Makar Sankranti Puja 1987

(India)


Transcript PDF
Send Feedback
Share

Makar Sankranti Puja. Rahuri (India), 14 January 1987.

English transcript verified IBP
Traduction française version 1/1/2014.

Aujourd’hui est le jour où nous célébrons le changement d’axe du Soleil, car Il se dirige vers le Tropique du Cancer. Le Tropique du Cancer est celui qui représente l’aspect maternel, l’aspect maternel de la Terre.
Ce Tropique du Cancer a traversé une très grande surface de terrain, alors que le Tropique du Capricorne non. Et dans cette région qu’il a traversée, il a créé différentes magnifiques manifestations de ces qualités maternelles sur cette Terre. Nous célébrons ce changement parce que le Soleil S’est déjà déplacé dans cette nouvelle dimension, afin que, partout dans le monde, la chaleur du Soleil soit présente.
La chaleur du Soleil représente la chaleur de l’amour de Dieu. Voilà la raison pour laquelle nous célébrons ce festival en vous donnant une sorte de friandise faite de graines de sésame. On donne des graines de sésame parce qu’elles apportent aussi de la chaleur. Et maintenant, comme nous venons du froid et arrivons à la saison chaude, du moins une saison plus chaude, c’est pour vous préparer à cette chaleur du Soleil. Ces choses spéciales sont faites avec des graines de sésame pour représenter la chaleur qui arrive, la chaleur du Soleil.
Même si en Inde il y a trop de chaleur, les gens attendent tout de même que ce moment arrive et ils le célèbrent vraiment du fond du cœur. A cette période, on dit qu’on vous donne à manger cette graine de sésame et ce sucre, mais que maintenant vous devez parler de façon douce: “God god bola”, c’est-à-dire: vous devez parler de façon douce.
Parler de façon gentille, c’est très important. Certaines personnes pensent qu’il est futé de parler de façon impolie ou qu’il est très intelligent de crier sur les gens, mais personne n’aime ce genre de caractère. Vous pouvez être intelligent, vous pouvez être très malin ou futé, peut-être qu’à la télévision les gens aimeraient vous voir, mais pas en tant que compagnon, en tant qu’ami.
Parler de façon très douce est un signe de bonne éducation, de bonne culture et de crainte de Dieu. Ceux qui craignent Dieu ne parleront jamais grossièrement à une autre personne, parce que dans cette autre personne brille le même Esprit, alors pourquoi serions-nous acerbes ou en colère avec une autre personne qui a été créée comme nous par Dieu Tout-Puissant?
Donc, cette relation aimante et belle que nous avons les uns avec les autres, après Sahaja Yoga en particulier, exprimons-la en parlant gentiment entre nous. Il y a tant de manières dont nous pouvons être gentils. En faisant de toutes petites choses, vous pouvez créer beaucoup de douceur, et vous n’avez pas besoin d’une langue acérée, mais d’une mémoire précise. J’essaie de faire ces choses-là bien souvent.
Une fois, un des Sahaja Yogis, qui est un très bon Sahaja Yogi, un Sahaja Yogi actif, était en voiture avec Moi, et son canif a été volé par le chauffeur ou quelqu’un d’autre et il s’est mis très en colère contre le chauffeur. Je lui ai dit: “Laisse tomber, tu vois, c’est un homme pauvre, alors il l’a pris, ça ne fait rien, laisse simplement tomber.” Il a répondu: “Non, c’était parce que c’est un cadeau de quelqu’un qui est allé en Suisse. C’est un couteau suisse que je gardais sur moi. Alors je regrette de l’avoir perdu.” Lorsque Je suis allée en Suisse, J’ai acheté le même genre de couteau pour lui. Lorsque Je suis revenue, lorsque Je le lui ai donné, il n’avait pas de mots pour Me répondre. Il a dit: “Mère, comment Vous en êtes-vous souvenu? Après si longtemps, comment avez-Vous réussi à trouver ce couteau?” J’ai répondu: “J’ai une très bonne mémoire.”
C’est le problème avec Moi. Ma mémoire est si bonne que, parfois, Je ne sais pas pourquoi, Je peux mettre certaines personnes dans l’embarras avec Ma mémoire. Elle est si bonne que Je n’oublie absolument rien. Bien sûr, J’oublie toutes les mauvaises choses, car inutile de se rappeler de mauvaises choses, inutile d’y penser. Grâce au pardon, vous pouvez toujours oublier les mauvaises choses. Et si vous ne vous rappelez que les bonnes choses, votre joie en est multipliée. Si vous essayez de vous rappeler quelque chose de mauvais, alors votre joie diminue. Chaque fois que vous voyez quelqu’un, essayez de vous rappeler le bien que vous a fait cette personne. Ce que cette personne a de bien. Si vous avez de la mémoire pour les bonnes choses, vous vous amuserez beaucoup.
