Shri Vishnumaya Puja – Arrêtez de vous sentir coupables.

(United States)

Feedback
Share

Shri Vishnumaya puja. Shawnee, Pennsylvanie (USA), 20 Septembre 1992.

 

Aujourd’hui, nous avons décidé d’avoir une puja à Vishnumaya. Dans ce contexte, Il faut savoir qui est Vishnumaya et quelle est la relation – vous pouvez la dire mythologique- Shri Mataji rit doucement – la relation historique.
Je vous ai dit que l’Amérique est le pays de Shri Krishna qui est Kubera (le Dieu de l’opulence) mais aussi Yama (le Dieu de la mort).

Comme il est Kubera, les gens ont de la richesse, ce sont des gens riches, ils ont de l’argent, plus que partout ailleurs. Mais souvenez-vous que vous devez avoir un équilibre et que Mahalakshmi est la Puissance de Shri Krishna. Donc, le principe de Mahalakshmi est tel que, lorsque la recherche est importante, le principe de Vishnou est présent avec sa Puissance Shri Lakshmi. Après avoir obtenu les bénédictions de Lakshmi jusqu’à un certain point, vous plongez alors dans une nouvelle conscience ou une nouvelle sorte de recherche, qui est la quête de l’Esprit où commence le principe de Mahalakshmi, le canal central.

Jusque-là, bien sûr, le principe de Mahalakshmi avait commencé en Amérique, mais les gens ne le savaient pas, ils n’avaient pas le discernement pour décider quelle voie suivre pour leur recherche et beaucoup d’entre eux ont été séduit par de fausses annonces, par toutes sortes de promesses, de réclames et autres. Je suis venue ici il y a longtemps, au moment où j’ai su que la recherche donnait des résultats et que tous les gens du monde entier allaient essayer de venir ici, car il y avait un marché pour eux. Et leur commerce allait démarrer de telle sorte que ces gens, habitués à la commercialisation, tomberaient (dans le panneau). Je suis venue. J’ai essayé. Je les ai prévenus.
Donc, voilà exactement ce qu’il s’est passé en Amérique: Je suis venue ici- Je pense que j’étais la première à venir- Je leur ai donné les noms de ces personnes qui allaient faire ce genre de travail. Je leur ai aussi dit qui ils avaient été dans leurs vies passées, le genre de chose qu’ils avaient faites, le genre de travail qu’ils avaient fait, ce que sont leurs pouvoirs négatifs et comment ils allaient essayé de manipuler les gens. Mais personne n’a voulu m’écouter, parce que ces gens ont découvert les faiblesses des Américains, si vous pouvez les choyer, dorloter leur ego, et leur dire que c’est quelque chose de très important, qu’ils doivent faire quelque chose – qui est très superficiel mais qui a l’air d’être fantastique. Comme Je vous l’ai dit, ils ont dit: « Vous pouvez voler à 1 mètre du sol. » Et les Américains s’y sont mis.
Ils se sont mis à toutes ces idées absurdes, car ils ont cru que c’était quelque chose de nouveau, quelque chose de différent et ils n’ont pas voulu m’écouter parce que Je leur ait dit que Je ne prenais pas d’argent. Et ils m’ont très clairement dit que: « Personne ne comprendra si vous ne prenez pas d’argent. » Donc Je leur ai demandé : « Combien allez-vous me payez pour une chose vraiment inestimable? Combien d’argent allez-vous me donner? » Et ils n’ont pas su répondre. Alors ces gens qui étaient encore portés sur l’argent, donc qui ne possédaient pas en eux le principe de Mahalakshmi pour comprendre que si vous devez rechercher la vérité, vous ne pouvez pas l’acheter, ne pouvaient pas comprendre cela. Et c’est ainsi qu’ils ont dû passer par toutes ces circonvolutions, faire face à toutes sortes de faux gourous, de tous types, à toutes ces choses superficielles.

En fin de compte, maintenant, Je pense que c’est la première année où J’ai l’impression que tout s’est très bien passé. Mais l’un des chakras de ce Vishuddhi, comme vous le savez, est très important, c’est le Vishuddhi gauche. Et le Vishuddhi gauche est un centre qui, une fois bloqué, vous rend sensible à l’angine de poitrine, à la spondylarthrite ankylosante et aussi aux organes léthargiques. Donc, ce Vishuddhi gauche a été une sorte de vogue chez les Occidentaux, peut-être à cause du christianisme où l’on doit se confesser et dire qu’on est un pécheur et qu’on est né pécheur, un pécheur originel et toutes sortes de choses.
Donc, comme vous êtes étiquetés en tant que « pécheurs », vous voyez, vous vous êtes toujours sentis coupables et cette culpabilité s’est établie dans le Vishuddhi gauche. Je pense que c’est l’une des plus grandes entraves, même aujourd’hui. Le gens en Amérique se sentent extrêmement coupables pour de très petites choses, parce qu’ils n’ont aucune confiance en eux. Tout d’abord, ils pensent que: « Nous sommes une nation très jeune. Nous n’avons pas eu de traditions », essentiellement. Ils peuvent sembler arrogants, ils peuvent avoir l’air d’être des prétentieux même, mais, fondamentalement, en eux-mêmes, ils estiment que « nous n’avons eu pas de traditions. Nous sommes une nation très jeune. » Par exemple, ils pensent que: « les Anglais sont beaucoup trop sophistiqués ou que les Français sont très sophistiqués et nous ne le sommes pas, par rapport à eux, nous sommes primaires. » Ils ont ce genre de drôles d’idées. Et à cause de cela, voyez-vous, ils essaient de compenser. Le chemin qu’ils ont suivi a fini dans toutes sortes de choses et cela a créé chez eux un énorme (blocage) au Vishuddhi gauche. Voilà pourquoi les Américains ont de nombreux problèmes de Vishuddhi gauche.

