Hommage à Shri Mataji par Claes Nobel et lettre de l’Ayatollah M. Rouhani

London (England)

1997-07-03 Public Program: Tribute to Shri Mataji Nirmala Devi by Claes Nobel, 142' Download subtitles: EN,FR,NL,PLView subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: View on Youku: Listen on Soundcloud: Download audio:


1997-07-03 Public Program: Tribute to Shri Mataji Nirmala Devi by Claes Nobel, 21' Download subtitles: EN,FR,NL,PLView subtitles:
Download video (standard quality): Download video (full quality): View and download on Vimeo: Listen on Soundcloud:


Programme public, hommage à Shri Mataji par Claes Nobel au Royal Albert Hall, le 3 juillet 1997

C’est vrai, la vie est pleine de surprises. En fait, nous sommes ici, inspirés par le message et le travail de la Sainte Mère Shri Mataji Nirmala Devi. Elle n’est pas ici en personne, mais elle est présente en Esprit. De même, bienvenue est cette merveilleuse lettre, que nous venons d’écouter, de l’Ayatollah Ruhani et qui parle très élogieusement du travail et de la mission de la Sainte Mère, en soulignant l’importance du rôle que les femmes ont à jouer dans ce monde. Sincèrement, il y a 36 heures, je ne savais pas que ce soir je serais ici au Royal Albert Hall, pour m’adresser à un distingué auditoire. Et voilà que je parle: chère Sainte Mère et je reconnais dans la salle son époux Sir C.P. Srivastava, et, le plus important, chers amis, compagnons-chercheurs de la Vérité je vous demande: êtes-vous ici ? Car à cause des spots, je ne peux voir que les 20 personnes qui sont devant moi. Dites-moi, s’il vous plait, si vous êtes là, pour que je sache. Ah…Maintenant je peux vous voir, vous entendre et vous de même.
Ceci étant dit, je vous avoue que j’ai une vision:
la vision d’un monde meilleur, plus sûr et plus sain que celui que nous connaissons actuellement.C’est un monde où les gens vivent en harmonie et paix avec eux même, ainsi qu’en harmonie avec la Nature. Eh bien à part ces grand mots, à part cette vision osée ai-je un moyen pratique pour transformer cette vision en réalité? Oui, et je vais le partager avec vous. Je vais le partager et je vais en pointer l’essence par dix mots concis. Ils indiquent comment cette transformation globale doit être réalisée. Ceux-ci sont: pensées justes, mots justes, faits justes, juste ici et juste maintenant.
Le mot clé est, bien sur « juste ». Ce monde se bat pour ce qu’il pense être juste. Ce qui est juste pour moi peut être mal pour vous et vice-versa, c’est du domaine de l’incertitude.
Nous avons donc besoin d’un point de référence, pour pouvoir distinguer le bien du mal, la vérité du mensonge. Ce soir, Shri Mataji va nous montrer ce qui est bien. Ce soir Shri Mataji va nous donner le pouvoir de devenir maîtres de notre propre destin. Ce soir, nous allons être guidés par la connaissance de la Réalisation du Soi. Tout ceci sera possible dans la lumière de la Vérité. Et chacun de nous va connaître la Vérité absolue et la paix absolue.

Il y a 100 ans, Alfred Nobel a institué les Prix Nobel. Ces prix représentent l’excellence. Il existe des prix en chimie, physique, médecine, littérature et paix. De tous, je considère que le prix de la paix est le plus important.

Et je voudrais vous dire qu’Alfred Nobel a écouté le conseil d’une femme, celle de sa secrétaire à Paris, Bertha von Suttner, qui lui a suggéré, il y a 100 ans: « Dr. Nobel, vous devriez utiliser votre immense fortune pour le progrès de l’humanité ».

