Discours aux Yogis – Défiez le passé et le futur

Vienna (Austria)


Send Feedback
Share

Discours aux Yogis – Défiez le passé et le futur – Vienne-Autriche – 7 Juillet 1986

[Je les remercie] …à nouveau pour ce qu’ils ont accompli au Guru Puja. La façon dont [l’autel – ?] a été arrangé si magnifiquement et si merveilleusement organisé de sorte que personne n’a ressenti aucune tension quelle qu’elle soit.

Evidemment, dans Sahaja Yoga, il y a toujours des hauts et des bas. Comme vous l’avez vu, nous essayons de faire de notre mieux mais cependant parfois vous ressentez qu’il peut y avoir là certaines erreurs que nous aurions commises. Mais ce n’est pas à vous d’être affectés à ce sujet parce que, une fois que vous avez atteint les rivages de la Joie, alors vous ne devriez abandonner ça pour rien d’autre que ce soit. Car il s’agit de votre propre choix, de voir si vous voulez la Joie ou si vous voulez la tristesse.

En fait, au cours de ce Guru Puja, J’ai ressenti que tous avaient atteint un niveau très élevé d’accomplissement et étaient devenus la Joie Elle-même. Et quel qu’ait été votre passé, quelles que soient les erreurs que vous ayez pu commettre dans le passé durant votre ascension ou quoi qui ait pu vous arriver dans le passé commis par les autres envers vous, tout cela est perdu dans le passé, dans l’océan du passé. (Mère rit.)

(A part.) C’est d’accord, laissez, laissez tomber. Cela va. Je n’en aurai pas besoin, ça va.

Et voyez, quand vous atteignez un certain niveau, alors vous ne devriez permettre à rien du passé de revenir. Je vous suggérerais même de défier le passé.

(Conseil à la traductrice à propos du micro.) Ce sera comme ceci, vous voyez. Le garder ainsi est une bonne habitude. Vous devez juste vous en souvenir. (Mère rit.) En fait, après un certain temps, J’ai aussi appris comment utiliser le micro. (Rires.)

Ces micros sont terribles. Je connais très bien celui-ci. Je veux dire que, même si vous parlez là, J’ai vu qu’ils bougent avec vous, vous savez, comme si… (Mère et les Yogis rient) On finit par en avoir peur. (Rires.) Oui, Je sais, d’accord.

Donc vous devez défier le passé. Maintenant vous devriez vous asseoir ici : « Ah, voyons quel était ce passé. Oh c’était ça, c’était cela, d’accord, voyons cela, ce gâchis, c’est terminé, ce n’est plus bon à rien » – comme cela. Alors vous serez fixé à ce niveau. Mais si cela même vous effraye de regarder le passé : « Oh, mon Dieu » et si vous vous sentez bizarre (rires) – ou si vous devenez fâché avec vous-même ou bien si vous vous sentez bouleversé à ce propos, alors là vous n’avez pas encore atteint ce stade. Donc maintenant vous devez voir que vous en êtes à distance, c’est la raison pour laquelle vous le voyez. Rien ne peut plus vous toucher.

Ainsi le jugement viendra de vous-même sur vous-même : « Suis-je encore impliqué dans ce passé proche, qui s’est passé hier, qui est terminé maintenant ? Suis-je encore maintenant préoccupé à ce sujet ? » Et votre Mère vous testera aussi parfois là-dessus. (Mère rit.) Je peux parfois vous faire vous souvenir de certaines de vos erreurs et alors J’observe ce qui vous arrive. Et alors Je saurai où en sont Mes enfants. (Rires.)

Vous êtes actuellement devenu le fruit qui est mûr. Alors pourquoi devriez-vous vous préoccuper de choses que vous n’êtes plus ? De fait, si vous êtes devenu un oiseau totalement emplumé, pourquoi devriez-vous vous soucier de l’œuf qui sentait si mauvais ? (Rires.)

Donc voici quelle est l’attitude que l’on doit avoir envers soi-même, c’est la confiance en vous-même. Alors c’est ainsi que vous défiez votre passé et maintenant vous pouvez même défier votre futur.

Supposons que nous commencions à penser à ce qui peut nous arriver. (Rires.) Ce qui est une attitude très, très courante en Occident. Oui, parce que si vous dites à quelqu’un : « Veuillez bien aller téléphoner à cette personne », immédiatement celui-ci va vous dire : « Peut-être qu’il n’est pas là. » (Rires.) « Laissez-moi vérifier l’heure. C’est le moment où il doit sortir, donc il doit être parti. » (Rires.) Mais pourquoi ne téléphonez-vous pas ? Et on téléphone et ce gars est là. Ceci est le style occidental des explications futurites à propos de tout.

(A la traductrice) Est-ce difficile ?

Yogini : C’est un mot qui n’existe pas en allemand.

Shri Mataji : Lequel ?

Yogini : ‘Futuristic’.

Shri Mataji : Comment dites-vous ‘le futur’ ?

Yogini : Zukunft.

Shri Mataji : Zukunft. Et alors servez-vous en, c’est tout. (Mère et les Yogis rient.) Vous devez inventer des mots maintenant. Que faire ? (Mère rit.)

C’est donc ainsi quand vous défiez votre futur. J’ai toujours été défiée par ces gens futuristes, tout le temps. Comme vous leur dites : « Je veux faire ceci. » Alors ils diront : « Mais à ce propos, il y a ce problème. » (Rires.) ‘Problème’ : vous voyez, c’est un mot moderne. (Rires.)  Avant nous n’avons jamais connu ce mot pour toutes ces choses, nous l’avions seulement utilisé en géométrie. (Mère et les Yogis rient.) Réellement ! Je vous dis la vérité ! (Mère et les Yogis rient.)

