Navaratri Puja 1993

Nirmal Temple, Cabella Ligure (Italy)


Send Feedback
Share

Navaratri Puja. Cabella (Italy), 24 October 1993.

 

English transcript verified
Traduction première vérification bc. Ver 17/10/2015.

Aujourd’hui nous nous sommes assemblés ici pour le Puja de la Devi. La Devi a de multiples formes, mais Elle est l’incarnation de la Shakti. L’Adi Shakti donne le pouvoir (shakti) à toutes ces incarnations et ainsi nous avons de nombreuses déesses à différents moments.

Elles vinrent sur cette terre et firent tout ce qui était nécessaire pour l’ascension de ceux qui étaient chercheurs. Nous connaissons particulièrement Jagadamba, Durga. Elle essayait de protéger tous les chercheurs de vérité et de détruire toutes les forces démoniaques. Car sans ascension, les êtres humains ne connaissent pas la vérité. et c’est pour cela que tout ce qu’ils essayent de faire est une projection mentale. Et cette projection mentale, décline si elle n’est pas étayée par la vérité, par le dharma. En sanskrit, on appelle cela ‘glaani’. Quand cette ‘glaani’ s’installe, alors les incarnations naissent pour solutionner le problème.

En même temps que toutes les incarnations de la Déesse, se sont incarnées beaucoup de forces sataniques. Elles s’étaient incarnées et la Déesse avait à les combattre et à les détruire. Mais ce n’était pas pour le plaisir que les forces sataniques devaient être détruites, mais parce qu’elles essaient toujours de faire tomber les chercheurs de faire tomber les saints, leur faire du mal, parfois même les détruire. Toutes ces forces destructives ne viennent pas en même temps, normalement elles viennent à des moments différents et sont faciles à manipuler.

Mais l’incarnation a pour but de sauver, de protéger les chercheurs parce qu’ils sont les gens les plus importants dans le royaume de la spiritualité. Tous les autres ne sont que poussière, bons à rien, inutiles. S’ils ne cherchent pas la vérité, aux yeux de Dieu, ils sont seulement des vies inutiles qui sont venues et finiront. Ils n’ont pas de valeur et n’ont pas de dignité, ils n’ont aucune compréhension de quoi que ce soit.

Ainsi, dans le jugement de l’amour de Dieu, il y a deux sortes de gens : les uns sont chercheurs de vérité et les autres pas. Ils peuvent être de bonnes personnes, ils peuvent être des gens sympathiques et feront beaucoup de bon travail, tel travail, travail social, travail missionnaire, ils peuvent faire toutes sortes de travaux. Mais s’ils ne cherchent pas la vérité, ils ne sont pas arrivés dans cette catégorie où Dieu doit s’incarner. Aussi essayez de comprendre le caractère précieux, l’importance des chercheurs. Et c’est cela que vous avez cherché. En pourcentage, très peu de personnes sont des chercheurs, très très peu, mais très importants parce que, disons qu’un peu d’or a beaucoup plus de valeur que des montagnes de fer. De la même façon, un chercheur a beaucoup plus de valeur dans la croissance de la spiritualité. Tout l’univers a été créé, toute l’atmosphère a été construite, toute l’évolution a été mise en place pourquoi ? Pour que les êtres humains puissent connaître la vérité.

Mais l’atmosphère moderne est une véritable malédiction, je pense que le plus grand démon, plus grand que Shumba-Nishumba. La pire malédiction est le matérialisme. Parce que le matérialisme vous rend grossier. Dans votre recherche également, quand vous vous élevez, subtilement ce matérialisme vous attrape. C’est ce que j’ai noté : quand les gens arrivent à Sahaja Yoga, bien, ils vont profond à l’intérieur d’eux-mêmes, ils comprennent ce que je dis, ils veulent avoir toute la connaissance intérieure : ce qu’on appelle ‘Atmagyan’. Atmagyan veut dire deux choses : la connaissance de l’Esprit et la connaissance de vous-mêmes. C’est ce qu’ils découvrent et ils savent ce que c’est.

Cet état est celui pour lequel les gens ont fait des tas de choses : aller dans les Himalayas, méditer dans le froid sans grand vêtement, vivre dans des grottes de quelques fruits. Ils faisaient toutes sortes de tapasyas car la recherche était si profonde, si urgente et qu’ils ne pouvaient échapper à la force de cette recherche. Mais dans les temps modernes, le matérialisme freine cette aspiration, cette consécration. C’est exaspérant pour des gens qui sont des chercheurs.

