Le soleil, le cerveau, aspects médicaux

Near Musalwadi Lake, Musalwadi (India)

1986-01-13 Health Advice, the Sun, western habits, the brain and medical matters, 104' Download subtitles: EN,PTView subtitles: Add subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Listen on Soundcloud: Download audio:
Transcribe/Translate oTranscribe


1986-01-13 Health Advice, the Sun, western habits, the brain and medical matters, 183' Download subtitles: EN,PTView subtitles: Add subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Listen on Soundcloud: Download audio:
Transcribe/Translate oTranscribe


Le soleil, le cerveau, aspects médicaux. Rahuri (Inde). 13 Janvier 1986.

Je pensais venir ici pour vous rencontrer tous et non pas pour venir vous tenir un discours.

Donc maintenant nous allons entamer notre prochain mouvement et il se peut que Je doive retourner à Bombay.

Je ne sais pas combien de confort vous avez eu ici (applaudissements) mais vous désiriez vous retrouver éloignés de la foule affolante et J’ai pensé qu’ici serait le bon endroit, même si Dhumal insistait constamment pour que vous restiez à Mangalkaryalav ou autre. Mais Je lui ai dit : « Tu ne les comprends pas, ils n’apprécient pas tellement tout ce ciment, ce béton. (Applaudissements.) Ils apprécient toujours de se retrouver dans la nature pour autant qu’ils aient une protection contre le soleil et la pluie, et ils désirent jouir de ce genre de vie collective et seront très heureux. »

Mais Je ne pense pas qu’il ait été encore fort convaincu à ce sujet, il était très hésitant. Alors il est à nouveau venu à Bombay et Je lui ai redis : « Crois-Moi, vous devez organiser cela quelque part. Avec le pendal que vous avez pour eux, ils seront très contents. Ne vous tracassez pas pour cela. Ils désirent être dans la nature car ils ne connaissent pas une telle chance. Ils ne peuvent nulle part se baigner dans un lac et c’est une grande chance pour eux de prendre un bain. »

Ils ont dit que l’eau n’était pas si propre et qu’il y avait peut-être plein d’argile. J’ai dit : « L’argile est bonne pour eux, ils vont aimer ça, il y a… » Et Je vois votre peau, elle va beaucoup mieux. J’ai vu votre peau, vous voyez, tout ce que vous avez dû souffrir comme brûlure du soleil. Tout ce que vous avez fait de trop à Ganapatipule, est maintenant nettoyé par cette argile car l’argile est ce qui vous soulage. Et même, si vous le pouvez, placez de l’argile sur votre ventre et elle va en tirer toute la chaleur. Cette argile est aussi très bonne pour le foie. Donc Je leur ai dit qu’ils ne comprenaient pas que cette thérapie naturelle que vous pouviez avoir ici, vous ne pouviez pas l’avoir ailleurs.

Mais il a accepté très vivement à contrecœur en pensant que J’essayais de Me montrer dure avec vous.

Donc il y a ici un doux soleil et c’est agréable, et l’atmosphère est très claire et pure, et de plus vous avez un si beau temple des Ekadesha Rudra ici qui est un si bel endroit que nous avons découvert.

Alors pour un saint, vous voyez, pour une personne sainte, de quoi a-t-il besoin ? Car il est si satisfait de toute chose. Quoi qu’il ait, il en est satisfait. Et il sera bien plus satisfait, il se réjouira encore bien plus s’il est dans la nature. Je sais cela.

Mais les gens de Rahuri ne sont pas encore très heureux car ils pensent que ceci n’est pas une manière d’installer des hôtes ainsi et tout cela. J’ai juste eu à lui dire : « Tu vois leurs visages, comment ils sont. Ils semblent tellement heureux, tellement relaxés, alors que veux-tu ? Que veux-tu de plus ?

Mais en fait nous devons comprendre qu’une habitude que nous avons toujours, que nous avons développée parce que nous sommes sortis à l’extérieur, que notre attention s’est portée à l’extérieur, vous voyez cette habitude que nous avons en Occident, que J’ai également remarquée, qui est très courante, d’être un casse-cou pour tout et d’aller dans les extrêmes. Vous voyez, il n’y a plus de…

(Mère pose la question à un Yogi : « Comment dis-tu ‘la bride’ ? ‘Comment dis-tu ‘la bride’, celle qui est utilisée avec un cheval ? La bride !)

Il n’y a plus de bride. Il n’y a plus de bride [de limite] dans notre comportement. Pour tout, nous allons dans les extrêmes. Tout ce qu’on fait, on va dans les extrêmes. Il n’y a plus de bride dans nos mains. Et voilà ce qu’il en est, nous devons continuer à tenir cette bride.

Même pas cela, c’est comme un cerf-volant qui n’arrête pas de bouger ici et là. Même pas cela, c’est une totale poussée brutale, un mouvement complet avec toute la puissance de la volonté, tous les efforts pour entreprendre quelque chose qui est dangereux.

Je pense personnellement qu’il s’agit d’un comportement autodestructif qui est construit en nous en tant que résultante de notre trop grand mouvement vers l’extérieur. Car, quoi que ce soit qui se meut dans une direction, doit revenir en arrière, cela a une réaction. Tout comme la science a développé la bombe atomique, finalement vous en venez à développer un comportement destructif et c’est pourquoi Je pense qu’en Occident, les gens n’ont aucune idée de la façon de contrôler leur marche en arrière. Ils apprécient plus la vitesse en avant vers des endroits dangereux.

La nature est bonne. C’est agréable d’être dans la nature. Mais cela ne signifie pas que vous devriez demander à la nature de vous blesser et de vous tuer.

En fait J’ai été si triste de voir à Ganapatipule ces garçons qui se brûlent eux-mêmes. Cela M’a vraiment rendue très, très triste et, quand Je les ai soignés, évidemment ils ont bien récupéré mais vous ne le croiriez pas, tout Mon ventre ici (Mère pose Sa main sur Son ventre), toute la peau de Mon ventre était brûlée, carbonisée et brûlée, et maintenant elle pèle, juste comme ce problème qu’ils avaient. Je ne suis jamais allée à la mer, Je ne suis jamais restée là [au soleil]. Donc ceci était dû à la chaleur qu’ils transportaient.

Maintenant les gens attrapent ce que vous appelez des problèmes de peau, des cancers de la peau. Mais ils veulent encore continuer à le faire [s’exposer au soleil]. Comme cette autre dame de la Suisse qui était si malade. Elle est si malade, vous voyez, J’en étais réellement très préoccupée. Elle est celle qui avait ce problème et elle a dit : « J’ai une addiction au soleil. » Comment peut-on avoir une addiction au soleil ? C’est juste une idée mentale ! Et, croyez-Moi, c’est juste une idée mentale ce fait que, si vous allez au soleil, votre peau ira bien.

C’est juste une idée mentale. Avez-vous vu quiconque comme cela ? Je veux dire, qu’elle est la preuve que votre peau va s’améliorer si vous allez au soleil ? Nous, les Indiens, nous n’allons au grand jamais au soleil. Jamais ! Nous n’allons jamais dans un endroit venteux, jamais dans un coin venteux. Par exemple nous n’allons jamais skier. Selon nous, skier est un passe-temps stupide. Nous ne ferions jamais cela. N’importe quel Indien qui ferait cela, est une personne idiote selon nous. Les femmes ne monteront jamais à cheval car cela affecte l’utérus. Les femmes ne nagent plus après quelque temps car cela affecte l’utérus et, si cela affecte l’utérus, cela affecte tout le système car l’utérus représente votre Kundalini.

Vous avez toutes des idées fausses. C’est pourquoi Je vois qu’en Occident, chacun est malade. Ils ont ce problème-ci ou ce problème-là, ou ceci ou cela. Certains principes doivent être soutenus dans notre mental car nous sommes des saints et sommes précieux. Nous ne sommes pas comme les autres Occidentaux, nous ne pouvons pas gâcher notre vie comme ceci pour une sorte d’entreprise stupide à laquelle on penserait.

Pouvez-vous l’imaginer, tous les Indiens ont une bien meilleure peau que la vôtre. D’accord ? Ne l’ont-ils pas ? Vont-ils parfois au soleil ? Jamais ! Avez-vous vu aucun Indien installé ici à l’extérieur en train de prendre un bain de soleil ? Je veux dire que l’arbre se reconnaît à son fruit, c’est-à-dire que malgré tout cela, vos peaux sont en si mauvais état.

En fait voyons comment votre peau peut être bien avec le soleil. Prenons, disons, prenons absolument une réaction chimique. Alors que se passe-t-il lorsque cette chose tombe sur notre peau ou sur notre tête ? Cette tête contient un cerveau et le cerveau est fait de cellules graisseuses. D’accord ? Alors, si vous placez cette graisse au soleil, que se passera-t-il ? Cela va fondre. Et c’est ainsi que des gens ont des cerveaux fondus. Les cellules du cerveau ne sont plus normales, elles se comportent d’une façon dont Je ne comprends pas pourquoi elles se comportent ainsi.

Donc avant tout, si votre cerveau défaille, comment votre peau pourrait-elle être bien ? Car le cerveau contrôle la peau. Il contrôle tout. Alors, si votre cerveau déraille ! Je n’ai rencontré aucune personne qui paraisse belle parce qu’elle a été au soleil. Au contraire, restez à la maison. Préservez votre peau en restant à la maison.

Le second point c’est qu’un Sahaja Yogi ne devrait pas se comporter comme d’autres Occidentaux le font chaque congé en sortant de chez eux. Ils ne restent jamais dans leur maison. Gruhastha, c’est celui qui reste à la maison. Nous sommes tous des gruhasthas, des chefs de famille, nous sommes mariés. Dès que vous avez un congé, vous êtes dehors !

En fait vous pourriez donner l’explication que : « Parce que nos maisons sont comme ceci et nous pensons que nos maisons nous étouffent juste. » Avez-vous vu ici les maisons des gens pauvres ? Avez-vous vu les maisons des travailleurs à Bombay ? Personne ne sort à l’occasion d’un congé. De toute Ma vie, Je ne pense pas être jamais sortie avec Mon mari pour un congé. Nous avons essayé une seule fois pour deux jours puis nous sommes revenus tout du long d’Ecosse.