En fait ce terme ‘géométrie’ était utilisé pour prouver quelque chose, vous voyez, qu’il y avait un problème. Donc c’est ainsi que nous en avons fait la preuve, vous voyez. Très bien. Donc alors maintenant vous devriez dire une autre chose : « D’accord, ceci est le problème, donc pouvez-vous essayer cela. » Il dira : « Alors le problème est ceci. » (Rires.) Vous donnez une autre solution, un autre problème surgit. A ce moment, après avoir donné onze solutions, vous êtes épuisé, vous vous asseyez juste et vous ne savez plus quoi dire. (Mère et les Yogis rient.)

En fait votre esprit vous a joué le même tour. Vous voyez, ce genre d’esprit essaye toujours de trouver des problèmes car il ne veut rien résoudre.

Donc, aussitôt que cela commence, qu’il veut dire qu’il souhaite aller quelque part à la gare, immédiatement il dira ce mot : « Il y a un problème, il n’y a pas de voiture. » Cela veut dire qu’il commence à se quereller avec lui-même tout le temps. Son corps se querelle d’un côté, son cœur est d’un autre côté, son mental est d’un autre côté et son foie est sur un autre côté. Donc le résultat c’est qu’à la fin de la journée, vous les retrouvez tous assis : « Haa », (rires) ne faisant rien en fait mais tous épuisés, se battant avec eux-mêmes. Vous voyez dans les films ou autres actuels, ceux qui sont modernes, vous les trouverez tous dans le film qui viennent s’asseoir sur une chaise : « Haa. » (Mère et les Yogis rient.) Mais le souci, c’est qu’avons-nous fait, quel travail avons-nous accompli ? Rien d’autre que penser et imaginer !

De fait vous êtes des Sahaja Yogis. Vous devez vous souvenir que vous possédez tous les pouvoirs de Dieu. Mais la seule chose, c’est que vous devez être avec Lui. Les pouvoirs sont avec vous mais ils ne vont pas vous courir après. (Rires.) Je veux dire que, si vous voulez [rester ?] en dehors, que peuvent faire ces pouvoirs ?

Donc vous possédez les pouvoirs de Dieu.

Je vais vous donner un exemple. J’avais une fois fait faire une rampe d’escalier dans Ma maison, une rampe complète pour la cage d’escalier. Laurent est ici, il vous racontera. Et Je lui ai dit : « Laurent, tu la fixes là et Je vais un peu Me reposer car maintenant tous les Dieux dorment. Donc Je vais Me reposer une demi-heure et tu essayes de la fixer. » Et Je Me suis juste allongée dans le salon où il la fixait, vous voyez. Je Me suis levée après une heure et il était encore assis avec une main comme ceci. (Rires.) Il mesurait cette distance-ci, cette distance-là, revenait à nouveau en arrière et la mesurait avec un très, très petit pied à coulisse, vous voyez. (Rires.) Il avait fait tout cela et était fatigué. (Rires.) J’ai dit : « D’accord, lève juste ceci et fixe-le. » Et il l’a fixé, ça a été fixé en une seconde. (Rires.) Car vous voyez, Je sais que J’ai les pouvoirs de Dieu. Alors, qu’est cela ? Si Je le dis, le bois doit s’allonger ou se rétrécir. Fixe-le juste, c’est tout ! (Rires.)

(Mère explique pour la traductrice:) Ce qu’il faut allonger ou…

Donc c’est ainsi, vous voyez, que nous commençons à penser le futur : « Alors je dois m’imaginer si cela marche ou pas quand ils me fixent dessus. » Qu’y a-t-il là ? Ceci est le travail de Dieu. Fixez-le juste et il sera fixé.

Mais des gens vont continuer à penser : « Comment cela se peut-il, Mère ? » Alors Je vais vous en dire le secret. Vous êtes dans le Brahma Shakti [le Pouvoir de Brahma] et ce Brahma Shakti sont les vibrations que vous ressentez. Elles possèdent tout le pouvoir créatif, tout le pouvoir destructif et tout le pouvoir d’évolution. Nous pouvons dire qu’elles ont tous les pouvoirs. Et c’est comme un grand ordinateur qui utilise tout ce qu’il veut utiliser.

En fait, si vous prenez une molécule de dioxyde de soufre, vous trouverez qu’un atome de soufre possède deux atomes d’oxygène qui vibrent comme cela : tug, tug, tug. Il y en a différents types. Certains types sont isométriques et tout cela. Il y a différents types de vibrations, égales ou inégales. Ces vibrations sont Brahma Shakti et elles existent dans toute matière morte ou vivante. Donc, quand vous regardez cette « fixation », le bois sait que l’ordre est venu et les vibrations dans les molécules agissent.

(Problèmes avec la traductrice.)

C’est très intéressant, tout cela, vous voyez. (Mère et les Yogis rient.)

Donc ce Brahma Shakti est partout. Il pénètre en tout. Et si vous croyez en Dieu, cela agit dans tout. Mais il ne s’agit pas d’une croyance aveugle. En premier, vous devez être un parfait Sahaja Yogi. Ensuite vous devenez un avec ce Brahma Shakti. Vous pouvez tout contrôler et vous ne perdez pas votre énergie à contrôler des choses qui n’ont pas de sens. Vous ne voudrez pas devenir pareil à un jongleur, vous voyez, qui crée une fleur à partir d’une épine ou ce genre de chose. Mais à chaque fois que ce sera nécessaire, cela marchera, cela agira.

