Shri Virata Puja, Connecticut 1989

(United States)

1989-06-11 Virata Puja Talk, New York, version 2, 57' Download subtitles: EN,FR,IT,NL,PT,TRView subtitles: Add subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Download audio:
Transcribe/Translate/Verify using oTranscribe


Feedback
Share

Shri Virata Puja. Camp Wonposet, Connecticut (USA), 11 June 1989.

ETVD:2017-0120
Trad FR MM TVD:2016-0120

Aujourd’hui nous avons décidé d’avoir un puja du Virata sur la terre de Shri Krishna. Comme vous savez, dans le développement de la manifestation de Shri Vishnu, Il se manifeste à travers dix incarnations et à la fin Il se manifeste Lui-même en tant que Virata. Le Virata est le cerveau de l’Etre que l’on peut appeler Dieu Tout Puissant. Ainsi le système nerveux central tout entier est géré par Shri Krishna en tant que Vishnu, ensuite en tant que toutes ces incarnations, puis en tant que Shri Krishna et enfin en tant que Virata.

Ceci, c’est le développement de notre cerveau et, quand nous vénérons le Virata, nous devons savoir qu’en nous-mêmes également nous avons obtenu la manifestation de ce pouvoir du Virata. Cette manifestation que nous obtenons, nous pouvons l’appeler Virat si Shri Krishna est Mahavirata [Le Grand Virata].

Vous tous en savez beaucoup plus au sujet du Virata que ce que Je peux vous en dire aujourd’hui parce qu’Il est le Tout, Il est la totalité. Et la totalité de toute chose, si ceci est le Virata, alors ceci est dans votre cerveau. Mais la réalité est dans votre cœur. Aussi la totalité, vous pouvez la voir, vous pouvez en témoigner. La réalité est la subtilité derrière cela.

Donc le cerveau qui n’est pas régi par le cœur, qui n’est pas nourri par le cœur, est une chose très dangereuse parce que cela crée de l’extraversion et une telle personne qui est sans cœur essaie de faire des choses [mauvaises], devient très impitoyable et peut être très dangereuse.

Cela pourrait aussi suivre un autre chemin en nous que, si nous permettons à notre cœur de nous gouverner, de vivre seulement avec nos émotions et de ne pas user de notre rationalité, alors nous pourrions devenir vraiment des gens très dangereux pour nous-mêmes dans le sens que nous deviendrions léthargiques, nous deviendrions indulgents dans des fausses choses. Et aujourd’hui ce que l’on sent, c’est que, en Amérique, il y a plus de dominance du côté gauche que du droit. Le côté droit est notre attention et le côté droit de l’attention, on peut dire que c’est le foie de Dieu Tout Puissant.

Ainsi en fait, quand nous devons parler de la totalité, quand nous faisons partie intégrante de la totalité et maintenant que nous sommes éveillés à cette existence de nous-mêmes en tant que partie intégrante du Tout, alors nous devons réaliser que pour devenir le Tout, nous devons faire quelque chose à ce sujet. Spécialement sur la terre de Shri Krishna , nous devons mener à bien cette immense tâche de créer des Viratas à partir des Sahaja Yogis.

Après les diverses expériences du Sahaja Yoga Américain, Je suis arrivée à la conclusion que nous devons parler plus franchement qu’avant. Pourquoi y-a-t-il un tel échec de Sahaja Yoga dans ce grand pays alors qu’il y a tant de chercheurs ? Le point principal est que nous ne réalisons pas que le côté gauche domine de beaucoup ce pays. Il y a des gens qui sont actifs mais le pourcentage est très bas. Parce qu’il y a trop de richesses, trop de liberté, l’idée de : « Quel mal y-a-t-il ? » dans chaque chose, les gens tendent à l’impudence, la vie immorale, l’auto indulgence. Et cette auto-indulgence, pour la protéger, les gens développent toujours une sorte d’ego qui n’a pas de dynamisme en lui.

Donc maintenant le problème vient des Sahaja Yogis et non pas de Sahaja Yoga en tant que tel. Quand vous voyez que la terre n’est pas si fertile et qu’ici vous devez travailler très dur, la responsabilité de tous les Sahajas Yogis en Amérique est de devenir profonds. Vous pouvez voir que, chaque fois que la terre n’est pas fertile, les arbres s’enfoncent très profondément, ils creusent très profondément la Terre Mère pour que la sève soit aspirée à l’intérieur. Et de la même façon ils poussent très haut parce que la force de leur profondeur leur donne cette grande hauteur. Ainsi ils s’élèvent très haut et aussi ils sont très profonds. De la même façon les Sahaja Yogis d’Amérique ont à travailler très dur parce qu’il y a ici tant de superficialité et tant de frivolité, et aussi leurs vies n’ont pas de sens. Elles n’ont aucun sens du tout et ils les gaspillent avec toutes ces idées absurdes au sujet de leurs émotions, de leur amour et de toutes ces choses.

Aussi ce dont nous avons besoin aujourd’hui ce sont des Sahaja Yogis qui sont « à droite », ceux qui vont produire des résultats, ceux qui seront dynamiques. Ils n’ont pas à s’inquiéter que quelqu’un soit « à droite » et va devenir « à droite ». En fait c’est ce dont on a besoin aujourd’hui. Tant que nous n’avons pas des gens dynamiques, nous ne pouvons mener cela à bien. C’est une réaction dans ce pays aussi bien qu’en Angleterre, dans beaucoup de ces pays qui ont dominé les autres gens. Comme vous le voyez dans cet endroit qui, en fait, à l’origine appartenait à quelques tribus d’Indiens, les Anglais, les Espagnols et tous ces Européens sont venus et les ont tués et ont occupé cet endroit.

