Diwali Puja 1991 Cabella

Nirmal Temple, Cabella Ligure (Italy)

1991-11-10 Diwali Puja Talk, Cabella Ligure, Italy, 44' Download subtitles: DE,EN,ES,FI,FR,NL,PTView subtitles:
Download video (standard quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Transcribe/Translate oTranscribe


Diwali Puja. Cabella Ligure, 10 November 1991.

English transcript Amruta Ver 30/10/2014
Traduction française vérifiée. Ver 30/10/2014

Désolée, J’ai dû parler de quelque chose avant d’entrer mais c’est bien que cela soit arrivé car maintenant Je dois vous parler de certaines choses importantes dans la vie et c’est spécialement pour les dames que Je dois dire ceci.

J’ai remarqué – évidemment Je suis également une femme – que les femmes possèdent certains pouvoirs de l’eau pour pleurer, gémir, et penser qu’elles sont très malheureuses, et rendre tout le monde misérable. C’est ça leur pouvoir. J’ai noté cela.
Je veux dire que ce chant est le pire chant que vous pourriez chanter n’importe quel jour, de toute façon, mais il est entré dans la tête de quelqu’un [de le choisir]. Il est très négatif et, non seulement cela, mais il montre une personne qui ne peut jamais être heureuse et qui ne désire pas que quiconque soit heureux.
Cependant il y a, en chaque femme, un sentiment maternel, de grandes capacités, des capacités de sacrifice. Tout est là. Avec cette attitude, elles devraient aussi savoir qu’elles sont du côté gauche.
Et cette joie dans notre cœur dont nous parlons, doit se manifester à l’extérieur. Les gens devraient voir que nous sommes joyeux, que nous sommes des gens heureux, que nous ne sommes pas comme les autres qui se mettent à pleurer pour de petites choses.
Par exemple, quand Mon père est mort, J’ai été surprise d’être tout à coup devenue sans pensée, absolument sans pensée. Pendant environ trois jours, Je suis restée sans pensée. Aucune pensée de douleur ou de tristesse, rien ne m’est venu. J’étais juste sans pensée. Cela a surpris tout le monde parce que Je M’occupais de lui et Je veux dire qu’il était très attaché à Moi, M’aimait beaucoup, et tous ces sentiments étaient là. Ils ont été surpris de la facilité avec laquelle Je suis devenue tout à coup sans pensée.
Donc, si vous êtes une Sahaja Yogini, alors en situation de crise vous devriez devenir sans pensée. C’est l’un des signes.
J’ai constaté cela sur Moi. S’il y a une crise dans la famille, Je deviens simplement sans pensée. Qu’est-ce que cela signifie? Que Dieu vous prend juste en charge dans vos problèmes. Il tend Sa main, donne Sa protection et vous en sort, et vous rend absolument sans pensée. Et dans cet état de conscience sans pensée, vous découvrez ce qui est vrai, ce qui est faux.
Ainsi, même en situation de crise, cette conscience sans pensée est tout le temps extrêmement alerte. Elle devient beaucoup plus alerte que d’habitude. C’est le signe d’un Sahaja Yogi et d’une Sahaja Yogini.
Mais J’ai noté ceci que, de façon très surprenante, spécialement avec les jeunes filles françaises et indiennes qui sont venues ici, J’ai été choquée de ce qu’elles étaient très côté gauche, du genre qui pleure et qui est absurde. Et J’ai été surprise d’entendre à nouveau ce chant : « Comment peuvent-ils chanter une telle chanson française ? »
En fait, vous savez, le problème en France, c’est qu’ils boivent tellement. Je suis désolée en ce jour où les Français ont créé cette superbe chose, mais il vaut mieux que J’en parle. Quand ils boivent, ils pensent qu’ils sont très heureux. Ils sont très joyeux. Mais vous savez combien de temps cela dure ! Quand cela s’arrête juste, alors ils souffrent.
Et le résultat de cette beuverie, c’est qu’ils deviennent très côté gauche et, quand vous voyez un Français, il est toujours malheureux. Rien que le fait de dire qu’il est heureux, il se sent honteux car les gens vont penser que c’est un ignare. Donc il devrait être une personne misérable : ‘Les Misérables’. S’il ne l’est pas, alors il n’est pas Français.