En fait aujourd’hui est le jour où vous quittez tous l’Inde. Certains d’entre vous partiront après-demain. Quoi qu’il en soit, Je dois vous dire une chose: tout ce qui était possible a été fait ici pour vous, pour vous donner de la joie et du bonheur. Maintenant que vous repartez, essayez de vous souvenir de tout ce qui vous a été dit. Tout ce qui était gentil. Comment les gens vous ont félicités. Comment ils vous ont aimés. Comment ils ont été gentils avec vous. Comment vous avez rencontré des gens agréables. Quelles agréables expériences vous avez eues.
Mais ne ressassez pas des choses qui n’en valent pas la peine. D’accord, quelqu’un a pu vous dire quelque chose de dur, ou bien vous avez pu dire quelque chose de dur à quelqu’un, oubliez-le simplement. Essayez de comprendre que vous gâchez vos chances d’aimer la vie. Personne n’en est blessé, alors essayez d’être extrêmement content d’avoir rencontré tant de personnes, d’avoir eu des mariages, d’avoir vu tant de mariages.
Nous avons passé du bon temps et chaque instant était plein de vibrations joyeuses. Bien sûr, aujourd’hui, certains d’entre vous seront un peu tristes. Je peux le comprendre, parce que vos épouses s’en vont, le mari de quelqu’un s’en va, ou la femme de quelqu’un s’en va. Alors Je peux voir que certains d’entre vous en ont l’air plutôt malheureux. Mais c’est une bonne chose parce que c’est par amour ou par attraction l’un pour l’autre, car vous appréciez la compagnie l’un de l’autre. Cela évoque pour Moi quelque chose de très bon, mais pourtant Je dirais qu’après tout, vous allez vous rencontrer et vous rappeler toutes les bonnes choses que vous vous êtes dites l’un l’autre, que vous avez vécues ensemble. Alors essayez de rester heureux. Parce que ces jours d’attente passeront très vite.
Dans Sahaja Yoga, vous oubliez simplement le temps, tout, le temps passe si vite, et toutes ces choses se termineront et vous serez de nouveau unis avec votre mari ou votre femme, selon le cas. Alors il n’y a vraiment pas de quoi vous sentir si tristes de toutes ces choses, mais plutôt de continuer à sourire et à rire. Donc, alors que vous êtes aussi sur le départ, ils ne devraient pas ressentir, voir votre dernier visage plein de pleurs, mais se rappeler votre visage d’assurance et de courage: “Il y a de l’espoir, nous allons nous rencontrer très bientôt et il n’y a pas de quoi se sentir très triste.”
Aujourd’hui est un jour pour se réjouir, pour tout apprécier et pour ressentir les bénédictions de Dieu tout autour de nous. Le Soleil est revenu dans toute Sa splendeur, et nous devons Lui souhaiter un grand succès pour l’année qui arrive, parce que, dans cette partie du Maharashtra, comme vous le savez, il n’y a pas eu de pluie. Ils ont eu des problèmes et nous devons Lui souhaiter du succès, afin qu’Il puisse apporter de la pluie et tout ce qui est requis de cette énergie solaire que nous avons dans ce pays.
Et vous devez être rayonnants comme le Soleil lorsque vous retournez dans vos pays. Vos pays ne sont pas aussi chauds que le nôtre, vous n’y avez pas autant de chaleur. Et vous pouvez vous rendre compte que c’est pour cela qu’ici les gens sont si chaleureux et si aimants, parce que nous avons le Soleil avec nous. Maintenant, portez ce Soleil en vous et donnez-leur amour, affection et chaleur; et faites-leur sentir que vous avez rapporté ce Soleil d’Inde.
Chaque fois que J’ai voyagé quelque part, dans n’importe quel pays, le Soleil était présent, très brillant. Alors, on dit que, il y a un dicton que, lorsque les Indiens voyagent, ils transportent le Soleil avec eux. Bien sûr, vous ne pouvez pas transporter le Soleil dans vos poches, mais nous devons le porter dans nos cœurs, ce Soleil. Cela doit en être la raison, c’est pour cela que le Soleil brillait tant, que tout le monde est sorti avec ses beaux vêtements, et tout était [inaudible], et s’en réjouissaient.
Donc, voilà ce qu’il en est: vous devez emporter le Soleil avec vous, en parlant gentiment les uns avec les autres, aujourd’hui et pour toujours, être amicaux, être serviables, être gentils, car vous êtes des Yogis, vous n’êtes pas des gens ordinaires. Vous êtes des Yogis, vous représentez cette catégorie de gens qui sont connus pour leur droiture, pour leur bonté, pour leur compassion et leur amour. Alors Je vous souhaite à tous bonne chance. Profitez de vos voyages, réjouissez-vous de tout et cette joie que vous avez éprouvée ici transmettez-la aux autres personnes, aux autres Sahaja Yogis et aux autres personnes qui ne sont même pas Sahaja Yogis.
