Conseils de santé aux Yogis occidentaux

(India)

1988-12-21 Health Advice To Western Sahaja Yogis, Sangli, India, DP-RAW, 97' Download subtitles: UKView subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe

Conseils de santé aux Yogis occidentaux, Sangli (Inde), 21 Décembre 1988.

J’ai entendu dire que vous aviez tous été très malades. Je pense avoir été Moi-même malade à cause de cela. J’espère que maintenant vous allez tous mieux. Y a-t-il encore des personnes malades ? Combien ?

Guido Lanza : Environ septante [soixante-dix].

Shri Mataji : Septante sont malades dans leurs lits ? Où sont-ils ?

En fait Je dois vous dire quelque chose, c’est que l’autre jour ces jeunes femmes M’ont fait porter des ornements et J’ai senti une odeur très bizarre venant d’elles. Aussi Je pense que vous ne nettoyez pas vos mains de façon adéquate. Après être allés à la toilette, Je vous ai demandé d’utiliser tout le temps de l’eau, c’est très important. Mais vous restez encore attachés au style occidental. C’est très sale, Je vous le dis. C’est un style de vie très sale de ne pas utiliser l’eau. C’est également peu hygiénique. C’est pourquoi vous trouvez qu’en Occident la plupart des gens sont malades. Pas ici ! Vous avez vu hier comment les jeunes gens dansaient si vivement et rapidement.

Donc voilà une chose dont on doit se souvenir, c’est de laver vos mains après être allés à la toilette, avant de manger. Hier J’ai senti leurs mains et J’ai été étonnée, elles sentaient terriblement mauvais. Donc il ne s’agit pas ici d’une coutume indienne ou autre mais bien d’un système hygiénique. Alors avez-vous reçu des lotas [cruches] ? Là-bas, avez-vous reçu des cruches ? Vous les avez eues mais vous continuez à conserver cette mauvaise habitude à cause de laquelle vous avez eu le Sida. Vous avez eu tous vos problèmes à cause de ces sales habitudes. Aussi veuillez essayer de comprendre.

En fait J’ai vu qu’en Angleterre ou n’importe où, J’ai vu que vous utilisez des cuillères, des fourchettes et d’autres choses, aussi vous n’utilisez pas directement vos mains [pour manger]. Quand vous n’utilisez pas directement vos mains, cela va. Mais Je pense cependant que c’est une sale habitude dans tous les cas. Mais si vous utilisez des fourchettes ou des cuillères ou autres, au moins vous ne touchez pas votre nourriture avec ces mains sales.

C’est seulement à ce moment que J’ai réalisé que ces personnes sont à nouveau retournées à de mauvaises habitudes. Ce commerce du papier [toilette] est le plus sale ! Vous êtes tellement habitués à ces odeurs que vous ne les sentez plus. Mais Je l’ai remarqué même lorsque nous avions des réceptions et ce genre de choses, Je suis assise là et Je rencontre des gens, ou même si Je leur serre la main, Je sens cette horreur. Il y a une trop forte odeur dans les mains. Cette sensibilité est perdue. Vous ne pouvez plus sentir ces odeurs. Pouvez-vous sentir vos mains maintenant ? Voyons voir ! Vous sentez cela ? Ce n’est pas nécessaire de mettre dessus aucun parfum ou autre, mais utiliser du savon fera l’affaire. Ici en Inde, nous utilisons notre argile parce qu’en Inde il y a de l’argile de très bonne qualité. Vous pouvez utiliser l’argile. Utilisez juste bien de l’argile pour nettoyer vos mains. C’est très important.

Et voilà pourquoi J’ai vu qu’en Occident tout le monde est malade tout le temps. Il y a là quelque chose qui ne va pas. On ne les trouve jamais en bonne santé. Je pense que ceci est une des raisons. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas avec eux. Je veux dire que les Indiens étaient là, qu’ils ont eu la même nourriture à manger, rien ne leur est arrivé ! Et nous avions également organisé des arrangements spéciaux pour l’eau. Mais ceci est quelque chose à propos de quoi vous êtes très négligents.

Vous devez être très prudents. Je ne sais pas comment vous le gérez. Je veux dire que vous ne pouvez pas vivre sans cela. Même si, supposons, nous allons à un endroit et il n’y a rien de disponible, vous devez juste utiliser parfois du papier, parfois même en Angleterre, alors nous revenons immédiatement à la maison et nous prenons un bain.

Donc la propreté personnelle est très importante où que ce soit. Ici vous ne pouvez rien réclamer à propos de quoi que ce soit parce que J’ai vu que des gens qui mangeaient la même nourriture et vivaient là [avec vous], sont en pleine forme et enthousiastes. Rien de mal ne leur est arrivé.

Et aussi nous ne mangeons pas trop de nourriture à l’état brut. Et une autre bonne chose est là, c’est qu’il n’est pas question que quelque chose tombe dedans. De plus, même si l’on M’a dit que les ustensiles de cuisine sont lavés dans le lac, cela n’a pas d’importance car la nourriture va être cuite. Une fois que vous la placez sur le feu, cela nettoie tout. Cela ne peut pas vous rendre malade.

Ensuite, deuxièmement, J’ai vu que vous êtes très négligents pour vous couvrir. Vous devez emporter un châle tout le temps. Même si vous sentez que vous ressentez un peu de chaleur, cela n’a pas d’importance. Et vous pouvez l’enlever. Mais gardez-le tout le temps sous la main. Voilà aussi pourquoi vous devenez malades, c’est parce qu’il y a de la poussière partout. Et si vous avez un châle autour de vous, vous en êtes au moins protégés.

Donc vous devriez toujours porter ces bundees [gilets] que nous vous avons donnés. Ils ont été fournis gratuitement avec les vêtements que vous avez reçus. Et les dames doivent garder leurs châles avec elles. Nous devons respecter notre corps car ces corps ne sont pas des corps ordinaires, ils sont les temples de Dieu.

Troisièmement Je vous ai demandé de mettre de l’huile sur votre tête au moins une fois par semaine. Mais actuellement ce n’est pas la mode d’y mettre de l’huile. Donc vous ne désirez pas mettre aucune huile sur vos têtes. Au moins une fois par semaine, vous devez mettre de l’huile sur vos têtes. Cela gardera votre tête fraîche et aussi, avant de prendre un bain, utilisez de l’huile pour en frotter vos mains ou votre corps. Nous faisons toujours cela. Vous n’avez pas d’huile avec vous ? Avez-vous de l’huile ? C’est sûr ? Alors veuillez en frotter votre corps avant de prendre un bain.

Vous devez bien frotter de l’huile sur votre corps avant de prendre vos bains. J’ai aussi vu des Occidentaux qui ne le faisaient pas. Ils n’utilisent juste jamais d’huile. Avant de prendre un bain, au moins durant quinze minutes, frottez de l’huile sur votre corps. Ce sont des choses très simples mais vous ne les faites seulement pas. Je ne comprends juste pas. Si vous faisiez attention juste à certaines choses, vous seriez en pleine forme.

Et si vous vous asseyez à l’extérieur, couvrez vos têtes. Cette fois, il a fait assez froid. Cet hiver a été un peu plus froid qu’avant, la raison en est qu’il a plu beaucoup. Mais Je veux dire que, comparé à votre pays, il ne fait pas froid.

Mais la négligence peut provoquer cela. Aussi veuillez rester couverts. Et ensuite ayez votre bain, si vous prenez un bain avec de l’eau froide, vous ne pourrez jamais attraper froid parce que la température sera pareille. Pendant un court instant vous sentirez que c’est de l’eau froide, mais c’est très bien, ces gens qui prennent leur bain avec de l’eau froide. Avez-vous eu de l’eau chaude pour prendre votre bain ? Où ?

Yogi : A Rahuri. Même à Brahmapuri.

Shri Mataji : Vous avez eu de l’eau chaude ? C’est très mauvais. Voilà la raison [pour laquelle vous êtes devenus malades]. Voilà ce qui l’explique. Si vous devez prendre un bain avec de l’eau chaude, alors vous devez ensuite entrer dans votre lit. Si vous prenez votre bain en plein air, à coup sûr vous aurez de la température. C’est absolument sûr.

Ceci est une chose très simple et Je ne sais pas comment vous ne le savez pas. Vous ne devriez jamais prendre votre bain en plein air avec de l’eau chaude. Cela arrivera à coup sûr [de tomber malade]. Je veux dire, à l’école, supposons qu’un gamin ne veuille pas y aller, alors ce qu’il fait, il garde la fenêtre ouverte et prend son bain avec de l’eau chaude, terminé ! Il aura immédiatement de la température le jour suivant.

Donc à Brahmapuri, s’ils vous ont donné de l’eau chaude, vous n’auriez pas dû prendre votre bain. C’était mauvais. Même si on vous l’a proposé. Je veux dire que le Gange, Je ne sais pas combien d’entre vous sont allés dans le Gange ? Vous y avez été. En fait l’eau est glaçante, Je vous le dis, elle est absolument glacée. Quand vous y mettez votre pied, vous allez juste le retirer car c’est si froid. Mais les gens y vont. Ils se meuvent lentement, lentement, et s’y glisse. Et, quand vous en ressortez, vos joues sont rouges comme des pommes ! L’eau est si froide, n’est-ce pas ? Mais rien n’arrive. Personne n’attrape un rhume ou n’importe quoi d’autre.