J’ai vu qu’avant de venir à Sahaja Yoga, les gens dépensent des fortunes, vont à des tas d’endroits, dans les Himalayas, au Népal, au Japon, ils vont partout. Mais après leur venue dans Sahaja Yoga, après qu’ils sont devenus l’Esprit, pour la croissance de votre nouvelle conscience, le progrès est retardé. Également on devrait comprendre que, après avoir autant couru, vous trouvez quelque chose d’aussi précieux, vous vous apaisez et vous vous sentez très satisfaits. Et c’est très bien ! Mais après ? Votre croissance ne devrait pas s’arrêter ! Et elle s’arrête pour une raison principale qui est le matérialisme. Et c’est aussi à cause du matérialisme que votre confiance en vous est diminuée.

Maintenant vous avez vu que les Dieux prient la Déesse et Elle vient et tue toutes les forces négatives. La raison en est que la ferveur du désir des Dieux l’a forcée à s’incarner. Un désir tellement sincère qu’ils pouvaient se passer de manger, se passer même d’eau et ils ont travaillé si fort pour leur ascension qui était troublée par les forces négatives. Ainsi leur appel venait du cœur, tellement désespéré, simple et sincère que la Déesse dut prendre naissance sur cette terre pour les sauver, les protéger les prendre en charge.

Mais ainsi nous voyons qu’une fois que vous avez atteint une destination vous sentez : maintenant le mieux est de s’installer. Maintenant que veut dire s’installer ? Si après la Réalisation, vous êtes complet, vous êtes dans la totalité, vous êtes absolument un avec la réalité, alors il n’y a rien à faire. Vous devenez un saint et un saint n’a pas besoin de publicité, il n’a besoin de rien, son message se répand, les gens le voient et savent que c’est un grand saint.

Tellement de saints n’ont même pas quitté leur maison. C’est un dicton courant en Inde que : « Vous ne devez pas quitter votre takiya l’oreiller sur lequel vous vous reposez ». C’était le critère d’un guru. Ceux qui cherchent doivent aller vers le guru et grimper au moins six ou sept miles, et ensuite, ou bien le guru ne reçoit personne, ou bien il peut vous gifler, il peut vous frapper ou vous faire tomber en bas de cette montagne. Il va vous tester de tant de façons. Finalement, il peut choisir une personne pour lui donner la Réalisation. Ainsi cette ferveur, cet effort désespéré était tout le temps là.

Maintenant, nous venons ainsi à Sahaja Yoga dans ces temps modernes. Parfois je ressens que Sahaja Yoga non seulement est très facile, mais aussi vous dorlote. Vous savez que vous avez votre Réalisation, vous savez que vous êtes meilleurs que les autres, que vous êtes quittes de tant de problèmes, et que maintenant vous êtes devenu maître de vous-même. Alors, le sens de la responsabilité que vous avez face à vous-même et face à votre entourage, se réduit parce que vous vous sentez très satisfait de vous-même.

L’autre jour une Sahaja yogini m’a téléphoné, en fait ils me téléphonent pour tout. Elle dit : j’ai été chez le docteur, ils ont fait une radio et ont vu que j’étais enceinte, aussi que dois-je faire pour ce bébé ? Pour une si petite chose on m’interroge ! Comment choisir le nom de l’enfant ? Pourquoi ceci ? Pourquoi cela ? Je pense que je dois faire plus de travail qu’aucun prêtre n’en a jamais fait ! Ils sont inquiets de toutes petites choses. D’accord ! Pour cela c’est d’accord. Que j’ai à vous dire ce qui doit être fait à tel sujet et ce que nous avons à faire. S’ils ratent le train, ils me téléphonent : « Mère, nous avons raté le train ! Que devons-nous faire maintenant ? » Et c’est moi qui dois leur dire de faire un bandhan. Cela aussi je dois leur dire Ou supposons que leur père soit malade, il a des troubles cardiaques. Alors ils vont me téléphoner pour dire : « Mère mon père est malade, il a des troubles cardiaques, il n’est pas Sahaja yogi, que pouvez-vous faire ? ». Et Mère doit mettre Son attention sur le père qui n’est pas Sahaja yogi. Pour de toutes toutes petites choses ils m’écrivent. Des choses vraiment toutes petites, vous ne pouvez imaginer leur incompréhension de pourquoi Je suis ici. Et pourtant, Je n’ai jamais dit que c’était une chose stupide, je n’ai jamais dit de ne pas gaspiller Mon temps, jamais.

Mais maintenant, il faudrait comprendre que si vous ne vous valorisez pas vous-mêmes en tant qu’âmes réalisées, vous ne pouvez pas donner non plus de valeur à Mon temps ou à ce que Je suis. Cette incarnation peut être gaspillée complètement à cause d’une attitude matérialiste. Dans ces temps modernes, je ne sais pas ce qui a dérapé avec les êtres humains, parce que la chose la plus importante dans cette vie devrait être votre ascension et votre croissance. Essayez d’avoir une vision élevée de l’ensemble de la chose. Pourquoi cet Univers a été créé, pourquoi vous avez été créés en temps qu’êtres humains, quelle était l’utilité de toutes ces choses, pourquoi elles ont été faites ? Si vous avez une vision très élevée de l’ensemble, essayez de localiser votre position : où suis-je ? Comment le divin m’a-t-il sélectionné et maintenant je suis devenu un Sahaja yogi ? Et ainsi maintenant quelle est ma responsabilité, voilà ce qu’on doit voir.