Donc vous aurez ces expériences dans la vie, une par une, et vous serez étonné de la manière dont les choses marchent. Et alors vous réaliserez que vous n’êtes pas un Sahaja Yogi ordinaire. Quelle que soit l’erreur que vous ayez faite dans le passé ou quoi que vous eussiez l’habitude de penser du futur, le présent devient Divin. Et ce présent Divin est l’océan de Joie dont vous faites partie. Juste réjouissez-vous en ! Comme Je vous l’ai dit aujourd’hui, alors vous ne penserez plus à qui est celui qui se réjouit et qui est le Créateur, vous devenez juste l’existence, et l’existence est le présent.

C’est ainsi que cela marche ! C’est là où vous perdrez tous les mots, toutes les pensées, tous les sentiments qui sont du genre émotionnel, et vous boirez une confiance absolue et silencieuse comme nectar de la vie.

Que Dieu vous bénisse tous !

Avez-vous des questions à Me poser ?

Posez-Moi des questions. Vous savez que Moi Je n’ai aucune question ici dans Ma tête. Des problèmes ? (Rires.)

Des questions ? Non, vous devez poser des questions à propos des autres, pas à votre sujet : comment traiter avec eux, comment répondre à leurs questions. Vous devez probablement avoir des problèmes en traitant avec d’autres. Je répète que ce n’est pas à votre sujet.

Vous ne pouvez même plus penser ! (Mère rit.)

Yogini : Puis-je poser une question, Shri Mataji ?

Shri Mataji : Oui, oui bien sûr.

Yogini : Hier, juste par hasard, une dame âgée était assise à côté de moi et elle a entamé une très longue conversation avec moi en répétant sans cesse un seul fait qui était assez gênant mais que je devais écouter en vue d’essayer de lui donner une réponse. Et voici le fait dont elle parlait : « Je suis ici, je suis venue ici parce que je suis très intéressée dans ce qui se passe mais je refuse de m’incliner. Ceci est un culte personnel. »

Shri Mataji : Il s’agit d’une dame italienne ?

Yogini : De Rome, oui.

Shri Mataji : Ah ! (Applaudissements.) Je la connais très bien. Cette dame est possédée. Vous savez, elle est venue auprès de Moi et a dit : « Mon mari est un chanteur et je ne me sens pas heureuse avec lui. » Alors Je lui ai indiqué : « D’accord, vous pouvez l’amener à Sahaja Yoga, sinon nous ne pouvons pas y faire grand-chose. » Alors elle a dit : « Je peux l’améliorer avec mon amour. » Mais Je lui ai dit : « Il est possédé et vous, vous êtes aussi possédée par lui. » (Rires.) Elle a dit : « Comment ? » Alors Je lui ai demandé de placer ses mains vers Moi et ses mains ont commencé à trembler. (Mère rit.) Donc J’ai placé une feuille de papier sur ses mains et Je lui ai dit : « Voyez maintenant, que se passe t-il ? » Alors elle a répondu : « Ceci est émotionnel. » J’ai dit : « Pourquoi Mes mains ne tremblent-elles pas, ni les leurs, pourquoi seulement les vôtres sont émotionnelles ? » (Rires.)

Donc ce qui se passe c’est que, lorsqu’une telle personne vous pourrit la vie et pose plein de questions, ce n’est pas nécessaire de la satisfaire. Dites-lui juste : « Vous êtes un bhoot », c’est tout. (Rires et applaudissements.) Oui, c’est ainsi parce que c’est un fait. Et Je lui ai parlé de cette façon.

Et si elle dit : « Comment pouvez-vous dire que je suis un bhoot ? » alors vous lui demandez de venir placer ses mains vers Ma photo, vous élevez sa Kundalini et celle-ci commencera [à monter et descendre]… (Mère rit.) Et alors ils sauront qu’ils en sont un. Donc voilà ce qui s’est passé. Et elle a tout essayé mais elle a échoué parce qu’elle devait s’incliner et – (Mère s’adresse à un Yogi) tu es un grand héros ici – il l’a juste fait se courber – (Mère et les Yogis rient) et ils pouvaient très clairement voir sa Kundalini qui allait juste comme cela (Mère ouvre et ferme Sa main).

Donc il y a seulement deux choses qui ne veulent pas se courber devant Dieu : l’une est le bhoot et l’autre est l’ego. Et ce discours que Je tiens aujourd’hui, vous pouvez l’écouter. Faites-le leur écouter car c’est un discours très court mais très intéressant. Il montre ce que signifie ‘s’en remettre’. ‘S’en remettre’ veut dire ‘[remettre à Dieu] votre ego et votre super ego, vos bhoots’. Et c’est un mal de tête pour Moi. (Mère rit.) Je vous dis que certains d’entre eux, quand ils touchent Mes pieds [usage en Inde], Je ressens réellement comme si des scorpions ou des serpents Me piquent. Parfois Je ressens qu’ils Me brûlent et Je découvre des cloques sur Mes pieds. Donc c’est très gentil de leur part de ne pas vouloir toucher Mes pieds. (Rires.)

Donc c’est ainsi que nous devons avoir confiance en nous, et nous devrions savoir que, si quelqu’un est un tel harceleur, il doit s’agir d’un bhoot. Seuls les bhoots vous harcèlent, ils n’ont aucun respect d’eux-mêmes. Je suggérerais juste que de telles personnes ne devraient pas venir au Puja. Et elle a été la seule à se distinguer comme cela.

