Shri Krishna Puja, Cabella 1994

(Nirmal Temple)

1994-08-28 Krishna Puja Talk, Cabella, Italy, DP, 81' Download subtitles: BG,CS,DE,EL,EN,ES,FI,FR,IT,LT,NL,PL,PT,RO,RU,SL,ZH-HANS,ZH-HANTView subtitles: Add subtitles:
Download video (standard quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Download audio:
Transcribe/Translate/Verify using oTranscribe


Feedback
Share

Shri Krishna Puja. Cabella Ligure (Italy), 28 August 1994.

English transcript verified IBP
Traduction française version 1/1/2014.

Aujourd’hui, nous sommes ici pour vénérer Shrī Krishna.
Comme vous le savez, Shrī Krishna est l’Incarnation de Vishnu. Et Vishnu est Celui qui est le Sauveur de cet Univers. Lorsque tout ce monde a été créé, il a été nécessaire de créer également un gardien, parce que ce monde aurait été détruit, complètement, s’il était laissé seul sans gardien. Ensuite, connaissant les êtres humains, ils auraient pu faire n’importe quoi à ce monde.
Et donc, Vishnu est le Sauveur. Il est le Sauveur et Il est le seul qui S’incarne véritablement. Bien sûr, parfois Brahmadeva S’est aussi incarné, mais seul Lui prend différentes formes. Au cours de notre processus d’évolution, Il a pris différentes formes. Il est venu sur cette Terre de différentes façons. Mais pourtant Il avait, comme vous dites, douze—jusqu’à douze, c’était Shrī Rama et jusqu’à dix, Il était là. Donc Il a créé également une certaine atmosphère avec tous les grands Prophètes autour de Lui, afin qu’Ils puissent préserver le Dharma de cet univers.
Ainsi, la base de cette protection était le Dharma, qui est, comme vous le savez, la plus importante fondation principale de la vie spirituelle. Dans ce Dharma, tout ce qui devait être établi, c’était établir l’équilibre. Les gens avaient l’habitude d’aller aux extrêmes pour tout. Donc Il a créé un équilibre à l’intérieur de nous. Le premier principe du Dharma était de créer l’équilibre. Si quelqu’un n’a pas cet équilibre, alors il ne peut pas accomplir son ascension spirituelle. C’est aussi simple que cela! Si vous n’avez pas d’équilibre dans votre avion, il ne peut pas s’élever. Si vous n’avez pas d’équilibre, disons dans un bateau, il ne peut pas avancer.
De la même façon, les êtres humains devaient d’abord atteindre l’équilibre. Mais ils sont nés avec différentes capacités, avec différentes aptitudes. Comme on dit, “Yā Devi sarva bhuteshu Jāti rupena samsthita,”, ce qui signifie que leurs aptitudes sont différentes. Ils sont nés avec différentes aptitudes, avec différents visages, avec différentes couleurs, parce qu’il fallait créer la variété. Si tout le monde se ressemblait, vous voyez, ils auraient eu l’air de robots ou quelque chose comme cela. Donc, chacun a été créé d’une façon différente, selon son pays, selon ses parents. Tout ceci a été organisé par le principe de Shrī Vishnu, qui a créé ce monde avec toutes ces variétés. Il a donné la variété, et Shrī Krishna en est le maître.
A l’époque où est venu Shrī Krishna, les gens étaient d’un genre extrêmement sérieux et étaient devenus très ritualistes. La raison en était que Rama est venu et qu’Il a parlé des maryadas, et ces maryadas ont rendu les gens vraiment extrêmement austères. Avec cette austérité, les gens ont perdu le sens de la joie, le sens de la beauté, le sens de la diversité. Alors l’Incarnation de Shrī Krishna est venue, que nous appelons le Sampurna, Il est complet parce qu’Il a seize pétales. De même que la lune a 16 kalas, Lui aussi a seize pétales, donc Il est Sampurna et Il est ce que nous appelons le Purnima, c’est-à-dire la pleine lune. Avec cet état complet de Son Incarnation, de l’Incarnation de Vishnu—depuis Vishnu jusqu’à toutes les autres Incarnations—Il est venu en tant qu’Incarnation complète. La globalité de Shrī Vishnu était alors manifestée. Donc tout ce qui pouvait manquer à l’Incarnation de Rama, Il lui a donné naissance.
Comme vous le savez, au centre—sur le Cœur droit, nous avons douze pétales. A travers cela, Il a montré tant de choses, que les gens ne saisissent pas du tout, parce que, malheureusement, la Gītā a été écrite. Lorsque la Gītā a été écrite, les gens ont commencé à suivre ce livre mot à mot, sans comprendre. Et dans la Gītā, Son message n’était jamais en faveur de la paix. Il n’a pas dit: “Vous devriez être en paix.” C’était quelque chose comme le Jihad. Il a dit cela à Arjuna: “Tu dois te battre. En ce moment, tu dois te battre pour le Dharma, pour la vérité et tu dois combattre.” Alors il Lui a répondu: “Je ne peux pas tuer mes oncles, je ne peux pas tuer mon grand-père et je ne peux pas tuer ma famille!” Krishna a répondu: “Qui? Qui dois-tu tuer? Ils sont déjà morts! Parce qu’ils n’ont aucun Dharma.”
Si vous n’avez aucun Dharma, alors vous êtes déjà mort. Alors qu’y a-t-il à tuer ou à ne pas tuer? Et c’est ce que nous voyons aujourd’hui dans les temps modernes, en particulier en Amérique, qui est le pays du Vishuddhi. Ils n’ont aucun Dharma, donc ils sont déjà morts, par la drogue, ou peu importe comment vous pouvez l’appeler, par la peur de toutes sortes de maladies. Ils sont déjà morts, alors qui allez-vous tuer?
Et à Kurukshetra, c’est ce message qu’Il a donné à Arjuna. Mais celui-ci a répondu: “Tu m’as demandé de tuer ces personnes parce j’ai le Dharma en moi. Je les tue, d’accord, mais qu’y a-t-il au-delà de cela?” Qu’y a-t-il au-delà? Alors Il a décrit Sahaja Yoga. Au-delà de cela, il y avait Sahaja Yoga. Tout d’abord, Il décrit dans le second chapitre qui est le Sthita PrAgnya, c’est-à-dire l’homme qui est en équilibre. Ensuite Il explique qu’un tel homme n’est jamais en colère. Il ne se met pas en colère. Intérieurement, il est absolument en paix. Donc, ce qu’Il a décrit plus tard, ce sont véritablement les temps modernes, ou bien, on peut dire, notre Sahaja Yoga—Il a dit que c’est ainsi qu’on devrait devenir.
Il n’a pas écrit, ou Il n’a pas dit, comment devenir cela, mais la description est tout à fait comme celle du Christ, Je pense, lorsqu’Il a dit: “Si quelqu’un vous frappe sur une joue, présentez-lui l’autre joue.” Tout cela est en fait la description des Sahaja Yogis du futur. Pas à cette époque, où les Kauravas combattaient les Pandavas. Ce n’était pas à cette époque-là. Pendant ce combat, Il lui a dit: “Si tu deviens Sthita PrAgnya, alors tu peux transcender tous ces problèmes, toutes ces compréhensions que tu as, et tu deviendras absolument en paix avec toi-même.”
Donc, d’un côté, Il a dit: “Tu dois combattre.” En fait, dans les temps modernes, nous n’avons pas à combattre les Kauravas, il n’y a pas de Kauravas. Les cinq Pandavas devaient combattre les Kauravas. Mais en fait que sont ces cinq Pandavas? Ce sont nos sens ou bien, on peut dire, c’est le cosmos, divisé en différents éléments. D’un côté, ils doivent combattre, ils doivent combattre les Kauravas qui sont en nous. En fait, il y a cent Kauravas, pas un seul. C’est—si vous étendez cela, alors, on peut dire que la nature doit combattre quelque chose qui est contre la nature.