Mais au contraire, j’ai vu des gens qui déménagent. Alors ils Me téléphonent et demandent : « Mère devons-nous prendre notre chaise ou pas ? ». Cela montre qu’ils ne se donnent pas de valeur ni à eux-mêmes, ni à Moi-même. Parce qu’ils posent des questions aussi petites, aussi mesquines, il est impossible de comprendre comment des Sahaja yogis peuvent poser de telles questions.

Dans cette perspective, nous pouvons voir la Déesse : Elle est venue sur cette terre sous différentes formes, à différents moments, pour sauver les chercheurs de vérité et mettre en œuvre l’ascension de chercheurs de vérité. Pouvez-vous comprendre ? Il y a une très grande différence dans l’incarnation de la Déesse avant le Kali Yuga. Parce que maintenant, il y a une très grande différence : c’est que vous êtes venus sur cette terre pour être Sahaja yogis. Vous devez avoir un corps, un mental, des sensations, tout qui soient simplement chargés de spiritualité, chargés de votre spiritualité. Cela devrait être ainsi normalement à cause du nombre d’années dans le passé où vous avez cherché Dieu. Alors que vous arriviez ici, quelle coïncidence ! Alors quoi ? Maintenant que vous avez un si grand avantage d’être arrivés à Sahaja Yoga à cause de votre recherche et maintenant vous en avez trouvé la satisfaction, quelle est la responsabilité que vous avez ? C’est que l’incarnation est venue sur cette terre, pas seulement pour vous protéger, vous nourrir et tuer les démons, non ! elle est venue sur cette terre pour vous parler de tout ce qui est le plus subtil à l’intérieur de vous et vous dire comment vos relations devraient être aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Vous n’avez jamais été connecté avec la vérité, vous n’avez jamais été connecté avec ce pouvoir omniprésent, vous n’avez jamais été connecté avec Dieu Tout puissant. Il faut donc comprendre : « Quel grand événement s’est passé que de Moi seulement, cette Kundalini est sortie et est venue toucher les centres les plus hauts. Comment ? » Ceci ne se passait pas auparavant, les chercheurs étaient seulement protégés, la Déesse s’occupait d’eux. Mais jamais il n’a été écrit que la Déesse ait donné la Réalisation aux gens, jamais ! Elle est responsable, Elle peut donner la Réalisation, c’est un de ses noms. Pas un nom mais au moins dix noms disent qu’elle vous donne votre Nirvana, votre liberté qu’elle vous amène à votre liberté. Toutes ces choses sont écrites et maintenant ce qui se passe c’est que les gens n’ont pas encore été capables de saisir la valeur de leur vie dans ces temps modernes.

Voyez la façon dont les gens dont les gens posent des questions, ce dont ils s’inquiètent, ce par quoi ils sont troublés : « Maintenant mon enfant est grand, que dois-je faire ? Qu’est-ce que vous feriez ? ». L’enfant est grand, mettez-le à l’école, faites ce que vous voulez ! « Mère, voudriez-vous s’il vous plaît dire où mettre l’enfant ? » « Avez-vous vu l’école, Mère ? » – Non. Alors vous devez aller inspecter l’école ! Imaginez Kali faisant cela ! Je vous dis qu’elle vous aurait donné une bonne paire de gifles ! N’importe qui aurait dit cela, qu’en auriez-vous fait ? Mais une Mère doit travailler jusqu’à ce point de détail. Je sais que vous ne voudriez pas faire cela pour votre propre enfant. Mais quand cela arrive aux enfants, qu’est-ce qu’ils font ? Encore le matérialisme.

Aujourd’hui spécialement est le très grand jour du Dussehra. Comme vous le savez c’est le jour où Ravana fut brûlé. Des effigies de Ravana sont brûlées partout. Quand Rama arriva, c’était fait, Sa victoire, mais Sa victoire, ce n’était pas d’avoir fait des Sahaja yogis ou d’avoir donné la Réalisation. Non ! Sa victoire était d’avoir tué Ravana. Ce fut fait à ce moment en préparation de maintenant, pour l’événement d’aujourd’hui. Ce fut fait il y a très longtemps, parce que les jours allaient venir où le système de valeur serait fondé sur la victoire de Shri Rama. Mais ce n’est pas arrivé. Ce n’est pas arrivé à cause de cette Incarnation de Mataji Nirmala Devi qui est très différente, porteuse d’illusion, Mahamaya. Ainsi vous êtes laissés à vous-mêmes, vous faites ce que vous aimez. Tout ce que vous aimez, vous pouvez le faire.