Yogis : [Inaudible]

(Mère et les Yogis rient.)

Shri Mataji : Oh Dieu, elle est terrible.

Yogini : [Mon voisin dans la chambre avait un mauvais Agyna ?]

Shri Mataji : Alors c’est mieux de dormir dans le couloir. (Rires.)

Yogini : C’est ce que j’ai fait ! (Rires et applaudissements.)

Shri Mataji : Comment Je le sais ? A l’origine elle vient d’Australie mais maintenant ils travaillent en Sierra Leone qui est un endroit magnifique, vous savez. (Mère rit.) Alors Je lui ai dit qu’elle aurait dû dormir dans le couloir. (Rires.) Et elle a répondu qu’elle l’avait fait. (Rires.)

Ainsi, cela vaut la peine d’en rire. Nous sommes si nombreux à connaître cette blague. (Rires.)

Si quelqu’un est curieux et sensé, et pose une question sur quelque chose : « Qu’est ceci ? Pourquoi vous inclinez-vous devant Elle ? »

Supposons que quelqu’un dise : « Pourquoi vous inclinez-vous devant Elle ? Après tout, Elle est pareille à un être humain. » Supposons cela. Alors vous pouvez dire : « Ce n’est pas parce qu’Elle a été notre Guru mais Elle nous a donné notre Réalisation du Soi. Et également il est dit que seul le Saint Esprit ou l’Adi Shakti peut donner la Réalisation comme ceci, en masse. Ainsi nous avons absolument découvert qu’Elle est le Saint Esprit. C’est cela qui est correct. Donc alors nous avons aussi vu Ses photos, nous avons vu Son œuvre, nous avons vu Ses miracles, et maintenant vous, vous feriez mieux de voir cela. Les miracles du Christ ont seulement été vus par ses disciples mais, ceux de Shri Mataji, tellement d’entre nous les ont vus. Et de la façon dont Elle a changé nos vies, pourquoi ne devrions-nous pas nous incliner devant Elle ? Que feriez-vous alors vous-même ? »

Alors cette question est correcte à propos d’Elle ou d’une autre personne. Mais cette question doit être honnête et judicieuse, pas comme cette femme folle.

Yogi : [Inaudible] …des questions sur la Sierra Leone et j’aimerais partager cette jolie histoire.

Shri Mataji : Bien sûr d’accord. D’accord. Ouvre juste la porte, [Sandal ?]. Oui bien sûr car, vous voyez, il a été là-bas et vous devez réellement écouter cela. Et aussi, qu’en est-il de l’enregistrement ? Vous l’avez ici. Donc vous devriez l’exposer et les laisser le regarder quelque part. C’est une bonne idée.

Nous avons de grandes fenêtres mais pas de vent. C’est mieux de le commander, envoyez un ordre à la brise !

C’est mieux. D’accord, allons-y.

Yogi : [Inaudible.]

Shri Mataji : Viens en parler.

Vous comprenez très bien l’anglais, n’est-ce pas ? Ceux qui ne comprennent pas l’anglais mais seulement l’allemand, levez les mains.

Yogi : [Inaudible.]

Shri Mataji : Rien du tout ! Qui a ce problème ? Seulement une dame là, d’accord. Très bien, alors laissons-le parler maintenant.

Yogi : Jai Shri Mataji ! La petite histoire que je voulais vous raconter concernant le fait de nous incliner devant Mère est survenue quelques semaines après mon arrivée en Sierra Leone. Quelques uns des natifs ont eu alors leur Réalisation et je leur ai demandé comment ils étaient reliés à Shri Mataji. Et ils m’ont rapidement expliqué qu’il y avait la Sainte Trinité qui comportait le Père et le Fils et le Saint Esprit. Et ils dirent que, s’il ya un Père et un Fils, alors le Saint Esprit doit être l’Epouse de Dieu. (Mère rit et les Yogis rient et applaudissent.)

Car ils ont une vie très, très familiale et la femme est la base de la famille. Elle est si forte, si belle et si discrète, et elle préserve si fortement la chasteté. Donc ils ont très rapidement fait le lien avec Mère et ils se sont très vite rapprochés de Mère. Nous ne pouvions pas le croire. Christy m’a raconté comment les femmes indiennes ont sauté dans le train, elles si sont mises comme cela, très rapidement.

Shri Mataji : Elles y ont sauté !

Yogi : Et ces Africains se sont mis à Sahaja Yoga comme cela, très rapidement. (Rires.)

Shri Mataji : C’est très vrai. Où que ce soit, vous verrez que les Indiens sont très vifs comme cela, Je dois dire.

Yogi : L’autre chose que j’aimerais vous raconter, c’est que je pense que ces gens vont nous enseigner énormément comment être un très beau Sahaja Yogi car, chaque jour, ils posent cette question : « Comment va ton corps ? » C’est ainsi que la conversation est entamée. Ils viennent auprès de vous et demandent : « Comment va ton corps ? » Et la réponse à cela dans leur langue natale, c’est : [kayan goma ?] et [kayan goma] veut dire : « Que Dieu soit loué ! » Donc ils ne répondent jamais que leur corps est malade ou qu’ils ne se sentent pas bien ou qu’ils sont heureux ou n’importe quoi d’autre. Ils bénissent Dieu car ils sont en vie.

Shri Mataji : Et voilà ! C’est direct ! (Applaudissements.)