C’est du banditisme de haut niveau, absolument du très grand banditisme. A cause de leur arrogance et de leur agressivité, ils ne pouvaient pas voir qu’ils faisaient une chose aussi horrible. Je veux dire, pourquoi parler d’Hitler, ils sont même pires qu’Hitler parce que Hitler a au moins été pris à parti, il a été condamné et les gens savent que c’était une erreur. Mais qu’en est-t-il au sujet de ceux qui ont fait tout le chemin depuis là-bas et ont tué tant de gens ici et ont joliment eu du très bon temps partout en tant que grands Américains ? Et maintenant ils essaient de se faire valoir partout !

En fait c’est un tel péché qui a été fait que toutes ces âmes qui sont mortes, Je pense les ont possédés, et maintenant aujourd’hui l’Amérique est sur le côté gauche. Le côté droit des Américains est terminé maintenant, ils sont sur le côté gauche, coupables, et se sentant coupables, ils ont adopté une attitude complaisante.

Une fois que vous allez sur le côté droit, vous voyez, vous êtes très disciplinés et vous devenez très ascétiques par tempérament, Je dirais, et vous voulez dominer les autres et vous voulez capturer. Mais aujourd’hui la situation de l’Angleterre et de l’Amérique est juste la même. En Angleterre, Je trouve la même chose avec les Sahajas Yogis. Ils sont juste des sortes de romantiques, vous voyez, et tous M’aiment et M’aiment et M’aiment. Et simplement Je ne comprends pas. Qu’est-ce que cela signifie ? Ils M’aiment tous et M’amèneront des fleurs et c’est tout. Est-ce la manière dont nous allons mener à bien Sahaja Yoga dans cette Angleterre et cette Amérique ? « Mère, je Vous aime tant ! » Et alors quoi ?

Aussi pour devenir une partie intégrante du Tout, tout comme une goutte doit devenir l’océan, vous devez devenir un grand peuple, vous devez être responsables. Et ces idées de romantisme que vous avez, doivent sortir complètement de votre mental, autrement Sahaja Yoga ne pourra pas être mené à bien dans ces deux pays et vous serez maudits les uns après les autres. Ce sont heurts après heurts qui surviennent dans ce pays aussi bien qu’en Angleterre. Mais les gens n’en tirent pas de leçons. C’est encore toujours bien. Avons-nous cette maladie ? Très bien, alors nous la glorifions. Si nous souffrons de problèmes écologiques, ce sera à nouveau glorifié. Si nous utilisons trop de machines sans aucun équilibre, nous glorifions encore cela. Parce qu’ils veulent juste de l’auto-indulgence !

Juste pour cette auto-indulgence, ils ne veulent pas voir que, ce qui va mal dans ce pays, c’est qu’ils ne veulent pas voir ce qu’est la réalité. Et la réalité, bien qu’elle soit dans le cœur et travaille dans le cœur, elle doit agir.

Celle-ci doit agir et, si elle n’agit pas, cette sorte de comportement passif ne va pas vous aider.

Maintenant à l’âge avancé qui est le Mien, Je voyage de places en places et J’en fais tant. Maintenant pensons à cela : « Qu’avons-nous fait pour Sahaja Yoga ? »

Ceux qui vous voient, vous voient quelquefois juste comme quelques hippies, avec des cheveux mal peignés et cette sorte de choses. C’est ce que Me disent des gens qui viennent dans vos centres et vos autres endroits : « Ils sont juste une bande de hippies, vous voyez », juste comme cela.

Aussi la première chose qu’un Sahaja Yogi doit faire, est de faire quelque chose de sa personnalité. En Amérique, c’est très important. Ils étudient, ils sont sans travail, ils font ceci, cela. Cette sorte de gens ne va pas aider Sahaja Yoga du tout. Ils seront des poids morts dans Sahaja Yoga.

Si vous voulez vraiment faire quelque chose, vous devez devenir quelque chose. Vous devez étudier, devenir quelqu’un, vous devez avoir un certain niveau, un diplôme, quelque chose attaché à vous. Vous devez représenter quelque chose. Les hippies ne peuvent pas s’occuper de Sahaja Yoga en Amérique. Ils peuvent faire mieux en Inde, mais pas ici.

Ainsi il faut réaliser que ce qui est devenu faux avec nous est que nous suivons maintenant un chemin très subtil des mêmes directions que nous avons prises.

Après la réalisation nous pensons que nous sommes des âmes réalisées, que nous sommes devenus des Yogis maintenant, que nous sommes des âmes réalisées. Mais on devrait voir que nous sommes devenus des âmes réalisées, sans doute, mais quels que soient les attachements que vous aviez avant de venir à Sahaja Yoga, ceux-ci sont devenus plus subtils.

Ils [les Yogis] ne se sont pas [encore] exprimés eux-mêmes comme des lumières. Nous croyons simplement que nous sommes des Sahaja Yogis, que nous avons des vibrations et aussi que nous pouvons sentir les vibrations, mais nous n’avons pas encore atteint cet état où nous sommes devenus la totalité. Nous devons grandir encore. Et si vous êtes établis avec vos vibrations et pensez que vous allez bien, alors vous vous trompez énormément.

Quels qu’aient été vos conditionnements avant de venir à Sahaja Yoga, disons que vous étiez un hippie, alors l’illumination est venue mais l’idée de cette façon amoureuse de vivre est [toujours] là. Supposons que vous étiez un homme d’affaires, alors l’illumination vous est venue mais vous penserez que Mère devrait vous aider dans vos affaires. Voilà ce qu’il en est. Supposons que vous étiez célibataire et que maintenant vous êtes mariés dans Sahaja Yoga, alors vous voulez que votre mariage soit réussi dans Sahaja Yoga. Si vous aviez un problème de santé, ou quelque chose comme ça, alors vous êtes devenu une personne plus subtile qui pensez que : « J’ai demandé de l’aide à Mère pour cela. »

Mais nous ne nous demandons pas en quoi nous avons contribué à Sahaja Yoga !

