Shri Mahamaya Puja – Nous sommes tous dans Son corps

Auckland (New Zealand)


Feedback
Share

Shri Mahamaya Puja, Auckland (Nouvelle Zélande), 10 Avril 1994.

 

Traduction Vérif1 – Version 31/5/2015

Aujourd’hui est le premier jour, le jour de la Nouvelle Année selon le calendrier des Shalivahans qui étaient Mes ancêtres. Dans tout le Maharashtra, c’est considéré comme le jour du Nouvel An et le meilleur jour pour commencer quoi que ce soit.

Donc aujourd’hui J’ai décidé d’avoir un Mahamaya Puja. Je n’ai jamais parlé de Mahamaya en tant que Telle, ni ne devais en parler ou en discuter. C’est un secret comme ils disent. Je dirais que c’est la base de Sahaja Yoga car cela décrit que, lorsque la Déesse, la Shakti, entre dans le Sahasrara, Elle est la Mahamaya – Sahasrara Mahamaya – déjà décrite.

Elle doit être la Mahamaya, ce qui signifie qu’Elle devra Se camoufler Elle-même totalement. Personne ne devrait être capable de La reconnaître en tant que la Déesse pour commencer. Et même s’ils obtiennent la Réalisation, ils ne devraient pas en atteindre la connaissance totale. Il y a beaucoup de raisons à cela.
La première raison à cela, c’est le travail [à accomplir]. Le travail de Mahamaya était de donner la Réalisation. Si maintenant J’étais venue sur un tigre avec une épée dans la main, personne ne serait resté auprès de Moi. Vous auriez tous couru loin de Moi. Et si la Déesse était venue sous n’importe quelle autre forme, Elle n’aurait pas pu faire ce qu’Elle était supposée faire. De plus, si Elle était venue sous la forme de la Mère du Christ ou Sita ou vous pouvez dire Fatima, Elles ont toutes écourté leur vie. Je veux dire qu’Elles devaient s’éloigner de ce monde si tôt. Elles ne pouvaient pas faire un quelconque travail en tous les cas.

Maintenant ce travail, ce travail difficile de donner la Réalisation aux autres, est très compliqué. Il doit marcher de telle manière que personne ne ressente qu’il est accompli par une grande personnalité, ou ne ressente une grande crainte ou peur.

Donc il devait y avoir une Incarnation de la Mahamaya dont les gens pouvaient s’approcher.
Il y avait également un avantage, de très grands avantages que, lorsqu’une simple personne qui est juste une maîtresse de maison commence à donner la Réalisation, alors les gens en sont épatés. Aussi ils vont penser : « Si Elle peut le faire, pourquoi pas nous ? Après tout, Elle est juste une maîtresse de maison ordinaire. Donc c’est très bien. Si Elle peut faire quelque chose, nous pouvons le faire aussi. » Donc vous voyez, ils ont confiance en eux-mêmes et, en étant une Mère, Elle accomplit Sa part d’amour, Sa compassion.

Mais la plus grande qualité est la patience. Vous voyez, aucun d’eux n’a eu autant de patience, aucune de toutes ces Incarnations qui sont venues. Je dirais que vous avez vu comment Elles ont disparu rapidement de cette Mère Terre sous l’une ou l’autre excuse. Mais Moi Je devais rester, Je ne sais pas combien de temps, mais cela doit être fait jusqu’à un certain point, ce travail de donner la Réalisation.
La troisième raison était que vous deviez être identifiés dans Mon corps, dans les cellules de Mon corps. Mais c’est une tâche des plus difficiles car si on suppose que l’un d’entre vous devient stupide, idiot, querelleur ! Tout ce que vous faites, n’importe quelle petite chose, cela Me heurte. Cela doit être comme ça. Mais Je ne pense pas à Moi-même. Je pense toujours à vous. C’est ainsi une indication pour Moi que quelque chose est allé de travers quelque part. Quelqu’un est en train de faire quelque chose de mal à quelqu’un. Certains Sahaja Yogis sont torturés, certains sont malades. N’importe quelle chose comme cela, J’y travaille très intensément et intimement.
Récemment, seulement aujourd’hui, ils M’ont dit que quelqu’un avait attrapé une méningite en Australie. J’ai immédiatement donné un bandhan. Je suis sûre qu’une telle personne devrait être guérie si elle avait foi en Moi et si elle est dans Mon être. Ou, quand quelqu’un est malade quelque part, ils Me le disent et cette personne est sauvée. Ils appellent cela un miracle. Ce n’est pas un miracle. Ce n’est pas du tout un miracle. A nouveau ce sont les bénédictions de la Mahamaya qui sont comme cela.

Vous ne pouvez pas voir comment vous êtes à l’intérieur de Moi. Vous ne pouvez pas voir votre réflexion en Moi. Vous ne pouvez pas le voir. C’est ceci la Mahamaya. Voici la partie secrète de cela que vous ne connaissez pas. Et alors, quand Je sens votre douleur, et si J’essaye de M’occuper de cela parce que J’ai le pouvoir de guérir, alors vous guérissez. Vous ne savez pas comment ça se passe.

Ce que vous ressentez collectivement, Je le reçois dans Mon corps. Par exemple, si vous avez collectivement un Vishuddhi gauche, Je le reçois. Si vous avez, disons, un Vishuddhi droit, Je le reçois. N’importe quel chakra où vous avez un blocage collectif, Je reçois ce problème et Je dois le résoudre parce que cela Me fait des problèmes. Donc Je le résous. Devoir le résoudre est compulsif pour Moi. Maintenant, vous voyez, en faisant cela vous pourriez penser : « Mère, nous Vous provoquons des problèmes. » Vous ne le faites pas. C’est à Moi d’agir. Je vous ai pris en Moi-même. Vous ne l’avez pas fait. Donc vous n’avez pas à vous en préoccuper comme si vous M’aviez créé des problèmes. Il s’agit de Ma propre action, de Mon propre travail, de Ma propre responsabilité. Et si Je l’ai fait, c’est fait car Je suis supposée le faire. C’est le travail que J’ai à faire. Donc il n’y a pas de quoi se sentir mal à ce sujet.
Mais maintenant, quel en est le but ? Comme Je vous l’ai dit, c’est pour que Je puisse devenir proche de vous et Je n’ai pas besoin d’une sorte de, de vous remplir de peur et de crainte, ou même d’un sentiment que Je ne suis pas un être humain.

