Shri Hamsa Chakra Puja, Le discernement Divin

San Diego (United States)

1990-05-28 Hamsa Chakra Puja Talk: Divine Discretion, San Diego, USA, 49' Download subtitles: EN,TRView subtitles: Add subtitles:
Download video (standard quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Transcribe/Translate oTranscribe


Shri Hamsa Chakra Puja, « Le discernement Divin ». Camp Marsden, San Diego (USA), 28 Mai 1990.

C’est à nouveau un grand plaisir de venir en Amérique vous rencontrer tous ici.

Celui-ci, comme Je vous l’ai dit, est un pays très important dans le domaine de la spiritualité. Pas parce que c’est un grand pays ou parce qu’il est très prospère, mais parce que, comme vous le savez, c’est le Vishuddhi dans le plan du Virata.

Le Vishuddhi est un chakra tellement important, il a une très grande manifestation aussi. Par exemple, il a un autre, on peut dire chakra subsidiaire, que nous appelons aussi Hamsa Chakra. Et la planète qui accroît ce centre, ou nous dirons la planète sur laquelle se trouve ce centre et travaillant sur lui, est Saturne. Et comme vous le savez, avec Saturne il y a un autre plus petit Saturne en mouvement. De la même façon avec ce Chakra du Vishuddhi, il y a un autre chakra très important, que nous appelons l’Hamsa Chakra.

Nous avons eu un puja de l’Hamsa Chakra une fois en Allemagne. Et il a agi, Je pense, parce que les Allemands ont compris que tout ce qu’ils ont fait jusqu’à présent était absolument inhumain. Et J’étais si heureuse de voir, quand Je suis allée en Russie, que les gens qui venaient leur donner la Réalisation étaient surtout des Allemands. Cela vous fait vraiment ressentir de la tendresse à propos de tout ça, que les Allemands sentent que c’est important, Je veux dire, ce sont eux qui ont été attirés en Russie pour donner la réalisation aux Russes, et vous devez savoir qu’il y a eu un nombre maximum de Russes tués pendant la guerre, dans cette guerre, par les Allemands.

Ainsi le discernement, le Discernement Divin, qui se manifeste à travers votre chakra de l’Hamsa a tout d’abord commencé en Allemagne. Et maintenant, vous voyez comment l’Allemagne de l’Est est rentrée en territoire allemand, en Allemagne de l’Ouest, et comment ils les ont accueillis, prenant soin d’eux. Et ceux qui ont fait toutes ces choses, c’était quelques Sahaja Yogis, ce sont eux qui l’ont déclenché.

Ainsi, dans ces pays où il y a eu d’effroyables problèmes de guerre, où il y a eu les tsars, ils ont dû passer par l’enfer – même les Allemands ont dû beaucoup souffrir à cause de l’égarement d’Hitler. Ils ont connu la souffrance, ils ont connu les sacrifices, ils ont connu toutes sortes d’épreuves qu’ils ont dû traverser. Et en quelque sorte ce pays a été béni à tel point que les Américains n’ont jamais réalisé ce qu’il en était de ces difficultés. Et les bénédictions les ont vraiment gâtés. Il y a eu beaucoup de souffrance dans tous ces pays que nous appelons le bloc de l’Est et Sahaja Yoga s’est répandu comme une traînée de poudre dans tous ces pays du bloc de l’Est où ils étaient complètement sous la domination des Russes, peut-on dire, ou sous le règne de la terreur. Et la même terreur a agi en Russie, tout le temps. Sous cette terreur, dans cette crainte, il est surprenant de constater combien cette sagesse s’est développée dans tous ces gens beaucoup plus que dans les pays où nous avons le plus d’abondance, le plus grand confort de vie. Les souffrances leur ont enseigné, la peur leur a appris à être sages. Et la part la meilleure est le discernement.

Maintenant, celui-ci étant le pays de Shri Krishna, car Il est Kubera, Il est le Dieu de la richesse, le pays est riche, sans aucun doute, mais l’autre côté de Shri Krishna est totalement absent, c’est le Discernement Divin.

La façon dont Son Discernement Divin est montré, même dans le Mahabharata, est merveilleux à voir. Comment Il dirige les Pandavas pour gagner la guerre grâce à Son discernement Divin, parce qu’ils étaient dharmiques, ils se tenaient dans le dharma. Et comment Il a soutenu les Pandavas parce qu’ils étaient dharmiques.

Mais la situation de cette Amérique, c’est tout l’opposé, l’Amérique soutient toujours les mauvaises personnes. Et elle n’a pas le principe de droiture ou le principe de sa propre liberté.