Maintenant les gens disent: “La colère est naturelle, être fâché est naturel, être agressif est naturel.” Ce n’est pas vrai! La colère et toutes ces choses peuvent avoir été naturelles, mais maintenant nous devons savoir que nous avons la capacité naturelle de nous élever. Il est naturel d’aller plus haut. Il est naturel d’être Sthita PrAgnya. Il est naturel d’être Sahaja Yogi. C’est aussi intégré en nous, en nous.
Par exemple, une graine est une graine. Lorsqu’elle est graine, nous l’appelons graine. D’accord, naturellement c’est une graine, mais ensuite elle germe et devient un arbre. Donc il est aussi naturel pour une graine que tout ce futur, tous les milliers d’arbres qu’elle sera, soit aussi dans cette graine. Et maintenant, comme vous le savez, on expérimente que, dans une graine, vous pouvez avoir mille, au moins des milliers de toutes petites pousses dans une graine, et qui peuvent toutes devenir des arbres ou des plantes. C’est une chose nouvelle qui vient de sortir.
Donc, lorsqu’Il a dit: “Tu dois devenir un Sthita PrAgnya”, ce qu’Il essayait de dire, c’est: “Tu dois maintenir ton équilibre.” En fait, Il a dit cela alors qu’il y avait une guerre en cours. Lorsqu’on fait la guerre, d’accord, vous devez la faire. Si vous devez faire la guerre à des gens, si vous devez les tuer, c’est normal. Mais après, une fois que c’est fini, alors ce que vous devez faire, c’est construire votre sens spirituel.
En fait, la construction de ce sens spirituel, c’est notre travail, et c’est ce que nous avons à faire. Pas uniquement le Dharma. Beaucoup de Sahaja Yogis pensent que s’ils sont dans le Dharma, ils sont bien. Ils travaillent dans le Dharma, ils vivent une vie dharmique. C’est vrai. Je suis très surprise et heureuse qu’ils le fassent. Mais ce n’est pas une fin en soi. C’est la partie équilibre, où vous vous équilibrez.
Maintenant, ce que vous avez à faire, c’est avancer et construire votre Soi spirituel et le diffuser. C’est également le travail de Shrī Krishna, car Il est Celui qui communique partout.
Comme vous le savez, l’Amérique communique partout—de façon mauvaise, mais elle le fait. Elle a des ordinateurs, elle a créé toutes ces choses pour la communication, parce qu’il est naturellement intégré en eux de communiquer. Mais comme ils ne croient pas en Shrī Krishna, ni dans le Dharma, alors la base elle-même est mauvaise. Et avec cette mauvaise base, ils ont commencé à se développer. Avec cette base vraiment très mauvaise, ils ont commencé à répandre, euh, toutes sortes d’obscénités et de saletés, et Je ne sais pas comment appeler cela, ce qui est contre les êtres humains, ce qui est contre notre ascension spirituelle, ce qui est contre Dieu. Et ils font tout cela.
Pourquoi? Pourquoi font-ils ce qu’ils ne sont pas censés faire? Je pense que cela vient de l’intellect. Leur intellect qui est aussi, Je dirais, le cerveau, qui est le siège du Virat. Pouvez-vous imaginer? C’est le siège du Virat. Et avec leur intellect, que font-ils? Ils disent que c’est naturel: qu’il est naturel d’être adharmique, qu’il est naturel d’être agressif, qu’il est naturel d’être attiré par l’argent. Tout ce qu’ils ont est tout à fait naturel, car, selon eux, grâce à leur intellect, ils ont, d’une manière ou d’une autre, réussi à se convaincre, à travers leur rationalité, que c’est la chose correcte à faire. “Sans cela, vous ne pouvez pas exister!” Je veux dire, c’est supposé être leur culture maintenant.
En fait, si c’est cela la culture partout—ce n’est pas seulement en Amérique, partout, cette sorte de culture absurde est acceptée à cause de l’intellect. Ils sont bien trop intelligents. Vous voyez, un homme qui pense toujours à l’argent, ceci, cela, devient naturellement très intelligent, en ce sens qu’il devient rusé. Il devient futé. Il devient futé, habile en un sens, quelque chose comme s’il connaissait tout. Il commence à penser qu’il connaît tout. Quoi qu’il fasse, il a raison. Quel que soit son comportement, il a raison.
Donc, ces Pandavas qu’il a à l’intérieur de lui, ces éléments qu’il a reçus, il les utilise dans un but qui est destructeur, absolument destructeur—anti-Dieu. Et il n’en a pas conscience, parce que son intelligence le justifie toujours. Tout ce qu’il fait est justifié.
Et Il a donné également tellement de cerveau à ces intellectuels qu’ils essayent aussi d’aller contre ce qui est le Dharma. Par exemple, même la vie de Shrī Krishna, ils essayent de la dépeindre en disant que Shrī Krishna Lui-même avait cinq femmes et qu’Il a eu seize épouses plus tard. En fait, elles étaient Ses pouvoirs. Mais sans comprendre ce qu’était Shrī Krishna—car l’intellect est une absurdité si grossière qu’elle ne vous conduit pas à la pensée correcte—toujours à la pensée fausse. Il vous entraîne, parce que vous voulez tout justifier et cette justification vous fait vivre avec vous-même. Sinon, normalement, vous ne pouvez pas vivre avec vous-même. Il est très difficile de vivre une vie qui est adharmique, qui est agressive, qui est, on peut dire, de type belliciste—mais ils la vivent.
Ainsi, tout ce qui est attendu d’un être humain, c’est juste l’opposé de cela, le complément de cela, de ce qui est fait dans toutes ces cultures occidentales. Vous pouvez voir clairement comment ils se justifient. L’immoralité, ils peuvent la justifier. Un certain Mr. Freud est arrivé. Il a même remplacé le Christ. Bien sûr, Je veux dire, il devait le faire, parce que le Christ était encore plus strict que Mahomet, qui a dit: “Si quelqu’un pèche avec un œil, avec les yeux, il devrait arracher son œil. Et celui qui pèche avec la main devrait se couper la main.” Je veux dire, la plupart des Européens et des Américains auraient perdu une main, Je pense, d’après ce que disait le Christ. Grâce à Dieu, ils ne L’ont pas suivi jusqu’à ce point-là.
Et également Mahomet a pensé: “Le Christ a tant fait pour les hommes. Pourquoi ne ferions-nous pas quelque chose pour les femmes aussi?” Donc Il a fait quelque chose pour les femmes. Tous les deux étaient trop durs pour les êtres humains. Ils ne S’en sont pas rendu compte. Qui va arracher un œil pour cela? Nous avons de l’intelligence. En fait, s’ils regardent beaucoup les femmes, il y a une justification—c’est naturel! Avez-vous vu un animal se comporter comme cela, si les animaux sont des êtres naturels? Nous sommes pires que des animaux. Et quel désastre nous avons créé avec ce genre de compréhension, à travers ces intellectuels qui essayent de nous dire quelque chose, et nous l’acceptons. Donc voici un des problèmes: s’il y a un homme intelligent, il veut dominer.
Par exemple, une mode démarre. Nous la suivons tous. C’est une mode. Mais pourquoi la suivons-nous? C’est une mode! Ainsi, l’intellect d’un entrepreneur peut vraiment vous berner complètement. Mais pas les gens qui ont de la sagesse. Ils diront: “Allez vous-en! Nous n’en avons rien à faire!” C’est le côté moralité. Le pire est pratiqué en Occident, et pire que des animaux, Je dirais. Et c’est ainsi qu’ils souffrent aujourd’hui. Ils souffrent de tant de maladies, de tant de problèmes, ceci, cela.
