Talk, Eve Of Easter Puja

(England)


Feedback
Share

Talk before Easter Puja – We have to move vertically 21/04/1990 – Eastbourne (England)

English Transcript Version MM Date: 2017-0308 French Translation Version MM Date : 2017-0308

…A une grande échelle, nous aurons peut-être du mal à trouver l’équilibre mais, quand nous nous déplaçons horizontalement, nous devons aussi savoir que nous devons nous déplacer verticalement. Autrement ce qui arrivera, c’est que nous perdrons en qualité. La quantité sera peut-être importante mais nous perdrons en qualité. Et si la qualité baisse, alors vous verrez que beaucoup se disperseront. Donc nous devons nous occuper de notre montée verticale qui est très importante.

Si Je vous racontais certaines choses qui sont arrivées peu de temps après que J’ai quitté l’Inde, Je suis Moi-même étonnée que, dans des proportions géométriques, Sahaja Yoga soit monté très haut. Mais on ne devrait pas s’en satisfaire. Individuellement aussi, nous devons grandir. Et chacun d’entre vous doit s’élever. Vous devez tous accomplir votre ascension verticale. Certains ont pu se perdre un peu, certains ont pu s’éloigner un peu d’eux-mêmes. L’attention s’est peut-être beaucoup dispersée, mais nous devons savoir pourquoi nous sommes là et alors c’est très facile.

Nous sommes ici pour faire partie intégrante d’une très grande révolution. Pouvez-vous imaginer que nous sommes en train de transformer les êtres humains ? Cela n’a jamais été possible. Une transformation en masse est en train de se mettre en place. C’est ainsi que le monde est en train de changer et vous en êtes une partie intégrante.

Mais quand vous devenez partie intégrante de cela, vous oubliez juste quelquefois qu’il y a beaucoup de choses qui essayent de nous tirer vers le bas. Donc nous sommes heureux de voir la vitesse de propagation de Sahaja Yoga, mais nous ne voyons pas ce que nous perdons verticalement. Et ceci, Je pense, est une perte plus grande. Ce n’est pas grave s’il y a deux personnes en plus ou en moins. Ce qui est important c’est que nous devrions avoir de très profonds Sahaja Yogis, autrement Sahaja Yoga sera gâché.

Tellement de choses sont sur le point d’arriver, et nous sommes sur la scène et nous devons coopérer, coordonner et comprendre.

Voyez maintenant par exemple, pour venir ici David a eu un problème. Il a dit : « Mère, c’est juste comme une tempête, c’est horrible, j’étais là-bas il y a une semaine. » Et il en a été complètement contrarié. Et tout le monde M’a parlé de cet endroit. J’ai dit : « D’accord, voyons. »

Et hier aussi on M’a dit qu’il pleuvait, mais à Cambridge c’était terrible. Et j’ai dit : « Le vent va commencer, le vent va souffler. » Et avec ce vent, tous les nuages ont été chassés et le ciel s’est éclairci.

Donc, d’une manière, le vent s’est mis à souffler et vous avez pu le voir, mais vous devez garder les pieds sur terre. Et là, ce que J’ai trouvé, c’est que vous, vous ne réalisez pas parfois quel important travail vous faites, ni la position importante que vous avez, ni quel accomplissement cela sera pour vous-même, ni quelle grande bénédiction vous allez apporter aux gens.

Donc, quand vous sortez de votre vie de famille, par exemple, vous êtes venus à Sahaja Yoga en abandonnant toutes ces choses : En abandonnant toutes ces choses terre à terre, les vêtements, ceci, cela, la maison, la voiture, et aussi la vie de famille, les relations, tout, vous êtes venus ici pour chercher la Vérité et pour être un avec Dieu. Non pas que vous devriez adopter une sorte de sanyasa [ascèse], mais ‘abandonner’ signifie que vous êtes détachés [des choses terre à terre] et que vous êtes attachés à ce seul principe, celui d’accomplir la divinité en vous.

Mais quand vous venez à Sahaja Yoga et que vous avez vu la beauté de Sahaja Yoga, alors à nouveau vous voulez revenir à ces choses inutiles et ensuite vous ne pouvez pas expliquer pourquoi cela arrive comme ça. Comme quelqu’un qui se marie, il se perd avec sa femme. Il a une maison, il se perd avec sa maison. Il a une voiture, il se perd avec sa voiture. Il a un travail, il se perd avec son travail. Il a une usine, il a de l’argent, il se perd.