Nous sommes seulement allés à un mariage ou un festival ou dans le genre. S’il y a un événement collectif ou autre, vous tous ensemble pouvez y aller pour piqueniquer. Mais sinon vous devez vous installer dans la maison et vous parler gentiment l’un l’autre. Il devrait y avoir des interactions. Il n’y a plus de relations entre les enfants et les parents, plus de rapports entre l’époux et l’épouse, plus de liens avec les beaux-parents, les autres gens, plus de rapports du tout.

Ainsi vous devenez des gens absolument reclus, fonçant par-ci, par-là. Asseyez-vous et parlez !

En fait, voyez-vous, nos enfants, nous disons que nos enfants devraient être disciplinés. La meilleure façon de discipliner votre enfant est de le faire asseoir un moment et de parler correctement avec l’enfant. Dites à l’enfant ce qu’il est supposé faire.

Vous trouverez qu’un enfant indien qui va chez quelqu’un, reste juste tranquille. Mais laissez venir un enfant anglais ! Il va casser ceci, cela, « Donne-moi des chocolats, donne-moi ceci, je veux ceci. » Si vous prenez un enfant indien, qui pourrait être un enfant pauvre, au marché, il ne demandera jamais rien, ne réclamera jamais rien. Jamais ! Même si vous lui donnez quelque chose, il dira : « Non, je n’ai pas à l’avoir. » Il possède ce respect de soi. Mais si vous prenez un enfant, n’importe quel autre enfant, il dira : « S’il te plaît, achète-moi ceci, achète-moi cela et cela », sans aucun respect de soi, sans aucune discipline.

En fait d’où provient cette discipline ? Ce que l’on fait alors, supposons qu’un enfant est là et que nous allons sortir, nous disons à l’enfant : « Maintenant nous sortons et tu dois être un enfant qui se respecte. » Supposons que vous lui parlez, donc vous pouvez dire : « Tu es une âme réalisée, tu es un Sahaja Yogi et tu ne peux pas te comporter comme quelqu’un de stupide qui réclame ceci et cela, et tu restes sagement assis. » Faites-les s’asseoir.

Pour commencer, vous devez souvent masser leur corps. Faire plein de massages, des massages quotidiens, les masser, masser leur corps de sorte que leurs nerfs soient résistants. Ensuite, quand vous les emmenez à l’extérieur ou faites quoi que ce soit, auparavant expliquez-leur correctement, construisez leur personnalité du respect de soi, de discipline. Mais vous-même devez être discipliné !

Alors si vous restez au soleil, disons, toute la journée et dites à votre fils : « Reste à l’intérieur de la maison », comment y arrivera-t-il ? Un Sahaja Yogi ne doit jamais aller au soleil. Croyez-Moi ! Jamais, ne jamais aller au soleil ! Car ce cerveau a besoin d’une totale tranquillité et aucune activité solaire n’est nécessaire.

Quand vous dormez, il ne devrait même pas y avoir là aucun rayon de soleil. Même Moi, quand Je dors, Je veux l’obscurité totale. Même si le moindre rayon de lumière surgit – ce que les gens savent très bien – Je ne peux plus dormir parce que Je dois agir.

Ainsi cette réaction à cette lumière est si forte chez Moi, peut-être suis-Je très sensible à tous les éléments, mais qu’en est-il pour vous ? Vous devez éviter la lumière du soleil autant que possible quand vous dormez et aussi vous ne devriez pas rester assis au soleil trop longtemps.

Bien sûr, rester au soleil vous aide car cela vous apporte de la vitamine D grâce à laquelle, quand vous en prenez, cela vous construit mieux les os. Mais maintenant, Je pense que vos os sont tout à fait construits et qu’il n’est plus besoin d’encore construire vos os. Et en fait, grâce à Dieu, vous avez du calcium soluble que vous pouvez assimiler et vous pouvez aussi avoir, si vous le désirez, de la vitamine D et A. Alors quelle est la nécessité de griller cette tête ?

De fait, si vous restez au soleil, alors soit vous aurez un crâne chauve, soit vous aurez une jungle dans la tête. Ce sera une de ces deux choses selon la personnalité que vous avez.

Car votre cerveau ne peut pas le supporter, votre peau ne peut pas le supporter. Après tout, nous ne sommes pas des habitants de la jungle, n’est-ce pas ? Et si vous le demandez à n’importe quel habitant de la jungle, il ne reste jamais au soleil. C’est seulement parce que quelqu’un vous l’a cuisiné dans la tête, ce fait que vous devez rester au soleil. Si vous allez voir les Esquimaux qui vivent dans des igloos, ils ne prennent jamais un bain de soleil. Les avez-vous jamais vu se baigner au soleil ? Les avez-vous jamais vu faire cela ? Sur une photo, n’importe où ?

Alors la raison pour laquelle ce type spécial de stupidité est là parmi d’autres gens, c’est parce que vous avez perdu ce sens de savoir que vous êtes manœuvrés.

Voyez comment vous êtes dupés. Pour cela on doit en fait créer une faiblesse chez les gens. Si on ne crée pas une faiblesse, alors comment vont-ils prospérer avec leurs machinations ? « Alors maintenant, dupons-les ! »

Si vous allez sur la plage et que vous bronzez votre corps, vous semblerez très beau ? Tout d’abord vous ne le serez jamais, vous paraîtrez horrible, affreux. Et deuxièmement ils vont dire que votre santé sera bonne, alors tout le monde ira sur la plage pour aboutir à un cancer de la peau. Car votre corps se révolte contre cela, c’est pourquoi vous obtenez un cancer de la peau. Vous aurez des problèmes au foie, alors que vous en souffrez déjà. Vous pensez déjà de trop, alors pourquoi voulez-vous être sous le soleil ? Vous avez déjà trop de soleil en vous. Alors qu’y a-t-il de raisonnable là-dedans ? Je ne peux juste pas comprendre.

Vous devez savoir qu’aujourd’hui nous avons le travail du Sahasrara et le Sahasrara est le cerveau. Nous devons travailler sur le cerveau et, si vous ne savez pas comment utiliser votre cerveau adéquatement, Je ne sais pas ce que Je vais faire.

De plus, en discutant aujourd’hui avec des Indiens, J’ai découvert des histoires horribles dont Je dois vous parler, qui sont aussi horrifiantes que risibles. Ils M’ont dit que, si vous prenez une poule anglaise et une poule indienne, il y a une grande différence extraordinaire entre les deux. La poule indienne, si elle voit qu’une autre poule est attaquée, elle va faire tellement de bruit que toutes les poules vont se réunir et commencer à faire du bruit de telle sorte que, s’il y a une attaque, le maître vient et essaye de dissiper l’attaque. Mais s’il s’agit d’une poule anglaise, elle va juste regarder l’autre poule se faire manger, vous voyez, et ensuite, quand celle-ci est mangée, elle va également dire : « D’accord, mangez-moi, cela n’a pas d’importance. Je renaîtrai et reviendrai. »

Voyez, elles n’ont pas du tout de cerveau. Vous voyez qu’elles n’ont aucun cerveau comme, disons, un bœuf anglais. Ils ont également des bœufs anglais. Je veux dire qu »anglais’ signifie ‘occidental’. Ils ne veulent rien dire d’autre avec cela. Mais il est peut-être australien, n’importe, pour nous il est anglais car nous avons seulement connu les Anglais, alors nous disons ‘anglais’. C’est pourquoi ils disent ‘anglais’ mais cela peut signifier n’importe quoi, cela signifie n’importe quel Occidental ou Australien ou n’importe quelle personne de peau blanche.

Il y a là un bœuf. Il a dit : « Nos bœufs, si on leur dit : ‘Va tout droit », ils comprennent. Si on leur dit : ‘Va à gauche’, ils comprennent. Si on leur dit : ‘Prend ce chemin’, ils comprennent. Ils comprennent tout. Mais si vous avez n’importe lequel de ces bœufs [‘anglais’], ils ne font rien. Si vous leur dites : ‘Avance’, si vous leur enseignez quoi que ce soit, rien ! Ils ne comprendront jamais rien ! Vous leur expliquez, ils suivront le chemin qu’ils veulent suivre. »

Donc c’est très surprenant. J’ai dit : « Réellement ? » Ils ont dit : « Oui. C’est ainsi. Ils ne sont bons à rien. Ils peuvent juste faire ce qu’ils veulent faire. Ils ne peuvent pas comprendre ce que vous leur dites. Ils n’en ont aucune compréhension. » Imaginez, de tels bœufs !

Et alors pensez au fait qu’en Inde, vous voyez, nous avons de tout qui circule dans la rue : nous avons des bœufs, des vaches, parfois des poules, tout circule sur la route. Ils savent d’où vient ceci, de quel côté ils doivent se bouger, qu’une voiture arrive. Il a dit : « Placez là des poules anglaises, elles vont toutes se faire tuer sur la route. »

J’ai eu une telle frayeur, vous savez, quand J’ai entendu cela. Je Me suis dit : « Ceux-là ne prennent pas de bain de soleil. Comment en sont-ils arrivés là ? » Ensuite J’ai pensé que dans la sorte de nourriture que vous leur donnez, il doit y avoir d’horribles hormones qui doivent abîmer leurs cerveaux.

Mais nous sommes très destructifs, Je dois vous le dire. En ce qui concerne les drogues, nous avons commencé à en prendre au nom de Dieu. Je veux dire que, si vous faites prendre aux Indiens de la drogue, ils vous diront : « Parlez-en à quelqu’un d’autre, je sais de quoi il s’agit. » Et ensuite nos cerveaux s’abîment avec la drogue. Les cerveaux ne sont plus normaux.

Pourquoi nous comportons-nous ainsi ? Je peux seulement expliquer qu’ils ont pris de la drogue. J’ai vu des gens qui ont pris de la drogue et Je ne comprends juste pas pourquoi. Il n’y a aucune logique dans leur comportement, juste aucune logique. Ils se comportent juste comme s’ils avaient un cerveau de bœuf. On ne peut juste pas expliquer pourquoi ils se comportent ainsi. Ils ont pris de la drogue !

En fait, qu’est ce fait de prendre de la drogue ? C’est à nouveau autodestructif. Parce que vous voulez vous détruire vous-même, c’est pourquoi vous avez pris de la drogue. Sinon, combien d’Indiens avez-vous connus qui prennent des drogues ? Je n’en ai même jamais vu.