Mais nous ne le sommes pas. Nous sommes dans le Royaume de Dieu. Nous ne sommes malheureux en aucune manière, d’aucune façon.
Certaines choses arrivent dans la vie après tout, c’est comme cela la vie. On doit mourir, mais les gens ne meurent pas en même temps. Imaginez que ce soit le cas, que va-t-il arriver aux gens ? Qui va nous enterrer ? Je veux dire, imaginez que vous soyez tous nés en même temps, qui nous mettra au monde ? Donc quiconque est né doit mourir. Mais la façon dont les gens ont fait [erronément] de la mort une partie importante de la vie ! Ce n’est qu’un moment, juste un moment que vous traversez, et vous partez et changez et revenez à nouveau [sur terre].
Mais dans cette vie, si vous devez faire quelque chose, c’est vous réjouir. Alors, dans ce but, leur philosophie est que vous devriez aller dans les cafés parce que Dieu sait ce qui va se passer quand nous mourrons. Ainsi ils appliquent le raisonnement contraire. Ceci est anglais. Je ne parle pas des Français.
Tandis qu’en Inde, lorsque quelqu’un meurt, ils ont des groupes de musiciens et toutes sortes de musiques, et ils vont jouer devant le corps de la personne décédée. Et pourquoi jouent-ils de la musique ? Parce que, s’il y a des bhoots [esprits morts] ou autres, ils s’enfuiront. Et aussi pour ne pas que les gens se sentent tristes. Acceptez ce que Dieu a fait pour vous car c’est pour votre bien !
Et ensuite ils organisent un grand dîner. Dix ou treize jours après le décès, un très grand dîner doit être donné. C’est très surprenant, vous savez, pour ce pays qui est si pauvre, c’est un tel problème. Si le père meurt, alors la famille entière devient comme un orphelin, cela devient un orphelinat.
Malgré tout cela, ils ne portent pas d’habits noirs. Par contre, J’ai vu qu’ici [en Occident] les gens portent du noir. Et une dame était très bouleversée. Elle a dit : « La banque va ouvrir à 10 heures et je dois aller aux funérailles et mes bijoux sont dans la banque. » Alors J’ai dit : « Mais on ne porte pas de bijoux lors de funérailles, si ? » « Non, non, j’en ai de spéciaux. Vous savez j’en ai de très beaux, très foncés, noirs. » Et le pire, c’est que le jour où ils meurent, ils doivent boire du champagne. Une personne meurt, ils boivent du champagne. Et de retour à la maison, ils doivent manger et faire la fête.
C’est ainsi une vie toute en contradictions que nous avons menée, car la religion chrétienne n’a pas dit grand-chose à propos de la mort. Je veux dire que, s’ils avaient permis au Christ de vivre, Il en aurait parlé. Mais cependant, Il a dit que l’Esprit est éternel. Il a parlé de la réincarnation, sans aucun doute, mais ces personnes [chrétiennes] n’en ont pas parlé.
C’est pourquoi la mort signifie maintenant que cet homme est perdu à jamais ou que cette vie est perdue à jamais. Alors nous sommes suspendus dans les limbes ou quelque part ailleurs, et nous ne revenons jamais. C’est absolument faux, cela ne se passe pas ainsi.
Donc, ce que vous devez réaliser dans cette vie, la chose la plus élevée, c’est votre ascension et votre position dans le Royaume de Dieu.
Je dois vous dire cela, spécialement pour les dames, car vous voyez, en lisant partout toutes ces histoires tragiques, de si nombreuses tragédies qui sont rapportées, cette tragédie grecque, celle-ci, celle-là, cela finit juste par travailler sur les nerfs des dames. Si quelqu’un dit la moindre chose, cela devient pareil à une bombe. Ils commencent juste à se comporter comme si : « Oh, mon Dieu, que s’est-il passé ? Il n’aurait pas dû me dire cela ! »
Mais nous devrions voir en premier ce que nous faisons à nous-mêmes, le mal que nous nous faisons. On ne pleure jamais pour cela ! Vous avez vu comment les femmes occidentales se sont détruites elles-mêmes. Elles ne pleurent jamais pour cela, jamais, jamais. Mais elles pleurent si quelqu’un dit le moindre mot à leur sujet. Evidemment c’est pareil en Inde.