Ainsi, à quoi avez-vous renoncé ? Le détachement n’est pas là. Parce que vous avez compris qu’il n’y a pas de joie dans toutes ces choses, c’est la raison pour laquelle vous êtes venus à Sahaja Yoga. La Joie est une seule chose, c’est d’être connecté au Pouvoir Divin, et non pas à toutes ces choses [futiles]. Celles-ci ne sont pas importantes. Et aussi vous n’êtes pas venus par hypocrisie, et vous n’êtes pas venus ici pour quelques gains d’une qualité moyenne. Vous êtes venus pour une chose très précieuse, quelque chose d’une valeur suprême, en abandonnant toutes les choses si inutiles. Vous vivez parmi celles-ci, vous êtes là, mais si vous vous y attachez de nouveau, alors vous perdrez beaucoup de votre énergie et la Mienne aussi.

Donc le détachement que vous aviez développé avant de venir à Sahaja Yoga devrait être là. Mais ce que Je vois, c’est qu’une fois qu’ils viennent à Sahaja Yoga, qu’ils obtiennent un travail : « Maintenant je suis occupé avec mon travail, je ne peux rien faire d’autre. » Un autre va dire : « J’ai une école à m’occuper. » « J’ai mes enfants. » Quelqu’un va dire : « Ma femme…» Alors certains deviennent très romantiques, ils tombent amoureux. Ils se comportent de façon absurde. Quand vous êtes montés dans le bateau, comment pouvez-vous en ressortir ?

Donc il est très important de comprendre que nous sommes des Sahaja Yogis. Rien ne peut nous attirer, rien ne peut nous faire changer d’avis, rien ne peut distraire notre attention, mais il faut savoir une seule chose, c’est que nous sommes ici pour l’émancipation des êtres humains et que notre propre caractère, notre propre style, notre propre personnalité va les changer.

Je vais vous en donner un exemple. Quand Je suis allée en Russie pour la deuxième fois, dans Ma famille, ils disaient : « Tu as déjà été là-bas, pourquoi veux-Tu y retourner ? Après tout, Tu y es déjà allée une fois et de nouveau Tu veux y aller pour deux, trois jours. Et un séminaire de yoga peut être organisé par les gens qui sont sur place. » J’ai dit : « Non, Je dois y aller. » Et ils ont tant insisté et J’ai dit : « Vous voyez, Je présume que si J’y vais, il y aura beaucoup de gens de tous ces pays qu’on appelle ‘le bloc de l’est’ et Je pense que Je peux le casser au travers des Sahaja Yogis, s’ils reçoivent leur Réalisation. »

Je disais juste que nous devrions vraiment faire venir quelques personnes remarquables et ils M’ont donné seulement 45 min pour leur parler. Je leur ai parlé environ 35 min, Je devrais dire, ou 32 min. Et ensuite Je leur ai donné la Réalisation. J’ai touché des gens formidables, des personnalités formidables ! Quand Je suis sortie, ils sont venus avec moi, personne n’est resté dans le hall pour écouter quelqu’un d’autre, tout le séminaire était fini. Et ils M’ont donné leur adresse, ils M’ont donné leur numéro de téléphone, tout. Et ils Me suivaient et Je n’avais ni papier, ni crayon. Quelqu’un écrivait. Et j’étais très satisfaite, Je pouvais voir clairement dans leur personnalité qu’ils étaient des gens très profonds. Aussitôt qu’ils rentrèrent, la Paramchaitanya s’est mise en mouvement et vous savez ce qu’il est advenu du bloc de l’Est.

Ce sont des gens formidables, des gens fantastiques. Les Russes sont formidables et ces gens sont fantastiques, des chercheurs d’une très haute qualité. C’est pareil pour la Hongrie. Tous ont demandé : « Qu’en est-il de la Hongrie, Mère ? » avant cela. J’ai dit : « Laissez quelqu’un venir de là. » Et réellement quelqu’un est venu, complètement malade, vous savez, avec la maigreur d’une personne malade. Il a reçu sa réalisation et voilà, la Hongrie est libre. Même chose pour la Roumanie.

