême droite] et vont devenir démoniaques.

Alors ils doivent se battre car ils sont des démons. Les démons doivent se battre, sinon comment vont-ils exister ? Ils se battent, ils agressent, ils vont dans d’autres pays, les agressent, les capturent. Ils pensent tout le temps à agresser les autres. Ils agressent d’une façon plus subtile. Actuellement les médias sont agressifs en Occident. Il y a tellement de sortes d’agression et, pour eux, l’agression est quelque chose de très dharmique. Pour n’importe quoi, ils vont poser des questions directes, arrogantes, insultantes et cruelles. Ils deviennent cruels.

C’est ainsi que les problèmes commencent, quand nous commençons à utiliser le pouvoir de Mahasaraswati d’une mauvaise façon ou le pouvoir de Mahakali d’une mauvaise manière.
C’est pourquoi, dans Sahaja Yoga, avant le Puja, nous devons nous concentrer sur un tas d’activités. Vous devez décorer la salle, avoir des fleurs, organiser chaque chose avec beauté. Regardez les roses, comme elles sont belles. Alors vous commencez à vous équilibrer vous-même grâce à toutes ces activités que vous accomplissez. Et ensuite vous vous asseyez pour le puja. C’est comme dans la journée vous travaillez et la nuit vous dormez. Pour vous reposer, pour obtenir la place, vous devez être actifs [d’abord]. Ils doivent pareillement grimper sur les Himalayas pour atteindre la méditation. Car, quand vous êtes fatigué, vous pouvez être paisible par après. Sinon, si vous avez quelqu’un, disons de Suisse juste, une personne super ‘speedée’ pour la méditation, vous allez devoir lui mettre de la colle pour qu’il s’apaise car il va être frénétique, vous savez, tout le temps. Il va tout le temps sauter sur place . (Rires.)

Donc l’activité doit se produire avant le puja, l’équilibre doit être établi. Ainsi les dames doivent trouver leurs saris et leurs blouses, et ceci et cela, et elles doivent se préoccuper du placement des fleurs, d’arranger les choses, ceci, cela. Des tas d’activités ! Nous devons voyager. Pour les Anglais, c’était nécessaire de voyager depuis l’Angleterre, de réserver leur argent, leurs chambres et tout le reste pour venir ici, d’aller sur le côté du futur [côté droit], de penser à ce qu’ils vont payer, de comment ils vont rembourser leurs prêts. (Rires.) Ils devaient faire toute cette planification futuriste avant de venir en Suisse. La Suisse étant une des places les plus actives, c’est mieux d’avoir le puja ici, de sorte que eux ne soient pas tellement actifs. C’est ainsi que la Devi arrange tout.
Ainsi votre ascension commence à évoluer et, à ce sujet, le jeu de la Devi dans votre ascension depuis des âges, est le Navaratri. C’est pourquoi le Navaratri est le puja le plus important.

Dans Sahaja Yoga, le Navaratri est le puja le plus important, bien que nous pouvons dire que, dans le Sahaja Yoga moderne, c’est le puja du Jour du Sahasrara qui l’est car c’est ainsi que vous avez commencé à avoir votre Réalisation. Mais si vous passez en revue tous les événements historiques de l’évolution, vous trouverez que le Navaratri est celui qui vous a amené au Sahasrara. Sans l’aide de la Devi à différentes étapes de votre ascension, vous n’auriez pas pu être dans la position de recevoir votre Réalisation.

Ainsi toutes les étapes que vous avez entreprises dans le passé, sont aujourd’hui vénérées et sont employées pour remercier la Devi pour ce qu’Elle a fait pour vous amener jusqu’ici. C’est donc pareil à une action de grâces. Sans Son travail, rien n’aurait pu survenir.
Ainsi, quand nous lisons à propos de la Devi, de Ses incarnations, comment Elle vint sur cette terre pour sauver Ses bhaktas – les gens qui essayent de s’élever, de traverser ce Bhavasagara -, comment Elle a travaillé dur, comment Elle a combattu les démons, comment Elle a lutté et tué les démons toute seule, pris sur Elle-même la responsabilité de faire traverser le Bhavasagara par les gens !