La deuxième chose que nous justifions toujours, c’est la violence. Maintenant il n’y a pas de guerre en cours à Kurukshetra. Mais vous voyez la violence partout. En Amérique, c’est affreux. Lorsque Ma fille y est allée, elle a enlevé tous ses bijoux et Me les a confiés. Elle a dit: “Maman, je ne peux pas porter cela.” Elle n’a rien donné à sa fille. Elle n’a donné que des choses factices, parce qu’on peut vous tuer pour cela.
Je ne dis pas que c’est seulement en Amérique, c’est partout. Comme le guru de tout le monde est l’Amérique, cela commence en Amérique, ce royaume, et les gens suivent juste aveuglément. Ainsi la violence entre maintenant dans nos films, dans les films indiens aussi. Mais maintenant il y a des objections. Peut-être que c’est trop pour nous. Mais ce genre de chose, le fait que vous pouvez tuer n’importe qui—alors, si vous continuez ainsi, vous voyez, si c’est le critère de grandeur, alors les gens du Rwanda devraient être placés au sommet du processus d’évolution.
Tuer quelqu’un n’est pas autorisé. “Tu ne tueras point!” Des Musulmans tuent. Tout le monde tue tout le monde. L’autre jour, ils ont tué un homme très bien en Inde pour rien du tout. Cette idée d’agressivité vous conduit en fin de compte à l’épisode tuerie. Vous ne pouvez même pas créer une seule fourmi. Comment pouvez-vous tuer des êtres humains comme cela? Bien sûr, ces histoires de tueries sont portées à leur plus haute limite, comme Hitler qui croyait qu’il était le roi du monde.
C’est la même chose, vous oubliez simplement ce que vous êtes et vous commencez à supposer, par votre ego, que vous êtes quelqu’un de très fort. Dans Sahaja Yoga aussi, Je l’ai constaté récemment, il y a des gens qui disent qu’ils sont des dieux, qu’ils sont des déités, et tout cela. Donc cette affaire d’ego prend en fait l’énergie de votre intelligence. Et le plus grand ennemi d’un être humain, c’est son intelligence, Je pense, car elle est si limitée, elle est si conditionnée, elle est si arrogante et elle est si aveugle.
La sagesse, c’est autre chose. La sagesse, vous ne l’apprenez pas dans les facultés, les écoles, les universités—nulle part! Où l’obtenez-vous, cette sagesse? Vous l’obtenez par votre Esprit, qui vous donne une idée complète de ce qui est bien et de ce qui est mal. Tout ce qui est mal sera accepté par l’intellect, toujours. L’intellect n’est pas la sagesse, il faut le comprendre. Ce sont deux choses distinctes—la sagesse et l’intelligence.
En fait, Krishna était connu pour être diplomate. Il avait la diplomatie divine. Qu’est-ce que ça veut dire? Il était très intelligent, pas de doute. Sans cela, vous ne pouvez pas le faire. J’ai rencontré des gens qui sont très haut placés, qui n’ont même pas beaucoup d’intelligence. Mais J’ai vu en fait que cet intellect est une chose dangereuse.
Donc, Shrī Krishna a utilisé Son intellect. Il est vraiment puissant. Rien ne peut Le dominer. Même Son intellect ne peut Le dominer. Il a utilisé Son intellect. La différence entre les deux, vous devez la voir. Vous devriez être capable d’utiliser votre intellect et de ne pas être dominé par votre intellect. Donc Il a utilisé Son intellect, grâce auquel Il a résolu de nombreux problèmes. Toute Sa diplomatie était d’utiliser Son intellect et de l’utiliser pour servir le Divin. En permanence, le Divin en Lui L’aidait à utiliser Son intellect.
Donc la différence est que nous sommes esclaves de notre intellect et qu’Il est le maître de Son intellect—pas seulement, de tout! De Ses conditionnements Il est maître, de Ses émotions Il est maître, de Son corps Il est le maître. Il est maître de tout. Et lorsque vous le contrôlez, vous voyez votre intellect très clairement: “Oh, voilà ce qu’il suggère.” Ce n’est pas le cas. Cet intellect peut vous donner des idées soi-disant positives, que vous êtes le seigneur du monde entier. C’est supposé être positif. Ou bien ce même intellect peut vous donner l’idée que vous n’êtes rien.
Cet intellect se joue de vous. En fait, vous ne devez pas être guidé par votre intellect, mais par votre sagesse, car vous êtes des Sahaja Yogis. Donc vous avez un très bon instrument pour le ressentir. A travers vos vibrations, vous pouvez distinguer ce qui est bon et ce qui est mauvais. Et vous pouvez voir parfois, en tant qu’êtres humains, qu’il y a des effets intellectuels qui apparaissent aussi. Mais avec Sahaja Yoga vous pouvez juger ce que cet intellect vous raconte. Car l’intellect que vous avez, d’où vient-il? C’est la chose essentielle—il faut aller vers l’aspect subtil—comment cet intellect nous est-il venu?
Cet intellect nous est venu parce que notre cerveau est devenu actif très tôt. J’ai vu des enfants extrêmement intelligents, mais qui n’ont aucune sagesse. Si votre—seul le cerveau se développe trop—peut-être que la mère est une femme très intelligente et le père doit être très intelligent, l’héritage doit être excellent, alors ils ont cela. Ou bien ce sont peut-être les circonstances, par exemple si vous êtes né dans un pays particulier, vous devenez subitement très intelligent.
J’ai vu les Américains, ils lisent tout le temps. Tout le temps vous les voyez lire. Même les Anglais lisent. Mais quel est le résultat de toute cette lecture, Je ne le sais pas. Chaque livre, ils le liront. Si vous leur demandez ce qu’est un ordinateur, ils connaissent les ordinateurs, cette chose-ci, cette chose-là, celle-là, tout… Je ne sais même pas comment éteindre Ma télévision! Si vous leur parlez de télévision, ils sauront, ils… tout ce que vous voulez savoir sur ces choses mécaniques, ils le sauront. Tout sur la politique, ils le sauront, le père de qui c’est et ils vous raconteront: “Non, non, non, non, c’est comme ceci, c’est comme cela.” Tout ceci, c’est avidya—ce n’est pas de la connaissance. C’est de la non-connaissance. Alors ils pensent qu’ils sont très intelligents parce qu’ils connaissent tout sur tout.
En fait, avec cet intellect, lorsque cette conscience apparaît, ils commencent à créer des idées très intellectuelles. En particulier en Amérique, Je l’ai vu, ils ont pour les enfants toutes sortes de choses bizarres simplement pour soutirer de l’argent. Par exemple, il y a une poupée de chiffon ou autre chose qui a un anniversaire. Pouvez-vous imaginer? Elle a un anniversaire et parfois, vous voyez, même les adultes ont de grandes fêtes pour cela. Ensuite ils ont démarré, “Fêtons l’anniversaire des chiens”, alors ils ont des anniversaires pour les chiens. N’importe qui leur inculque ces idées. Ensuite il y a des organisations qui disent: “Bon, lorsque vous mourrez, dites-nous quel costume vous voulez porter, quelle cravate vous voulez porter, quelles chaussures, quels habits” Et quoi encore? “Dans quel genre de cercueil voulez-vous partir? Plastique ou bois ou ceci ou cela.” Je veux dire… Donc c’est prescrit à tel point que certaines personnes disent: “Mettez-nous dans la glace, vous voyez, pour que nous soyons encore là.”
La pire chose, Je crois, en particulier en Europe, c’est qu’on a joliment fait de la publicité et commercialisé le fait d’aller en vacances. Et donc en Italie, si une personne ne part pas en vacances, elle dira: “Il y a une crise dans ma vie.” “Quoi?” “Je n’ai pas pu aller en vacances.” Alors on a dit: “Vous devez aller là-bas, vous bronzer le visage, loger là-bas dans des hôtels.” Alors tant d’hôtels ont vu le jour. Tout le monde doit partir. En particulier, J’en ai été surprise, tout Milan est fermé pendant un mois. Vous ne pouvez trouver personne.