Donc l’eau courante est la plus propre et, où vous pouvez y entrer, entrez dans l’eau froide. Sinon, si vous devez prendre un bain avec de l’eau chaude, prenez-le le soir ou peut-être au moment où vous pourrez vous mettre au lit après. En Angleterre aussi, les gens prennent leurs bains le plus souvent le soir et puis vont au lit. Supposons que vous preniez un bain chaud en Angleterre et que vous sortiez, immédiatement vous aurez le cancer des poumons.

Connaître l’utilisation du chaud et du froid est une chose très importante que l’on doit connaître. Comme aussi vous pouvez voir que, sur les mains, vous sentez le chaud et le froid. Donc supposons que maintenant vous ayez prix un café, après cela vous ne pouvez plus rien prendre de froid. C’est une chose simple à comprendre. En premier, vous pouvez prendre quelque chose de froid. Comme J’ai vu des gens prendre un café et ensuite une crème glacée ! Je veux dire que c’est sûr que vous allez avoir des problèmes. J’en suis absolument sûre. Mais si vous prenez une crème glacée, si en premier vous prenez une crème glacée, ensuite prenez un biscuit et puis de l’eau, ensuite des biscuits et ensuite vous pouvez prendre quelque chose de chaud. Supposons que vous ayez pris quelque chose de chaud et vous voulez boire de l’eau [froide] aussi, alors prenez trois biscuits [avant de boire l’eau].

Une autre très grande précaution que vous devez prendre et dont J’ai vu que personne ne la prend, c’est quand à l’extérieur cela devient parfois très chaud. Si vous êtes assis dans un programme ou autre et qu’il commence à faire très chaud, ou si parfois vous êtes assis sous le soleil et que vos têtes deviennent très chaudes, si immédiatement vous allez boire de l’eau froide, vous allez vraiment devenir malades, aucun doute à ce sujet. C’est la meilleure façon de devenir malade.

Donc, si vous êtes installés sous le soleil, vous ne devriez jamais, au grand jamais, boire de l’eau [froide] tant que vous n’avez pas mangé quelque chose de doux. Prenez du sucre ou un jaggery [une friandise sucrée] ou du biscuit ou autre. Même si vous avez très soif, vous ne devriez pas boire [quelque chose de froid].

De petites précautions doivent être prises. Rien ne devrait arriver aux Sahaja Yogis. Car, si vous devenez malades, Je le deviens aussi. C’est cela le problème. Et c’est pourquoi J’étais si malade hier. Je savais que vous deviez tous être malades, c’était pourquoi cela M’arrivait. Je veux dire que Je travaille beaucoup plus durement que vous. Il y a des réunions sans fin. Je dois rencontrer d’autres gens à part vous, leur donner la Réalisation, discuter de tous les autres problèmes d’organisation, ceci, cela, mais rien ne M’arrive. Mais il faut que ces précautions soient prises.

(Marathi : Pourquoi ne leur avez-vous pas dit ?)

Regardez ces Indiens, ils voyagent avec vous et sont en forme. Aucun n’est malade. Pourquoi ? Aucun d’eux n’est malade. Vous voyez, depuis notre enfance, on nous enseigne que nous devons nous laver les mains au moins dix fois par jour.

Et ensuite, c’est trop de thé. Vous buvez trop de thé. C’est très préjudiciable pour les intestins, très préjudiciable. Il comporte du tanin, vous savez cela. Donc c’est très mauvais pour vous de prendre autant de thé. Plus du lait avec ! Le lait cause la diarrhée. Limitez votre prise de thé. Ou même si vous devez prendre beaucoup de tasses de thé, alors veillez à ce qu’il soit léger, extrêmement léger, que ce soit du thé très léger. Mais ce thé Marathi, une seule tasse le matin est suffisant. Boire trop de thé est très dangereux. Je sais qu’il est facilement disponible ici. Cela ne les dérange pas si vous buvez un plein tonneau de thé, chaque personne, mais ce n’est pas bon pour vous. Trop de thé n’est pas bon du tout. Aussi limitez-vous quand vous prenez du thé. Aussi boire du thé tout le temps, n’est pas une très bonne idée.

Je pense qu’une sorte de chose est survenue, c’est la part de l’attention. En fait demandez aux Indiens combien de fois ils prennent du thé, même si tant de thé pousse ici. Ils en prennent tout au plus deux fois. S’ils en ont pris tôt le matin, ils n’en prendront pas au petit déjeuner, et une seule fois le soir, terminé ! S’il y a un programme de musique le soir, ils pourraient en prendre une tasse. Parce qu’ils savent que, à cause de ce thé, l’estomac va être déréglé et que vous ne pourrez pas dormir. C’est quelque chose de très mauvais.

Et J’ai vu, lors de la construction de Ma maison ou Je devrais dire quand Je l’ai rénovée, qu’au moindre prétexte ils avaient l’habitude d’entrer dans la cuisine, faire du thé et le boire. Quinze tasses, vingt tasses ! Je Me demandais à chaque fois : « Que se passe-t-il avec ces gens ? » Evidemment le thé n’est pas cher, cela va, cela ne coûte pas beaucoup d’argent, mais c’est très dangereux.

Donc réduisez la prise de thé. Mais la prise d’eau devrait être augmentée. Plus d’eau, moins de thé !

Le thé en lui-même n’est pas une très bonne chose. Si vous voyiez combien de tasses boit votre Mère ! Vous voyez Je pourrais même prendre jusqu’à dix tasses de thé car il y aura là autant de thé que pour dix tasses. [Mais Je bois] juste de l’eau, vous voyez. Je bois du thé juste pour plaire aux gens. Et pas de sucre, ni de lait. Cela, vous le savez très bien. Tout le monde le sait. Ni sucre, ni lait, terminé !

Le lait lui-même donne de la diarrhée. Mais cela ne Me dérange pas qu’il soit pris juste comme cela avec du sucre, pour ceux qui ont des problèmes de foie, mais pas trop non plus. Ceux qui souffrent du foie peuvent prendre du sucre, sinon normalement vous ne devriez pas prendre non plus trop de sucre.

Si vous faites attention à ces toutes petites choses, vous irez bien.

Cette nuit, J’ai fait des arrangements pour eux. J’espère qu’ils préparent de l’ajwain dhuni. Vous devriez tous en avoir. C’est une très bonne chose, l’ajwain. Aussi, ceux qui ont la diarrhée, peuvent en prendre, cela va. Cela va juste vous nettoyer complètement.

Et la diarrhée ne devrait pas vous affaiblir. Je veux dire que, normalement, pendant un mois, J’ai au moins vingt fois la diarrhée, réellement ! La raison en est que Je prends les problèmes de chacun sur Moi-même et cela s’en va sous la forme d’une diarrhée, mais cela ne Me rend pas faible. L’idée c’est d’avoir juste son attention là-dessus, le fait que la diarrhée joue un rôle important parfois pour nous nettoyer. C’est important. Pour Moi, c’est un soulagement. Ah, si cela arrive trente-cinq fois ou quarante fois, alors cela ne va pas. Mais si cela se passe trois ou quatre fois, c’est parfois très bien.

Egalement, la nourriture indienne est une nourriture lourde. Elle n’est pas aussi légère que la nourriture anglaise ou occidentale qui est très légère, facile à digérer. La nourriture indienne ne l’est pas. Donc c’est pourquoi Je vous ai demandé de danser, de faire certains exercices de sorte que vous puissiez la digérer. Car nous avons tous des habitudes plutôt sédentaires, nous restons assis à ne rien faire [physiquement]. Les Indiens travaillent, nous ne travaillons pas du tout. Donc nous devrions marcher un peu ou faire des exercices. C’est une nourriture lourde, sans aucun doute, mais vous ne pouvez pas la rendre très légère, même si Je leur ai dit : « Faites-la très légère, pas de piment, rien ». Ils essayent. Par exemple le déjeuner d’aujourd’hui était réellement trop consistant pour Moi. Cela va de manger ça une fois de temps en temps. Et Je leur ai demandé de vous donner le soir de la nourriture très simple [allégée]. Donc c’est comme cela que ça peut être compensé : ce soir, de la nourriture simple et, durant la journée, une nourriture lourde ; ou le soir de la nourriture lourde et le jour suivant de la nourriture simple.

Mais les Indiens sont comme cela, ils ont ce penchant de vous nourrir, ils tiennent beaucoup à vous nourrir. Mais ne tombez pas dans ce piège. Vous devriez juste dire : « Non, non, non ! » Mais ils vont continuer à dire : « Veuillez manger ! » Ils se sentent alors très heureux. Eux-mêmes, si vous les observez, ne mangent pas tellement. (Rires.) Ils sont très intelligents. Vous devriez regarder combien ils mangent. Ils se lèvent à cinq heures, prennent leur bain et sont prêts pour tout. De toute la journée, si vous voyez, ils mangent très peu eux-mêmes. Et vous savez combien Je mange Moi-même. Mais s’il s’agit de demander aux gens de manger, Je dirai : « Veuillez en prendre plus, veuillez en prendre plus. » Mais là vous ne devriez pas écouter. Absorbez juste ce que vous pouvez tolérer. Parce que vous pourriez ne pas être capable de le digérer. Je dirai ça parce que Je ne désire pas que vous vous sentiez embarrassés d’en prendre plus. Dont Je dirai : « Continuez, mangez-en plus. » Mais vous ne devriez pas écouter.