Mais, par ailleurs, il y a des femmes très raisonnables, Je l’ai constaté à l’Est aussi bien qu’à l’Ouest, qui possèdent une grande capacité à supporter, une attitude majestueuse face aux aléas de la vie. Comme un éléphant qui marche tandis que les chiens aboient : quelle importance ?
Cette majesté s’exprime quand, en vous, vous possédez cette Joie : « Personne ne peut me rendre malheureuse. » Ceci est, devrait être le principe : « Rien ne peut me rendre malheureux. »
Car sinon vous commencez à vous déplacer vers le côté gauche. Quand une dame commence à pleurer et qu’un homme commence à aller vers la gauche, et que soudainement vous découvrez 10 bhoots installés sur lui, comment les a-t-il récupérés ? « Je n’ai jamais été dans un cimetière. Je ne suis jamais allé dans un tel endroit, Mère. Je n’ai jamais vu personne mourir. » « Alors comment es-tu devenu possédé ? » « Je ne suis jamais allé auprès d’un guru. » Voyez l’épouse ! L’épouse est une poupée pleureuse. Elle pleure pour n’importe quoi. Si vous ne faites pas ceci, elle pleure. Cette attitude est une autre forme d’expression de l’ego, Je vous le dis, ce système de pleurer.
Aussi, aujourd’hui, Je désire que vous tous Me promettiez que vous n’allez plus du tout pleurer. Au lieu de fleurs, donnez-Moi juste cette fleur de votre promesse.
Je ne pleure jamais. Evidemment parfois Sandra karuna [la compassion] s’exprime, une ou deux larmes peuvent Me venir, après tout Je suis une mère. Mais pas de cette façon, en M’asseyant et pleurer, pleurer sans cesse et devenir hystérique. Vous devez garder votre dignité. Vous êtes toutes des Sahaja Yoginis.
Ne lisez aucun livre qui parle de pleurs mais des livres qui sont profonds et aussi qui vous font sentir très touchées. Vous vous sentez comme si vous pleuriez. Cela ça va. Au cinéma, elles voient une femme qui torture son mari, alors elles vont pleurer. Elles vont revenir à la maison et torturer leur mari. Quelle en est l’utilité ? J’en ai vu beaucoup comme cela. Au cinéma, elles vont pleurer. Quand il s’agit de quelqu’un d’autre, elles ressentent la peine. Quand il s’agit d’elles-mêmes, elles ne voient jamais ce qu’elles sont en train de faire.
Donc Ma seule demande aujourd’hui est que vous ne devez pas pleurer. Vous êtes maintenant dans le Royaume de Dieu et, dans le Royaume de Dieu, vous ne pleurez pas.
Nous avons eu maintenant le jour de la Toussaint. Nous avons eu ceci, cela. En Inde aussi, ils faisaient tout cela [ces rituels], ce genre de non-sens. D’accord, procurez-leur leur dû [aux trépassés] mais ne les célébrez pas en pleurant. C’est le signe que vous êtes réellement dans la joie. Je veux dire que J’ai été choquée de ce chant qu’on a entendu. Qui a suggéré ce chant ? Puis-je demander qui est coupable ? Je sais qu’il doit s’agir d’une Indienne. Ce doit être cela. (SM parle en Hindi.)
Alors voyez toutes ces belles choses qu’ils ont créées. S’il n’y avait pas eu de beauté en eux-mêmes, ils se seraient assis et auraient pleuré. Qu’auraient-ils fait d’autre ? Evidemment ces gens sont de belles personnes, ils ne pleurent jamais. Peut-être parfois des larmes de crocodile, juste pour le spectacle, mais à l’intérieur, ils ne pleurent pas parce qu’ils sont tellement confiants. Ils se réjouissent de leur beauté, de leur gloire. Ils se réjouissent d’eux-mêmes. Pourquoi devraient-ils pleurer ? Quelle en est la nécessité ? Et de telles larmes gâchées n’ont aucune utilité.
Donc aujourd’hui nous sommes ici pour profiter de notre joie, de notre Atmananda, Nirananda et Paramananda [la joie de l’Esprit, la joie pure, la joie suprême]. Nous sommes ici pour profiter de toutes ces joies qui ont une valeur éternelle. Vous devez comprendre ceci : croyez maintenant que vous êtes dans le Royaume de Dieu et que toutes les beautés subtiles de votre être vont s’ouvrir à vous. Vous allez voir toute cette beauté par vous-même. Mais à ce stade, si vos yeux sont déjà fermés, si votre cœur est déjà fermé et que vous ne voulez pas voir une chose si belle, comment puis-Je dire quelle belle chose ils ont faite ? Avoir une attitude très positive est une chose très importante dans la vie.