Le Guru vous a donné la force, vous a enseigné le dharma, mais Elle est Celle qui vous en a sorti [de cette foire d’empoigne]. Même ceux qui étaient dharmiques, ne pouvaient pas le faire à cause de la pression démoniaque. Elle est Celle qui a combattu toute seule avec Ses pouvoirs de destruction. Dans Son amour pour vous, Elle a lutté et vous a emporté à ce niveau.

Et ensuite Elle a pris une forme d’incarnation plus douce. Même du temps de tous les gurus, Elle a pris la forme, comme vous le savez, de Janaki qui était la fille de Janaka. Ensuite Fatima fut la fille de Mahomet et Nanaki fut la sœur de Nanaka. Sous ces formes, ces Pouvoirs ont soutenu et nourri le Guru Tattwa, et plus tard ou parfois simultanément Elles s’incarnèrent sous des formes plus douces pour aider les êtres humains à s’élever.

Donc aujourd’hui est le jour de l’action de grâces. Tout comme le Guru Puja est le jour de l’action de grâces envers votre Guru, envers Celui qui vous a conseillé, Celui qui vous a parlé à propos de la vérité, Celui qui vous a enseigné la vérité et vous a donné la Réalisation. Et le Devi Puja est une action de grâces où toute seule, juste comme une Mère très aimante, Elle vous a protégé sous Son sari, a lutté pour vous, a combattu chaque ennemi alentour, chaque sorte de problèmes qui a existé, et vous a finalement amené au niveau du Sahasrara et vous a donné ensuite la Réalisation.

C’est une véritable action de grâces envers la Mère. Aussi nous pouvons dire que le Jour du Navaratri est pareil au Jour de la Mère où vous rendez grâces à Celle qui a juste travaillé avec acharnement et continuellement pour Ses enfants.
La maternité est beaucoup plus importante que l’enseignement du guru car le guru est celui qui vous entraîne, vous rend efficient, tandis que la Mère pardonne, Elle vous aime, Elle vous soutient et Elle vous enseigne comment aimer. Elle possède une patience et un amour extraordinaires, et Elle accomplit cela toute seule. Elle n’attend rien de vous. Elle est absolument désintéressée. Je devrais dire que ‘désintéressé’ est un bien petit mot car il s’agit d’une telle compassion expansive qui engloutit tout ce qui est mal, le dissous, le digère et l’absorbe.

C’est donc un très grand jour de Navaratri pour tous les Sahaja Yogis car, ensuite, Elle prit la forme de Sita en tant que Pouvoir de Shri Rama, souffrant potentiellement en silence. Combien Elle a souffert, combien Elle a souffert ! Elle prit alors la forme de Radha. Ensuite Elle est venue en tant que les cinq pouvoirs de Saraswati, en tant que les cinq épouses de Shri Krishna. Puis Elle vint en tant que Marie. Je pense que ce fut la plus grande souffrance, de voir Son fils crucifié.

La souffrance, une souffrance silencieuse et patiente ! Elle devait traverser cela. Voir tout ce drame, c’est trop. Elle est passée au travers de tout cela parce que vous deviez tous traverser votre Agnya Chakra. Elle dut sacrifier Son enfant. C’est facile pour un Père de faire cela, très difficile pour une Mère. Maintenant vous êtes toutes des mères, tellement d’entre vous, vous saurez ce que c’est d’avoir un enfant et comment on se sent à ce sujet.

