Shri Krishna Puja, Cabella 1997

Campus, Cabella Ligure (Italy)

Feedback
Share
Upload transcript or translation for this talk

Shri Krishna Puja. Cabella (Italy), 23 August 1997.

English transcript verified IBP
Traduction française version 1/1/2014.

“Valeurs primordiales et Sahaj Dharma”

Aujourd’hui, nous sommes ici pour célébrer le Krishna Puja. Je suis allée aux Etats Unis et ils ont voulu que Je fasse un Mahakali Puja. Mais J’ai dit: “Non, Je vais seulement parler de Krishna, parce que nous devons d’abord réaliser quel est le pouvoir de ce Puja.” Comment allons-nous établir Shri Krishna en nous-mêmes?
Il a dit Lui-même que chaque fois qu’il y a une chute du Dharma… Le Dharma ne signifie pas ce que ces absurdités que nous entendons dans l’Hindouisme, le Christianisme ou l’Islam, ce n’est pas cela! Le Dharma représente nos tabous primordiaux, les valeurs primordiales qui sont intégrées dans les êtres humains. A ce sujet, Je pense que les Aborigènes en savaient plus que nous, mais qu’avons-nous fait? Nous les avons dominés et également, ils ont dû changer leur façon de vivre. On ne comprend véritablement les tabous primordiaux que si les hommes essayent de se comprendre eux-mêmes, ainsi que ce qui leur est parvenu par la tradition.
Maintenant, le Sahaj Dharma est un peu différent, en ce sens qu’il est bien plus élevé que les idées Sahaj dont on parle, il est même bien supérieur à ce que Shri Krishna ou Shri Rama ont dit. Shri Rama a d’abord pensé que le mieux était de leur donner de la discipline. Les hommes devraient être sérieux au sujet de la vie, avoir une idée complète de leur propre être, et se respecter. Toutes ces choses ont été écrites il y a longtemps. Egalement, ceux qui étaient fondamentalement bons comprenaient que nous ne devrions pas faire ce qui est mauvais pour nous. Ce sont des tabous primordiaux.
En fait, ces tabous primordiaux sont intégrés en nous. Maintenant, supposons que Je dise: “Ne buvez pas,” vous continuerez à boire. Si je dis: “Ne dites pas des mensonges,” vous direz des mensonges. C’est dans la nature humaine, vous voyez, d’aller à l’encontre des tabous primordiaux, parce qu’ils pensent que maintenant, ils sont libres, libres de faire ce qu’ils veulent. Vous êtes des gens libres. En fait ils ne le sont pas. Ils sont sous le charme de toutes sortes d’attractions ou de tentations qui sont contre la vie humaine.
Et pourtant, c’est très naturel d’être une personne dharmique. La majorité des petits enfants, ont çà. Par exemple, J’ai vu des enfants qui se sentent très timides pour enlever leurs vêtements, même les tout petits garçons. Ils ne vont pas enlever leurs vêtements en présence des autres. Ils se sentent pudiques. Alors toutes ces choses sont décrites ainsi: “Ya Devi Sarva Bhuteshu Lajja Rupena Samsthita”.
Ainsi, vous devriez être pudique, vous devriez être humble et respecter votre corps. C’est très important dans ces temps modernes, où l’exposition de leur corps est considéré comme un grand accomplissement des femmes. Ils essayent de devenir des aborigènes, vous voyez. A cette époque, ils n’ont jamais eu ces idées et ils n’étaient pas si perturbés. Ainsi, même si leur femme était légèrement habillée, cela ne signifiait pas une relation au sexe ou une sorte de tentation pour les hommes. Ou bien les hommes qui se comportent de façon bizarre pour montrer qu’ils ont une attirance spéciale pour les femmes… Hein, pourquoi devriez-vous vous comporter ainsi? Il est vraiment absurde que les hommes soient attirés par toutes les femmes et que les femmes par tous les hommes et sur la route, dans la rue, on ne voit que ça, que se passe-t-il?