Tout d’abord, le centre du Vishuddhi gauche se bloque quand vous ne voulez pas affronter vos erreurs. « J’ai fait cette erreur d’accord, je l’ai faite, maintenant, je ne vais plus la refaire, et pourquoi je l’ai commise et pourquoi cela est arrivé, j’y fais face. » Ils ne veulent pas faire cela. Ils se sentent coupables d’avoir fait telle chose ou ils vont le mettre ici. [Shri Mataji pose sa main sur son épaule gauche, près du cou, sur le centre du Vishuddhi gauche.] Ainsi, ils vont continuer à amasser ce qui est comme des nuages très noirs de culpabilité.
Alors cette Vishnumaya, qui est le tonnerre, peut-on dire, qui est la charge électrique, est libérée par le frottement de ces nuages noirs, qui, en fait, sont un catalyseur pour la pluie, c’est un catalyseur pour la pluie. Cela commence à agir sur ces personnes, c’est à dire qu’elles reçoivent soudain un choc. Elles deviennent extrêmement sensibles, elles deviennent nerveuses et cette nervosité peut leur faire, leur fait penser: « Pourquoi sommes-nous nerveux? Quel est le problème? » La révélation de leur culpabilité provient de la Puissance Vishnumaya.

Je dois maintenant aussi vous parler de l’origine de Vishnumaya, qui est très intéressante. Vishnumaya était la sœur de Shri Krishna, elle est née après Shri Krishna. En fait, elle n’était pas sa sœur à proprement parler, mais elle était fille de Nanda. Et quand Shri Krishna a été emmené pour être mis sous la garde de Nanda et de Yeshoda, ils ont donné leur propre fille pour être mise à sa place et le père de Shri Krishna l’a ramenée (au château). Alors, quand Kamsa est venu – l’oncle- vous connaissez tous l’histoire – pour s’informer au sujet du huitième enfant, on lui a dit: « Voici l’enfant. » Il a dit: « Mais ce n’est pas un homme, c’est une femme. » Il a pris le bébé dans sa main et a fait comme cela, et l’a jetée en l’air. Et de là, elle est allée au ciel et de là a annoncé: « Shri Krishna est déjà incarné, Il est vivant et c’est lui qui va te tuer. » Ainsi, elle est l’annonciatrice. Elle est l’annonciatrice des Incarnations. Elle est l’annonciatrice de quelque chose de bon qui va vous arriver. C’est aussi elle qui peut brûler les choses qui ne sont pas spirituellement correctes.

À l’époque du Mahabharata, elle s’est incarnée en tant que Draupadi et cette Draupadi était la sœur de Shri Rama. Et quand, comme vous le savez dans Mahabharata – vous connaissez tous l’histoire du Mahabharata, Je n’ai pas besoin d’en parler. Duryodhana a essayé d’enlever ses vêtements. Alors elle a appelé Krishna.

Au début, elle a dit, « Kri. » Elle avait fait comme ça avec ses dents (Shri Mataji tient son sari entre ses dents). Jusqu’à ce qu’elle dise « Krish, » le sari était entre ses dents, parce qu’elle pensait que si elle disait « shna, » le sari allait tomber et elle serait nue. Dès qu’elle a dit « Krishna » le sari est tombé et c’est à ce moment-là que Shri Krishna est arrivé depuis Dwarika. Et Tulsida a très bien décrit ceci en hindi: « Dwarika me Shabad gayo (le message est arrivé jusqu’à Dwarika) ». A Dwarika, il y eu un grand – un grand bruit, peut-on dire ou Je ne sais comment. « Shor bhayo, shor bhayo bhare » (qui a créé une commotion; shora: bruit, bhare : remplir) – énorme, ce que vous appelez – le tonnerre, vous pouvez l’appeler ainsi, car c’est elle qui est responsable du tonnerre. « Shor bhayo bhare, Shankha (conque) Chakra (disque) Padma gada (arme) Garuda le sidhare » Avec la Shankar, avec le Chakra, avec Garuda, avec Padma, avec chacun d’entre eux, il est venu sur Garuda. Avec toutes ses armes, il est venu sur Garuda pour l’aider. Il a commencé lui fournir des saris et ce Duryodhana est devenu absolument – c’est Dushansana qui a fait cela- il est devenu totalement épuisé et il est tombé sur le sol.

Alors à ce moment-là (à l’époque de Shri Rama), Vishnumaya est devenue la Vierge. Non seulement elle est une vierge, mais elle existe à l’intérieur des cinq éléments, comme le montre le fait qu’elle ait épousé les cinq Pandavas. Et ce pouvoir de la virginité en elle exposait les gens aux dangers de ces horribles Kauravas qui allaient diriger le royaume (de Rama) et détruire le dharma.
Alors elle a gardé ses distances et c’est elle qui a dit: « Vous devez combattre. Vous devez vous battre pour le dharma, quoi qu’il arrive » et Krishna l’a toujours soutenue. Donc, Shri Krishna l’a soutenue en tant que frère, de sorte que les relations frère/sœur sont très importantes en Inde. Cela devrait être aussi le cas pour les Sahaja Yogis parce que nous avons le raki bandhan. Vous avez également ce que vous appelez le « bhaiya duj » (en hindi, ou « Bhau bij » en marathi), lors du Diwali, où nous attachons un raki (au poignet) du frère. Or ce rakhi (ce lien) n’est rien d’autre que le pouvoir de Vishnumaya, qui protège le frère.
En fait, là, son frère l’a protégée et maintenant l’amour de la sœur protège le frère.