Que Dieu vous bénisse en cela!
[Shrī Mātājī parle en marathi:]
Aujourd’hui est un jour auspicieux et en ce jour nous donnons des graines de sésame aux autres en leur demandant de parler gentiment. Nous le disons aux autres, mais il vaudrait mieux que nous le disions à nous-mêmes aussi, car il est plus facile de dire aux autres de parler gentiment, mais: “Moi, je parle durement.” Avec cette habitude qui est la nôtre… [inaudible]… nous avons créé de fausses idées sur nous-mêmes. Nous n’avons pas la moindre idée des bénédictions que Dieu a répandues sur nous. Dieu nous a donné tant de bénédictions dans ce pays.
Mais dans ce pays les gens ne se soucient pas beaucoup de la propreté. Dans ce pays, il y a différents types de microbes et de parasites. Je crois que nous avons tous les parasites du monde entier dans ce pays. Nous avons même des parasites qu’on ne peut pas trouver ailleurs dans le monde. Si ces parasites vont dans d’autres pays, ils mourront. A cause du froid, ils ne peuvent pas survivre. En raison du Soleil, il y a tant de parasites dans ce pays.
Une fois, un scientifique M’a demandé: “Comment est-il possible de rester vivant avec tant de parasites présents dans votre pays?” J’ai répondu: “Dans ce pays, les gens sont non seulement vivants, mais ils vivent avec joie et bonheur, avec beaucoup de béatitude et de bonheur.” La raison de cela, c’est le Soleil. Le Soleil nous a appris à garder nos maisons ouvertes et aussi à ouvrir nos cœurs.
En Angleterre, si vous devez sortir quelque part, alors vous devez passer au moins quinze minutes simplement à enfiler les bons vêtements. C’est comme si vous mettiez une armure avant de sortir, sinon vous pourriez attraper un rhume et avoir mal à la tête. Voilà la situation là-bas. Aujourd’hui, vous êtes assis ici en plein air, mais vous ne pouvez pas vous asseoir comme ceci en Angleterre ou dans un autre pays occidental.
A cause du climat, ces pays sont devenus très froids. Même dans notre pays, il y a des endroits, par exemple, si vous allez dans des villes comme Bhowali ou de l’autre côté de Nainital et Dehradun et très près des Himalayas, alors vous pouvez trouver un temps froid comme dans ces autres pays. Là-bas, il fait aussi froid qu’en Angleterre et en Amérique. Mais dans ces pays froids, même les oiseaux et les insectes ne peuvent survivre.
Il y a beaucoup de forêts avec des fleurs magnifiques. On l’appelle une vallée des fleurs. Il y a tant de fleurs magnifiques – comme si c’était un paradis sur Terre – mais ce sentiment ne dure qu’un moment. Il y fait si froid que nous ne pouvons même pas ouvrir les yeux pour voir ce magnifique endroit. Nous devons porter des lunettes, sinon nous aurons mal aux yeux, à cause du froid. Mais, malgré le froid, ces pays-là ont tant progressé. Ils se sont battus contre la nature et le climat froid et ils ont renforcé leurs pays.
Malgré le fait d’avoir beaucoup de soleil, nous n’avons pas été capables d’exploiter ses avantages. Nous pouvons aussi produire de l’énergie solaire. Si nous utilisons l’énergie solaire, nous n’aurons jamais de pénurie d’énergie. Même les voitures peuvent rouler à l’énergie solaire. Mais l’attention des politiciens ici en Inde est ailleurs et, en raison de ce fait, nous ne pouvons pas exploiter les avantages du Soleil, mais nous en souffrons. Si nous n’allons pas à ces extrêmes, alors nous pouvons faire beaucoup de travail.
La chose essentielle que nous pouvons apprendre du Soleil, c’est Sa capacité à donner. Il donne toujours. Il ne prend rien, mais donne toujours. En raison de cet énorme pouvoir de donner du Soleil, nous pouvons avoir la pluie, nous pouvons avoir des cultures et des êtres vivants. Si nous n’avions pas eu le Soleil, alors n’aurions rien. C’est seulement grâce au pouvoir de don et d’amour du Soleil que nous avons pu atteindre cet état. Donc, ce que nous devons apprendre du Soleil, c’est que nous devrions aussi développer le pouvoir de donner. Si nous regardons autour de nous, nous découvrirons des gens qui pensent toujours: “Comment puis-je économiser de l’argent et le garder pour moi?”
Même si Je donne de l’argent pour des programmes, certaines personnes se demandent encore comment elles peuvent économiser de l’argent là aussi. Même si Je leur ai donné de l’argent à dépenser, ils ont toujours tendance à économiser de l’argent dans tout. Pourquoi? Parce qu’il y a une tendance à s’accrocher à quelque chose.