Pour Sahaja Yoga également. Avec Sahaja Yoga, nous devons nous développer intérieurement, mais ce n’est pas le cas. Les gens vont dire: « Ma mère est malade, mon père est malade, mon frère est malade, mon « ceci » est malade. » La toute, toute première chose, c’est cela. Je veux dire que parfois Je Me mets à penser que Je vais devoir juste commencer avec un hôpital au lieu d’un ashram ! Vient alors en second : « Mon mari est comme ça, mes enfants sont comme ça, mon « ceci » est comme ça. » Ce « mon, mon, mon » n’est pas vous. Qui êtes-vous ? Vous êtes une Sahaja Yogini et, dans Sahaja Yoga, vous devez savoir que vous avez toutes les preuves, tout est devant vous pour savoir que vous êtes un Sahaja Yogi.
Supposons maintenant que Je sais que Je suis l’Adi Shakti, si Je sais que Je suis l’Adi Shakti, alors Je le sais, donc Je n’ai pas à demander de l’aide à personne. Après tout Je suis l’Adi Shakti et Je suis supposée tout faire. C’est Mon travail puisque J’ai ce pouvoir. Et J’ai ce pouvoir juste de façon sahaj [spontanément]. J’ai ce pouvoir avec Moi, donc Je dois le faire. Maintenant Je pourrais dire aussi que Je suis une femme et Je devrais m’asseoir et pleurer ! Non, Je n’en ai pas le droit. Je ne peux pas faire cela, même si Je le veux. Mon travail est de vous encourager, de vous parler de vos subtilités intérieures, de votre beauté.
Or, savez-vous quelle chose magnifique vous êtes? Parlons de notre beauté intérieure. Que sommes-nous? Sommes-nous comme ces gens fous, comme ces gens qui sont tout le temps misérables ? Ou bien comme ces gens qui se battent toujours, qui courent après les choses, que la matière domine ? Non, nous sommes l’Esprit. Nous sommes l’Esprit, le reflet de Dieu Tout-Puissant qui est pureté, vérité, connaissance. Nous sommes cela. Nous ne sommes pas pareils à des gens ordinaires. Comment pourrions-nous vivre à ce niveau ? Seulement si vous êtes possédé, si vous avez eu un mauvais guru ou quelque chose de ce genre, peut-être allez-vous devenir comme un yo-yo qui monte et descend, monte et descend, monte et descend. Mais ceux qui ont franchi toutes ces limites et ont atteint cet état, devraient estimer le fait d’être l’Esprit.
Il y a ici tellement d’Esprits, assis ici, reflets de Dieu Tout-Puissant. Je suis une Mère si fière. Et vous êtes tous capables d’illuminer tellement de gens dans ce monde.
Et la beauté en vous est que vous êtes absolument indépendant de n’importe qui d’autre. Vous dépendez seulement de vous-même, de la source de votre Esprit, de la Joie de votre Esprit. Vous ne vous attendez pas à ce que d’autres vous donnent la joie.
Supposons que demain quelqu’un vienne et M’insulte. Je dirai : « D’accord. Cela n’a pas d’importance. » Cela ne Me touchera jamais parce que Je suis avec Moi-même. Il dit ces choses, il va souffrir ou non, cela ne Me concerne pas.
Quand vous commencez à dépendre seulement de vous-même, imaginez juste une maison qui se trouve sur de la roche. Vous êtes comme cela. Essayez de le ressentir, sentez la roche en vous. Essayez de comprendre. Vous n’allez pas vous comporter comme d’autres gens. C’est d’accord, les gens qui ont construit leurs maisons sur du sable doivent se tracasser, mais pas nous. Nous avons construit sur de la roche.
Nous devons donc être très courageux. Vous devez être très assurés et en même temps extrêmement humbles.
Quand l’arbre est chargé de fruits, il se courbe vers le bas. Ainsi nous vénérons la Terre Mère, nous vénérons le soleil, nous vénérons la lune, tout ce qui, autour de nous, nous a aidé. Nous vénérons nos parents, tout le monde. Mais par-dessus tout, nous nous vénérons nous-mêmes parce que nous sommes vénérables.