Cet adharma est la pire des choses, Je pense, car c’est une malédiction. Parce que, vous savez, même après être venus à Sahaja Yoga, certains font ces bêtises. Je pense qu’ils devraient tous aller à l’asile, ils ne sont pas bons pour Sahaja Yoga. Mais le Dharma s’établit dès que vous avez la lumière de l’Esprit.
A Son époque, Shri Rama a dû établir des règles: A, B, C, D, E, F. En Son temps aussi, Moïse a dû écrire dix commandements, mais Krishna a pensé autrement. A établir un Dharma de pur amour. C’est ce qu’Il voulait, mais les valeurs de Shri Rama ont été imposées aux hommes, comme chez les Islamistes, comme chez les Chrétiens, ça ne marche jamais! Alors, Il a pensé qu’il valait mieux leur demander que, dans leur liberté, ils développent l’amour pur. Raddha, qui L’accompagnait, qui était Son pouvoir, s’appelle Allahdhadayini, Celle qui donne la joie. La joie pure!
Ainsi, tous ces types limités d’attractions finissent dans les ennuis. Boire de l’alcool est contre cela, vous le savez. Aujourd’hui ils parlent du tabac, mais demain ils parleront de l’alcool, lorsqu’ils se rendront compte que tant de personnes souffrent d’un foie horrible et meurent. Alors ils en feront un tabou. Mais c’est un tabou naturel pour votre corps. Si vous faites tout le temps quelque chose qui n’est pas bon pour vous, pour une bonne vie, vous devenez adharmique.
Il faut vraiment bien comprendre que le Sahaj Dharma signifie que vous êtes libre, complètement libre des convoitises, de l’avidité et de toutes ces absurdités. Vous êtes au-dessus de cela. Vous êtes vraiment au-dessus de cela. Le Sahaj Dharma est au-dessus du Dharma établi par Shri Krishna ou par Shri Rama. Parce que vous avez atteint cet état. Et c’est dans la liberté complète que vous devez être dharmique. Tout ce qui n’est pas bon pour vous, vous ne devriez pas le faire. Je n’ai pas besoin de vous dire: “Ne faites pas ceci ou ne faites pas cela.” Tout ce que Je dis peut ne pas être facilement acceptable, mais immédiatement vos vibrations vous le diront. C’est cela le Sahaj Dharma.
Dans le Sahaj Dharma, vous vous débarrassez de toutes sortes de choses. (Shri Mataji parle en Hindi) Ce qui veut dire la convoitise, la colère, les attractions, puis… l’avidité… Ah, ça, c’est très important! L’avidité! L’avidité et les attractions. Comprenez-vous combien les gens sont avides? Avides de quoi? Cette Amérique meurt du consumérisme, vous savez. En fait, voilà les ficelles du métier: aux Etats-Unis, vous pouvez emprunter n’importe quel somme d’argent à la banque, sans problème. Et même si vous ne pensez pas emprunter, ils vous enverront une lettre: “Pourquoi ne prenez-vous pas un chèque de 20 000 dollars, nous vous l’envoyons, pourquoi ne pas l’encaisser?” Aah! Vous deviendrez très riche, vous voyez. J’ai dit: “Très facile de faire un prêt.”
On M’a dit que certaines personnes sont venues à Ganapatipule en empruntant de l’argent. J’ai dit: “Arrêtez ces bêtises!” Alors ils empruntent et ensuite ils viennent à Ganapatipule. Et tout le temps ils pensent: “Comment rembourserai-je ce prêt? Comment vais-je me débrouiller?” Tout le temps leur attention est distraite, même lorsque vous voulez faire quelque chose de bon pour vous-même comme de venir à Ganapatipule.