Yogi : Et l’autre question, Shri Mataji, que j’avais, c’était le fait que ‘Sierra Leone’ signifie ‘la montagne du lion’. Et il y a toujours eu ce questionnement quant à savoir ce que signifie ce très petit pays car, sur leurs rangées montagneuses, il y a un sommet qui ressemble à un lion. Donc on s’est toujours demandé quelle était sa place dans le jeu Divin. Donc nous apprécierions, Shri Mataji, si Vous pouviez nous aider à ce sujet, (Rires.)

Shri Mataji : Vous voyez si, à propos d’un pays, on parle de quelque chose dans le corps, Je veux dire que vous pourriez bien aimer ça mais Moi Je n’aime pas ça beaucoup Moi-même. Je pense à l’Europe qui est un horrible foie, vous voyez. (Rires.) L’Europe est si belle, mais l’appeler un foie ! Mais Je dois vous dire que c’est le foie. Mais ce foie n’est pas bien, ce foie est une horrible chose. Donc vous voyez. Mais il y a aussi des glandes endocrines dans le corps et l’une d’elle est celle-ci, semblable à l’hypophyse et tout cela.

(La traductrice à un problème.) Hello, Mary, ce n’est pas nécessaire d’employer un terme technique, on n’est pas aux Nations Unies. (Mère rit.) Ce ne sont pas les Nations Unies.

Dites-leur juste qu’il s’agit d’une des glandes endocriniennes qui n’a aucun canal, ce qui veut dire que cela agit sur les messages. C’est pareil à une télécommande. C’est une sorte de télécommande. (Mère et les Yogis rient.)

Yogini : Shri Mataji, puis-je traduire les histoires de Peter ?

Shri Mataji : Oui bien sûr.

(La Sahaja Yogini traduit.)

Shri Mataji : C’est ainsi. Y a-t-il une autre question maintenant ?

Côté B de la bande audio.

Yogini : Comment devrions-nous gérer une certaine catégorie de gens, disons ceux qui ont beaucoup d’ego de part leur statut de scientifiques ou qui ont tous les statuts au niveau de l’Agnya et veulent amener une conversation au niveau qu’ils ont l’habitude d’avoir, comme par exemple de vouloir disséquer tout ce que vous leur dites et insister pour avoir des réponses. J’en ai eu une douzaine sur le dos et je sens… (Rires.)

Shri Mataji : Encore un autre genre !

Yogini : Et je ressens que tout du long j’ai fait l’erreur d’essayer de les convaincre. Devrais-je leur répondre ?

Shri Mataji : Il est très facile de comprendre s’ils appartiennent à la science médicale ou physique. Ils traitent de quelle science ?

Yogi : Ce sont surtout des physiciens, des physiciens nucléaires.

Shri Mataji : D’accord. Donc il faut parler à ces physiciens nucléaires seulement selon leur langage. Nous pouvons leur parler de ceci, de ce point que : « Les lois physiques, vous voyez, agissent n’est-ce pas ? Il y a tellement de lois, des lois physiques, qui agissent dans le domaine de la physique. Alors en fait, qui a fait ces lois ? (Rires.) Vous observez juste ce qu’il y a là, quelles lois agissent, c’est cela que vous voyez. Mais qui a fait ces lois, qui les a soumis à des lois ?

Voyez, disons maintenant l’hydro-électricité, quand l’eau tombe d’une hauteur particulière, cela libère de l’énergie, l’énergie devient ce point. D’accord, vous voyez ce qui se passe quand l’énergie est transférée dans ceci, dans cela. Mais qui a fait cela dans l’eau, qui a placé cette loi là-dedans ?  »

Donc voilà ce qu’il en est si vous voulez parler de Dieu : « D’accord il y a quelque chose au-delà de ça. Mais maintenant nous devons voir cela, voir où nous en sommes arrivés. Quand nous avons commencé à découvrir la science, quel a été l’épitome de la science ? Cela a été la bombe à hydrogène, la bombe atomique, ou nous pouvons dire l’ordinateur. Mais nous n’avons pas été capables de produire aucun ordinateur semblable à un être humain. »

Voici le second point. D’accord, dites-leur maintenant : « Et avec ces avancements scientifiques, nous avons créé des gens qui sont très déséquilibrés. Ils sont si volcaniques, si criminels. Il y a de la violence, les êtres humains se battent entre eux. Même les animaux ne se battent pas de la façon dont les humains le font. » Nous avons ainsi atteint ce point.

Vous les emmenez alors à cet autre point que : « Voilà ce que nous avons accompli. Quelle en est la raison ? » Rationalisez cela ! « Quelle en est la raison ? Pourquoi les humains n’en ont-ils pas bénéficié de la façon dont nous aurions voulu qu’ils en bénéficient ? Ainsi pourquoi la recherche scientifique s’est-elle dirigée vers une recherche destructive, pourquoi ? Donc si vous commencez à juger ce pourquoi nous en terminons toujours comme ceci, c’est qu’il doit y avoir une quelconque raison qui est qu’il manque en nous un point de contrôle. Ainsi il n’y a eu aucun progrès intégré ou un progrès sous tous les aspects. Donc, si vous observez cela, nous n’avons en fait pas progressé du tout. Car le progrès doit seulement être reconnu à la façon dont nous interagissons avec les autres.