Ce soir nous écoutons le message d’une autre femme, nous écoutons le message de Shri Mataji. Je me sens fort inspiré, d’abord par mon oncle, et après, vous allez comprendre, par Shri Mataji. Alfred Nobel a beaucoup parlé au sujet de la paix. Il eut peur que sa dynamite, par sa terrible explosion élimine des terres, des ports et des tunnels, et qu’elle puisse être utilisée à des fins de guerre. Aujourd’hui dans l’arsenal des systèmes militaires, la dynamite ressemble à un simple pétard, mais à l’époque elle était un moyen de destruction effroyable. Or, Alfred Nobel considérait la paix comme l’absence de guerre. Mais je vous assure que la paix est bien plus que l’absence de guerre.

Et je dirais que cette paix existe en quatre sphères spécifiques.
La première sphère se réfère à la paix intérieure de l’individu. Comment voit-on notre mental, nos émotions et sentiments? Comment traitons-nous notre corps? Sommes-nous les esclaves des autres maîtres, où sommes-nous notre propre maître? Tant que nous n’avons pas la paix intérieure nous ne pouvons pas avoir la paix dans le monde. Et le moyen le plus sûr et le meilleur pour la paix mondiale est d’avoir des changements de masse incluant toutes religions et philosophies, toutes les entreprises, qu’elles soient politiques ou scientifiques, pour comprendre ce qu’est la paix intérieure. Et c’est le sujet de ce soir: la Réalisation du Soi. Qu’est-ce que ça veut dire la Réalisation du Soi? Ça veut dire que nous réalisons quelque chose; mais qu’est-ce que le Soi?

Mesdames, Messieurs, le Soi en nous est le Pouvoir Cosmique Divin qui existe en chaque individu, mais qui est inactif chez la plupart des gens du monde entier.

Les leaders spirituels des anciennes doctrines le savaient et ils en ont parlé. Mais ce secret des secrets a été, de façon délibérée, caché, jusqu’à ce que Shri Mataji, avec courage et sagesse infinies, étant une ancienne âme évoluée, ait décidé de revenir sur la Terre en ce temps crucial de notre histoire, pour partager sa connaissance et sa sagesse, qui est le Sahaja Yoga, qui est la Réalisation spontanée du Soi, qui consiste dans l’activation du principe latent que nous avons tous en nous : la Kundalini et l’éveil de cette Kundalini, de sorte que l’on devient ce qui est dit dans la Bible: « Vous êtes faits à Mon image. »
Ceci a été le premier pas, la première sphère vers la paix, celle que nous avons en nous.

La sphère suivante est la paix dans les relations interpersonnelles: dans la famille, dans notre communauté, notre nation la paix que nous avons vis-à-vis des autres groupes ethniques et vis-à-vis des autres religions, le fait de devenir vraiment ce que j’appelle « des écouteurs actifs » Et en tant qu’écouteur actif, nous pouvons nous mettre à la place de l’autre. Et là seulement quand nous sommes dans leur perspective, nous allons pouvoir comprendre ce qu’ils essayent de dire. Nous parlons, parlons et parlons encore. Ma chère femme, qui n’est pas là ce soir, me disait: « Claes, tu parles trop, tu n’écoutes pas ». J’ai commencé à pratiquer ce qu’elle appelle « écoute active ».

