Puja de Pâques – Vous devez croître verticalement

(England)


Send Feedback
Share

Puja de Pâques – Vous devez croître verticalement – Eastbourne – 02/04/1990

Nous sommes ici aujourd’hui pour vénérer la résurrection du Christ et aussi pour Le remercier de nous avoir donné un idéal de vie d’un saint qui doit œuvrer pour le bienfait du monde entier.

Nous parlons du Christ, nous chantons Shri Ganesha, nous disons que nous croyons en Lui, spécialement les Sahaja Yogis ressentent qu’Il est leur frère aîné, et Je trouve qu’il y a, spécialement au sein des Sahaja Yogis occidentaux, un immense abandon au Christ parce que, peut-être, ce serait dû au fait qu’ils sont nés dans la religion chrétienne ou peut-être parce qu’ils ont découvert que la vie du Christ était une vie très spéciale. Mais, pour Sahaja Yoga, Il doit être bien plus que cela, et aussi pour vous, les Sahaja Yogis.

Beaucoup de gens, dans le monde entier, croient en de nombreuses Déités, comme certains croient en Shri Krishna, certains en Shri Rama, d’autres à Bouddha, d’autres à Mahavira, et certains au Christ. Ils croient en un être plus élevé. Mais cette croyance, pour commencer, n’a pas de connexion, et devient une sorte d’idée fausse de penser que le Christ leur appartient, que Rama leur appartient ou Shri Krishna, qu’ils sont les possesseurs de toutes ces Déités, qu’Il est leur obligé parce qu’ils croient en Lui. Et c’est ainsi que la plupart des croyances sont survenues et, bien qu’ils croient ardemment au Christ, toutes ces croyances ont échoué car, quand ils croient au Christ, ils croient qu’au travers du Christ, ils peuvent obtenir le remboursement comptant de leurs chèques.

C’est comme avec une banque. Vous allez prier Dieu : « Vous me ferez aller bien. D’accord, ensuite faites que ma mère aille bien, que mon père aille bien, ma sœur. Donnez-moi beaucoup d’argent, beaucoup de biens, ou une très bonne santé ou autre » en pensant que, du fait que l’on croie au Christ, Il devient tellement notre obligé qu’Il doit payer pour cela et qu’Il doit s’occuper de nous et que nous sommes de plein droit les possesseurs de Ses bénédictions.

Puis les églises étrangères, les temples, les mosquées, les clubs croient à cela : « Comme nous appartenons au Christ – ou bien à Rama ou à Krishna ou à quelqu’un d’autre – ainsi tout ce groupe est celui qu’Il a spécialement choisi. » Et à qui que ce soit qu’ils puissent appartenir, celui à qui ils appartiennent, ne connaît rien d’eux. Le Christ a dit : « Vous M’appellerez Christ, Christ, Je ne vous reconnaîtrai pas. » Ceci est un grand avertissement pour les gens qui disent : « Nous croyons au Christ. »

Donc, sans connexion, si vous croyez en quelqu’un, cela n’a aucune signification. C’est juste pareil à un genre d’idée mythique, romantique, que l’autre personne en qui vous croyez, a une relation spéciale avec vous.

Donc cette assurance que : « Je crois en quelque chose », que sur cette présomption que : « Je crois en quelque chose et, parce que je crois en quelque chose, j’ai tous les droits d’obtenir toutes les bénédictions que je réclame », c’est un mythe, comme vous avez dû le réaliser après Sahaja Yoga.

Mais, quand vous devenez un Sahaja Yogi, alors vous avez obtenu votre connexion avec eux tous et avec le Christ.

Mais à nouveau cette connexion, d’une manière subtile, est du même style. Par exemple, ce que nous essayons de faire, c’est demander à nouveau pour que ceci doive être fait, cela doive être fait : « Mon Agnya est bloqué, Mère, veuillez bien le nettoyer » ou « J’ai eu des maux de tête, aussi veuillez bien remédier à cela. »

Parce que vous croyez en Sahaja Yoga, vous vous attendez à ce que Sahaja Yoga soit votre obligé : « Voyez maintenant, ils croient en moi, c’est une telle grande obligation. Donc Sahaja Yoga doit faire quelque chose pour moi. » Je veux dire, le fait que vous fassiez ou pas quelque chose pour Sahaja Yoga, n’est pas important. Seulement parce que vous croyez en Sahaja Yoga, parce que Sahaja Yoga vous a donné la Réalisation, donc Sahaja Yoga a toute obligation de s’occuper de vous : « Je suis encore dans Sahaja Yoga, pourquoi devrais-je souffrir ? Je suis dans Sahaja Yoga, pourquoi ma mère n’aurait pas ça ? » D’accord : « Je suis dans Sahaja Yoga », comme s’il s’agissait d’une sorte d’organisation où vous auriez payé avec de l’argent ou autre, et où vous seriez supposé en retirer toutes les satisfactions.