Ainsi, un tel mental n’est pas libre. Le mental libre, c’est celui qui a une attention complètement éclairée par l’Esprit. Mais le problème est que nous sommes encore en train d’évoluer de cet esclavage humain à une vie réalisée plus élevée. Et pour arriver à ce niveau, nous devons nous rendre compte que nous devons abandonner toutes ces chaînes, toutes ces choses horribles qui sont en nous. Comme un oiseau, qui naît de l’œuf et se débarrasse de tous les morceaux de la coquille. Vos frères, vos sœurs, votre père, votre mère, votre mari, tout le monde essaye de vous rabaisser. Par exemple, s’ils boivent, ils diront: “Viens, il vaut mieux boire quelque chose, tu n’es pas sociable, tu es nul, tu es ringard.” C’est quoi ces bêtises?
C’est ainsi qu’une mode commence. Et cette action collective de la mode n’est pas venue de Shri Krishna et n’est pas Sahaj. Dans Sahaja Yoga, vous êtes complètement libre de toutes ces absurdités. Si vous voulez, vous pouvez porter des vêtements à la mode; si vous ne voulez pas, vous n’avez pas besoin de le faire. Vous êtes libre.
Vous êtes libre de l’esclavage de l’argent. C’est très important. L’esclavage de l’argent est encore autre chose, Je connais des Sahaja Yogis qui sont venus à Sahaja Yoga pour essayer de faire de l’argent avec Sahaja Yoga. Pourquoi êtes-vous venus à Sahaja Yoga? Pour vous libérer de l’esclavage de l’argent. Dans le Sahaj Dharma, l’argent n’est plus pour vous que de la poussière à vos pieds. Rien de si important. Et pourtant, nous avons un tel sens collectif pour accepter les absurdités.
Cela doit être lâché, particulièrement aux Etats-Unis. En Angleterre aussi, ça M’a étonnée. Un homme est venu au programme en hippie. Ses cheveux ressemblaient à ceux d’un singe… En fait, Je dois dire que les singes font mieux, Je ne sais pas comme quoi, tout ébouriffé comme… il n’y a rien de comparable, Je vous le dis! Donc Je lui ai demandé: “Pourquoi avez-vous les cheveux ainsi?” Il a dit: “Parce que je veux être primitif. Maintenant, nous devons redevenir primitifs.” J’ai dit: “Mais votre cerveau est moderne, à quoi ça rime de laisser pousser vos cheveux comme ça? Vous croyez que vous pouvez devenir primitif? Vous ne pouvez pas!” Et plus tard, J’ai appris qu’il est mort. Un autre comme celui-ci est venu et il n’est pas mort mais il est allé à l’asile de fous. J’en ai rencontré beaucoup comme ceux-là: “Mais pourquoi le faites-vous?” “Parce que c’est la mode!”
Maintenant, vous savez, l’Italie prospère grâce à toutes sortes de designers. Il y a aussi une plaisanterie au sujet des nouveaux riches en Russie en particulier. Les Russes ne sont pas comme cela, normalement, ils n’acceptent pas quelque chose parce que c’est à la mode.
Donc, une personne dit:
– Mon Dieu, vous avez perdu votre main?
– Ce n’est pas grave, mais j’ai surtout perdu ma montre suisse qui était très chère.
– Vraiment? Comment cela?
– C’était une Rolex.
Peu importe si la main n’est plus là. C’est la Rolex qui compte. La Rolex est à la mode.
Pouvez vous le faire descendre, parce que les gens ne peuvent pas Me voir. (Shri Mataji parle du chien qui est sur la scène)
Donc ce sont ces nouveaux riches qui ont l’argent. (Au chien:) Viens ici, assieds-toi, descends! Ils (les chiens) ne suivent aucune mode, Je n’ai jamais vu de chiens suivre une mode, ou des singes… Imaginons que les grands couturiers italiens créent quelque chose de spécial pour eux, ils n’en penseraient pas grand-chose. Peut-être que leurs maîtres l’achèteraient, mais pas les animaux. Bien sûr, nous ne devons pas devenir comme des animaux, mais nous ne devons pas non plus devenir des esclaves de la mode.
