Guru Puja 1986

(Austria)

1986-07-06 Guru Puja Talk: Cosmic Consciousness, Gmunden, Austria, DP, 63' Download subtitles: EN,PT,ZH-HANS,ZH-HANTView subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe

Guru Puja. Gmunden (Austria), 6 July 1986.

English transcript: IBP verified
Traduction: vérifiée. Ver 15/10/2014.

Je suis émerveillée de voir toute cette magnifique expression de votre amour. Tellement d’attention et de créativité ! Je dois être le Guru le plus chanceux pour recevoir la Nature qui est dehors, aussi merveilleusement reproduite ici. Après avoir vu cela, aucun Guru ne peut échapper au sentiment que son cœur ne fonde complètement.

En fait Mes disciples sont des gens très intelligents, ils sont capables de neutraliser n’importe quel guru. Si bien que le bâton du guru, celui qui sert à contrôler le disciple, fond aussi et se transforme en lotus. Chaque fois c’est une surprise si merveilleuse de voir comment les Sahaja Yogis deviennent un avec le Divin. L’expression de leur joie, leur conception du Divin, vous pouvez vous en apercevoir très clairement. C’est ainsi que Je veux vous voir tous assis dans le Royaume de Dieu, comme Je suis assise aujourd’hui.

Nous devons nous rendre compte que nous faisons maintenant partie intégrante de cette Conscience cosmique Elle-même, le Brahma, Celui qui crée, qui coordonne, qui planifie dans les moindres détails. Et Celui qui aime à travers Sa création, à travers Son expression, est cette Conscience cosmique. Non seulement nous sommes en Elle, mais nous pouvons La manœuvrer, La régler, L’utiliser, La faire travailler pour nous. Quand on est dans cet état, on est le Guru. Guru signifie quelque chose qui dépasse la force de gravité de la terre, qui est plus fort que cette force de gravité. Qu’est-ce que la force de gravité de la terre? D’un point de vue superficiel, quand on y pense, on comprend que c’est ce qui agit sur notre corps pour nous maintenir au sol. Il y a aussi le poids d’une épaisse atmosphère sur notre tête, comme de plusieurs éléphants empilés sur notre crâne. Et en plus, la Terre Mère exerce la gravité qui nous tire vers Elle. C’est ainsi que nous comprenons la gravité au niveau physique. Et c’est aussi sur un plan grossier que nous comprenons quelquefois le principe du Guru.
De ce point de vue grossier, nous pensons qu’un bon Guru est quelqu’un qui vous attire simplement à lui – une attraction corporelle ou il peut s’agir d’autres attractions grossières. C’est pourquoi les gens suivent toujours des gurus faux et superficiels.

Mais celui qui dépasse la gravité de la Terre Mère, qui est au-delà du grossier, du subtil, du plus subtil, du très subtil et de tout ce qu’il y a de plus subtil, qui est au-delà de toutes ces attractions, c’est celui-là le Guru.
Ainsi, très grossièrement, on voit les gens normaux attirés par d’autres au travers de l’élément corporel, la gravité agissant au travers du corps : on apprécie beaucoup un guru qui ressemble à une star du cinéma. On ne sait pas voir la totalité de la beauté mais seulement l’un de ses aspects. Jadis les gurus qui sont venus comme faux gurus avaient même pour coutume, en Inde, de se peindre le visage, ou bien ils allaient chez des maquilleurs spécialisés et ils en sortaient, les cheveux comme ceux des « jatas » de Shankara, les yeux noirs de Khôl jusqu’ici et tout le corps enduit d’une poudre bizarre. Ou bien ils portaient un « kashaya », un drap couleur safran teint sans safran qui vous coûte deux roupies ! Et cela attirait les gens. Et pour en rajouter à l’attraction de la gravité superficielle, ils avaient un éléphant, s’asseyaient dessus et déambulaient dans les rues ! Et les gens s’inclinaient devant eux et leur donnaient tout ce qu’ils voulaient.

Ce n’est pas cela qui peut élever les gens. Une attraction corporelle peut vous asservir, ne peut pas vous donner la liberté. Elle créera en vous des habitudes comme vos asservissements corporels, et vous asservira également à votre guru s’il sait comment entretenir son attirance par divers moyens.