Et Dhumal M’a dit une autre chose, Je veux dire qu’il l’a lu, il a dit qu’il y a une telle différence entre un enfant éduqué dans une école locale – J’ai aussi été éduquée dans une école locale car Mon père était très exigeant : « Rien à faire, pas d’écoles anglaises » – et ceux qui sont éduqués dans les écoles anglaises. Il dit qu’il a des enfants éduqués à l’école anglaise et d’autres éduqués dans une école locale. Le plus jeune se trouve dans une école locale. Il dit que celui-ci sait tout. Il saura combien de vaches sont dans la maison, il s’occupera des perroquets. Il sait comment cela marche avec un perroquet, comment sont les choses et il est le plus jeune. Il sait tout mais les autres enfants vont juste rester là. Si vous leur dites, ils donneront une explication et ensuite ils disent : « Alors quoi ? Alors quoi ? » Mais si vous lui dites quelque chose, immédiatement il saura ce qu’il faut faire, il va juste le faire à sa façon, dans le sens où cela doit être fait.

Mais ici c’est le contraire. Si vous parlez à un enfant d’une école anglaise, il n’en fera qu’à sa tête et si vous lui demandez : « Pourquoi as-tu agi ainsi ? », il dira : « Qu’y a-t-il de mal ? » ou tout du moins il dira : « Désolé ! », terminé.

Je veux dire que c’est comme les Sahaja Yogis qui se tireront les oreilles [coutume indienne pour s’excuser] puis fini ! Même s’il vous heurte, il dira : « Tirez-moi les oreilles, Mère, je Vous ai heurtée. » C’est comme cela ! C’est une chose très bizarre. Je Me suis demandée ce qui n’allait pas avec cette langue. Pourquoi cette langue anglaise rend-elle les gens ainsi, Je ne peux pas le comprendre. Pourquoi ? Je n’ai juste pas compris. « Qu’y a-t-il de mal ? » En fait ceci ne se retrouve dans aucun langage indien. Voyez, si vous dites quelque chose, ils diront : « Quoi ? Nous n’avons pas compris. Qu’avez-vous dit ? » Je veux dire que Je pense que la totalité du langage lui-même contient de la discipline construit en lui. C’est ce que vous appelez ‘marday’ [douceur], cela construit la personnalité.

Comme si quelqu’un essaie de se mettre en avant, vous voyez, immédiatement nous diront : « Vous êtes trop sage », « athi shahane ». Et le proverbe est : “Ati Shahfar ane tyanche baila rikame”, « Ceux qui essaient de montrer qu’ils sont très intelligents, leurs bœufs n’ont pas de travail », ce qui veut dire que ce sont de gros paresseux.

Le système de tout le langage est ainsi. Ils sont si pratiques, Je vous le dis, ce sont des gens si pratiques. Et c’est pourquoi nous sommes venus en Inde tout d’abord. Nous avions des Sahaja Yogis avec nous quand nous sommes venus ici, environ 25 Sahaja Yogis anglais qui sont venus, et nous sommes tous restés ici et tous ces gens se sont occupés d’eux, les ont nourris, et évidemment Je veux dire, ils n’ont pas donné d’argent, n’ont rien payé. Ils ont vécu ici et personne n’a même écrit une lettre de remerciements. Alors ils ont tous été contrariés et M’ont écrit en demandant : « Mère, que s’est-il passé ? Ils vont bien ou sont-ils malades ? Ils ne nous ont écrit aucune lettre ! » Alors Je les ai appelés et J’ai dit : « Leur avez-vous écrit des lettres ? » « Non » J’ai demandé : « Pourquoi ? » « Nous savons, nous savons, nous avons mal agi, nous le savons. » (Rires.) En fait, qu’est-ce là pour un argument ?

Maintenant vous êtes sortis de cela. Ce que Je vous donne là, c’est un tableau de fond. Vous en êtes sorti, maintenant vous êtes des Sahaja Yogis, vous êtes des saints, alors vous devez être très différents. Vous ne pouvez plus être comme eux. Vous devez le comprendre.

Comme des gens ont cette habitude de dire : « Ah, Mère, je suis tellement à plaindre. » On leur demande : « Comment allez-vous ? » Ils répondront comme ceci (Mère bouge Ses mains indiquant ‘comme-ci, comme-ça’). C’est très courant. Alors Je regarde leurs mains : « Qu’est-ceci ? Je ne comprends pas. Que veut dire cela ? (Mère rebouge Ses mains) Et là les gens se sentiront gênés de parler.

Même quand on est malade, même si on meurt, si quelqu’un demande : « Comment allez-vous ? », ils répondront : « Je vais bien, tout va bien. » Personne ne fera ainsi (Mère bouge Ses mains.) Cela veut dire quoi ?

On leur demande : « Quel est ton nom ? » « Vous m’avez demandé mon nom ? » Evidemment que Je l’ai fait mais pourquoi répétez-vous Ma question ? Toute question qu’on leur pose, ils vont la répéter, toujours. Je Me demandais pourquoi ils la répétaient. Ils ne la gardent pas dans leur tête, ou quoi ?

En fait le point important est que voici le contexte de ce cerveau et qu’il ne faut plus le gâcher avec ce soleil.

Vous avez un travail à faire avec ce Sahasrara qui est le lotus, le lotus du Divin qui possède de beaux pétales illuminés maintenant par votre Kundalini. Ce sont des pétales vivants, n’essayez pas de jouer avec cela.

Voilà pourquoi Je vous dis de ne pas lire des livres bizarres, de ne pas regarder des choses bizarres, de ne pas parler à des gens bizarres, de ne pas gâcher votre énergie à vous préoccuper, à avoir des attitudes futuristes, mais de rester auprès de vous-même [de votre Soi].

Faisons grandir ceci (Mère pose Sa main sur Sa tête) car les racines sont dans le cerveau. L’arbre de la connaissance grandit vers le bas et les racines sont dans le cerveau. Et vous devez maintenant aller vers les racines car vous avez fait ce mouvement [vers le bas] et maintenant vous devez revenir [vers le haut], et pour cela vous devez savoir comment vous occuper de votre cerveau.

L’autre jour J’ai aussi dit que Je ne savais pas pourquoi vous ne mettez pas non plus de l’huile. Pourquoi ne pas mettre de l’huile sur la tête ? Cette pauvre tête a toujours besoin d’huile. Au moins le samedi, mettez-y pas mal d’huile, frottez-la doucement puis prenez un bain. Mais les gens ne mettent juste pas d’huile sur leur tête. Je veux dire que vous devez huiler, préparer votre tête, ne pensez-vous pas ? Si vous ne mettez pas d’huile dans une machine, elle cassera. En ce qui concerne ce cerveau qui est votre machine spéciale – après Sahaja Yoga c’est vraiment une machine très spéciale – vous devez essayer de mettre un tas d’huile dessus.

Mettez de l’huile dans les oreilles et dans le nez. En fait la théorie moderne des médecins est : « Ne mettez pas d’huile ou autre dans les oreilles et les nez des enfants. »

Le frère de Rajesh avait un enfant et ils sont allés évidemment chez un de ces tout nouveaux médecins américains. Et l’enfant pleurait, gémissait, se sentait si mal et son Brahmarandra, ce que vous appelez la zone de l’os de la fontanelle, n’était pas du tout refermé, il était totalement ouvert. J’ai demandé : « Que se passe-t-il avec vous ? » Ils dirent que le médecin avait dit : « N’utilisez pas d’huile. » J’ai dit : « Quoi ? » Ils dirent : « Il aura une allergie. » J’ai dit : « Rien de ce genre, apportez l’huile. » J’ai eu un katori [bol] plein d’huile, Je l’ai frotté sur sa tête, repoussé cette chose, et Je lui en ai mis dans le nez et les oreilles. L’enfant s’est endormi comme une bûche. Imaginez combien l’enfant a dû souffrir !

D’où viennent ces idées stupides ? Je ne sais pas, ils n’ont pas d’huile actuellement, alors qu’ont-ils dans l’intention de faire ? Un commerce doit se trouver derrière cela, Je ne sais pas ce qui est en train de se passer. Je ne sais pas où ils veulent en venir en ne donnant pas d’huile aux enfants. Ils doivent aussi avoir une sorte de business avec cela. Sinon c’est une idée absolument stupide ! Je ne comprends juste pas que l’enfant puisse avoir une allergie. C’est tellement présomptueux de penser ainsi !

En fait, pourquoi l’enfant aurait-il une allergie ? Laissez-Moi poser cette question : « Pourquoi un enfant aurait-il une allergie ? » Les médecins doivent répondre. Ou évidemment vous êtes tous des médecins, alors vous devriez répondre. Puis-Je avoir la réponse ?

Yogi : Ce pourrait provenir d’un déséquilibre entre le chaud et le froid dans le corps ?

Shri Mataji : Mais pourquoi ? Expliquez-le avec les chakras. Dites ce qui va bloquer sur les chakras. Si quelqu’un a une allergie, qu’est-ce qui bloque ?

Yogi : Le Nabhi Gauche.

Shri Mataji : Correct. Le Nabhi Gauche. Le Nabhi Gauche va se bloquer. En fait cela signifie ‘la mère’. Car l’enfant n’est pas encore marié dont il s’agit [d’un blocage] de la mère. Cela signifie que la mère doit avoir elle-même un blocage au Nabhi Gauche et c’est pourquoi l’enfant doit avoir un blocage avec cette allergie. Donc, au lieu de punir l’enfant, pourquoi ne pas soigner le Nabhi Gauche de la mère et le Nabhi Gauche de l’enfant ?

Alors, qu’allez-vous faire s’il s’agit d’un Nabhi Gauche de l’enfant ? Que pouvons-nous faire pour aider l’enfant à s’en débarrasser ?

Ah, très simple ! On peut faire partir tout ce qui est à gauche avec une petite flamme. Placez votre main droite sur le Nabhi Gauche de l’enfant et placez votre main gauche vers la flamme, et c’est terminé !

En fait, pour le diagnostic, vous avez facile, mais maintenant pour les médicaments, souvenez-vous de certains principes pour soigner. Voici des principes très sûrs.