Aussi on me demande : « Mère, nous avons un problème ». Je demande quoi ? « Nous ne savons pas quelles chaises acheter ». Pour chaque petite chose, on en réfère à Mère. Mais pour les choses importantes jamais ! Il y a une sorte d’habitude folle qui s’est créée. Ce qui est grand, si important est utilisé pour quelque chose qui n’a aucun sens.

Ainsi, voyez la différence entre les incarnations. Une incarnation vient pour sauver les gens, pour les sortir de la Maya. Tandis qu’une autre est venue, non pas seulement pour parler, mais pour vous donner la Réalisation et ensuite pour veiller sur vous dans toutes vos petites choses. Aussi quand cette dame Me téléphone et Me demande « Mère que dois-je faire, s’il vous plaît, guérissez-moi. C’est une attitude très différente entre les bhaktas anciens et ceux d’aujourd’hui. Une très grande différence. Je lui dis : « Vous ne m’avez jamais demandé si vous deviez faire ceci ou pas. Cela n’a pas d’importance. Maintenant quoi que vous ayez fait, il vaut mieux que je voie l’enfant, que je m’en occupe, le remette en ordre, et tout, mais vous venez. » Mais alors Je réalise que cette femme est terriblement attachée à son enfant ; Je téléphone au leader qui me dit « C’est un attachement terrible, il y a un terrible attachement à son enfant ».

Et ainsi on va d’un non-sens à un autre non-sens. Cette Incarnation a une telle variété de travaux à faire. Même les 64 kalas, les 64 compétences de Ganesha ne sont pas suffisantes pour résoudre ceci. Pourquoi est-ce si compliqué ? Après la réalisation, il devrait y avoir une marche droit en avant vers votre but et vers votre croissance. Mais pourquoi est-ce qu’un non-sens aussi compliqué est toujours en train de vous troubler ? Qu’est-ce que vous voulez ? Quoi demander ? Qu’est-ce que vous voulez ? Je veux un enfant. Après Sahaja Yoga, vous ne devriez rien vouloir. Pourquoi est-ce que vous voulez un enfant ? Il y a tellement d’enfants dont vous pouvez vous occuper. « Je veux » s’en va. Cela devrait sortir de votre mental ces « je veux ceci », « je veux cela ».

C’est fini maintenant, ce que vous voulez est votre Réalisation. Ensuite ce qui s’est passé c’est que maintenant : Ce que Je veux maintenant est plus important. Et Je veux que vous réellement détaché du matérialisme. Cela ne veut pas dire que vous deveniez comme des Hare Rama, Hare Krishna. Non, non, non, ils ne sont pas détachés. Ce sont des gens très attachés. Mais le détachement est un état dans lequel rien ne peut vous lier, rien n’est important. La chose la plus importante est votre ascension spirituelle. Rien ne peut vous attirer plus que cela. C’est exactement ce que Je voulais que les Sahaja yogis comprennent.

Comparés aux Sahaja yogis par quoi sont passés les autres chercheurs. Quand je lis cela, c’est vraiment terrible. Ici, tout est agréable, venez, appréciez la bonne nourriture, la bonne compagnie, il y a un festival, tout est bien, rien ne manque. Et si quelque chose manque, c’est Moi qui dirai aux organisateurs « Qu’est cela ? vous auriez dû faire ceci, vous auriez dû faire cela.

Maintenant, nous arrivons à un point que nous devons comprendre : qu’est-ce que nous voulons ? Quelle est l’utilité de tuer Shumba et Nishumba ? Quelle est l’utilité de tuer cette église catholique ? Pourquoi ? Parce que vous êtes statiques, vous êtes englués à une place, pas de progrès. Donc, pourquoi faire toutes ces choses que vous faites tout le temps, de détruire toute cette négativité ? Quel est le but ? Tout le monde dit : « Mère, Vous leur avez donné la permission. Vous leur avez donné l’autorisation, et maintenant ils font à leur idée. » L’autre jour, une jeune femme est venue à moi. Son enfant était très malade. Je lui demande si elle médite. Elle se tait. Je lui dis : Je peux relever que vous ne méditez pas parce que je sais ce qui est. Que vous ne méditez même pas.

Mais la chose importante aujourd’hui est que c’est un jour de Dussehra le jour où les gens sortent passent les limites de leur village et amènent l’or pour les parents C’est l’histoire, c’est comme cela. Maintenant, ce que vous avez à faire, c’est passer les limites du matérialisme, cette force insensée, rabougrie, qui travaille sur vous et que vous avez à transcender et comme je le disais à faire venir l’or qui est incorruptible des frontières de Sahaja Yoga.