Toute la compréhension de la Conscience cosmique peut tenir dans une seule petite phrase : aucune force d’attraction ne peut s’exercer sur Elle, ni celle des étoiles, de la terre, de la lune ou du soleil. Les autres types d’attraction que l’on perçoit de la Terre Mère, ont trait à la nourriture, l’avidité, la convoitise : le pire du matérialisme. Tout cela vient de la matière et, une fois que vous y prenez goût, vous en devenez l’esclave et non le guru. Donc la première tentative serait pour chacun, afin d’être un bon guru, de dépasser cette attraction matérielle. D’une manière plus subtile, voilà ce qu’on peut observer : un monsieur ou une dame achète un ashram pour Sahaja Yoga et les Sahaja Yogis commencent à y vivre. Le propriétaire de cette maison commence à se faire du souci pour la maison et tout ce qui s’y trouve, plutôt que de se soucier de l’émancipation des disciples ou des Sahaja Yogis qui y vivent. Toute l’attention se porte sur l’entretien matériel de la maison au lieu de l’émancipation des Sahaja Yogis qui sont supposés s’élever dans la Conscience cosmique. Et si une telle personne commence à se prendre pour le guru, même si elle est Sahaja Yogi, elle se trompe lourdement. Où est votre attention, voilà l’essentiel. Si vous êtes le Guru, où est votre attention ?

Si votre attention est tournée vers la correction et le soutien de vous-même et des autres, alors vous êtes tout d’abord un Sahaja Yogi. Et une fois que vous grandissez au-delà de la force de gravitation du matérialisme, alors vous pouvez être appelé un Guru. Tout ce qui vit a la capacité de s’élever dans le sens opposé à la gravité, jusqu’à un point limité bien précis : les arbres, par exemple, sortent de la Terre Mère et poussent vers le haut jusqu’à une dimension définie. Chaque arbre, chaque type d’arbre a ses propres limites : un cèdre sera un cèdre, une rose sera une rose. Tout est contrôlé par la force de gravitation. Mais il y a une chose qui s’élève dans le sens contraire et qui n’a pas de limitation : c’est votre Kundalini. La force de gravitation n’a pas de contrôle sur Elle, à moins que vous ne le vouliez. Rien ne peut La contrôler sauf vous-même et votre Soi. Ainsi, dès que vous devenez responsable de votre Kundalini, vous avez fait un pas en avant : vous avez dépassé la force qui est l’énergie de la gravitation.

Puis les cycles des cinq éléments sont liés. Les cinq éléments doivent entrer dans un cycle de telle sorte que rien ne soit gaspillé ou abîmé, que tout soit organisé. Ce cycle n’est rompu que par l’éveil de la Kundalini parce que vous accédez au sommet de ce qu’il y a de plus élevé, c’est-à-dire la Conscience cosmique, que vous savez comment régler vous-même. Cette Conscience cosmique est le Param Tattwa, le Principe de tous les principes, le contrôle de tous les principes. Alors Elle contrôle aussi les principes de ces cinq éléments. Elle contrôle la Mana Shakti. Elle contrôle l’évolution et vous donne le pouvoir de faire évoluer les autres. Ainsi cette grande Brahma Shakti est à vos pieds de lotus.
Les Sahaja Yogis ne doivent pas réaliser le stade qu’ils ont atteint ! La seule différence entre un Adi Guru et un Guru, un Satguru Je dirais, c’est que l’Adi Guru sait qu’Il est le Pouvoir qui contrôle.
Il sait qu’Il est en union absolue avec le Brahma Tattwa, avec le Cosmique. L’autorité avec laquelle Il parle, la confiance totale avec laquelle Il dit les choses : dans Son esprit, il n’y a pas de doute. Dans n’importe lequel de Ses enseignements, Il dira : « En vérité Je vous affirme avec assurance que Je suis avec le Brahma Tattwa, que Je suis le Brahma et que Je contrôle tout ce Tattwa », et cela fait de Lui un prophète car quoi qu’Il dise, quoi qu’Il prophétise, est la Vérité. Quoi qu’Il dise du passé est la Vérité et Il le sait. Il n’a pas de doute. L’autorité avec laquelle Moïse a parlé, l’autorité avec laquelle Socrate a parlé, l’autorité avec laquelle Lao Tseu a parlé, tous ces grands Adi Gurus, d’Adinath à Sainath, ne disaient pas : « Si vous faites comme ceci, ça sera bien, ou si vous faites comme ça, ça serait bien. » Non : « Voilà ce que vous avez à faire. Faites-le! » Et c’est comme ça que ça se passe.