S’il y a un blocage côté gauche, utilisez le feu ou le soleil ou les flammes, d’accord ?

S’il y a un blocage côté droit, vous devez utiliser l’eau en général. Quiconque souffre à cause du côté droit, placez-le dans l’eau, c’est terminé, c’est fait ! Il ne faut évidemment pas le mettre au soleil.

Utilisez ces principes pour n’importe quelle maladie. C’est très simple.

Posez maintenant quelques questions sur des maladies spécifiques.

Yogi : Cela fait depuis trois semaines qu’ils m’en posent.

Shri Mataji : Hein ?

Yogi : Ils m’en ont posé ces trois dernières semaines, alors ils doivent en avoir.

Shri Mataji : Très bien, allons-y. Je verrai si Je peux répondre. Oui !

Yogi : Le psoriasis, Mère ?

Shri Mataji : Hein ?

Yogi : Le psoriasis.

Shri Mataji : C’est la même chose. Le psoriasis n’est rien d’autre qu’un problème côté gauche. Il s’agit d’un foie léthargique. Et cela vous donne des allergies.

Pour le psoriasis, la main gauche vers la photo et la main droite sur la Mère Terre. Placer une bouteille d’eau chaude sur le ventre. Ou même donner un bandhan à votre foie avec de la lumière, c’est très bien.

Vous devez voir car le psoriasis, en fait les gens peuvent penser que le psoriasis signifie un foie actif ou un foie inactif ; vous voyez, on en arrive là. Mais nous en avons seulement de deux sortes : actifs ou inactifs. Alors, pour savoir si le psoriasis est inactif ou actif, vous le saurez selon ce point que, si le foie est inactif, vous aurez des allergies et, s’il est actif, vous aurez d’autres problèmes comme ce que vous appelez en anglais – Je ne sais pas – des nausées, et aussi vous aurez des soucis bilieux. Vous ne mangerez pas beaucoup, vous maigrirez, tous ces problèmes seront là.

Alors quoi d’autre ?

Yogi : L’eczéma ?

Shri Mataji : Même chose pour l’eczéma. L’eczéma, c’est la même chose, c’est juste comme l’allergie, l’eczéma c’est pareil. Mais pour l’eczéma, comme cela se manifeste à l’extérieur, vous pouvez utiliser certaines choses comme neem ka pata et tout ce dont Je vous ai parlé, et tellement de choses peuvent être utilisées sur le dessus.

Yogi : Les problèmes de mycose [champignon, moisissure] ?

Shri Mataji : Des mycoses à l’extérieur ou à l’intérieur ?

Yogi : Sur la peau.

Shri Mataji : La mycose est l’une des pires choses. C’est pareil mais Je dirais que c’est la pire chose, c’est à nouveau une attaque côté gauche, cela vient du côté gauche, la mycose est quelque chose de totalement mort. Vous devez utiliser la main gauche vers la photo et la main droite sur les endroits où vous avez cette mycose. Vous pouvez la faire partir de cette façon mais ne mangez plus de fromage. Vous n’êtes pas du tout supposés manger du fromage avec des moisissures. Tous les Sahaja Yogis ne devraient pas manger du fromage moisi, avec ce bleu, celui avec une croûte. Tout ce qui est moisi doit être évité, et aussi, si possible, les champignons.

Yogi : Pourquoi le lait de vache provoque-t-il des allergies et empire l’eczéma ?

Shri Mataji : De quoi s’agit-il ?

Yogi : Pourquoi le lait de vache cause-t-il des allergies et augmente l’eczéma ?

Shri Mataji : Le lait de vache…

Yogi : Parce que c’est du côté gauche ?

Shri Mataji : Il s’agit du côté gauche. Le lait de vache vous donne toujours des problèmes côté gauche car elle est la mère, et vous ne devriez pas avoir son lait car c’est du côté gauche. Qu’il s’agisse du lait de vache ou de bufflonne, ils vous donneront tous deux des allergies. Mais si vous avez des animaux qui sont plus petits que vous, si comme le Mahatma Gandhi vous pouvez boire du lait de chèvre, alors vous pourriez n’avoir aucun problème.

Yogi : Nous faisons exactement le contraire. Si nous avons la diarrhée, nous buvons du lait.

Shri Mataji : Vous avez la diarrhée et vous buvez du lait ? La quantité de salades que vous mangez, Je pense parfois que ce fourrage va nous rendre pareils à des buffles ou quoi ? Je ne peux juste pas les toucher, Je vous le dis. Mais Je dois les manger pour montrer que J’apprécie.

Yogi : L’asthme bronchique.

Shri Mataji : L’asthme bronchique est provoqué par la combinaison du cœur droit et du cœur gauche. Si les parents se sont trop querellés, s’ils sont divorcés, si vous n’avez jamais eu la sécurité de l’amour des parents, alors vous aurez de l’asthme bronchique. Mais s’il s’agit d’un autre cas, juste superficiel, alors cela pourrait venir de la mort du père ou d’une souffrance paternelle. Mais si le père et la mère, les deux, vous ont rendu insécurisé ou si les deux sont morts, alors vous aurez de l’asthme bronchique. C’est une combinaison.

Yogi : Hypoglycémie.

Shri Mataji : Qu’est cela ?

Yogi : Un niveau de sang bas. De l’hypoglycémie.

Shri Mataji : Je connais. Un niveau de sang bas. Cela vient de trop d’activité. Vous ne devriez pas penser autant. C’est l’Agnya. C’est trop d’Agnya, d’Agnya Chakra. Il y a trop d’Agnya. Remettez-vous en au Christ, abandonnez-vous totalement au Christ, cela marchera.

Yogi : La spondylite [ou spondylarthrite].

Shri Mataji : La spondylite c’est le Vishuddhi Gauche. Et ce pourrait être aussi le Vishuddhi Droit. Mais la spondylite, c’est plutôt le Vishuddhi Gauche. Ce pourrait aussi être la combinaison des deux.

Yogi : La sclérose multiple.

Shri Mataji : La sclérose multiple vient du Mooladhara. Du Mooladhara et du Nabhi. Du Nabhi Gauche et du Mooladhara. C’est plutôt du côté gauche. Il faut donner le traitement du côté gauche, dire le nom de Ganesha et de Gauri, et cela marchera.

Yogi : Les veines variqueuses, Mère.

Shri Mataji : Hein ?

Yogi : Les varices.

Shri Mataji : Cela vient des gens qui se tiennent trop longtemps debout tout le temps et qui travaillent très durement. Dès que cela commence, c’est mieux de les guérir. Vous devez vous étendre chaque jour. Ceux qui restent debout chaque jour pendant plus de, disons, trois-quatre heures, devraient s’allonger sur le lit et pédaler. (Mère montre le mouvement de pédaler avec Ses mains.) Chaque jour, cela aidera.

Réduisez votre poids. Cela peut aussi être dû au poids. Certains ont trop de poids.

Et ceux qui se tiennent debout, J’ai vu que ceux qui se tiennent debout pendant un long moment sans talons, si vous utilisiez des talons, ce serait mieux. Avec les talons, la pression est moins importante car alors elle est distribuée plus sur la partie plus basse de ces cinq chakras en dessous. Cela pourrait aider.

Mais le mieux est de faire des exercices. Après être resté debout pendant un long moment, allongez-vous juste dans le lit et pédalez. Et aussi masser [les jambes], les masser lentement vers le bas [quand vous pédalez avec les jambes en l’air, donc en remontant vers le haut de la jambe].

Cela peut aussi marcher en utilisant de la glace. Vous pouvez placer de la glace [sur les jambes] avant de masser. Vous pouvez placer de la glace sur elles et utiliser de l’huile très froide et les frictionner, cela marchera.

Yogi : Le rhume ? Le rhume ?

Shri Mataji : C’est quelque chose de difficile, le rhume. En fait, pour le rhume, avant tout ceci est à nouveau côté gauche. Mais nous avons un très bon médicament en Inde. Je ne sais pas si vous avez cela là-bas, c’est ce que vous appelez ‘le basilic’ [en Hindi, c’est appelé ‘tulsi » – basilic sacré]. Les feuilles de basilic. Vous prenez plein de feuilles de basilic et vous en faites une décoction – vous l’appelez ?

Yogi : Une infusion.

Shri Mataji : Non.

Yogi : On les fait bouillir dans un pot.

Shri Mataji : Faites-les bouillir dans un pot, totalement bouillir, tirez-en l’essence assez épaisse, placez du thé dedans ou de l’eau ou juste faites de la façon dont vous voulez le faire, comme du thé et vous y mettez du lait ou n’importe quoi d’autre que vous voulez, mais moins de lait et de sucre car le goût pourrait ne pas être si bon. Et ensuite vous le buvez. Avant cela, vous devez préparer – que dites-vous pour dhuni ? Vous connaissez tous ajwain ka dhuni. Vous voyez, vous connaissez ça. Donc vous prenez de l’ajwain ka dhuni après cela, c’est tout. Faites cela pendant trois jours et vous irez bien, vous en serez débarrassé.

Yogi : Shri Mataji, les maladies psychosomatiques ?

Shri Mataji : Que dit-il ?

Yogi : Il parle des maladies psychosomatiques, en particulier la dépression nerveuse, d’où vient-elle ? Du côté droit ou du côté gauche ?

Shri Mataji : Vous voyez, c’est un terme très bizarre. ‘Psychosomatique’ signifie que c’est autant ‘psycho’ que ‘somatique’, alors Je ne sais lequel c’est, si vous dites ‘psycho-somatique’ ou ‘somatique-psycho’.

Yogi : Vous voulez dire des maladies psychologiques ?

Shri Mataji : Nehi, nehi. [Non.] Psychosomatique, c’est de la nervosité, vous voyez. La nervosité peut être causée par de mauvaises habitudes. Comment ? Si vous êtes une hôtesse de l’air, vous formez la mauvaise habitude, dès que vous voyez l’aéroport, que cela ira… (Mère bouge Ses mains autour de Son ventre indiquant de la nervosité.)

En fait, ceux qui voyagent trop, dès qu’ils doivent voyager, leur tête explose. Trop faire quelque chose, vous voyez, vous donne un sentiment de nervosité. C’est une question d’habitude. Vous construisez cette habitude et alors cela arrive.