La troisième sphère est celle qui me met dans une nouvelle conscience. Après tout, je suis un homme d’affaire suédois, pourquoi suis-je là à vous parler un langage de spiritualité et vous disant que c’est en cela que réside l’espoir du futur? Je fais ceci car j’ai une immense et profonde considération pour la Nature comme le disait le Dr. Schweitzer, lauréat du prix Nobel de la Paix. Après avoir beaucoup travaillé, essayant de condenser la phrase qui pourrait contenir tout ce qu’il savait, tout ce qu’il voulait dire dans sa philosophie, et il est arrivé à cette phrase: « considération pour la Vie ».La Nature n’est qu’une pléthore des modèles de vie dans sa multitudes de facettes. Et je vous dis, chers amis – chercheurs de la Vérité, que nous, humains d’aujourd’hui, dans notre ignorance, dans notre avidité et soif de pouvoir, nous détruisons ce qui fait de cette planète un endroit unique, la qui est la Vie sur la Terre.
Or, à ce jour, nous ne connaissons pas une autre planète dans l’Univers qui puisse abriter un tel miracle. La Terre est comme un joyau bleu dans l’espace. Et il y a une seule Terre, et cette Terre est fragile et nous devrons en prendre soin et la respecter. La Terre est aussi appelée Nature. Nous ne pouvons pas ne pas respecter les lois de la Nature, nous devons vivre selon ces lois de la Nature. Si nous les transgressons, la Mère Terre va nous détruire. Et nous ne sommes qu’une espèce parmi les … nous ne savons pas exactement combien, 5, 10, 15 millions. Mais nous savons une chose, démontrée par le réputé homme de science Dr. Edward O. Wilson, de l’Université Harvard USA:
aujourd’hui nous détruisons 250 espèces par jour. Ce qui est semblable à défaire, de façon délibérée, fil après fil, après fil, la texture de la Vie, et la Mère Nature ne va pas nous laisser faire sans nous corriger comme des enfants désobéissants.

La quatrième sphère vers la paix que nous allons devoir connaître est entre nous et Dieu. Toute religion ou groupe qui prend les armes pour détruire ses adversaires au nom de Dieu, ne suivent pas ce que Dieu nous a demandé de faire. Le monde ne devrait pas connaître la violence et le monde ne devrait pas connaître la guerre. Je nomme ces quatre sphères de la paix comme je l’ai dit auparavant, « l’Éthique de la Terre ». Et ce soir nous allons en apprendre plus de la Mère Sainte: comment avoir un point de référence, comment savoir si on a devant nous un imposteur ou un escroc ou s’il s’agit d’une personne honnête et sincère ? Et vous, distingué auditoire, vous qui êtes venus ici ce soir, de différentes couches sociales et professionnelles.

Comme vous, moi aussi j’ai cherché la Vérité. Je commence à discerner assez bien la Vérité et permettez-moi de vous dire que je vois la vie sur la Terre comme une sorte d’école, une école qui nous apprend la perfection et la purification. Mais sur la Terre tout est interdépendant, en interaction, en relation. Et sur la Terre, tout comme au Ciel, je présume, toute action a une réaction, chaque effet une cause, chaque cause un effet. Et la Mère Sainte, comme je l’ai dit, c’est une Grande Ame évoluée et elle a appris de ses nombreuses et nombreuses vies tout ce qu’on peut connaître, et les lois qui gouvernent la Création, les lois invisibles, les lois spirituelles; elles sont toujours présentes et elles travaillent sans relâche comme la loi de la gravitation.

Toutes ces lois invisibles travaillent tout le temps. Il faut que nous apprenions à percevoir ces lois. Je suis d’accord avec tous les enseignements de Shri Mataji et j’apprécie énormément la Mère Sainte Elle-même. Je parle ainsi, car dans la Bible, parmi beaucoup de bons enseignements, il y en a un qui dit: « Tu connaîtras l’arbre d’après ses fruits. »
Et dernièrement j’ai rencontré des jeunes hommes et femmes en différentes parties du globe, venant sans doute de différents endroits du monde et tous étaient des personnalités lumineuses et très belles, qui irradiaient la paix intérieure et l’équilibre. Ils sont uniques. Vous, qui les suivez ou vous qui allez bientôt les suivre, vous allez être, je crois, ceux qu’on va appeler « les ambassadeurs de la Terre ». Et, dès que la rencontre de ce soir aura pris fin, je suis sûr que vous allez comprendre de façon limpide comment discerner la vérité du mensonge. Vous allez réaliser comment la foi aveugle n’a aucune valeur, et que le fanatisme et le recours à la violence, comme argument final, n’ont aucune valeur. Et que ces choses vont vous rendre malheureux, et ne vont que vous apportez des conflits et des guerres.