Mais dans les temps modernes, de tels Gurus ne réussiraient pas. Voilà pourquoi c’était à la Mère de venir, d’abord pour vous donner la Réalisation. Car ces Gurus ne se rendaient pas du tout compte que leurs disciples ne les comprenaient pas. Ce qu’ils faisaient, c’était sous l’effet de la crainte. Mais dans la crainte, il n’y a pas de compréhension. Ou même si c’était le cas avec les premiers [disciples des] Gurus, cela changeait dès la génération suivante. Alors ils plaçaient les Gurus en façade et gouvernaient tout l’édifice comme si c’était le leur, créant toutes sortes de problèmes, étouffant l’universalité et la collectivité, parce que Brahma Tattwa est le pouvoir de la collectivité et Il existe en toute chose : dans l’atome, dans la molécule, dans le cœur humain. Partout c’est reflété selon le miroir réflecteur et c’est Lui qui contrôle. Cette compréhension-là, ils l’avaient. Mais ils n’avaient peut-être pas la compréhension humaine : si aujourd’hui on vous dit quelque chose, il se peut que vous écoutiez, mais demain vous aurez oublié. Voilà pourquoi il était nécessaire que vous receviez tous votre Réalisation.

Sinon, sans la Réalisation, à quoi cela sert-il ? A quoi bon parler de couleurs à des aveugles ? Ainsi il faut donner aux gens leur Réalisation. Mais on ne devrait pas le faire si on manque de confiance : quand un Guru ne sent pas bien les vibrations, il perd confiance en son pouvoir de donner la Réalisation. Mais même s’il les sent bien, il n’aura pas l’autorité pour dire les choses. Autorité ne signifie en aucun cas agressivité. L’autorité, c’est ce que vous avez en vous, et c’est donc ce que vous exprimez. Par exemple, cette lumière qui brille maintenant sur Mon visage, elle brille, elle n’agresse pas. Parce que sa qualité est de briller, alors elle brille. De la même manière un Guru brille devant les disciples. Ce mot ‘briller’ est très facile à comprendre : quand vous avez quelque chose de sale, ça ne brille pas. Même l’or qui brille toujours, qui ne peut être terni, si vous le couvrez de boue, il ne brillera pas. Alors il faut le laver, le nettoyer et bien le frotter pour qu’il brille. Mais dans le Guru Tattwa, c’est à la base qu’il faut commencer. Avant que l’or n’ait atteint son état d’or, il était mêlé à des tas d’autres choses et il a fallu le chauffer, le fondre, le tamiser et lui faire subir tant de processus pour en faire de l’or. De même, lorsque vous devenez des Sahaja Yogis, vous êtes devenus de l’or.

Le second travail maintenant, c’est que cet or reste brillant, et le troisième serait de recevoir une place dans la couronne de votre Mère, de telle sorte que vous ne ternissiez jamais. C’est par ces trois étapes qu’il vous faut passer. Tout d’abord, pour vous juger vous-même être un Guru, il faut que vous ayez votre propre gravité qui ne soit pas asservie par la force de gravité de la Terre Mère. C’est le minimum du minimum. Vous n’allez pas pour autant arborer le « kashaya », ce vêtement qui laisse à penser que vous êtes un Sannyasi. C’est intérieurement que vous devez être un Sannyasi. Un tel Sannyasi peut bien avoir un bon compte en banque mais il n’en voudra rien savoir, cela lui sera égal et il sera prêt à s »en défaire n’importe quand. Un Sannyasi doit avoir dépassé la convoitise et ne devrait même pas savoir ce que c’est, ce qu’est cette attraction de convoitise ! Cela il peut y parvenir grâce à sa Kundalini et à son Mooladhara. En effet vous avez maintenant la capacité de dépasser la force de gravitation, vous avez maintenant le pouvoir de vous élever au-dessus de cette histoire de convoitise qui démolit complètement votre attention.

