Shri Bhairava Puja, Garlate 1989

(Italy)

1989-08-06 Bhairava Puja Talk, Italy, DP-RAW, 26' Download subtitles: CS,EN,FI,FR,JA,LT,NL,PL,PT,RU,TRView subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: Listen on Soundcloud: Transcribe/Translate oTranscribe


Shri Bhairavanath puja. Garlate, Milan (Italy), 6 August 1989.

 

Traduction: Verif2 MM. Ver 04/3/2017.

Aujourd’hui, nous sommes réunis pour célébrer un Puja à Shri Bhairavanath. Je crois que nous n’avons pas compris la signification de Shri Bhairavanath qui monte et descend sur l’Ida Nadi. L’Ida Nadi est le nadi de Chandrama, donc de la Lune. C’est donc le canal qui nous refroidit, nous calme. Ainsi le rôle de Bhairavanathji est de nous calmer.

Par exemple certaines personnes sont colériques du fait de leur ego, de leur foie, ou pour quelque autre raison. Si une personne se met dans une grosse colère, alors Bhairavanath va lui jouer des tours pour la calmer. Il place tout sous son contrôle avec l’aide des Ganas et de Ganapati, afin de refroidir votre tempérament, vous ramener à l’équilibre [au centre].

Donc si quelqu’un a un caractère très colérique et dépasse les bornes alors, d’une façon ou d’une autre, Bhairavanath préparera, aussi avec l’aide de Hanumana, quelque chose qui dévoilera la bêtise et le non-sens de cette colère.

Ainsi par exemple, les personnes déprimées ou qui partent à gauche, Hanumana tentera de les aider à sortir de cette situation, c’est certain, mais Bhairavanath les aidera encore beaucoup plus pour qu’ils s’en sortent.

En fait, une personne du côté gauche ne peut pas être collective. C’est très difficile pour cette personne qui est très à gauche, qui se sent toujours profondément triste, malheureuse et préoccupée. Ces personnes ne peuvent pas profiter de la joie de la collectivité. Quant aux personnes colériques, très à droite, elles ne peuvent pas non plus profiter de la collectivité et empêchent les autres de s’y intégrer, c’est sûr. Mais ces personnes tentent de faire partie du collectif car elles peuvent s’y faire valoir. Ces personnes cherchent à montrer leur « supériorité ». Bien sûr ces gens ne peuvent naturellement pas se réjouir de la collectivité.

Par contre les personnes dépressives pensent tout le temps : « Personne ne m’aime, personne ne se préoccupe de moi, je suis si déprimée », ceci, cela. Elles sont tout le temps en train d’attendre quelque chose des autres. Ces personnes ne peuvent pas non plus profiter de la collectivité. Ce genre de personnes du côté gauche verra la tristesse partout.

Comme l’autre jour, quand Je Me suis rendue à Moscou, il y avait avec nous une Sahaja Yogini qui était du côté gauche. Donc nous allions prendre notre repas quand il commença à pleuvoir. Nous n’avons pas pu prendre de taxi mais une voiture est venue et nous y sommes allés.

Puis, on nous dit que nous étions très en retard et que nous devions nous asseoir à d’autres tables beaucoup plus chères. Alors cette dame commença à dire : « Que de problèmes, pas de taxi, il pleut et nous ne pouvons pas trouver de place ». Et Je lui dis : « Tout cela est divertissant, ce ne sont pas des problèmes ! »

Ce mot « problème » nous devrions l’abandonner. C’est un nouveau mot que J’ai appris car nous utilisions seulement ce terme ‘problème’ en géométrie dans notre jeunesse.

En fait ce type d’attitude négative, de tout trouver négatif, est la manière par laquelle nous endommageons réellement notre côté gauche.