Ainsi Je ne dirai pas que cela est dû à un bhadha ou autre, mais vos nerfs sont trop utilisés d’une façon particulière. Alors ils cèdent juste, ils ne peuvent plus faire face.

Donc alors vous devez changer cette habitude. Supposons que vous voyagiez de trop en avion, alors voyagez par bateau ou par train ou en char à bœuf. Ou ne voyagez plus, quelque chose de ce genre.

Quoi que vous fassiez de trop, cela forme une sorte de tension sur vos nerfs. Aussi essayez de réduire cette pression sur vos nerfs.

Yogi : Vous recommandez des talons, alors de quelle hauteur ?

Shri Mataji : Non, non, Je n’ai pas dit cela pour vous tous, Je l’ai dit en cas de varices. Ou spécialement pour les gens qui développent des problèmes avec les talons [des pieds]. Il n’y pas de hauteur [spécifique]. Essayez juste ce qu’on peut dire d’environ un pouce, à partir d’un pouce environ, pas de trop, un pouce ou plus bas. Mais, voyez-vous, si vous développez une sorte d’os sur vos talons [de pieds] ou de ce genre, pour cela les talons [de chaussure] sont toujours mieux. De petits talons, c’est mieux.

La calvitie. Ce n’est pas une maladie. Cela provient de mauvaises habitudes. L’une d’entre elles est de porter un chapeau. Si vous portez un chapeau trop serré, alors la circulation du cerveau est entravée et c’est alors que vous pourriez en avoir une. Également aussi avec un Nabhi Gauche, vous pourriez développer une calvitie à l’arrière de la tête. Ici, si vous avez un Nabhi Gauche, alors il n’y plus de circulation et ça agit de cette façon.

Et ils disent en Inde que, si quelqu’un a une calvitie, il aura de l’argent, que c’est un homme riche. (Mère rit.) Je ne sais pas pourquoi nous croyons à une telle chose mais nous croyons que, si vous avez une tête chauve, cela signifie que vous êtes un homme riche, vous voyez ; que celui qui n’a pas la tête chauve, n’est pas un homme riche ; que celui qui n’a pas de ventre, n’est pas un homme digne selon les standards indiens.

Mais une tête chauve est due au fait de ne pas utiliser d’huile ou de ne pas utiliser une huile adéquate. L’huile devrait être utilisée adéquatement et le crâne doit être, en fait le crâne doit être frictionné et pas la peau, de sorte que si vous le frictionnez, la peau puisse bouger sur le crâne et alors vous n’aurez plus ce problème.

Une autre raison c’est d’utiliser une sorte bizarre d’huiles avec plein de parfum et d’essences en elles, alors vous pourriez avoir des cheveux gris.

Et aussi le ghee ne devrait jamais être utilisé pour frictionner la tête. Mais vous pouvez l’utiliser pour le corps, le ghee ou même le beurre sont bons pour le corps si vous êtes hyperactif, sinon pas. Mais le ghee ou le beurre ne devraient jamais être utilisés pour les cheveux.

En fait vous avez deux sortes de calvities, comme Je vous l’ai dit, certaines qui commencent ici et certaines qui commencent à partir de là. (Mère montre Son front et ensuite l’arrière de Sa tête.) C’est un sujet très intéressant ! (Mère et les Yogis rient.) Et il y a ceux qui pourraient avoir les deux.

En fait Je dirais que celle qui commence ici (Mère montre Son front), ce sont les gens qui sont ceux qui ont un problème aux Ekadeshas aussi, c’est possible. Cela commence avec le problème des Ekadeshas. Ou bien ceux qui ne sont pas très collectifs ou autre, cela commencera à reculer. Très bien.

Ceux chez qui cela commence à partir d’ici (Mère montre l’arrière de Sa tête), ce sont les gens qui peuvent ne pas être de bons maris, ce peut-être quelque chose qui ne vas pas avec leurs épouses, peut-être de mauvaises épouses. La relation mari-épouse est pénible, alors aussi cela commence à l’arrière. Ou peut-être qu’il y a une incompatibilité entre les deux, ou trop d’attachement pour l’épouse, ou trop d’attachement pour l’époux, alors aussi vous commencez à la développer comme cela.

Toutes ces choses concernent le Nabhi Gauche. Vous savez que le lien du Nabhi Gauche, c’est le lien de Gruha Lakshmi. Là où vous adorez tellement votre épouse qu’elle n’est plus une Gruha Lakshmi, c’est aussi une erreur. Ces choses commencent avec cela.

Et cela pourrait aussi avoir un rapport avec votre vie trépidante. Si vous avez une vie très trépidante, si vous courez de tous les côtés, accomplissez trop de travail, cela peut aussi commencer. Vous n’écoutez pas votre épouse à ce sujet mais vous pensez que vous devez faire ce travail, alors aussi cela peut commencer. (Mère place Sa main à l’arrière de Sa tête.) Il y a tellement de raison pour qu’un Nabhi Gauche commence.

Mais celle qui commence ici (Mère montre Son front), commence avec le Nabhi Droit, ou nous pouvons dire avec l’Ekadesha plus sur ce côté.

Donc Johan, dans ton cas, Je ne sais pas ce que Je devrais blâmer. Je dirais qu’il s’agit d’une complète négligence, d’une négligence complète de tes cheveux, pas du tout d’huile, voilà ce qu’il en est.

Je veux dire que, si vous ne donnez pas d’eau à la plante, elle va mourir. Et alors si vous demandez pourquoi cela arrive, Je veux dire que, si vous ne lui donnez pas d’eau ! Ceci est ce qui mange, boit et vit là, alors l’huile est ce sur quoi le cheveu réside.

Yogi : En Occident nous avons mal aux genoux quand nous nous asseyons sur le sol. Y a-t-il un moyen d’éviter cela ?

Shri Mataji : Vous voyez, c’est dû au Nabhi que vous avez, Gauche ou Droit, et pas de pratique de vous asseoir ainsi. En fait, ce que vous devez faire, c’est apprendre ce que vous appelez un certain exercice. J’ai expliqué aux gens quel est l’exercice nécessaire pour cela. Ensuite vous y serez habitué et vous commencerez à vous asseoir très bien sur le sol sans ressentir de douleur dans les genoux. Cela vous aidera beaucoup à long terme. Certains exercices doivent être faits. Mais au moins faites asseoir vos enfants sur le sol à partir de maintenant de sorte qu’ils n’auront pas de problèmes.

Yogi : J’ai remarqué que beaucoup de dames…

Shri Mataji : Ici ? En Occident ?

Yogi : Quand je suis allé à Paris, j’ai remarqué que beaucoup de dames après soixante ans, commencent à perdre leurs cheveux.

Shri Mataji : Mais cela devrait se produire à soixante ans car sinon elles ne sembleraient pas normales, vous voyez. A soixante ans, vous devriez ressembler à une personne de soixante ans, sinon c’est très embarrassant. Je dois dire que Moi aussi Je devrais avoir un peu la tête chauve et des rides et ceci et cela car, voyez, alors que nous voyagions, nous avions une dame avec nous, de six ans plus jeune que Moi, et Modi essayait tout le temps de l’aider : « Pauvre vieille dame, pauvre dame âgée. » J’ai dit : « Quel est ce non-sens ? Elle a six ans de moins que Moi et tu essayes juste de l’aider tout le temps. Et Moi alors ? » (Mère et les Yogis rient.) Personne ne se préoccupait de Moi, ils Me faisaient asseoir pendant des heures et disaient : « Faites ceci, faites cela. » Supposons que J’aie semblé être âgée, vous auriez dit : « Non, non, Mère, Vous devez être fatiguée ! »

En fait les dames développent cela car il est possible qu’elles puissent bien ainsi dominer les [autres] femmes, ou peut-être qu’elles négligent leur chevelure.

Yogi : Ou c’est de l’ivrognerie ?

Shri Mataji : Hein ?

Yogi : Ou c’est de l’ivrognerie.

Shri Mataji : Ce pourrait venir aussi de l’ivrognerie. Elles peuvent avoir pris des drogues – en Occident tout est possible sous le soleil – ou peut-être qu’elles ont eu des problèmes avec leurs mères ou quelque chose comme cela doit être là à la base. Mais Je pense plutôt que c’est dû à de la négligence, une négligence complète de leur chevelure. Vous voyez, ces coiffures ! De fait, si vous allez auprès de n’importe quelle personne qui se fait coiffer, endéans les trois ans, elles seront chauves, ensuite elles porteront une perruque. C’est leur gagne-pain !

Donc vous développez cela en allant chez ces coiffeurs et tout cela. Quelle est l’utilité d’aller chez le coiffeur ? Je ne comprends pas. Ce n’est pas nécessaire et vous perdez votre temps et votre argent. Vous êtes très belles sans cela !

Yogi : Y a-t-il une chance de récupérer ses cheveux ?

Shri Mataji : Hein ? Que dit-elle ?

Yogi : Y a-t-il une chance que les cheveux partis, repoussent ?

Shri Mataji : Ah, il se pourrait. Essayez ! (Rires.) Si ce n’est pas grâce à Sahaja Yoga, ils disent qu’il existe une méthode. Ils placent quelque chose ici et là (Mère montre le sommet de Sa tête) et ils les plantent et ils font toutes ces choses. Si vous le faites, Je veillerai à ce qu’ils poussent bien. (Rires.)

Yogi : Pourquoi les maladies transmises de génération en génération, sont-elles limitées à sept générations ? Ou les problèmes, Mère, qui sont transmis de génération en génération ?

Shri Mataji : Les problèmes sont comme ceci. Il y a seulement un seul centre qui couvre tous les sept centres, c’est le Mooladhara. Car il est l’Omkara, il est la Chaitanya.

Si le Mooladhara est insulté : disons qu’il y a une relation incestueuse, et la famille s’agrandit, alors cela dure sept générations. Mais si cela se passe entre une relation très sainte comme une mère et son fils ou dans ce genre, alors cela durera quatorze générations. C’est une insulte totale envers Shri Ganesha.

Et tellement de ces transmissions peuvent venir de là. La plupart viennent de là car Shri Ganesha vous donne la force réelle. Ceux qui ont insulté Shri Ganesha sont toujours des gens délicats au niveau physique.