Mais dans Sahaja Yoga, nous avons de tout. Comme dans les rues indiennes, on trouve les voitures les plus modernes, des Rolls Royce, des Mercédès, et en même temps des chars à bœufs, et des tas de vaches et de buffles, on y trouve de tout. C’est pareil, Je pense, dans Sahaja Yoga : on en voit de toutes sortes. Certains sont très grands et essaient d’atteindre l’état où ils ne terniront plus, ils y mettent toute leur attention, ils y travaillent. Mais d’autres sont complètement inutiles, ils s’accrochent seulement à Sahaja Yoga pour l’utiliser pour leur propre popularité, peut-être pour leur propres avantages, Je ne sais pas. J’ai vu des gens donner des conférences au nom de Sahaja Yoga alors qu’ils ont de gros blocages ! Vous avez cette gravité qui agit en vous, souvenez-vous en, la gravité de la Terre Mère, une sorte de gravité qui devrait être localisée. Mais certains ne sont rien d’autre que des vers, incapables de s’élever, et ceux qui viennent du dehors ne voient que ces vers et essaient de dire que Sahaja Yoga ne vaut rien.

Votre Kundalini a le pouvoir, Elle a tous les pouvoirs pour faire de vous le sommet des sommets. Un brin d’herbe peut devenir un cèdre ! Il n’y a pas de limite à cela mais vous devez avoir confiance en vous-même et en Sahaja Yoga. Si vous n’avez pas confiance en vous-même ou dans Sahaja Yoga, rien ne peut marcher. Et la qualité la plus élevée, c’est la sincérité que personne ne peut vous insuffler. Il y a tant de descriptions d’un Guru, du comportement adéquat d’un Satguru. Pas en Occident, Je n’en ai pas vues parce que Je pense qu’ils n’ont jamais cru aux gurus. Mais ils ont des tas de gurus, comme ce pape qui est l’un de ces horribles faux gurus en place ici. Nous en avons un autre : l’Archevêque de Canterburry, en place là-bas. Tous des faux gurus, qui ne connaissent rien à la Kundalini, ne savent rien de Brahma. Tout ce qu’ils cherchent, c’est à dénoncer les idéaux indiens, non pas parce qu’ils sont indiens mais parce que, si Sahaja Yoga s’établit, ils perdront tous leurs revenus ! D’où tireront-ils leur argent et leurs couronnes ? Alors ils prétendent qu’ils sont la solution mais n’arrivent à aucun résultat, ternissent le nom du Christ en prêchant toutes sortes d’absurdités contre Lui, stupidement, sans connaissance aucune du Divin.

Et dans l’Islam aussi, il y a des tas de gens horribles, qui vont à l’encontre de Mahomet en faisant toutes sortes de choses mauvaises en se réclamant de Mahomet ! Chacun peut le comprendre : c’est comme un voleur qui doit devenir imposteur pour se faire passer pour un roi, pour bien montrer qu’il n’est pas voleur et poursuivre ses larcins. C’est ainsi qu’ils sont tous! Venant tout droit de l’Inde, nous avons des brahmines de la même espèce. Ce clergé doit disparaître. Où qu’il y ait un prêtre, sachez qu’il y a la mafia, une mafia sophistiquée. Aucun Guru Sahaja Yogi ne prendra d’argent, ni ne laissera personne s’incliner devant lui, ni n’acceptera une attention particulière. Dans ce sens, il y a eu un ashram où le guru et la « guruvi » ont pris de l’importance, et la guruvi se faisait servir le thé au lit, sur une table adéquate, et elle se prenait pour une « mini Mataji » ou plutôt pour une Mataji plus grande que Moi, car Je ne demande pas tout ce qu’elle exigeait! Je n’exige jamais rien, quoi que vous fassiez est somptueux pour Moi ! Et c’est ainsi qu’ils se sont pris pour de grands gurus, en réclamant un privilège par çi et un privilège par là…

Le Guru, c’est celui qui doit souffrir le plus : c’est ainsi qu’il peut commander. Il doit être le modèle d’austérité et de détachement, c’est ainsi qu’il sera respecté. Dans Sahaja Yoga, personne ne va éprouver de respect pour un guru qui s’est fait de l’argent aux dépens des Sahaja Yogis. Mais le fait même que les Sahaja Yogis portent leur attention sur l’argent, laisse entendre qu’ils ne sont pas des Sahaja Yogis. Par exemple, vous avez voulu collecter de l’argent. Je veux dire que Je n’ai jamais demandé une maison ni quoi que ce soit ! Cette idée de M’offrir une maison vient de certains Sahaja Yogis. Qui peut M’héberger ? Pensez-y donc ! Est-ce possible ? Est-il possible de M’héberger ? Ce n’est pas possible ! Mais avec cet objectif, avec Mon nom, nous avons pu réaliser quelque chose dans le cœur même de l’univers où presque tout le monde vient dormir. Il nous fallait agir là de façon dynamique. Mais J’ai entendu qu’il y avait des gens qui commençaient à discuter là-dessus. C’est à nouveau le signe qu’ils n’ont pas compris ! Si Mère a accepté, c’est qu’Elle avait bien une raison!