Après avoir accompli cela, Elle en arrive au stade où c’est à vous de donner la Réalisation. C’est un travail d’une extrême patience comme vous le savez. Il s’agit d’une patience et d’une compréhension extraordinaires. Les êtres humains, au cours du temps, ont évolué sans aucun doute pour la Réalisation, mais ils ont également évolué de manière très bizarre, stupide, tordue et insensée. Il est impossible de comprendre comment ils vont çà et là avec leurs idées stupides et combien ils sont pénibles. Ils peuvent être si tordus, bizarres et pénibles à un tel niveau que, même parfois, c’est difficile de pardonner.
Malgré cela, tant parmi vous sont ici aujourd’hui en Europe, dans le pays du Guru, et Je découvre qu’ici vous avez obtenu la Réalisation. Ainsi la fierté de la Mère, la joie de la Mère ne connaît aucune limite, n’a aucun doute à ce sujet. C’est quelque chose de si grand de voir Ses enfants assis ici pour recevoir tous les pouvoirs venant d’Elle.

De nouveau maintenant, quand nous sommes dans cette situation, nous devons connaître le premier principe avec lequel toute la chose a commencé, que c’est le pouvoir de l’amour. C’est le pouvoir de l’amour qui vous a porté jusqu’à cet état et c’est le pouvoir de l’amour que vous allez exprimer, manifester, avec lequel vous allez évoluer.

Et après être venu à Sahaja Yoga, les tentations deviennent également de plus en plus subtiles. Nous essayons de pratiquer Sahaja Yoga, nous essayons de répandre Sahaja Yoga, parfois pour les pouvoirs. Peut-être que vous êtes seul, aussi vous désirez avoir plus de Sahaja Yogis. Peut-être que vous le pratiquez parce que vous pensez que c’est comme cela que vous allez répandre vos pouvoirs. Même leurs problèmes de gouvernance, Je trouve qu’il y a là des problèmes d’ego. Quelqu’un reçoit le poste de leader, alors quelqu’un d’autre se sent mal, ceci, cela, tout cela continue. Je vois que les problèmes continuent et qu’ils se battent comme des enfants.

Qu’est-ce que ce leadership ? C’est juste artificiel, ce n’est même pas indiqué dans aucun journal. (Rires.) Comme ils ont des simulacres de gouvernement, nous avons un simulacre de leadership. Donc alors les gens se battent pour ça. Cela devient plus subtil. La lutte pour le pouvoir continue en devenant de plus en plus subtile.
Ensuite les problèmes d’argent surgissent à nouveau. Certaines personnes pensent que Sahaja Yoga est une grande possibilité de faire de l’argent. Ou bien certaines personnes pensent que : « Nous pouvons obtenir beaucoup d’argent car Mère bénit les gens avec de l’argent et des biens, donc soyons dans Sahaja Yoga. » Mais ils ne dépensent pas un seul pai, vous voyez, ils se débrouillent pour cela. Non, ce n’est pas comme cela. C’est le contraire !

Il y a là à nouveau un autre dilemme qu’en Inde, qui est un endroit de pauvreté comparé à vous tous, chacun donne de l’argent. Tous les administrateurs, dans chaque centre où il y a des administrateurs, doivent donner au moins cinq mille roupies pour devenir des administrateurs. Evidemment Je n’en reçois rien, mais Je dois avoir donné Je ne sais plus combien Moi-même, pour devenir l’Administrateur des Sahaja Yogis.

Mais vous devez donner. Et quand vous devenez avare à nouveau, cela signifie qu’à nouveau la même chose continue. Nous avons des comptes en banque mais la source est épuisée et vous n’avez rien laissé. Le compte bancaire devrait être auprès de Dieu car alors Il vous donne plus d’intérêt que le capital. Existe t-il là une banque qui ferait cela ? Tout du moins pas les banques suisses. Vous devez payer pour qu’ils gardent votre argent chez eux ! (Rires.)

Voilà comment c’est. Vous devriez toujours vous brancher en essayant d’aller à la source.
Cela devient de plus en plus subtil au sens que les gens pensent que maintenant leurs enfants sont des âmes réalisées. D’accord. Alors quoi ? Ils ne sont pas Dieu ! Le sont-ils ? Ils s’investissent tellement dans leurs enfants. Je veux dire que ceci est une autre stupidité dans laquelle les femmes tombent. Mais pour elles leur enfant est si important, elles deviennent si attachées à l’enfant.