Je pense que maintenant la plupart de nos problèmes sont résolus en ce qui concerne les mariages. Et peut-être qu’on devrait neutraliser un peu un mariage. Et il y a aussi quelqu’un qui est venu de Simla. Je pense que, selon les normes occidentales, c’est un bel homme. Vous pourriez faire de lui un modèle, selon le style occidental, mais selon le style indien, ce n’est pas le cas. (Rires.) Il ressemble tout à fait aux modèles que Je vois chez Harrods. C’est très surprenant. Et, selon le Yogi [Mahajan], il pensait qu’il ne pourrait peut-être pas être apprécié à cause de son apparence. J’ai dit : « Quoi ? Vous voyez, ils n’ont tous que des visages pareils, Je les ai vus chez Harrods. Tellement d’entre eux sont là comme modèles. » Donc quelqu’un va venir et Yogi va l’amener demain. Ainsi il y a une personne de plus qui va venir et J’espère que maintenant personne ne va se lever à la dernière minute pour demander à être marié.

Où est Mr. Khan ? Il n’est pas là ? Oh, Je vois, il doit être allé quelque part. Très bien.

J’ai préparé des médicaments pour vous, pour ce problème de diarrhée. Mais Je pense qu’on ne devrait pas porter trop d’attention à cela. C’est mieux de se nettoyer. Cela nettoie. Mais vous sentez-vous très faible avec cette diarrhée ? Sentez-vous cela ?

Guido Lanza : Nous avons quelques cas, Shri Mataji, qui ont également de la fièvre.

Shri Mataji : Beaucoup de fièvre ? Il va bien maintenant ? La température est descendue ?

Guido Lanza : Il en a encore un peu.

Shri Mataji : Alors placez leur côté droit vers le gauche. [Ci-après Mère va dire justement du côté gauche vers la droite] S’il s’agit d’une température élevée, placez leur côté droit vers la gauche [côté gauche vers le droit]. Il s’agit de la diarrhée, alors il n’y a pas de problème, la diarrhée c’est bien car c’est une activité du parasympathique. Elle nettoie, vous voyez. J’ai toujours la diarrhée, Je veux dire que, comme Je vous l’ai expliqué, sur trente jours J’ai au moins la diarrhée pendant vingt jours, au minimum. Mais Je vais tout à fait bien parce qu’il s’agit juste d’un nettoyage. Mais si vous n’arrêtez pas de penser : « J’ai la diarrhée, j’ai mal à la tête, j’ai ceci… » alors même si vous n’êtes pas malade, vous vous sentirez encore plus malade. On ne devrait pas y faire trop attention. Quelle était la température ?

Guido Lanza : Environ 39-40.

Shri Mataji : Non, dis-le-Moi en degrés Fahrenheit, Je ne comprends pas les degrés Celsius.

Guido Lanza : Environ 100. [En fait c’était 104, ce que Shri Mataji a vérifié plus tard.]

Shri Mataji : Cent ? Cent n’est pas de la température. Ce n’est rien. Était-ce 104 ? Oh, alors ce n’est pas de la température. Cela va. Une température élevée, c’est 104. Oui, c’est cela. Mais ils ont dû prendre… Si vous prenez un bain avec de l’eau chaude ! Vous pouvez essayer, à l’extérieur, immédiatement vous aurez 100 de température, immédiatement. C’est absolument inévitable. Je ne comprends pas comment vous ne pouvez pas savoir ces choses. Vous ne le saviez pas, docteur ?

Dr. Bogdan : Le restaurateur nous a donné du yoghourt, dahi, qui nous a bien aidé et donc beaucoup se sont améliorés après ça.

Shri Mataji : Que s’est-il passé avec le yoghourt ?

Dr. Bogdan : Ils se sont améliorés, cela allait mieux. Car nous en avons eu tant [de malades] en l’espace de deux jours. Nous avons commencé à faire des traitements adéquats, nous nous sommes organisés pour qu’ils aient du dahi et du café noir.

Shri Mataji (riant) : Mais la diarrhée ne doit pas être tellement crainte. Et, vous voyez, avoir 100 de température n’est pas du tout de la température.

Dr. Bogdan : Non, Mère, certains d’entre eux ont eu 101-102.

Shri Mataji : Cela va si ça n’arrive qu’une seule fois. (Rires.) Si Je prends aussi souvent Ma température, Je vais devenir folle. Ce n’est rien. Vous voyez, la température est là à cause de la chaleur, quelque chose comme cela. Cent et deux, ce n’est rien. C’est légèrement [élevé]. Ce n’est pas quelque chose à signaler. Personnellement Je pense ça vous voyez.

Pour nous les Indiens, 102 ce n’est pas de la température. Vous êtes très délicats ! Je dois dire que vous avez une santé très délicate. Vous avez vu ces jeunes hommes, comme ils dansaient. Vous avez vu la façon dont ils faisaient les choses. Vous voyez, la vie est si active. La nature léthargique du corps vous rend si délicat ! Vous avez vu hier comment ils ont fait tout cela. C’est très courant, J’ai aussi eu l’habitude d’apprendre tout cela. Nous devons tous apprendre. Donc gardez votre corps en mouvement. Je veux dire que vous devriez aller aux cours même si vous avez 102 de température. Ce n’est rien. Ce n’est pas beaucoup. Mais vous êtes très délicats et donc il y a moins de support pour le pouvoir. C’est ça que Je pense.

Bien sûr nous commençons à nous soucier si c’est 104. Mais 102, ce n’est pas beaucoup. Je pensais, comme vous étiez si malades, que vous aviez 106. Réellement, Je Me suis tracassée. Mais pour cela, placez juste le côté gauche vers la droite et vous irez bien. Ceci est dû au fait que vous ne prenez pas les précautions adéquates. En fait, ne prenez pas de bain chaud à l’extérieur ! Vous devez juste essayer de faire très attention à ceci. Il n’y a pas de problème de prendre un bain extérieur avec de l’eau froide. Le froid est toujours bon. Utilisez toujours de l’eau froide. Prenez votre bain avec de l’eau froide. Vous n’aurez jamais, vous n’attraperez jamais un rhume.

Quand J’étais en Inde, J’ai toujours utilisé de l’eau froide. Mais, quand Je suis venue en Angleterre, tous M’ont dit : « Vous ne pouvez pas faire comme cela. » Ils M’ont juste forcée à prendre de l’eau chaude et J’ai commencé à avoir le rhume. Autrement Je n’ai jamais eu de rhume. Donc, s’il faut utiliser de l’eau chaude, très bien utilisez l’eau chaude puis allez dans votre lit. Je vous le dis, c’est la meilleure manière de garder votre température normale. Evitez juste les bains d’eau chaude. Prévoyez, lorsque vous prenez un bain chaud, d’aller ensuite dans votre lit. Ne vous dénudez pas. D’accord ?

Nous avons fait un médicament qui ne paraît pas très attirant mais il n’a pas mauvais goût. C’est seulement en cas de diarrhée. Ce n’est pas pour tout le monde, seulement ceux qui ont la diarrhée.

Si vous pouviez aussi vous souvenir d’une chose en plus, c’est, lorsque vous sortez de ces processions, de vous gargariser juste avec de l’eau un peu chaude ou même de l’eau ordinaire. Vous vous gargarisez juste. Ainsi la poussière va sortir. Il se peut qu’il y ait de la poussière. Vous n’êtes pas habitués à la poussière. C’est également une autre raison pour laquelle vous toussez.

Sont-ils ici, ceux qui ont de la température ?

Guido Lanza : Ils sont dans leurs lits. Ils sont au lit.

Shri Mataji : Pas ici ?

Guido Lanza : Ils sont maintenant dans leur chambre à coucher.

Shri Mataji : Pouvez-vous voir s’ils ont maintenant de la température ?

J’ai été perturbée de la façon dont on Me l’a dit. J’ai pensé : « Il y a un genre d’épidémie ou quoi ? » (Rires.) Réellement ! Comme la peste, vous voyez ! La description était si horrible ! (Rires.)

Certains d’entre vous ont eu de [faux] gurus et c’est pourquoi également le Vide agit très rapidement. Ce doit être la première fois qu’ils sont en visite [en Inde], la plupart d’entre eux, et ils doivent ressentir ce problème dû au guru et le Vide doit en faire l’étalage !

Qu’est-il arrivé à Patrice [Buyle] de Shudy Camps ? Où est-il ? Quel a été le problème avec toi, Patrice ?