La relation frère/sœur est beaucoup plus importante que toute autre relation parce qu’elle est si pure, elle est si protectrice, elle est si tendre et elle correspond au même âge.
Par exemple, entre les parents et leurs enfants, ce ne peut être ainsi, ou disons entre les grands-parents et les petits-enfants, la relation peut être assez déséquilibrée aussi. Mais entre le frère et la sœur qui sont de la même génération, il y a une même compréhension et cette relation est maintenue par Vishnumaya.
Nous avons une très bonne histoire en Inde, que Je dois vous raconter, sur la façon dont ce rakhi bandhan ou cette relation entre frère et sœur est respectée. Je veux dire que personne ne va y croire parce que dans ces pays où aucune relation n’est respectée, on ne va pas comprendre. Mais quand Alexandre le Grand est venu en Inde, il a conquis notre pays, largement.

Mais il y a eu un roi, Poru, qui l’a vaincu et l’a mis en prison. Alexandre le Grand avait épousé une Indienne. Donc, c’était le jour du Raki Purnima. Elle a mis un rakhi sur un plateau, l’a recouvert et l’a envoyé au roi Poru. Puis (les serviteurs du roi) ont dit:Un Rakhi est arrivé.
-Très bien, attachez-moi ce rakhi » a dit le roi. Il ne savait pas de qui venait ce rakhi et il a été attaché à son poignet.
-De qui est ce rakhi?

Il est de votre sœur.
-Qui est ma sœur?
-L’épouse de ce roi Alexandre.
-Oh, mon Dieu! Comment ai-je pu faire une telle chose? C’est mon beau-frère.
Le roi s’est immédiatement rendu à la prison et s’est prosterné devant lui. Il a dit: « Je suis désolé, quoi que j’ai – » c’est la beauté de la chose, vous comprenez – « Comment pourrais-je être – comment pourrais-je être assez stupide pour vous arrêter? » Alexandre était ébahi.
Il ne pouvait pas comprendre cette réaction. Il a demandé : « Que se passe-t-il? » Et le roi a répondu: « Maintenant, je vous demande de me pardonner et de sortir s’il vous plaît. » En grande pompe, avec des bijoux pour sa sœur et tout le reste, il a renvoyé son beau-frère chez lui. Or, cet Alexandre ne pouvait pas comprendre. Il est rentré, sa femme souriait. Il a demandé: « Qu’est-ce qui se passe? Comment suis-je ici? » Elle lui a dit: « Sais-tu que je t’ai sauvé avec un simple fil? » Elle lui a montré un rakhi. « Avec ce fil tu m’as sauvé? Comment? » Elle a dit: « Tu sais quel jour nous sommes aujourd’hui? C’est le jour où une sœur peut attacher ce fil à un frère et le frère doit faire ce que veut la sœur. Donc j’ai dit de l’envoyer au roi Poru et il t’a libéré. Alexandre a pensé: « Quelle sorte de gens sont ces Indiens? Si pour un fil ils libèrent un ennemi tel que moi, comment pourrais-je gouverner ce peuple? Ils se débarrasseront de moi en un rien de temps, tellement ils sont sacramentaux. » Il a dit: « Très bien, je suis désolé  » Il a amené un gars appelé Bardai, Chanda Bardai, l’a pris avec lui – c’était un poète – et lui a dit: « Maintenant, tu mets les choses en poésie car les Indiens sont des gens très subtils et je ne comprends pas comment ils peuvent libérer un ennemi aussi horrible que moi, seulement pour un fil. » Une telle confiance, une telle compréhension d’un frère pour une sœur et la sœur doit garder la confiance aussi.
Alors maintenant, quand nous nous approfondissons et voyons par nous-mêmes, nos problèmes de Vishuddhi sont qu’en Occident, on essaye toujours de se sentir coupable et d’échapper à ses erreurs.
Pour de petites, petites choses, les gens se sentent coupables parce que les normes en Occident, la vie occidentale est très rigide. Par exemple, si vous mettez une cuillère du côté opposé, terminé! Je veux dire, qu’importe le côté? Vous pouvez prendre la nourriture de ce côté et la manger. Si vous renversez du café, alors la culpabilité durera toute votre vie. Après, tout le café doit être renversé. Grands rires. S’il est chaud, cela peut arriver, un incident peut se produire. Et le cirque de la culpabilité est si grand que personne ne se corrige, et on continue simplement à se sentir coupable, coupable, coupable, coupable. Et vous commencez à passer à côté de toutes les subtilités de la vie. Surtout, selon Sahaja Yoga, se sentir coupable signifie que tout votre côté gauche est bloqué. Vous ne pouvez pas ressentir correctement les vibrations, car ici se trouve le nerf cervical sur lequel pèse votre culpabilité et elle le serre tout simplement, vous ne pouvez pas sentir le côté gauche. Vous commencez à vous bloquer sur le côté gauche jusqu’à ce que vous développiez une sorte de maladie horrible, ensuite vous en prenez conscience.

La partie plus subtile de cette Vishnumaya est qu’elle connaît la vérité. Lorsqu’elle brille, vous pouvez tout voir grâce à elle. Même pour un court laps de temps, elle expose tout ce qui est dans l’obscurité. De même, lorsque Vishnumaya commence à agir sur vous, elle expose pour vous la vérité.