Si quelqu’un va au marché et découvre que les prix ont augmenté, et si nous demandons pourquoi, ils répondent: “Parce que les autres ont augmenté leurs prix, c’est pour cela que j’ai aussi augmenté le prix.” Si le coût des denrées n’augmente pas, alors pourquoi augmentent-ils le prix de vente? Ils ont toujours tendance à aspirer l’énergie des autres.
Même si Je veux faire une petite cérémonie pour une occasion festive, les autres Me disent: “Shrī Mātājī, Vous ne serez pas capable de réussir.” Lorsque Je demande: “Pourquoi?”, la réponse est que les gens sont corrompus et qu’ils mangeront l’argent. De même que Je mange de la nourriture, eux mangent de l’argent, alors peut-être n’allons-nous pas nous entendre. C’est une chose si absurde.
Ceux qui sont responsables de l’aide sociale dans le pays, ceux qui en sont les administrateurs et ceux à qui le pouvoir a été octroyé par Dieu, même eux ne comprennent pas que nous devons donner. Cette qualité de donner, il faut l’apprendre du Soleil: nous sommes venus sur cette Terre pour donner et non pas pour prendre.
Il faut arriver à ce changement complet de l’intérieur, avec la compréhension que nous devons donner et non pas prendre. Nous devons avoir la passion de donner. C’est comme si, lorsqu’une mère apprend: “Aujourd’hui, mon fils arrive,” alors avec passion elle pense: “Que puis-je faire pour lui, quel plat puis-je cuisiner pour lui?” Voilà la passion qu’a une mère. Même si elle n’a pas les ingrédients, elle pourra les emprunter aux voisins et préparer des douceurs pour vous. Elle ressent toujours qu’elle n’en a pas fait assez.
Tant que nous n’avons pas ce genre de passion collective de l’intérieur, que nous n’avons pas ce genre de sentiment pour les autres, aucun pays ne pourra progresser, ni le nôtre, ni les autres pays. Mais nous avons toujours envie de prendre des choses aux autres, de piller les autres, d’emprunter aux autres ou de tromper les autres. A cause de cette envie, nos enfants souffriront, nous souffrirons et nous ne serons pas capables d’accomplir quoi que ce soit dans ce pays.
Dans le village de Mes beaux-parents, [inaudible]… pour construire un lac. Le gouvernement leur a donné de l’argent par milliers dans ce but. Mais le lac n’a jamais été construit. Ils ont dit qu’ils avaient creusé un trou pour faire un lac, mais qu’ensuite ils l’ont rebouché, parce qu’ils n’ont pas trouvé d’eau. Mais en fait le trou n’a jamais été creusé. Alors où est passé l’argent? Ils l’ont envoyé en Suisse. Alors les banques emprunteront encore en Suisse et enverront de nouveau cet argent en Suisse. Si le Soleil agissait de cette manière, alors nous ne pourrions survivre un seul jour. Si Lui tout seul consomme tout, que pouvons-nous manger?
Aujourd’hui, nous célébrons le Sankranti. Sankranti signifie une sorte de kranti [révolution], par laquelle nous acquérons l’habitude de donner. Tout le monde dit que nous devrions avoir l’habitude de donner, mais la plupart des gens croient dans le fait de donner quelque chose au prêtre. Egalement, beaucoup de gens prêchent l’art de donner, simplement pour remplir leurs propres poches. Cela n’a aucun sens. Il y a toujours la question de savoir à qui donner et pourquoi donner. En fait, en toute liberté, nous devrions voir par nous-mêmes ce que nous donnons pour notre pays, pour nos frères et sœurs et pour nos voisins. Nous ne devrions pas être égoïstes, mais donner de tout notre cœur, afin de recevoir toute la joie de donner. Lorsque nous donnons de tout notre cœur, la joie que nous éprouvons ne peut être comparée à aucune autre joie.
Si nous voulons ressentir ce genre de joie, c’est alors seulement que nous devrions célébrer le Sankranti aujourd’hui. Notre nature devrait devenir comme le Soleil. Dans tout ce qu’Il fait, Il n’a pas le sentiment de faire quelque chose. Il fait toute chose en akarma [sans le sentiment de faire quoi que ce soit], Il Se consume constamment et vous donne cette joie, la lumière, l’essence de la vie, et Il vous nourrit. Nous voyons le Soleil chaque jour, et beaucoup de gens Lui font aussi namaskar, mais nous faisons seulement namaskar, sans nous imprégner de Sa qualité de donner.