Par exemple pour soutenir quelque chose comme l’Argentine ou au Pérou où il y a une dictature totale. Je suis allée là-bas, Je sais comment c’était au temps où on était sous le régime de ces personnes. Et ce qui est arrivé aux gens de ce pays.

Ils n’ont pas du tout le Discernement Divin. Et c’est pourquoi Je pense que tous les faux gurus sont venus s’installer ici car ils savent que ces gens n’ont pas de Discernement Divin.

L’Hamsa Chakra est si faible ici, qu’ils ne peuvent pas voir ce qui est le dharma et ce qui est l’adharma. En outre le principe de base grâce auquel le pays est devenu démocratique, était que ce gouvernement est pour le peuple, du peuple, par le peuple. Donc, il doit être axé sur les gens. Mais la démocratie à ce stade sans Réalisation ne peut pas fonctionner. C’est évident.

Quelques personnes qui étaient rusées, qui pouvaient faire de l’argent, devinrent axées sur l’argent. Ils pouvaient mieux faire de la publicité, ils pouvaient mieux manipuler que d’autres personnes qui étaient des escrocs aussi, faisant de l’argent comme ça, avec la drogue, par le biais d’autres choses, par d’autres moyens. Ils pouvaient y arriver, ils ont été élus et ils sont en fonction.

Donc ce n’est pas une démocratie orientée sur le peuple mais seulement une démocratie axée sur l’argent. Et peut-être si ça continue comme ça, vous vous apercevrez que vous pourriez avoir quelques horribles escrocs comme dirigeants de ce pays. Parce que celui qui peut faire de l’argent, celui qui a obtenu beaucoup d’argent coûte que coûte, quiconque qu’il puisse être, peut gagner les élections et peut devenir notre dirigeant ici.

Donc la démocratie qui a été commencée ou a été énoncée par Abraham Lincoln n’existe plus ici. C’est devenu une chose orientée vers l’argent. Et elle a généré une atmosphère tellement mauvaise partout dans le monde que, dans le monde entier maintenant, les conservateurs, les gens qui pensent qu’ils sont conservateurs, qui sont des gens axés sur l’argent, qui ne se soucient pas du tout des autres, comme ils sont devenus les dirigeants partout dans le monde !

Donc, pour être axé sur les gens, il fallait tout d’abord comprendre que vous deviez avoir votre Réalisation, sinon vous ne devenez pas un être collectif. Si vous ne devenez pas l’être collectif, vous ne pouvez pas profiter de la belle vertu de la générosité.

Et quand vous n’avez pas cette générosité, alors vous devenez une personne d’un esprit très petit et d’un petit cœur. Et la perversité fonctionne partout. Extérieurement, ils parlent d’une façon très douce. Mais à l’intérieur on ne sait pas comment ni ce qu’ils vont faire, comment ils vont nous tromper. Nous sommes dans ce genre d’atmosphère.

Tandis qu’en Russie, vous savez, nous avons si bien réussi. En Russie, les gens attendaient simplement l’arrivée d’une Mère, c’est tout. Ils sont des Adorateurs de Mère, pour commencer, et ils voulaient quelqu’un juste pour les aimer, chacun d’entre eux, pour leur parler de l’amour. Parce qu’ils sentaient qu’ils n’avaient jamais été aimés par leur mère. Ici aussi, personne n’est aimé. Mais le modèle du gouvernement là-bas et le modèle de la population sont deux genres différents. Les gens du gouvernement sont très, vous pouvez dire très dominants, extrêmement stricts et du genre qui exploite. Et le peuple est celui qui est exploité.

Mais ici, le modèle du gouvernement est repris par les gens. Comme le gouvernement exploite les gens, les gens s’exploitent les uns les autres. Tant qu’ils peuvent exploiter, tout va bien. Après tout, l’argent est une fin en soi.

C’est pourquoi J’ai l’habitude de penser que c’est la raison pour laquelle, en Amérique, Sahaja Yoga est un échec. Toutes sortes de voyous sont venus ici. Ils ont fait beaucoup d’argent, ils ont … Je veux dire qu’ils sont tous jetés dehors, et tant avaient dû être jetés dehors, c’est très bien.

Mais en ce qui concerne le message de Sahaja Yoga, les gens ne peuvent pas l’absorber. Alors maintenant, pour les Sahaja Yogis, il est très important de devenir vraiment de très profonds Sahaja Yogis – très, très profonds – de sorte que nous puissions mieux mettre en branle [Sahaja Yoga]. Même s’il n’y a que deux Sahaja Yogis qui soient très profonds, on pourra déclencher une grande impulsion.