Nous avions certaines choses que nous pensions être fausses, peut-être. Mais dans Sahaja Yoga, nous ne voyons pas que ces choses sont en nous, se prolongeant encore en nous.

Pour devenir le Virata nous devons réellement nous examiner nous-mêmes, sans aucune colère, sans penser à mal ou quoi que ce soit, mais voir pour nous-mêmes. Je connais des gens qui sont mesquins, qui sont jaloux et leurs jalousies continuent. Supposons qu’il y a un bon musicien, ils ne l’apprécieront pas. Si l’autre personne est un musicien, il n’appréciera pas, il n’encouragera pas cette personne du fait que :  « Vraiment, je suis un musicien, il est aussi un musicien, laissez-moi l’aider. »

Ainsi l’étroitesse d’esprit qui existait avant, va de plus devenir glorifiée. La personne pensera que : « Très bien, je suis un musicien et je chante très bien et je chante les louanges de Mère. » Mais n’importe qui d’autre qui chante ne sera pas apprécié jusqu’au moment où vous devrez vous rendre compte que vous faites partie du tout. Cette main, si elle se sent heurtée, l’autre main l’aide immédiatement. Dans tout le corps, vous voyez, le système est si totalement connecté. Aussitôt que vous mangez de la nourriture, le système digestif commence à travailler

Mais nous devrions nous observer nous-mêmes. Si nous devons devenir plus profonds, alors nous devrions nous observer nous-mêmes pour voir ce qui manque en nous.

Maintenant, comment fait un arbre pour grandir ? Je vous l’ai dit maintes fois, il y a une petite cellule à la pointe de la racine et elle sait, et elle connaît un seul but, celui de devenir un arbre. Aussi elle contourne : elle voit un rocher ou quelque pierre, le contourne, ne le combat pas, parce qu’à la fin, ce à quoi nous devons parvenir, est de devenir l’arbre. Donc nous devons garder cela en vue, que nous devons devenir un arbre et non une sorte de toute petite grenouille coassant ici et là à propos de Sahaja Yoga : « Non, cela ne va pas marcher. Et c’est ce que Je pense. » C’est également très vrai à propos des gens, disons en Angleterre, c’est la même chose. Les leaders combattent, les leaders essaient de trouver les moyens et méthodes pour améliorer la qualité des Sahaja Yogis. Mais ce sont les Sahajas Yogis qui doivent savoir que cette responsabilité leur appartient. Ils doivent grandir, ils doivent devenir des Viratas.

Et ceci c’est l’Amérique qui, comme Je vous ai dit, est le lieu de Shri Krishna, où Shri Krishna est devenu le Virata. Jusqu’à ce que vous voyiez pour vous-même que : « Nous devons faire ceci, nous devons devenir cela », vous resterez préoccupés avec vos ridicules petits problèmes. C’est un cercle vicieux. Aussitôt que vous commencez à vous faire du souci au sujet de vos problèmes ridicules et toutes vos vieilleries qui seront encore glorifiés dans Sahaja Yoga, alors vous découvrirez que le cercle vicieux se met à fonctionner, qu’il ne mène à rien, qu’il ne vous donne pas de bonnes chances, qu’il ne vous donne pas confiance. C’est une telle chose, pareille à tout un paquetage, comme on dit. Mais aussitôt que vous déciderez :  » Non, je vais le faire », vous serez des Sahajas Yogis.

Vous savez tout au sujet de la Kundalini, au sujet de son éveil. Vous savez tout au sujet des plus hautes étapes à atteindre. Vous tous, chacun est capable de donner la Réalisation aux gens. Vous savez où la chose est bloquée. Vous connaissez tout. Alors maintenant pensez-y simplement : « Combien d’entre vous ont été capables de faire quelque chose à ce propos ?

Quand les gens vous voient, leur idée à votre sujet est très pauvre. Ils pensent que vous êtes accrochés à vos épouses. Alors l’épouse est très dominatrice et ceci arrive que, soudainement, vous partez. Vous voyez votre enfant, vous vous inquiétez à son sujet, etc. Quelquefois Je suis surprise qu’une fois qu’ils sont mariés, ont un enfant, alors ils ne deviennent rien d’autre que les parents de l’enfant. C’est fini ! Sahaja Yoga est fini ! Alors l’enfant devient important. Les bénédictions deviennent des servitudes !

Alors vous devez regarder à l’intérieur de vous-même que : « Nous sommes ici pour la libération, pour la liberté complète. » Mais de manière subtile toutes ces choses continuent à vous lier, vous y êtes attachées et vous ne savez pas combien elles vous tirent encore vers le bas, ne vous permettent pas de vous envoler, ne vous apportent pas la liberté qui est de votre propre droit de l’acquérir.

Ainsi, même si Je construis un avion, Je fais chaque chose, Je mets de l’essence dedans, Je dis chaque chose, mais il ne veut pas voler. Maintenant que faites-vous avec un tel avion qui ne veut pas voler ?

Ce genre de situation est ici et cette situation vous rend si limités et si petits. Comment allez-vous grandir ? A moins que vous ne grandissiez et que vous ne montriez cela dans votre vie de tous les jours, dans votre personnalité, dans chaque chose, Je vous assure que personne ne sera impressionné par vous.