Mais même pour cela – là nous devrions entrer dans la psychologie, si c’est une science – c’est vous qui dites que vous devez devenir collectivement conscients. Et, en tant que scientifique, nous devons avoir l’esprit ouvert pour voir ce que d’autres gens, qui avaient peut-être une conscience plus élevée que la conscience humaine, en ont pensé. Ainsi ceux-là, qui ont essayé d’être bienveillants sur cette Terre, ont dit que : ‘Vous devez avoir votre seconde naissance.’ Chacun d’eux l’a dit. Egalement rationnellement nous pouvons voir que nous ne nous trouvons pas à un point absolu car nous pensons que ceci fera du bien mais finalement cela ne fait aucun bien. Et nous commettons aussi tellement d’erreurs. Le monde entier est en pagaille. On doit admettre qu’il y a là de la confusion.

Donc la science ne peut pas résoudre cela. Il y a au moins un point qui est clair, c’est que vous devez aller au-delà de cette conscience humaine, jusqu’à cette position qu’on appelle l’Esprit. Et, en tant que scientifique à l’esprit ouvert, vous devez tout d’abord accepter cette hypothèse.

Si vous argumentez avant d’accepter cette hypothèse, que puis-Je vous dire ? Cela signifie que vous n’êtes pas un scientifique – c’est simple. Donc si vous acceptez maintenant cette hypothèse, alors le temps est venu de tout prouver. Tout comme l’arbre de la connaissance a grandi à l’extérieur, il doit aussi avoir grandi à l’intérieur – cela afin de découvrir ses racines.

Donc voyons, gardez vos yeux ouverts. Si cela marche et si vous voyez que ça marche en vous – c’est assez difficile mais cependant, assez difficile et nous ne pouvons le promettre – mais si cela marche, vous saurez que vous possédez une connaissance plus élevée d’une valeur absolue. Il ne s’agit pas d’un défi à la science mais cela explique toutes les sciences. Alors, si vous avez ce pouvoir en vous, pourquoi ne pas l’éveiller pour y devenir suffisamment sensible ? Le seul problème avec les scientifiques est à nouveau qu’ils pensent qu’ils sont parfaits. Ils veulent travailler sur les autres mais pas sur eux-mêmes. Un peu d’humilité pourrait leur faire sentir que la science n’a pas atteint un point parfait.

Soyez donc juste un peu humbles et sachez que vous devez en connaître un peu plus, car cela s’actualise sur votre système nerveux central comme, dans le processus évolutionnaire, tout se manifeste sur le système nerveux central et donc ceci aussi s’y manifeste, et vous devenez réellement collectivement conscients. Alors pourquoi ne pas essayer ? Un scientifique doit essayer. Voilà ce qu’il en est. »

Ils pensent avoir maintenant atteint un point où soit ils doivent sauter en bas (Mère rit), soit ils doivent revenir en arrière.

(A la traductrice pour ‘sauter en bas’) Soit ils doivent descendre dans des précipices…

« Voyez, la Kundalini vous élève. Vous n’avez plus besoin de tomber dans des précipices ni de revenir en arrière, Elle vous élève ». Voici ce que et comment vous devez leur parler. Vous leur dites : « Vous devez avoir du bon sens si vous voulez réellement faire du bien aux autres, à vous-même et à votre descendance. »

Je vais maintenant vous donner un très bon exemple pour les physiciens. Cela peut se rapporter à de la chimie mais, voyez, il s’agit de molécules. J’ai une fois dit à un très grand scientifique en Amérique qu’un atome de carbone, vu d’un côté, ressemble à un Om et, vu de l’autre côté, est pareil à une Swastika.

(A la traductrice) : Que dites-vous pour ‘carbone’ ?

Yogini : Kohlenstoff.

Shri Mataji : Kohlenstoff. Kohlenstoff. Kohlenstoff. (Rires.) Parce que nous disons [kolsa ?] en Marathi. Nous disons [kolsa].

Donc ils ont pris une photo avec un spectographe de l’atome de carbone. Et quand ils ont regardé depuis le côté gauche, ils ont vu que le côté droit ressemblait à un Om. Et quand ils ont regardé ce côté gauche depuis le côté droit, c’était pareil à une Swastika.

Ensuite ils vont poser une autre question – J’en suis sûre – c’est comment cette Swastika a été utilisée par Hitler. (Rires.) Donc, parce que les Lamas connaissaient le truc, ils lui dirent d’utiliser la Swastika car c’est le symbole de l’innocence. Et il les a utilisées en employant le stencil, elles ont été peintes au moyen d’un stencil, de beaucoup de stencils, vous voyez. Le stencil est un procédé typique, vous voyez, où vous la coupez dans une plaque, la Swastika, et ensuite vous en peignez le dessus.

(A la traductrice) Ah, « stancil » [prononciation allemande]. Vous transformez tout en ‘a’, cela devient un ‘a’, vous voyez : du mot ‘steel’ vous faites ‘Stahl’, terminé. Un principe allemand, vous voyez, c’est que tout ‘e’ devient ‘a’. Vous voyez : ‘la mère’ c’est un ‘e’ en Marathi, ‘e’ c’est ‘la mère’. Mais ici ils disent ‘a’ car il s’agit de la patrie [le pays du père].

Yogini : Ceci est difficile à traduire. Je ne sais pas comment le dire. Dois-je traduire ceci ?

Shri Mataji : Non, non, ce n’est pas nécessaire. (Rires.) Un Allemand peut ne pas aimer ça.