Vous voyez, s’ils allaient tous vivre dans la jungle, ce serait une meilleure idée. Ils apprendraient bien plus qu’en perdant leur temps à la plage. Ils abîment toutes les côtes. Ils n’ont aucun respect pour la mer, qui est leur Père. Ils n’ont aucun respect les uns pour les autres. Les femmes essayent de maigrir et d’avoir l’air très belles, pour pouvoir se mettre nues là-bas. Toute cette industrie est si affreuse. Je veux dire, si quelqu’un Me demandait: “Voudriez-Vous venir à la plage?”, Je n’irais pas. J’aurais horreur d’aller quelque part et voir tant de dames stupides au soleil, occupées à essayer de se bronzer. En fait, cette idée stupide, comment pouvez-vous l’accepter si vous êtes intelligent?
Il y a tant d’idées répandues aujourd’hui, la plupart venant d’Amérique, Je dois le dire, et que vous autres suivez. Comme Je l’ai dit, l’Amérique est le guru de tous les Orientaux, de tous nos Européens et Anglais et de tous ces gens.
En fait, ensuite une autre chose se produit. Vous voyez l’ambiance dans laquelle vous vivez. En particulier en Angleterre, Je l’ai remarqué. Ils peuvent n’être rien, vous savez. Il y avait un éboueur qui passait à la maison et nous avions à ce moment-là chez nous un président de la Cour Suprême de La Haye—imaginez, la Cour Suprême Mondiale. Alors Je lui ai dit: “Vous devez emporter toutes ces choses.” “C’est trop!” Comme d’habitude, vous voyez, ils sont—Je ne sais pas quoi dire, mais—stupidement fiers d’eux-mêmes. “Vous ne comprenez pas.” J’ai demandé: “Combien voulez-vous?” Je lui ai donné dix livres. A cette époque, dix livres, c’était beaucoup.
Il a répondu: “Vous ne comprenez pas les lois. Vous voyez, vous êtes tous Indiens, nègres, ceci, cela.” Alors ce monsieur qui était chez nous est sorti et lui a demandé: “Pourquoi criez-vous ici?” “Vous les nègres, vous ne comprenez aucune loi.” C’est le président de la Cour Suprême Mondiale et cet Anglais stupide lui parle comme cela.
Les Anglais sont vraiment—en un sens, ce sont vraiment des gens bêtes, parce que leur intelligence ne leur a jamais dit, ne leur dit pas: “Tu n’es rien. De quoi es-tu fier?” Quels gens bêtes! Je ne sais pas, cela a peut-être givré avec le froid ou autre chose, mais ils pensent qu’ils sont très intelligents.
Leurs connaissances scolaires étaient bonnes, mais J’ai été surprise de voir qu’au début du programme qu’ils avaient, ils disaient que les hommes noirs sont comme des bêtes. Il y a tant de livres écrits sur le sujet, et ils acceptaient l’idée que les hommes noirs sont comme des bêtes, alors que ces gens vivaient Je ne sais pas comment, à une époque où les Noirs étaient bien plus avancés. Donc ce genre d’idées qu’ils ont, Je le vois ici aussi. Je peux voir que ces Anglais se considèrent supérieurs. Mais ils ne comprennent pas qu’ils ne connaissent rien. Ils n’ont aucune sagesse. Ils ont vécu en Inde pendant 300 ans. Ils n’ont jamais rien appris de l’Inde. Pouvez-vous imaginer leur côté sagesse? Leurs connaissances scolaires, chez certains, sont très ambigües. Par exemple, Bernard Shaw, Je pense, était très ambigu. Je le considère comme un très grand écrivain, mais ambigu.
Et ensuite viennent les Français—que Dieu les sauve! En fait, la manière dont ils ont bafoué Shrī Krishna, vous pouvez le voir très clairement chez les Français. Les Français voulaient devenir les meilleurs en diplomatie. Ils manquent complètement de diplomatie. Des gens nuls! Ils ont installé le téléphone en Inde, ils ont tout gâché.
Donc ils ont démarré le culte de la boisson. En fait, pouvez-vous imaginer Shrī Krishna buvant toutes ces choses? Ils ont un dictionnaire sur les boissons, sur tout cela. Il y a des livres et des livres écrits là-dessus. Je veux dire, imaginez, comment des gens évolués peuvent-ils accepter ce genre de culture absurde, où vous devez savoir quoi boire, quoi acheter, quoi mettre dedans, dans quel genre de verre le mettre? Ce ne sont que des verres, rien que des verres, Je pense. Comment peut-on accepter qu’une telle chose, qui est si stupide, soit approuvée par la société?
La prostitution est une autre chose acceptée par la société. D’un point de vue moralité, ils ont complètement bafoué le principe de Shrī Krishna. La manière qu’ils ont de ruiner leur peuple et de tabasser tout le monde, c’est du racisme. Pouvez-vous penser que vous pouvez diviser les gens selon leur couleur de peau? Au contraire, Je dirais que les Noirs, en particulier en Inde, sont bien plus évolués que tous les Blancs mis ensemble, parce qu’ils ont de la sagesse. Ce sont des gens plus sages. Mais ces Blancs, ils vont—Je veux dire, comment ont-ils eu aussi l’Amérique? Ils ont tellement dominé qu’ils l’ont conquise et qu’ils se sont installés là-bas.
Hier, vous avez vu la Sierra Nevada, vous avez vu comment ces gens croyaient dans la sagesse et comment ils vivaient. Ils se sont approprié toutes leurs terres. Vous voyez, chacun est maintenant gentiment propriétaire de l’Amérique. Comment? Vous êtes des squatters! Vous êtes venus d’un autre pays, vous avez tué des milliers et des milliers de gens sans vous en sentir coupables. Cela signifie que ce ne sont même pas des êtres humains. Et vous vous êtes gentiment installés en tant qu’Américains.
Je ne sais pas d’où est venu ce mot “Amérique”, mais s’il signifie “amar ”, ils ne le sont pas. S’il veut dire “a mericas”, ils ne le sont pas. Dans les deux cas, Je ne sais pas comment ce mot est venu et quel genre de signification ils y attachent, mais leur intellect a grossi bien davantage. Pourquoi? De nouveau, à cause de l’argent. Je ne comprends pas l’économie, et la manière dont ils ont créé cette économie, à partir des histoires qui sont sorties de leurs têtes, a embarqué tous les pays dans la récession, dans toutes sortes de fraudes et aussi dans la mafia. Voilà le résultat de cette soi-disant économie.
L’économie Sahaj est très différente. Nous ne sommes pas liés par toutes ces idées absurdes qui prévalent en économie. Ce n’est rien d’autre que de l’exploitation. C’est du marketing: comment impressionner les gens, comment vendre des choses, comment faire ceci, comment faire cela. Tout ceci n’est rien d’autre, Je dirais, que de l’agressivité financière.
Qu’en est-il de Shrī Krishna? Il était le roi et Il a vécu comme un roi. Mais aussi Il a vécu dans une très humble demeure à Gokul. Il n’était pas attaché.
Donc, voilà la première chose: comme ils sont si attachés à l’argent, n’importe quelle justification est bonne pour gagner de l’argent.
Une fois, nous sommes allés dans un restaurant en Inde. Nous avions des amis américains et comme d’habitude, Je veux dire, vous ne pouvez pas manger autant que des Américains, vous savez. Là, les Indiens ne peuvent pas rivaliser. Ils peuvent manger beaucoup. Donc ils mangeaient, mangeaient, mangeaient, mais nous ne pouvions pas les suivre, vraiment, pour être tout à fait honnête. Je veux dire, nous sommes nuls.