Donc vous devez rétablir votre Shri Ganesha.

Yogi : …Comment garder le corps rafraîchi en été ?

Shri Mataji : Quoi ?

Yogi : Comment conserver son corps frais en été ?

Shri Mataji : Pour conserver la fraîcheur de son corps en été, avant tout ce que vous devez faire, c’est de prendre de la glace et la frictionner sur votre foie, de garder le foie rafraîchi, et ne pensez pas trop.

Ne consommez pas de choses très chaudes en été. Tellement de gens mangent des pastèques et des choses pareilles. Elles devraient être adéquatement refroidies, comme également les mangues en Inde doivent être refroidies et ensuite mangées. Tous ces fruits devraient être refroidis et ensuite mangés. Certains mangent les mangues juste cueillies de l’arbre, c’est très mauvais. Vous devez les refroidir pendant vingt-quatre heures et ensuite les manger.

Ceci nous le savions tous mais, en ces temps modernes, Je ne sais pas si les gens le savent encore ou pas. Toutes ces choses s’ajoutent.

Ensuite réduisez les viandes et le poisson spécialement. Vous ne devriez pas manger du tout de poisson en été. Avant tout, il est abîmé, quelque chose ne va pas avec lui, ou sinon il contient du phosphore qui vous enflamme. Aussi évitez toutes ces choses, mangez des choses qui sont fraîches.

En fait en Inde c’est très facile car nous avons quelque chose appelé gool khand qui provient des pétales de rose, ce qui est une très bonne chose pour rafraîchir le foie. Ensuite nous avons la cardamome, puis le sucre candi, et le sucre lui-même. Toutes ces choses vont refroidir votre foie et vous vous sentirez très bien. Ce changement dans votre régime est très important durant l’été.

Yogi : Les hémorroïdes, est-ce un problème au Mooladhara ? Les hémorroïdes ?

Shri Mataji : C’est le côté droit. C’est le Mooladhara côté droit. Il s’agit du côté droit. Pour résoudre cela, vous devez vous gardez vous-même rafraîchi, à nouveau utiliser tous les moyens rafraîchissants, tout ce qui peut rafraîchir doit être fait, et aussi une très bonne chose, c’est de manger du raisin noir séché. Comment l’appelez-vous ?

Yogi : Du raisin.

Shri Mataji : Du raisin, des raisins noirs. Trempez-les durant la nuit avec du jus d’orange et mangez-les. Je veux dire, trempez-les le matin et mangez-les le soir avant d’aller dormir. Cela vous rafraîchira. C’est très, très rafraîchissant.

(Hindi.) J’ai oublié le nom. (Marathi.) Pour les allergies, le mieux c’est le gheru que vous prenez tous. Ceux qui souffrent d’allergie devraient prendre du gheru. Et nous avons de petits morceaux de pierres, des pierres rondes, vous les frottez et vous prenez cela avec de l’eau, environ sept fois, et ensuite vous le mangez. C’est bon pour les allergies. Mais ce n’est pas pour tout le monde, c’est seulement pour ceux qui ont des allergies. Le gheru n’est pas bon pour les gens qui ont un foie hyperactif.

Alors si vous avez terminé…

Shri Mataji : Kya ? [Hindi : Quoi ?]

Yogi : La lèpre est le plus gros problème en Inde, particulièrement à Bihar et U.P. Quelle en est la raison ?

Shri Mataji : Vous savez, c’est une sorte de maladie infectieuse et actuellement ils ont trouvé une sorte de médicament pour cela.

La lèpre ne se retrouve pas seulement en Inde, il y en avait partout. Mais vous savez (Hindi), ceux que vous appelez des parasites qui créent cette lèpre, boivent du kérosène, du pétrole. Ils prospèrent dans le pétrole, le saviez-vous ?

Yogi : Quel est le traitement Sahaj pour cela ?

Shri Mataji : Voyez-vous, la lèpre ainsi que toute infection en tant que telle, c’est le côté gauche. On peut la faire partir mais, autant que possible, restez loin de ça. C’est mieux si vous ne traitez pas les maladies infectieuses. Ceci est très dangereux. Je ne vous le conseillerai jamais car vous ne devriez pas perdre votre énergie sur les lépreux actuellement. Laissez-les-Moi.

Mais quelle est la manière la plus facile de vous guérir vous-même ?

Yogi : Qu’en est-il des gens qui sont nés épileptiques ?

Shri Mataji : Oh, l’épilepsie est guérissable, cent pour cent guérissable. C’est un problème côté gauche. L’épilepsie de naissance ou autre peut être soignée, peut être guérie.

Yogi : [Inaudible.]

Shri Mataji : Quoi d’excessif ?

Yogi : Trop de caries dentaires ?

Shri Mataji : La carie dentaire ? Pour cela vous devez utiliser vos doigts pour frictionner vos dents. C’est la solution. Et aussi vos gencives. Donc ce que vous avez, c’est que, grâce aux vibrations, votre Vishuddhi Droit est tout à fait en ordre. C’est dû à un problème de Vishuddhi Droit. Ainsi, ce que vous avez à faire en cas de déficience du Vishuddhi Droit, c’est de bien frictionner avec de l’huile d’olive et un peu de sel, du sel très finement réduit, et ça va s’arrêter. Chaque jour, tous les jours. Les brosser n’est pas suffisant.

Une question supplémentaire. Une question de plus ici. Qu’est-ce ? Asseyez-vous, asseyez-vous.

Yogi : Quelle est la raison d’avoir tous les intestins sur le côté gauche ?

Shri Mataji : Tous sur le côté gauche ? Rien sur la droite. Bonne idée. Sur le côté gauche. Il n’y a pas de raison particulière à cela, vous voyez. Après tout, pensez que Dieu crée tellement d’être humains ! Je veux dire que même si vous demandez à deux cent personnes de faire un travail, l’une va aller par ici, l’autre ira par là. Vous ne savez pas ce qui se passe, elles sont si désordonnées.

En fait, dans ce cas, il y a parfois une anormalité, cela arrive. Il y a des anormalités, cela ne fait aucune différence.

Très bien. Que voulez-vous ? Que dit-elle ?

Yogi : La colite ulcéreuse.

Shri Mataji : La colite ulcéreuse se produit chez les gens qui ont des amibiases, du moins pour une sorte d’entre elles. Y en a-t-il ?

Yogi : Y a-t-il des amibiases ?

Shri Mataji : Oui, oui. Ce pourrait être dû à cela. Ou ce pourrait être dû au fait de manger de la nourriture très chaude, ou si vous buvez trop, et toutes ces choses peuvent causer ce problème. Mais J’ai vu que c’est surtout dû aux amibiases et de la nourriture bouillante. Vous ne devriez pas manger de la nourriture très chaude, comme des gens aiment manger bouillant et ils ont alors ce problème.

Yogi : Quelqu’un a-t-il une question un peu plus visionnaire ? Un peu moins médicale ? Qu’en est-il de la Comète de Hailey apparue dernièrement cette année ?

Shri Mataji : Je l’ai vue ! Ce Mr. Hailey l’avait vue et a dit : « Ceci arrivera, cela arrivera. Et ils disent : « Donc c’est un bon signe. » Nous verrons. Voyez-vous, quelles que puissent être les étoiles ou autres, jusqu’à ce que les êtres humains deviennent sensés, rien ne peut arriver. Nous devons être sensés pour recevoir les bénédictions de ces choses. Sinon la comète d’Hailey peut venir, beaucoup d’autres peuvent venir, mais nous continuons toujours à être pareils. Si nous devenons sensés, alors cela arrivera.

Avant tout, quand il y a de l’ego, alors quoi ? Rien ne va marcher. L’ego doit baisser et vous devez tout ressentir, les vibrations et tout dans l’atmosphère, de toutes les étoiles, alors cela marchera. Sinon, cela n’a aucun effet.

Yogi : Quelle est l’attitude adéquate à tenir quand on vient auprès de Vous ? Je n’ai jamais su comment Vous approcher.

Shri Mataji : Oh, c’est assez embarrassant. Très bien. Je vais fermes Mes yeux et Mon visage et Je vais vous expliquer. (Rires.) (Marathi)

En fait votre question est bonne. Alors supposons que le Christ apparaisse devant vous et vous savez qu’il s’agit du Christ, que se passera-t-il ? Cela devrait être l’attitude au moins minimum, bien que le Christ eût à gérer seulement un seul Chakra, alors que Moi Je dois en gérer sept. Si cette attitude se développe, rien que penser à Moi sera suffisant, vous aurez juste à penser à Moi pour que vos maladies soient guéries. Cette profondeur doit être là. Il s’agit juste d’un Chakra multiplié par sept, élevé à la puissance sept. Voilà ce qu’il en est !

Vous avez vu les miracles et les photos, vous avez vu des milliers de gens recevoir la Réalisation. Aucun d’eux ne l’a fait. Mais Je suis aussi Mahamaya. Et dans votre cœur, vous devriez savoir à Qui vous faites face. Mais la plupart des gens tombent très fortement dans le filet de la Mahamaya.

Ce respect mêlé de crainte est si grandement satisfaisant, si pénétrant, si profond, que l’on vit tout le temps seulement avec cette idée. Avec cela, vous n’avez besoin de rien d’autre. C’est une très grande chance. Si J’étais vous, Je Me ferais appeler ‘la personne la plus chanceuse’.

Mais c’est le contraire ! Je ne sais alors pas quoi dire, bien que Je doive dire que Je suis très chanceuse car, comparée à eux tous, J’ai tant de personnes comme vous qui êtes des Sahaja Yogis. Aussi Je suis très chanceuse, très heureuse à ce propos, très contente.

Mais cependant, pour grandir dans ce domaine, vous devez savoir ce qu’il en est ! Les Indiens sont sensés, cela entre aisément dans leurs têtes, ils y sont très sensibilisés. De la même manière, J’espère que vous vous développerez de cette façon, dans ce genre d’attitude, alors la vie serait très agréable.

Très bien, revenons-en maintenant à quelque chose de pratique. Je dois vous demander si vous avez fait tous vos achats nécessaires pour les pujas dans les différents pays ?

Yogi : Ils vont en faire à Bombay. C’est disponible le jour même quand les bus reviennent chaque fois.