Mesdames, Messieurs, je sais que le futur est entre nos mains.
Je sais que le futur est dans vos mains, je sais qu’il est dans mes mains. Et je sais aussi que le futur de la planète existe dans le cœur de chaque homme.

Je vais terminer pour ce soir avec une fable d’Inde que j’ai entendue à la conférence de Rio ’92, qui était le 20ème anniversaire de la conférence de Stockholm qui mit l’environnement pour la première fois à l’agenda du monde. A Stockholm en 1972 , nous avions seulement 2 chefs d’état: le Premier de l’Inde et le Roi de Suède. A Rio, 20 ans plus tard, il y avait 110 chefs d’état. Une déclaration merveilleuse fut écrite: « L’agenda 21 » Et la semaine dernière, à New York, 70 chefs d’état ont continué avec ‘Rio plus 5’. Ce que j’ai dit à Sir C.P. lorsqu’il me demanda les résultats de cette conférence, je dis: Eh bien, nous parlons d’un avenir durable car il semble que dans les Nations Unies il y a beaucoup de de dialogue durable en cours. Mais ce soir nous devrions passer aux actes.
Et bien j’ai demandé à ce saint homme indien, un Acharya vêtu de blanc et j’ai dit: « Y a-t-il de l’espoir pour le futur? » Il dit: « Mr Nobel, je vais vous répondre comme suit. »
Voici ce qu’il dit: « Quand le Seigneur a créé la terre, Il était très heureux, très, très, très satisfait. C’était sa plus belle création dans l’univers et Il a décidé de fêter cela, de faire une soirée. Et Dieu invita tous les anges et tous les démons. Quand ils furent arrivés, Il porta un toast, leur souhaita la bienvenue comme un hôte excellent et dit: Il n’y a qu’une règle à suivre strictement pendant votre séjour, pendant que vous avez du bon temps. Et soit dit en passant, on servit la meilleure nourriture, le meilleur vin, l’ambroisie, le nectar.
Et Il dit: « La seule règle est que pendant votre séjour, quand vous célébrez Ma création, vous ne pouvez plier les coudes. » Les démons se mirent à crier et dirent: « Nous ne voulons pas d’une telle réception! Quel plaisir aurons-nous sans plier les coudes? » Et donc ils partirent. La réception commença. Les anges prirent du bon temps et Seigneur bien-aimé était très, très content. » Maintenant comment purent-ils manger et boire sans plier le coude? Bien, je sens que vous pouvez connaître la morale de la fable: C’est que les anges se nourrissaient l’un l’autre, ils partageaient et prenaient soin l’un de l’autre, et c’est cela que nous allons faire dans le futur tous ensemble.
Merci beaucoup.

________________________________________________________

Lettre de l’Ayatollah Rouhani, traduction lue par Derek Lee au Royal Albert Hall, Londres, jeudi 3/07/1997.

English transcript certified IBP
Traduction française approuvée. Ver 10/07/1998.