Ainsi il y a quelques magasins qui sont très chers. Pourquoi? Parce que ce sont de grandes marques! Et donc vous dites à tout le monde: “Regarde, je porte ceci qui vient de chez tel grand couturier, c’est une grande marque.” Mais et vous dans tout cela? N’avez-vous aucun sens de la couture design, n’avez-vous aucun sens pour comprendre ce dont vous avez besoin et ce dont vous n’avez pas besoin? Aujourd’hui la plupart d’entre eux sont en prison, désolée de le dire, mais ils ont de l’argent et ils l’ont eu en vous abusant. Particulièrement aux Etats-Unis j’ai été étonné de voir que la plupart des choses qu’ils vendent viennent d’Italie, de conception italienne; c’est marqué « design italien, » alors ils achètent ce « design italien. » J’étais étonnée que de telles créations artistiques soient disponibles partout, de si belles choses. Mais ce qu’ils ont construit autour est une sorte d’une folie collective. Tout le monde porte le même genre de style d’untel ou d’untel. Tout cela n’est pas du Sahaj Dharma. Vous n’êtes pas esclave de quoi que ce soit. Vous êtes des personnes libres. Vous n’avez pas à accepter un style ou autre chose. Ah, c’est ici, c’est par là! Laissez les gens stupides suivre cela. Nous sommes des Sahaja Yogis.
Maintenant, ceci a cours également parmi les personnes qui sont censées être des sadhus, ils s’habillent tous de la même manière. Comment pouvez-vous savoir qui est qui? Dans Sahaja Yoga, nous ne voulons pas que vous vous habilliez tous pareils, que vous vous ressembliez ou que vous vous coupiez vos cheveux de la même manière. Non. Vous devez être des individus, parce que vous êtes libre, mais cela ne signifie pas que vous faites ce que vous voulez, car la liberté est toujours soutenue par la sagesse. Toutes sortes de choses curieuses se produisent quand une personne ne sait pas ce qu’est la lumière de l’Esprit. A la lumière de l’Esprit, vous ne vous impliquez pas dans ce genre de folie collective. Nous sommes si collectifs pour des choses folles. Je souhaiterais que nous soyons encore plus collectifs pour les choses sages.
La sagesse est très importante et c’est une qualité de Raddhaji qui donne la joie. La Shakti d’Allahdhadayini doit s’installer en nous. Cela veut dire que lorsque nous rencontrons une personne dans la collectivité, cette personne doit se sentir heureuse avec vous. Ainsi Krishna a imaginé le Dharma de l’amour. L’amour n’est pas là si vous rejetez quelqu’un parce qu’il est noir, brun ou blanc. C’est très superficiel, ce qui est noir, blanc ou jaune. Je ne comprends pas. D’un côté, ils vont sur les plages pour devenir noirs, et de l’autre, ils disent: “Nous ne voulons pas avoir de Noirs,” spécialement les Américains. Ce type de séparation que J’ai trouvé là-bas, entre les Noirs et les Blancs, J’en ai vraiment pleuré.
Je suis allée à Harlem. Des Sahaja Yogis ont dit: “Mère, voulez-vous aller à Harlem?” J’ai dit: “Pourquoi pas? Je suis noire. Si vous dites que Je suis noire, Je suis noire; si vous dites que Je suis blanche, Je suis blanche; si vous vous dites que Je suis jaune, Je suis jaune. Donc J’y vais.” Et J’ai donné là-bas une conférence, vous savez, il y avait tant de personnes, vraiment Je ne peux pas l’oublier. C’est un des endroits les plus célèbres et la même salle a été construite en Australie où J’avais donné une conférence à beaucoup de personnes. J’ai pensé: “Regardez-Moi ça!” Ils ont dit: “Mère, les Australiens ont copiés sur nous.” Mais ces gens étaient si beaux et si gentils que Je pouvais voir leur cœur et le sentir, alors que cette personne cherchait à comparer les salles. Après Ma conférence, un petit garçon d’environ 22 ans est venu et il M’a serrée dans ses bras, il M’a embrassée, il M’aurait même écrasée; il ressentait tant d’amour. Et il a dit: “Mère, la prochaine fois que Vous venez, revenez à Harlem.” Mais on M’a dit que cette salle est fermée maintenant.