Je Me comporte exactement comme un être humain. Je réagis exactement comme les êtres humains et tous ces pouvoirs sont cachés en Moi-même. Jusqu’à ce que vous soyez une âme réalisée, vous n’allez pas comprendre. Quoi que vous puissiez faire, vous ne comprendrez pas. Ou peut-être que vous avez eu votre Réalisation dans votre vie précédente ou peut-être aussi que vous avez effectué de si incroyables punyas, que vous pouvez Me reconnaître. Il y a des gens comme cela qui ont fait ça. Mais afin de rendre ceci en quelque sorte plus agréable pour vous, Je devais devenir absolument un être humain. Donc Je Me suis mariée, ai eu des enfants, des petits-enfants et Je vais faire des courses comme vous voyez. Les gens sont surpris de ce que Je boive du Coca-Cola. Je suis supposée ne pas en boire ! Ou bien Je mange du popcorn. Cela les surprend. Mais Je dois être juste comme vous. Mais à l’intérieur, Je ne le suis pas. Je le suis à l’extérieur.
Vous voyez, Mon attention est telle qu’elle pénètre en tout et Je Me souviens très bien de chaque petite chose. Ma mémoire est très bonne, même à cet âge. Donc vous voyez, cette attention elle-même est très pénétrante et, quand elle pénètre, elle transporte avec elle tous les pouvoirs qui sont nécessaires et elle agit. Je dirais que c’est une machinerie extraordinaire qui est très subtile et effectue des miracles. Alors vous commencez à Me dire qu’il s’est passé un miracle, qu’un autre miracle a eu lieu. Rien n’est un miracle car, si vous êtes tous dans Mon corps et si Mon corps est divin, alors est-ce un miracle ? Tout cela est de la communication. Tout comme cette main-ci peut communiquer avec cette main-là, Je communique avec vous.
Mais une chose est sûre, c’est que vous ne devriez pas vous perdre avec cette rupa [belle forme] de la Mahamaya. C’est une chose très dangereuse car, une fois que vous êtes perdu : « Oh, Mère, après tout » – vous voyez, comme cela – alors cela n’agit pas, cela ne réussit pas. Ce n’est pas quelque chose de désinvolte. Cependant Je désire vivre Moi-même très négligemment pour montrer que Je suis désinvolte, mais Je ne le suis pas. Alors que vous, vous ne devriez pas traiter votre attention avec insouciance, car cela ne va pas marcher parce que vous êtes dans Mon corps. Disons que chaque cellule dans Mon corps est au courant et chaque cellule a un réflecteur. Je ne connais pas cela mais vous le savez, il y a un réflecteur en nous qui agit sur le contrôle à distance. Donc cela travaille avec un contrôle à distance aussi sur votre attention. Si votre attention n’est pas en bon ordre, cela la corrige.

Cela vous remet en place. C’est la meilleure façon pour nous de faire évoluer les êtres humains. Il n’y avait pas d’autre moyen hors celui-ci car l’attention des gens est dans sa totalité sur le monde entier et pas encore sur l’Esprit. Mais soudainement ils reçoivent une vision fugitive de ce qu’il pourrait y avoir quelque chose au-delà.

Tellement de religions sont survenues, tellement en ont parlé. Ainsi ils peuvent parler à ce sujet, ils peuvent en discuter mais la conscience que nous devons être l’Esprit n’est encore que parmi très peu de gens et ceux-ci sont appelés les chercheurs de la vérité alors que le reste des gens ne le sont pas. Ceux-ci sont occupés avec ceci ou cela : « Oh, Je suis très heureux. Je suis très heureux avec moi-même. Vous vous réjouissez de vos vacances et moi je me réjouis de mes vacances. » Ils parlent ainsi.
Donc, dans ces circonstances, on devait venir camouflé, entrer en eux comme – vous voyez ils sont comme des ennemis, Je dirais, des ennemis de l’Amour de Dieu – donc vous devez entrer en eux comme un espion, en vous camouflant vous-même, vous voyez, et les faire danser ici, ici et là, les laisser se perdre un peu ici et là, les laisser voir par eux-mêmes parce que, vous voyez, la Mahamaya vous le permet.

En fait il y a certains Sahaja Yogis qui ont quitté Sahaja Yoga, s’en sont allés. J’ai dit : « Très bien, s’ils sont partis, c’est une très bonne chose, un bon débarras des mauvais déchets. Cela n’a pas d’importance. » Et ensuite ils reviennent à nouveau : « Mère, ceci et cela nous est arrivé. Quelqu’un a attrapé ceci et cela. Il nous est arrivé un accident, ensuite quelqu’un est tombé malade. Quelqu’un est très malheureux. Nous avons rompu notre mariage. » Toutes sortes de choses leur sont arrivées et, quand ils parlent comme ceci, Je veux dire, quand ils agissent ainsi, Je souris juste.

Il s’agit donc d’une mauvaise pièce de monnaie. D’accord, cela n’a pas d’importance. Ils reviennent à nouveau dans Sahaja Yoga mais ils se retrouvent plus à l’arrière que les autres. Cela revient mais lentement. Ils sont venus parce qu’ils ont souffert. D’une certaine façon c’est un bon exemple pour les autres pour lesquels nous désirons qu’ils ne souffrent plus.

Les souffrances ne proviennent en aucune façon de la Mahamaya. Au contraire, une fois que vous M’avez appelée la Mère, vous voyez, il y a une attention protectrice sur vous. Quand vous vous comportez mal, vous dépassez toutes les limites et autres, alors cela agit sur vous. Cette action a eu lieu dans de nombreux cas. Certains d’entre eux sont revenus. Certains sont encore suspendus alentour et font de mauvaises choses car ils ont fait des choses terriblement mauvaises et ils savent qu’ils seront découverts.
Maintenant, la pire chose qui arrive dans Sahaja Yoga, ce sont les gens qui essayent de faire de l’argent sur Moi parce qu’ils savent que Je ne comprends pas l’argent, Je ne comprends pas les affaires bancaires et Je suis très mauvaise dans ce domaine. Mais Je ne le suis pas ! Je sais tout. Je connais tout à propos de chacun. Ils Me mentent. Je sais qu’ils Me racontent des mensonges, mais c’est permis. Faites ce que vous voulez dans Sahaja Yoga. Vous, vous-même, vous allez payer pour cela.