Ainsi le pouvoir de comprendre ne vient que lorsque vous devenez le pouvoir de la Conscience cosmique car Elle comprend la moindre chose. Assis ici, vous pouvez tout comprendre, vous n’avez pas besoin d’aller sur place, [vous comprendrez] tout. Et parce que votre Mère est Mahamaya, on ne le verra peut-être pas mais ce sera révélé un jour. Alors acceptez donc de dépendre de cet aspect de Sahaja Yoga, à savoir qu’il s’agit du travail de Mahamaya. Donc nous ne devrions pas en être inquiétés ou affectés, ça se verra. Alors vous êtes doublement bénis : d’abord vous avez votre Réalisation dont il est dit que c’est la chose la plus difficile de toutes à obtenir, vous avez dépassé la force de gravité et, en second lieu, votre Mère est la Mère de tous les Adi Gurus. C’est Elle qui a enseigné tous les Adi Gurus, c’est Elle qui a créé les Adi Gurus et Elle fera de vous les Adi Gurus. Mais vous devez avoir la qualité de l’or. Le Guru lui-même doit accepter tous les défis, il doit accepter de tout traverser, de tout mener à bien, de se nettoyer, de voir par lui-même où il en est. Il n’a juste pas à dépendre des certificats délivrés par quelques uns. Ce n’est pas artificiel, ce n’est pas faux, c’est la Réalité. Et quand vous venez à la Réalité, vous devez savoir que ‘vous’ devez être satisfait de vous-même. Alors la confiance vient. C’est ainsi que l’autorité prend place en vous, que vous êtes sûr de vous, que tout ce que vous faites est la Réalité, la Réalité et rien d’autre.

Et ce pouvoir est à l’intérieur de vous. La Kundalini est à l’intérieur de vous, Elle est votre propre Mère. Vous avez gaspillé toute votre vie à toutes sortes de choses, les gens ont pratiqué beaucoup d’austérités, et se sont laissés abîmer et détruire par de grandes tentatives d’anti culture. Qu’est-ce qu’on y a gagné? Et puis on a commencé autre chose. On se lance maintenant dans un autre mouvement et demain dans autre chose encore. Mais le plus surprenant, c’est le sérieux avec lequel on accomplit toutes ces absurdités dans le moindre détail, rien n’y manque, on atteint le summum de la stupidité en toute sincérité ! Voilà ce qui Me surprend le plus. Et alors, avec quelle confiance ! Si vous demandez : « Pourquoi avez vous fait ça ? » Il va répondre : « Et alors, qu’est-ce qu’il y a de mal à ça? » On est ahuri! On devrait inventer un autre mot que prétentieux pour ce genre de comportement : vous vous tranchez le nez et lorsque le docteur vous demande pourquoi, vous dites : « Et alors, qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? Je l’ai fait et bien fait ! Mieux que vous ! » Telle est la nature humaine, si stupide.
Mais quand il s’agit de la Réalité, où en êtes-vous ? Nous travaillons à notre anéantissement de façon dévastatrice. Notre construction et notre ascension, y travaillons-nous avec autant d’assiduité, avec cette prudence, ce soin, cette compréhension détaillée ? Et le meilleur c’est que, lorsque vous agissez ainsi, vous devenez joyeux, vous êtes récompensés immédiatement ! Par exemple, pour préparer tout ceci, vous avez tous dû être heureux, il n’y a pas de doute ! Quoi que vous fassiez au nom de Dieu est aussitôt récompensé de la manière la plus subtile de toutes : la joie ; et de la manière la plus matérielle sous forme de toutes sortes de choses. Alors pourquoi ne pas le faire avec pleine compréhension, méticuleusement, avec soin ? Pourquoi pas, avec une attention et une concentration totale ? Car la récompense est la joie. A la fin, ce que nous recherchons n’est rien d’autre que la joie.