Vous tous maintenant êtes devenus des saints. Cela ne veut pas dire que vous vous laissez pousser la barbe et que vous portez des vêtements bizarres et tout cela. Rien de ce genre. Vous êtes des saints parce que, à l’intérieur de vous, il y a le parfum de la senteur superbe de votre lotus qu’est l’Esprit. Ceci est un lotus que vous avez construit ici pour Moi. C’est un lotus si beau. Je suis installée dans un si beau lotus. De la même manière, c’est reflété dans votre cœur comme un beau lotus.
Ressentez ce lotus, comme il est beau, combien il est délicat. Il est rose parce que rose est le lotus qui invite tout le monde. C’est le signe de la générosité, de l’invitation. La couleur rose attire toutes sortes d’insectes, tout le monde. Ainsi le lotus est rose et il invite toute chose, est ouvert à tout, n’a peur de rien.
Et il émerge de la boue, s’extrait d’eaux stagnantes absolument horribles. D’accord, il y a des tas de vers qui tournent autour de lui, mais il émet du parfum et rend toutes ces eaux si belles. Voilà ce que vous êtes. Partout où vous irez, vous pouvez créer cette beauté. Vous pouvez ruisseler cette beauté. Vous pouvez faire voir aux gens ce qu’est une personne spirituelle. Vous êtes le réflecteur de Sahaja Yoga, pas Moi. Vous devez refléter Sahaja Yoga. Et de telles personnes sont toujours dans la joie et la sagesse.
Shri Ganesha donne la sagesse, la sagesse de savoir comment se comporter, à quel moment, comment parler, à quel moment, jusqu’où aller en toute chose. Cela devrait devenir inné, Sahaj. Vous ne devez pas y travailler, mais vous devriez savoir : « Maintenant, je suis une Sahaja yogini. »
Chaque matin, vous devriez vous dire : « Je suis une Sahaja yogini. Jusqu’où dois-je aller? Comment devrais-je me comporter? Quelle devrait être mon attitude? » Tout ceci peut être facilement compris si vous développez ce lotus de sagesse. Comment apparaît un lotus? Une graine germe. C’est ainsi que la sagesse fonctionne : il y a déjà la graine à l’intérieur de vous. Vous l’avez tous et maintenant elle a commencé à s’ouvrir parce que vous êtes des âmes réalisées. Permettez à votre sagesse de prendre le dessus.
Alors comment y arriver? Il y a un chemin, Je dirais : « Supposons que Mère ait eu ce problème, qu’aurait-Elle fait ? » Très bonne idée. « Comment aurait-Elle géré cela ? » De nouveau vous pouvez dire que : « Nous ne comprenons pas le style de Mère. Elle joue plein de tours. » C’est vrai ! Je le fais. Mais il y a une façon très simple de faire. Vous pouvez vous abandonner à Ma sagesse et la sagesse-même, qui est active en vous, va fonctionner. Vous devriez aussi comprendre ce point. La sagesse est active à l’intérieur de vous.
Il y a un Monsieur qui travaille à l’aéroport de Londres. C’est un Sahaja Yogi, mais il ne vient pas au collectif faute de temps. Et quelqu’un lui a dit quelque chose d’agressif. Il retourna à la maison et dit : « Ce qu’il m’a dit n’est pas correct. Après tout, je suis un Sahaja yogi. » Et le lendemain il apprend que la personne est tombée de sa moto. La personne pourrait ne pas avoir compris que c’est parce qu’il a dit ces choses : « C’est pour cela que ça m’est arrivé. » Mais le yogi savait. Parce que les déités sont avec vous.
Donc, dans votre sagesse, vous comprenez que les déités sont simplement avec vous et, quoi qu’il vous arrive, elles sont devant vous. Personne ne peut vous nuire. Personne ne peut vous toucher. Vous êtes tellement protégé. Les lotus ne sont pas protégés. Vous êtes si protégé que quiconque essaie de vous nuire, immédiatement la protection est là. Egalement votre propre protection est là, comme Je l’ai dit, que vous plongez en conscience sans pensée.
Parfois nous nous faisons plus de mal que quiconque ne le peut.