Ainsi, d’une certaine manière, le système américain va à l’encontre de la démocratie, non seulement à l’encontre de la démocratie, mais contre ce qu’Abraham Lincoln a voulu. Ils avait là un si grand homme et J’ai vu son nom dans une toute petite rue. Naturellement à Washington ils disent qu’ils ont une très belle statue de lui. Mais sinon, ses principes sont oubliés, ses idéaux sont oubliées parce que, d’une manière ou d’une autre, des personnes sont venues, d’Angleterre en particulier, et ont écrit contre le peuple noir.
De quel droit écrivent-ils contre quelque chose qui a été créé par Dieu? S’il y avait les mêmes couleurs partout, tout le monde ressemblerait à des militaires. Ils doivent avoir différentes couleurs, ils doivent avoir différentes nuances. Regardez les arbres par exemple, regardez les fleurs, regardez les nuances différentes que prend le ciel pour nous rendre heureux, Allahdhadayini. C’est la variété qui vous donne le bonheur. La variété est un signe de beauté. S’il n’y a aucune variété c’est si ennuyeux, Je vous le dis, si ennuyeux, mais ils en sont très fiers et ils pensent sans arrêt à eux-mêmes. Ils pensent qu’ils sont des gens très importants, ils se sentent supérieurs parce qu’ils ont un certain type de nez, de lèvres ou de cheveux. Comme ils sont stupides et vous êtes d’accord avec eux? Comment pouvez-vous collaborez avec eux? Vous voulez votre liberté? Alors soyez une personne libre. Dans la liberté vous devez avoir de la variété, c’est très important. Je dirais que les Sahaja Yogis qui retournent aux Etats-Unis devraient avoir un nouveau modèle de conduite: aller vers les Noirs.
J’étais très heureuse de voir qu’au séminaire sud-américain ils sont particulièrement intéressés aux Aborigènes. Ils sont allés les rencontrer. Je les ai rencontrés également et J’étais si surprise qu’ils M’aient immédiatement dit: “Mère, Vous êtes spirituelle, nous le savons, mais pouvez-Vous résoudre notre problème?” “Quel est votre problème?” “C’est très simple, nous avons un terrain.” “Oui, et alors?” “C’est un très petit terrain d’environ 2 hectares qui nous appartient et où pousse la sauge (selon eux, la sauge est une sorte de plante sacrée). Nous nous rencontrons toujours tous là pour différents festivals, parce que nous considérons ce terrain comme une terre sainte.” Ils connaissent tant de choses, vous savez! C’est une terre sainte. Il y avait des vibrations, ainsi ils se réunissaient toujours à cet endroit, cela semble si naturel. “Alors, que se produit-il maintenant? Quel est votre problème?” “Le gouvernement américain a vendu cette terre à un Indien.” J’ai dit: “A un Indien?” “Oui. Alors, pouvez-Vous demander à cet Indien de nous la rendre? Nous la lui rachèterons.” J’ai demandé: “Quel est le nom de cet Indien?” Ils Me l’ont dit, et J’ai répondu: “Mon Dieu! C’est un Sindhi!! Il ne laissera même pas une miette, va-t-il vous donner ceci? Je suis désolée, que Je sois Divine ou que Je sois autre chose, Je ne peux pas vous aider.”
Mais J’étais surprise, personne n’a élevé la voix contre cela. Ils auraient dû protester. Ils auraient dû dire au gouvernement: “S’il vous plaît, rendez-nous notre terre? Pourquoi la voulez-vous? Pourquoi vous voulez nous la prendre?” Car en fait, tous les Américains sont des émigrants, ils n’appartiennent pas à cet endroit, et ne sont pas les propriétaires de cet endroit, de cette terre. Ce sont des émigrants. Donc ils n’ont aucun droit de garder les terres de quelqu’un de cette façon, ni de penser ainsi qu’ils sont supérieurs. Magnifique! Quelqu’un entre dans votre maison, pense qu’il est très supérieur et met dehors tous les membres de la famille!