Nous comprenons cela rationnellement mais pas du fond du cœur, cela n’entre pas très facilement dans le cœur. Les gens Me demandent : « Mère, ouvrez-moi le cœur ! » Comment dois-Je faire ? Dites-le Moi donc ! Il faut se faire faire une opération à cœur ouvert, Je crois, de la façon dont vont les choses ! Pour vous ouvrir le cœur, le Guru doit être généreux. Tout le contraire de ce que les autres faux gurus ont fait. Qu’avez-vous donné ? Par exemple, vous avez des gens chez vous et vous êtes le Guru : qu’est-ce que vous leur avez donné ? Voyons, au niveau matériel.
Alors, au niveau physique, leur avez-vous jamais massé la tête ? Moi, J’ai massé la tête de tant de gens ! Au moins de la moitié d’entre vous ! Si vous êtes le Guru, avez-vous pris soin du confort physique de cette personne ? Et puis, lui avez-vous procuré de la confiance émotionnelle ? Si vous êtes toujours en train de crier : « Pourquoi l’as-tu mis là? Pourquoi ne pas l’avoir mis ici ? » Le contraire existe aussi avec les êtres humains : si vous essayez d’être gentil, la personne devient égoïste. C’est dangereux, vous savez. Vous êtes gentil avec quelqu’un, vous êtes aimable, vous lui donnez de l’argent ou quelque chose, et ensuite ils disent : « Venez voir cette personne ! » Parfois J’en suis surprise. Comment cela se peut-il? Pourtant ça arrive. Je veux dire que Moi-même, J’ai été victime de ce genre de stupidité, que les gens ont dû Me dire : « Mère, Vous avez gâté cette personne. » Mais Je ne sais justement pas comment Je puis gâter quelqu’un !
Pourquoi cela se produit-il? Parce que les êtres humains ont une autre grande qualité, c’est qu’ils n’arrivent pas à comprendre que quiconque prenne soin d’eux, car eux-mêmes ne peuvent prendre soin de personne. Dès qu’on s’occupe d’eux, ils deviennent égoïstes.

J’ai connu des Indiens qui sont allés à l’étranger et ils ont été reçus comme des Adi Gurus. Mais ils peuvent être pire que vous ! Et ils le sont, sans aucun doute. Et alors on commence à les encenser en tant qu’Indiens jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que ce sont des ânes importés d’Inde qui passent leur temps à vous envoyer des coups de sabots. On n’y retrouve pas l’image de cette bonté indienne ! Et de ce fait le Guru se trouve dans une situation impossible à régler avec ses disciples. Mais il y a une solution : abandonnez cela à votre Mère et Je les corrigerai. Tous les problèmes de cette espèce, vous pouvez Me les laisser. Quand les gens essaient de profiter de vous ou de se cantonner dans leur égo, dites-leur : « Maintenant je vais tout remettre à Mère, je ne vais plus m’occuper de toi. » Ca va les remettre sur le droit chemin. Ils ne savent pas que cette Conscience cosmique est aussi très malicieuse, Elle a plus d’un tour dans Son sac et Elle peut jouer aux gens de tels tours qu’ils en restent pantois. Alors tous ces problèmes, si vous n’arrivez pas à les régler, vous pouvez Me les laisser. Et d’une autre façon vous pouvez vous adresser à leur Kundalini et leur dire qu’ils sont bloqués ici ou bloqués là. C’est votre devoir de leur dire : « Tu as un blocage au niveau de l’ego, tu ferais mieux de le corriger. »

Maintenant, vous êtes tous capables de devenir des Gurus. Chacun d’entre vous peut devenir un Guru et développer cette grande capacité d’être un avec cette Conscience cosmique, complètement dégagé de l’emprise de la gravité de la terre, du matérialisme. A moins de n’avoir atteint cela, vous n’avez en aucun cas le droit de dire à qui que ce soit ce qu’il a à faire. D’abord cela devrait faire l’objet de votre pratique et de vos préceptes dans votre propre vie, par votre propre exemple. Et ensuite votre exemple suffira pour convaincre les autres. Aujourd’hui, au travers de cette compréhension que vous devez vous élever au-dessus de la force gravitationnelle du matérialisme qu’est cette religion d’aujourd’hui qui fleurit partout sous n’importe quel nom – que ce soit le communisme ou le capitalisme ou la démocratie ou la démonocratie, qu’il s’agisse du Christianisme, de l’Hindouisme, de l’Islam ou de n’importe quelle autre sottise – tout cela n’est rien d’autre que du matérialisme dans toutes ses formes absurdes. La Kundalini est la seule chose qui puisse vous élever, comme la tige du lotus, hors de cette boue du matérialisme.