Mais supposons que vous continuiez à surcharger votre Vishuddhi gauche, alors elle disparaît tout simplement. Elle ne sera plus là pour vous corriger, pour vous aider d’une quelque façon ou pour vous exposer. Ensuite, vous ne ressentirez rien. Vous deviendrez engourdis sur le côté gauche, absolument insensibles à gauche (émotionnellement). Et le côté gauche est l’indicateur de toutes sortes de maladies du côté gauche. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons un maximum de maladies du côté gauche en Occident par rapport à l’Inde. Les maladies, en Inde, sont du côté droit tandis que les maladies du côté gauche proviennent de ce Vishuddhi gauche. Alors se sentir coupable est en soi mauvais et c’est quelque chose d’imaginaire.

Or, vous vous sentez coupables pour quelque chose, à quoi ça sert de se sentir coupable? C’est juste un mythe. C’est une chose vide que vous portez sur vous-mêmes. Cela ne sert à rien de se sentir coupable. Si vous pensez avoir mal agi, faites face à cela: « Je me suis trompé et je ne le ferai plus. »
Mais si vous vous sentez coupables, voyez-vous, c’est comme de stocker des trucs ici puis de refaire la même erreur. Vous faites la même erreur encore une fois puis vous devenez immunisés, vous développez une immunité. Puis on commence à ne même plus ressentir que c’est mal, vous savez? Les gens font des choses mauvaises sans même penser que c’est mal. Même cette conscience ou – dira-t-on – cette vigilance a disparu. Ensuite, vous pensez: « Et alors? » Pour tout, c’est une très bonne réponse: « Et alors? »
C’est comme pour un ivrogne. Il commence à boire, d’abord, il se dit: « Oh, je n’aurais pas dû faire ça. » Puis il commence à boire un peu plus, puis un peu plus, encore un peu plus. En fin de compte, il se dit: « Et alors, quoi? Si je bois, c’est parfait. »

N’importe quoi de ce genre se met en place avec le Vishuddhi gauche parce que nous n’assumons pas l’erreur. Ce n’est pas vrai que cela vient de vos traditions qui ne sont pas anciennes ou autre, cela vient seulement de votre attitude. Parce que c’est l’endroit de Krishna: pour les Américains, en particulier, il est très important d’assumer leurs erreurs et de les admettre: « Très bien, j’ai fait cette erreur et je ne vais pas le refaire. »
Donc, parce qu’ils ne veulent pas les admettre, ils ont mis en place ce comportement arrogant. Je sais que sous cette arrogance, il y a quelqu’un qui se sent très coupable.
En fait, ils sont ici très collectifs aussi, très collectifs, au sens où ils s’inquiéteront pour le Vietnam, pour la Corée, pour tout. Tout ce qui se passe dans le monde les inquiète. Ce sont eux qui ont lancé l’ONU et toutes sortes de choses, voyez-vous. Tout est là. Mais malgré tout cela, cette affaire de culpabilité les rend très insensibles, très insensibles aux choses qui sont la réalité.

Tout ce qui est négatif, ils devraient l’assumer en tant que chose négative ce qu’ils n’affrontent pas: ils soutiendront un pays despotique malgré leur statut de pays démocratique, toutes les choses de ce style, pas seulement en politique, mais aussi dans la vie quotidienne.
Ensuite, cela devient un tel mode de vie! Cela devient un mode de vie, l’ensemble devient collectif. Personne ne peut venir et dire: « C’est quelque chose de mal que nous faisons et nous devrions l’arrêter. » Si quelqu’un dit cela, ils diront qu’il est fou, qu’il n’est pas bien.

Concernant Freud, Je vous disais que Freud a été dénoncé par beaucoup de gens et que des gens ont écrit des papiers, tout a été fait mais personne ne les a écoutés.
Et la même chose s’est produite avec Sahaja Yoga aussi. Ils ne m’ont pas écoutée car ils ont développé une immunité contre la réalité. Pour tout le réel, ils sont devenus immunisés. Ils ne veulent pas l’affronter: « C’est trop, beaucoup trop pour moi. » Avec ce genre d’attitude, ils ont dû trouver autre chose et pour cela, ils sont allés sur le canal droit. Avec le canal droit, ils ont développé toutes sortes de machines, la science, tout ça, tout. Mais la science n’est pas définitive, elle ne peut pas vous donner la totalité. Elle ne peut pas donner la réalité.

Donc cette Vishnumaya montre sa force. Elle fait beaucoup de choses qui font peur aux gens. Elle peut entrer dans n’importe quel élément. Elle peut s’infiltrer. Supposons qu’elle pénètre l’élément d’eau, elle peut créer un typhon. Elle peut créer n’importe quelle sorte de catastrophe. Elle peut pénétrer la Terre Mère et créer un tremblement de terre. Elle peut tout faire parce qu’elle a le pouvoir de pénétrer n’importe quoi. Vous savez qu’elle peut très facilement pénétrer la Terre Mère. Elle peut pénétrer l’eau très facilement et quand elle s’y infiltre, elle devient le catalyseur et tous ces problèmes auxquels vous êtes confrontés aujourd’hui en Amérique sont dus au Vishuddhi gauche, sont dus à Vishnumaya.
Je suis heureuse que le programme d’aujourd’hui ait été arrangé pour Vishnumaya car c’est le pouvoir que vous, les Sahaja Yogis, devriez être capables de contrôler et de vénérer, de façon à ce que Vishnumaya vous voie tous ici et qu’elle s’occupe de vous, qu’elle préserve votre vie et fasse attention à vous.