Sahaja Yoga ne marchera pas grâce à la publicité, ni par Mes photographies. Cela marchera par votre travail, par votre responsabilité, si vous épaulez Sahaja Yoga. C’est votre responsabilité de répandre Sahaja Yoga et de l’établir.

Mais en tout premier lieu vos épaules doivent être solides. Vous êtes encore sans travail. Vous êtes encore quelque chose, quelqu’un suspendu en l’air. Vous êtes encore quelqu’un qu’on ne regardera même pas. Alors comment pourrez-vous le porter sur vos épaules ?

Aussi la première chose est de vous construire vous-même à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur.

Mais c’est un tel cercle vicieux, Je vous le dis ! Si vous n’allez pas profondément en vous-même, vous ne pourrez pas obtenir l’extérieur. Donc cela travaille main dans la main. Aussitôt que vous commencez à vous construire vous-même à l’intérieur, vous serez stupéfait de voir comment les choses vont marcher, comment vous deviendrez dynamiques, comment vous deviendrez grands. Mais vous restez impliqués dans des choses qui sont très petites et transitoires.

Donc, comme Je vous l’ai dit plus tôt, nous cherchons l’Eternel, alors les choses transitoires doivent être utilisées seulement très temporairement. Ce dont nous avons besoin n’est pas si important.

Si vous pouvez comprendre cela clairement, que nous ne sommes pas encore libres, pas encore détachés de toutes les choses que nous possédions avant Sahaja Yoga et qu’elles sont devenues de plus en plus subtiles, que nous utiliserons encore seulement Sahaja Yoga pour ce but et non pour répandre la lumière, alors que va-t-il arriver ?

Ceci doit absolument, absolument être réellement compris à l’intérieur de vous-même.

Quelquefois Mes conférences, vous voyez, sont un peu sévères. Les gens pensent que Mère doit dire ces choses. Je le dis aussi de par Mon Amour pour vous et pour ce pays. Vous devez réellement voir pour vous-même : « Que sommes-nous ? Où sommes-nous ? » Nous n’allons pas en terminer parce que les Sahaja Yogis que nous avions étaient des gens en-dessous de la normale dans la société.

Si vous voyez les gurus, comment ils se répandent eux-mêmes, pourtant ils sont faux, ils sont inutiles, mais tout le monde connaît quiconque [d’entre eux] survient. En l’espace de deux mois, dans le monde entier vous pouvez entendre parler de cette personne. Ce qu’ils font c’est qu’ils vont voir en premier tous les gens qui ont réussi ou qui sont importants dans la ville. Ils ne s’inquiètent pas au sujet des gens intoxiqués par la drogue ou qui souffrent de maladies. Non. Ils n’en ont rien à faire. Ils ne s’y intéressent pas. Ils s’attaqueront juste aux gens qui ont très bien réussi, qui sont très riches, parce qu’ils sont au top de la société. Aussi ils vont aller rencontrer ces gens et prendre contact avec eux et leur poser des questions et ceci et cela, et ensuite les appeler pour un programme et leur donner toute une importance et tout, et alors les gens commenceront à penser : « Oh Dieu, Quelle grande chose que d’être ici. » Puis ils dorlotent leur ego un petit peu, ceci et cela. C’est ainsi qu’ils se répandent. Mais il n’y a pas de réalité là-dedans. Il n’y a rien, rien de spécial à ce sujet. C’est complètement inutile. C’est complètement artificiel. Mais c’est ainsi qu’ils se vendent.

Bien que nous ne voulions pas nous vendre, nous devons savoir qu’à moins que nous n’ayons des qualités remarquables, les gens ne vont pas nous regarder parce que, quoi qu’il soit arrivé, c’est à l’intérieur de nous. Et personne ne voit la lumière car c’est comme une lumière qui brûle mais est complètement cachée.

Alors J’ai vu cela. Je suis allée en Colombie et, en Colombie, vous serez étonnés, ces gens ne M’avaient jamais connue, n’avaient jamais entendu Mon nom, mais Je ne sais pas pourquoi, la foule était si nombreuse que Je ne pouvais même pas entrer dans le bâtiment et que d’une façon ou d’une autre J’ai été poussée dedans. Ensuite dans le hall, c’était impossible ! Les gens se raccrochaient au plafond, ils s’asseyaient sur n’importe quoi pour Me voir ! Tant de gens ! Dans chaque direction, à chaque niveau, J’ai trouvé là des gens. Je ne savais pas comment les installer. Mais ils M’ont écoutée très attentivement. Ceci les deux jours où nous avions les programmes, pendant ces deux jours la foule était là. Et puis, quand il y a eu le suivi à faire, ils [les Yogis] sont venus. Le jour suivant ils ont disparu. La même chose en Grèce ! La même chose en Turquie !

Aussi il y a vraiment quelque chose qui ne va pas avec nous [les Américains].

Maintenant il y a un suivi qui arrive. Les gens essaient d’effectuer ce processus de suivi. Mais l’on devrait savoir qu’il n’y a pas de connaissance sans amour. Il doit y avoir et l’amour et la connaissance.

Aussi la façon dont vous leur parlez, comment vous traitez avec eux, c’est important ! Et votre dynamisme va les impressionner. Vous pouvez voir, le film que nous avons vu hier dans lequel il y avait de la musique, en fait qu’était cela ? Là, l’énergie était dynamique.  L’énergie était dynamique avec la musique et toutes choses, et cela se montrait. Donc vous voyez, vous êtes absorbés en elle. Ainsi le mouvement de cette énergie, le dynamisme de cette énergie vous pénètre vraiment.