Mais alors voyons, après Sahaja Yoga, quelle devrait être notre saine attitude ? La première chose, c’est que : « Maintenant je suis un Sahaja Yogi et je suis connecté au Christ. Donc quelle est ma responsabilité ? » Le Christ s’est senti responsable du monde entier. Dans le Devi Purana, Il est décrit comme étant le soutien de tout l’univers. Dès que vous êtes connecté au Christ, toute votre attitude doit changer.

Donc être connecté au Christ signifie savoir quelles sont les qualités du Christ que vous avez assimilées en vous-Même. C’est le minimum du minimum. Qu’avez-vous appris de Sa vie ? Est-ce le fait qu’Il a guéri des gens, très bien, alors vous devriez être guéri ? Il a donné la vue à des gens, alors vous devez récupérer votre vue ?

(A part) Cela vous dérange-t-il d’enlever ceci ?

Ou est-ce que Sa vie, que vous avez admirée, devrait également faire de vous quelque chose qui devrait être admiré, respecté, qui devrait être reconnu comme étant la réflexion de la vie du Christ ?

Alors voyons Sa vie, quelle sorte de vie Il a menée. Nous lisons la Bible. Voyez, Je veux dire que nous transportons la Bible partout et J’ai même vu la Bible dans les hôtels, comme si elle en faisait partie tout comme le savon qui y est placé. Evidemment Je l’ai lue. Je ne sais pas combien l’ont lue. Mais alors il ne faut pas dire que vous êtes un Sahaja Yogi si, au travers de votre connexion avec Lui, vous n’avez reçu aucune de Ses qualités.

Par exemple ceci [le micro] est maintenant connecté au réseau, donc vous recevez de l’électricité à travers lui. Ceci n’apporte pas de l’électricité au réseau mais il en reçoit du réseau. Donc vous devez recevoir quelque chose de Lui et, ce que vous devez recevoir, ce sont les qualités qu’Il avait. Vous pourriez dire : « Mais Mère, c’est parce qu’Il était divin, Il était le Fils de Dieu. » Mais Il était aussi le Fils de Sa Mère et vous êtes aussi le fils de votre Mère.

Donc la médiocrité dans notre tempérament ne peut pas signifier que nous sommes connectés au Christ car il n’y pas d’énergie du Christ qui se déverse en vous. Quand l’énergie du Christ se répand à travers vous, vous l’exprimez. Tout comme hier cet homme jouait et Je pense que le Pouvoir de Saraswati commençait à se répandre en lui de la façon dont il jouait merveilleusement. Il ne pouvait pas contrôler ses doigts. Il a dit : « Tout s’est passé là, je ne sais pas comment. »

Donc tout du long, si vous voyiez Sa vie, Il était une personne qui tout le temps se préoccupait du bonheur du monde.

Combien clairement Il est allé parler aux prêtres et leur a dit : « Vous ne Me comprenez pas parce que vous êtes aveugles. » Il leur a dit qu’Il connaît Son Père et que Son Père Le connaît : « Mais vous ne Me connaissez pas, ni ne connaissez votre Père. » Il avait parlé si ouvertement, si carrément. Il n’avait pas peur de devoir aller en prison. Il n’était pas effrayé qu’en disant une telle chose, l’ego des autres serait défié, car Il n’était pas prétentieux, Il ne faisait rien qui n’était pas sincère, Il disait la vérité et la vérité a la capacité de s’exprimer elle-même au travers de votre personnalité. Mais croyons-nous réellement en nous-mêmes ? Croyons-nous vraiment que nous sommes des Sahaja Yogis, que nous pouvons parler aux gens comme le Christ pouvait leur parler ?