Une amie que J’ai connue, depuis sa tendre enfance, était comme cela : elle pleurait pour tout. Elle avait l’habitude de toujours pleurer pour des riens car c’était une enfant tellement gâtée qu’elle avait l’habitude de pleurer tout le temps. Puis J’ai été surprise de voir qu’elle est devenue aveugle très jeune. J’ai dit : « Comment se fait-il que tu sois devenue aveugle à ce point ? » Elle devait utiliser des verres très épais et tout cela. Elle dit : « Tu te souviens, je pleurais tellement. » Je dis : « Ca Je m’en souviens, mais est-ce que tu pleurais aussi après l’école? » « Oui, j’ai toujours pleuré comme cela. » Donc elle avait développé une sorte de personnalité qui fait que : « Je suis ainsi, je ne fais que pleurer. » Mais pourquoi ne pas développer une personnalité telle que : « Je suis toujours dans la joie. Tout ce que je vois me rend joyeux. Je sens la joie dans tout ce que j’entends. »
Alors le lotus de votre parfum va s’améliorer et l’activité de votre sagesse sera telle que vous allez appréhender facilement tout ce qui est très beau. Vous allez recevoir tout ce qui est très satisfaisant, très joyeux. Il s’agit d’une forme d’activité de cette sagesse en vous qui vous amène juste vers des gens extrêmement beaux, vers des situations très belles où vous découvrez de belles choses ou des créations si magnifiques que vous n’auriez jamais rêvé de voir.
C’est très important de comprendre que, lorsque vous Me dites : « Mère, ce miracle-ci est arrivé, et celui-là », cela n’est rien, c’est votre propre sagesse, votre propre Esprit qui réalise cela. Vous n’avez rien à faire, sauf de vous rappeler que vous êtes une Sahaja Yogini et que votre tempérament devrait être celui d’une Sahaja Yogini, et vos idées, celles d’une Sahaja Yogini.
Pareil pour les Sahaja Yogis. Les Sahaja Yogis, étant des hommes, ne se manifestent pas beaucoup mais ont certaines autres façons de montrer leur colère. Ils se mettent dans une colère qui est parfois si forte, que vous regardez juste : « Qu’est-ce qui se passe avec cette personne ? » D’un côté les colères, de l’autre les pleurs. En fait, entre les deux, que reste-t-il ? Je ne sais pas. Les deux sont absolument inutiles.
Vous devez corriger les gens, dire les choses. Juste là, J’avais quelque chose à dire, Je l’ai dit. Fini ! Mais ce n’est pas de la colère, c’est simplement que Je devais agir. La différence est celle-ci : Je ne suis pas impliquée dans cela. Même si Je pleure, Je ne suis pas impliquée. Simplement Je pleure. Même si Je suis fâchée, Je ne suis pas réellement fâchée. J’essaie simplement d’être fâchée dans Mon action. C’est ce qui se passe. Vous n’êtes pas impliqué dedans. Mais si vous êtes impliqué dans votre colère, alors la joie est finie, complètement finie.
Certains pensent aussi que ceux qui sont joyeux, devraient être très sérieux. Pas du tout ! Qu’y a t-il là à être sérieux ? Pourquoi être sérieux dans ce monde ? Tout cela est de la stupidité. Je ne trouve rien de sérieux dans ce monde. Et je ne peux garder mon sérieux plus de trois minutes. Parfois les gens tirent avantage de cela, mais que puis-Je faire ? C’est Ma nature ! Qu’y a-t-il de si sérieux ? Vous ne devez pas créer le soleil, vous ne devez pas créer la lune, vous ne devez pas créer la Terre-Mère. Qu’y a-t-il là de si sérieux ? Quels grands travaux devez-vous faire ? Tout est là pour vous. Simplement appréciez ! Qu’est-ce qu’il y a là pour être si sérieux ?