C’est ce qui s’est produit aux Etats-Unis et c’est juste l’inverse du Sahaj Dharma. Avec le Sahaj Dharma, vous prenez les personnes dans votre cœur, vous les aimez. Votre amour coule tout le temps, ainsi que votre compassion. A Moi les problèmes, car ce corps a plus de compassion que Moi-même. Je ne pense même plus à la compassion et ce corps s’occupe juste de tout, il veut résoudre le problème des autres. Mais Je ne pense pas que vous puissiez avoir ce genre de corps, vous ne devriez pas, mais, au moins vous devriez avoir un cœur ouvert. Vous voyez dans la rue quelqu’un qui est un peu foncé. J’aime bien les Noirs Américains, car Je suis descendu une fois dans un aéroport et un monsieur noir M’a dit: “Bonjour très Chère, comment allez-Vous? Comment ça va aujourd’hui? Très heureux de Vous voir!” “Moi aussi, Je suis très contente de Vous voir. Comment allez-vous? »
Alors une fois que je voyageais dans un… Voyons, qui était là? Ursula était avec Moi. Et il Me regarda, c’était un homme très grand, costaud et gros, vous savez. Il a dit: “Ah! Vous êtes de retour?” “Oui,” ai-Je dit, “Je suis de retour. Vous Me connaissez?” “Bien sûr, bien sûr que je Vous connais!” Il ne M’avait jamais rencontré, il ne Me connaissait pas. Mais Je Me suis sentie heureuse, Je Me suis sentie très heureuse.
C’est la meilleure manière de rencontrer des gens. Supposez que vous marchiez dans la rue, et que vous voyiez un Noir. La vie est terrible là-bas, Je vous le dit, ils ont une vie difficile. Je le sais, J’ai lu des livres sur eux et J’ai pleuré et pleuré et Je me suis sentie vraiment désolée pour eux. Donc, en tant que Sahaja Yogi, vous devriez juste bondir vers eux et leur dire: “Bonjour, comment allez-vous?” Et leur serrer la main. Ils ne vous couperont pas la gorge, Je peux vous le dire. En termes de criminalité, Je ne sais pas qui sont les plus criminels aux Etats-Unis, les Noirs ou les Blancs, ils sont en compétition. Mais, si vous êtes aimable et si vous êtes plein d’amour, vous pouvez enlever cette partie de criminalité qui est en eux, parce que la haine peut être éliminée seulement par l’amour pur. Mais les gens pensent qu’ils sont eux-mêmes très rusés, très supérieur en ruse, bien sûr! Sinon, quelle est leur supériorité? Seulement ce teint, ce teint blanc, qui est le plus mauvais de tous.
J’avais la peau très claire jusqu’à ce que Je Me marie ou à peu près, et puis J’ai commencé à devenir de plus en plus foncée parce que le teint blanc attrape toutes sortes de taches noires. J’absorbe la lumière que vous mettez sur Moi, et J’obtiens des taches noires. Ce n’est pas vraiment une bonne chose d’être Blanc, Je ne le pense pas, ça a l’air très curieux, pâle et sans joie. Mais inutile d’aller à la mer, de bronzer pour devenir brun, pas vraiment noirs, bruns et après de souffrir d’un cancer de la peau. Ce genre de stupidité est également beaucoup à la mode.