Je vous ai cité une toute petite chose: chaque Sahaja Yogi devrait planter un arbre banyan dans son jardin. Pourquoi devons-nous prendre l’argent du gouvernement dans ce but? Planter simplement un arbre et mettre une clôture autour de cet arbre ne demande pas beaucoup d’argent. Même fumer une cigarette bidi coûte davantage. Essayez de faire cette petite chose, afin que les autres voient que vous faites au moins quelque chose. Malgré cela, nous pensons toujours à comment nous pouvons obtenir de l’argent des autres, comment nous pouvons piller les autres et comment nous pouvons économiser de l’argent aux frais des autres. A cause de ces penchants en nous, notre pays ne pourra jamais progresser. Nous n’avions pas ces penchants avant, au tout début.
Je peux vous dire que, lorsque J’étais jeune, J’ai vu des gens qui croyaient seulement en donner, et jamais en prendre. Je ne les ai vus que donner, ils n’aimaient pas prendre. Même les parents n’aimaient pas que leurs enfants prennent quelque chose aux autres et ils leurs demandaient de le rendre.
Je M’en souviens encore, dans la maison de Mon père, ils avaient fabriqué des chaises et aussi une ombrelle, en argent. Tout le monde demandait: “Pourquoi les avez-vous fabriqués en argent?” Alors la réponse était: “Lorsque nous avons des cérémonies de mariage, au lieu de les emprunter ou de les louer, il vaut mieux que nous les ayons chez nous une fois pour toutes, parce que si nous devions les louer, alors parfois nous ne les aurions pas à temps, parce que la personne précédente qui les avaient empruntés ne les avait pas rapportés. Et parfois ces ombrelles sont perdues, parce que quelqu’un ne les a jamais rapportées et donc elles se sont perdues.”
Donc, ce que Je voulais dire, c’est que, si nous avons de l’argent, nous devrions investir dans quelque chose de collectif. Si vous voulez construire un court de badminton, alors sur ce court, tout le monde devrait pouvoir venir jouer et nous ne devrions pas dire: “Seuls mes enfants devraient jouer sur ce court.” Si quelqu’un achète une voiture, nous devrions pouvoir emmener tous les enfants à l’école. Et donc nous devrions acheter une grande voiture, pour que tous les enfants puissent être emmenés à l’école. Cette habitude d’être collectif et d’être utile à tous, il faut l’apprendre du Soleil. Et aujourd’hui est un jour particulier, où nous pouvons apprendre cette chose du Soleil. Et nous devrions faire ce serment: “Je ferai quelque chose de collectif.”
Je ne comprends pas comment des gens peuvent manger sans s’occuper du peuple. Vous ne vous souciez même pas de vos voisins et ne faites rien pour les gens ordinaires. Je vous ai cité une toute petite chose, c’est de planter un arbre. Nous avons tant de Yogis dans le Maharashtra que, même si chacun plante un seul arbre et s’en occupe, cela sera certainement utile à tout le monde. Donc, Je vous demande à vous tous de faire quelque chose de collectif, car cela sera utile à tout le monde. Mais on ne devrait jamais penser: “Combien cela me rapportera-t-il?” et en retirer de l’argent. Cela ne devrait pas se passer de la même façon que nous donnons de l’argent au prêtre. On devrait ouvrir son cœur et, avec amour, faire quelque chose pour le collectif et en éprouver de la joie. On devrait en faire une habitude.
Je ne veux pas dire que les autres devraient tout avoir gratuitement. Je ne vous ai jamais dit de faire quelque chose gratuitement pour ces gens qui sont venus de l’étranger. Si vous les regardez, vous verrez qu’ils ont apporté de l’étranger tant de choses pour vous, pour vous en faire cadeau. Bien sûr, J’y ai beaucoup contribué. Mais ils ont également apporté beaucoup de choses d’eux-mêmes. Lorsque J’ai vu les cadeaux ici, J’ai pensé que c’étaient les cadeaux que J’avais achetés à Rome pour vous, mais ensuite ils M’ont expliqué que c’étaient les cadeaux qu’ils avaient apportés eux-mêmes, et qu’ils n’avaient pas apporté Mes cadeaux. Ils ont éprouvé beaucoup de joie à apporter tant de choses pour vous. Ils ne savaient même pas en Italie à qui ces cadeaux devaient être donnés, mais cela ne les dérange pas. Ils s’en remettent à Moi pour les donner aux Sahaja Yogis ici en Inde.
Mais, en Inde, nous avons tendance à ne penser qu’à nos enfants et à notre mère. Puis la mère arrive en marchant, en boîtant d’une jambe. Alors vous commencez à dire: “Ma mère n’a pas reçu un sari de grande qualité.” Comme Je n’en ai pas, Je lui ai donné un simple sari. Voilà la tendance ici. Mais avec ces gens de l’étranger, c’est tout à fait l’opposé. Lorsqu’ils sont arrivés ici, ils sont venus avec tant de cadeaux qu’on dirait qu’ils ont apporté deux tonnes de cadeaux de l’étranger. J’ai même commencé à avoir mal aux mains, en distribuant ces deux tonnes de cadeaux.