A ce très jeune âge de douze ans, Il pouvait aller parler aux prêtres – quel courage ! Il n’y avait aucune nécessité pour Lui. Il se serait réellement marié comme le font les Sahaja Yogis et se serait agréablement installé avec Son épouse et Ses enfants car le problème principal pour les Sahaja Yogis semble être le mariage et leurs enfants. Il ne s’est jamais marié. Il était si précieux qu’Il ne voulait pas perdre Son temps avec ces choses et Il est mort si jeune. Il savait qu’Il devait mourir.

Donc vous voyez, dans Sa vie, Il n’avait pas une sorte banale de personnalité, ni banale ni ordinaire, et quand Il parlait, c’était avec une telle confiance, avec une telle connaissance de la vérité, que les gens Le croyaient, devaient Le croire. Ils ne pouvaient pas s’en empêcher. Ce pouvoir collait à Lui et vous pouvez faire la même chose. Et la façon dont Il utilisait Son pouvoir, pourquoi ne peut-on pas l’utiliser ainsi ? C’est parce que nous n’avons pas d’intensité à ce sujet. Notre attention se porte sur autre chose qui est tout à fait frivole et inutile.

D’accord, vous êtes des Sahaja Yogis. Donc à quoi pensons-nous ? Tout d’abord la chose à laquelle nous pensons : « Alors aujourd’hui il y a un puja. Que devrais-je porter ? » Ensuite : « Je n’ai pas encore repassé mes vêtements » ou « Mon sari ne convient pas, il doit être adapté » et « Comment m’habiller ? » Toutes ces idées frivoles viennent en premier dans notre tête. Ou le matin, quand vous vous levez dans vos ashrams ou ailleurs, à quoi pensez-vous ? Si c’était le Christ, Il dirait : « Je dors encore ? Je dois méditer. Je dois être un avec le Divin. » Il ne dirait pas : « Non, non, le Divin s’en occupera. Ça va ! Le Divin méditera pour moi. Après tout, la Paramchaitanya doit méditer, pourquoi méditerais-je ? Nous sommes tous des Sahaja Yogis. Tout est sahaj, donc laissons le Divin méditer pour nous. »

Nous ne pouvons pas nous lever le matin. C’est difficile. Nous ne pouvons pas, vous voyez, nous ne le pouvons juste pas. Mais alors vous ne pouvez pas être un Sahaja Yogi. Vous êtes supposé être connecté avec toutes les Déités, pas seulement avec le Christ, et ici vous ne pouvez même pas sortir de votre lit pour méditer alors que toutes les Déités sont déjà levées là, attendant que vous vous leviez. C’est tout !

Ils ne peuvent pas comprendre ce qui se passe avec ces Sahaja Yogis : « Comment peuvent-ils être si lents ? Après tout, Mère doit leur avoir donné la Réalisation, pensant qu’ils étaient quelque chose de grand. Comment ont-ils obtenu la Réalisation ? Ils sont si ordinaires, si banals, si inutiles. » Les Déités commencent à se demander : « Pourquoi Mère leur A-t-elle donné la Réalisation ? » Car une personne qui ne peut pas se réjouir de sa méditation, ne peut pas être un Sahaja Yogi. Le premier signe d’un Sahaja Yogi, c’est qu’il attend avec impatience le moment où il peut méditer. C’est le moment où vous êtes réellement en connexion avec le Divin et où vous vous réjouissez le plus.

Chaque fois que J’en ai la chance, J’entre en méditation. Je trouve si difficile d’en sortir. Je veux dire que cela M’est arrivé aujourd’hui en pensant tout d’abord que Je devrai Me démener pour ce Puja, que Je devrai le faire marcher. Je ne sais pas comment sortir de cette humeur méditative. Cela surprend tant de gens.

(Mère parle à part.)

Comment les gens méditent-ils ? Spécialement tellement d’Indiens M’ont dit ceci, qui est très surprenant, qu’ils sont supposés être en méditation, immédiatement ils se lèvent : « Quels cakes y a-t-il ? Quelles choses ? Qu’avez-vous préparé ? », ceci, cela. Il n’y a aucune somnolence de méditation en eux. Ils commencent juste à penser à la nourriture. Comment cela se peut-il ? De la façon dont vous ne pouvez pas sortir de votre sommeil, de la même façon un Sahaja Yogi ne peut pas sortir de son ambiance méditative. C’est si réjouissant. Vous voulez être là !