Shri Mataji : Car tous ceux qui y vont, les Européens – veuillez lever vos mains – prennent celui qui part plus tôt.

Yogi : Ils prennent le premier bus.

Shri Mataji : Le premier bus.

Yogi : Le lundi à 7H15. Le vol égyptien partira le 17 au matin.

Shri Mataji : En fait il y a aussi une bonne solution dont J’ai parlé, c’est, si vous commencez très tôt le matin le jour suivant, vous pourrez arriver là pour ce travail, mais les magasins ferment très rapidement. Une autre pourrait être que vous fassiez une liste des choses dont vous avez besoin et l’envoyer à Nima ou autre, et ils vont tenir cela prêt pour vous, ainsi vous n’auriez pas à aller dans les magasins pour les avoir.

Par exemple, si vous voulez achetez une mukhoot ou ceci ou cela, c’est mieux de lui faire une liste et ils tiendront cela prêt vous vous. Dès que vous irez là, vous les aurez, c’est une meilleure idée. Ne laissez pas cela au hasard car, quand vous voyagez, voyez-vous, vous ne savez pas, la voiture peut ne pas vous prendre au bon moment, les magasins pourraient être fermés. Comme c’est dimanche, cela va devenir difficile à nouveau, le mieux sera de faire une liste. Même le samedi, c’est très difficile là, c’est si bondé et tout cela. Aussi faites une liste des choses que vous voulez vraiment.  Et celles – sinon vous pouvez essayer plus tard pour celles que vous voulez acheter personnellement. Mais en fait ces choses sont si communes et si compréhensibles, vous mettez ça par écrit, tout ce que vous voulez pour votre puja. Avez-vous une liste ? Ou bien dites ce dont vous avez besoin pour le puja.

Alors de quoi avez-vous besoin tous ensembles ? Ensuite faites une liste, asseyez-vous et faites une liste. Alors, quand vous aurez fait la liste, J’enverrai quelqu’un à Bombay qui achètera toutes ces choses et les tiendra prêtes pour vous. Il indiquera les prix et vous les payerez et les prendrez. Je ne pense pas que vous aurez beaucoup de chance d’aller dans n’importe quel magasin et Je vous conseillerais de n’aller dans aucun magasin le samedi. Au contraire, allez juste à l’aéroport, reposez-vous là et prenez vos affaires.

Yogi : Ils arrivent le vendredi soir, ont toute la journée de samedi et vont aux petites heures le dimanche matin.

Shri Mataji : Pourquoi voulez-vous qu’ils y aillent le vendredi soir ? C’est mieux de les laisser partir le samedi matin.

Yogi : C’est ce qu’ils ont choisi.

Shri Mataji : Je vois. Et vous ?

Yogi : Nous partons le jour suivant. Nous quitterons le samedi et les vols ne sont pas avant mardi ou mercredi.

Shri Mataji : Très bien.

Yogi : Mais Mère, si Vous suggérez qu’ils y aillent le samedi, ils le feront.

Shri Mataji : Non, c’est mieux d’y aller plus tôt car, en tous les cas, vous savez pourquoi J’ai dit que peut-être, voyez-vous, les voitures et ceci et cela, supposons qu’ils fassent défaut ou autre, c’est mieux d’être là un jour plus tôt. Essayez de voir si pouvez avoir quelque chose car le samedi il y a là tellement de monde, Je ne sais pas.

Yogi : Cependant nous ferons cette liste commune pour le puja.

Shri Mataji : Dans tous les cas, vous le devriez. Tout ce que vous avez, c’est très bien. Ce que vous n’avez pas, ce serait mieux de s’en occuper ici. Je veux dire que vous passez tellement de temps à faire la mookhut, est-ce nécessaire ? Vous pouvez l’avoir toute prête ici, il y en a de très bonnes, à tous les prix, de toutes les sortes que vous voulez. Si vous voulez la faire, vous pouvez mais normalement ce n’est pas nécessaire.

Yogi : Ils ne savent pas ce qu’est une mookhut, Mère ?

Shri Mataji : Quoi ?

Yogi : Ce serait mieux de leur expliquer ce qu’est une mookhut.

Shri Mataji : La mookhut est la couronne. Oui. Très bien. De toutes les façons, à vous de voir si vous la faites ou pas.

(Fin de la bande audio pour la vérification de la trancription anglaise.)

(Des conversations individuelles entre Shri Mataji et le Yogi se poursuivent.)

Yogi : [Hindi – Demande à Shri Mataji de vibrer le kumkum pour l’Australie.]

Shri Mataji : Ha, ha, veuillez l’apporter.

Shri Mataji : Pour les cheveux, l’huile de noix de coco est ce qu’il y a de mieux.

Avant de partir, tout ce que vous avez en argent, vous le mettez dans votre valise. Si les douanes les trouvent, veuillez juste leur dire franchement que ce sont vos cadeaux de mariage. Ce serait mieux de les emballer.

(Mère s’adresse spécialement à un Yogi) Il ne s’agit pas de toi, en aucun cas. C’est destiné aux gens mariés.

Au cas où vous transporteriez l’argent avec vous, alors mettez-le dans vos valises sous emballage, avec les vœux de quelqu’un, tels : « Ceci pour votre mariage. » Vous devriez dire : « Nous nous sommes mariés. » Ou quelqu’un doit dire : « Nous nous sommes remariés. Ceci est un cadeau. » Et ils ne vous diront rien. Mais en tous les cas, ils ne verront rien. Je l’espère.

La prochaine fois que vous venez, n’apportez pas de chose insensée comme celle que vous avez apportée la dernière fois. Tout d’abord ce fut Ma télévision, la façon dont elle a été abîmée ! Ce ne sont que des idées absurdes. Je ne fais jamais cela. Vous n’avez pas besoin d’essayer d’éviter de payer la douane. Il faut payer ce que vous avez à payer.

Donc, quoi que vous apportiez, chaque personne ne devrait pas apporter plus que cinq cent roupies de valeur, ce qui veut dire environ vingt-cinq Livres. Deuxièmement, quand vous apporter de telles choses comme des bandes audio, vous devriez les partager entre différentes personnes et ensuite les amener. Ne les apportez pas toutes ensembles. Troisièmement, ce que vous apportez, vous ne le retournez pas sans Me le demander. Il n’y a pas de logique là. Tout le long vous amenez quelque chose ici et pourquoi l’envoyer de retour ?

A nouveau, ceci est ce même cerveau Je pense, que Je ne peux pas expliquer. Personne ne peut l’expliquer. Yen, qui les a ramenés ?

(La réponse du Yogi est inaudible.)

Shri Mataji : Qui est-il ? De Bristol ? Vous savez que nous avons payé pour ça ?

(La réponse du Yogi est inaudible.)

Shri Mataji : Mais pourquoi ? Pourquoi as-tu renvoyé des originaux anglais ? Tu vois, tu as eu la charge de ça, n’est-ce pas ? Qui t’a confié cette charge ? Warren t’en a chargé, n’est-ce pas ? Alors, as-tu demandé à Warren ? Tu ne sais pas que tu l’as aussi renvoyé là-dedans. J’ai sauvé quelques bandes audios qui étaient des bhajans. Je les ai sauvées cette fois quand Je les ai données. J’ai dit : « Gardez-les pour les villageois. »

Je demande : « L’as-tu nommé comme responsable des bandes audios ? »

D’accord. Quoi, il ne s’est pas occupé de ces bandes. Les bandes qu’il a renvoyées, il ne s’en est pas occupé. Cela a été fait par Paul. Nous les avons achetées et données à Paul pour s’en occuper.

En fait J’ai sauvé celles-ci quand J’ai donné les cadeaux aux gens. J’ai dit : « Préservez celles-ci. » Car Je dois les emporter pour les distribuer aux villageois et ces bandes ont été renvoyées. Il ne M’a jamais demandé. Voyez, c’est ceci le problème. Quand vous êtes responsable, cela ne veut pas dire que vous pouvez vous occuper de ces choses comme cela. Celles-ci que vous avez renvoyées, ne sont pas vos bandes personnelles. Nous avons payé pour cela, nous l’avons fait faire par Paul. Cela n’a rien à voir avec toi. Tu ne t’es jamais occupé de ces bandes. Rien. Non, tu ne l’as pas fait. Je le sais. Paul l’a fait. Cela a été donné à Paul, nous avons payé pour ça. Nous avons demandé à Paul de le faire, il l’a fait. Ces bandes n’ont pas été faites par toi. Si tu l’as fait, Je n’en sais rien, mais pour ce que J’en sais, elles ont été faites par Paul. Et Je les ai conservées en retour, Je ne les ai pas données.

Hier, J’étais réellement déconfite car Je leur avais dit que Je les apporterai pour les bhajan-mandals. Et elles n’étaient pas là. Ils M’ont demandé : « Où sont les bandes que Vous nous aviez promises, Mère ? »

(La réponse du Yogi est inaudible.)

Shri Mataji : Je pense que tu n’en sais rien car J’avais gardé environ quarante ou trente bandes qui étaient des bhajans indiens séparément avec cela. Mais qu’y avait-il d’urgent ? Si vous voulez renvoyer quelque chose, vous pouvez toujours le faire plus tard.

(La réponse du Yogi est inaudible.)

Shri Mataji : Comment le sais-tu ? Tu as juste renvoyé tout le lot. Comment le sais-tu ? Tu n’as rien vu. A coup sûr, elles sont parties. Mais pourquoi faire quelque chose sans demander ?

Avant tout, il faut toujours demander pour faire des choses. Vous ne devriez pas vous comporter de façon arbitraire, c’est le premier point. Le second point c’est que ces choses peuvent être faites plus tard. Pourquoi se presser ? Même Warren Me demande s’il doit faire quelque chose. Je sais que c’est quelque chose de très courant avec l’esprit occidental. J’ai connu cela. Je vous expliquerai que des gens, qui avaient l’habitude de vivre dans Ma maison, sont juste sortis en laissant la porte ouverte, ils sont juste partis. Où est-il parti ? Dieu seul le sait ! Il est parti. C’est très courant. Il s’en est juste allé. Où est-il allé ? Je veux que, même si on doit aller dans la salle de bain, on dise à quelqu’un : « Je vais dans la salle de bain. » C’est cela notre habitude.