Je veux dire qu’au début elles avaient l’habitude de négliger les enfants et maintenant elles deviennent si attachées à leurs enfants qu’elles ont l’air de coller aux gens tout le temps. Et de tels enfants ne peuvent pas grandir correctement à moins que vous leur donniez la liberté. Donnez-leur toute liberté de grandir. Mais bien sûr [il faut] les orienter de ce qu’ils sont des gens majestueux, c’est-à-dire des Sahaja Yogis, qu’ils sont nés réalisés en tant que Sahaja Yogi, comment ils devraient se comporter en tant que bon Sahaja Yogi. Ayez des liens avec eux, parlez-leur; expliquez-leur à ce sujet comment ils devraient développer ce respect de soi en eux-mêmes, qu’ils devraient se comporter comme cela. Ne pas les coller à vous. Ce n’est pas la bonne manière. Les enfants ne vont jamais grandir correctement, même physiquement, si vous les collez à vous-même.
Je vois actuellement en Occident de nouvelles idées survenir, que les enfants doivent être collés à la mère.

Ceci va d’un extrême à l’autre. Ils deviennent très côté gauche. Même s’ils vont grandir en âge, ils ne vont pas grandir dans leurs cerveaux, dans leur comportement, s’ils sont collés à la mère.

S’ils pleurent pour une toute petite chose, cela n’a pas d’importance. Et les enfants doivent dormir éloignés de leur mère. Vous ne devriez pas garder tout le temps vos enfants dans vos jupes, ce n’est pas du tout nécessaire. Cela ne vient pas du désir de l’enfant mais c’est la mère qui veut ce genre de chose. Et J’ai vu que certains pères sont également collés à leurs enfants et ensuite ils vont dire : « Mère, mon enfant est gâté. Il est comme ceci, comme cela. »

De tels enfants seront très rapidement possédés si vous les rendez dépendants de vous. Ils vont devenir très rapidement possédés.

Si vous les laissez trop indépendants : « Tu te débrouilles tout seul », comme ce fut le cas contraire lorsque nous étions à Oxted. Une fillette de sept ans avait l’habitude de venir nous apporter les journaux et elle était la fille d’un lord. A environ cinq heures du matin, dans le froid, elle avait l’habitude de grimper toute la route sur son vélo pour délivrer ces journaux. Et quand J’ai demandé à sa mère : « Que faites-vous ? C’est très dangereux. Cette enfant est en danger. C’est une fille. Comment pouvez-vous lui faire cela ? », elle a répondu : « Non, non, elle doit se débrouiller toute seule. »
Ainsi d’un côté elle doit se débrouiller seule et de l’autre côté on les colle à nous, c’est à nouveau la même attitude subtile de possessivité. C’est de la possessivité : « C’est mon enfant, je dois surveiller mon enfant, l’enfant est une âme réalisée, ceci, cela. » Ce n’est pas seulement ‘votre’ enfant qui est une âme réalisée. Dans Sahaja Yoga l’enfant de chacun est une âme réalisée. Que faites-vous pour les enfants des autres ? Ou bien vous ne vous préoccupez que de votre propre enfant ? L’usage devrait être : si vous achetez une chose pour votre enfant, achetez deux choses en plus pour un autre enfant ; achetez de meilleures choses pour un autre enfant et moins de choses pour votre enfant. Laissez votre enfant partager ses affaires avec les autres. Au moment où vous achetez quelque chose, achetez quelque chose qu’il puisse partager. Apprenez-lui comment partager. Car, même s’ils sont des âmes réalisées, avec des mères et des pères comme cela, ils vont à nouveau devenir le même ancien style d’homme avare, querelleur, batailleur, se battant l’un avec l’autre, se faisant des problèmes l’un à l’autre.

Aussi soyez attentifs. Etant des âmes réalisées, vous serez surpris, ils vont être extrêmement, extrêmement commodes pour vous. Donnez-les [pour les vacances p.ex.] à d’autres Sahaja Yogis pour qu’ils les dirigent, qu’ils dépendent d’eux. Laissez-les s’occuper d’eux. Car le sentiment d’homogénéité vient au travers des enfants. Les enfants sont ceux qui vous lient les uns aux autres.