Certains vous savez, essaient d’impressionner par leur sérieux. Une fois, J’ai vu une dame debout, en train de penser très sérieusement. Je lui ai demandé : « Quel est le problème ? » « Je ne sais pas comment balayer ceci, je n’ai pas de brosse. » Je dis : « Un si grand problème, comme si le ciel s’écroule. Cela n’a pas d’importance, aujourd’hui vous ne le faites pas. Vous pouvez le faire demain. Qu’y a-t-il là de si important ? Je veux dire que, si vous n’avez pas ce qu’il faut sous la main, c’est bon comme ça. » « Non, non, non, je dois le faire. Voyez, je suis très fière de ma maison. » Je dis : « Cela c’est le vrai problème et qui est sérieux. »
Donc, parce que vous souffrez de certains problèmes sérieux et stupides, à cause de cela, vous devenez graves. Mais, si vous pensez qu’en devenant sérieux, vos problèmes seront résolus, ils ne le seront pas. Dans le même temps, Je dois vous dire que nous ne devrions pas être frivoles. Nous ne devrions pas être vulgaires ni futiles. Ce n’est pas – regardez ces fleurs. Regardez-les, elles sont secouées de Mes vibrations. Mais voyez-les dans leur dignité propre. Elles vont mourir demain, elles n’en sont pas inquiètes tant qu’elles sont bien là, à leur place, à vous donner plaisir et joie. Terminé !
Quelle est l’utilité d’une lumière ? Voyons ensemble, comme une lumière que nous sommes, à donner la lumière. Donc nous sommes ici pour donner de la joie, du bonheur à tout le monde, pour rendre chacun heureux.
Il y a tellement de façons de rendre les autres heureux. Et pour cela, nous devons aussi apprendre. Il y a tant de choses que nous devons apprendre, comment rendre les autres heureux.
Et puis, quand vous les rendez heureux, alors vous ressentez cette joie à l’intérieur de vous : « Oh, ils sont si heureux. » Regardez leur bonheur, alors seulement ce lotus s’ouvrira beaucoup plus. Comme une vague se déplace et avance jusqu’au bout du rivage, puis de la rive s’en retourne vers le large, de même, lorsque votre joie atteint celle des autres, alors les ondulations qui en reviennent modèlent avec beauté votre vie. Pensez simplement à ces situations où vous avez fait quelque chose de bien pour d’autres, où vous avez été très agréable pour les autres et qu’alors vous avez vu la joie en cette personne, et comment cette joie est revenue à vous. Pensez à ce modèle que vous avez ressenti si subtilement dans votre vie, comment il est intégré. A chaque fois que vous pensez à cette époque, à ce moment, à cet endroit, toute la scène vous revient et vous pensez :  » Quel moment ! »
Mais ce temps est éternellement en vous, tout le temps, et c’est pourquoi le Diwali est si important. Vous êtes tous, comme Je vous l’ai dit, vous êtes Ma lumière. Et cette lumière est une lumière éternelle. Ces lumières-ci vont s’éteindre et nous devrons les rallumer chaque année. Mais pas vous autres. Vous avez une lumière éternelle et cette lumière va répandre de la joie.
Quel est le problème de ce monde ? Le vrai problème, vous l’avez là : il n’y a pas de joie. Aussi simple que cela : il n’y a pas de joie.
S’ils avaient de la joie, ils n’auraient pas fait toutes ces choses insensées. Il n’y a pas de joie ! Quand vous avez la joie, vous ne voulez pas vous battre, vous ne voulez rien faire de blessant, vous ne voulez pas parler durement à quelqu’un. Non seulement cela, mais vous ne voulez pas avoir quelque chose qui va endommager la Mère Terre ou qui va créer un problème écologique. Non, simplement vous ne le voulez pas, vous ne voulez pas faire quelque chose qui blesse les autres. Les gens se sentent mal avec cela, que ce soit ici, en Inde, partout. Simplement vous ressentez que : « Pourquoi ferais-je une chose pareille qui n’est pas agréable pour les autres ? » Je veux dire, cela ne donne pas de joie.
Donc quand vous avez la joie, vous devez être donneur de joie, et si vous ne donnez pas de la joie, cela veut dire que quelque chose manque dans votre Sahaja Yoga. Et c’est pour cela que nous devons nous élever maintenant. Nous devons devenir des Sahaja Yoginis et des Sahaja Yogis. C’est une association donneuse de joie. Nous pouvons changer de nom, si vous voulez. Si ‘Sahaja Yoga’ n’est pas bon, alors ‘Association Donneuse-de-joie’.
Maintenant nous devrions aussi trouver ce qui tue la joie. C’est important. Qu’est-ce qui tue la joie ?