Alors par hasard, vous voyez, concernant le stencil qu’ils utilsaient, le Divin leur a joué un tour dans leurs cerveaux. Ils se sont embrouillés, vous voyez. Alors ils ont commencé à peindre la Swastika sur l’autre côté des stencils. (Mère rit.) Donc le symbole constructif ou positif de la Swastika est devenu un symbole destructif négatif et ils ont commencé à perdre. Si vous regardez les anciennes photos d’Hitler et les photos ultérieures, vous découvrirez qu’il avait deux sortes de Swastikas. (Mère rit.) Et c’est ainsi qu’ils ont perdu. Sinon c’en serait terminé de ce monde depuis longtemps avec tant de gens comme Hitler qui sont venus sur cette Terre.

Et en ces temps modernes, tous les faux gurus sont venus. Sont également là certaines des religions organisées qui sont destructives, certaines sont de toute évidence fanatiques et d’autres sont très sophistiquées.

(A la traductrice) Le terme ‘sophistication’ n’existe pas en allemand ? (Rires.)

Vous voyez, c’est donc à causes d’elles que les scientifiques ne croient pas en Dieu. Mais Dieu existe et nous pouvons le prouver. Voilà ce qu’il en est – c’est simple !

Donc vous pouvez leur faire écouter ceci. Au lieu d’argumenter avec eux, vous dites : « Vous feriez mieux d’écouter ce discours. » (Rires.) Car cela va agir sur eux. (Mère rit.) Vous voyez, c’est aussi simple que cela, vous placez tout sur votre Mère : « Ecoutez-La, ce qu’Elle a à dire. » Et qu’ensuite eux, ces scientifiques, posent leurs questions.

Yogi : Pourriez-Vous leur expliquer la nouvelle technique, qu’en regardant depuis le bas, ils verront la croix ?

Shri Mataji : Oui, oui, oui. Oui, oui, Je leur avais expliqué aussi comment voir cela – la croix. Mais vous voyez, le problème c’est qu’ils n’ont pas ce genre de spectromètre jusqu’à maintenant. Ils n’ont pas ce genre-là. Ils peuvent seulement voir sur les côtés, pas de bas en haut. C’est le problème. Egalement, s’ils voient depuis le bas en-dessous, vous voyez que c’est une chose très pratique, que vous pouvez comprendre, disons, que ceci est un atome de carbone, et ça l’est. En fait si vous placez la lumière depuis ici [en dessous], alors vous voyez juste que ces à-plats sont tout d’abord reflétés sur ce côté, n’est-ce pas ? Mais, ce que vous devez voir, c’est ce qui est ici [plus sur le côté]. Donc ce à quoi cela ressemble en ce point, vous ne pouvez pratiquement pas le voir.

Yogini : Un certain Johann a essayé de construire une Swastika tri-dimensionnelle.

Shri Mataji : Oui, oui. Je veux dire qu’une Swastika tri-dimensionnelle serait faite pour la voir de l’intérieur. Oui, cela le fait, cela se verra. Mais cependant Je dirais que vous y pensez encore comme ceci. Je leur avais suggéré que, ce qu’ils ont à faire, c’est de placer le carbone ici, d’accord, et de le refléter sur ce miroir-ci comme ceci, vous voyez, ensuite de le réfléter dans un autre miroir là, reflété dans un autre miroir, de telle sorte que vous l’ameniez jusqu’à ce point, à être en parallèle. Mais vous avez besoin de beaucoup de miroirs pour faire cela. Vous voyez Mon point de vue ? Ceci est quelque chose que vous voyez comme ceci. Si vous devez le voir comme cela, sous le bon angle, vous devrez avoir miroirs après miroirs, n’est-ce pas ? Et encore ce ne sera pas exact.

Yogini : Ne pourrions-nous pas contacter certains de nos astronomes qui sont de grands experts dans l’utilisation de miroirs et dans la construction d’appareils de ce genre ?

Shri Mataji : Oui, vous le pourriez. Mais vous devrez en employer des tas d’entre eux, vous voyez, car vous devrez bouger avec de tous petits angles pour arriver à quelque chose, vous savez, comme cela. Ce sera difficile. Disons par exemple que ceci est un verre, d’accord. Alors cette partie – du moins Je ne devrais pas avoir de l’eau comme cela – alors cette partie [en-dessous] devrait être vue comme cela [de face]. Alors vous la verrez. Donc ce que vous devrez faire, c’est que celui-ci doit être reflété sur quelque chose de plus proche à ceci, et celui-ci doit être reflété sur celui-ci, alors à nouveau celui-ci, en bougeant point par point – et ce ne sera pas encore exact, à un angle près.

Yogini : Ceci devient très intéressant, Shri Mataji. Puis-je discuter de ceci avec certains de mes amis ? Ils pourront peut-être trouver l’équipement pour cela.

Shri Mataji : C’est assez difficile, vous voyez, car même si vous en prenez une photo [de la partie en-dessous], vous aurez une photo de ceci [en partie de son côté]. Mais vous devez avoir la photo de ceci, quand cette chose [en-dessous] doit être debout [en face], comme cela vous voyez à quoi cela va ressembler. Mais cela change. Le même atome de carbone change de lui-même. Ce n’est pas exactement le même quand cela tourne en rond, cela change l’angle, c’est le point. Vous voyez, c’est cela le problème.

Aussi Je veux dire que, si deux choses sont prouvées, la troisième doit être acceptée. (Rires et applaudissements.)

Aussi dans Sahaja Yoga, une fois que Je vous ai donné la Réalisation, vous avez accepté que, d’accord, ceci veut dire le cœur, ceci veut dire ceci, ceci signifie cela. Ensuite vous essayez. Il y a tellement de choses dont Je parle et que vous acceptez. Vous pouvez bien ne pas en avoir encore la preuve mais au moins 75 % ont été prouvés. Donc, pour ce qui concerne les 25 % restants, Mère ne va pas nous dire des mensonges. (Rires.)