Donc quelle est la différence de qualité : nous sommes supposés être les gens de pays libres et ceux qui étaient dans les chaînes du communisme, Je ne sais pas, mais peut-être qu’ils ont dû être de grands hommes pour être nés là, peut-être. Parce que Lénine a parlé d’état sans état et de choses comme ça, Je ne sais pas quoi dire, mais une chose est sure : ils n’avaient pas de temps pour gaspiller leur attention ici et là, n’avaient pas d’absurdités de religions, pas d’absurdités de conditionnements, pas d’absurdités de toutes sortes de théories, pas d’absurdités de devenir hippies, et pas d’absurdités de devenir ces punks et ci ou ça, et toutes sortes de non-sens. Rien.

Bien-sûr Je ne dis pas que, quand J’étais là, J’ai trouvé des gens, au moins 25%, qui demandaient des jeans américains, mais c’est différent. Il y en avait seulement 25%. Le reste d’entre eux, leurs assiettes étaient juste propres, leur vaisselle était absolument propre. Ils avaient leurs cheveux très soigneusement peignés avec de l’huile et tout cela, des gens très élégants. Pas d’inhibitions pour M’interroger au sujet d’eux-mêmes, rien de la sorte. Pas d’hypocrisie, rien. Pas de mode, aucune mode. Très directs, simples, éduqués, des gens dignes. Personne ne marchait en gesticulant d’une manière bizarre ou quoi que ce soit, très dignes. Ils étaient supposés être dans les chaînes du communisme. Une personne a calculé la formule mathématique du Shri Chakra, et il est venu humblement vers Moi, s’est assis pour connaître tout à ce sujet.

Leur humilité était telle, Je ne peux pas vous l’expliquer. Même [dans la manière de] toucher l’estrade avec tant d’humilité et de discipline quand ils s’avançaient ! Quoiqu’il en soit, quoique le régime ait dû être pour eux, ou quoi que ce soit, ce ne sont pas des gens perdus. Il s’agit d’une sorte de discipline adéquate de leur mental. Leur mental est si réceptif, si humble.

Dans cette soi-disant liberté, nous avons perdu pas mal de nous-mêmes, Je pense. Tout d’abord, en essayant nous-mêmes toutes sortes de non-sens, en parlant à propos de choses dont nous ne devrions pas parler, en voyant des choses au nom de la liberté que nous ne devrions jamais voir en tant qu’êtres humains. Les gens peuvent faire n’importe quoi dans un pays libre.

Je pense que, à moins que vous n’ayez la Réalisation, la liberté ne veut rien dire parce que les gens se perdent, ils abandonnent complètement toutes leurs qualités, tous leurs systèmes de valeurs, tout.

Donc nous arrivons au point de comprendre que nous nous sommes nuis à nous-mêmes, nous avons nui à nos attentions.

D’abord une chose, c’est que dans le système de la famille, les parents ont l’habitude d’être cruels et bizarres, et comme ceci et cela. Maintenant vous êtes devenus des Sahaja Yogis et alors désormais vous êtes si attachés à vos enfants – ça non plus ce n’est pas bien. « C’est mon enfant, c’est ma femme, c’est ma maison. » Comment est-ce possible maintenant ? Maintenant vous êtes devenus des oiseaux libres.

Donc aujourd’hui nous célébrons Pâques. Et au temps de Pâques, nous devrions nous rappeler que nous sommes libres maintenant. Nous ne sommes plus des œufs, ni ne sommes à l’intérieur de la coquille. Nous sommes maintenant des oiseaux. Nous n’avons plus besoin d’avoir ce jaune d’œuf sur notre tête pour nous en vanter. Maintenant c’est fini, c’est fait, ce n’est plus là.

Donc pourquoi essayons-nous de redevenir des œufs à nouveau ? Où est la sagesse là-dedans ?

Et puis une autre chose choquante que J’ai vue, c’est ceci : dominer les autres, les intimider, se moquer d’eux, les haïr, nous en avons fini avec ça, avec toutes ces mauvaises choses que nous avions la liberté de faire, la liberté de parler durement aux autres, la liberté de les blesser.

Quand nous nous sommes débarrassés de tout ça, J’ai vu que des Sahaja Yogis continuent à le faire. Ce rôle est fini.

Disons que vous étiez un policier, mais maintenant vous êtes devenu un prêtre. Je ne devrais pas dire prêtre, mais qu’est-ce que Je devrais dire alors ? Ils sont mauvais de manière égale. Je devrais dire que maintenant vous êtes devenus des âmes réalisées. Donc maintenant, quand vous êtes devenus des âmes réalisées, vous êtes des oiseaux, vous êtes des oiseaux vraiment libres qui ont obtenu des ailes, qui ont eu des yeux, qui peuvent voler, qui n’ont plus les qualités que vous aviez en tant qu’œufs. C’est complètement transformé, c’est fini, c’est mythique. Vous ne pouvez plus devenir cela maintenant.