Je vous ai dit d’abord que vous devez avoir la sagesse. La sagesse signifie qu’elle vous donne du détachement, du détachement de tout ce qui est égoïsme, égocentrisme, obsession de soi, égo, de tout ce qui est connecté avec le soi. Pouvez-vous l’imaginer ? Égoïste, le Soi, cela veut dire l’Esprit. L’égoïsme, qu’est-ce que c’est ? C’est ce qui assombrit complètement le Soi parce que vous pensez à vous-même [yourself], vos enfants, votre famille, et c’est tout. Au mieux ! Parfois même c’est seulement à vous-même. Et quand vous commencez à penser ainsi, quand vous commencez à devenir de plus en plus petit, petit, petit et petit, le lotus s’effondre. Alors qu’il est si grand de penser aux autres !
Dans Mon cas c’est différent. Si Je pense à Moi-même, réellement Je vous le dis, Je suis très bien, heureuse, joyeuse. Je dois vous le dire, Je le confesse. Mais si Je pense à certains, immédiatement Mes chakras commencent à se bloquer et Je ressens : « Mon Dieu, pourquoi ai-Je pensé à cette personne ? » Je veux dire que Mes chakras commencent à bouger rapidement pour cette personne parce que ce corps est si généreux. Vous ne pouvez imaginer, même si Je vois quelqu’un, soudain les chakras commencent à travailler pour cela, comme si J’étais responsable des chakras de chacun qui sont hors service. Je le suis d’une certaine façon, mais à ce point !
Mais cependant Je pense à ceux qui ont des ennuis, à chacun d’entre vous. Pourquoi ? Pourquoi J’y pense ? Car Je sais que, si Je peux améliorer vos chakras, vous serez heureux. Je n’ai pas à aller à cette conclusion de façon logique, mais simplement Mon corps le sait. Cela fonctionne. Cela fonctionne et ressent beaucoup de bonheur. Quand Je vois quelqu’un avoir sa Réalisation, c’est une telle joie pour Moi. Quand Je vois quelqu’un soulagé d’un problème, une telle joie pour Moi, parce que donner de la joie, c’est le tempérament, la nature de l’Esprit.
Si vous ne permettez pas à votre Esprit d’accomplir sa propre nature et son caractère propre, l’Esprit ne va pas se manifester de Lui-même. Donc vous êtes le véhicule. Vous êtes la lampe, on peut dire, en ce qui concerne le corps et le mental. Mais cette lumière de l’Esprit, si elle doit se manifester, alors elle doit être d’une nature très unique, c’est d’émettre toute sa lumière vers l’extérieur. Elle donne la lumière aux autres.
Et cette qualité de donneur de lumière, vous devez l’améliorer. Vous serez surpris de voir que graduellement, seulement si vous essayez dans votre vie, dans vos relations, dans vos entreprises, de donner la lumière aux autres, d’améliorer leur vies, sans faire de show, ni être égoïste, mais de manière très belle, très aimante, en réalité vous comprendrez que vous êtes l’Esprit, parce que l’Esprit aime. Il aime ! Et dans cet amour, vous pardonnez, vous pardonnez beaucoup.
Parfois les leaders sont contrariés parce que Je pardonne beaucoup. Qu’y puis-Je ? C’est Ma nature, Je n’y peux rien. C’est parce que J’aime, vous savez. Si vous aimez une personne, vous pardonnez. Cela ne vous pèse pas. Ne pas pardonner est difficile, pardonner est le mieux. Au moins, quand vous pardonnez, ce n’est plus un casse-tête pour vous.
Donc cet amour qui est Joie, en réalité Je pense, quand cet amour fond et s’écoule comme une rivière, et donne sa nourriture à tous les arbres environnants sur le rivage, alors c’est le temps de l’accomplissement de l’individu, de la personnalité de cet amour, et c’est le temps où il se sent comblé. Ce n’est pas simplement que vous ayez une lumière dans un coin, mais elle doit s’écouler, elle doit se répandre, elle doit nourrir. L’amour n’est pas une chose morte comme une pierre. Quand il fond, il enveloppe toute chose et tout devient très beau avec cet amour.
Donc vous devez d’abord comprendre que la vie est pour donner de la joie aux autres parce que vous êtes des saints maintenant, et votre lumière doit donner la Joie. Vous devrez supporter un peu, Vous avez les pouvoirs pour supporter. Vous avez tous les pouvoirs, aussi Je vous souhaite bonne chance pour l’année qui vient et une grande prospérité.
Que Dieu vous bénisse !