Maintenant, le plus difficile, c’est de convaincre les Américains que l’argent n’est pas tout. Vous pouvez avoir n’importe quelle quantité d’argent, vous pouvez avoir autant de soi-disant plaisirs, tout, mais pourtant, vous ne pourrez jamais être satisfaits et vous ne pourrez jamais être en paix avec vous-même ni ne pourrez générer de paix.
L’argent ne peut pas remplacer la réalité: elle est juste là.
Or, le problème c’est que les gens deviennent tellement accros à l’argent que tous les systèmes de valeur se mettent à se dissoudre. J’ai été surprise, Je connaissais quelqu’un ici qui a prostitué sa propre sœur. Alors Je lui ai dit: « Qu’est-ce que c’est? Qu’est-ce que tu fais? »
« Et alors? Nous aurons de l’argent. » Donc, tout ce qui peut rapporter de l’argent, ils s’y livrent. Il n’y a pas de chasteté, ce qui est la base, le fondement de l’être humain.

En conséquence, lorsque vous insultez la virginité de Vishnumaya, alors la « maya », c’est à dire son jeu, c’est que vous attrapiez le sida, vous attrapez toutes sortes d’autres maladies qui sont incurables et qu’on peut appeler les maladies honteuses. Parce qu’elle est la Vierge et qu’elle respecte la virginité et ceux qui s’y opposent – non pas que la virginité soit réservée aux femmes, elle concerne aussi les hommes. Car tout le monde a un problème de Vishuddhi gauche ici. Ici, l’idée c’est que le mot « virginité » ne concerne que les femmes. Ce n’est pas le cas. Même les hommes qui ne respectent pas leur virginité, leur chasteté sont attaqués par Vishnumaya de différentes manières.

Je ne suis pas surprise que Los Angeles, dit-on, soit constamment en danger à cause du cinéma que vous produisez, de toutes ces choses que vous produisez. Je veux dire, bien sûr, maintenant que Sahaja Yoga est très bien établi à Los Angeles, les choses peuvent être évitées, mais cela reste très dangereux. Car c’est l’une des plus puissantes des Shaktis, cette Vishnumaya, parce qu’elle crée l’illusion. Elle crée aussi la Maya. Elle casse aussi la Maya et elle peut brûler n’importe quoi.

Votre forêt brûle maintenant, soixante-cinq hectares de terres brûlent. Qui a fait ça? Personne d’autre que Vishnumaya. Personne n’a besoin de prendre une boîte d’allumettes pour cela. Elle peut brûler n’importe quoi et sa brûlure vous donne la sensation d’être une décharge électrique, comme si la brûlure venait d’une décharge électrique.
C’est très vrai, Je l’ai vu pour tant de cas. Ceux qui sont venus me voir avec des problèmes de Vishuddhi gauche ont dit: « Nous pensons qu’il y a une décharge électrique qui sort de là » (de l’épaule gauche) comme si c’était une brûlure venant d’un choc électrique. C’est le fait de Vishnumaya. Et c’est elle la Correctrice. Elle corrige.

Ne vous sentez pas coupables, faites face à vos problèmes. En quelque sorte, c’est quand nous cachons nos erreurs au nom de la culpabilité, c’est quand nous essayons de les camoufler que Vishnumaya les expose au niveau individuel, au niveau collectif, au niveau national, au niveau international, car elle peut tout pénétrer. Et cette pénétration lui donne un côté tellement subtil! Mais les gens ne peuvent pas relier le désastre à leurs erreurs, ils ne le peuvent pas. Ils ne comprennent pas pourquoi un tel désastre a eu lieu, ce qui s’est passé.

Il y a eu un gros typhon qui en est arrivé à un point et qui s’est soudain tourné vers Kauai. Or, pourquoi aller frapper Kauai? À Kauai, il y a un Swayambu de Shiva. C’est un fait. Les gens en tirent profit, beaucoup d’argent et trompent les gens. Il y a beaucoup de busisness au nom de Shiva. Donc Kauai a été touché, pas tant Hawaï que Kauai. Et il a tourné soudainement, personne ne peut comprendre cela. Donc toutes ces choses tonitruantes qui viennent de la nature, n’importe quoi, que ce soit un tremblement de terre ou un glissement de terrain ou des inondations ou un typhon, tout est l’œuvre de cette Vishnumaya ou, dira-ton, toutes les catastrophes naturelles sont provoquées par cette Vishnumaya. Elle a ce pouvoir de le faire. C’est la seule façon de choquer les gens. Mais malgré tous ces chocs, les gens doivent relier ces catastrophes aux erreurs qu’ils ont commises et qu’ils ont bien gardées ici [à l’épaule gauche], sans y faire face.

J’ai entendu dire par certains étudiants indiens que lorsqu’ils sont venus en Amérique, des garçons leur ont demandé de se droguer et de faire aussi toutes sortes de choses. Ils ne voulaient pas, alors ils leur ont dit: « Vous êtes des premiers de la classe, ceci, cela. » Vous savez, ils leur ont tout simplement mis dans la tête qu’ils devaient le faire. « Vous êtes des lâches. Vous ne pouvez pas le faire. » Et tout ça.
Alors certains d’entre eux ont dit: « D’accord, on va essayer. » Mais ce qui les a surpris: eux savaient que c’était mal alors que ceux qui leur avaient parlé ne l’avaient jamais imaginé. Ils pensaient qu’ils avaient été de grands martyrs ou des libérateurs et qu’ils avaient des libertés. Ils ne pouvaient pas comprendre cela.