Comme vous serez surpris en Hongrie où les gens disaient au début : « Mère, qu’en est-il de la Hongrie ? Elle devrait devenir libre. »

J’ai dit : « Qu’il y ait un Sahaja Yogi qui vienne ici. »

Un seul homme est venu – complètement malade, un homme très mince et usé. Je l’ai traité. Je l’ai guéri. Et avec amour, il a obtenu sa nourriture. Et dans les huit jours qui ont suivi sa Réalisation, il est revenu, et après une semaine, la Hongrie a obtenu sa liberté.

Même si nous ne sommes que quelques-uns ici, nous devons tous être conscients de cela – que nous sommes les fondations, et si nous échouons, nous ferons échouer notre pays. Et nous devons être très profonds, des Sahaja Yogis très sensés.

Donc, quels sont les problèmes auxquels nous devons faire face ici ? D’abord comme Je l’ai dit cent fois vous devez ouvrir votre cœur. C’est une chose si importante pour tous les Sahaja Yogis d’ouvrir leur cœur. Regardez dans vos cœurs. Que voulez-vous ? Pas par la rationalité, mais par les vibrations. Que voulez-vous ?

Demandez-vous, « Qu’est-ce que je veux ? »

Ensuite, dites peu de mots, « Je veux de l’argent. » Les vibrations ne couleront pas.

« Je veux ceci, cela. » Les vibrations ne couleront pas.

Alors que voulez-vous ? « Je veux être un Sahaja Yogi profond, très profond. Ainsi, je pourrai sauver mon pays. »

Si les Américains vont en enfer, vous serez tenus responsables de cela, personne d’autre que vous. Vous n’avez pas besoin de beaucoup de gens pour enclencher cela, Je vous le dis. Mais nous restons collés à notre passé. Les nombreux problèmes de l’Amérique sont de type très différent tout le temps.

Le premier est l’agressivité. Qu’y a-t-il [d’intéressant] dans l’agressivité ? Aimer quelqu’un, être gentil avec quelqu’un, devrait être si naturel parce que c’est ce qu’est votre Esprit. Il aime. Il apprécie l’amour, donner de l’amour.

Donc, pour permettre à votre Esprit de se manifester, vous devez comprendre Sa nature.

L’Esprit ne peut jamais être agressif, Il ne peut jamais dominer. Il respecte la liberté d’une autre personne, car c’est un être libre.

Donc, cette agressivité que nous avons en nous, il nous faut vraiment la remettre en question et se demander : « Pourquoi sommes-nous agressifs ? »

Mais la compréhension de soi-même doit être très honnête aussi. Parce que si vous voulez vous justifier, et si vous voulez fermer les yeux sur la réalité, alors vous ne pouvez pas vous améliorer. Et quand la profondeur augmente à l’intérieur, alors c’est énorme, Je vous le dis, parce que ce pouvoir qui nous entoure – que vous connaissez, que vous avez ressenti – doit circuler dans un milieu qui est absolument propre, sans ego, sans conditionnement.

Mais nous sommes tellement conditionnés et, dans ce pays soi-disant libre, cette liberté nous a conditionnés. C’est comme une personne qui, laissée libre, ne sait pas où aller. Il se cogne la tête de ce côté, se cogne la tête de ce côté-là, se cogne la tête de ce côté-ci. Et les problèmes sont tellement bizarres – des problèmes qui n’existent nulle part ailleurs, existent dans ce pays. Vous les connaissez très bien. C’est un état tellement choquant lorsque nous pensons à cela. Que va-t-il se passer ? Où allons-nous ?

Donc, nous sommes vraiment sur le sentier de la guerre en Amérique, Je dois vous le dire, pour vous les Sahaja Yogis, vous êtes vraiment sur le sentier de la guerre. Tant que vous ne considérerez pas Sahaja Yoga comme votre seul souci, ça ne va pas s’arranger. Nous avons des problèmes comme quelqu’un qui n’a pas de travail, puis quelqu’un a ceci qui a brûlé, il a perdu quelque chose ici, puis les problèmes du mari, de l’épouse, et toutes ces choses absurdes. Mais les gens n’arrêtent pas de se débattre avec ça. Combien de fois avez-vous été marié dans des vies antérieures ? Puis la femme d’untel est dominante, le mari d’une telle est dominant. Quelles choses absurdes ! Cela ne convient pas pour des Saints.