Mais alors la personne qui nous avait invités arriva et dit : « Nous sommes assis de l’autre côté et nous vous attendons. »

Donc, nous nous rendîmes dans l’autre partie du restaurant où nous avons profité d’un bon repas. Tout était bien ! Et Je lui dis : « Tu vois, tu comptes seulement les choses négatives mais tu n’as pas vu tout ce qui était divertissant. » Elle Me demanda : « Que dois-je faire ? » Je lui dis : « Prononce le nom de Shri Bhairava, assise, la main gauche vers Ma photographie et la main droite sur la Terre Mère. De cette manière tous les bhoots négatifs, qui sont en toi, prendront la fuite. »

Donc Bhairava a toujours la lumière dans ses mains. Il parcourt l’Ida Nadi de haut en bas pour vous apporter la lumière afin que vous voyiez qu’il n’y a rien de négatif.

Et cette négativité vient à nous par bien des manières. Un type de négativité est de dire : « Ceci est à moi », comme : « Mon fils, mon mari, mes propriétés, ‘mon’. »

Donc alors, quand on s’attache de cette façon, on découvre que nos enfants aussi deviennent négatifs.

Mais, si vous voulez être positifs, c’est très facile et pour cela, vous devez voir où se trouve votre attention. Voyez-vous seulement le « problème » où ce qu’il y a de divertissant dans celui-ci ?

Il y a des gens qui ne peuvent se divertir de rien ! Si c’est un jour ensoleillé, ils vont se plaindre et dire :  » Mon Dieu, quelle journée ensoleillée ! Et si c’est une journée nuageuse, ils diront : « Oh ! Quelle journée ! » Rien ne leur fait plaisir.

Mais se réjouir du positif dans chaque situation négative, c’est la capacité du Sahaja Yogi.

La négativité n’existe pas, il s’agit d’une « ignorance. » Et elle n’est pas non plus l’ignorance car l’ignorance n’existe pas non plus ! Puisque tout est le pouvoir omnipénétrant, comment pourrait-il y avoir de l’ignorance ?

Mais supposez que vous vous cachiez ou que vous vous enfuyiez dans la force [les plis] de ce pouvoir, alors vous diriez qu’il y a de la négativité. Comme si vous vous cachiez dans une grotte, que vous la fermiez parfaitement et disiez : « Il n’y a pas de soleil ».

Donc ces gens qui ne peuvent pas devenir collectifs, sont soit du côté droit, soit du côté gauche, mais surtout du côté gauche.

Cependant, les gens du côté gauche peuvent être collectifs dans la négativité. Il y a une très grande fraternité des bhoots.

Vous verrez des ivrognes assis ensemble qui disent : « Regardez tous les problèmes, tous les problèmes écologiques. » Ils sont tous saouls, complètement saouls : « Il y a toutes sortes de problèmes, quand cela sera-t-il terminé ? » Puis un autre raconte : « Ecoutez, écoutez, j’ai entendu dire que le monde entier allait très prochainement être détruit. » Et un troisième dit : « Grâce à Dieu nous allons disparaître. C’est bientôt la fin. » Alors un quatrième ajoute : « Mais, que va-t-il se passer pour nos bistrots ? » Ils lui répondent : « Cela n’est pas grave, si nous sommes morts, quelle importance ! »

Voilà comment la fraternité des bhoots fonctionne. Ils ne peuvent pas voir ce qui est divertissant, ils ne peuvent rien apprécier. Ils commencent à penser qu’ils sont très méditatifs, qu’ils sont des gens plus élevés, qu’ils sont quelque chose de supérieur. Dans la négativité !

Au bout du compte ces gens deviendront fous tandis que ceux du côté droit deviendront idiots.

Un jour Je me suis rendue dans un asile de fous et, pendant que J’étais là, J’ai rencontré une femme. Elle semblait tout à fait normale. Je veux dire que J’ai pensé qu’elle était une femme totalement normale, donc J’ai commencé à parler avec elle. Elle commença par Me parler très sagement : « Regardez mon beau-frère est ici, il n’est pas nécessaire qu’on l’aide ; nous ne devrions pas faire ces choses-là. » Elle Me raconta toutes sortes de choses, se montrant très agréable et gentille tout en faisant croire que personne ne l’aimait. Elle Me dit qu’elle était très insécurisée, ceci, cela.