Mais avoir peur de devenir « côté droit » est un non-sens. Maintenant que vous êtes dans le centre, comment pouvez-vous devenir « à droite » ? Cette sorte d’argument sert juste à supporter la léthargie, ensuite à ne pas avoir de discipline.

J’étais surprise que dans Shuddy Camps, où nous avons installé une école pour la méditation, les gens viennent chaque week-end juste pour passer la fin de semaine. Ils se lèvent à dix heures, onze heures, midi, quand ils le sentent ! Ils sont en vacances à Shuddy Camps ! Et pendant deux jours ils resteront là sans aucune méditation, sans rien : « Nous sommes allés à la maison de Mère, c’est tout. » Mère doit faire tout le travail pour eux.

Je pense que pour un Sahaja Yogi c’est le minimum du minimum qu’ils doivent se lever tôt le matin, prendre leur bain et s’asseoir pour les pujas. C’est une chose courante, tous les Indiens font cela. C’est une habitude. Subitement ce pays ou ces pays sont tombés dans une sorte de vie léthargique insensée. Sinon ce pays aussi a l’habitude de faire la même chose. Et aussi pour ce qui est de dormir, vous devez dormir tôt, si vous le voulez.

Mais l’on doit penser que : « Nous devons changer notre style de vie, nous devons changer nos attitudes. »

Il y a tant de choses, voyez, comme J’ai dit, des choses simples, comme J’ai dit que le jour où vous voulez vous laver les cheveux, mettez beaucoup d’huile sur votre tête et ensuite lavez-les. Vous deviendrez chauves. Imaginez tous les Sahajas Yogis chauves en train de marcher ! Ils penseront : « Votre Mère a tant de cheveux, et qu’en est-il des vôtres ? » (Rires.)

A propos de la nourriture aussi, c’est trop. Comme, Je ne sais pas quelle est la situation ici mais en Angleterre, ils prennent tant de thé, tout le temps le thé est là, la théière est sur la table. Je veux dire que les gens sont ébahis quand ils viennent à Ganapatipule. Egalement en Inde, nous ne buvons pas du thé si souvent. Je veux dire deux fois tout au plus ! Là, toute la journée les gens veulent du thé. Ils ne comprennent pas comment les gens veulent boire du thé à une heure du matin. C’est comme si l’alcool était devenu plus subtil, du thé. (Rires.) Autrement comment l’expliquez-vous ?

Vous ne pouvez pas prendre d’alcool alors : « Prenons du thé, ensuite installons-nous gentiment. » « Nous sommes en train de boire une tasse de thé » : en Angleterre, c’est très commun. « Asseyez-vous joliment. Tasse de thé ! » Quel travail avez-vous fait pour que vous vous installiez comme cela ?

Ensuite, chaque fois qu’ils viendront : « Ahhh. » Comme s’ils avaient déterré quelque chose ou construit le Tunnel sous la Manche. Ils viendront ainsi. Même à la télévision, vous verrez les gens qui viennent : « Ahhh. » Je ne comprends pas. Vous ne trouverez jamais aucun Indien qui fera cela. Même par cette chaleur aussi, il ne fera jamais cela. C’est parce que vous pensez, pensez et pensez trop. Seulement penser ne fait rien à l’affaire.

Comme vous, vous classez, vous voyez, vous faites du classement : « Demain c’est le puja de Mère. Bien. Nous aurons ceci, ceci et ceci. » C’est classé. Et au puja, ce n’est pas là. Pourquoi ? C’est resté dans le dossier !

Et toute chose qui se passe avant votre réalisation, comme les gens ont ce genre d’idée de comment éviter le travail, vous voyez, cette économie de travail. S’épargner du travail est d’une très grande importance pour les Occidentaux.

Aussi comment vont-ils faire pour s’épargner du travail ? Supposons que vous dites : « S’il te plaît, téléphone à une telle personne. » « Mère, je pense qu’il se peut qu’il ne soit pas là. » « Oh Baba, tu téléphones et tu verras bien ! » Donc l’explication vient du cerveau : « Il peut ne pas être là ! » Ainsi rien ne peut être accompli.

Donc la première façon de s’épargner du travail fut : « Oh ceci est anti-culturel. Nous devrions [faire ceci, cela]. Ceci est si mauvais, tout est si mauvais. Nous devrions commencer une vie très naturelle. Cela devrait être une chose très naturelle » et « Nous devrions devenir primitifs », et tout ça.

A partir de là si vous grandissez, si de ce niveau vous grandissez dans Sahaja Yoga, vous deviendrez plus subtil. Ainsi ces choses plus subtiles vont survenir de cette façon : « Maintenant comme c’est, vous voyez, nous ne devrions pas faire trop de chaque chose. C’est trop, vous voyez, c’est trop ! »

Si vous parlez à quelqu’un de Sahaja Yoga, ils diront : « C’est trop pour moi. » Dites donc, vous n’avez pas de cerveau ou quoi ? Qu’est ce qui est trop ? Vous ne pouvez pas y faire face ? » « Oh, c’est trop. »

Je veux dire, votre cerveau est-il limité ou qu’y a-t-il pour que vous ne puissiez pas écouter ce que j’essaie de vous dire ? Et une fois que vous commencez à développer ce genre d’attitude, la nourriture ne pourra pas vous atteindre. Supposons que les arbres disent : « Oh, c’est trop ! » Ensuite que vont-ils faire ?