Donc la qualité des Sahaja Yogis en Amérique, tant qu’elle ne s’élève pas, on ne peut pas déclencher quoi que ce soit ici. Et la première chose que les Sahaja Yogis doivent avoir, est la collectivité en Amérique, parce que l’Amérique représente le chakra du Vishuddhi, qui se manifeste par la collectivité en nous. Et si les gens ne peuvent pas être collectifs, alors comment pouvez-vous avoir Sahaja Yoga manifesté ici ? Impossible. Parce que c’est la plus grande qualité que vous ayez, c’est le pouvoir fondamental que vous avez dans ce pays, c’est cette collectivité en vous.

Donc vous possédez deux pouvoirs fondamentaux. Le premier est la collectivité et le second est le discernement Divin. Ces deux pouvoirs vous ont été accordés à la base, mais c’est juste à l’opposé que nous allons. J’ai entendu que beaucoup de Sahaja Yogis, qui évitent la compagnie des enfants, qui se sauvent loin des autres, s’ils voient trois ou quatre personnes installées là, alors ils ne peuvent pas partager la chambre avec eux. C’est quelque chose de très commun.

Disons maintenant, en supposant qu’il y ait une toute petite pièce et que beaucoup de personnes doivent dormir dans cette toute petite pièce, c’est bien dans un sens. C’est une expérience. Alors, où allez-vous dormir ? Vous allez dormir ici, vous allez dormir là-bas ? Comment gérez-vous ? Vous ne pouvez pas aller dans la salle de bain. Et c’est un événement ! (Rires)

La vie qui est lisse, est ennuyeuse. (Rires et applaudissements)

Il devrait y avoir certains événements dans la vie, voyez-vous, comme celui-ci. Mais les Américains évitent toujours cela, une telle chose qui nécessite un temps riche en événements.

Sinon, si vous marchez droit devant vous, voyez-vous, vous parvenez à un certain endroit, ouvrez la porte et tout est prêt à être utilisé. Vous entrez dans une pièce, tout est électrifié et vous avez juste à vous asseoir. Vous êtes assis sur le siège. Si vous devez vous lever, le siège vous éjecte.

Ou aussi Je suis allée dans la maison de quelqu’un et ils ont dit : « Nous avons un lit ici. »

J’ai dit : « Qu’a-t-il de si spécial ? »

Il a dit, « Si Vous appuyez sur ce bouton, vos jambes vont monter. Si Vous appuyez sur ce bouton, Votre tête va monter. Vous tournerez. »

J’ai dit : « Je peux faire tout cela Moi-même. (Rires) Je ne suis pas si vieille ou si faible que Je ne puisse le faire. »

Mais vous voyez, la façon dont sont les gens, toujours à la recherche de confort, toujours cherchant le confort, et aimant avoir la vie douce. Et la douceur les a rendus si ennuyeux. Je veux dire que leur vie est vraiment ennuyeuse. Et une personne qui a une vie ennuyeuse, ne peut pas avoir une vision des choses. Elle ne le peut pas. Tout est prévu maintenant. Vous allez là, tout est de premier ordre. Vous n’avez à vous soucier de rien. Il y a un… Vous allez dans un hôtel, tout est payé, bien entretenu. C’est un très bon hôtel. Seulement quand dans un hôtel où vous séjournez, tout à coup les gens vous disent : « Oh, il va y avoir un tremblement de terre ! » vous sortez en courant avec votre pyjama et vous vous retrouvez en d’amusantes compagnies. Et c’est de cela que vous vous souviendrez. (Rires) Vous pouvez aller à des endroits différents et vivre dans différents types de conforts et de choses ainsi, vous ne vous en souviendrez pas.

Alors, les gens veulent maintenant faire quelque chose de drôle. Comme ils vont faire de l’escalade, ils font cela, et toutes sortes de drôles de choses. Parce que leur vie n’est pas riche en événements, ils essaient quelque chose qui est dangereux, qui détruit.

Mais en supposant que vous ayez accepté les événements de la vie comme étant importants, qu’est-ce que ça fait ? Voyons voir ce qui se passe !

Par exemple, si Je dis : « Maintenant, des gens doivent aller d’ici à Phoenix et s’installer là-bas. »

Immédiatement : « Comment iront-ils ? » Et : « Où sera la maison ? Où vont-ils loger ? Qui va payer pour cela ? » Et chaque question sera une question si importante pour eux. « Oui, nous allons y aller. Où est le problème ? Nous pouvons nous installer n’importe où, même sous un arbre. Ça ne fait rien. Quelle importance ? » Après tout, les singes peuvent vivre là, pourquoi pas nous ? Ils étaient nos ancêtres.