Non, quoi que ce soit, cela va. J’ai sauvé celles-ci. En fait Je ne peux pas les localiser car ce n’est pas là. Il n’y avait pas du tout de nécessité de les renvoyer. Quelle en était l’urgence ? A qui as-tu des comptes à rendre ? Si ce n’est pas à Moi, au moins c’est à Warren. Pourquoi ont-ils arrangé ainsi ces choses ? Je pense que quelque chose a dévié là. Tu ferais mieux de t’occuper de toi-même. Tu dois faire sadhana [méthode de pratique spirituelle]. Vous devez tous faire sadhana.

Encore une chose, c’est qu’en disant : « Je suis un Sahaja Yogi », en croyant : « Je suis un Sahaja Yogi », vous ne serez pas aidé. Vous devez méditer avec sincérité. Vous voyez, Je sais que ce n’est pas de l’hypocrisie. Mais cependant cela n’est pas fait avec un effort sincère. C’est quelque chose entre les deux, Je dirais que c’est flou. Ce n’est pas de cette façon. Nous pensons que nous sommes des Sahaja Yogis, d’accord, alors agissons ainsi. Vous devez le faire tous les jours. Tous ces Sahaja Yogis indiens méditent chaque jour. Chaque jour ! D’une certaine manière, ils sont bien plus évolués. Ils ont un meilleur fond. Nous devons combattre tout cela. Chaque jour ! Ils ne peuvent pas vivre sans [méditer]. D’accord ?

Alors essayez de méditer. Essayez d’en sortir car vous avez des problèmes ici. C’est ainsi que vous déjantez. En fait ne faites juste rien arbitrairement, demandez à dix personnes. Moi aussi Je vous demande. Je ne fais rien de façon arbitraire. Hier, quand tous les leaders étaient là, Je leur ai demandé ce qu’il fallait faire, n’est-ce pas Warren ? J’ai demandé à tout le monde. Je peux tout faire Moi-même, Je ne le fais pas. Il s’agit d’une chose collective, vous ne pouvez rien faire comme cela.

Très bien, voilà une chose de faite. Je vous remercie beaucoup. La prochaine fois, ne faites rien ainsi. Je ne parle pas seulement à lui, Je vous parle à tous. Ne faites rien arbitrairement. D’accord ?

Que Dieu vous bénisse !

En fait la deuxième est Felicity, viens ici. Felicity, assied-toi. Je dois te dire une chose. Tu es venue ici dans Sahaja Yoga pour accomplir une ascension. Tu sais que tu as des tas de problèmes. Tu n’es pas venue ici pour occuper aucune position, sache cela. Si tu veux obtenir un poste, pourquoi ne vas-tu pas dans la politique et tu nous épargnes ? Tu deviens ministre, premier ministre, tu fais ce que tu veux. Pourquoi veux-tu commencer un autre centre ?

(La réponse est inaudible.)

Qui est Danny ? Est-il ton leader ? Qui est ton leader ? Alors pourquoi écoutes-tu Danny ? Danny fera ça. Il est revenu, il te dira ça, il essaiera de casser votre organisation. Vas-tu l’écouter ? Il fera comme cela. Tu aurais dû lui dire de toutes les façons que tu ferais mieux de parler à Lori. En fait n’écoute pas Danny. Il a déjà perdu la tête. De fait il a fait une chose horrible que tu ne peux pas imaginer. Je veux dire que, si Je te le dis, tu seras choquée. Il a fait un contrat. Il a passé un acte pour le soi-disant enregistrement de Vishwa Nirmala Dharma.

(Shri Mataji demande à un Yogi) Celui-là ou l’autre aussi, du Life Eternal Trust ?

Yogi : (Inaudible.)

Shri Mataji : Tu peux dire le Life Eternal Trust. Et ce qu’il a fait, c’est que, lorsque Je meurs, il en devient la tête. Il se retrouve à la tête du monde entier, Mr. Danny ! Cela, c’est sa grande épouse qui l’a accompli. Et quand lui (Mère montre du doigt un Yogi assis là) a découvert ça, il M’a dit : « Mère, que faites-Vous ? » Je lui ai fait confiance, c’est un homme si bien ! Je ne sais pas comment il est tombé dans ce piège d’obtenir une sorte de pouvoir. Pouvez-vous faire cela ? Vous ne le pouvez pas.

Commençons. (Mère sourit, lève Ses pouces et donne un bandhan. Les Yogis chantent « Shri Mataji Nirmala Devi ki Jai. »)

(Conversations en Hindi.)

Tu ne dois pas arrêter de supporter Lori. Je dois avoir d’elle un bon rapport sur toi. Tu sais que tu as eu de terribles problèmes, tu sais ça. Je dois recevoir un très bon rapport d’elle. Et tu dois respecter tes leaders. Ne les traite pas en égaux. Aucun d’entre vous ne va traiter vos leaders en égaux. Vous devez les respecter et vous devez les écouter. Si quelque chose ne va pas avec eux, Je les démettrai. Ne commencez pas avec un comportement arbitraire. Cela va jusqu’à cette limite de ce que Danny a fait. Voulez-vous devenir comme ça ? Alors ne commencez avec aucune attitude arbitraire.

Et si vous voulez Me rendre malheureuse, Je n’ai rien à dire sauf que J’ai essayé de vous rendre heureux de tellement de manières et avec tellement de méthodes. Mais si vous voulez Me rendre mécontente tout le temps, que puis-Je faire ? Je dois être insatisfaite.

Tu ne veux pas Me mécontenter, n’est-ce pas, Felicity ? Très bien, alors vas-y et ne fais plus toutes ces choses. Cela Me choque. Je ne peux juste pas comprendre. Tu as été avec Moi depuis de si nombreuses années et cette chose ! Je t’ai tellement aimée, Je ne peux juste pas comprendre. Pourquoi veux-tu Me choquer ? Très bien, lève-toi maintenant.

En fait on devrait parler de quelque chose de beau. Mais c’est fait. C’est fait, terminé ! Vous voyez, parfois l’océan du pardon est si rempli qu’une partie, comme ce que vous appelez tushar en Marathi – Je ne connais pas le terme en anglais – quelques gouttes en sont projetées sur le rivage.

Essayez de vous aimer l’un l’autre, de vous être utile l’un à l’autre, de vous réjouir des autres : c’est pour cela que vous êtes ici. Tenez-vous en à votre âge, gardez vos niveaux, tenez-vous en à votre croissance, et aussi vous devez comprendre que, si vous respectez les gens, ils vous respecteront également.

Ceci n’est pas la manière dont on devrait se comporter en Sahaja Yoga. J’essaie de construire un nouveau monde. Vous accomplissez le travail de Dieu. Essayez juste de découvrir si vous avez une compréhension suffisante de la tâche que vous entreprenez. Un comportement arbitraire est absolument un cancer pour Sahaja Yoga. Quiconque agit ainsi, vous le faites remarquer aux autres : « Ceci est arbitraire. »

Ceci a déjà été aussi très souvent fait auparavant. Vous êtes au courant de l’argent collecté arbitrairement par Patrick. De terribles choses se sont passées et tous l’ont supporté, même Steve et chacun, et les gens lui envoyaient de l’argent sans Me le demander. Ceci est très triste. Vous êtes tous des Sahaja Yogis d’un tel niveau et vous devez arriver à ce niveau-là et voir que vous êtes les gens qui vont changer le monde entier. Vous en êtes le fondement. Il ne devrait pas y avoir là de comportement arbitraire mais une compréhension car vous devez tant recevoir. Jusqu’à ce que vous soyez respectueux, vous ne pourrez rien recevoir. Quoi que vous ayez à faire, veuillez en poser la question à vos leaders. Ne faites rien d’arbitraire. Le leader peut bien être plus jeune que vous, ou plus âgé peut-être, en fait il a été nommé. Vous êtes un ancien Sahaja Yogi, cela n’a pas d’importance ! Je sais qui Je dois nommer. Là J’ai nommé cette personne.

Très bien. J’espère que vous Me procurerez de la joie et du bonheur comme J’ai toujours essayé de vous en procurer.

Que Dieu vous bénisse !

!

Maintenant les dames sont arrivées et elles désirent donner des bracelets aux dames. Elles les ont apportés pour vous. La raison en est que demain est un grand jour, ce que nous appelons le Sankrant. C’est le jour où le soleil change de méridien. Il bouge du sud vers le nord, en direction du [Tropique du] Cancer. Il bouge vers le Cancer, vous voyez. Et c’est ainsi que demain est un très grand jour pour nous, le quatorzième. C’est le jour dont on dit qu’en ce jour plein de choses arrivent. Donc San-Krant ; ‘Krant’ veut dire ‘révolution’ et ‘San’ signifie ‘saint’. C’est donc le jour de la sainte révolution. Par chance nous sommes ici, nous aurons un beau puja, un puja international aussi, tout sera très bien fait demain.

Et une chose que nous avons aujourd’hui, ce sont ces dames qui sont venues pour vous donner des bracelets, à toutes les dames. Elles en ont de toutes les dimensions. Elles Me les avaient montrés en demandant quelles sont les dimensions qu’elles devraient prendre. Je leur ai dit que certains devraient être de la taille maximum. (Rires.) Et elles les ont apportés. Donc autant que vous pouvez en avoir, ayez-les. D’accord ? (Applaudissements.)

(Marathi) Nous n’en offrons pas aux hommes car c’est insultant. Quand les hommes ne vont pas se battre ou qu’ils se comportent avec lâcheté, alors les femmes leur offrent des bracelets pour dire : « Tu ferais mieux de les porter, reste à la maison et j’irai à la guerre. » Il y a un proverbe : « Bangadya bhara », ce qui veut dire pour les hommes, si vous dites cela, ça signifie : « En fait tu es un lâche. » Ça signifie cela dans toutes les langues.

C’est un sanctuaire ici, il y a tellement d’oiseaux. Avez-vous déjà vu ces oiseaux auparavant ou sont-ils juste arrivés aujourd’hui ? Allez juste les voir. Nous avons tout en quantité, vous voyez. (Marathi)

[Conversations individuelles, distribution de porte-clés achetés par Bridget et distribution des bracelets.]

S.S. Shri Mataji Nirmala Devi