Mais ce : « Ne touchez pas à mon enfant ! Celui-ci est ‘mon’ enfant ! » Vous fermez la porte aussitôt que quelqu’un entre. Cela veut dire que vous revenez en arrière avec la même attitude que vos mères ont eue.

Il n’y a pas de guerre en cours dans Sahaja Yoga. Nous sommes dans le gouvernement de Dieu. Cette Réalisation doit survenir. Il n’y a aucune nécessité de rechercher toutes ces choses inutiles, ces plaisirs de la vie.
Comprenez votre responsabilité d’être des Sahaja Yogis du début à la fin en passant par le milieu. Et, en tant que Sahaja Yogis, quel est votre devoir ? C’est d’être complètement dévoués à l’amélioration des autres et à avoir de la bienveillance envers eux. Ce sont les seules choses qui vont vous nourrir pour vous élever.

Si vous vous occupez de vos enfants comme cela, comme des fous, ça ne va pas vous aider, vous allez avoir des problèmes. Si vous négligez vos enfants, vous aurez des problèmes. Venez donc au centre et soyez juste des témoins de tout cela.

Il s’agit d’une erreur très commune au début de chaque Sahaja Yogi qui vient dans Sahaja Yoga. Ils vont M’envoyer la liste de cinq générations de ce côté-ci et de cinq générations de ce côté-là : « Mes pères, frères, sœurs cette chose-ci, cette chose-là, mes vrais cousins, mon vrai cette chose est malade. Alors s’il vous plaît, Mère, placez-y Votre attention. » Et quand J’y mets Mon attention, l’attention fait demi-tour, Je ne peux pas trouver cela [cette personne]. Cela débute ainsi pour commencer : « D’accord. » Au début Je dis : « D’accord, ils viennent juste d’entrer maintenant [dans Mon attention]. »

Mais vous ne savez pas que ceux-ci sont des tentacules qui vont vous faire rester en bas, ils ne vous permettent pas de vous élever dans le domaine de Dieu. Dans le domaine de Dieu, tout ce qui est à vous, même votre chevelure, Dieu Tout Puissant s’en occupe. Il s’occupe de chaque chose. Pouvez-vous comprendre cela, pouvez-vous réaliser cela ? Tout est accompli par des billions et des billions et des billions de pouvoirs de l’Adi Shakti. Que pouvez-vous faire vous-même ? Rien ! Excepté se tourmenter et faire des problèmes.
Si donc vous pouviez juste croire en ce pouvoir et assumer qu’aujourd’hui vous êtes dans le domaine de Dieu qui est de la bienveillance active, dont la nature est de la bienveillance active, ‘hita’ comme nous l’appelons.

Si vous êtes malade, c’est pour votre bien [spirituel]. Si vous êtes en forme, c’est pour votre bien. Si vous avez de l’argent, c’est pour votre bien. Si vous n’avez pas d’argent, c’est pour votre bien. Tout est fait pour votre bien dans le domaine de Dieu. Ne jugez pas selon vos propres standards. De qui pensez-vous qu’elle soit une personne bienveillante dans ce monde à part Moi ? Réellement, dans le sens réel du mot.

Supposons que vous prenez un homme qui est très riche, est-il bienveillant ? Non. Est-il heureux ? Non. Est-il respecté ? Non. Il doit au moins être une âme réalisée pour approcher tant soit peu cette description.

Et si vous devez vous élever dans le domaine de Dieu, vous devez savoir que tout agit au travers de Son pouvoir : votre activité, votre inactivité, votre sommeil, tout est activé au moyen de Ses pouvoirs d’amour.

L’amour ne peut jamais blesser, jamais détruire. Vous avancez un peu avec lui et il déverse des fleurs sur vous.

Mais comprenez votre nature. Supposons que vous êtes une personne côté gauche. La plupart du temps J’ai remarqué que les personnes côté gauche désirent toujours assister à Mes pujas. Et les personnes côté droit s’occupent de l’organisation. Agissez de façon contraire. Vous devez connaître votre nature et vous donner à vous-même un équilibre, et ensuite vous entrez dans le Royaume de Dieu.