Patrice Buyle : Hier, J’ai juste senti tous mes chakras. Hier Je ne pouvais pas bouger. J’avais mal dans mes os et j’avais de la fièvre et de la diarrhée. J’ai essayé de rester durant tout le puja et à la fin j’ai failli m’effondrer. Je ne sais pas pourquoi mes chakras ont été bloqués depuis le Mooladhara jusqu’à l’Ekadasha Rudra.

Shri Mataji : Que s’est-il passé ?

Patrice Buyle : Je ne sais pas, Shri Mataji. J’ai bu de l’eau de la rivière Krishna [à Brahmapuri].

Shri Mataji : Tu as bu quoi ?

Patrice Buyle : J’ai bu de l’eau de la rivière Krishna à Brahmapuri.

Shri Mataji : Tu as bu de l’eau ?

Patrice Buyle : Eh bien je ne voulais pas la boire mais je l’ai juste aspirée un peu. Je ne sais pas si c’est cela la raison.

Shri Mataji : Non, non, la rivière Krishna a du courant. Il n’y a pas de problème.

Patrice Buyle : Alors je ne sais pas.

Shri Mataji : Ils disent que tu avais parlé ou que tu avais dit des choses, que tu avais dit des choses bizarres. Tu t’en souviens ? As-tu parlé comme cela ? Quelqu’un M’a dit ça. Etait-il ainsi ? Quelqu’un l’a vu ? Dr. Spiro ?

Dr. David Spiro : Je ne l’ai pas entendu délirer ou autre, Shri Mataji, non.

Shri Mataji : Ils ont dit qu’il délirait donc J’ai pensé que sa température devait être très élevée. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Quelqu’un l’a vu parler de trop ou autre ? (Rires.)

Dr. Bogdan : Réellement non. Il semblait très mal hier mais maintenant il paraît aller bien.

Shri Mataji : Mais quel était le problème, qu’a-t-il fait ?

Dr. Bogdan : Je ne pense pas qu’il délirait, Mère.

Shri Mataji : Pas hilare [délirant]. Mais c’était quoi ?

Dr. Bogdan : Il avait mauvaise mine et beaucoup de diarrhée, mais maintenant il va mieux.

Shri Mataji : Fais-Moi voir ta température, viens ! Il n’allait pas si mal. Il n’avait pas une température très élevée, n’est-ce pas ?

Mais l’avez-vous trouvé en train de délirer ou autre ? Disait-il [des choses délirantes] ?

Vous avez pris les vibrations ? Très bien. Tu vas bien. Il n’a pas suffisamment de température que pour devenir délirant. Donc cela doit être qu’il ne pouvait pas alors en avoir tant. Ce n’est pas tellement. Cela pouvait être tout au plus 99.

Dr. Bogdan : Je ne pense pas que la fièvre était un si grand problème, Shri Mataji.

Shri Mataji : Quel était le problème, c’était la diarrhée ?

Dr. Bogdan : Juste la diarrhée, quelques vomissements et de la frustration, les gens se sentant faibles, etc…

Shri Mataji : Combien de fois pour la diarrhée ? En moyenne.

Dr. Bogdan : Quatre à cinq fois pour certaines personnes. Certains une vingtaine de fois.

Shri Mataji : C’est être malade. Vingt fois signifie une maladie. Et ils vomissaient aussi ?

Dr. Bogdan : Oui. Ainsi Patrice était l’un d’eux. Patrice était l’un de ceux qui se déplaçaient beaucoup durant la nuit et autre, mais il s’est amélioré maintenant, Mère.

Shri Mataji : Mais Patrice avait besoin d’être nettoyé. Patrice, vous avez suivi d’autres pratiques, n’est-ce pas, dans votre recherche ? Patrice, vous avez fait quelque chose de pareil à ceci avant ? Et Je pense aussi à la drogue. C’est du nettoyage. C’est bon pour toi. Laisse cela nettoyer les drogues.

Dr. Bogdan : A tous ceux qui avaient de la fièvre, nous avons suggéré de dormir sur le sol dans l’ombre et laisser la fièvre être absorbée par la terre, et cela semble avoir marché.

Shri Mataji : Nous mettons également de l’argile sur le ventre pour enlever la température. C’est une méthode naturelle. Mais Je pense que ce sont les drogues, les mauvais gurus et autres qui abîment votre Vide et alors, quand vous venez à Sahaja Yoga, cela ressort de cette façon. Donc laissez cela se nettoyer. Je pense que Patrice a eu des problèmes avec son Vide. Je savais cela depuis longtemps.

Dr. Bogdan : Eh bien, cela a été attisé après votre puja, Shri Mataji. C’est alors que beaucoup ont en fait commencé après votre puja. Donc nous supposons naturellement qu’il s’agit d’un nettoyage et nous n’essayons pas de l’arrêter.

Shri Mataji : Non, laissez faire, c’est mieux. Si cela s’est passé après le puja, c’est qu’il fallait que cela arrive, c’est très bien. Je pense que cela s’est passé après le puja.

Dr. Bogdan : Mr. Patra a eu l’amabilité de nous fournir du dahi en plus et également du café noir, et nous leur donnons cela.

Shri Mataji : Mais le dahi, le soir, ce ne sera pas adéquat. Il va vous apporter [un rhume]. Le matin, cela convient. Le matin, le babeurre est aussi beaucoup mieux que le dahi, le babeurre. Il est beaucoup plus adoucissant. Donc si vous pouvez faire du babeurre, rien de tel ! Prenez plus de babeurre. Mais le café avec le babeurre, Je ne sais pas !

Dr. Bogdan : Peuvent-ils prendre du café comme cure pour la diarrhée ou pas ? Alors veuillez bien leur expliquer.

Shri Mataji : Je ne sais pas. Cela la stoppe juste, c’est tout. Prenez du babeurre. Prenez du babeurre avec de l’isabgol. Le babeurre, c’est bien mieux. Il adoucit et apaise. Lentement, lentement, cela va s’améliorer. Mais ce café la stoppe juste et augmente tout cela. Ce n’est pas très adapté de donner un choc à votre système. Le café n’est juste pas curatif. Il stoppe seulement la diarrhée. Je ne vois pas pourquoi on devrait la stopper. Laissez faire le nettoyage tant que vous n’êtes pas absolument très faible. Mais il y a ici quelque chose du nom de ‘Electrol’, vous en avez eu.

Dr. Bogdan : Nous l’utilisons.

Shri Mataji : C’est bien.

Dr. Bogdan : Et nous utilisons aussi de l’eau de riz quand nous pouvons en avoir. A nouveau Mr. Patra a été assez aimable que pour aussi nous en donner.

Shri Mataji : Oui, vous pourriez prendre toutes sortes de choses avec de l’eau.

Je pense que c’est parfois nécessaire de se nettoyer. Et les drogues spécialement devraient sortir de votre système, c’est très important, très important. S’il y en a là, il faudrait s’en débarrasser.

Si cela s’est passé après Mon puja, Je pense que cela a été activé à l’intérieur. Mais observez juste qu’après ils n’aient pas trop de diarrhée et de température. Mais s’ils ont 102 de température, Je ne pense pas que ce soit beaucoup. Mais si c’est plus que cela, alors vous devez faire attention.

Vous savez, Je Me suis assez bien inquiétée, de la façon dont J’ai appris votre maladie. Mais ne pensez pas trop non plus à la maladie.

Maintenant Je dois parler – veuillez vous asseoir – un peu aux Australiens parce que, pour Moi, les Australiens, les Anglais, les Français, vous tous êtes Mes enfants. Et nous devrions tous savoir tout sur toute chose. Donc il ne devrait pas y avoir d’exclusion des Australiens ou de n’importe qui. Ceci peut arriver à quiconque, et l’Australie étant un pays si puissant de Sahaja Yogis, que cela se soit passé là, est une chose très triste. Nous avons reçu trois chocs, l’un après l’autre, en Australie.

Je pense qu’il y a deux sortes de gens en Australie. Une sorte de gens qui sont tout le temps d’un genre très dominateur et qui essayent de dominer. Et il y a une autre sorte qui est extrêmement obéissante et soumise. Ces derniers n’ont pas gardé leur sens critique.

Vous êtes tous des Sahaja Yogis et personne n’a à vous dominer ou à tirer avantage de vous ou à vous organiser de cette façon. N’importe quel leader qui fait cela, doit payer très fortement pour ça. Et également la partie que l’épouse doit jouer en tant qu’épouse du leader, elle doit comprendre qu’elle est seulement une mère et qu’elle n’a aucune autorité en tant qu’épouse de leader.

Dans le cas de l’Australie, nous avons eu plein de problèmes parce que les Australiens ont un sentiment spécial pour leurs épouses – Je ne sais pas pourquoi – dans Sahaja Yoga, autrement non. Je pense que la plus grande tentation qu’ils aient, est d’avoir une famille. Les Australiens ont cette plus grande des tentations que : « Nous devons avoir une famille. Nous devons nous occuper de notre famille », ceci, cela. Et ceci peut provenir de ce que les gens aient vu des familles brisées, qu’ils aient vu les problèmes de ces familles éclatées, et il y a eu tellement d’ouvrages écrits à ce sujet, que : « Nous ne devrions pas négliger notre famille, vous devriez vous occuper de vos enfants, de vos épouses, et ceci et cela. »

Evidemment dans Sahaja Yoga nous respectons beaucoup la famille, mais pas au-delà de la plus grande famille.