Et c’est ce qu’on doit atteindre, particulièrement en Occident. Il se cache sous des formes de plus en plus subtiles, alors soyez vigilants. Et en dernier ressort, il s’exprime sous la forme de l’égo. Tous les matérialistes sont égoïstes, racistes, ce sont des voleurs et des pillards. Ils s’installent dans d’autres pays, comme l’Afrique du Sud, qu’ils colonisent d’une belle façon, des voleurs et des pillards qui exploitent les richesses des autres. Tout cela peut prendre des allures très raffinées, très enjolivées. Il nous faut combattre tout cela, mais pour y parvenir, il faut en sortir complètement; sinon, si nous y sommes encore impliqués, nous ne parviendrons pas à le combattre. Aussi devrions-nous tous essayer d’en sortir complètement. Cela ne veut pas dire qu’il faut que vous quittiez vos vêtements et dire : « Nous avons renoncé à tout. » C’est un autre style qui a débuté maintenant, cela signifie que vous respectez tout ce qui est beau, tout ce qui est bon, mais rien ne vous domine, rien n’a d’emprise sur vous : « Si je veux, je peux porter une chaîne en or ou rien du tout, cela ne me soucie pas, ça m’est égal. » C’est cette attitude qui devrait exister : « Si je l’ai ou si je dois le faire, je le ferai. Rien ne peut me dominer, rien ne peut me donner un statut. Je me tiens sur mon propre statut et dans ma propre position et sous ma propre autorité, parce que je suis cette pure conscience. Rien ne peut m’abîmer, rien ne peut me faire descendre, rien ne peut me faire courber la tête et je ne peux non plus dominer personne. » C’est ainsi que nous deviendrons de grands Gurus. Imaginez ! Il y a 620 personnes ici et un seul Guru suffit à changer le monde entier. Avec 620 Gurus, Dieu a sauvé le monde, maintenant ! (Applaudissements.)

Il y a une très belle parole de Adi Shankaracharya : « Tad Nishkala », au sujet du Brahma Tattwa : « Je suis ce Brahma. » C’est dans ce livre. Vous l’avez ? Faites-Moi voir. Voilà la meilleure façon de comprendre ce que vous êtes. Apportez-le juste. C’est très connu. Vous avez le livre? C’est celui-ci. Il s’agit de celui-ci. Lisez-le simplement en anglais. Lorsque vous atteignez le Nirvana, que vous arrive-t-il ? C’est ce que dit le poème.

Un sahaja yogi récite :

« Je ne suis ni le mental, ni l’intellect, ni l’ego, ni chitta [l’attention]. Je ne suis ni l’ouïe ni le goût ni l’odorat ni la vue. Je ne suis ni l’éther, ni l’air, ni le feu, ni l’eau, ni la terre. Je suis Intelligence et Félicité pures [éternelles]. Je suis Shiva, Je suis Shiva.

Je ne suis pas le prana [le souffle vital], ni les cinq vents, ni les sept éléments du corps, ni ses cinq enveloppes. Je ne suis ni les mains, ni les pieds, ni la langue, ni les autres organes de l’action. Je suis Intelligence et Félicité pures, Je suis Shiva, Je suis Shiva.

Je n’ai ni peur, ni avidité, ni illusion. Je n’éprouve aucune aversion ni attirance, ni orgueil, ni envie. Je n’ai pas d’obligations, pas d’intérêts, pas d’affranchissement à souhaiter. Je suis Intelligence et Félicité pures, Je suis Shiva, Je suis Shiva.

Pour Moi n’existent ni les bonnes actions, ni les souillures, ni le plaisir, ni la souffrance. Point non plus n’existent les incantations rituelles, les lieux saints, les Vedas ou l’acte sacrificiel. Je ne suis ni la jouissance, ni ce dont on peut jouir, ni non plus l’agent de la jouissance. Je suis Intelligence et Félicité pures, Je suis Shiva, Je suis Shiva.

Je ne connais ni la mort, ni le doute, ni les distinctions de caste. Point de père ni de mère. Je n’ai jamais pris naissance. Je n’ai aucun ami, aucun parent, point de maître, point de disciple. Je suis Intelligence et Félicité pures, Je suis Shiva, Je suis Shiva.