Donc un des signes qui indique que vous n’en êtes encore nulle part dans Sahaja Yoga, c’est le fait de ne pas pouvoir vous réjouir de votre méditation. Je veux dire, imaginez si vous vous réjouissez d’un spectacle à la télévision ou autre, vous devez le voir, n’est-ce pas ? Vous ne pouvez pas juste dire : « D’accord, je vais dormir maintenant et je vais me réjouir de la télévision. »

Donc vous devez être éveillé à cela. Cet éveil est intérieur et là vous voyez votre propre connexion. C’est une Joie que Je ne peux pas décrire. Il y a seulement un mot pour cela, c’est Nirananda, ce qui signifie juste : ‘Niran’ est ‘rien que la Joie, la Joie absolue’. Et qui voudrait abandonner la Joie, et pour quoi ? Pour un cake ou un thé ou juste ceci ? Je veux dire, pensez-y juste ! La Joie est si profonde, si intense, si belle. Je ne sais pas quoi dire d’autre. Vous n’avez pas goûté l’ambroisie. Comme ils l’ont déjà dit, c’est comme si l’ambroisie était en train de ruisseler sur votre langue. Le goût de cela est pareil à ça.

Mais ce que Je découvre, c’est que nous n’avons pas atteint la profondeur qui est en nous. Vous tous possédez cette profondeur mais vous ne la touchez pas. Je ne vous ai pas donné la Réalisation parce que vous êtes seulement là, ici, mais parce que vous possédez cette profondeur en vous. Vous êtes des gens spéciaux ayant cette profondeur, mais vous ne l’avez pas encore touchée.

Supposons qu’il s’agisse d’un puits rempli d’eau mais vous êtes en train de plonger quelque part à mi-hauteur. Vous n’avez pas encore touché le fond. Parce qu’une fois que vous y entrez, vous en devenez complètement imprégné et perdu. Mais si telle n’est pas la situation, cela montre que vous êtes encore quelque part à vous balancer au milieu et qu’à n’importe quel moment vous pouvez échouer.

Donc vous devez vous juger vous-même. Ceci est un temps pour vous juger. Vous êtes en connexion avec le Christ. Il a accompli Sa résurrection grâce à laquelle nous devons accomplir notre résurrection. Mais qu’avons-nous fait pour accomplir cette résurrection qu’Il a accomplie ? Il a intensément vécu une vie de complet sacrifice et de complète concentration vers un seul but, c’est qu’Il devait accomplir la résurrection. Rien d’autre n’était important pour Lui. Toute Son attention était sur une seule chose : « Je dois accomplir cette résurrection. Je dois être crucifié et Je dois ressusciter car le monde entier doit être ressuscité. »

Mais Je ne sais pas combien de Sahaja Yogis pensent de cette façon. Combien pensent que ce dévouement est nécessaire ? Et la meilleure partie de cela, c’est que ça procure tant de Joie. Chaque pas que vous avancez, donne tellement de Joie. Cet enfoncement dans ce puits procure tellement de Joie. Cela ne fait pas mal, vous ne devez pas vous crucifier vous-même, vous n’avez pas à porter la croix, Il l’a fait pour vous. Donc que sacrifiez-vous ? C’est votre paresse !

Quand on en vient à la satisfaction de l’ego, les gens sont plus qu’actifs. Alors ils sont comme des balles. Et quand il s’agit de la satisfaction de leur confort physique, ils deviennent – Je ne sais pas quoi.

En fait nous avions un rakshasa appelé Kumbakarna qui avait l’habitude de dormir durant six mois et d’être éveillé pendant six mois. Mais ici Je vois les gens dormir pendant douze mois. Comment les appeler ? Alors ils disent : « Mère, nous ne pouvons pas rester éveillés. » Pourquoi ? Parce que vous ne méditez pas. Vous n’êtes pas un avec le Christ. Puis Il contrôle Son Agnya. Avec cet Agnya, vous ne pouvez pas dormir. Si Ses bénédictions se trouvent là sur l’Agnya, vous ne pourrez pas dormir. Vous ne le croirez pas mais à la moindre lumière, spécialement la lumière artificielle, Je ne peux pas dormir car le Christ est encore éveillé et Je dois rester éveillée.