Combien d’entre vous sont réellement sur le champ de ce travail. Combien d’entre vous parlent de Sahaja Yoga aux autres gens ? Qu’est-ce que vous faites à ce sujet ? Pourquoi dois-je vous parler de cette façon et non aux indiens, parce que leur attitude est différente. Leur attitude n’est pas matérialiste mais spirituelle. Ils veulent leur ascension spirituelle pour laquelle ils ont souffert beaucoup. Ils changent leurs habitudes simplement pour arriver à cet état où ils peuvent aisément s’en remettre. Cet état de « Surrender » doit arriver.

Par exemple vous avez un problème, disons le problème que vous n’avez pas de congés, et vous voulez venir au Puja. Je donne juste un exemple. Maintenant si vous voulez venir au Puja, simplement vous venez. Non seulement vous aurez un travail, mais vous pourrez avoir une promotion. Mais vous n’avez pas de confiance en votre ascension. Vous n’avez pas la certitude que vous êtes les choisis. C’est ce qui manque à cause du matérialisme.

Récemment en Amérique nous avons un très grand Sahaja yogi, Dave D. Je lui dis : « Dave, ce serait mieux que tu prennes en charge le leadership de l’Amérique parce que ce gentleman n’est pas OK et tu devrais prendre les choses en main. » Immédiatement il a dit d’accord Mère. Maintenant il vit à Honolulu, nos programmes et tout sont faits de Los Angeles et cela paraissait étrange que je lui demande de venir et de travailler ici.

Maintenant où sommes-nous ? Nous sommes le peuple qui a été béni avec tous ces pouvoirs. Nous avons été bénis, mais nous ne voulons pas mettre en pratique, nous ne voulons pas découvrir les pouvoirs que nous avons. Et nous nous inquiétons pour nos enfants, pour le sari nous allons porter ou à propos du leader et ce que nous ferions à propos du leadership. Toutes ces choses ne vont pas nous aider, nous ne sommes pas ici pour cela. Essayez de comprendre que nous sommes ici pour devenir l’esprit et ensuite pour répandre la lumière de l’esprit. Rien d’autre n’importe.

Une fois que vous commencez à faire cela. Vous serez stupéfaits la confiance fonctionne. Ce n’est pas une confiance aveugle. Vous n’avez même pas à me parler, simplement cela fonctionne. C’est une question de quelques jours pour obtenir beaucoup de résultats concernant ce que vous avez désiré ardemment : des choses matérielles, superficielles. Vous pourriez en avoir, mais la question reste. Quelqu’un, disons, veut comme on dit, dédier sa vie pour Sahaja Yoga. Que faire alors ? Que faites-vous si vous dédiez ? La première chose est votre confiance. Vous devez savoir comment est votre confiance en toutes choses. Vous croyez vraiment en quelque chose ou non. Si vous y croyez, qu’est-ce que vous avez fait pour cela ?

Donc à ce stade, vous devez vous introspecter. Qu’est-ce que vous faites ? Qu’est-ce que nous allons faire ? Jusqu’où avons-nous à aller ? C’est un moment très important et vous êtes des âmes extrêmement importantes assises ici. Mais si vous ne valorisez pas vos propres systèmes et vous-mêmes, pourquoi Dieu se préoccuperait-il de vous ? Pourquoi Dieu essaierait-il de vous donner des idées ? Pourquoi essaierait-il de prendre aucun intérêt même en vous, personnes de cette sorte ?

Ainsi, maintenant je dois juste vous dire qu’en ce jour de ce puja, il y a un tel arrangement que Je sois ici pour Dussehra, et aussi, c’est, on peut dire le dernier jour du Devi puja. Nous devons voir à l’intérieur de nous, introspecter, qu’avons-nous fait pour Sahaja Yoga ? A part m’occuper de mes enfants, cuisiner pour le mari, c’est tout. Les hommes peuvent aussi penser de la même façon : qu’avons-nous fait ? Qu’avons-nous fait pour Sahaja Yoga ? Simplement, je veux rencontrer des politiciens, je veux rencontrer cette personne-ci, celle-là. Pour quoi ? C’est eux qui devraient venir vous rencontrer ! Mais votre confiance en vous-mêmes est très faible. Je pense que c’est la raison principale de toute cette chute, c’est la confiance en vous-mêmes. Cette confiance est une telle chose que vous savez que c’est ainsi.

Vous avez vu mes photographies, vous êtes convaincus. Il n’y a rien à vous convaincre, mais la confiance n’est pas une avec votre cœur. Ce n’est pas avec votre être, c’est extérieur. D’accord, Mère fera cela, Mère va résoudre ceci, Mère va faire cela.