Si un oiseau veut devenir un œuf, il va suffoquer et mourir. Ce retournement n’est pas possible. Mais pourquoi ? Pourquoi revenir en arrière ? Vous devez vous poser la question.

Nous devons nous élever. Donc dans la résurrection, nous devons apprendre le détachement. C’est seulement mental. Je veux dire, Je ne sais pas comment un oiseau peut être attaché à un œuf. Il pourrait être attaché à un œuf en se disant : « Oh comme c’était douillet, je n’avais pas besoin de voler. » Ou ça pourrait être quelque chose de ce genre, vous voyez.

Je veux dire que ce n’est pas une bonne chose d’être un œuf et de penser à un œuf, et Je ne sais pas comment on peut y être attaché. Au contraire on devrait détester cette vie : « Oh, mon Dieu, qu’est-ce que j’étais, où j’étais ! »

De la même manière, nous devrions aussi ressentir une sorte de gloire de ce que nous sommes. Mais il n’y a pas de vanité dans cela, juste de la fierté. Il faut l’assumer, l’accepter. Vous êtes assis sur un trône. Maintenant vous ne pouvez plus vous réjouir de la boue, n’est-ce pas ?

Donc quand vous revenez en arrière, quand votre mental vous tire dans cette direction inverse, vous devez comprendre que vous glissez vers la sortie. C’est très important.

Mon expérience en Australie a été plutôt triste parce que J’ai trouvé qu’ils avaient dévié complètement, eux tous, absolument sortis. Les leaders étaient comme des gardiens de prison, et la manière dont ils se comportaient, ainsi que certains d’entre eux qui s’étaient joints à eux, c’était comme un régime hitlérien avec d’horribles choses.

Donc J’ai dû les ramener de nouveau sur le bateau. J’ai dû travailler très dur, très, très dur avec eux. C’est cette soi-disant liberté que vous avez. Cela les a détruits.

Un autre miracle s’est passé, c’est que Je suis allée à un endroit appelé Cairns, qui est un endroit très lointain près de l’équateur. Et ils M’ont dit que la Grande Barrière de Corail était très proche de là. Et là-bas, il y a une espèce d’étoile de mer appelée « Couronne d’épines ». Et elles mangent les très, très petits animaux qui font ces magnifiques coraux là-bas. Et c’est pourquoi la régénération s’est arrêtée depuis dix ans. Dieu seul sait d’où ils sont venus, ces bancs d’étoiles de mer, ces bancs entiers [d’acanthaster pourpre].

J’ai dit : “J’aimerais aller voir la Grande Barrière de Corail, voyons voir. » Donc, nous y sommes allés. Il y avait un bateau à fond transparent. Nous nous sommes assis là et nous avons tout observé. Ils ont dit : « Vous voyez les poissons là-bas. » J’ai vu des grosses, grosses tortues et J’ai vu de très beaux poissons d’une telle variété, tant de couleurs, se promenant très gentiment, mais pas une seule de ces étoiles de mer, pas une seule. J’ai dit : « Voyons voir, voyons. » Donc nous avons tourné et tourné un bon moment. Je voulais en voir une au moins pour voir quelle sorte de chose c’était. Nous avons fait tout le tour et pas une seule. Et cela est arrivé le 10 quand J’étais là. Et le 17, nous étions en train de voyager. Dans l’avion, ils ont annoncé qu’un miracle s’était produit, que toutes ces étoiles de mer avaient disparu, et que certaines qui se trouvaient là, sont en train de mourir. Pouvez-vous l’imaginer ?

Donc ce que J’essaye de vous dire, c’est que vous avez ces yeux, vous avez cette personnalité qui peuvent mettre tout ça en mouvement. Si deux ou trois Sahaja Yogis d’Allemagne de l’Est, qui ont eu leur Réalisation, peuvent se rendre au mur de Berlin et déclencher sa chute, alors avec tous les Sahaja Yogis, Je ne sais pas ce qui peut arriver !

Ceci vous l’avez, vous avez ce pouvoir. C’est pourquoi Je vous dis que le progrès vertical doit être là, et alors laissez ce pouvoir agir et déclencher le mouvement. Vous pouvez tous le déclencher individuellement et collectivement.