Donc vous devez être éveillé au fait que nous sommes des Sahaja Yogis. Nous avons une responsabilité spéciale, étant donné que notre connexion avec le Christ est de notre principale responsabilité, de tout le temps penser intensément à ce que nous pouvons faire pour l’amélioration des êtres humains. Et que faisons-nous à ce sujet ?

Tout d’abord, J’avais l’habitude de dire : « Comptez vos bénédictions » car c’était la meilleure manière de faire comprendre aux gens qu’il y a des bénédictions dans Sahaja Yoga. Mais maintenant Je dirais : « Comptez vos actions. » Qu’avez-vous fait pour Sahaja Yoga ? Sahaja Yoga a tant fait pour vous. Dire que la Paramchaitanya s’en occupera, est absolument absurde. Si la Paramchaitanya pouvait faire quelque chose, pourquoi créerait-Elle des êtres humains ? Les seuls Adam et Eve étaient suffisants.

Vous devez le faire ! Jusqu’à ce que vous deveniez profond, cela ne peut pas se déclencher, c’est inutile. C’est seulement à travers vous que cela va marcher !

Mais s’il n’y a pas d’instrument, l’électricité ne peut pas agir, n’est-ce pas ? Mais vous, vous dites : « L’électricité elle-même doit venir devant moi et doit tout faire. » Mais vous devez avoir l’instrument, et vous êtes l’instrument, et si vous ne voulez pas le faire, comment la Paramchaitanya pourrait-elle le faire ? Comme Je vous l’ai expliqué, ce serait comme dire : « Laissons l’électricité faire le travail, nous n’aurons aucun instrument. » Puis-Je alors réussir ? Pouvez-vous réussir ?

Donc la Paramchaitanya a son propre style. Elle peut seulement agir si vous voulez le faire marcher. Il s’agit d’une énergie et vous en êtes l’instrument.

Mais l’instrument est plus occupé avec son boulot, sa famille, Je ne sais pas, toutes sortes de choses insensées. Alors supposons que cet instrument, qui est destiné à Mes discours, oublie ce qu’il est et agit comme une louche dans la cuisine parce qu’il aime la nourriture, disons, par exemple, alors qu’elle est l’utilité de créer cet instrument inutile ? Il ne fait pas ce qu’il doit faire. Il ne sait pas ce pourquoi il a été créé. Il n’a aucun but. C’est quelque chose de si inutile.

Donc Je sens qu’il y a une sorte de léthargie, une sorte de léthargie très subtile qui agit, ce devrait être ça qui fait que : « Nous avons fait notre travail. Laissons les jeunes s’en occuper maintenant. » Vous avez muri et ceux qui sont à maturité doivent faire le travail. « Nous avons fait de notre mieux » : qu’avez-vous fait jusqu’ici ?

Il y a encore tant à faire. Et d’une façon ou d’une autre, Je ne sais pas, nous devons toucher cette zone où de tels gens restent comme ce joueur hier. Il n’accomplit pas le travail de Dieu. C’est un artiste et il travaille si dur pour atteindre la perfection. Il recevra la même somme, qu’il soit parfait ou non, mais il s’entraîne à la maison, il s’écoute, il essaye de se développer, il s’y exerce tout le temps de sorte que sa performance soit excellente. Donc il est à la recherche d’une excellence.

La médiocrité n’a pas de place dans Sahaja Yoga. Vous vous réjouirez seulement au travers de l’excellence. C’est seulement au travers de l’excellence que vous deviendrez réellement des Sahaja Yogis. Sinon vous pourriez être un problème pour Moi et pour vous-même. Vous seriez un problème pour les Sahaja Yogis.

Je dirais d’une personne qui n’est pas alerte, qu’elle est un élément des plus non-progressifs, un élément destructif. Vous devez être conscient – conscient de vos responsabilités. Jusqu’à maintenant J’ai dit que leur préparation était encore en cours, qu’ils devaient se corriger eux-mêmes, qu’ils devaient se nettoyer eux-mêmes, qu’ils devaient faire marcher cela, qu’ils avaient encore des conditionnements, cet ego. Mais maintenant, vingt ans ont passé et prenez garde. Prenez garde à ce que la vingt-et-unième année devienne un très grand saut. Je n’arrête pas de vous mettre en garde. Et vous devez travailler très dur pour vous développer vous-même verticalement afin d’équilibrer votre croissance horizontale.