Ce genre de liberté dont ils se vantaient était très destructrice. Ils n’ont jamais compris que c’était destructeur. Donc, une fois que votre Vishuddhi gauche est complètement coincé, vous perdez totalement le discernement de ce chakra ici, que nous appelons le chakra de l’Hamsa, et vous ne savez pas ce qui est destructif, ce qui est constructif.
Vous vous mettez à accepter ce qui est destructif si votre gauche Vishuddhi gauche est en mauvais état: une échappatoire. « Et alors? » C’est ainsi que la violence a démarré. C’est comme ça que toutes sortes de tricheries, de corruptions ont démarré. « Et alors? »
Parce que si vous faites quelque chose de mal, vous le mettez ici, terminé. Il est emmagasiné. Encore une fois, vous faites n’importe quoi, vous le mettez là et jusqu’à ce que vous deveniez totalement immunisé à toute action destructrice, vous continuez à agir ainsi.

Alors que faire pour en sortir? Pour sortir de cet état horrible où vous ne ressentez plus ce qui est mal, la chose à faire c’est seulement de se mettre à Sahaja Yoga correctement. Tout d’abord, vous devez faire face à vous-même. Si vous commencez à faire face à vous-même, vous réaliserez que vous avez commis une erreur: « Voilà donc l’erreur que j’ai commise. Ce ne fait rien, je ne vais pas me sentir coupable à ce sujet. Si jamais je devais le refaire, je ne le referai pas et je ne suis pas coupable de ce qui s’est passé. C’est le passé, terminé. »
Avec cette foi en vous-même, vous pouvez définitivement vous débarrasser de votre Vishuddhi gauche. Le problème c’est que même si Je vous dis quelque chose, Je crains que vous ne commenciez à vous sentir coupables. Je veux dire, Je vous parle de quelque chose pour votre correction, puis vous commencez à culpabiliser: « Oh, Mère me parle, alors vous voyez, j’ai fait ça et maintenant- » Mais vous l’avez fait! En ce moment, ce que Je vous dis, c’est de ne plus jamais le faire et d’y faire face. Tout ce que vous avez fait est fini, passé, complètement pardonné. Sinon Vishnumaya va prendre le relais. C’est très important parce que d’un côté il y a une « lila », c’est un jeu et « tout le monde est beau ». De l’autre, il y a la culpabilité.

Donc, nous pensons qu’en nous sentant coupables, nous résolvons tous nos problèmes. Et de ce côté nous nous amusons et ceci, la culpabilité, c’est comme un entrepôt de déchets que nous remplissons.

Mais nous ne pensons jamais à ces déchets, au mal qu’ils nous font. Voilà ce qu’il en est. Et c’est pourquoi Vishnumaya doit brûler ces déchets. Alors elle travaille à sa manière, selon sa propre maya et tant de choses se passent.
Par exemple, il y avait une femme qui était très portée sur le canal droit. Elle dominait tout le monde, mais personne n’osait le lui dire parce que si on le lui en parlait, elle vous l’aurait fait payer. Donc, personne ne voulait lui dire ce qui n’allait pas. Ils disaient: « D’accord, laissons tomber. »
Mais Je lui ai dit: « Tu vis, tu es très à droite. Tu domines tout le monde. Tout le monde te craint. »
Alors elle a dit: « Non, Mère, je ne suis pas comme ça. »
« D’accord, Je te le dis. Tu ferais mieux de me croire ou tu auras vraiment des ennuis. »
Et le jour même, elle a descendu les escaliers et elle est tombée de haut en bas, elle a chuté et tout son côté droit a été blessé. Elle est venue me voir: « Mère, vous voyez, ma main droite est cassée. Ma jambe droite est cassée. Ceci est cassé. Cela est cassé. »
J’ai dit: « Alors tu sais ce qui s’est passé? »
« Je sais maintenant pourquoi c’est arrivé. » Puis Je l’ai soignée. Elle allait bien.
Mais ce que J’essaie de vous dire, c’est qu’elle ne voulait pas m’écouter. Donc, les personnes sur le canal droit ont la capacité particulière de tout mettre ici (au Vishuddhi gauche). Donc, je dis toujours que c’est le dérivé de l’ego. Ceux qui essaient de dominer, qui essayent de se mettre en colère, de contrôler tout le monde, ils mettent (cette culpabilité) là et tout l’ensemble fonctionne contre eux.

Il faut très sérieusement comprendre que se sentir coupable, ce n’est pas tant que vous vous faites du mal, mais vous faites du mal à tous les autres.
Ainsi, cette Vishnumaya se trouve affligée par deux autres choses: l’une d’elle c’est fumer. Si vous fumez trop, alors cette Vishnumaya se met très en colère. C’est elle qui provoque alors le cancer. Elle peut abîmer votre gorge. Je veux dire que toutes sortes de problèmes d’oreille, de nez et de gorge peuvent survenir avec le tabac car elle n’aime pas cette fumée. Une fois, deux fois, trois fois- mais une fois que vous commencez à fumer, après un certain temps: « Et alors quoi? » Ils citeront tel homme de quatre-vingt-trois ans qui fume toujours. [Rires]
Vous voyez, ils citent des gens comme ça, ils ont des idéaux comme ça. Ensuite, vous avez aussi des héros du cinéma. Tel homme, voyez-vous, a assassiné sa femme. Il n’est, voyez-vous, pas inquiété. Donc, nous devrions aussi assassiner. Nous devrions aussi fumer. Ainsi, tous les idéaux qui les ont détruits deviennent nos idéaux et nous commençons à faire exactement ce qu’ils font sans savoir que nous seront aussi détruits comme ils ont été détruits.
Donc, nous devrions avoir cette compréhension des pouvoirs de Vishnumaya, que si nous essayons de continuer de faire nos erreurs et de les mettre ici (au Vishuddhi gauche), alors la première chose, c’est que nous deviendront vulnérables à toutes sortes de maladies. En plus, si vous fumez, vous pouvez également devenir très vulnérables au cancer de la gorge.