C’est comme, par exemple, vous entrez par une porte et vous avez beaucoup trop de charge sur votre dos, ce qui signifie que vous êtes une personne du côté gauche. Alors enlevez ce poids de votre dos et mettez-le sur votre tête, et entrez. Mais si vous avez trop de charge sur votre tête, placez-la sur votre dos et entrez. Parce que vous êtes fatigué de faire la même chose chaque jour.

Supposons que cette main soit fatiguée (Shri Mataji montre Sa main droite), vous placez la charge sur la main gauche. Dans les avions, Je vois que, lorsque les gens se déplacent, ils tiennent la charge dans une main et automatiquement, lorsqu’ils sont fatigués, ils la placent dans l’autre main. Automatiquement. Et ce ne sont pas des Sahaja Yogis.

De la même manière également, dans la vie, si vous avez trop fait avec un seul côté, essayez l’autre côté et procurez-vous ainsi un équilibre.
Navaratri est le jour pour vous donner de l’équilibre. Ceux dont la main droite est fatiguée, vont passer le pouvoir dans la main gauche. Ceux qui ont la main gauche fatiguée, vont transférer le pouvoir sur la main droite pour partager la charge.

Ainsi ceux qui ont des problèmes d’argent, vont résoudre leurs problèmes d’argent. Et ceux qui ont des problèmes de sommeil, vont résoudre ces problèmes.

Mais on peut demander, si quelqu’un a les deux sortes de problèmes, alors que vont-ils faire ? Je connais quelqu’un dans ce pays où J’ai vécu. Quand ils ont plus de pouvoir, ils ne se soucient pas de dormir et de garder leur argent. (Rires.)
Aussi que devrions-nous faire pour de telles personnes ? Bien sûr Je ne vous dirai pas [de qui il s’agit] mais on doit faire quelque chose à ce sujet. On doit réussir à faire quelque chose. Ils ne se bougent juste pas et, si vous le leur dites, la réponse est : « Je sais. Je sais que je dors beaucoup. Je sais que je suis comme ça. Je sais. Je sais. C’est ainsi. » Alors, qu’allez-vous dire ?

Cela vous stoppe complètement, vous ne pouvez plus avancer. S’ils le savent, que dire de plus ? C’est tout une montagne qui se tient juste là pour en finir totalement avec vous.

Donc on doit agir. Chacun doit faire quelque chose. Quelqu’un est en train d’y travailler. Disons que quelqu’un travaille et un autre ne l’aide pas. Alors cela ne peut être complété. C’est un travail collectif, vous ne pouvez pas, une seule personne ne peut pas le faire. J’ai vu que ça se passe ainsi. C’est un travail collectif !

Nous en arrivons donc à la conclusion que Navaratri aujourd’hui n’est pas seulement le travail de Mère qu’Elle a accompli jusqu’à maintenant, c’est le travail de chacun d’entre vous. Je ne peux pas le faire toute seule. Si Je le pouvais, il n’y aurait aucune utilité pour vous d’être là. J’aurais construit l’avion, vous y aurais placé en vous y poussant d’une manière ou d’une autre, l’aurais fermé à clé et vous aurais fait rester là. Ce n’est pas possible. Vous tous devez porter vos propres avions, les construire et les transporter vous-même avec dignité, pas comme de petits enfants. Donc vous devez arriver à maturité.

Et quant à cette maturité, c’est une chose collective qui doit avoir lieu. D’accord, au début à l’école, ils vont vous enseigner deux plus deux égalent quatre. Mais quand vous allez au collège, vous devez le calculer vous-même, résoudre le problème vous-même.

Et c’est ce dont il s’agit aujourd’hui. Sahaja Yoga c’est bien. Vous obtenez votre Réalisation au cours de ces temps modernes. Mais la maturité doit avoir lieu sinon c’est inutile. C’était très bien jusqu’à la graine, mais une fois que la graine a germé, elle doit devenir l’arbre sinon c’est inutile. Et vous devez tous faire cela ensemble, en vous aidant l’un l’autre, en vous comprenant l’un l’autre. Et ‘chacun’ doit y arriver.