Mais en collectivité, nous devrions être vigilant: à quel point sommes-nous impressionnés par cela? Une fois, J’ai vu que Ma petite fille portait une robe sans manches. Je lui ai dit: “Beta, tu ne devrais pas porter de robe sans manches.” Elle a dit: “Il fait très chaud, je crève de chaud.” Elle est jeune. Je lui ai dit: “Mais, tu vois, il y a deux chakras très importants (Mère montre Ses épaules). Si tu les exposes, tu auras des problèmes.” Elle n’aime pas porter de robe au-dessus du genou, mais elle a dit: “Mais les gens les portent même au-dessus du genou.” J’ai dit: “Ce sont des chakras très importants (Mère montre Ses genoux). Nous devrions les protéger, sinon, s’ils sont affectés, nous aurons des problèmes de genou.” Immédiatement elle s’est changée. Immédiatement: “Mère, je porterai un chemisier à l’intérieur et quelque chose à l’extérieur.” Immédiatement. Parce qu’elle savait que c’est un tabou primordial naturel que nous ne devrions pas nous exposer, ces deux chakras et ces chakras (Mère montre de nouveau Ses épaules et Ses genoux).
Mais, de nos jours, plus vous avez de longues jambes, plus les vêtements sont courts. Et Je ne comprends pas ce qui est dans les jambes, toute la beauté est dans les jambes ou quoi? Ainsi, J’ai rencontré une dame qui voyageait avec Moi. Elle portait un burkha, parce qu’elle était Musulmane. Mais avant que nous ayons atterri à Londres, elle a enlevé son burkha et mis une robe qui était bien au-dessus des genoux. Je Me suis dit: “Quel genre de Musulmane est-elle?” Elle est même pire que les Chrétiennes, parce qu’elles ne porteraient pas une telle robe pour sortir de l’avion, où vous devez descendre les marches. Aucune “Lajja”, aucune honte, rien, quel impudence!
Ainsi, le Sahaj Dharma implique que vous ayez de la retenue, que vous ayez le sens de la pudeur. Tout ce que vous dites aux autres, la manière dont vous vous comportez devant eux, dans le Sahaj Dharma doit être Allahdhadayini. Si quelque chose n’est pas Allahdhadayini, gardez le silence, ne dites rien! A quoi bon? A quoi cela sert-il d’être sarcastique? A montrer votre esprit à travers vos sarcasmes? Ce n’est pas un signe de bonne éducation de parler aux autres de manière sarcastique ou acerbe. Alors que si vous parlez de façon douce, quel mal y a-t-il? Le respect vient de Raddhaji. Mais bien sûr, ils L’ont déformée, ils L’ont transformée en une histoire de Roméo et Juliette. Ce n’était pas ainsi. C’était une femme très pure, qui était Mahalakshmi. Et donc, pour être une Mahalakshmi, après être venue à Sahaja Yoga, vous devriez savoir que vous devez vous habiller d’une façon parfaitement correcte.
Je me rappelle qu’une fois, J’étais dans une grande réception et un homme est venu s’asseoir près de Moi: “Aaaaaah!” J’ai dit: “Que se passe-t-il?” “Quel soulagement, Mère, Mme Srivastava, de Vous voir. Regardez ces femmes, j’en ai marre, mais Vous êtes venue, et je me sens soulagé.” J’ai dit: “Quel soulagement?” “Vous êtes si sereine.”
Ainsi, les femmes sont sereines dans le Sahaj Dharma. Elles ne sont pas stupides, frivoles, riant de n’importe quoi. Ce n’est pas une façon d’être pour une femme. Quoi qu’il se passe, elles se mettent à rire. S’il y a quelque chose de drôle, d’accord, mais même quand ce n’est pas drôle, elles rient. Ce n’est pas correct, cela peut même être ridicule, peut ridiculiser les autres, alors que le rire d’appréciation, le rire de joie est si pur et crée une atmosphère si agréable.
Je pense que tout le problème écologique est dans nos cerveaux et ???. Il n’est pas dehors. Il est à l’intérieur de nous, et se reflète seulement au dehors. Au Ganesha Puja, Je vous dirai combien nous sommes en relation avec la Terre Mère et comment la Terre Mère et l’atmosphère réagissent à notre comportement, à notre façon de vivre. Dans le Sahaj Dharma, vous abandonnez tout naturellement la convoitise et l’avidité, ça, Je le sais. Je veux dire que s’ils ne peuvent même pas se débarrasser de cela, alors ils ne devrait pas se considérer comme Sahaja Yogis.