Mais la chose est que maintenant, pour Moi il me semble que Je dois obligatoirement vous dire que vous devez faire divers ‘tapasyas’. Vous demandez à quelqu’un : médites-tu ? « Non Mère, clairement, non Mère, nous ne méditons pas ». « Alors qu’est-ce que vous faites ici ? « J’ai une douleur dans le genou alors je viens à Vous. Mais d’accord, je ne médite pas, je suis honnête, je ne médite pas. J’ai ces douleurs dans le genou, s’il-vous-plaît, soignez-les. Je ne médite pas. »

Combien d’entre vous méditent véritablement tous les soirs ? Guido m’a dit : « Mère si vous leur parlez comme cela, ils vont dire, le soir d’accord, mais pas le matin, parce que Mère a dit le soir. »

Il n’y a pas de sérieux. Il n’y a aucune sorte d’enthousiasme à ce propos. D’accord, si ce n’est pas aujourd’hui, nous verrons demain. Mère a dit que ce n’est pas nécessaire, ce n’est pas important, c’est OK. Ainsi vous êtes satisfaits de vous-mêmes. Mais qui est le perdant ? Pas Moi ! Je n’ai pas besoin de Sahaja Yoga. Je fais tous les tapas pour votre Sahaja Yoga. Et vous pourquoi est-ce que vous faites des tapas ?

Maintenant J’essaie de vous dire que vous avez votre réalisation, maintenant, vous avez atteint le grand stade de la compréhension, et aussi de la connaissance intérieure et aussi de votre connexion avec l’Esprit, avec Dieu tout-puissant. Vous connaissez toutes ces choses et beaucoup d’autres. Et malgré cela ce n’est pas encore ce que cela devrait être dans votre cœur, depuis votre plus pressant désir.

Cela n’a jamais aidé personne de se tromper soi-même, jamais. Aussi, je ne parle pas pour X, Y, Z, je parle pour tous. N’essayez pas de vous leurrer vous-même. Vous êtes ici dans un but si élevé. Le but est de vous corriger et de vous donner la liberté de votre mental face à ces forces destructrices insensées et ensuite de le répandre partout, d’en parler partout.

Ma propre conviction est celle-ci : que quelque chose doit arriver aux Sahaja yogis pour réaliser à quel point il est important de mettre en œuvre quelque chose qui est en nous, potentiellement, juste en train de bouillonner hors de nous. C’est une responsabilité, que vous soyez juifs, chrétiens ou n’importe quoi, cela n’a pas d’importance, c’est tout extérieur à vous.

Vous êtes arrivés dans un nouveau royaume de conscience, dans un nouveau royaume d’une vie plus haute où vous savez tout de votre être intérieur, où vous savez tout à propos du bien et de ce qui ne l’est pas. Tout, après avoir connu tout ceci, si aussi vous ne grandissez pas, qui allez-vous blâmer ?

Maintenant nous venons au point qu’il faut comprendre l’importance de Kaliyuga où Mère est ici pour vous aider et aussi pour prendre soin de vous tendrement, doucement, pour tout vous dire. Vraiment, Je ne peux être fâchée sur vous pour plus d’une minute. Et pour vous expliquer en douceur ce que vous auriez dû faire et ce que vous pouvez faire, ce que vous devez faire. Toutes ces choses, en réalité, Je vous en aurais parlé tout le temps. Je vous ai amenés doucement et vous ai expliqués, et vous ai dit : ceci est votre propre pouvoir qui est en vous, que vous devez gérer et élever, De plus vous avez tant de livres et autres façons de comprendre cela.

Mais cette connaissance intérieure que vous avez est quelque chose comme : j’ai la connaissance, disons pour construire ces choses, mais je ne le fais pas. Aussi simple que cela. Juste, je ne le fais pas. Je sais comment, d’accord. J’ai mon doctorat, mais je suis fou. C’est ainsi.

Tant de Sahaja Yogis sont mentalement très forts, Je sais, mais pour la pratique de Sahaja Yoga, ils ne sont pas là. Donc Je vous mets en garde maintenant : c’est comme le Christ a dit : « Des graines ont été semées, sont tombées sur le chemin, ont séché et sont mortes. » Maintenant le jugement est en route en permanence. Quand Je vous parle le jugement est en route. Donc chaque soir vous devez méditer. Et vous devez penser à ce que vous avez fait ce soir, ce jour, ce que vous avez achevé pendant toute cette journée.

Mais ils sont si calculateurs : « Supposons que j’aille là à 5 heures, mais je dois être rentré à 7 autrement je manque l’objectif, je ne verrai pas cette personne-ci ou celle-là. » Donc tout fonctionne ainsi, fonction du temps, fonction de choses insensées. Ce qui doit fonctionner c’est votre foi : que je vais faire les choses vraies, sensibles, terre-à-terre et je vais rester absolument, extrêmement libre et et je ne vais pas prendre soin de mon seul être intérieur mais de l’être intérieur des autres.