Il y a quelque chose de si grand avec cette Mahamaya rupa que, directement, Je n’ai rien à dire. Vous ne savez même pas que c’est fait. Quand cela arrive, ils viennent en courant près de Moi : « Mère, cela s’est passé. » En fait Je n’ai rien fait directement ni indirectement mais, une fois que vous sortez de la protection de votre Mère, toutes les forces négatives sont autour de vous qu’également vous ne voyez pas parce que vous êtes en partie aveugle. Vous ne pourriez pas voir votre Mère ni également ces forces négatives. Alors vous tombez dans la tentation de leurs discours, de leurs biens, de quoi que ce soit, ou peut-être dans un genre de culture paradoxale comme vous avez ici.

Vous pouvez succomber à cela. J’ai connu quelqu’un dans Sahaja Yoga qui est parti maintenant et actuellement il boit beaucoup et il fait toutes sortes de choses. Donc une telle personne s’est perdue à cause de ses actes. Je ne lui fais absolument rien.
Si vous êtes avec Moi, si vous êtes en Sahaja Yoga, vous êtes protégé, on s’occupe de vous. Mais vous devez vous y tenir, avoir la foi et, même s’il y a un quelconque problème, il va être résolu. Mais, ceux qui en sont sorti, qui vont au-delà de Mon atteinte, alors ils souffrent. Cela même indirectement, Je dirais. Je ne leur fais du mal en aucune façon parce que J’ai décidé de ne faire du mal à personne. Cela Je l’ai bien décidé. Spécialement ceux qui M’appellent ‘Mère’, Je ne désire pas leur faire du mal. Mais ils sont frappés. Sans aucun doute, ils sont très fortement frappés.

Donc, si cela est arrivé, alors relevez-vous juste : « D’accord, cela n’a pas d’importance. Mère pardonne à chacun. Si c’est arrivé, c’est arrivé. C’est une leçon pour moi. Il y a eu quelque chose qui a causé cela et maintenant je suis de retour. » Et ensuite vous devenez parfois un meilleur Sahaja Yogi que beaucoup d’entre eux.
Cette sorte d’événement est très commune dans chaque pays. Mais vous voyez, Je sens que toute cette culture est si paradoxale. Toute la culture est si paradoxale et, tout ce pour quoi on paie, est quelque chose de laid et d’insensé. Tout ce qui est sale et dégoûtant, on paie pour ça et c’est accepté. C’est très paradoxal parce que cela va à l’encontre de l’accroissement de la spiritualité. D’un côté vous êtes spirituel, vous désirez être spirituel, et de l’autre côté, vous avez cette culture paradoxale qui vous abaisse jusqu’à l’enfer.
C’est pareil à une histoire que Babamama M’avait racontée. C’est une histoire très intéressante. Il a dit que certaines personnes ayant accompli des tas de punyas, sont alors emmenées au paradis où ils ont vu que chacun était en méditation et s’en réjouissait vraiment.

Ils ont dit : « Qu’est-ce que ceci ? On a aussi fait cela avec Sahaja Yoga. Quelle est l’utilité de faire à nouveau cela ici ? Nous devrions avoir quelque chose d’autre, alors allons jeter un coup d’œil en enfer. »

Donc ils descendirent pour voir l’enfer et, à l’extérieur, ils avaient toute cette culture paradoxale de femmes et d’hommes nus qui dansaient, se battaient, criaient. Des choses sales et dégoûtantes se passaient là. Alors ils dirent : « Cela semble différent, vous savez ! » Alors les gens qui agissaient ainsi leur demandèrent : « Pourquoi êtes-vous ici ? » Ils répondirent : « Nous sommes venus ici seulement pour voir l’enfer. » « Oh, très bien. Il y a des judas. Vous regardez à travers eux. »

Donc ils avaient ces très grands judas au travers desquels ils ont commencé à regarder. Alors, par un judas, ils virent que des gens étaient placés dans une sorte de matière sale, de pus et ceci et cela. Par un autre, qu’ils étaient mis dans des déjections, ceci, cela. Par un autre, dans une sorte de boue hors de laquelle ils ne pouvaient pas sortir, s’y débattant. Ensuite par un autre où des gens étaient brûlés dans de l’huile bouillante et certains étaient battus. Il y avait des serpents et des scorpions et ceci et cela.

Ils dirent : « Qu’est-ce que tout ceci ? » « C’est l’enfer que vous vouliez voir. Ceci c’est l’enfer. Si vous désirez y aller, vous pouvez aller là. » Alors ils leur demandèrent : « Mais vous, que faites-vous ici ? » « Ceci c’est le département publicité pour l’enfer. »

Alors ils retournèrent en courant vers le paradis et demandèrent pardon : « Nous ne désirons pas, nous ne voulons pas de cet enfer. Nous en avons eu assez ! »
Donc pareillement à cela, vous voyez, le monde entier est un camouflage. Si vous le percevez, ceci est un anti-Mahamaya.

Alors ils disent que cette Maya a été créée par Dieu. Non ! La Maya que Dieu a créée, est ce monde, tout cet univers et tout cela. Mais cette vie d’illusions est créée par les êtres humains. Absolument au travers des projections de leurs cerveaux et de leurs capacités mentales, ils ont projeté cela parce que l’argent est tout.

Si l’argent est tout, si vous devez obtenir l’argent d’une manière ou d’une autre, alors faites ce que vous voulez. Et chaque jour vous lisez dans le journal, Je veux dire, des histoires horribles sur la façon dont les gens veulent faire de l’argent, comment ils veulent vendre leurs filles, leurs épouses. Tout est très bien à partir du moment où vous en retirez de l’argent. Tant que vous pouvez faire de l’argent, rien n’importe.
Donc voici l’une des illusions que les êtres humains ont créée et que vous appelez : « la Maya de l’argent » avec également tout son cortège de la richesse, des possessions, du matérialisme. Tout est créé par les êtres humains et cette création du matérialisme vous réduit alors à une personnalité impliquée dans tous les actes insensés. Tout est bien parce que, si l’argent est bien, alors le matérialisme est bien !