Rien n’est de trop : « Je dois grandir. Je dois prendre toute la nourriture. Je dois devenir quelque chose. Je dois faire tant ! Qu’ai-je accompli ? » Rien jusque-là ! Ne soyez jamais satisfait de vous-même. Je veux dire que certaines personnes qui ont vu Mon programme ont été toutes choquées de comment Mère va-t-elle accomplir cela ? J’ai dit : « Je sais que Je vais le faire. Si Je dois le faire, Je le ferai. »

Aussi voici ce que devrait être votre attitude. Quand vous M’aimez, Je suis votre idéal. Vous devez savoir cela. Si vous M’aimez, alors qu’allez-vous faire à ce propos ? Je suis votre idéal. Vous devez acquérir Mon style, autrement Sahaja Yoga n’aboutira pas dans ces pays qui ont adopté la léthargie comme une grande culture ! J’ai demandé à quelqu’un : Qu’en est-il de votre bain ? Pourquoi n’avez-vous pas pris de bain ? » Il a dit : « De nos jours ce n’est plus à la mode de prendre des bains. » Tout semble être en dehors de la mode. Quoi que ce soit qui est à la mode, est horrible. « C’est très à la mode », est une autre chose que les gens disent. « C’est très tendance. » Et quoi qui soit à la mode, Me semble si laid !

Maintenant, si vous devez adopter la culture Sahaj, alors vous devez savoir que nous devons avoir de la discipline dans notre vie, nous devons avoir de l’éducation, nous devons avoir une place, nous devons avoir une position dans la société, parce que nous ne sommes pas assis dans les Himalayas, perdus quelque part dans les Himalayas, assis là en faisant juste des tapasyas [austérités]. Le tapasya est ici, là où vous vivez. Autrement si vous dites : « Très bien, nous devons aller dans les Himalayas et là nous devons faire des tapasyas dans les vents froids, oh c’est très bien », c’est parce que cela semble être comme si, vous voyez, vous alliez en retirer un nom ou quelque chose comme cela !

Mais le tapasya est ici ! Ce détachement doit être achevé ici. Vous vous trouvez impliqués dans toutes ces choses. D’une certaine manière cela Me surprend parfois combien vous êtes impliqués dans ces choses qui existaient sous une forme grossière. Elles sont devenues plus subtiles et vous êtes encore liés à elles. Il n’y a pas de liberté.

Et c’est pourquoi, quand vous voyez quelque chose d’absurde arriver, vous voyez, quelque chose de bizarre arriver dans Sahaja Yoga, c’est juste le symptôme de cette chose qui devient plus subtile en nous et qui s’exprime d’elle-même. Comme quelques fois vous pouvez ne pas voir le feu mais il existe, et soudainement vous trouvez que ça explose.

Aussi la transformation veut dire bien sûr évolution. Cela veut dire aussi que, quelle que soit la base que vous aviez, vous devez évoluer à partir d’elle.

Comme une fleur fleurit et ensuite devient un fruit, mais elle doit abandonner beaucoup de choses. Et puis avec la nature vous voyez c’est vraiment à l’unisson. Dans la nature, si vous voyez, l’eau est absorbée et ensuite l’eau est évaporée par le soleil, ensuite cela devient un nuage et puis le nuage attend parce que les feuilles tombent. En hiver, celles-ci nourrissent les arbres avec le nitrogène. Quand c’est le moment, alors ces nuages se déversent et à nouveau nourrissent les arbres.

Il y a un équilibre si complet dans la nature. Si cela n’était pas, Je vous le dis, nous aurions dit : « Tous les terrains dégarnis sont ici. » Si vous allez dans quelle que forêt que ce soit, n’importe quelle forêt, c’est si propre ! Vous n’aurez jamais nulle part une quelconque mauvaise odeur. Il y a des animaux, il y a des tigres, ceci, cela. Il n’y a jamais de mauvaise odeur nulle part ! Vous n’aurez même jamais une odeur de tigre. Mais si vous mettez un tigre dans une cage, alors il commence à sentir. Il est tellement baigné dans la nature, il vit avec la nature, et dans un tel équilibre.

Il y a une telle compréhension entre tous les animaux et chaque chose. Je ne sais pas comment ils gardent cela si propre. Mais dès que vous avez une mauvaise odeur ou quelque désordre, vous trouverez qu’il doit y avoir un être humain dans les environs. C’est si organisé. La façon dont les feuilles grandissent selon les rayons du soleil, comme elles s’organisent elles-mêmes, comme elles se construisent elles-mêmes !

Donc, si nous devons vraiment adopter la nature de Sahaja Yoga, nous devrions obtenir toutes ces bénédictions grâce auxquelles nous devrions prospérer. Je ne veux pas dire [prospérer] en argent ou en objets, mais de toutes les manières.

Aussi il ne devrait pas y avoir un ensemble de gens qui sont juste une sorte de parasites,

Et J’espère pour vous que vous comprenez ce que Je dis aujourd’hui, et Je demande à chacun de vous d’être alerte et dynamique, et de le mener à bien [Sahaja Yoga]. Chaque individu doit s’élever. Cela ne marchera pas si vous portez des vêtements safran et si vous n’arrêtez pas de chanter : « Hare Rama, Hare Krishna » dans la rue. Non. Cela ne mènera à rien. Et cela ne réussira pas non plus si vous dites : « Nous sommes des Sahaja Yogis, nous sommes telle personne » et ceci et cela. Rien. Vous devez être quelque chose.

Ainsi, d’un côté le dynamisme doit être utilisé pour vous-même, et le dynamisme doit être utilisé pour Sahaja Yoga. Vous n’avez plus besoin maintenant de vous préoccuper de partir sur le côté droit.