Mais le programme vertical est moindre, la compréhension verticale est moindre. Quel que soit le nombre de Sahaja Yogis que vous pouvez avoir, s’ils ne peuvent pas le déclencher [ce mouvement], alors à quoi sert-il [ce pouvoir] ?

Donc Ma demande est que vous devez maintenant faire attention à votre mouvement vertical – et à votre attention.

La même chose avec les mariages. Je veux dire que parfois Je sens ne pas savoir pourquoi Je les marie parce qu’ils se perdent. Imaginez, Je ne peux pas comprendre. Vous vous mariez dans Sahaja Yoga, vous vous mariez pour Sahaja Yoga, vous voulez avoir des enfants qui seront des Sahaja Yogis, vous voulez avoir des âmes réalisées, vous voulez soutenir Sahaja Yoga et c’est pour cela que vous vous mariez, puis vous vous perdez dans ces mariages. Quelqu’un est venu Me demander : « Mère, il y a un très bon travail, je peux l’avoir ? » Et J’ai dit : « D’accord, que Dieu te bénisse ! » Dieu l’a béni et il est cependant perdu pour Sahaja Yoga.

Donc ces tentations sont là parce que vous n’êtes pas détachés. Donc, en ce grand jour, Je dois vous dire que vous êtes maintenant devenus des oiseaux et que vous ne voulez plus redevenir des œufs, à aucun prix. Vous n’allez pas revenir à cet état. Et vous devez mettre en mouvement tellement de choses. Vous êtes tous venus en Angleterre, l’Angleterre entière devrait se mettre à bouger.

Il y a une autre bonne nouvelle que Je dois vous donner. Je suis descendue à Jaipur et il n’y a qu’un monsieur de Delhi qui est descendu à Jaipur pour organiser. Et les gens de Jaipur ont dit : « C’est très difficile, vous savez, ici, ceci, cela. » Il a dit « Non, nous aurons un programme à Govinjis Mandir où personne ne peut avoir un programme. Je vais y aller et voir la maharani. »

Alors la maharani ne voulait pas le rencontrer. Il a insisté, s’est assis là et l’a attendue. Finalement il a eu l’occasion de lui parler. Il lui a montré Ma photographie. Immédiatement, elle l’a prise. Elle a posé des questions sur Sahaja Yoga : « Qu’est Sahaja Yoga ? » Alors elle a dit : « Donnez-moi ma Réalisation. » Elle a eu sa Réalisation, le maharaja a eu sa Réalisation, Ils ont dit « Oui, vous pouvez avoir le programme ici. »

Elle a ajouté : « Je vais venir au programme. » Elle y est venue elle-même. Elle est tombée à Mes pieds en public, s’est assise là tout le temps, son mari s’est assis là, et quelqu’un leur a offert de l’eau à boire. Ils ont dit « Comment puis-je, Elle est la Déesse, je ne peux pas boire devant Elle ! » Elle est restée assise là. Imaginez, elle venait juste de recevoir sa Réalisation ! Quelle profondeur !

Mais ce n’était pas assez. Ils avaient un festival appelé Gangaur, c’est là où ils vénèrent Gauri. C’est le plus grand festival où la reine, la maharani, doit vénérer la Gangauri, c’est une statue qui est promenée dans tout l’état de Jaipur et tout le monde la vénère. C’est considéré comme le plus grand festival. Alors, le matin, elle est venue et a touché Mes pieds. Elle a dit :« Mère, est-ce que je peux Vous vénérer ? » J’ai demandé : « Pourquoi ? » « Parce que Vous êtes ma Gangaur, vraiment. » C’est juste une statue. Elle M’a fait Me tenir dans la même position, elle a accompli tout le rituel, M’a donné à mâcher du bétel. Je ne mange pas tout cela, mais elle a dit : « Vous devez le faire, Vous êtes Gangaur, donc Vous devez le mâcher. » Et elle M’a vénéré et elle a fait l’ensemble du rituel pendant à peu près 45 minutes et alors elle a dit : « Maintenant je vais aller vénérer cette statue. »

Personne n’a le droit d’aller là-bas, elle M’y a amenée. Elle M’a fait assoir dans un très bel endroit, décoré comme ici. Comme elle M’a respectée ! Elle est, vous voyez, parmi tous les maharajas, celui de Jaipur est le plus haut et cette maharani est la plus haute dame. Et sinon ils avaient des tas de problèmes. Ils avaient plein de problèmes.