Par exemple la façon dont les gens sont venus en Amérique – les Espagnols – et ont tué là tellement d’aborigènes. Ensuite les Anglais sont également venus et toutes sortes de gens sont venus ici en Amérique. La façon dont ils ont torturé est quelque chose à quoi vous ne pouvez pas penser, la façon dont les êtres humains peuvent se comporter ainsi envers des gens ordinaires qui sont juste des personnes simples vivant dans les jungles. Comment pouvez-vous leur faire une telle chose, si horrible, que vous pouvez appeler un génocide ? Ils ont réellement fait une chose terrible. Nous en savons plus sur ces Allemands, la façon dont ils se sont comportés récemment.
Mais même à ces époques-là, ils avaient l’habitude de faire toutes sortes de choses. Et la nature, qui est une Maya de Dieu, comme elle est en sursis !

Il y avait des gens en Amérique et en Amérique Centrale. Ces gens, près du fleuve Mississipi dans le Missouri, ont longtemps été appelés ‘les cous rouges’. Il doit se souvenir de cela. Et parce qu’ils étaient appelés ‘cous rouges’ par les noirs, ils avaient pris l’habitude de tuer tellement de noirs, de pendre leurs enfants à des arbres, de jeter leurs corps dans le fleuve, parfois de les noyer, de faire toutes sortes de choses aux noirs sous le couvert qu’ils étaient blancs, étaient supérieurs et des choses de ce genre, se comportant plus mal que des animaux. Et vous savez que des déluges sont survenus là, de terribles torrents d’eau sont venus et ces flots ont noyé ces cous rouges au-delà de leurs cous et tellement sont morts. On pourrait demander : « Comment cela a-t-il pu se passer ? » C’est ce qui s’est passé !
Je vais vous donner un autre exemple, vous voyez, c’est la façon dont les Américains ont traité tous ces Boliviens et Colombiens, en leur achetant tout à très bas prix, comme du blé et tout cela, à très bas prix. Ceux-là en retiraient juste le minimum de profit alors que les Américains le revendait le double du prix et gagnaient de l’argent. Tout ceci était vraiment criminel à faire à n’importe quel point de vue mais ils l’ont fait.

Je suis allée en Colombie – Je ne sais plus qu’elle année c’était, en 1978 ou par là – et un homme est venu à la soirée. J’étais là avec Mon mari. Il M’a dit : « J’ai entendu que Vous êtes une personne élevée et sainte venant de l’Inde. Pouvez-Vous nous donner quelques bénédictions pour que nous battions joliment ces Américains et les voyions partir ? Car, de la façon dont ils nous exposent à la pauvreté et tout cela, ce sont des gens horribles. » J’ai dit : « Pourquoi voulez-vous les battre ? » « Non, ils en ont besoin, sinon ils ne seront pas des gens bien. » J’étais juste dans une soirée et Je ne désirais pas discuter de cela, « D’accord ! »
Et vous savez que cette cocaïne est survenue là. Et si vous regardez maintenant cet endroit – Je suis allée à Bogota avec Mon mari – c’était comme un bidonville, absolument comme un bidonville fabriqué avec des boîtes de conserves et ceci et cela. Maintenant il y a là de très grands buildings et des escalators et tout alors qu’ils avaient l’habitude de transporter le pétrole avec des charrettes d’ânes. Pouvez-vous l’imaginer ? En si peu de temps, c’est devenu un pays si grand, et pas seulement cela, mais maintenant toute l’Amérique est effrayée par eux, même l’Australie.

Les drogues sont prises par les Américains eux-mêmes. A Washington il y a tellement de dépôts de drogues qu’ils ne savent pas quoi en faire, et même les sénateurs prennent des drogues. Pouvez-vous imaginer ? Je ne serais pas surprise qu’un jour Mr. Clinton atterrisse avec de la drogue, car c’est une telle mode. C’est quelque chose de si fantastique pour eux. Vous allez à n’importe quelle soirée de gens haut placés – où Je dois parfois Me rendre – ils parlent seulement de drogues, vous voyez : « Vous en voulez ? Quelle drogue voulez-vous ? » J’ai répondu : « Je n’aime aucune drogue. » « Non ? Si vous voulez, vous pouvez en obtenir à bon prix vous savez, si vous allez là et en prenez là. »
Ils en discutent lors des soirées huppées. Ils parlent aussi des gurus, vous voyez, quel guru vous voulez : « Il y a une vente en cours chez tel et tel guru. Vous pouvez y aller marchander. » Comme cela ! Vous savez, tout cela est si stupide, Je vous le dis.

J’ai dit : « Ces gens sont si immatures, pires que des enfants ! » Ils n’ont pas grandi, seulement en âge. Ils ont peut-être fait de bonnes choses dans le domaine de la mécanique et toutes ces choses, mais cela n’a rien à voir avec la progression de votre personnalité, et c’est pourquoi Je les trouve juste pareils à des nains d’après l’attitude qu’ils ont envers les choses. Et pratiquement chacun doit avoir pris des drogues, chacun sauf les Asiatiques peut-être pas, parce que maintenant J’ai appris qu’il y a deux gènes qui protègent les Asiatiques tandis que les gens de peau blanche ne possèdent pas ces gènes protecteurs.
Au cours du discours l’autre jour, Je leur ai dit qu’il y a deux gènes protecteurs trouvés seulement chez les Asiatiques, c’est-à-dire les Chinois et les Indiens. Tous les autres gens ne possèdent pas ces gènes pour les protéger. Ils sont donc vulnérables à toutes ces choses insensées utilisées et ils s’y adonnent très aisément. Je Me demande à chaque fois comment ces gens biens et éduqués, Je veux dire même des gens du niveau de Mon mari, se montrent stupides comme cela. A chaque fois ils vont amener une nouvelle épouse.