A propos de James, Je dois vous dire une chose, c’est qu’il M’a donné le plus grand choc. Le premier choc est venu de son cousin Terence que vous connaissez, dont l’épouse était une Indienne qui, aussi dans son ego, est devenue semblable à une petite « mataji ». Elle avait l’habitude de commander : « Je veux avoir ceci, Je ne veux pas cela. » Ils logeaient dans Ma chambre et s’y distrayaient.

Ensuite est venu Mr. Warren. C’était un autre gars horrible. Vous voyez, de tels leaders provenant de cet endroit, J’en suis surprise. Ensuite il vint ici. Il ne M’a jamais dit qu’il avait reçu de l’argent ou qu’il avait récolté de l’argent, rien de ce genre. Je n’ai jamais rien su. Seulement une fois, à ce propos, quelqu’un a fait la remarque qu’il avait collecté de l’argent et donc Je lui ai demandé : « Quel argent collectes-tu ? » Sans que Je le sache, il a fait tant de choses, et Je n’avais jamais connu de telles personnes auparavant. Bien que Je lui aie dit : « Ton Nabhi est bloqué, ton Mooladhara est bloqué », ceci, cela, mais Je ne savais pas qu’il pouvait y avoir des gens de ce niveau !

Donc nous avions là James, dans cette même relation. James était un homme très simple, sans aucun doute. Quand il est venu Me voir la première fois, il était très contrarié. J’ai demandé : « James, pourquoi es-tu contrarié ? » Il a dit : « Mère, j’ai une hôtesse de l’air… » Je vous dis toutes ces choses parce que Je dois vous en parler. « …une hôtesse de l’air qui est mon épouse mais elle ne reste pas avec moi. Elle doit rester à Sydney. Je travaille ici et je ne sais pas pourquoi elle ne m’écrit pas beaucoup. Je vais la voir, je lui envoie des cadeaux, je la vois très souvent, tout ça. » Alors Je lui ai dit : « James, si cela ne te dérange pas, Je vais te dire la vérité. » Il a dit : « Non, non, Mère, veuillez me dire la vérité. » J’ai dit : « Elle s’est déjà affichée avec un autre homme. Elle n’a rien à faire avec toi. » Et il a été choqué. Ensuite Je l’ai apaisé. J’ai dit : « Ce serait mieux que tu l’appelles. » Alors il est allé à Sydney et il l’a appelée. Elle s’est très bien habillée et est venue pour le dîner. Et là elle lui a clairement dit qu’elle vivait déjà avec un autre homme. C’est ainsi qu’il est venu à Sahaja Yoga.

Donc son premier mariage a été annulé. Après être venu à Sahaja Yoga, il désirait se marier à nouveau. C’était très bien. Alors cette jeune femme, Diane, a voulu l’épouser. En fait Je n’avais aucune idée à propos de cette homosexualité. Pour être très franche, aujourd’hui Je ne comprends pas ce qu’est ce non-sens. Et que des femmes soient homosexuelles, Je n’avais jamais entendu cela auparavant ! Nous n’avons jamais connu ça. Je ne savais pas qu’elle était ce genre de personne. Et évidemment elle n’était pas trop normale mais elle en avait après lui. Elle a voulu épouser Terrance et ensuite James. Je lui ai dit : « Terrance n’est pas ce qu’il te faut mais tu peux épouser James. » Elle Me poursuivait car elle voulait être mariée. J’ai dit : « Très bien. Tu peux épouser James. » Il n’y avait pas beaucoup de jeunes femmes à cette époque et James voulait coûte que coûte avoir une épouse. Alors il a épousé cette jeune femme.

J’ai maintenant reçu des lettres que Mathias M’a données et qui ont été écrites par son épouse qui est partie. Je reconnais que son épouse lui a amené des tas de bhoots. Et la fraternité [des bhoots] a marché et elle et huit autres jeunes femmes qui lui ont sauté au cou, ont formé là un groupe important dont J’ai eu maintenant un enregistrement et un rapport complets à leur sujet, combien elles étaient dominatrices. C’étaient des femmes très dures, dominant tout le reste d’entre eux là-bas. Et elle a commencé l’instauration de telles régulations et de tels règlements !

Il s’est passé au début, quand Je lui ai demandé de partir et d’aller chez Ruth – car les dames étaient venues Me parler – qu’elle est allée chez Ruth. Là, elle a su qu’elle allait tout perdre. Elle s’est alors elle-même bien comporté, a fait tout ce qu’il fallait. J’ai dit : « D’accord, tu reviens. » Donc ce n’était pas une possession mais une sorte de cette agressivité homosexuelle en elle. Alors Mathias M’a donné ses lettres quand son épouse était allée là. Ce sont des lettres absurdes. Elle avait l’habitude de dormir avec elle et de la serrer dans ses bras. Elle l’embrassait et faisait toutes sortes de choses avec une dame qui était allée là pour se faire guérir ! Et c’étaient des personnes importantes. Elle était une personne très importante.

Je connais une autre personne, l’épouse de Patrick. Elle est venue là et ne s’est pas améliorée. Au contraire, elle est devenue pire. Je l’ai dit à Patrick et Patrick est allé là-bas. Il a été tellement influencé par ces deux personnes car elles ont essayé de démontrer que tout le reste du monde était très mauvais, qu’ils étaient très méchants alors qu’elles étaient des personnes très aimantes, très bien, ceci, cela, et Patrick est quelqu’un d’élevé, vous voyez, avec peut-être juste son ego gonflé. Ce pauvre Patrick est quelqu’un de si candide ! Il est venu en France et Je devais lui en parler. Cette fois Je devais lui parler. J’ai dit : « Patrick, pourquoi ne M’as-tu pas traduite ? » Il n’a juste pas pu prononcer un mot. Il est resté muet. Puis a dit : « Mère, que m’est-il arrivé ? » Il a dit que des abeilles ou quelque chose l’avait piqué par surprise. J’ai dit : « Non, pas juste des abeilles. Il s’agit ici d’abeilles australiennes !

Donc on doit comprendre que, bien que la quantité d’Australiens ait augmenté, leur qualité doit s’élever.

De plus former des groupes en Australie est quelque chose de très courant et c’est très mauvais. Quand vous vous développez de cette façon, vous devez savoir que vous devez aussi vous développer de cette autre façon. Et tout ceci se passait l’année dernière quand les Indiens M’ont aussi rapporté que : « Les Australiens sont tous possédés ! » J’ai dit : « Réellement ? » « Oui, ils chantent tout le temps : ‘L’Australie est grande, l’Australie est grande’, et ils disent toutes ces choses. » Et ils ont dit qu’ils prenaient leurs propres décisions. Il y avait un Mr. Charles qui avait perdu la tête. Il était pareil à Hitler. C’est ce que les Indiens M’ont dit. J’ai été totalement choquée. Ensuite ils ont laissé tomber le sari puis ils l’ont repris. Et Je pouvais voir alors qu’il se passait quelque chose. Mon attention n’était pas là-bas. Mais, pour Mon anniversaire, J’ai téléphoné à James car aucune fleur n’était venue d’Australie pour Mon anniversaire.

En l’état J’ai noté une chose avec cette dame, son épouse, qu’elle s’est montrée extrêmement avare quand il a s’agit de Me donner des présents. Je veux dire, si avare et si stupide la façon dont elle M’a donné une petite broche comme cela lorsqu’une fois Je suis venue pour le tour en Australie. Elle n’avait pas besoin de la donner. Et même après tout ça, elle M’a envoyé un objet en nylon, ce que vous appelez, pour y placer des mouchoirs, un petit paquet comme ça ! Elle est si stupide. Elle n’a aucune sorte de bon sens. Et de mauvaise, elle est devenue pire.

Et de ce côté, quand Je téléphonais de Ma maison, ils disaient : « James est parti. » Personne ne M’a rien souhaité au téléphone, rien ! « James est parti en Nouvelle Zélande. » J’ai dit : « D’accord. » J’ai téléphoné en Nouvelle Zélande. Ce que J’ai découvert, c’est qu’il ne voulait pas Me parler. J’ai dit : James, sais-tu qu’aujourd’hui c’est Mon anniversaire ? » « Oh, oui, oui, nous l’avons célébré hier en Australie. » « Quoi ? Tu ne peux même pas dire : ‘Mère, un bon retour’ ou autre ? Aucune fleur pour Moi ? » Comme si Ma photo était devenue la réalité et que Je sois devenue irréelle !

Voyez comment ce genre de chose agit. Ceci est une hypnose de masse. Ce qui est arrivé à Hitler peut vous arriver à vous tous. C’est une hypnose en masse. Car cette dame avait un tel ascendant sur lui. Je savais cela et Je le lui ai dit plus d’une fois : « Tu as seulement une faiblesse, James, c’est que ton premier mariage a été un échec et tu veux montrer que ton second mariage est un succès, et c’est pourquoi tu coures après ton épouse et que tu es tellement à ses pieds. Mais sache que tu es son époux et que tu es le leader. »

Donc vous êtes des Sahaja Yogis. Vous êtes le temple de Dieu. Vous êtes des gens spéciaux. L’Australie spécialement doit faire très, très attention. Et aussi, Je pense que les Indiens qui sont venus d’ici n’étaient pas de si bons Sahaja Yogis, Je dois l’admettre. Ils se sont avérés être un peu traficoteurs et pas si profonds, Je suis d’accord avec vous. Ainsi aucune aide n’est venue de nulle part. Donc nous nous sommes juste agrandi latéralement.