Au bout de quelque temps, ils ont demandé: “Avez-vous terminé?” J’ai dit: “Oui.” “D’accord…” Ils ont appelé le serveur: “Emballez le reste!” J’ai dit: “Quoi ? Vous voulez emballer cela, pour que faire?” “Nous l’avons payé.” “D’accord, vous l’avez payé, mais Je veux dire… En Inde, personne ne mangera un plat que quelqu’un d’autre a commencé.” “Non, emballez-le!” Et ils n’en avaient aucune honte—si impolis. Je leur ai dit: “Nous ne faisons pas cela en Inde.” Il a répondu: “Pourquoi pas?” J’ai dit: “Ce sont de mauvaises manières.” “Mais nous avons payé pour cela! Une fois que vous l’avez payé, il n’y a pas de mauvaises manières.” J’ai répondu: “Ah, nous ne voulons pas emballer cela.” “Nous, si. Nous le mangerons ce soir. Nous le mangerons dans la soirée.”
J’étais surprise que des gens si avares disent qu’ils sont très riches et qu’ils se croient supérieurs—extrêmement mesquins. Les Américains sont agréables superficiellement, Je dois vous l’avouer. Selon Ma propre expérience, ils ne sont pas comme les Anglais, qui méprisent tout le monde. Non, vous ne ressentez pas cela avec eux. Mais ils sont très superficiels. Vous leur faites dix cadeaux, ils ne vous en feront même pas un.
Ils n’ont absolument aucun bon sens, aucune honte. Pourquoi? Parce que toute l’histoire, c’est: “Nous avons payé pour cela.” Je veux dire, vous allez dans n’importe quel endroit, dans un restaurant ou ailleurs, vous en serez surpris. En Amérique, on emballe les choses pour vous s’il reste quelque chose. Ils le font. A tel point qu’ils peuvent exposer cette avarice sans en avoir la moindre honte.
Mais l’avarice n’existe pas dans Sahaja Yoga. Vous ne pouvez pas être avare. Vous devez être généreux. Vous devez donner. Vous devez compatir aux autres. C’est la seule manière dont nous pouvons nous exprimer. Toute cette générosité ne sert pas à faire de vous une sorte de grand héros.
Mais le pire du pire du pire, c’est Hollywood, l’industrie du cinéma. Sous le nom d’industrie, vous pouvez faire n’importe quoi. En fait ce Hollywood crée des films si horribles, mais le pire, c’est qu’ils reçoivent des prix pour les pires de ces films. Il y a un film qu’ils ont montré—Je ne l’ai pas vu, Je ne peux pas le regarder. On M’a raconté qu’un homme est cannibale et qu’il mange la chair d’êtres humains et ils montrent cela, et les gens apprécient. Vraiment très célèbre. Et en plus, non seulement le film est connu, mais ils ont eu des prix du meilleur film, du meilleur acteur, du meilleur… Vous devez prendre un directeur là-bas et lui faire manger de la chair d’êtres humains. C’est le seul moyen, Je crois, pour que cette chose horrible…
Ensuite, ils produisent d’autres films. J’en ai regardé un autre pendant un petit instant, où ils ne montraient que des corps morts suspendus, vous voyez. Horrible! Pourquoi ces gens aiment-ils voir des choses aussi horribles? Quel caractère ont-ils? Où sont-ils allés? Pourquoi apprécient-ils des choses qu’aucun être humain qui est vraiment un être humain n’appréciera? Et ensuite cela continue. Leur histoire d’Halloween—J’ai vu un film, Je Me suis écriée: “Mon Dieu!” C’est un enfer qu’ils pensaient être comme le courroux de Shrī Krishna. Alors c’est la conscience de Krishna, Je pense, qui agissait là.
Il y a mille et une choses qui peuvent vous choquer en Amérique, et aussi en Angleterre, en Europe aussi. Je pensais que l’Autriche était un peu mieux, mais en Autriche, lorsque vous marchez dans la rue la nuit, après le programme, vous devez prendre le darshan de beaucoup d’horribles femmes, là en chemin. Je veux dire, ce n’est nulle part… Vous savez, elles sont—nous sommes y forcés. Et ils ne peuvent rien y faire, car c’est une question de droit, vous voyez, comment appelez-vous cela, de droits de l’homme de voir de telles femmes, et de droits de l’homme pour ces femmes d’être dans la rue. Toutes ces choses horribles se passent partout, et donc les Sahaja Yogis doivent s’imprégner encore davantage du principe de Shrī Krishna.
Le premier principe, c’est la communication. Le premier principe, c’est comment vous communiquez avec les autres. Commencez à la maison avec vos enfants, avec votre épouse, avec votre mari. Comment communiquez-vous? Etes-vous doux? Etes-vous gentil? Etes-vous dominateur, agressif? Essayez juste de le découvrir. Cette agressivité peut aller jusqu’à n’importe quelle limite, soit chez les femmes, soit chez les hommes. Ici, davantage chez les femmes, Je dois le dire. Je suis désolée de le dire, mais selon Mon expérience, J’ai vu que les femmes sont très dominatrices. En Inde, les hommes sont extrêmement dominateurs, mais ici Je trouve que ce sont les femmes.
En fait, l’essentiel, c’est que les êtres humains aient de bonnes manières. Je n’observe pas de bonnes manières, excepté qu’ils portent de bons vêtements, peut-être… ils portent peut-être ces genres particuliers de vêtements et tout cela. Toutes les manières sont dans les vêtements, mais lorsqu’il y des gens ensemble, ils ne parlent que de scandales. Je veux dire, ils discutent de scandales incroyablement horribles. Il y a quelque chose que l’on doit bien comprendre, c’est que Shrī Krishna n’a jamais parlé de scandales. Comment se fait-il que le pays de Shrī Krishna et tous les autres pays européens soient particulièrement bien entachés de tous les scandales du monde? Je n’arrive pas à comprendre quel intérêt voient les gens dans les scandales.
Alors, pour couronner le tout, il y a vos media, qui sont absolument anti-Shrī Krishna, parce qu’ils doivent faire de l’argent. C’est simplement comme deux doigts de la main: les gens aiment entendre toutes ces bêtises, alors ils parlent de scandales dans les journaux. Au moins, il y a trente ans, vous ne pouviez jamais entendre parler d’une telle chose et tous ces livres étaient complètement bannis. Et maintenant, tout à coup, toute la chose a fleuri si bien que dans n’importe quel magazine, prenez n’importe lequel, vous ne pouvez pas comprendre ce qu’ils y prêchent.
Ils prêchent le culte de la destruction complète. Et les gens l’acceptent, et l’apprécient, et cela fonctionne. Ils utilisent les femmes pour servir leur but et stupidement les femmes l’acceptent. Bien sûr ils sont dominateurs—d’un côté, soyez très heureuses qu’ils soient dominateurs. Il y avait une dame qui se vantait dans un magazine d’avoir eu quatre cents hommes dans sa vie. Pouvez-vous l’imaginer? En fait il n’y a même pas de place en enfer pour une femme pareille! Où allez-vous mettre une telle femme? En fait, Je ne sais pas, c’est un autre problème. Donc ce mouvement, qui est absolument à l’encontre du principe du Dharma et de la communication…
En fait, comment devez-vous communiquer? C’est décemment, avec des manières très tendres et très belles, que vous devez parler à une autre personne, parler aux autres Sahaja Yogis, parler à n’importe qui—c’est d’une manière très douce que vous devriez parler. Je ne veux pas parler du style français, vous voyez, en courbant le corps et toutes ces choses artificielles. Pas cela! Je dis que, si vous parlez naturellement à quelqu’un, vous devez parler un langage correct, avec décence, avec humilité et vous n’avez pas besoin de jacasser tout le temps et de parler trop. Il n’y a pas besoin. Mais au contraire, c’était le style de Shrī Krishna. En résumé, Son pouvoir était madhurya—la douceur, comme le miel. Lorsque vous vénérez Shrī Krishna, vous devez savoir que vous devez parler d’une manière qui fasse plaisir à l’autre personne.