Un jour l’un d’entre eux a amené une épouse qui avait à peine vingt ans et cet homme en a au moins septante. Je n’étais pas au courant. Mon mari M’a pincée. Il a dit : « C’est sa femme, d’accord ? Ne parle pas d’elle comme sa petite fille. » J’ai l’habitude de cumuler les gaffes à ces soirées. Des gens si absurdes viennent comme cet homme de septante ans avec une jeune femme de vingt ans ! Je veux dire que vous ne pouvez jamais penser qu’elle puisse être son épouse, tout au plus une belle-sœur, tout au plus. Mais Je pensais que c’était sa petite fille, alors il M’a pincée et M’a dit : « Ne dis pas cela. »
Vous voyez, c’est comme ça. C’est un monde si paradoxal que, si vous venez de Sahaj [de ce qui est spontané et pur] vers ceci, vous vous demandez : « Que se passe t-il ? Que font-ils ? Que se passe t-il avec eux ? »

Et maintenant, enlever ses vêtements ! Est-ce quelque chose de grand d’enlever ses vêtements, vous voyez ? En Suisse, qui est un pays si froid, Je portais Mon chandail, Mon manteau, en couvrant Ma tête et portant des chaussettes chaudes, tout cela parce qu’ils ont dit : « Sortons juste pour une promenade. » On est donc descendu. Il y a là un lac appelé le lac Lausanne (SM veut dire ‘le lac Léman’). A Lausanne, il y a un très grand lac. Donc, comme d’habitude, Grégoire s’est hâté pour voir comment était la situation à cet endroit. Il est revenu à double vitesse. Il a dit : « Non, non, Mère. Vous ne pouvez pas aller là. » J’ai demandé : « Pourquoi ? » « Non, Vous ne pouvez pas. Je suis désolé. Vous ne pouvez pas. Partons. » Toutes les femmes installées là avaient les seins nus.
Vous connaissez cela. En Australie et même en Nouvelle Zélande, il y avait des matches de cricket. Ils sont supposés être de très bons joueurs de cricket. Et, lorsque nous avons allumé la TV, les femmes étaient là les seins nus. Nous l’avons fermée. Nous ne pouvions pas voir cela.

Et on M’a raconté que maintenant ils perdent au cricket. Ils vont vraiment perdre, comparés aux virevoltants joueurs indiens qui sont des garçons jeunes et innocents, vous voyez, très jeunes, vingt-vingt et un ans. Ils vont devoir perdre parce qu’il n’y a pas d’innocence, pas de chasteté, pas de respect. Avec les femmes assises les seins nus, comment peuvent-ils gagner ? Là ils insultent juste la Déesse. Comment peuvent-ils gagner ? Ils ne peuvent pas gagner ! Et un jeu comme le cricket est complexe. Je ne sais même pas si dans aucun jeu ils peuvent gagner parce que cela distrait complètement l’attention.

Mais pourquoi se montrent-elles comme cela ? Toutes les femmes essayent-elles de devenir des prostituées ? Quel sens y a-t-il là dedans ? Je ne peux pas comprendre. Et c’est quelque chose qu’elles ne comprennent pas. Si vous leur parlez comme cela, alors : « Vous voyez, on m’a dit que Mme Thatcher a dit ouvertement que, dans cette culture-ci, les femmes doivent exposer leur corps. » Il y a un tel paradoxe. Je ne peux pas comprendre. Ils montrent ici la Sainte Vierge comme étant la personnalité sublime et ils montrent ici des femmes qui sont nues. Elles veulent devenir la Sainte Vierge ou que veulent-elles devenir ? Et des gens comme ceci, des gens horribles comme ce Michael Jackson – c’est ce qu’il est – sont si appréciés parce qu’ils amassent de l’argent. Je veux dire, voyez juste ce paradoxe. Pouvez-vous dire que ceci est un pays avancé où les idées sont si, si basses ? Comment cela se peut-il ?
Après être venu à Sahaja Yoga, vous pouvez voir pour vous-même qu’ils deviennent vôtres, ces gènes protecteurs établis en vous. C’est ce qui se passe dans Sahaja Yoga. Alors soudainement, vous avez abandonné tout ce non-sens. Vous ne voulez plus de tout cela maintenant. En fait, si vous regardez cela adéquatement d’un point de vue logique, vous voyez sans la Maya ce non-sens. Si vous voyez ça, vous pouvez logiquement comprendre que c’est mal.
Voyez, pourquoi vous sentez-vous alors jaloux d’un autre homme ou d’une autre femme ? Vous vous sentez jaloux. Cela signifie que vous voulez juste rester en vie, n’est-ce pas ? Des gens ont été assassinés ! Des femmes ont tué des hommes ou des femmes parce qu’elles étaient jalouses ! Si c’était naturel et normal, et si cela procurait de la joie, vous ne vous sentiriez pas mal à l’aise à ce sujet.

Toutes ces choses devraient être comprises logiquement, le fait que nous n’aimons pas que ceci arrive. Ou que ceci arrive à votre propre fille, vous pouvez ne pas apprécier. De nos jours, il y a des gens qui aiment cela, même pour leurs filles. Mais actuellement, aller à cette limite d’attitude comme, disons, une personne qui va faire quelque chose à sa fille, aujourd’hui toute la société est contre cela. Mais peut-être demain, avec cette Maya, cette horrible Maya-démoniaque qui est anti-Maya, va y arriver et peut-être que cela ne gênera plus personne. Cela se peut ! Si vous ne tenez pas cela correctement entre vos mains, ce côté de la culture Sahaj, Je ne sais pas ce qui va arriver. Si vous lisez les journaux chaque jour, vous ressentez réellement du vertige, vous ne comprenez pas dans quelle Maya ces gens se sont perdus.
C’est donc de l’anti-Maya. Parce que Mahamaya est venue, alors l’anti-Maya est venu. Il y a cinquante ou soixante ans, ce n’était pas aussi moche, Je peux vous le dire. Une fois de temps en temps, les gens faisaient quelque chose d’insensé mais maintenant, c’est rampant. Maintenant, c’est devenu une mode. C’est pire que cela, c’est que c’est accepté comme une mode et si vous ne la suivez pas, alors vous êtes rejeté. Vous devez vous tenir dans la maison de fous. Vous devriez voir cela clairement parce que, maintenant, vous êtes entré dans la Maya de Dieu. ‘Maya’ signifie également ‘amour’, ‘l’amour de Dieu’, et dans cette Maya vos yeux devraient s’ouvrir et voir quelles horribles choses – ceci, cela – ils font, quel est ce disco !