Ensuite ils ne M’ont jamais consulté sur quoi que ce soit comme le fait qu’ils avaient envoyé de l’argent à Warren. Je ne l’ai jamais su. Je n’ai également pas su qu’ils avaient changé l’école de Melbourne. Quand J’ai vu la photo des enfants, ils étaient tous avec des yeux comme ceci, vous voyez. Aucun d’eux n’avait un regard franc ! C’étaient de très petits bébés. J’ai demandé : « Que s’est-il passé ? » J’étais si inquiète. Alors J’ai appris qu’ils avaient changé l’école de Melbourne – c’est alors que Je l’ai su ! Ils ne M’ont jamais rien demandé – à Sydney, car ses enfants étudiaient à l’école. Donc tout a été manœuvré en faveur d’une seule famille là-bas et les gens ne pouvaient pas voir ça. Ils ne M’ont jamais dit qu’ils avaient bougé l’école depuis là-bas.

Et ce monsieur Paul qui gérait lui-même l’école avait une épouse extrêmement horrible. Il n’avait pas d’enfants d’elle, rien, et elle ne quitterait juste pas Sahaja Yoga. Et il était un tel esclave pour elle. Je ne sais pas ce qu’il y avait en elle, cette femme, alors qu’elle était une femme tellement bloquée que, chaque fois qu’elle entrait dans la pièce, même de l’extérieur Je pouvais en déduire qu’elle était là, une personne avec un tel blocage, sur la droite à partir du Mooladhara jusqu’à tous les points au-dessus. Et il ne l’a jamais ressenti chez elle. Et aussi très maligne ! C’était une femme très rusée. Elle était venue Me dire : « Mère, enseignez-moi comment vous reconnaître. » J’ai dit : « Je suis désolée. Je ne peux pas t’enseigner cela. »

Voilà le niveau des gens qui se sont succédés. Je ne les placerais nulle part dans Sahaja Yoga, comme Diane, comme cette dame, et aussi Paul. Et Maintenant Paul et eux se sont mis ensemble. Et James, Je pense, aimerait sortir de Sahaja Yoga parce qu’il doit sauver sa famille qui lui est si précieuse !

Les gens ne réalisent pas quel travail extraordinaire nous faisons aujourd’hui dans Sahaja Yoga, quelle grande chose nous accomplissons. Demain vous serez les pierres de fondation de cette grande vision que J’ai à propos de l’Age d’Or du monde entier ! Vous n’êtes pas des gens ordinaires. Et vous ne devriez pas vous comporter comme des gens ordinaires.

Evidemment si quelque chose ne va pas, Je peux vous le faire remarquer et vous le dire. Mais si vous faites même quelque chose de mal en connaissance de cause, jusqu’où pourrai-Je aller avec vous ?

Et ces étreintes et ces embrassades ne sont juste que quelque chose de vulgaire, Je pense. Ce n’est pas nécessaire. Bien sûr vous pouvez vous étreindre quand vous vous rencontrez pour la première fois. Mais si vous serrez quelqu’un dans les bras six fois du matin au soir, Je veux dire que c’est un casse-tête. Ce n’est pas nécessaire d’étreindre quelqu’un tout le temps ainsi que d’embrasser quelqu’un tout le temps. Après tout, si vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, vous pourriez ressentir cette exubérance de votre propre expression d’amour, alors vous pouvez étreindre quelqu’un.

Et trop de règlements dans un ashram n’est pas admis. Vous êtes tous des Sahaja Yogis indépendants et libres. Vous devriez tous grandir dans votre propre indépendance. Mais cela ne signifie en aucun cas que vous devriez être brutal avec votre leader ou autre. Le leader doit être très paternel et juste, et ne devrait pas être le jouet de son épouse, cela est sûr.

Et ensuite vous devez savoir que vous êtes tous des Sahaja Yogis individuels. Aucun de ces très grands rishis et munis ne pouvaient pas donner la Réalisation comme vous la donnez. Vous ne connaissez pas vos pouvoirs. Vous ne connaissez pas votre position.

Et si un leader est de ce genre, vous devriez immédiatement Me l’écrire. J’existe toujours.

Ainsi c’est James qui M’a choqué le plus. Je l’aimais tellement. J’ai tant fait pour lui. Et il a été le jouet de son épouse. J’ai su un jour qu’il allait tomber de ce côté-ci ou de ce côté-là. Ses enfants ont attrapé des maladies terribles. Ils auraient pu en mourir à cause de cette femme. Elle n’est pas profonde, n’a aucun sentiment pour Moi, rien de ce genre. Elle achetait… Je pouvais aller dans sa salle de bain et J’y voyais chaque fois des maquillages très chers et… Je n’utilise jamais ces produits, jamais ! Donc Je Me demandais chaque fois : « Pour qui les achète-t-elle ? » Chaque fois que J’allais là-bas, elle achetait quelque chose de très cher, des produits français, suisse, ceci, cela, et les gardait là. Pour qui ? Et elle n’arrêtait pas de changer toutes les tentures et autres. Et tout cela, pour qui ?

Je Me demande juste combien d’entre vous peuvent comprendre qu’une personne sans aucune profondeur ne peut vous mener quelque part. Si vous courez après toute personne qui essaye de se mettre en avant, alors vous n’avez pas compris votre propre profondeur. Vous devez savoir quelle est votre profondeur.

Et ne soyez pas impressionnés par quelqu’un parce qu’il peut vous dominer très facilement et que vous pouvez vous en arranger.

Tenez-vous juste debout sur vos deux jambes et voyez pour vous-même. Et Je ne crois en aucune règle ni règlement pour les Sahaja Yogis en tant que tels, comme vous ne pouvez rencontrer votre épouse ou votre époux que seulement à un tel moment. Vous êtes swachanda : ‘swa’ est votre ‘Esprit’ et ‘chanda’ est le fait ‘d’être à disposition de votre Ame’. Et quand vous êtes cela, vous devenez aussi absolument collectif. Et ces jalousies et cette mesquinerie ne sont pas nécessaires.

Vous êtes tous des personnalités universelles. Vous devez être de cette grandeur. Vous n’appartenez à aucun pays. C’est juste par facilité que J’utilise le nom des pays car si Je parlais du nord, du sud, de l’est et de l’ouest, Je ne sais pas comment Je le gèrerais. Car sinon tout le système travaille de cette manière que vous avez nos Qantas qui vont en Australie, et vous avez ceci qui va là. Donc vous devez utiliser ces pays en tant que tels, mais pour Moi, ils n’existent pas. Même les directions n’existent pas pour Moi. Vous êtes tous Mes enfants et Je ne peux juste pas penser de cette façon.

Veuillez ne pas vous sous-estimer en aucune façon. Même si vous êtes éloignés de Moi, toute Mon attention est là. Et vous pouvez tous M’écrire directement. Vous pouvez tous M’envoyer directement des fleurs. Ils ont dit : « La règle était que ce doit être fait en passant par les leaders. » Pas du tout ! Vous pouvez M’envoyer des fleurs chaque fois que vous le voulez. Je veux dire que Ma relation est ainsi. Qui sont ces leaders ? C’est juste une parodie, si vous comprenez cela. C’est se moquer. On ne devrait en aucun cas penser qu’ils se tiennent entre vous et Moi, pas du tout. La seule chose c’est que, si quelqu’un est difficile ou possédé ou autre, alors naturellement vous pouvez essayer de maintenir cette personne à l’extérieur. Et celui-ci ne sera en aucune façon un Sahaja Yogi.

Mais sinon il ne devrait y avoir aucune barrière entre vous et Moi. Je ne la dresserai en aucune façon, il n’y aura aucune barrière entre n’importe lequel d’entre vous et Moi. Et vous ne devriez jamais vous sentir timide pour Me parler et vous devriez toujours Me dire quels problèmes vous avez. Toujours ! Je suis toujours disponible pour vous, pour n’importe lequel d’entre vous, chacun de vous.

On ne devrait seulement pas décider que : « D’accord, Mère peut ne pas apprécier. » Je peux apprécier ou pas, ce n’est pas ça l’important. J’apprécierai plus si vous Me parlez que de ne rien Me dire et de Me cacher des choses.

Il n’est pas question de relations officielles entre Moi et vous. Après tout il existe un protocole mais un protocole ne signifie pas quelque chose d’officiel. Le protocole signifie que, lorsque vous vous adressez à Moi, vous ne pouvez juste pas M’appeler : « Hé, toi ! » Vous ne pouvez pas M’interpeller comme cela. Et même si vous le disiez, cela ne Me dérangerait pas. Après tout, cela M’indifférerait. Mais des enfants ne parlent pas ainsi !