Une autre chose que les gens ne savent pas, c’est au sujet des mantras. Si vous continuez à dire n’importe quel mantra – Je veux dire qu’en Inde, il y a des gens qui chaque jour, chaque matin se lèvent et disent des mantras pendant environ, disons, cent fois, certains le disent au moins trois cents fois, cinq cents fois. Ils continuent de dire: mantra, mantra, mantra, mantra, comme ça.
Or, elle est Mantrika (celle qui maîtrise les mantras). C’est elle qui donne le pouvoir au mantra. Mais si vous n’êtes pas connectés à ce pouvoir divin, alors il y se produit un court-circuit et si vous continuez à dire ce mantra, vous développerez tous les problèmes de gorge, un cancer de la gorge. Vous pouvez développer aussi des problèmes d’estomac car Krishna et Vishnou sont les mêmes. Vous pourriez aussi développer des problèmes de Virata.

Parce que vous récitez un mantra – comme ceci, vous voyez, prenez un téléphone, s’il n’est pas connecté, si je continue à l’utiliser, le téléphone sera hors service. De même, si vous faites de faux mantras, dans le sens où les mantras, qui sont prononcés, le sont avant votre connexion au Divin, ils peuvent beaucoup alors abîmer votre Vishuddhi gauche.
Voilà le style qu’ils ont en Inde. Disons que vous soyez un homme d’affaires, en Inde. En tant qu’important homme d’affaires, vous avez gagné beaucoup d’argent, maintenant vous culpabilisez parce que vous l’avez gagné par des moyens incorrects, par toutes sortes de marché noir et ce genre de choses. Alors ils feront construire un grand temple à Vishnou. Rires
Pas de Vishuddhi, mais ils feront un très grand temple à Shri Vishnou et ils se créeront une sorte d’image de grands religieux. Ou bien ils feront du « karat » (l’aumône), c’est à dire qu’ils distribueront de la nourriture ou des choses aux gens et se sentiront satisfaits.
Là, vous continuez à commettre quantité de péchés, d’absurdités et ensuite, avec cet argent, vous faites une petite contribution à Shri Vishnou en pensant que Shri Vishnou sera très heureux et ne vous punira pas. Mais il est Kubera! Que pouvez-vous lui donner? Il est le Kubera! C’est lui qui vous donne tout l’argent qui fait tout. Alors, comment pouvez-vous donner quoique ce soit à Kubera qui est lui-même le Seigneur de la richesse?

C’est chose très fréquente en Inde. Par exemple, il y avait une « bhumidan », (légation de terrain). Je connaissais quelqu’un de très corrompu, très malfaisant. Je veux dire vraiment, il était vraiment très malfaisant et il s’était approprié beaucoup de terres des paysans pauvres et tout ça. Donc, il a offert un terrain au Mahatma Gandhi [Shri Mataji rit].
Et cette terre, cette terre bhumidan était connue, c’était Je pense, vous savez, la raison pour laquelle il l’a donnée. Cette terre était si mauvaise que vous ne pouviez même pas y mettre des cactus!
Et il disait à tout le monde: « J’ai donné tellement de terres en bhumidan, j’ai donné tellement de terres bhumidan ». Donc, il essayait de plus ou moins se justifier d’avoir pris toute la terre des pauvres et de les avoir dérobés, puis de faire ce genre de générosité. Donc, voici une autre échappatoire que les gens ont: « Faites ce que vous voulez tant qu’à la fin vous êtes généreux. »

Ce style de couverture élégante de vos erreurs peut être très trompeur. Cela ne marche pas avec Vishnumaya. Elle vous connaît totalement et si vous essayez tous ces trucs sur elle, elle montrera ses propres pouvoirs. Je dirais que tous nos problèmes du côté gauche viennent de la Puissance Vishnumaya. Elle vous punit aussi bien qu’elle expose, tout comme elle vous donne la lumière, tout comme elle vous corrige.

Avec tous ces pouvoirs de Vishnumaya, nous devrions être très reconnaissants de fêter aujourd’hui sa puja spéciale parce que Je pense que se sentir coupable est l’une des malédictions de l’Occident, en particulier des Américains.
Donc, aujourd’hui, vous devez tous promettre du fond du cœur, que le mantra est – maintenant elle comprend peut-être aussi l’anglais – vous pouvez dire: « Mère, je ne suis pas coupable du tout. » C’est tout. Si on dit cela, elle en sera très heureuse. « Je ne suis pas coupable du tout. Je ne vais pas culpabiliser. »
Une fois que vous cesserez de culpabiliser, vous ne ferez pas de mauvaises choses, car comment allez-vous le gérer? Comme vous ne le faites pas, vous ne pouvez pas le stocker en culpabilité. Alors à quoi bon mal agir? Si vous agissez mal, vous le prenez en pleine tête, vous ne pouvez plus le mettre dans votre Vishuddhi gauche. Donc vous ne ferez rien de mal. Vous comprendrez immédiatement que: « Si je dois me tromper, je dois y faire face. » Mais si vous gardez un espace ici pour y mettre votre culpabilité à la place de vos mauvaises actions, alors cela ne vous dérangera pas tant que ça.
Supposons que quelqu’un ait une petite maison, il n’y aura pas de place pour stocker. Quelqu’un apporte quelque chose, il dira: « Non, non, non, il n’y a pas de place ici. Je suis déjà complet. » C’est comme ça! [Rires]. »

Donc, le mieux est de ne pas se culpabiliser, à aucun prix. « Je ne culpabiliserai pas. Si j’ai commis une erreur, d’accord, j’admettrai l’avoir commise et je ne culpabiliserai pas pour ça. J’y ferai face. » Vous serez surpris, vous arrêterez de faire de mauvaises choses. Vous vous arrêterez certainement car il ne restera plus d’espace.