Vous savez qu’ils ont apporté le disco en Inde et évidemment certains garçons, qui étaient en fait des Musulmans, étaient riches et ils amenaient des filles jeunes parce que, dans le disco, la loi était que vous devez amener votre partenaire – des filles jeunes qui étaient adultes, qui n’étaient peut-être pas adultes également – et ils commençaient à leur donner à boire de l’alcool et elles étaient perdues. Les parents ne les accepteraient plus. Elles devaient aller dans les bordels ou étaient vendues ou Je ne sais pas ce qu’il leur arrivait. C’est la réaction dans ce pays. Peut-être qu’un jour, elles seront acceptées. Un jour nous aurons la même situation parce que cela possède un effet tellement dominant.

Et voilà pourquoi la Maya de Dieu est telle. Ceci, toutes ces belles choses qui sont ici, vous pouvez ainsi vous perdre dedans, vous pouvez les voir, vous pouvez les filmer, vous pouvez les peindre. Mais non, ils ne sont pas intéressés ! Ils vont rendre également ceci laid. Ils vont rendre chaque représentation laide. Ils vont apporter de la laideur à chaque visage.
Donc ceci est l’anti-Maya qui se trouve là et, à cause de cela, vous avez besoin d’une Mahamaya pour corriger ça et résoudre le problème.
L’entièreté du travail Divin dépend de vous, où que vous soyez. Combien vous êtes n’est pas le point important mais bien, où que vous soyez, combien vous êtes intenses, combien vous désirez y réussir, combien vous voulez y apporter votre attention. Comment vous allez le faire, est très important, parce que vous devriez comprendre votre responsabilité.
Ce monde est en train de se noyer et Je sens qu’au moins 80 % des gens vont être détruits, Je pense réellement que 10 % vont rester suspendus entre les deux dans les limbes et 10 % seront des Sahaja Yogis, de la façon dont cela évolue en Occident. Peut-être en Inde ou peut-être pas. Je ne peux pas dire. En Inde, Sahaja Yoga bouge très rapidement. Egalement en Russie et tous ces gens du Bloc de l’Est y sautent juste. Je ne sais pas comment ils M’ont découverte si aisément. Ils disent que Mon visage en est manifeste. Je ne sais pas ce qui les fait penser à cela.
L’autre maya est celle du pouvoir. Et s’ils peuvent éviter le pouvoir de l’argent, alors ils essayent d’avoir du pouvoir sur les territoires, sur les terres, ceci, cela. Cela les a rendu également extrêmement fous dans le passé mais maintenant ils se battent tous pour des terres insensées qui ne leur appartiendront jamais. Elles restent ici de façon permanente et éternelle, mais les combats continuent.

Ensuite, au nom de la religion, ils se battent pour cet endroit-ci, cet endroit-là, ou ils se battent, disons, juste pour changer leur religion ou obtenir plus de gens dans cette religion. Je ne sais pas ce qu’est leur idée de la religion. La religion est-elle destinée à cela ? Pensez-y juste ! Personne ne pense comme cela. A quoi est-elle destinée ?

Donc à nouveau ici, la Mahamaya doit agir, et la Mahamaya travaille de cette façon qui est d’intégrer toutes les religions. Elle montre que toutes les religions sont les mêmes, ont la même spiritualité. Elles se sont développées sur le même arbre de spiritualité.

Au lieu de rendre les gens spirituels, elles les ont tournés vers l’argent ou vers le pouvoir. Je veux dire qu’il s’agit du sens contraire. C’est comme si l’arbre grandit vers le bas ou quelque chose d’absurde que vous ne pouvez pas expliquer et qui est une chose illusoire. Cette illusion est appelée ‘Maya’. Et cette illusion attire beaucoup de gens. Cela les attire et c’est ce qui Me désole. Si quelque chose est illusoire, alors ils vont courir après cela comme après un mirage et, finalement, ils sont détruits.
Ainsi ce que vous voyez, juste une image actuelle, c’est que finalement pas plus de 10 % de gens seront sauvés, tout au plus. Et ceci est une affaire très triste parce que cela a demandé tellement d’efforts pour créer les êtres humains, pour les rendre bien, les rendre sensés, et maintenant ce que vous trouvez, c’est qu’ils vont tous être détruits. C’est trop à supporter, trop d’y croire, mais cela va arriver si vous, vous ne vous y mettez pas sérieusement et réussissez.

Pour vous également, il ne devrait pas y avoir d’illusions car beaucoup d’entre vous sont des plus occupés avec d’autres choses. Pour vous, les autres choses sont plus importantes que Sahaja Yoga.

Mais quoi que vous fassiez, vous pouvez y apporter Sahaja Yoga. Dans n’importe quoi, vous pouvez amener Sahaja Yoga. J’ai dit qu’en politique, dans l’agriculture, dans la vie sociale, dans votre travail, partout vous pouvez amener Sahaja Yoga. Par votre propre comportement, votre propre intelligence, vous pouvez apporter Sahaja Yoga dans tous les domaines auxquels vous devez y penser : « Où pouvons-nous apporter Sahaja Yoga ? Où pouvons-nous y réussir ? »

Et voilà ce que c’est que de rentrer dans la Maya de Dieu, c’est de vous libérer de toutes les illusions qui sont fausses, qui ne vous permettent pas de voir ce qui est juste et d’entrer ensuite sérieusement dans le côté productif de Sahaja Yoga. Pouvez-vous imaginer combien Sahaja Yoga est productif, combien les miracles agissent, combien ce Pouvoir Divin est anxieux d’aider malgré toute cette Mahamaya et tout cela ?
Maintenant Je vais vous donner l’exemple de Mon petit-fils car ces derniers temps nous avons eu une grande Maya sur lui. Il était – Je lui avais dit : « Tu sais, tu ferais mieux de ne pas aller à Cambridge. » J’ai ajouté : « Ils ne donnent pas les admissions normalement et, de plus, ils enseignent plutôt des choses théoriques, ce qui n’est vraiment pas bien pour toi. Tu vas te morfondre stupidement là-bas, alors n’y va pas. »

Il ne voulait pas M’écouter. Alors il a marqué son accord sur ceci : « Très bien, si j’obtiens mon admission dans ces grandes universités en Amérique, alors j’irai. » Mais il n’a pas essayé. Absolument pas. A la dernière minute on lui a envoyé une demande et il l’a envoyée. A la dernière minute !