Donc, en parlant à quelqu’un, vous pouvez parler très gentiment, très convenablement et d’une manière qui fasse plaisir à cette personne, et non la provoquer, ou lui dire des choses dures. Mais certaines personnes ont l’habitude de dire tout le temps quelque chose de très provocant, ce qui n’est pas bon du tout. Et certaines personnes, lorsqu’il s’agit de leurs affaires, sont très douces, mais lorsqu’il s’agit d’autre chose, elles sont très dures.
Nous avons une communauté Jain en Inde. J’ai vu beaucoup de Jains. Lorsqu’ils s’occupent de leurs affaires, ce sont les plus doux que vous puissiez trouver, mais lorsqu’il s’agit de quelque chose d’autre, comme de donner de l’argent ou autre chose, ils sont extrêmement durs. Ils ne donneront que pour des choses stupides, mais pas pour quelque chose de sensé. Ils travailleront pour quelque chose d’extrêmement stupide, mais jamais pour quelque chose de sensé. Nous avons une autre communauté appelée les Sindhis. Je pense qu’ils sont sous l’influence de l’Occident. Même chose pour les Occidentaux. Si vous montrez que vous travaillez avec eux, tout à coup, vous savez, ils changent. Ils changent d’un seul coup. Vous ne pouvez pas comprendre ce qui est arrivé à cet homme. Ou bien, s’ils découvrent que vous êtes quelqu’un dans la vie, ils changent.
Shrī Krishna était tout à fait l’opposé. Toute Sa vie, Il était toujours l’invité de Vidhura, qui était le fils d’une Dhasi, c’est-à-dire d’une servante. Le fils de la servante était Vidhura, mais c’était une âme réalisée. Donc Il avait l’habitude d’aller chez lui, de loger dans sa maison, une très humble demeure, celle de Vidhura, et d’y manger de la nourriture très simple. Mais Il ne voulait pas aller au palais de Duryodhana. C’est le contraire. Je veux dire, si quelqu’un pense que vous avez un palais, il sera extrêmement gentil avec vous, très agréable, vous savez. Mais il pensera: “Lui vit dans une hutte, alors il n’est rien.”
C’est tellement tourné vers l’argent, mais d’une manière subtile. Shrī Krishna n’a jamais, jamais aimé l’argent et ne S’en est jamais préoccupé. Vous pouvez voir Son cas, dans lequel Il a montré un total détachement de Son trône, ou de Son royaume, ou de l’argent associé. Une fois que vous êtes attaché, vous avez toutes les morsures de l’argent. Naturellement, si vous attrapez un serpent, vous aurez toujours les morsures du serpent, n’est-ce pas? Mais supposez que vous soyez détaché. Alors ce même argent, vous pouvez l’utiliser. Une fois que vous devenez esclave de cet argent, cet argent vous prend la tête. En fait, vous savez très bien qu’avoir de l’argent est également dangereux ces temps-ci. Toute la réaction se développe et c’est là que le tout, tous les éléments réagissent contre vous.
Vous avez vu la sagesse de ces gens de la Sierra Nevada, et ce qu’ils ont dit est vrai: lorsque nous essayons d’obtenir davantage d’argent, nous continuons à en gagner, à en gagner et à nous mettre cette idée dans la tête, alors il y a des pillards qui arrivent. Je pense que les pires sont ceux qui se sont fait une réputation d’entrepreneurs. Par exemple, ils diront: “Maintenant, il faut avoir une montre de marque”, alors tout le monde se précipitera vers les montres de marque.
L’autre jour, Je suis allée en Italie, non, à Istambul et J’ai découverts que des polos sont fabriqués ici et vendus en France comme s’ils étaient français. Ce n’est pas le cas. De A à Z, ils sont fabriqués là-bas, c’est-à-dire à Istambul et le nom est dessus, Lacoste, ceci, cela et tout cela. Et les gens les paient n’importe quel prix, mais pas en Turquie. Tous les surplus, on peut les avoir pour sept livres. En fait la stupidité est qu’ils peuvent vous duper. Pierre Cardin, ensuite il y a un autre, Je ne sais pas, Armani—c’est seulement en Italie, mais en Amérique il y en a plein. Je veux dire, ils viennent même chez vous, à la maison.
L’Angleterre est bien pire. Ils sont si rustres, ils viendront dîner chez vous et ils retourneront l’assiette pour voir où elle a été fabriquée. Vraiment. Ouvertement. Et ils discuteront de l’endroit d’où viennent les couverts. Ainsi, bien qu’ils pensent être très riches, stupidement ils sont exploités par ce genre d’absurdité: “Vous devez avoir cette montre-ci, vous devez avoir cette chose-là.”
Maintenant en Angleterre nous avons quelque chose appelé Saville Row, alors ils le mettent à l’extérieur, vous savez, sur le revers du manteau—Saville Row. Pouvez-vous imaginer? Etiquetté! Vous voyez, tout est exploité au maximum. Donc, d’un côté, ils sont très intelligents pour comprendre que c’est du business, c’est de la mode et tout cela. De l’autre côté, ils ne savent pas qu’ils sont des imbéciles, tout le temps bernés en écoutant: “Ceci est la chose spéciale, cela est la chose spéciale” et elle a une réputation et elle a, comment dire, une grande organisation derrière.
Les Sahaja Yogis devraient comprendre que ce n’est qu’une chose trompeuse et stupide. Et ils les portent, ils les portent tous comme cela, simplement pour frimer. De quoi s’agit-il? Pourquoi cela devrait-il impressionner quelqu’un? Pensez-y! En fait, réfléchissez intelligemment: pourquoi cela devrait-il vous impressionner, ces choses factices qui sont lancées? Rien de particulier. Elles sont simplement les mêmes. Ils M’ont dit à Istambul qu’ils en fabriquent des ordinaires et ensuite ils mettent par-dessus le logo de la marque. Et les ordinaires valent, disons, six dollars, alors avec cette chose, c’est sept dollars. Il n’y a rien de spécial. Mais cette astuce spéciale vient, Je crois, d’Angleterre et d’Amérique en particulier—peut-être aussi de France.
Mais les Français sont, vous le savez, des gens bizarres. Maintenant ils ont quelque chose—Je la leur ai montrée aujourd’hui—une chose si stupide qui coûte cinq cents livres, mais les gens acceptent parce qu’ils n’ont aucune sagesse. En fait, vous voyez la différence entre l’intelligence et la sagesse? Pourquoi frimer, tout d’abord, et montrer quelque chose qui n’a aucune signification? Cela ne coûte qu’un dollar en Turquie de rajouter cette chose et stupidement les gens la montrent. Avons-nous de l’intelligence, mais sans Pouvoir Divin? N’importe qui peut vous persuader de faire ce qu’ils veulent. Maintenant les jupes de quinze centimètres sont apparues. D’accord, quinze centimètres partout. Vous ne pourrez même pas en trouver de dix-huit! Ce n’est pas à la mode. Ce n’est pas ‘in’—c’est-à-dire ‘in’ chez les fous?
Maintenant regardez simplement le style de Shrī Krishna—si sage, témoin de tout, comment Il Se joue de tout et comment Il convainc. Maintenant, supposons qu’Il soit attaché, Il n’aurait pas pu le faire. Donc, pour surmonter cela, tout d’abord, détachez-vous de cette culture anti-Shrī-Krishna. C’est très important. Ceci est à la mode. Cela est à la mode. Et toutes ces modes sont vraiment extrêmement destructrices. Par exemple, ne pas se mettre de l’huile sur les cheveux et se retrouver chauve. D’accord? Ensuite il y a des spécialistes, vous voyez, encore des designers, qui font des perruques, des perruques de marque. Donc vous portez une perruque sur la tête et vous avez le nom du designer dessus. Mon idée est de voir à quel point les êtres humains peuvent devenir stupides avec leur intellect.