Je ne fais pas ce discours comme amusement ou autre, mais cela devrait atteindre votre cœur, votre cerveau et votre être. Ceci est très important. Et vous n’allez pas le gaspiller.

Tout le temps vous devez penser que vous êtes un Sahaja Yogi et que vous devez savoir ce que vous devez faire dans Sahaja Yoga et comment y arriver. Vous ne devriez pas être satisfait jusqu’à ce que vous ayez atteint cette excellence. Ceci est le point très important et crucial d’aujourd’hui.

Je voulais vous le dire parce qu’aujourd’hui est le Jour de Pâques qui fut un point très crucial pour le développement ou la croissance de l’Esprit, car nous n’aurions jamais pu atteindre le Sahastrara si l’Agnya était bloqué !

Le Christ aurait dit : « D’accord, l’aissons la Paramchaitanya le faire. Laissons la Paramchaitanya se faire suspendre elle-même. Pourquoi devrais-Je le faire ? » Il devait le faire, Il était l’instrument et Il l’a fait !

Ainsi Sahaja Yoga n’est pas là seulement pour les exploiteurs. Si vous essayez juste d’exploiter Sahaja Yoga, vous serez exploité aussi. Mais il est là pour l’exploitation de la Joie. Et c’est seulement possible si vous grandissez, si vous touchez votre profondeur. Si vous n’êtes pas assez profond, vous resterez suspendu dans l’air comme J’ai dit. Mais il faut y travailler. Vous devez découvrir comment vous pouvez faire au mieux, combien vous pouvez atteindre les gens, à combien de gens vous avez donné la Réalisation, combien de gens vous allez aider en améliorant leur santé, leurs conditions mentales, et puis à combien vous allez parler de Sahaja Yoga.

Donc c’est ainsi que va réussir ce que J’appelle l’ascension collective de l’être humain.

Que Dieu vous bénisse !

Etre en connexion avec le Christ, c’est se réjouir de votre méditation. Très bien.

Alors le Puja est une autre chose qui, Je le sais, va vous aider beaucoup. Il vous procure une poussée certaine, dirais-Je, mais vous ne la conservez pas. Vous ne la gardez pas, alors quelle en est l’utilité ? Donc également vous devez conserver, vous devriez avoir le pouvoir de retenir. C’est seulement possible si vous avez touché vos profondeurs, ce que vous êtes.

Je suis si heureuse de revenir auprès de vous tous. Vous m’avez tous beaucoup manqué. Je voyage et travaille très dur. En fait Je ne sais pas si Je travaille dur car Je n’y pense pas – jamais. Une fois que vous savez que ceci est ce que vous devez être, alors vous ne travaillez plus, cela agit juste, alors vous ne pensez plus que vous travaillez. Ceci est un point subtil que vous devez comprendre, que tout marche, et d’une certaine façon vous travaillez et cela marche, mais vous ne travaillez pas.

Tout comme le Soleil brille. Si vous dites au Soleil : « Pauvre Soleil, tu dois travailler si dur », il dira : « Quand ? Quand ai-je fait cela ? » « Vous voyez, vous devez vous lever le matin, ensuite vous devez… » « Non, non, non, non, non, j’étais juste avec moi-même, rien d’autre. J’étais avec moi-même, je me réjouissais de moi-même. Quand ai-je travaillé ? »

Tant que vous êtes avec vous-même [votre Soi], il n’est pas question d’en avoir assez. Il n’est pas question que vous deveniez fatigué, rien. Vous êtes avec vous-même, terminé ! Mais jusqu’à ce que cela se passe en vous, alors ces problèmes vont surgir.

Et donc svp, veuillez bien à nouveau, Je dirais, valoriser votre Réalisation du Soi. Ayez de l’estime pour votre Réalisation, valoriser votre vie. Vous tous êtes des gens très précieux et vous êtes ceux qui sont choisis.

J’espère que vous tous viendrez le jour du Sahasrara après un moment de méditation très intensive, sinon Je découvrirai soudainement que les gens qui font le Sahasrara puja, ont tous leur Sahasrara bloqué.

Que Dieu vous bénisse !

S.S. Shri Mataji Nirmala Devi.