Ils ont répondu : « Vous ne pouvez pas venir. La raison en est que vous devez préparer cet examen-ci, l’examen du SAT, cet examen-là. » Et alors il a pris peur, vous voyez, quand il l’a appris : « Mon Dieu, je pensais que c’était si facile d’aller en Amérique. Mais ce ne l’est pas. » Même avec une garantie de paiement, ce n’est pas aisé. Alors il a commencé à penser : « Pourquoi ai-je pensé à Cambridge, tellement à Cambridge ? Là c’est pareil, c’est pareillement aussi difficile. » A partir de là, il a voulu aller au SAT, s’asseoir là pour passer un examen mais en fait il ne pouvait s’y présenter qu’après six jours et J’ai pensé : « Comment va-t-il y aller ? Il ne peut même pas se préparer en six jours. » Donc ils ont dit : « Vous ne pouvez pas venir ici pour le SAT. »

Il était en fait installé en Inde. Il ne savait pas quoi faire. Il disait encore : « Je vais essayer à nouveau d’aller à Cambridge, etc. » J’ai dit : « Maintenant, oublie cela. »
Il ne M’écoutait pas. Alors il fut très désappointé. Il Me téléphona pour dire : « Je pense que si je dois aller en Amérique, j’irai dans une bonne université, sinon cela ne sert à rien d’aller dans une université à bon marché, je pourrai alors avoir une meilleure éducation en Inde. »

Donc J’ai dit : « D’accord. » Ensuite J’ai donné un bandhan parce qu’il voulait aller à l’étranger et apprendre quelque chose. Voilà bien. Pouvez-vous imaginer que cela a marché comme un réel miracle ? L’université lui a écrit qu’il était admis inconditionnellement. Personne n’avait rien fait. Personne n’avait rien écrit. Rien du tout. Et ils ont dit cela. Aucun d’entre eux ne peut comprendre ce qui s’est passé, comment ils ont obtenu une admission inconditionnelle. Donc, vous voyez, c’est un miracle. Mais, avant cela, cette Maya devait être jouée, sinon il n’aurait jamais vu l’importance de cela.
Ainsi, également dans vos vies, joue une telle Maya quand vous ne voulez pas faire ce qu’il convient : « D’accord, faites-le ! Vous faites ceci? D’accord faites-le, faites cela. » Finalement vous apprenez une leçon. Je ne dis pas non si vous dites : « Mère, Je veux faire ceci. » « D’accord, allez-y ! » « Je veux faire cela. » « Oh, allez-y, faites tout ce que vous voulez ! » Si Je vous trouve sympathique, Je peux vous dire : « C’est mieux de ne pas le faire. Cela ne va pas vous aider. » Mais ensuite, lorsqu’ils subissent une complète désillusion, alors ils vont adopter la bonne décision, en venir à la bonne chose parce que, voyez : « Laissons-les essayer avec leur liberté propre » mais alors ils réalisent que : « Ce que Mère a dit, était juste. J’aurais dû faire cela. D’accord. »
Donc voilà ce qu’il en est. La Maya est pareille à ça, de vous laisser faire ce que vous aimez. Vous utilisez votre liberté. Vous allez de places en places. Faites ce que vous voulez faire. Tout ce que vous pensez qui est adéquat, vous le faites. D’accord. Ceci fait partie de la Maya, mais Mahamaya est Celle qui vous ramène, vous ramène à la normalité, vous ramène à la réalité, pour comprendre. C’est à ce moment-là que vous comprenez Mahamaya.

Comme Je dirais qu’ont fait les Russes. Comment ont-ils compris que Je fais un plus grand travail que Einstein : « Voyez, qui est Einstein ? Il travaille juste la matière. Vous, Vous travaillez sur les êtres humains. Réalisez-Vous cela, Mère ? » Pour eux, Je suis plus élevée qu’eux tous, plus grande qu’eux tous, ce qui est également un fait, Je dois dire. D’une certaine façon c’est un fait, de la manière dont le travail est fait, mais cela ne signifie pas qu’il y a là quelque chose pour avoir de l’ego à ce sujet parce que, si Je suis faite comme cela, Je le fais ! Qu’y a-t-il là de si spécial ? J’ai été pareille à ceci, donc Je suis comme cela. Qu’y a-t-il de si spécial à ça ? On devient fier et on ressent de l’ego seulement quand vous pensez que vous faites quelque chose bien au-delà de vous. Vous voyez, tout est là. Je l’ai déjà reçu.
Voyez maintenant cette tente qui est destinée à donner de l’ombre. Maintenant, si elle donne de l’ombre, devrait-elle avoir de l’ego ? Le soleil est destiné à vous donner de la lumière. S’il donne de la lumière, il donne de la lumière parce que Dieu lui a donné de la lumière à donner, donc il vous donne de la lumière. Devrait-il avoir de l’ego ? Mais vous voyez, c’est comme vous, quand vous avez obtenu quelque chose de spécial en vous, alors vous devez faire cela, quoi que vous ayez de spécial. Maintenant les fleurs, elles sont si belles, elles sont si spéciales, si charmantes. Je veux dire que Je ne peux éloigner Mon attention d’elles qui sont si belles. Mais très bien, si elles sont comme ça, elles sont comme ça. Qu’y a-t-il là ? Elles ne vont pas avoir d’ego à ce sujet, que : « Nous sommes si bonnes, nous sommes si belles ! » Non, rien de cela.

Donc cet ego vient quand il y a à nouveau cette partie de Mahamaya à ce sujet, que vous êtes dans la Maya de votre propre compréhension. Vous êtes maintenant des Sahaja Yogis. Vous devriez en être très fiers. Vous devriez, Je ne sais pas quoi. Regardez ces gens horribles qui ne sont pas du tout connectés à Dieu ! Ils n’arrivent à rien faire. Hier, cette dame M’a fait cette remarque : « Pourquoi ne priez-Vous pas Dieu ? », vous voyez. Elle M’a fait cette remarque !
Donc c’est juste une sorte de supposition que : « Je suis quelqu’un de grand » qui vous apporte de l’ego. Mais c’est également une Maya parce que vous devez apprendre. Finalement votre ego se rompt et vous comprenez que : « Oh, c’était un Humpty-Dumpty [une illusion]. » Une fois que vous découvrez cela : « Je ne veux plus avoir d’ego. »