Donc, il est très important aujourd’hui de faire la puja de Vishnumaya et Je suis sûre maintenant d’être très heureuse avec la tournée en Amérique. Cette fois-ci, Je suis vraiment heureuse car Je pense que cela a très bien fonctionné dans la plupart des endroits. Et si cela n’a pas fonctionné, on ne devrait pas culpabiliser, mais affronter le problème, voir pourquoi cela n’a pas fonctionné. Le problème vient des Sahaja Yogis et de personne d’autre. Vous ne devriez blâmer personne d’autre pour cela. Voyez simplement par vous-mêmes les erreurs que vous avez commises. Ce peut-être une petite ou une grande erreur, quoi qu’il en soit, affrontez-la. Il n’y a pas de mal à dire: « J’ai commis une erreur. »
Mais si vous dites: « Désolé », cela signifie que cela part tout droit là (dans le Vishuddhi gauche). Non, « j’ai commis une erreur ». Admettre cela, c’est très gracieux, c’est très beau et très doux envers vous-même, c’est pour votre bienveillance.

Selon Sahaja Yoga, (dire « je ne suis pas coupable ») c’est l’un des plus grands mantras pour le monde occidental tout entier. Ils devraient toujours dire à tous les arbres, à toute la nature environnante: « Je ne suis pas coupable ». Votre problème écologique s’améliorera car alors vous ne feriez pas de mauvaises choses pour gâcher l’écologie, vous seriez prudents car vous polluez et vous culpabilisez: « Oh, je n’aurais pas dû faire ceci. Oh, je n’aurais pas du. » Mais pourquoi l’avez-vous fait en premier lieu ? Voilà le sujet. Alors maintenant, la prochaine fois, vous ne le ferez pas.
Beaucoup de nos problèmes seront résolus si nous les affrontons et les corrigeons courageusement. C’est possible pour les Sahaja Yogis, parce que vous êtes séparés de votre être, distanciés de lui. Vous pouvez voir votre corps, votre mental, vous pouvez voir votre ego, vous pouvez voir toutes ces choses et vous savez comment les corriger. Vous n’êtes pas cela, vous le savez, car vous êtes l’Esprit et à la lumière de l’Esprit, vous pouvez corriger toutes ces choses. Mais cette culpabilité est une chose qui vous empêche complètement de vous corriger ou de vous améliorer à ce sujet ou d’apporter quelque chose de constructif à votre mental.

Cela va résoudre de nombreux problèmes pour l’Amérique, ainsi que pour le monde occidental. Idem pour les Indiens: ils ne devraient pas penser qu’en étant un peu généreux, ils vont se débarrasser de leurs erreurs, vous voyez, ils doivent les affronter. Les Indiens ont un style différent, ils sont très intelligents, vous savez, ils savent trouver des excuses et des échappatoires.
Mais, après tout, c’est Vishnumaya. Elle vous montrera qu’il n’y a pas d’échappatoire, qu’il suffit de faire face. Pas besoin de vous condamner, pas besoin de vous dégrader ou de vous sentir inférieur, mais soyez supérieurs comme l’Esprit: « Oh, je vois, j’observe ». Moi-même, Je dirais : »Bien, Nirmala, Je vous vois très clair maintenant, tu as fait cela ».

Prenez de la distance avec vous-même. Vous pouvez parler face au miroir. Vous pouvez aller parler à la rivière ou parler à l’océan et leur dire que: « Voyez, j’ai fait cette erreur et maintenant je ne vais pas la refaire. » Vous pouvez faire des promesses à tous ces éléments.
Une fois que vous aurez fait ces promesses, Vishnumaya recevra le message et elle ne pénétrera aucun de ces éléments pour vous importuner. Donc vous devez aller dire à l’océan que « D’accord, l’Amérique n’est pas coupable de ce qu’ils ont fait. » Dites-le comme ça. Vous pouvez le dire, mais pas les autres parce que Je vous ai dit que votre génétique a évolué. Vous êtes des gens différents. Quoi que vous disiez, Vishnumaya le croira toujours et tout fonctionnera très bien.

Mais nous sommes à une époque spéciale comme Je vous l’ai dit auparavant, c’est celle du Krita Yuga, qui se trouve entre Kali Yuga et Satya Yuga. Cette époque est si importante que quelles que soient nos erreurs, nous devons les payer. C’est un « karmaphalam ». Cela ne marchera pas si on se contente de le mettre ici (dans le Vishuddhi gauche). Il faut donc avoir sa Réalisation, changer complètement la génétique et puis ensuite vous pourrez aller dire à la nature: « Très bien, nous ne sommes pas coupables maintenant. Nous avons notre Réalisation. » Et cela marchera. Je suis sûre que beaucoup de catastrophes dans ce pays peuvent être évitées grâce à vous les Sahaja Yogis.

Que Dieu vous bénisse tous!