Aujourd’hui ce Puja spécial est plus « à droite », Je dirais, Dussehra est in Puja à droite parce que vous vénérez Shri Rama, son arc et tout. Mais pensez à cette incarnation.  Il a passé 14 ans en prison pour une raison particulière. Si quelqu’un va en prison pour un seul an, c’est une catastrophe. On peut dire, ce n’était pas la prison mais une forêt, mais pour Lui c’était une prison. Il était le fils d’un roi. Il n’avait pas de place pour vivre, dormir. Où qu’il aille, il devait construire sa petite hutte. Donc il y alla. Il devait le faire. Pourquoi ? Pourquoi l’a-t-il fait ? Parce qu’Il avait confiance en Lui. Il était Shri Rama A coup sûr, Il avait à faire cela. Il avait confiance en Lui et en Dieu tout-puissant que tout ce qu’il faisait, c’était la volonté de Dieu, et c’est ce que Je dois faire. Terminé.

Cela m’est égal de faire face à Ravana, ou ceci ou cela, ça m’est égal. Je suis un Sahaja Yogi, cela m’est égal. Mon travail est de répandre Sahaja Yoga, très bien. Mon travail est de me nettoyer et de me connaître. C’est ma tâche, mon travail et c’est ce que je dois faire. Cela ne me dérange pas si j’ai cette inscription dans l’école ou pas. Cela ne me dérange pas si quelqu’un doit prendre l’avion, s’il a un ticket ou pas. Vous n’en croirez pas vos yeux, si vous manifestez votre foi en vous-même, vous aurez cette inscription, ce ticket.

Tout ce que vous voulez est là. Tout est là. Vous ne devez pas faire des efforts pour cela. Vous ne devez pas vous tracasser, c’est juste là. C’est là ! En fait, toute Ma vie s’est passée comme cela. Ma foi est solide comme le rocher de Gibraltar, bien sûr. Parce que Je sais qui Je suis et ce que je suis supposée faire. Donc pour Moi, Je n’ai pas de problème. J’ai toute la foi et Je connais tout le monde. Et Je peux dire que Je peux saisir un oiseau en vol. Je peux ne pas le montrer, Je peux le dire parfois, très bien : Ceci est bien, ceci est cela, mais Je sais avec certitude qui Je suis et ce que Je dois faire. Pareillement vous devez vous connaître car vous êtes d’une différente catégorie de personnes.

Vous n’êtes pas ceux qui ont besoin de la protection de Dieu, ou de la protection de la Mère, non ! Vous êtes ceux qui devez protéger les autres. C’est vous qui devez donner la lumière aux autres. Leur montrer le chemin. Vous êtes là pour cela, pas pour avoir une maison, ou comme vous dites, des allègements d’impôts. Vous n’êtes pas là pour cela. Oubliez ce non-sens. A coup sûr, ils devront vous donner cet allègement. Moi, Je vis ainsi, absolument.

Je ne suis pas dérangée si Je voyage, si J’aurai un ticket ou pas, un siège ou pas comme vous dites. Je ne suis pas dérangée. Pas dérangée du tout. D’accord Je voyage. Je ne pense même pas que Je voyage. Je pense juste que Je suis là, c’est tout. Et Je dis tant de choses qui semblent si pompeuses, si pleines d’égo, comme Je dis : « Cette église catholique va finir ». J’ai dit cela. Si cela avait été quelqu’un d’autre on aurait dit : « Peut-être ».

Maintenant il faut changer son propre langage, son style. Et comprendre que nous sommes un peuple dur. Nous sommes durs pour nous-même. Et plaisants, tendres et doux avec les autres. Mais pas pour nous-mêmes.

Une fois, il s’est fait que nous déménagions et nous sommes allés dans une maison, très grande au demeurant, mais il n’y avait rien pour dormir. Il y avait un lit, très petit où dormait mon mari. Il ne peut juste pas faire cela. J’ai dit « d’accord, c’est le challenge ». J’ai dormi sur le sol. Le lendemain, mon corps Me faisait mal. J’ai dit à Mon corps, « Tiens-toi. Tu dois apprendre aussi à dormir sur le sol. » Et pendant un mois J’ai dormi sur le sol.

Donc vous devez être dur avec votre corps. Dur avec votre mental qui vous donne des idées matérialistes, ou qui retardent votre progrès spirituel. Maintenant des échappatoires les gens en trouvent.

Et finalement, vous arrivez au dernier stade, où vous ne pensez plus disons, à la vie matérielle vous ne pensez plus à la vie mentale ou à ces vies dites spirituelles, ou n’importe, mais vous pensez que c’est bi, vous êtes libre et vous êtes devenu maintenant une personne très, très libre et vous pouvez faire ce que vous voulez. Supposons, vous atteignez un stade où vous dites simplement : « Oh j’ai atteint ce stade, fini ». Comment allons-nous vous croire ? Quelle preuve que vous avez atteint ce stade ? Vous devez le montrer. Vous ne montrez pas mais vous dites « Nous y sommes ».