Mais cette sorte de tempérament affectionnant le confort est très dangereux. Et ils se sentent très fatigués, tout le temps. Vous voyez dans les films américains de nos jours ce que Je vois, c’est que n’importe qui, même une héroïne ou un héros, arrive et dit : « Aah. » Peut-être qu’ils pensent trop qu’ils travaillent dur ou qu’ils font cela. Ils pensent tout le temps.

Il y a une Sahaja Yogini à Londres. C’est une Indienne, qui travaille très dur, fait toute la couture, elle fait toutes sortes de choses. Elle est très heureuse. Il y en a un autre qui est anglais, il est toujours fatigué. Alors Je lui ai demandé : « Pourquoi est-il fatigué ? Il a l’air en bonne santé. Pourquoi est-il si fatigué ? »

Elle a dit : « Mère, Vous savez, il pense qu’il travaille. Moi, Je ne pense pas ça, je pense que c’est Mère qui travaille, parce que je laisse tout à Vos Pieds de Lotus. Je ne travaille pas. C’est Elle qui travaille. J’abandonne tout à Ses Pieds de Lotus, c’est tout. » Et alors, vous ne sentez pas la fatigue.

Maintenant les querelles entre mari et femme ici portent principalement sur : « Combien d’assiettes tu as lavé, combien d’assiettes j’ai lavé. » (Rires) « Quelle quantité de travail physique tu as fait, combien de travail physique j’ai fait. » C’est une sorte de compétition de passer tout son temps à comparer : « Ce que tu as fait et ce que j’ai fait. »

Mais supposons que vous vous vouliez faire quelque chose de telle manière que : « Voyons voir, je vais surprendre mon mari en faisant tout bien. Finissons-en [rapidement]. » Vous le ferez très bien et vous ne serez jamais fatiguée. Et quand vous verrez votre mari rentrer à la maison et voir les choses si bien faites, être si bien, si heureux, cette joie de faire quelque chose pour rendre quelqu’un heureux neutralisera complètement tout votre inconfort ou la fatigue que vous avez. Dans l’autre sens, aussi, le mari doit également ressentir : « Que pourrais-je faire pour elle ? » Une toute petite chose peut la rendre heureuse. Et les divorces ici sont tout le temps dus à ce genre d’idée absurde comme : « Combien de fois l’a t’il fait, qu’est-ce que j’ai fait, ce qu’il a fait », en comparant tout le temps et en vous rendant malheureux.

Je voyage beaucoup comme vous le savez. Je n’ai jamais l’impression que Je suis en voyage parce que Je suis là avec Moi-même, que Je sois assise ici ou que Je voyage, c’est exactement la même chose. Mais si vous pensez : « Je suis en voyage », alors vous ressentirez : « Oh mon Dieu, je suis en train de voyager ! » Mais si vous pensez seulement : « Je suis assis ici dans le fauteuil, je suis assis là dans le fauteuil », vous ne vous sentirez pas fatigué. Si vous travaillez, vous vous sentirez fatigué quand vous commencerez à penser : « Je fais ce travail-ci, j’ai fait ce travail-là. »

Surtout dans Sahaja Yoga, si vous pensez : « Je fais un travail », mieux vaut ne pas le faire. Mais si vous pensez : « Je ne fais rien », alors quelle joie – quelle joie c’est ! Vous deviendrez si énergique, car une fois que vous vous êtes abandonnés, alors le Pouvoir Divin commence à s’écouler hors de Moi. C’est pourquoi Mahomet a dit : « L’Islam signifie ‘s’abandonner’. » Il a dit à propos de Moi aussi : « Je vous L’enverrai », Il M’a appelée ‘l’Envoyée’. Tout ce dont Il a parlé, le fait d’avoir des vibrations et tout ça, Il l’a fait dans Son propre style, mais Il a dit que le message serait de s’abandonner. Et il doit y avoir cet état d’abandon parce que Shri Krishna a dit très clairement dans la Gita : « Oubliez tous les dharmas, abandonnez-vous seulement à Moi. »

Et cet abandon, si les Sahaja Yogis le développent en Amérique, le reste Je M’en occuperai. Mais vous Me le laissez faire. Et alors les idées et tout commenceront à circuler parce que c’est le pays du Virata. C’est pourquoi vous avez ces grands scientifiques ici, ces grandes écoles pour toute sorte de travail intellectuel, et tout cela est ici alors que les gens ne sont pas sages. Ils ne sont pas sages du tout.