Je suis sans déterminant, sans forme. Je suis l’Omni Pénétrant et J’existe partout. Et cependant Je suis au-delà des sens. Je ne connais ni l’affranchissement, ni la servitude. Je suis Intelligence et Félicité pures, Je suis Shiva, Je suis Shiva. »

Shri Mataji : Voilà ce que vous êtes : Intelligence et Félicité éternelle, la conscience, la pure Conscience. Chacun de vous devrait le connaître par cœur et on devrait le dire dans tous les ashrams. Voilà un très bon moyen de vous souvenir de ce que vous êtes.

Que Dieu vous bénisse !

(Les Sahaja Yogis chantent : Satchitananda Rupam Shivoham Shivoham.)
Maintenant tous les leaders doivent venir sur la scène aujourd’hui pour aider avec le puja. Hier Je ne pouvais pas prendre le nom de tous les leaders qui étaient très bien, qui sont venus très récemment et font bien le travail comme, des personnes comme Xavier Je dirais. Il a été nommé il y a seulement quelques mois à Milan et il fait un si bon travail. Et il y a d’autres personnes à Venise. Et aussi nous voyons que récemment certains leaders ont été nommés à Mulhouse et à Montpellier. Ils font un très bon travail, J’obtiens de très bons rapports de cet endroit. Je suis stupéfiée par la si bonne montée des nouveaux centres. Même en Australie il y a beaucoup de nouveaux centres qui sont apparus et qui font un tel bon travail.
En Angleterre il y a tant de nouveaux centres qui ont commencé et nous faisons du bon travail. Certaines personnes âgées partent mais les nouvelles personnes qui se présentent sont très bien. Nous trouvons cela partout, ce genre de chose arrive maintenant. Une nouvelle direction dynamique vient des gens et Je suis stupéfiée de voir comment ils se sont joints très récemment, comme les leaders d’endroits plus petits, et font un si bon travail dans chaque pays. Les nommer tous ne peut pas être possible mais J’estime que tant d’entre eux ont vraiment fait un si bon travail que seul le Divin peut l’expliquer. Ce sont les grandes bénédictions du Divin que nous ayons eu tous les gens appropriés. Sahaja Yoga progresse certainement. Il ne devrait pas progresser plus rapidement que le Divin ne veuille que cela progresse, et donc nous devrions accepter cette vitesse. Mais tout de même, nous devrions essayer de nous améliorer parce que c’est notre travail d’essayer d’être au point autant que possible et d’aller aussi loin que nous le pouvons

Que Dieu vous bénisse !

Ceux qui travaillent dans des endroits plus petits en tant que leaders, Je reçois le rapport de chacun d’eux et Je les comprends et J’ai de la compassion pour eux tous. Mais certains endroits où il y a des ashrams plus petits, des problèmes surgissent et Je suis étonnée de ce que ces problèmes soient toujours là. Donc chacun doit essayer de se corriger et devrait devenir un exemple de compassion, d’amour et de compréhension.
Et j’espère que Je n’aurai plus aucun rapport, au moins sur les leaders ou leurs épouses, particulièrement les épouses. Les femmes sont un grand problème. Je regrette de ne pas avoir pu parler des femmes, peut-être ce soir je pourrais parler des épouses des leaders. J’ai parlé d’elles tout le temps. Ainsi les femmes ont une responsabilité plus grande parce qu’elles sont la source de compassion et pas de discipline. Elles sont la source de joie et pas de contrôle. Elles sont la source du fait d’être maternelles et pas le fait d’être des gourous. Donc elles doivent avoir des personnalités très différentes. Au lieu de cela elles pensent : « Nous sommes les femmes du gourou, donc nous pouvons faire ce que nous voulons. Nous pouvons dominer les gens et crier sur les gens, et nous pouvons arranger tout nous-mêmes. » Non, elles doivent être complètement concentrées sur le fond. Et pour cela, Je peux mentionner que tant d’entre elles sont de très bonnes épouses qui ont montré une très grande compréhension de leur rôle en tant que Sahaja Yoginis.

Ainsi Je vous demanderais de ne pas devenir des gourous vous-même mais de devenir des guruvis. Et les guruvis sont celles qui s’occupent de l’autre côté du gourou qui peut être négligé à cause de sa nature de discipline qu’il doit avoir. Et elles sont celles qui sont le facteur de cimentation. Si le gourou est la brique, elles sont le ciment. Mais elles agissent parfois dans le sens opposé. Ainsi Je n’ai pas dit beaucoup sur elles mais J’espère que ce soir Je pourrai dire quelque chose à leur sujet.

Que Dieu vous bénisse !