Je veux dire qu’il y a certains Sahaja Yogis qui refusent de ne faire aucun travail pour Sahaja Yoga. J’ai demandé : « Pourquoi ? ». « Mère, nous sommes trop intelligents et notre intelligence nous joue des tours et nous allons développer de l’ego. » J’ai dit : « En fait c’est une échappatoire. Cela n’arrivera pas. »

Sahaja Yoga ne peut jamais vous apporter de l’ego mais bien de la joie. Si cela vous apporte de l’ego, alors ce n’est pas Sahaj. Cela devrait juste vous procurer de la joie. Donner la Réalisation à quelqu’un ou guérir quelqu’un, quelqu’un qui est gentil, n’importe quoi, cela vous donne juste de la satisfaction et vous vous en réjouissez. C’est un fait. Je veux dire que vous êtes tous venus jusqu’ici, vous jouez de la si bonne musique et tout cela. Maintenant vous avez appris le style indien, Je ne sais pas comment. Chacun devrait être très empli d’ego mais non, dans la Maya de Mère, vous vous réjouissez juste.
Maya devrait vous apporter de la réjouissance. C’est la meilleure chose que cette Maya peut apporter, et vous pouvez vous en réjouir tellement. Je pense que c’est une très belle atmosphère créée par cette Mahamaya. Ainsi vous pouvez vous réjouir des uns et des autres, vous pouvez vous réjouir de Ma compagnie, vous pouvez vous réjouir de la nature. Un tel rapport, une telle superbe compréhension entre toutes choses est là.

Personne ne se préoccupe de qui est plus élevé, qui est plus bas, quelle est la position, combien d’argent il a reçu ou ce qu’il a obtenu. Rien de cela. Vous êtes juste tous en train de vous réjouir. Si quelqu’un possède un talent, il s’en réjouit parce qu’il a ce talent et les autres aussi se réjouissent de ce qu’il ait un talent. Aucune jalousie, aucune rivalité, rien !
Si quelqu’un chante mieux, c’est très bien. Ils vont Me dire : « Mère, Vous savez, il chante très bien. » Il y a un gars à Paris et il est – Je pense qu’il est noir, de la race noire, parce qu’il a des cheveux très frisés, un très beau garçon. Ainsi, soudainement, quelqu’un est venu d’Italie : « Mère, savez-Vous qu’il danse très bien ? » « Comment le sais-tu ? » « Je l’ai vu danser. » Il a demandé : « Et quand m’avez-vous vu danser ? » « Vous savez, quand vous êtes venu à ce programme, j’ai vu cela. » Il l’a vu dans un groupe. Il l’a juste abordé : « Ce serait bien que vous dansiez devant Mère. » Vous voyez, ce genre d’attitude donne tellement de joie. Il l’avait vu dans une sorte de programme où dansaient devant deux mille personnes et il l’a remarqué. Ainsi il est de Paris et lui est d’Italie, et comment ses yeux l’ont remarqué et qu’il l’ait emmené devant Mère : « Vous feriez mieux de danser devant Mère, vous devez le faire ! Vous êtes très bon. »
Et il l’était ! Et vous voyez, J’aurais pu le manquer ou quoi que ce soit. Et même si Je l’avais vu, Je ne lui aurais peut-être pas demandé. Mais ce gars est allé là, l’a abordé et il l’a emmené ici !

Je veux dire que ces choses apportent tellement de joie, vous voyez. Autrement, normalement, ce qui se ferait c’est de venir devant Moi et commencer à danser – qu’il sache danser ou pas – et essayer de se mettre en avant. Normalement ! Mais celui qui s’y connaît, ne l’aurait jamais emmené comme cela : « Maintenant, viens avec moi. » Et, d’une façon si impersonnelle, il l’a vu et l’a emmené. Cela ne fait aucune différence qu’ils soient de Russie ou d’Amérique ou d’Inde.

Donc toutes ces différences qui proviennent de la peau, sont terminées. Et Je découvre que chacun apprécie le talent de chacun, tout le monde. Selon sa façon de parler, soudainement vous allez trouver quelqu’un qui va dire : « Oh, c’est une telle pierre précieuse ! » « Quand l’avez-vous rencontré ? » « Non mais j’ai entendu parler de lui. »

Vous voyez, toute cette appréciation et ce total superbe sentiment pour les autres, c’est seulement possible au travers de Sahaj. Aucune jalousie, aucune rivalité, rien. Ces sentiments proviennent d’une ignorance que crée la Maya à propos de vous-même également : « Je suis ceci. Je suis cela. » Et ensuite le « Je » survient comme cela.
Aussi tous les conditionnements peuvent également créer une Maya. Beaucoup de conditionnements sont présents comme : « Je suis d’une telle famille. Je viens d’une telle chose. » Tout cela doit être arrêté.

Donc le jour spécial d’aujourd’hui est celui de la Nouvelle Année où ils disent : « Maintenant, aujourd’hui, c’est le jour le plus auspicieux pour commencer quelque chose de nouveau » et la dissolution faite par cette Mahamaya doit commencer. Graduellement vous devriez essayer de comprendre.

Beaucoup de gens Me demandent : « Mère, comment faites-Vous cela ? » Oubliez ça ! C’est la Mahamaya. Oubliez ! Oubliez juste comment J’ai fait cela. Vous n’avez pas besoin d’entrer là dedans. Réjouissez-vous juste. Réjouissez-vous seulement d’être dans cette Maya et alors vous allez vous en réjouir. C’est la meilleure manière de se réjouir de cette Mahamaya.

Et aujourd’hui, pour la première fois, nous avons ce Puja de Mahamaya. A cause de Gudipadwa, J’ai pensé que quelque chose d’unique doit être fait qui dépasse tout dans Sahaja Yoga, tout ce qui est dans Sahaja Yoga. Ce n’est pas une seule Incarnation, un seul Nadi, une seule Déesse, mais tout cela est ici. C’est, comme Je dis parfois, pareil à un film où l’audio, le visuel, tout est là, où le théâtre et la musique agissent également. Maintenant tout est là dans un film. Je veux dire que cela va jusqu’au point où tout est intégré.
De la même façon, Je pense que Mahamaya a tout en Elle. Chaque partie dont vous Me parlez, chaque chose dont vous vous réjouissez, tout ce que vous découvrez, tout se trouve dans cette vision de Mahamaya qui a été créée pour vous.

Dieu vous bénisse !

H.H. Shri Mataji Nirmala Devi