J’ai connu des gens qui – il y en a un, J’ai rencontré un président de l’Union Society, il avait quatre-vingts ans, et il est censé être le président du monde entier. Et il a dit : « Je dois Vous voir en privé. » J’ai dit : « Très bien. » Il est venu vers Moi et son problème était si stupide que J’ai commencé à le regarder. Un vieil homme de quatre-vingts ans, ce bonhomme stupide ! Il n’est même pas comme un garçon de dix ans. Aucune maturité d’aucune sorte. Si immature. Et quand Je l’ai vu, J’ai eu l’aperçu de la chose dans sa totalité : « Regardez cet homme de quatre-vingts ans, il est le président de l’Union Society, il est – partout dans le monde, les gens pensent qu’il est le président de cette chose. Il se peut que sa chaise soit meilleure que lui. (Rires) Un type stupide en quelque sorte. Un tel type stupide que vous ne pouvez même pas imaginer.

Donc ils pourraient bien être intelligents, ils pourraient être cultivés, ils pourraient être en mesure de découvrir quelque chose de la matière, mais ils n’ont pas la sagesse. Et la sagesse ne peut venir que par une introspection honnête. Et ça ne devrait pas non plus être : « J’ai un blocage à ce chakra-ci, j’ai un blocage sur ce chakra-là. » Non, pas comme ça. Mais : « Pourquoi est-ce que je ne peux pas voir le point ? Quel est le problème avec moi ? Pourquoi ne puis-je pas comprendre ce qu’est Sahaja Yoga ? »

Même alors que vous êtes devenus des Sahaja Yogis depuis maintenant toutes ces années, il y a toujours ces vieilles choses absurdes collées sur vous, ces idées qui restent collées à vous. Pourquoi ? Pourquoi n’avons-nous pas cette pureté de discernement divin qui voit tout si clairement ?

Je pense donc que nous avons besoin de la collectivité tout d’abord, et deuxièmement d’une méditation honnête.

Juste méditer, s’asseoir devant la photographie, faire la méditation – non ! La méditation devrait agir, devrait fonctionner. Si cela ne fonctionne pas, quelque chose ne va pas chez vous. Il y a quelque chose qui ne va absolument pas. Si vous sentez que tout fonctionne bien, que tout vous montre miraculeusement sa présence, la présence de la Paramachaitanya, alors vous êtes bien. Mais si ce n’est pas le cas, s’il y a des problèmes, alors vous ne l’êtes pas, vous n’êtes pas un Sahaja Yogi.

Un Sahaja Yogi est celui qui est complètement connecté à cette Paramachaitanya. Et pour cela, l’âge n’est pas un obstacle. J’ai vu des jeunes filles qui n’ont que seize ans, dix-sept ou dix-huit ans, si sages. Même les tout petits enfants qui étaient avec Guido, Je leur ai parlé. J’ai été surprise de leur sagesse. Si sages, si beaux. Ils ont si bien compris la nature humaine. C’étaient de si petits enfants qui avaient tout au plus dix ans. Et c’était si beau de leur parler.

Alors s’ils peuvent avoir cette sagesse à cet âge, maintenant nous sommes aussi, nous tous, des Sahaja Yogis de dix ans au minimum, rien d’autre. Mais nous sommes encore aux prises d’ambitieuses et fausses priorités. Il n’est pas nécessaire d’avoir de l’ambition. L’ambition est une chose imaginaire. Mais Sahaja Yoga est la réalité. Tout fonctionne. Toute chose se fait de soi-même. Tout est prévu. Et ressentir que, si ainsi c’est le cas, comme Je le disais, que dans une petite pièce il y ait une douzaine de personnes, que c’est quelque chose de bien, pourquoi pas ? Ils doivent être là. Supposons que J’aie perdu mon chemin, alors Je dirais que Je dois aller dans cette voie.

Cette fois-ci, nous avons pris un billet qui ne convenait pas à tout le monde parce que nous devions passer par Phoenix. Mais c’était agréable parce que Je sentais les vibrations de Phoenix, Je devais passer par là. Je devais voir ça.

Donc toujours trouver quelque chose de lisse, la façon dont nous voulons que ce soit plat, n’est pas dans la façon de Sahaja Yoga. Quoi que nous obtenions, nous voyons la main du Divin derrière cela.