Aujourd’hui, Je ne veux pas décrire les qualités de Shrī Krishna, parce que vous les connaissez. Mais comment vous vous êtes éloignés, en Occident, du style de Shrī Krishna, de Ses méthodes. Tout ce qu’Il a fait, c’est détruire le mal, détruire la négativité et Il a commencé à apporter la joie, qui est Ras. “Ras”—“Ra” en est l’énergie. Le “Ras” est l’énergie que vous avez et c’est ainsi que vous jouez le “Ras”, avec cette énergie et ce plaisir.
Il a apporté Holi. Bien sûr, maintenant Holi peut être n’importe quoi, mais Il a apporté une fête de Holi très sensée, simplement pour exprimer votre joie de façon gaie et enjouée, parce que cela manquait dans la vie de Shrī Rama. Donc Il a dit: “Laissez seulement votre Soi se réjouir”, mais c’était seulement pour les Sahaja Yogis. Pas pour les autres. Les autres, vous savez qu’ils vont dans les pubs et ce qui s’y passe. Nous avons ici un certificat qui dit que nous sommes des personnes très paisibles, très bonnes, ceci et cela. C’est ce que Shrī Krishna a dit et a fait: nous devons nous amuser de tout, mais d’une façon dharmique. Nous ne devons pas être adharmiques.
Le Dharma devrait vous donner de la joie. Sinon, si vous êtes juste dharmique, vous savez ce qui arrive, vous devenez une personne absolument austère, sans joie et parfois cynique, parce que vous pensez que les autres sont adharmiques et ceci et cela. Mais l’approche de Shrī Krishna était que vous devez être gai, vous devez être joyeux et cette joie se communiquera aux autres. Sans cette nature joyeuse, vous ne pouvez pas être un communicateur.
Mais, comme vous le savez, lorsque Je suis allée chez les Français, ils M’ont dit: “Mère, Vous avez l’air si joyeuse, Vous devriez dire que Vous êtes malheureuse.” “Mais Je ne le suis pas.” “Si Vous ne le dites pas, alors ils ne Vous croiront pas.” J’ai demandé: “Pourquoi?” “Parce qu’ils sont tous malheureux et ils pensent qu’ils sont des gens très malheureux.” Alors J’ai commencé Mon discours par “Les Misérables” et Je leur ai dit que, tous les quatre lampadaires, vous trouvez une prostituée et tous les dix un pub. Et J’ai vu tant de personnes assises sur le trottoir, alors J’ai demandé: “Pourquoi sont-ils assis ici?” “Ils attendent que le monde entier soit détruit.” J’ai dit: “Vraiment?” Après avoir bu, ces idées apparaissent: “Que le monde entier soit détruit!”, peut-être parce qu’ils n’ont plus d’argent pour aller au pub. Je ne sais pas pourquoi. Maintenant, pensez à leur niveau, regardez juste leur niveau! Où sont-ils comparés à vous tous?
Donc, en tant que Virata, Il est Celui qui apporte la lumière dans votre cerveau. Dans cette lumière, vous voyez ce qui est stupide, ce qui manque de sagesse. Voilà la bénédiction de Shrī Krishna. Et Il vous donne le Nirananda, parce que, si vous n’avez pas la lumière, vous ne pouvez pas apprécier la joie de votre mental ou la joie de votre cerveau. Vous ne le pouvez pas. Et c’est à travers Sa lumière que nous nous voyons pleins de joie et nous ne savons pas quoi en faire et comment le faire: comment exprimer notre joie, comment exprimer nos sentiments. Parce ce que c’est trop fort.
L’autre mode, c’est de dire: “C’est trop!” Vous leur dites n’importe quoi: “Mère, c’est trop!” Comme leur cerveau est plein d’absurdités, alors si vous leur dites quelque chose, rien ne peut leur entrer dans la tête: “C’est trop!”
Donc la personne sage—comme l’est Shrī Krishna, le plus sage des sages, Il est la source de la sagesse—doit être Sthita PrAgnya. Cela signifie qu’il doit être en équilibre, il doit être dans le Dharma et, par-dessus tout, il doit être dans la joie.
En fait, vous n’êtes pas seulement dans la joie, mais vous connaissez la vérité. Vous connaissez la vérité absolue. Et cette vérité absolue est celle qui vous fait comprendre ce qui est bien, ce qui est mal. Et vous développez votre sagesse, pas tant votre intellect. Vous voyez alors parfois votre intellect mal se comporter, vous donner des idées négatives, parfois trop d’idées agressives. Vous pouvez devenir un témoin, sakshi, et c’est pour cela que Shrī Krishna a dit: “Je suis le sakshi du monde entier, le témoin du monde entier.”
Vous voyez, vous pouvez continuer à parler de Lui, mais ce que nous devons voir, c’est où nous allons mal et comment Shrī Krishna peut nous sauver. Pas en chantant: “Hare Rama, Hare Krishna” comme cela. En devenant, jour après jour, une personne plus sage. La sagesse vous donne des idées précises sur comment vous devez être. S’il y a encore cette chose qui continue—Vous voyez, à la manière occidentale, ils font comme ceci. Demandez-leur: “Comment allez-vous?” “Je suis comme ceci.” C’est-à-dire? “Comme ceci.” Si cela est encore présent, alors Shrī Krishna n’est pas éveillé. Mais s’Il l’est, vous savez ce que c’est, vous aurez le sourire qu’avait Shrī Krishna. Je le sais. Je connais cela.
Maintenant nous devons comprendre que notre Vishuddhi doit être en bon état. J’ai du Vishuddhi parce que Je sais ce que c’est. Voici l’Amérique, qui devrait être bien, sinon Mon Vishuddhi ne sera jamais bien. Je le pense. Mais pour le Vishuddhi, il y a tant de choses que nous avons dans Sahaja Yoga, mais que très peu de gens font. Au moins, si vous les Sahaja Yogis gardiez votre Vishuddhi en bon état, J’irais beaucoup mieux. Mais vous n’essayez jamais de garder votre Vishuddhi en bon état. Continuez, continuez! Même le Président des Etats-Unis a le pire Vishuddhi que J’aie jamais vu, alors vous pouvez imaginer quel bien il va faire. Quelle sagesse aura-t-il?
Maintenant vous êtes une nouvelle race, bénie par le Divin, et vous avez Shrī Krishna éveillé à l’intérieur de vous. Dans Sa propre splendeur, dans Sa propre lumière, vous devriez savoir ce qui doit être fait. Il faut communiquer. Voilà ce que vous devez faire, mais ce que J’ai vu, c’est que les gens ne méditent même pas. Même s’ils méditent, ils ne veulent pas communiquer. Et parfois lorsqu’ils communiquent, ils pensent qu’ils sont devenus des Dieux. C’est très difficile. Les êtres humains sont un article très difficile à manier.
Vous devez communiquer avec une humilité totale, à la manière de Shrī Krishna. Dans Son Ras, Il répand l’énergie de Rādhā dans tous ces gens, en présentant les mains. Donc Son enfance, où Il a tué tant de gens et fait tout cela, est terminée. Ensuite même Sa période adulte, où Il a dû tuer Son propre oncle, est également terminée. Donc Il devient le roi. Lorsqu’Il devient le roi, alors que fait-Il? Il communique. La plupart des expressions de Ses qualités, on les voit après qu’Il est devenu le roi. Avant cela, Il était occupé à tuer, l’un après l’autre, tous ces horribles personnages. Après cela, Il a construit, développé les gens. Il a construit Dwarika et Il a essayé de communiquer avec les gens.
Maintenant votre devoir est de vous développer et de communiquer avec les autres avec toute la douceur, madhurya, de Shrī Krishna, toute la beauté de Shrī Krishna, avec une compréhension complète de ces choses stupides qui tournent en rond. Une fois que vous comprenez cela, vous ne vous y mettrez pas, parce que vous deviendrez assez sage pour ne pas vous adonner à toutes ces choses absurdes qui apparaissent. Et il y en a tellement, Je veux dire, que dans cette conférence, Je ne peux pas vous en parler. Mais maintenant, si vous devenez le témoin de tout cela, vous verrez ce qui se produit. En fait nous devons les empêcher d’aller en enfer. Et nous devons véritablement développer une vraiment très bonne personnalité de Sahaja Yogi. Vous tous!