Soudain le docteur arriva et elle commença à l’insulter, à lui crier dessus. J’ai demandé ce qui se passait. Puis le docteur envoya chercher des gens pour maîtriser cette femme. Il Me dit : « C’est une des folles les plus violentes. Pourquoi parliez-Vous avec elle ? »

J’avais bien des maux de tête mais Je ne savais pas qu’elle était folle. Il se peut qu’en Ma présence ses bhoots aient pu prendre la fuite et jouer des tours. Mais, vous pouvez voir cela clairement.

Ainsi conserver ces attachements émotionnels est excessif, et toujours se préoccuper à l’excès de quelqu’un : « Oh, mais c’est mon fils ceci est ma propriété, ceci est ceci, ceci est cela ! », et gâcher de la sorte et sans arrêt votre vie si précieuse, ce n’est pas une manière de vivre pour un Sahaja Yogi.

Si un Sahaja Yogi ne parvient pas à être collectif, alors sachez que ce n’est pas un Sahaja Yogi.

Donc chacun doit savoir que ceci est le travail de Bhairavanath à l’intérieur de nous.

Un autre travail par lequel il porte la lumière au milieu des ténèbres, est qu’il détruit tous les bhoots qui se trouvent en nous, toutes sortes d’idées « bhootish » et d’idées bizarres sur les attachements et aussi la dépression.

Je suis donc très contente aujourd’hui que nous vénérions Shri Bhairava, parce qu’il est réellement très connecté avec Ganesha.

Comme vous le savez, Shri Ganesha réside au Mooladhara alors que Bhairava parcourt tout le côté gauche et va vers le côté droit [de la tête].

Donc tous types de conditionnements, toutes sortes d’habitudes peuvent être vaincus avec l’aide de Bhairavanath.

Au Népal, nous avons une très grande statue de Bhairavanath qui est en réalité un swayambhu. Les gens là-bas sont plus du côté gauche et donc ils craignent Bhairavanath. Alors, si quelqu’un a de mauvaises habitudes, disons de voler, la police l’emmène devant Bhairavanath et place là sa lumière, allume une flamme. Je veux dire que la police les attrape et leur demande de confesser leur méfait. Et ils confesseront ce qu’ils ont fait de mal.

Donc Bhairavanath nous préserve aussi de commettre des actions mauvaises ou dissimulées comme de voler. Quoi que nous pensions pouvoir faire en secret, nous pouvons le cacher, mais vous ne pourrez pas le cacher à Bhairavanath.

Si vous ne changez pas, alors c’est lui qui vous démasquera complètement, comme il a démasqué tous ces horribles faux-gurus.

Donc nous sommes réunis ici aujourd’hui pour vénérer cette grande Déité qu’est Bhairavanath, qui s’est incarnée plus tard sur cette terre et dernièrement en tant que Mahavira.

Donc c’est lui qui se tient devant la porte de l’enfer et il retient les gens qui risquent d’y tomber. Mais si vous voulez aller en enfer, si c’est votre désir, si c’est votre « pouvoir de volonté » comme celui qui vous pousse à dire : « Moi, je veux aller en enfer », alors il répondra : « C’est très bien, tu peux y aller ! »

Mais, comme vous le savez, l’enfer est aussi plein de gens. Donc, il vaut mieux essayer de lutter contre notre négativité, nous transformer pour apprécier la joie, aimer autrui et prendre joie en compagnie des autres. Et ceci sans se préoccuper de ce que les autres sont en train de vous faire, mais en pensant seulement au bien que vous pouvez faire aux autres.

Donc nous offrons aujourd’hui un Puja spécial à Bhairavanath pour qu’il nous procure le sens du rire, de nous réjouir et de nous divertir.

Que Dieu vous bénisse !

S.S. Shri Mataji Nirmala Devi