Quel est notre but dans la vie ? Notre but dans la vie est de sauver les gens, sauver les Américains, c’est le minimum des minimums. Pas le monde, mais au moins commencer par les Américains. C’est notre but dans la vie. C’est notre identité. Tout en faisant cela, il y a la Paramachaitanya qui va s’occuper de vous complètement.

Mais d’abord, vous vous occupez de vous-même avant quoi que ce soit d’autre : « Je dois avoir ceci, je dois avoir cela, je dois l’avoir », cela ne fonctionnera pas. Ensuite : « J’ai ce problème, j’ai fait faillite, j’ai eu ce problème, je ne pouvais pas gérer », parce que vous vous êtes occupés d’autres choses avant votre « soi ». ‘Soi’ signifie ‘l’Esprit’. Selon les gens, ‘soi’ signifie ‘égoïsme’, mais selon Sahaja Yoga, ‘soi’ signifie ‘votre Esprit’.

Ainsi la conférence d’aujourd’hui ne devrait pas être ce que l’on entend d’une oreille et qui ressort par la même, mais que nous devrions réfléchir un petit peu sur elle et l’écouter encore et encore. J’ai de grands espoirs pour vous. J’ai travaillé très dur en Amérique, beaucoup. Mais il n’y a jamais eu cet état dans lequel Je pourrais dire : « Maintenant, Je peux déclencher quelque chose. » Même s’il y a quelques Sahaja Yogis qui sont très profonds et bons, ils sont tirés vers le bas par les autres – par jalousie, par ceci, par cela.

Ce n’est pas le nombre que vous êtes, mais la qualité tout d’abord. Et en Russie, J’ai trouvé ça tellement facile, si facile. C’était merveilleux, incroyable. Je suis allée là-bas seulement trois fois, pouvez-vous imaginer ? Et maintenant Sahaja Yoga est une religion partout. Tout le monde Me connaît en Russie. Mais ici, les gens ne connaissent que Rajneesh ou Muktananda, tous des gens horribles.

Maintenant, vous pouvez aussi dire : « Mère, c’est une question de publicité », qu’ici les gens, avec cette façon dont ils font de la publicité et manipulent et tout ça ! Mais ça ne fonctionne que dans les endroits où les gens ne cherchent pas la réalité. Pourquoi ne peuvent-ils voir que tout cela n’est que de la publicité ? Ils n’ont pas de discernement ? Supposons que demain ils disent : « Ceci est le style de coiffure », alors tous les Américains auront le même style de coiffure. Vous ne pourrez pas distinguer qui est qui. Ou bien s’ils disent : « C’est de cette façon que les habits doivent être », tous les Américains seront habillés de la même façon. Je veux dire que c’est de l’esclavage. C’est comme ça que sont les entrepreneurs d’aujourd’hui et à travers toute cette publicité, toute sorte de publicité. Si cela passionne tant les gens, cela signifie que nous sommes fous, nous sommes stupides, nous sommes idiots, que nous ne pouvons pas penser par nous-mêmes. Tout le monde peut se moquer de nous. N’importe qui peut vendre n’importe quoi sur le marché. Tout ce dont ils parlent, nous allons sauter dessus comme si nous n’avions pas de cerveau pour comprendre, nous allons le prendre comme argent comptant.

C’est comme si nous n’avions pas de racines. Nous sommes juste comme des mauvaises herbes qui sont éparpillées d’ici à là.

Mais dans Sahaja Yoga, vos racines doivent beaucoup se développer, beaucoup plus vite que n’importe qui d’autre, parce que ceci est la terre de Shri Krishna. Nous devons savoir combien de choses Il a fait durant Sa vie. En tant qu’enfant, Il a tué tant de démons, tandis qu’ici tous les démons sont invités. Etant enfant, Il a monté la Kundalini de tous les Gopis et de tout le monde. Tout comme un enfant, Il a joué toutes sortes de jolis tours pour amuser les gens. Et plus tard, Il a tué Son propre oncle. Ce qui montre une chose – un oncle dans les familles indiennes est la personne la plus proche. Dans le mariage, c’est l’oncle qui donne la fille [à marier], c’est l’oncle qui effectue la plupart des rituels et tout le reste. L’oncle est la personne la plus proche.

Et Il a tué Son propre oncle. Il montre que c’en est fini de toutes ces relations artificielles. Et puis on trouve en Amérique des gens qui ont fait ce genre de chose, qui n’ont plus rien à faire avec la mère, n’ont rien à faire avec le père, n’ont rien à voir avec la sœur ou l’épouse, le mari, les enfants, tout le monde. Mais pourquoi ? Pourquoi les ont-ils abandonnés ? Ils les ont abandonnés par égoïsme. Pour de l’argent. Pas pour quelque chose de supérieur. Tout le contraire de ce pour quoi Shri Krishna a dû tuer Son propre oncle, pour délivrer Ses parents de leur prison et aussi tuer un démon. Il était un démon.