Si nous considérons la plus ancienne preuve laissée par l’Homo Sapiens, nous pouvons voir que l’homme a toujours été conscient de l’existence d’un Etre Suprême qui est le Seigneur de toutes choses et de toutes les créatures vivantes. Utilisant tous les moyens possibles, les êtres humains de toutes les époques ont toujours essayé de montrer leurs sentiments de profond respect (et de révérence) envers Dieu et d’accomplir ce qui est dû à leur Créateur.
C’est pourquoi l’Islam a toujours mis l’accent sur la possibilité d’une communication directe avec Dieu. Même ceux qui sont tombés dans l’idolâtrie n’ont jamais nié l’existence d’un Créateur, mais ont simplement mis leurs idoles et leurs images à Sa place. Et ceci se passe encore aujourd’hui. Ceci étant, comment pouvons-nous reconnaître un véritable prophète et ce qu’est sa mission?
La mission des prophètes est de révéler à Dieu, c’est-à-dire de fournir une explication logique et tangible en matière de religion comme on l’expérimente dans nos vies quotidiennes.
Le vrai monothéisme – la croyance en un Etre Suprême – signifie (ou implique) l’unité inébranlable de la création toute entière entre l’homme et Dieu. Le monothéisme prouve alors l’absurdité des idoles et des images qui interviennent entre l’homme et Dieu. La mission des prophètes est ainsi d’établir les êtres humains sur le bon chemin et afin d’accomplir cela, ils ont utilisé deux voies parallèles et complémentaires:
– la voie de l’apprentissage, basée sur la théologie et la philosophie
– la voie de la connaissance de soi, ou de la Réalisation de soi.
C’est pourquoi nous trouvons dans notre Livre Saint, le Coran, à la fois des discours, et des expressions scolastiques qui font allusion à la voie qui permet d’atteindre la connaissance du Soi Supérieur.
La façon concrète de mettre ce message en pratique est ce qui nous est offert à notre époque par Shri Mataji Nirmala Devi.
Pour étayer cette Vérité, si vous me le permettez, je citerai les mots du Prophète Mahomet qui nous dit: “Dieu est plus proche de l’homme que ses propres veines.”
Et le Prophète dit aussi: “Avec la connaissance de l’Esprit, l’homme commencera à se connaître afin d’accomplir la connaissance de Dieu.”
“Avec la purification de son être intérieur, l’homme devient conscient qu’il est l’Esprit.”
C’est donc l’expérience de la Réalisation spontanée du soi, qui est révélée par Shri Mataji Nirmala Devi, et Sahaja Yoga, qui est la pratique qu’Elle enseigne. La Réalisation spontanée du Soi et Sahaja Yoga sont en parfaite harmonie avec les enseignements de l’Islam. C’est à cause de cette révélation par Shri Mataji que j’ai voulu vous parler ce soir.
De la même façon, j’aimerais achever mon discours en mentionnant la condition des femmes dans les pays islamiques aujourd’hui. Comme vous le savez, la position de la femme en tant que mère est glorifiée dans la tradition islamique. Le Prophète Mahomet est allé jusqu’à dire: “Nous avons expérimenté le Paradis aux pieds de notre mère.”
En tant qu’épouse, l’Islam non seulement lui reconnaît son droit total à choisir son propre mari, mais aussi lui rend hommage dans les mots célèbres du Prophète qui dit: “Le meilleur d’entre vous est celui qui se comporte le mieux envers son épouse.”
Les femmes sont considérées comme égales des hommes à la fois dans leurs responsabilités et dans leurs droits légaux et civiques.
Aujourd’hui, malheureusement, nous voyons que cette grande intention du Coran n’est pas toujours comprise et par conséquent pas toujours respectée dans les différents pays musulmans.
Vous, Shri Mataji, par Votre courage, Votre sincérité et Votre pureté, par Vos voyages infatigables à travers les cinq continents, êtes considérée à juste titre comme la Messagère de la Paix dans le monde.
Votre vie exemplaire fait de Vous le symbole et le modèle parfait pour les femmes musulmanes. Puisse leur quête de Justice, leur désir de pouvoir obtenir une véritable vie spirituelle dans leur propre dignité, puisse cette quête trouver un écho dans l’approche spirituelle du véritable Islam. Ceci permettra d’arrêter toutes sortes d’injustices qui sont encore commises contre les femmes au nom de la religion.
C’est avec cette vision et dans le but de défendre les droits des femmes dans les pays musulmans à travers le monde et en particulier en Afghanistan, en Iran et en Turquie, que je Vous adresse ce bref discours à Vous, Shri Mataji, et à toutes les personnes assemblées ici ce soir.

Medhi Rouhani