Ce que Je veux dire, c’est qu’ils n’attendent rien de vous. Mais votre comportement devrait montrer un exemple pour eux. Et vous devriez leur montrer que vous n’êtes en aucune manière inférieurs à eux: “Nous sommes ici vraiment pour vous servir, vous accueillir; tout ce qui est possible de notre côté, nous n’hésitons pas à le faire.” Cela ne coûte pas d’argent, ni de travail dur. La seule chose, c’est que nous devons changer notre point de vue. Si, même après être venus à Sahaja Yoga, nous ne sommes pas capables de changer notre nature de cette façon, alors Je ne pense pas que nous pourrons changer l’humanité entière avec Sahaja Yoga.
La plus grande qualité en nous est de donner aux autres. Et cette qualité, nous devrions nous en imprégner. Dans Sahaja Yoga, votre Kundalini est éveillée et vous réalisez votre Esprit, mais l’essence de l’Esprit est semblable à celle du Soleil, et cette essence est de donner. Si vous avez vu une de Mes photos, il y a un Soleil qui brille sur Mon cœur; en fait, il y a un Soleil dans Mon cœur et, à cause de cela, Je ne ressens jamais que Je devrais prendre quelque chose ou dépouiller quelqu’un. Je ne comprends pas de quelle partie de votre tête vient cette idée de les dépouiller. C’est un comportement très étrange. Des Sahaja Yogis ne devraient pas penser ainsi, mais, au contraire, chaque jour, nous devons penser à ce que nous pouvons donner ou faire pour les autres.
A Rahuri même, J’ai démarré une organisation qui s’appelle “Sahaj Stree Sudhar” ou “Samajsudhar” [Association pour l’assistance aux femmes]. A travers Life Eternal Trust, nous ne pouvons pas utiliser l’argent pour l’aide sociale aux femmes, alors nous avons dû créer cette organisation. Cette organisation est reconnue officiellement et des gens, du Canada et d’ailleurs, sont prêts à lui faire des dons, mais ici Je ne trouve personne pour travailler dans cette organisation. Si les femmes du pays se prennent en main pour travailler pour cette organisation, alors seulement elle aura du succès. Nous avons acheté un terrain et tout l’équipement, mais nous ne trouvons pas de temps à dédier à cette organisation. Alors comment pouvons-nous aller à cet endroit?
Mais on devrait se rappeler que des gens viennent de l’étranger avec de l’argent à donner pour votre organisation. Ils ont apporté quatorze machines pour les femmes ici. Vous pouvez voir des femmes traîner sans rien faire. Vous pouvez leur demander de travailler, afin qu’elles puissent gagner quelque chose en le faisant. Et elles peuvent prospérer. Au moins ces choses-là, nous devrions essayer d’y penser. Au lieu de cela, nous pensons toujours à nous-mêmes. Donc les personnes qui sont dans Sahaja Yoga devraient savoir que cette attitude égoïste n’est pas acceptée dans Sahaja Yoga. Nous devrions penser en termes d’avantage global. Les vies [vibhuti] des Saints sont pour le salut du monde. Et c’est également pour le salut des vies des Saints que ce monde existe. Alors les Saints seront bénis par cette attitude… [Vibhuti signifie les cendres avec lesquelles est décoré Shiva.]
Maintenant que vous êtes devenus des Saints, vous devriez vous comporter comme des Saints, et la première qualité d’un Saint est de donner. Vous n’avez jamais entendu parler d’un Saint qui dépouillait quelqu’un. Si un Saint pense à tricher, il ne demeure pas un Saint. Alors, de notre côté, nous devrions toujours penser: combien pouvons-nous donner, que pouvons-nous donner, combien d’amour pouvons-nous donner, et combien de gens pouvons-nous aider? Toute notre attention devrait être dans ce but.
De nos jours, il y a des organisations de bienfaisance uniquement dans des buts électoralistes. Nous ne devrions pas créer ce type d’association de bienfaisance. Mais nous devrions créer des associations dans lesquelles nous pouvons travailler sans penser à nous: notre amour devrait être nirvajya et nous ne devrions rien attendre en retour. Et il n’y a aucune limite à notre amour, c’est un amour inépuisable. Lorsque nous avons ce genre d’amour, automatiquement nous saurons ce qu’il faut faire.
Les améliorations devraient être faites graduellement, et chaque Sahaja Yogi devrait contribuer à cette aide sociale collective. Nous devrions essayer de dédier notre temps dans ce but et travailler dur pour atteindre nos objectifs. Cela ne devrait pas être: “Shrī Mātājī est arrivée, Elle fait un discours et lorsqu’Elle S’en va, tout est terminé.” Ces gens [de l’étranger] ont fait beaucoup. Ils ont démarré des écoles et de l’aide sociale. Nous devrions aussi démarrer quelque chose de cette manière.