Donc dans notre propre compréhension, si nous comprenons une chose, c’est que nous vivons sur la terre ou sur la terre de ce pays qui est béni par Shri Krishna, qui est appelé Yogeshwara.

Ainsi la première chose c’est que, quand Il a détruit toutes ces choses, Il était un Yogeshwara. Il était l’Energie Divine pour le yoga, pour l’union avec le Pouvoir Divin. Il était l’Ishwara. Il est la Divinité. S’il était une Déité et est Celui Qui est le souverain de cette région, alors que devrions-nous être ? Dans le yoga, nous devrions être les maîtres. Pas mentalement, mais dans cet état, dans l’état supérieur. Si cela pouvait être atteint, alors vous, vous deviendriez les plus élevés des plus élevés des yogis. Parce que vous possédez ce pouvoir existant dans cet endroit. Il est là.

Tant de gens M’ont dit : « Mère, maintenant ne vous inquiétez plus, ne vous inquiétez plus à propos de l’Amérique. Oubliez-la juste. Pourquoi perdre du temps en Amérique ? Cela ne va pas s’arranger. C’est inutile. »

Mais Je sais que tant de pouvoir existe dans ce pays de Yogeshwara et, si vous pouvez utiliser ce pouvoir de Yogeshwara, vous pourrez faire tellement de bien à l’humanité entière à ce stade où l’histoire prend une autre tournure.

Maintenant ceux qui s’élèvent dans la spiritualité – maintenant tout le monde parle aujourd’hui de la spiritualité, même le prince de Galles l’autre jour disait que : « Nous devrions venir à la spiritualité et pas tant au matérialisme qui nous a causé des problèmes écologiques et des choses de ce genre. » Tout le monde parle de la spiritualité et vous êtes ceux qui l’ont avec vous. Vous êtes ceux qui ont les pouvoirs en vous. Vous êtes ceux qui peuvent la propager. Et une fois que vous commencez à la répandre, vous serez surpris de voir comment vous allez atteindre des hauteurs considérables dans tous les domaines, dans tous les domaines de la vie.

Donc votre identité est que vous êtes des Sahaja Yogis et que vous devez utiliser le pouvoir de Yogeshwara Qui est la Déité qui préside ce pays.

Je vous bénis tous pour que vous ayez cette sagesse, cette profondeur de toucher votre profondeur. De quelque façon que ce soit, essayez de travailler là-dessus, arrêtez tous les combats et les choses absurdes. Devenez collectifs. Essayez de vous comprendre les uns les autres. Essayez d’ouvrir vos cœurs. Vous avez une telle profondeur. Vous êtes nés dans ce pays parce que le Yogeshwara voulait que vous soyez ici et Il vous a bénis avec toutes les générosités de Son amour.

Maintenant c’est à vous d’utiliser ce pouvoir énorme : l’incarnation de madhurya, de la douceur. C’est de cette madhurya que vous devez vous imprégner, et c’est cette madhurya que vous devez répandre. C’est très important.

Alors, cette relation de douceur entre vous, la relation de vous réjouir les uns des autres, la relation de vous connaître les uns les autres, doit être pleine de douceur, tout comme le miel. Elle est juste ici, mais nous devons être l’abeille pour y parvenir. Et Je suis sûre que ça va marcher. Ça devrait fonctionner pour vous tous.

Ainsi, ceux qui s’éloignent de la collectivité devraient être très prudents. Ils ne sont pas des Sahaja Yogis et, s’ils continuent comme ça, ils vont être tout simplement éjectés. Ils ne seront nulle part dans Sahaja Yoga, Je vous le dis.

Donc vous devez tout d’abord comprendre que, pour être dans Sahaja Yoga, ce n’est possible que si nous avons cette profondeur, parce qu’un nouveau saut est nécessaire dans un Sahaja Yoga qui sera mis au point, qui est en train de s’élaborer, et beaucoup seront éjectés. Vous devez sauter, et pour ce saut vous avez vraiment besoin de personnes qui soient honnêtes et profondes et sérieuses. Ne vous perdez pas dans des choses futiles et mondaines. Recherchez juste votre profondeur. Tout est là, si beau.

Alors que Dieu vous bénisse !