Même si une seule personne souffre, Je souffre. Tout cela est devenu collectif. La Devi est devenue collective. C’est une entreprise risquée. C’est une aventure, Je ne le sais que trop. Il n’y avait pas d’autre manière d’en sortir. C’est comme la crucifixion de chaque partie de Votre corps, de chaque cellule de Votre corps. Mais c’est très bien ainsi.
Aussi aujourd’hui, au lieu de se sentir coupable, vous devriez être emplis d’un courage et d’un enthousiasme extraordinaires parce que nous devons le faire car Mère nous en a donné le pouvoir. Nous pouvons le faire, rien ne devrait nous empêcher de nous élever. Et nous allons nous aider les uns les autres.

Une personne fait un travail, personne ne s’en préoccupera, vous voyez, ils ne vont juste pas bouger : « Je sais, je reste assis là, je sais, je ne me tracasse pas parce que je sais. »

Et dans Sahaja Yoga, c’est devenu même plus subtil : « Je veux le faire mais il y a un bhoot en moi qui ne me permet pas de le faire. » Alors vous allez sortir [de Sahaja Yoga] avec votre bhoot. Voilà ce qu’il en est. Tous ces arguments sont stupides et n’ont aucune valeur dans Sahaja Yoga. Cela signifie que vous n’avez pas compris la signification de Sahaja Yoga, que vous n’avez pas compris la signification de vous-même et que vous n’avez pas de respect pour votre vie. C’est ça la vérité. Si vous vous laissez aller à de telles pensées, alors ce n’est pas bien.

Aujourd’hui vous devez alors promettre à vous-même et à Moi, dans votre cœur, que vous allez être emplis de cet enthousiasme et de cette shakti.
Le temps est venu qui va faire de vous de réels Yogis avec un dévouement complet. Imaginez ces PLO, ce qu’ils font sans aucune peur. Je veux parler de toutes ces sortes de gens que vous voyez autour de vous, même dans ce Kali Yuga, ils sont si dévoués à quelque chose d’insensé. Pourquoi ne pourrions-nous pas être dévoués à quelque chose de si judicieux ? Ils n’ont peur de rien, ce sont de vrais casse-cous. Pourquoi ne pouvons-nous pas être comme ça ? Qu’est-ce qui ne va pas avec nous ?

Donc chacun de nous doit avoir cet enthousiasme et : « Je suis une institution par moi-même. » Quand je vais le faire, je ne vais pas commencer à tirer avantage de la vie dans l’ashram, douillettement installé là, vous voyez, c’est très bien et pas cher. Non. Nous allons tous déménager également et occuper une place quelque part là-bas.

Pour le moment l’ashram convient mais ensuite donnez plus de chambres à ceux qui vont venir. Vous sortez de là. Sortez, allez ailleurs et menez cela à bien.

Quand vous êtes dans l’ashram : « Ceci est ma maison. J’ai dépensé de l’argent pour cela, ce sont mes meubles, ceci est cette chose-ci, cette chose-là. »

En fait vous devriez savoir comment vivre sur la corde, à peu de frais comme ils disent, avec peu de moyens. Bien sûr maintenant Je ressens que chaque ashram a tous les meubles qu’ils doivent avoir.

C’est mieux de vivre sur la corde. C’est ainsi que commence le tapasya. Entrez vous-même en pénitence. Mais alors Je vais entendre : « Mère, je fais pénitence, je mange seulement une fois par jour. » Ah, et qui vous demande de faire tapasya ? Profitez ! Réjouissez-vous de votre pénitence ! Alors ce sera sahaj, sinon c’est insensé. Profitez-en. Si vous pouvez vous réjouir de votre tapasya, alors vous serez sahaj avec enthousiasme.