Vous voyez, il devrait y avoir là un certain niveau de compréhension. Et vous devez sentir Mon amour dans votre cœur, c’est tout. Je ne veux rendre personne, malheureux. Sahaja Yoga est venu pour vous rendre extrêmement heureux, joyeux et paisible. Voilà son but. Et pas pour vous perturber en aucun cas, ni vous irriter en aucune façon ou vous rendre malheureux.

L’autre jour J’ai dit : « Ceux qui ne désirent plus continuer avec leur mariage, peuvent divorcer s’ils sont malheureux. » Mais on ne devrait pas faire cela sans rime ni raison. Ce ne devrait pas être une sorte de nouvelle loi que de divorcer. Arrivez-y, réussissez le si c’est possible. Si vous pouvez y arriver, c’est bien. Si vous ne pouvez pas réussir votre mariage, alors c’est d’accord. C’est plus une sorte d’expérimentation que l’on doit réussir. Si vous le réussissez adéquatement, alors vous pourriez avoir des enfants qui seraient des âmes réalisées et vous vous réjouiriez de la compagnie de l’un et de l’autre. Mais cela n’arrive pas chaque fois. Si vous ne vous plaisez pas en la compagnie l’un de l’autre, vous n’y êtes pas forcé. Je ne serai jamais fâchée pour cela, pas du tout.

Donc J’aimerais savoir ce que vous voulez. Je serai même contente si vous Me demandez de petites choses, n’importe quelle chose que vous désirez, n’importe quelle chose dont vous voulez Me parler. Pour de toutes petites choses, vous devriez Me voir avec les enfants, ils s’asseyent autour de Moi, nous avons une discussion et ils Me disent : « Vous savez, Mataji, ce qui s’est passé », ils n’arrêtent pas de Me parler comme cela. C’est si agréable de discuter avec eux.

C’est qu’il n’y a personne de plus grand que votre Mère. Mais personne n’est plus grand que Mes enfants non plus. Pour Moi, ils sont très grands. Aussi veuillez bien vous souvenir de vous respecter vous-même.

Vous êtes tous de grands Yogis, des êtres grands, nés pour transformer l’univers entier en un globe superbe, c’est ce qui a été promis. Ceci est le point culminant que tous les prophètes, toutes les incarnations, tous les saints ont travaillé très durement pour le créer, et c’est là où vous devez vous élever.

Nous devons faire tout ce qui est possible pour en faire un succès. Et nous sommes nous-mêmes déjà fort nombreux.

Maintenant si vous avez des questions, vous pouvez Me les poser, ce sera une bonne idée, n’importe quelles autres questions.

Il y a une jeune femme d’Autriche, J’aimerais neutraliser son mariage avec ce Roha. Et nous pouvons trouver quelqu’un pour elle. D’accord ? Où est-elle ? Peux-tu te lever ? Très bien, cela a été neutralisé et nous trouverons quelqu’un de bien pour toi. D’accord ?

Que Dieu vous bénisse !

Alors y a-t-il quelqu’un ? Elisabeth d’Australie, si tu veux, tu peux divorcer. Qui est-elle ? S’il te plait, lève -toi. Elle n’est pas ici ? Je ne peux pas la voir.

Yogi : Elle vient lundi.

Shri Mataji : Oh, Je vois. D’accord. Vous pouvez divorcer si vous n’êtes pas heureux avec votre mari. D’accord ? Il n’y a pas de problème avec ça.

Mais on devrait comprendre que personne ne devrait insulter quiconque. Il se peut qu’il y ait des disparités, certains tempéraments et vous pouvez épouser celui que vous voulez mais c’est mieux d’épouser un Sahaja Yogi. Si vous épousez quelqu’un qui n’est pas un Sahaja Yogi, c’est un casse-tête pour Moi pour ensuite faire de lui un Sahaja Yogi ou ceci ou cela.

Quelque chose d’autre ?

Concernant ces mariages, quelqu’un a-t-il encore maintenant une objection ? Quelqu’un ? Veuillez bien vous lever et venir. Car, après cela, Je vous verrai seulement quand vous aurez revêtu vos vêtements de jeunes épouses et de jeunes époux, et c’est si beau, divin.

Quelqu’un a une objection ?

(Nick, pourrais-tu enlever un peu cette lumière, oui ? Merci.)

Quelqu’un ?

Etes-vous tous satisfaits ?

Yogis : Oui.

Shri Mataji : Très bien. Alors que Dieu vous bénisse !

N’ayez pas peur. Même si vous vous sentez gêné, vous pouvez M’écrire parce qu’il y a encore une possibilité. Si vous ne voulez pas vous marier, c’est mieux de ne pas se marier. Car vous savez qu’inopinément nous avions dû faire beaucoup de choses. Alors Je reprends l’assemblage, ensuite Je corrige à nouveau, ensuite nous rassemblons à nouveau des noms et cela fait beaucoup de choses. Pauvre Yogi [Mahajan], il a maigri à cause de cela ! Même David Spiro a perdu du poids ! (Rires.) Car Je n’arrêtais pas de changer tous les deux jours et le pauvre Yogi devait le dactylographier, s’asseoir et à nouveau le taper à la machine. Ensuite Je changeais encore et il devait retaper. Cela s’est passé comme ça. Aussi, s’il y a un quelconque changement, veuillez bien Me le faire savoir.

Et maintenant nous allons aller à Ganapatipule pour nous réjouir. Aussi oubliez que vous êtes des Australiens, oubliez que vous êtes… Mais vous êtes juste des gens universels. Et nous allons tous être un et nous réjouir intensément à Ganapatipule. Et J’ai fait tous les arrangements pour vous et vous pourrez avoir autant que vous le voudrez de vos eaux gazéifiées si vous voulez ou ils vont vous donner tout autant des jus de fruit, gratuits. Personne n’aura rien à payer pour quoi que ce soit, tout est gratuit là-bas. Et il y aura des jus de mangue, tout ce que vous voulez. Mais Je pense que le jus de mangue n’est pas si bon pour les gens qui ont de la diarrhée. (Rires.)

Non, Je ne suis pas en train de vous faire peur, c’est un fait, c’est un fait. Vous pouvez demander à n’importe qui. Nous savons, tous les Indiens savent qu’il fait très chaud et que cela crée de la chaleur dans le ventre, bien qu’il ait très bon goût. Donc ils vont vous fournir toutes sortes de jus. Je leur ai indiqué toutes les bonnes recettes et Je leur ai donné ce qu’il faut. Baba[mama] sera là et J’espère que la nourriture sera agréable. Et ils ont aussi bien arrangé les salles de bain et autres. Faites juste attention de ne pas boire d’eau n’importe où.

Celui qui désire rester sous le ciment, le peut aussi parce que nous avons une ou deux chambres gratuites à disposition. Donc quiconque désire rester à couvert peut venir mais c’est mieux de rester sous le ciel. Je désire pouvoir le faire Moi-même.

Donc nous avons là-bas tous les arrangements appropriés. Les Indiens ont travaillé très durement et Je ne sais réellement pas comment les remercier. Ils sont tous ici, aussi la seule chose que nous pouvons faire est de leur donner un coup de main. (Applaudissements.)

La seule chose c’est que vous devez vous lier d’amitié avec eux. Ce sera bien. Car vous venez ici juste en tant qu’hôtes mais, après tout, vous devriez leur parler et les rencontrer et vous serez très heureux de savoir tellement de choses sur eux. Ils doivent se demander pourquoi Je vous explique de telles choses comme : « Ne buvez pas de l’eau froide après être allés sous le soleil » car ils connaissent tous cela très bien. Donc, vous voyez, ils vous parleront de toutes ces petites choses parce qu’ici, c’est un pays différent avec un climat différent. Donc c’est mieux que vous appreniez d’eux. Tout comme on doit apprendre quelque chose en Occident sur leurs manières et leurs styles, de la même façon vous devez apprendre certaines choses d’ici.

Donc Je suis sûre que vous attendez tous votre visite avec impatience. Demain vous pourrez tous aller à Kolhapur pour vos achats et après-demain, si vous voulez encore faire des achats, vous pourrez le faire. Les bus pourront alors vous laisser à, disons, une ou deux heures.

Et Je suis désolée mais J’ai oublié que S. Govind, le joaillier, nous a invités pour dîner. Donc vous pouvez, si vous voulez, aller faire des achats le matin et vous pourrez venir dîner à cet endroit. Il est si impatient. Je lui en ai parlé. Il a invité une centaine de ses connaissances en supplément pour qu’ils obtiennent leur Réalisation et le reste. Imaginez ! C’est un Jain. C’est une personne magnifique. Donc il vous a tous invités. Aussi vous trouverez de la nourriture à cet endroit. C’est de la nourriture végétarienne. Et après cela vous partirez pour Ganapatipule. Vous arriverez là assez tard dans la soirée.

J’espère que vous resterez couverts adéquatement et que vous n’absorberez pas trop de poussière. Essayez de vous arranger pour que vous vous sentiez tous très bien au moment où vous irez là.

En fait ce médicament est seulement pour les gens qui ont la diarrhée. Et ceux qui sont constipés ne devraient pas en prendre. (Rires.)