Il y a aussi un mythe en Sahaja Yoga : Ce senior, c’est un ancien yogi. Mais Je ne comprends pas. Qu’est-ce que cela ? Comment peut-on parler d’ancienneté dans Sahaja Yoga ? L’ancienneté ne peut exister, pas question. Disons : quelqu’un entre dans la mer. Il y en a d’autres qui depuis des âges, attendent au bord de la mer, accrochés à la terre car ils ont peur de nager. Mais d’autres, arrivés hier seulement, pourraient sauter, y aller et s’amuser dans la mer. Alors qui est le senior ? Donc cette histoire d’ancienneté n’existe pas en Sahaja Yoga Il n’y a pas d’ancienneté. Et il y a aussi un autre mythe. C’est une excuse peut-être, Je ne sais Que dire ? C’est une chose très courante que dire C’est un ancien Sahaja Yogi ou Après tout, c’est un ancien Sahaja Yogi. Je ne peux comprendre. Comme de parler d’un âne : « C’est un âne senior. Cet autre ne l’est pas ».

Autre chose dont vous souffrez beaucoup une chose très commune : « Mère a dit que ». Quelqu’un dira : « Oh Mère m’a dit, Elle m’a appelé et Elle l’a dit. » « Qu’a-t-elle dit ? » « Oh vous êtes un grand Sahaja Yogi. Vous êtes ceci, cela, cela. »

En fait il y a deux possibilités. Peut-être Je lui ai dit pour l’induire en erreur. Je suis Mahamaya. Peut-être lui ai-Je dit pour dorloter son ego pour qu’il se mette à Sahaja Yoga et fasse quelque chose de mieux que de s’en prendre à moi. Voilà : « Mère a dit que » Un si grand Sahaja Yogi, Je suis ainsi et ainsi : des mots grandiloquents, il utilisera des mots pompeux. Et les gens de dire : « Ah quel Sahaja Yogi ! »

Donc le jugement d’un Sahaja yogi ne vient pas de ce qu’il proclame mais de ce qu’il réalise. J’ai aussi vu des Sahaja Yogis très arrogant. Très arrogants, Ils s’y croient. Tout est là. J’ai vu tant de Sahaja Yogis de la sorte, très, très arrogants ? qui essaient de faire un grand show avec les grands yogis qu’ils sont. Humpty Dumpties comme peut les appeler D’accord. Maintenant un Sahaja Yogi qui n’est pas comme cela quel est son style ? Il va juste regarder, être témoin de l’ensemble apprécier et rire de ce qui se passe. C’est quoi cet homme qui parle ainsi ? Que veut dire de parler comme cela ? Un Sahaja Yogi, c’est une perle. Une perle que vous emmenez partout, à toute place Les gens diront que c’est une pierre précieuse.

Mon style, c’est que quand Je vois quelqu’un ou un Sahaja Yogi n’importe où, d’abord, Je rentre en Moi, D’abord. Je ne sais si vous pouvez faire cela. Moi oui. Et Je vois cette personne dans une perspective très différente et Je comprends. Car tous ces pouvoirs sont aussi à vous. Ce ne sont pas Mes seuls pouvoirs, vous tous les avez maos la seule différence entre vous et Moi c’est que j’ai toute confiance en Moi et vous n’avez pas confiance en vous.

Donc nous sommes au croisement où vous avez à comprendre qui ira plus haut et qui ira plus bas. Vous devez trouver qui va réussir quelque chose et où je suis comparé à lui ? Il est dit : « Vous devez souffrir, vous devez faire ceci, faire cela. » Rien du tout par la grâce de Dieu. Rien de cette sorte.

Et maintenant quoi ? Que va-t-il arriver à un Sahaja Yogi ? Comment saurez-vous qui est Sahaja Yogi et celui dont le discours est de pure forme ? La seule façon est que vous évoluez, vous devenez comme un miroir et vous voyez quelle sorte de personne il est. Egalement vous vous voyez vous-même, ce que vous êtes.

Le discours d’aujourd’hui est plus une sorte de, en réalité, un discours absolument inspiré. C’est celui qui devrait vous dire que tout ce que nous avons fait aujourd’hui est de comprendre notre propre valeur, de notre propre vie. Et comprendre : « Pourquoi sommes-nous sur cette terre ? » Quel est notre but et que devons-nous réaliser ?

Voyez, Je vous donne toutes Mes bénédictions de tout Mon cœur. Et Je veux que vous acceptiez Mes bénédictions, pour être les grandes lumières du désir de Dieu. Essayez de comprendre à quel moment important vous êtes nés et que vous devez devenir le bon, le beau peuple de Dieu.

Que Dieu vous bénisse !