Regardez ces PLO, voyez ces gens, disent-ils : « Nous entrons en pénitence » ? Rien de cela. Vous avez des exemples de ces gens autour de vous. Mais nous ne pouvons pas dire : « Ils sont possédés par des bhoots ! » Ou même s’ils le sont, qu’en est-il de vous ? Vous feriez mieux d’être possédés par des bhoots sahaj pour changer si c’est la seule façon pour que vous puissiez être motivé. (Rires.)
Aussi dites à votre mental : « Pas d’explications, rien à faire, je vais juste montrer mon travail. »

Mais si tout le temps l’attention est juste sur la vantardise, ou pour être dans Mon attention ou être en contact avec Moi, pour M’écrire ou autre, cela ne va pas du tout aider. Je suis seulement un miroir et vous vous voyez vous-même en Moi-même de façon réelle. Et ce miroir est également empli de maya [illusion]. Ainsi un démon peut se regarder dans ce miroir et peut lui sembler être pareil à un saint. S’il a de l’ego, il peut paraître être un saint pour lui-même. Ou, si c’est une personne du côté gauche, il peut penser qu’il est l’incarnation de Bhairava, il peut le penser. Mais s’il est véridique, il peut voir clairement qu’il est le plus élevé du plus élevé, il est un Sahaja Yogi. Et à moins de vous voir vous-même comme cela, sachez qu’il s’agit d’une maya.
Réalisez donc que vous avec accompli beaucoup en ayant votre Réalisation, en vous élevant aussi haut au-dessus de toutes ces idées insignifiantes. Chaque idée est insignifiante, qu’il s’agisse d’économie, de politique, de philosophie, de n’importe quel ‘-isme’, n’importe quoi est totalement insignifiant pour un Sahaja Yogi car aucun d’eux n’en connaît même autant sur le domaine de Dieu. Ce dont ils parlent, c’est de l’économie. Ils ne connaissent rien sur Sa politique. Ils ne savent rien du fait qu’il existe un pouvoir miraculeux qui gère tout l’univers et qui est si efficient, qui ne tombe jamais en panne, qui est si opportun, si judicieux, si intéressant, dramatique.

Voyez comme nous avons eu toutes ces choses en si peu de temps. Comment nous avons obtenu cet endroit. Je devais avoir ce puja ici. Vous savez tout cela, comment Je suis venue ici. Voyez le miracle en action, comment agissent les pouvoirs du Divin. Soyez un instrument adéquat pour le Divin.

Et il possède une autre force, comme Je vous l’ai dit, centripète et centrifuge, et vous pourriez être projeté dehors. Aussi faites attention sur ce point, faites face à vous-même en toute vérité, ne vous faites pas dorloter par votre ego ou chagriner par votre superego. Voyez-vous vous-même juste comme un puissant instrument d’amour.

Mais dans cet amour, ne devenez pas inconsidéré. Participez-y de manière stable, belle et avec douceur. Et tellement de pouvoir peut naître.

Vous serez surpris que l’eau, qui semble être pour nous quelque chose de si futile, possède tant de pouvoir en elle. Vous connaissez l’hydrostatique. Cette Terre Mère qui paraît si simple, nous La foulons de nos pieds. Son attraction agit sur nous-même. Elle tourne Elle-même avec une rapidité si spécifique qu’Elle nous retient sur Elle. Elle remplit des milliers et des milliers de fonctions, cette grande Terre Mère. Elle paraît si simple. Elle est si puissante. De la même façon vous provenez de ce Ganesha Tattwa qui est si extraordinaire.

Ce Navaratri devrait vous donner ce pouvoir, ces neuf pouvoirs des neuf chakras. Vous connaissez déjà sept chakras. Au-dessus d’eux vous devenez vous-même un maître et ensuite vous devenez vous-même le pouvoir.

Que Dieu vous bénisse !
(Commentaires sur un nom durant le protocole du puja.

Tandis qu’on récitait les 108 Noms de Shri Mataji, Elle a commenté le nom de Shubhakari en ces termes : « Shubha, Shubha. Shubha est aussi de l’auspiciosité [positivité] mêlée à de la bienveillance. »)