J’espère que nous aurons du bon temps. J’attends cela avec impatience. De plus Je pense que cette fois il y a eu un programme très dynamique. Je sens que les gens ont été remués et spirituellement aussi les gens se sont très fortement enrichis, et il est tout à fait évident maintenant que les gens sont devenus beaucoup plus sages, satisfaits, établis et matures.

D’une façon ou d’une autre ce tour a été très dynamique, Je pense, et cela a très bien marché.

Mais vous devez encore essayer de méditer tôt le matin si possible. Vous tous devriez méditer tôt le matin. Je sais que nous avons été dormir à 4H30 et que se lever à 5H30 est difficile. Mais vous pourrez avoir demain matin une belle méditation et ensuite vous irez faire vos achats.

Et le chargement doit être fait. Aussi vous devrez charger vos bus après-demain. Cela vous pourrez le faire le matin car demain il n’y a pas de programme en tant que tel, pas de programme en soirée, pas de musique. Et alors vous reviendrez ici, vous dormirez bien, le jour suivant vous aurez votre méditation et vous chargerez les bus et direction Kolhapur. Si vous désirez faire des achats, vous pouvez le faire mais venez dîner vers midi, vous devez être là à midi ou 1 heure. Et alors, après le dîner, vous devrez partir. Aussi faites attention, ne vous perdez pas et comprenez où vous devez aller, où vous devez vous rencontrer, quel est l’endroit, et veuillez bien tous arriver là de sorte qu’il ne faudra plus rester éveillé.

Que Dieu vous bénisse tous !

Ils ont préparé de la belle musique. J’aimerais écouter ça.

(Discussion en Marathi avec les organisateurs à propos de la nourriture.)

Je lui ai demandé de vous donner de la nourriture légère ce soir. Demain soir aussi, de la nourriture légère. Juste du riz avec quelque chose. Et la journée ils peuvent vous donner de la cuisine plus lourde. Ne mangez rien sur le marché !

(En Marathi). C’est fort. Apportez du pipli de Mon compte. Qui tousse trop ? Venez ici. Un. Je pense que vous en avez besoin pour votre Vishuddhi, votre Vishuddhi droit. Et voyez, son visage est si rouge ! C’est un signe d’un blocage au Vishuddhi droit. Très bien. De toute façon, Je vais vous en donner [pipli] pour stopper ça mais… Maintenant venez ici. Qui tousse actuellement ? Voyons. Qui est cette dame ? (Environ une cinquantaine de Yogis se lèvent pour venir prendre le médicament.)

Aaaah ! Venez ici. Pouvez-vous monter [sur l’estrade]. Pouvez-vous monter. Tous ceux qui toussent. Venez ! Montez ! Il ne peut pas s’asseoir ? Asseyez-vous. Ruth. La moitié d’entre eux ? Asseyez-vous. Asseyez-vous ici.

En fait Je pense que ceci [pipli] sera complètement épuisé.

Maintenant, avant ça, pouvez-vous placer vos doigts dans vos oreilles, mettre votre tête en arrière et dire : « Allah ho Akbar. » Dites-le seize fois. Hmmm.

Maintenant ? C’est nettoyé ? (Des Yogis recommencent à tousser.)

C’est quelque chose de simple, vous savez. Si vous le faites deux ou trois fois, ce sera nettoyé. C’est une chose très simple.

Gardez-le dans la bouche [le pipli] jusqu’à ce qu’il gonfle, alors jetez-le. C’est chaud. Je vous en enverrai un kilo demain. Mais vous devez le faire ! Voici ce qui se passe parce que vous ne méditez pas chaque jour. Faites une méditation complète avec ‘Allah ho Akbar’ et le Notre Père, toutes ces choses, et vous vous sentirez beaucoup mieux. Bien mieux maintenant ? Aussi simple que cela ! La toux est partie ? Ne venez pas. (Quelqu’un tousse de l’autre côté.) Maintenant ça a bougé de ce côté-là, Je pense. (Rires.) Cela va mieux maintenant.

Il faut apprendre ça. David peux-tu venir ? Ah, beaucoup mieux. Les vibrations s’écoulent ? Mettez les mains comme ceci, toutes droites.

Ensuite il y a une autre chose qui est très simple à comprendre, c’est que ce nouveau style de remuer la tête, c’est de trop. Comme quand Je demande : « Allez-vous bien ? » « Oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui ! » (Mère fait oui de la tête 12 fois.) « Non, non, non, non, non, non. »

Dites juste : « Oui, oui. » Vous devriez dire : « Oui, s’il vous plaît, oui. » Mais ne secouez pas vos têtes. Je vois les gens secouer la tête pour la moindre chose. Et s’ils n’aiment pas quelque chose, ils n’arrêtent pas de hausser les épaules. Ce n’est pas nécessaire. Mettre autant de pression sur votre cou n’est pas nécessaire. Vous avez une bouche. Et chaque fois que vous secouez votre tête, vous créez un problème en mettant trop sous tension votre cou. Je veux dire que de juste faire ceci (Mère secoue à nouveau Sa tête), J’attrape mal à la tête Je vous le dis. Mais J’ai vu que les gens continuent à le faire. Même quand Je parle, ils font comme cela. Il n’y a aucune nécessité de bouger sa tête comme ça. Je veux dire que Je sais que vous aimez ça.

Tout va bien maintenant ? Cela va mieux ? Placez votre main droite sur le Brahmarandhra, juste ici. Appuyez-la. Bougez-la dans le sens des aiguilles d’une montre.

En fait vous pouvez bouger la totalité de cette partie. Tous les sept chakras sont ici. Vous pouvez commencer à partir d’ici [arrière de la tête] si vous voulez. Mais à l’arrière, vous devriez bouger votre main dans l’autre sens [contraire au sens des aiguilles d’une montre]. Ici aussi dans l’autre sens [à l’apex de la tête à l’arrière].

Maintenant. Spécialement ici, au Nabhi gauche. Maintenant placez-la sur le Brahmarandhra. Bougez-la. Maintenant, dans le sens des aiguilles d’une montre. Amenez-la maintenant ici. Vishuddhi. Vous devez beaucoup bouger l’endroit du Vishuddhi. Ceci se rapporte au Virata. Maintenant l’Agnya [seulement avec le doigt de l’Agnya]. Maintenant l’Hamsa, juste avec ce doigt [le doigt du Vishuddhi].

Cela va mieux maintenant ? Soulagés ? Bien mieux. Vous pouvez aussi, pour votre Vishuddhi, vous devriez placer votre main droite ici et frotter dans l’autre sens, c’est-à-dire le sens contraire des aiguilles d’une montre. Vishuddhi. Bougez-le. Non, avec vos doigts. Pressez-le fort avec vos doigts. Je veux dire que vous pouvez vous faire un massage. Faites cela juste comme ça. Ce sera bien. Dans l’autre sens.

Cela va mieux maintenant ? Vous avez placé votre main ? Maintenant c’est beaucoup mieux. Pas de cette façon, mais prenez-la de cette façon-là. Plus sur le Vishuddhi gauche maintenant. Avec un peu d’huile, ce sera très bien.

C’est bien ! Vous vous sentez mieux maintenant ? Beaucoup mieux ? C’est nettoyé. Cela va beaucoup mieux maintenant. Très bien.

Donc vous pouvez vous masser vous-même. Par exemple, si votre vue n’est pas bonne, faites un massage ici [sur l’Agnya arrière]. Vous pouvez citer le nom de Mahaganesha et Mahabhairava ici et cela marchera. Avec vos doigts, s’il vous plaît, avec vos doigts. Vous devez masser avec vos doigts. Pressez fortement. Si cela se trouve sur le côté gauche ou sur le côté droit, vous pouvez le sentir. Voilà pourquoi J’ai dit : « Mettez de l’huile. » Mettre de l’huile ne signifie pas en verser sur la tête mais d’en masser la tête avec vos doigts.

Mieux maintenant ? C’est fini ? Maintenant la toux est terminée. Très bien. C’est mieux maintenant. Voyez, maintenant c’est parti. Bien ! La chaleur est un peu sortie.

Maintenant placez votre main droite vers Moi et la main gauche [au-dessus du Sahasrara]. Haaa, c’est mieux.

Essayez maintenant avec votre main gauche. Avec votre main gauche puis votre main droite [au-dessus du Sahasrara]. Penchez vos têtes. Penchez votre tête. Haaa ! C’est comme abaisser la tête humblement. Vous savez ? Cela va ? Vous vous sentez mieux maintenant ?

Manaa [Chantez]. Ils vont nous chanter quelque chose maintenant.

(Les Yogis du Maharashtra chantent : ‘Suswagata kari tu apule’.)

Chaan ! [C’est superbe.]

Donc Je vais vous quitter maintenant. Je pense que la toux est bien moindre. Récitez donc deux à trois fois ‘Allah ho Akbar’ avant de vous coucher, gargarisez vos gorges avec un peu de ceci [sel].

Je M’en vais maintenant. Voici le médicament que vous devez prendre maintenant, vous tous, ceux qui souffrent de diarrhée.