C’est très commun. J’ai trouvé que cela est même arrivé en Hollande d’après ce qu’ils ont dit. J’ai marié une jeune fille très dynamique à quelqu’un et le mari M’a dit : « Mère, elle ne m’aide pas. » J’ai dit : « Quoi ? » Elle a dit : « J’ai peur de devenir à droite [basculer sur le canal de droite]. » J’ai dit : « Alors pourquoi est-ce que Je vous ai marié à cet individu qui est à gauche ? Pour que vous deveniez à gauche ? »

Etre à gauche est une très bonne chose parce que vous n’avez rien à faire. Vous avez juste à dire : « Je ne veux pas devenir à droite. » C’est tout ! (Rires.)

Mais être à droite veut dire que vous devez être attentif, vous devez être alerte, vous devez être intelligent et vous devez savoir chaque chose. Vous allez vous asseoir au soleil, brûler votre peau, mais vous regarderez le soleil.

Etes-vous sur le canal du soleil ou celui de la lune ?

Donc le mouvement de tous les occidentaux est du côté gauche. Ils boivent, vont dans les cafés. Comme chaque 24 heures ils dorment, disons, peut-être 14 heures, peut-être 18 heures, et le reste du temps ils boivent, c’est tout.

Nous avons une maison en train d’être construite près de chez nous. Quand nous y sommes allés, ils ont dit : « C’est pratiquement fini maintenant. » Ils sont encore en train de la finir ! Cela prendra au moins trois ans de plus. Peut-être qu’elle ne sera jamais finie ! C’est comme les mathématiques, vous voyez. Vous avez ceci, il y avait ce travail, et quelqu’un est venu et en a fait le 1/10 et il est parti. Ensuite quelqu’un est venu et en a fait le 1/20 et s’est sauvé. Puis quelqu’un est venu et en a fait le 1/40 et est parti. Quand le travail sera-t-il achevé ? Il ne se terminera jamais avec de tels gens qui partent en courant, il ne sera jamais fini.

C’est la même chose pour Sahaja Yoga. Si vous le prenez mathématiquement, Sahaja Yoga ne pourra jamais être établi en Amérique si vous additionnez de plus en plus de cette sorte de gens. Tant de choses arrivent dans ce pays. Mais vous devez voir ces gens, vous devez rencontrer ces gens qui sont à la tête des affaires, qui sont des gens qui comptent, qui sont des scientifiques, qui parlent de choses sensibles. Vous devez leur parler, être avec eux. Nous n’avons pas besoin d’acteurs et d’actrices de cinéma mais nous avons besoin de gens dynamiques.

Et ceci peut marcher si vous y consacrez votre attention et si nous avons quelque chose à leur montrer.

Je voudrais dire que l’Autriche est un endroit où Sahaja Yoga a très bien travaillé. Milan est un autre endroit où la plupart d’entre eux ont une profession. C’est très surprenant. Nous vivons en des temps modernes. Nous ne vivons plus en ces temps anciens où les Rishi [sages] et les Munis [ascètes] avaient l’habitude d’être assis sous un arbre et où les rois avaient l’habitude de venir toucher leurs pieds. C’est devenu le contraire. Les Rishi et les Munis doivent aller parler aux rois.

Aussi quand nous croyons que nous sommes des Sahaja Yogis, nous devons savoir que, d’une manière subtile, nous continuons à être pris dans les filets de notre propre compréhension de la vie, de sorte que nous devons changer. Pour nous la vie n’est [ne devrait être] rien d’autre que Sahaja Yoga et Sahaja Yoga n’est [ne devrait être] rien d’autre que l’illumination de nous-mêmes et des autres.

Aussi J’espère qu’aujourd’hui vous allez écouter Mon discours, que vous prendrez les enregistrements chez vous et allez les écouter sans discontinuer.

On M’a également avertie que : « Mère, ce qu’ils font, c’est qu’ils prennent une seule cassette par centre, tout le monde l’écoute et ensuite c’est tout ! Cela signifie que vous devriez tous avoir une cassette chacun. Même cela les gens ne le font pas. Pas seulement cela, mais maintenant il se pourrait qu’après quelque temps, une seule cassette sera en circulation dans un pays. Disons qu’ils la feront circuler aujourd’hui à New York, demain à Boston, comme cela !

Vous devez les écouter encore et encore. Asseyez-vous avec un papier et un crayon, et voyez pour vous même ce que Je dis.

Chaque cassette devrait être avec vous. Je veux dire que les cassettes de ces horribles gurus, vous pouvez les entendre dans chaque voiture, chaque endroit. Tous, ils en ont. Et pourquoi est-ce que les Sahaja Yogis n’ont aucune cassette avec eux ? Vous pouvez faire des copies.

Mais si vous pouvez les avoir gratuitement, c’est ainsi qu’ils préféreront les avoir. Le plus important, c’est ce que nous pouvons obtenir gratuitement, à bon marché, facilement. Si vous essayez de sauver de l’argent, l’argent essaiera de se sauver lui-même. Il s’agit d’une compréhension mutuelle. (Rires.) C’est aussi simple que ceci : supposons que vous ouvriez seulement une porte, il n’y aura pas d’air qui entrera, mais si vous ouvrez l’autre porte, l’air va circuler. Il faut une circulation.

Tout ceci peut aussi être ‘votre’ propre connaissance. Je n’ai pas besoin de dire quelque chose. Tout est dans votre cerveau. Seulement ouvrez-vous vous-même. Vous n’êtes pas des gens libres. Si vous étiez libres comme Moi, vous verriez toutes ces choses provenir de votre propre cerveau. Spécialement en ce qui concerne l’Amérique, comme vous le savez, Je travaille vraiment très fort et Je veux mener cela à bien parce que, si l’Amérique n’est pas bien, Mon Vishuddhi ne va pas être bien. Cela va Me provoquer plein de problèmes.

Aussi vous devez le prendre sur vous-même. Je ne dis pas : « Prenez la croix. » Vous ne devez pas sacrifier quoi que ce soit mais vous devez être conscients de qui nous sommes, de ce que nous faisons et où nous nous trouvons.