Sahaja Yoga ne devrait pas devenir une association de personnes qui ont réalisé l’Esprit et nagent dans la joie, mais sont des gros paresseux. Cela ne devrait pas se passer de cette façon-là. Nous devrions essayer de voir comment nous pouvons aider les autres. Nous devrions ouvrir les yeux, regarder autour de nous avec amour et essayer de voir comment nous pouvons aider les autres. Pour l’instant, Je n’ai pas pu déménager en Inde. Une fois que Je reviendrai en Inde, vous verrez que Je ferai travailler tout le monde. Alors, il est recommandé de commencer à travailler avant que J’arrive.
Sahaja Yoga n’est pas fait uniquement pour s’asseoir et méditer. Pour méditer, pourquoi avez-vous besoin de Sahaja Yoga? Vous pouvez aller dans les Himalayas. Si vous voulez rester ici et être dans Sahaja Yoga, alors les gens du commun devraient être aidés par Sahaja Yoga. Mais Sahaja Yoga ne devrait pas devenir comme ces organisations modernes de bienfaisance. Nous devrions essayer d’atteindre nos buts en toute sincérité et alors seulement nous pourrons dire que nous avons établi Sahaja Yoga.
En fait, J’ai entendu beaucoup d’éloges sur Moi. J’ai entendu les chansons et elles M’ont donné beaucoup de joie et de satisfaction que les gens M’aient reconnue. Mais vous devriez vous rappeler une chose – vous devriez travailler afin de vous connaître vous-même, car vous ne pouvez pas vous voir dans le miroir. Vous devriez être capable de voir ce que vous avez accompli, comme auparavant vous aviez l’habitude de vous occuper de votre famille, de vos enfants. De la même manière, si vous n’êtes pas capable de travailler pour le collectif, alors, à Mon avis, vous n’avez rien accompli à travers Sahaja Yoga. Vous êtes resté où vous étiez, vous n’avez pas du tout progressé.
L’année prochaine lorsque Je viendrai, vous devriez pouvoir Me dire combien d’arbres banyans vous avez plantés. Deuxièmement, vous devriez pouvoir Me dire quel travail collectif ou social vous avez fait. Si vous essayez de regarder autour, vous serez certainement capable de voir du travail collectif que vous pouvez faire et devriez faire. Je suis sûre que vous pourrez le faire très bien. Cela ne demande pas d’argent – simplement vous devez le décider dans votre cœur.
Lorsque J’ai démarré Sahaja Yoga, à cette époque-là, J’ai donné la Réalisation à une dame seulement et J’ai commencé sans argent. Je n’avais le support de personne, mais pourtant J’ai démarré Sahaja Yoga. Mais c’est grâce à la sincérité de ce travail et à sa régularité que cela s’est tant répandu.
Maintenant, chacun d’entre vous, homme ou femme, vous avez la responsabilité, lorsque vous présenterez Sahaja Yoga au grand public, d’être capable de leur montrer une preuve d’action d’intérêt général. Vous n’avez pas besoin d’enfreindre la loi pour cela. Vous n’avez pas besoin de faire quelque chose de mal, vous n’avez pas besoin de faire quelque chose d’illégal. De façon très simple, si vous ouvrez simplement les yeux, vous serez capable de voir ce que vous pouvez faire dans l’intérêt général des gens, comment vous pouvez améliorer le bien-être des gens. Et Je suis ici pour vous donner toute la force et l’énergie de faire ce travail. Nous n’avons pas besoin de vote, ni d’argent, ni d’autre chose. Vous devriez Me faire la promesse que, sans rien attendre en retour, vous commencerez à travailler pour le bien-être des gens.
Parfois, il peut se faire que, lorsque des gens commencent un travail social, ils aillent autour d’eux demander des fonds. C’est un tort. Nous ne devrions pas demander d’argent au début. D’abord, vous devriez commencer un travail qui ne demande pas d’argent. Tout le monde pense que, sans argent, nous ne pouvons rien faire. Vous avez reçu ces pouvoirs, alors pourquoi avez-vous besoin d’argent? Si quelqu’un est malade ou ne va pas bien dans votre quartier, alors vous pouvez lui rendre visite et essayer d’apaiser cette personne. Au lieu de cela, ce que Je constate, c’est que vous M’amenez la personne malade.