En fait, comment tout cela s’est-il passé ? Ce monsieur a eu sa Réalisation à Delhi, Je pense, 3 ou 4 ans auparavant. Il vient de Jaipur. Il a dit : « Mère, on doit faire quelque chose à Jaipur.” J’ai dit « Tu y vas cette fois et tu essayes. » C’est une personne très puissante. Il y est allé et il l’a vue, il lui a donné la Réalisation et a donné la réalisation au maharaja. Et ils avaient au tribunal une affaire juridique de milliards et de milliards de roupies, et aucune décision n’était encore prise et ils étaient sur le point de les perdre. Mais quand elle a reçu sa Réalisation, en huit jours, cette affaire a été jugée en leur faveur. Et cela elle l’a vu comme un signe très auspicieux. Mais juste uniquement avec sa Réalisation, elle a été complètement baignée dans Sahaja Yoga. Et elle a été le déclencheur.

Donc, quand quelqu’un Me dit : « Mère, j’ai encore ce problème », alors ce qui se passe, c’est que vous n’agissez pas [en tant que déclencheur]. Vous ne devriez avoir aucun problème !

Si vous avez un quelconque problème, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas en vous et vous devez le corriger. Non seulement vous aller résoudre votre problème mais vous allez déclencher [un processus] de telle manière que vous allez résoudre les problèmes de tous les gens, du monde entier.

Nous avons encore un très gros problème d’intégrisme Vous n’avez besoin d’en parler, de dire quoi que ce soit, allez-y simplement, faites face à ces gens et ça va marcher. Cela dépend de vous. Vous devez le faire. Si Je pouvais tout faire, Je ne vous aurais pas demandé de venir à Sahaja Yoga. Mais vous êtes venus de vous-même, vous l’avez eu par vous-même [votre Réalisation] et maintenant vous devez vous tenir debout tout seul.

Donc Je sens que notre ascension verticale est encore très lente et nous sommes encore perdus dans la toile de la maya : nous tombons dans un schéma un peu plus subtil de nos vies passées. Maintenant cette vie d’avant n’existe plus, nous sommes des personnes nouvelles. Oubliez-le [le passé].

Il y a tant de choses que Je pourrais vous dire – au sujet des miracles. Par exemple, nous avons guéri le sida. Bon, nous avons guéri le sida, aucun doute. Le sida peut être guéri par Sahaja Yoga. Je veux dire que Je l’ai guéri, bien-sûr. Mais Je ne sais pas si vous, vous pourrez le guérir. Vous le pouvez ! Vous le pouvez si vous pouvez le déclencher [le processus]. Mais si pour vous quelque chose d’autre est plus important que Sahaja Yoga, est plus important que de vous développer vous-même dans Sahaja Yoga, alors vous ne le pourrez pas.

Il y avait un garçon qui est venu à Karnal. Pendant 32 ans, il n’a jamais pu parler, pas un seul mot, il ne pouvait pas entendre, il ne pouvait pas parler, aucun son ne venait de lui, ses cordes vocales étaient mortes. Et J’ai dit deux mantras dans ses oreilles, il a commencé à parler normalement, c’était dans tous les journaux. Si Je peux le faire, pourquoi pas vous ? Simplement essayez. Je vous ai donné tous Mes pouvoirs. Ils sont à votre disposition. Mais il y a une chose, c’est que vous devez être détachés comme Je le suis.

Vous devez vous soucier les uns des autres, avec un complet détachement. Il faut que votre attention se tourne vers le collectif. Et pourtant vous vous inquiétez encore pour une chose ou une autre. Simplement oubliez ! Vous êtes grands, pas de doute, mais les limitations que vous portez encore en vous, il vaut mieux les laisser.

J’espère en ce moment, l’atmosphère est si bonne. Je suis si heureuse que cela arrive et Elles [les Déités] souhaitent que vous ressuscitiez vraiment, que vous ressuscitiez en abandonnant la notion de temps, toute agressivité, les choses terre à terre – qui sont ordinaires, inutiles et bonnes pour la poubelle – et envolez-vous, prenez votre essor.

Que Dieu vous bénisse tous !

Vous pouvez tous prendre votre repas et après nous aurons un programme de musique. Demain c’est le Puja. J’espère que ce Puja va déclencher plein de choses. Je l’espère !

S.S. Shri Mataji Nirmala Devi