Et en plus de cela les Sahaja Yogis pensent qu’ils obligent Sahaja Yoga ainsi que Moi-même ! C’est quelque chose qui doit être expliqué de cette façon : Je n’ai pas besoin de Sahaja Yoga, ‘vous’ avez besoin de Sahaja Yoga et tout le monde a besoin de Sahaja Yoga. Vous avez eu dans ce pays des gens tels que, Je veux dire que vous avez eu des gens tellement grands. Je n’ai pas besoin de mentionner des gens comme Abraham Lincoln qui a apporté de si grandes idées pour le monde entier ! Pourquoi vous, n’êtes-vous pas des personnes grandes ? Il était une âme réalisée, d’accord, mais il ne savait rien au sujet des canaux Ida, Pingala et Sushumna. Pourquoi ne pouvez-vous pas devenir grands comme lui ?

Aussi, à l’occasion d’un puja du Virata, nous devons décider que nous allons tous exprimer la conception que le Virata fut une fois la réalité dans nos vies. C’est ce pourquoi nous devons prier dans nos cœurs.

Et c’est une très bonne occasion aujourd’hui pour le faire parce que nous sommes assis dans un endroit où il y avait tant de ces aborigènes, comme vous les appelez, ou autre. Ils étaient si sensibles. Comme en Amérique vous les appelez ‘des gens sérieux’ [brass tacks]. Ils connaissaient le principe de savoir comment mener une vraie vie spirituelle. Ils étaient des gens très libres, extrêmement libres et si détachés.

Donc, si vous ne vous corrigez pas vous-même, alors il y aura des problèmes dans la collectivité. Un problème dans la collectivité se reflétera sur vous parce que vous faites partie intégrante du Tout. S’il y a un problème dans l’Etre entier, il y aura un problème pour vous. Et s’il y a un problème dans une partie, il y a un problème pour l’Etre entier. Même Roosevelt, qui était votre président, a dit une fois que : « La pauvreté où qu’elle soit est une menace à la prospérité partout ». Il a pu voir ce point si clairement.

Vous voyez, toutes ces citations nous montrent que ceci est un pays du Virata où ils parlent de la collectivité, où ils ont tous les moyens de communications qui sont importants. Chaque sorte de communication est importante mais, pour les Sahaja Yogis, elle doit être très subtile, très dynamique, très belle, très aimante, très impressionnante, magnétique. Ensuite seulement les communications agiront.

Il n’y a pas de mal à porter de très jolis vêtements. Il n’y a pas de mal à les porter. ‘Joli’ ne veut pas dire ‘cher’ mais ‘qui sont judicieux’, ‘dignes’. Nous devons construire nos personnalités afin que les gens puissent sentir que : « Oh, ceci c’est quelque chose, eh ! »

Et vos enfants apprendront aussi de vous.

Il n’est pas question de sentir que vous allez être conduits dans l’ego ou quoi que ce soit. C’est fini maintenant, l‘ego est fini ici, il n’y a plus d’ego. Ce que Je trouve ici, c’est une justification pour ne rien faire, que nous ne voulons pas faire quoi que ce soit parce que notre ego va grandir. C’est très intelligent ! (Rires.)

Aussi avec tout ceci on doit savoir que nous sommes des personnes sélectionnées, nous sommes les gens choisis par Dieu. Il doit nous avoir sélectionnés dans un certain but. Autrement il y a tant de gens dans ce pays. Vous êtes les fondations et vous devez être des gens solides pour l’être. Nous devons connaître notre propre gloire, notre propre spécialité, pourquoi nous avons été sélectionnés parmi tous ces gens, pourquoi nous sommes ici, et ensuite ce que nous allons faire à ce propos.

Dans une vie normale vous voulez voir de cette façon que, si quelqu’un est sélectionné pour un poste ou quelque chose, parmi beaucoup, beaucoup, d’autres, alors il pense : « Oh, il doit y avoir quelque chose à mon sujet, je dois montrer ce que je vaux, je dois montrer ma valeur, je dois montrer mon travail », vous voyez, et il travaille dur pour prouver que la sélection était bonne. Mais dans Sahaja Yoga, c’est le contraire, vous le prenez pour acquis : « Oh, nous sommes quelqu’un de grand. »

Aussi maintenant établissez-vous vous-même. Prenez une tasse de thé. (Rires.)

J’espère qu’il a été compris pourquoi Je parle ainsi car Je suis réellement concernée par l’Amérique.

Tant de forces négatives travaillent ici et nous devons améliorer tant de choses. C’est une si grande responsabilité, un si grand pays, un si vaste pays, tant de perversions, tant d’idéologies insensées, Je veux dire que c’est sans fin. Même si vous obteniez 15 Gorbatchev, vous ne pourriez pas changer ce pays. C’est devenu un tel gâchis. Chacun est individualiste dans cet endroit de folie. Un seul Gorbatchev a pu changer son pays qui a beaucoup plus de population. Mais personne ne peut changer ce pays ici tant que vous ne vous décidiez à faire quelque chose à ce sujet.

Ainsi on M’a dit que des gens sont frustrés parce qu’il n’y a pas tellement de Sahaja Yogis qui viennent. Mais peut-être qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec vous. Peut-être que vous n’êtes pas assez profonds et que vous n’êtes pas si impressionnants. Vous devez changer votre style de vie, vous devez être des personnes intelligentes et spartiates.

J’espère, j’espère encore et encore qu’après ce puja du Virata, vous viendrez tous sur la scène comme de grands Viratas.

Que Dieu vous bénisse tous !