L’autre jour, quelqu’un M’a amené une personne blessée. Il avait un bras cassé. Un Sahaja Yogi aurait pu le traiter en deux minutes et le remettre en état, mais, au lieu de cela, ils Me l’ont amené, et, en plus, en plein milieu d’un programme public, et M’ont demandé de traiter son bras. Vous êtes si nombreux et tous les pouvoirs coulent dans vos mains, mais pourtant vous ne les utilisez pas. Si vous n’êtes pas capable de traiter même ces petits maux, à quoi cela sert-il d’être un Sahaja Yogi? Quelqu’un dit: “Ma mère est malade, mon père s’est cassé une jambe.” Au lieu de Me les amener, vous pouvez facilement les traiter. Vous avez effectivement ces pouvoirs, essayez de les utiliser.
Donc, vous devriez être capable d’aider les gens, sans rien attendre en retour et avec beaucoup de joie. Vous serez capable de ressentir beaucoup de joie lorsque vous aurez le sentiment que vous ne faites rien, mais que vous êtes simplement un instrument de Dieu, que vous vivez dans ce monde, dans ce pays et que vous leur donnez quelque chose de particulier. C’est une chose si importante, une compréhension si importante. Si vous décidez tous de travailler avec un tel sentiment, alors vous serez capables de faire quelque chose pour les autres, et les autres personnes verront ce qu’est Sahaja Yoga. Maintenant les gens pensent: “C’est quoi, Sahaja Yoga? – Juste tous à méditer ensemble et c’est tout? Même s’il y a un problème dans le pays, les Sahaja Yogis sont simplement assis en méditation.”
Un homme est venu Me dire: “Ma femme ne fait pas la cuisine.” J’ai demandé: “Pourquoi?” Il a répondu: “Elle médite simplement.” Alors J’ai dit: “C’est vrai? Mais qui lui a dit cela?” D’abord, elle devrait cuisiner; pour la méditation, même cinq minutes suffisent. Je vous ai donné le pouvoir et l’énergie de bien cuisiner.
Donc, il faut avoir confiance dans le fait que vous êtes capable de travailler. Je vous donne les pouvoirs, vous pouvez les assimiler. Si vous méditez chaque jour, ce n’est pas suffisant. Vous devez voir quel bien-être vous donnez aux autres. Mais, au lieu de cela, vous pensez toujours à votre propre bien-être, et venez Me demander de traiter votre fils, votre père, votre mère, ou demander d’avoir un bon travail. Et vous voulez que Je vienne également chez vous manger, faire ceci, faire cela. De cette façon, vous essayez de M’imposer votre volonté, mais qu’en est-il de vous, que pouvez-vous faire?
Vous devriez toujours vous rappeler que vous devez faire quelque chose: “Je montrerai à Shrī Mātājī de quoi je suis capable, de faire quelque chose de spécial.” Nous devrions décider ceci une fois pour toutes. J’ai une image devant les yeux, comme a dit Gyaneshwara: “Bolte Piyushanche Sagar.” [Les mots, ou les paroles, sont comme les océans de nectar.] Où est-ce? Je veux le voir.
Donc, en ce jour auspicieux, Je vous donne toutes Mes douces bénédictions afin que vous aidiez tout le monde, que vous vous occupiez de leur bien-être et que vous traitiez chacun avec amour, que vous parliez gentiment, avec beaucoup d’amour.
[Mr. Dhumal: Tout le monde doit mettre les mains comme ceci pour faire une promesse à Shrī Mātājī. Shrī Mātājī, nous nous lions par cette promesse à Vos bénédictions d’aujourd’hui et à Votre amour. Gardez les mains une minute et faites cette promesse à Shrī Mātājī.]
Il dit que vous devriez mettre les mains comme ceci pour dire que vous êtes liés par les paroles de Mère. Et nous essayerons de faire du bien aux autres et nous serons très gentils les uns avec les autres.
[Mr. Dhumal: En cet auspicieux jour du Sankranti, chacun dans son cœur doit faire cette promesse à Shrī Mātājī.]
Il dit que vous devriez mettre les mains comme ceci pour dire que vous êtes liés par les paroles de Mère. Et nous essayerons de faire du bien aux autres et nous serons très gentils les uns avec les autres.
Je leur ai dit que nous devons être collectifs, non seulement entre Sahaja Yogis, mais avec les autres également. Nous devrions regarder notre entourage, ce qui ne va pas, comment nous pouvons aider. Nous avons beaucoup d’obligations sociales que nous devons remplir. Maintenant vous avez atteint le stade où vous pouvez le faire sans former d’organisation sociale qui collecte de l’argent, qui a des ventes et tout cela, et ce genre d’absurdité. Mais vous pouvez voir autour de vous qui a besoin de vous, qui vous pouvez aider. Et c’est ainsi que vous pouvez véritablement donner une forme très positive à Sahaja Yoga.
[Marathi]
Rahurila.
Je vous donnerai cette eau à vous tous, tous les leaders, et aussi… vous pouvez la prendre, cette eau est très bonne pour toutes les maladies du Chakra du Mooladhara.