Ou bien nous pouvons le dire comme ceci que, tout ce dont J’ai parlé au début de Sahaja Yoga est très différent, non pas différent mais si rudimentaire, et ce dont J’ai parlé l’autre jour au Guru Puja, Je n’en aurais pas parlé au début, n’est-ce pas ?

Donc, vous voyez, la connaissance doit également s’élever pour comprendre cela. Ceci est très important car, supposons que Je puisse voir la lumière venant sur Moi, la caméra la verra aussi, mais vous, vous ne la verrez pas. Et si Je vous dis qu’il y a de la lumière qui vient sur Moi [en regardant directement vers la lumière], alors vous penserez que Mère essaie de vous tromper. Mais vous le saurez parce que Je mettrai Ma main comme ceci [pour protéger Ses yeux] et Je dirai : « Non. » Comme cela, c’est clair que Je savais qu’il y avait de la lumière. Mais maintenant, si vous n’avez pas les yeux comme ceux de la caméra, Je ne devrais pas vous dire ce genre de chose. Mais supposons aussi que Je vous le dise maintenant, vous Me croirez.

Donc, vous voyez, ceci pour dire que, si vous dites 75 % de choses correctes et si vous les avez prouvées, les 25 % restant devront être apprises plus tard.

Et, en croyant à cela, rien ne va être perdu. Mais en y croyant, vous découvrirez aussi qu’en croyant que la Kundalini se trouve en vous, vous aurez atteint votre Réalisation. Cela vous a fait du bien. Cela a transformé votre vie. Donc à partir de là, même si Je vous dis quelque chose, ce serait mieux de devoir comprendre que c’est pour votre bien, aussi vous devriez l’accepter.

Mais il y a un seul moyen pour vous de le découvrir : quand Je dis la vérité, vous ressentez les vibrations. Même aussi quand Je Me vante, vous ressentez des vibrations extraordinaires. (Rires.)

(A la traductrice) (Mère rit) Ils ne se vantent pas ? En Allemagne vous n’avez pas un terme pour dire ‘se vanter’ ? (Rires.)

Quel est le mot pour ‘se vanter’ ?

Yogini : Angeben.

Shri Mataji : Angeben

Yogini : Angeberei.

Shri Mataji : Angeberei.

Donc, quand Je parle de Me vanter, ce n’est pas réellement de la vantardise car les vibrations se mettent en route. Ainsi vous pouvez découvrir la vérité, si Je dis la vérité ou pas, vous pouvez le découvrir.

Et est-il possible que, lorsque Je suis assise ici, vous ne ressentiez pas les vibrations ? Mais si vous ne ressentez pas les vibrations, c’est toujours parce que quelque chose ne va pas avec vous, pas avec Moi. (Rires.)

Donc comment découvrir si Je dis la vérité ou pas ? (Mère et les Yogis rient.) Cela c’est la Mahamaya, vous voyez, c’est la Mahamaya. (Mère et les Yogis rient.) Aussi, pour être très franche, ne Me croyez pas. (Mère et les Yogis rient.) C’est la conclusion. C’est juste un jeu, vous voyez, seulement un jeu, juste du divertissement.

(A la traductrice) Vous avez un mot pour ‘divertissement’ ? (Rires.)

Yogini : Spass.

Shri Mataji : Spass. Et en français ? Rien ! (Rires.) Il n’y a aucun terme en français pour ‘divertissement’.

Yogini : Il y a quelque chose.

Shri Mataji : Lequel ? C’est Grégoire qui Me l’a dit. (Mère rit.) Alors cherchez-les pour ‘divertissement’ et ‘connaissance’. Il y en un pour ‘connaissance’ ?

Yogini : Bewusstsein. En français : ‘conscience’.

Shri Mataji : Conscience. En fait ‘connaissance’ est différent. Ceci c’est la ‘conscience’.

Yogini : Bewusstsein.

Shri Mataji : Vous voyez, Je vais perdre 400 Livres avec Mon époux. (Rires.) Veuillez les chercher, il ne le saura pas. Il ne Me les donnera jamais, de toute façon. (Mère rit.) Je pourrai lui charger un intérêt. Mais cela aussi il ne Me le donnera pas. (Mère et les Yogis rient.)

Très bien, très belle réunion avec vous tous. Et nous sommes tous des amis rassemblés ici. Après la pression du Guru Puja d’aujourd’hui, nous sommes tous amis. Nous nous sommes réjouis de nous-mêmes profondément. Quels que soient les problèmes que vous ayez, faites-le Moi savoir.

Mais on doit se souvenir d’une seule chose, c’est de ne pas essayer de créer des problèmes, de créer des choses stupides. Laissez juste Dieu tout gérer pour vous et s’en occuper. Il fera cela très bien. Aussi ne vous mettez pas en situation de pleurer ou de dominer ou de vous battre, mais soyez gentils et doux les uns envers les autres, exprimez totalement et correctement votre amour, et cela vous reviendra en pleine totalité.

Je vous remercie beaucoup.

Yogis : Bolo Shri Jaganmata Shri Nirmala Devi Ki – Jai !

(Les Yogis chantent le Mahamantra.)

Shri Mataji : Que Dieu vous bénisse tous !

Que Dieu vous bénisse tous !m Que Dieu vous bénisse tous ! Que Dieu vous bénisse tous !

Bonne nuit !

S.S. Shri Mataji Nirmala Devi