Par exemple, il y a beaucoup de mariages qui ont lieu, puis tout à coup ils décident de divorcer. Le divorce est autorisé dans Sahaja Yoga, mais ce genre d’absurdité américaine, Je n’en veux pas. Les femmes sont, peuvent être, très dominatrices. Un gars s’est enfui en Russie. Ils n’ont aucune idée du mariage. Ils ne savent pas comment le réussir. Toute la douceur du mariage est terminée. Si le mari est dominateur, ou la femme est dominatrice, cela se produit, et ensuite vous divorcez. Qu’avez-vous gagné?
Donc, nous devons travailler tout cela en nous, parce que nous sommes conditionnés, nous sommes dans une ambiance. Je vous demanderais à tous d’essayer de comprendre ces subtilités de la personnalité de Shrī Krishna. Essayez de devenir ainsi—extrêmement paisible, extrêmement gentil, tendre, serviable. Et dans Son humilité, Il n’avait aucune conscience de l’argent. Rien. Et également, comme vous le savez, Il avait la peau foncée pour une raison quelconque, mais la manière dont Il a mené Sa vie devrait être un exemple pour nous. Je suis sûre que maintenant, lorsque vous retournerez dans vos pays, vous verrez toutes ces absurdités. Notez-les s’il vous plaît. Ecrivez ce que font ces personnes absurdes et envoyez-le Moi. Voilà ce qu’il en est.
Donc, aujourd’hui, c’est le Pūjā à Shrī Krishna. Je n’ai pas besoin de vous expliquer combien de qualités Il a, comme Je vous l’ai dit. Mais la plus grande qualité qu’Il a, c’est qu’Il est le docteur des docteurs. En fait, dans Son nom, vous saurez combien de qualités Il a et vous comprendrez. Essayez de comprendre que nous devons avoir ces qualités en nous aussi. Parmi toutes les qualités qui sont décrites ou citées, essayez de voir combien vous en avez. C’est ainsi que l’introspection commencera. Une fois que vous commencerez à vous introspecter et à vous comprendre, la sagesse grandira—pas en critiquant les autres, en accusant les autres, mais vous-même. C’est ainsi que les choses fonctionneront. Même si Krishna n’a pas dû le faire, parce qu’Il était Sampurna, Il était complet. Mais nous, nous devons faire tout cela afin de devenir nous aussi complets.
Merci beaucoup. Que Dieu vous bénisse tous! Que Dieu vous bénisse!
Il y a un autre point que Je voulais mentionner à propos des Sahaja Yogis: nous vous faisons connaître la musique classique indienne, car Je pense qu’elle aide pour les vibrations. Mais, selon la nature des Occidentaux, dans tout ce qu’ils abordent, ils doivent pousser à l’extrême, jusqu’à ce qu’ils soient complètement perdus. Donc, Je découvre maintenant qu’ils achètent tous des CDs. Certains CDs… En fait, J’en ai été surprise, certains achètent comme des fous des CDs de gens tout à fait inconnus.
Une fois Je voyageais en Amérique avec une dame, qui était une disciple de Muktanand. Elle disait: “J’ai une très belle cassette” et elle écoutait le discours de Muktanand. Les gens de Rajneesh écoutent le discours de Rajneesh. Mais maintenant ici, ils sont tous allés d’un seul côté, alors celle-ci, celle-là, ils ont toutes sortes de musiques. Demain, si nous commençons à vous dire que vous devez comprendre la danse indienne, alors toutes Mes vidéos seront remplacées par de la danse indienne de A à Z.
Vous êtes des Sahaja Yogis, c’est bien, J’aime aussi la musique, mais ce n’est pas comme cela. Quelle est la chose principale dans votre vie? Et J’ai été surprise de voir comment les gens sont perdus dans la musique. Je veux dire, il doit y avoir une occasion. Ils sont tous déjà dans un autre monde avec la musique. Ne faites pas ces choses-là. Vous poussez tout à l’extrême. Ce n’est pas correct, même pour les Pūjās et tout, vous allez dans les extrêmes.
En allant dans les extrêmes, vous ne serez pas au centre. Vous ne serez pas à la place de Shrī Krishna, là où vous devez être. Au contraire, vous serez juste dans un autre monde imaginaire. Ainsi, par la force de l’habitude, nous créons un monde comme cela: l’un a le monde de la musique, l’un a le monde de la danse, l’autre a un autre monde.
Je l’ai vu avec des Sahaja Yogis qui se croient supérieurs: “Nous avons une relation particulière avec Shrī Mataji!” C’est très commun. Mais Je ne peux avoir aucune relation particulière. Désolée, personne n’a de relation particulière avec Moi. Cela, Je voudrais vous le dire très clairement, et vous ne devriez pas le prétendre, et ensuite devenir—certaines personnes disent: “Nous sommes des déités!” Je veux dire, c’est quelque chose… Horrible!
Je parlerai deux minutes en marathi si cela ne vous dérange pas…
[Marathi]
Maintenant Je veux parler aux filles du Mahārāshtra.
Vous avez été mariées à des hommes occidentaux et vous avez de riches maris. Mais dès que vous êtes arrivées ici, vous avez commencé à envoyer de l’argent à vos parents. Fait-on cela en Inde? Pouvez-vous envoyer de l’argent à vos parents depuis la maison de vos beaux-parents?
Deuxièmement, les bibelots. Vous avez commencé à faire beaucoup de décoration. J’ai demandé à un mari Sahaja Yogi: “Pourquoi ne t’achètes-tu pas une chemise?” Il a répondu: “Je me peux pas me le permettre, depuis que mon épouse dépense tout l’argent en bibelots.” Cette avidité pour les bibelots ne convient pas à un Sahaja Yogi. C’est un sujet très sérieux. Récemment, J’ai appris que toutes les dames indiennes ont fait de la décoration après leur mariage. Et donc leurs maris n’ont plus d’argent.
Ces maris qui avaient l’habitude de supporter Sahaja Yoga avant le mariage ne sont plus capables de le faire après le mariage. Ils disent qu’ils n’ont plus d’argent disponible. Que vous est-il arrivé? Rappelez-vous que vous êtes venues ici depuis le pays des Saints! Shivaji Maharaj avait un grand respect pour Shrī Saint Tukaram et il a apporté des bijoux pour son épouse. Son épouse devait être quelqu’un comme vous, car elle a immédiatement accepté les bibelots.
Pourquoi devrait-on aimer autant les bijoux? Même en étant une Déesse, Je n’adore pas les bijoux. Alors, pourquoi devriez-vous les aimer autant? En fait, on M’offre de force des cadeaux, c’est pour cela que Je les accepte. Mais même lorsqu’elle a accepté les bijoux, Saint Tukaram a dit: “Quel besoin pour des saints comme nous d’avoir des bijoux?” Alors il renvoya tous les cadeaux.
Sachez que vous êtes venues ici depuis le pays des Saints et que votre attitude est un signe de misère. Vous avez envoyé de l’argent à vos parents et Je ne peux pas vous expliquer à quel point cela est allé. Vous n’êtes pas venues ici pour mal vous comporter ainsi. Vous êtes venues ici pour aider Sahaja Yoga et pas pour faire de la décoration. Si vous le faites une fois de temps en temps, ça va. Mais si vous mettez toute votre attention sur les bibelots, vous pourriez perdre votre mari et il pourrait quitter Sahaja Yoga. Voilà le bon Karma que vous allez faire. Désormais, personne ne devrait faire de décoration sans Ma permission.
Nous allons célébrer le Pūjā maintenant.