La première chose que vous abandonnez est votre convoitise et votre avidité. Je vois maintenant, parmi les jeunes, que ceux qui viennent à Sahaja Yoga, deviennent véritablement des personnes très libres. Ils ne courent pas le jupon. Les femmes ne courent pas après les hommes. Ils sont ensemble, s’assoient ensemble, parlent ensemble, rient ensemble, mais c’est pur. Dans le Coran, il est écrit que quand le Qiyamah (le Jugement Dernier et la Résurrection) viendra, de belles femmes et de beaux hommes seront là. Mais ils n’auront aucune convoitise et aucune avidité, ils seront purs. C’est aujourd’hui, vous pouvez le voir. Cette convoitise et cette avidité sont terminées, pour la plupart d’entre vous. Pour la plupart d’entre vous, cela a disparu automatiquement et maintenant vous pouvez voir par vous-même que vous êtes libéré de cet esclavage.
Donc, nos mariages auront lieu demain. Dans le Sahaj Dharma, la première chose, la plus importante, c’est le pardon. Si quelqu’un ne peut pas pardonner, alors il ne peut pas être un Sahaja Yogi. Le pardon. Comment ce pardon s’installe-t-il? En oubliant le passé. Autrement, vous continuerez à dire: “Cette personne me torture, l’autre personne m’a fait souffrir, lui a été très méchant avec moi, il m’a fait ceci…” Cela prouve que vous n’avez pas le calibre pour comprendre Sahaja Yoga. Puisque vous ne pouvez pas pardonner.
Que faut-il en retenir? Rester au présent est la meilleure chose. Par exemple, vous êtes assis ici avec Moi, en appréciant l’Allahdhadayini Shakti, si en ce moment vous pensez au passé, cela montre quoi? Que vous n’avez pas le calibre. Pour avoir le calibre de Sahaja Yoga, vous devriez être libéré de votre passé. Fini.
Il n’y a aucun besoin de se confesser. Je sais qu’après Sahaja Yoga beaucoup de gens M’ont écrit des lettres des confessions et J’ai juste dit: “Baba, brûle juste ces lettres!” Je ne M’en souviens plus. Je ne veux rien lire à ce sujet. Donc, il faut pardonner. Si vous pardonnez, vous serez étonné, vous vous sentirez vraiment soulagé et votre vie de couple sera très heureuse. Mais si vous essayez de vous rappeler quelque chose…
D’accord, certains mariages sont vraiment, vraiment très difficiles, bon, donc vous en sortez. Dans Sahaja Yoga nous avons autorisé le divorce complet, mais il doit y avoir des raisons valables, pas seulement un sentiment de supériorité. Ceci dit, nous avons interdit beaucoup de pays d’où nous ne voulons plus de filles ou d’autres pays plus de garçons. Quelle en est la raison? Avec l’expérience, nous avons appris qu’ils n’avaient pas la substance pour se marier. Alors mieux vaut ne pas se marier, mais si vous vous mariez, alors vivez en un Sahaja Yogi idéal.
Egalement, si vous êtes une Sahaja Yogini, vous vous comporterez bien mieux en pardonnant tout le temps. Chaque fois que les gens Me disent: “Mère, regardez, Vous devez m’aider!” “Pourquoi?” “Parce que, Vous savez, mon mari ne me donne pas d’argent.” Je leur dis: “Laissez-le tomber. Ca m’est égal. Il doit vous donner de l’argent. Pourquoi ne vous donne-t-il pas d’argent?” Si vous parlez au mari, il dira: “Mère, elle est très dépensière.” Je leur ai dit: “Vous feriez mieux de quitter Sahaja Yoga tous les deux et de faire ce qui vous plaît.”
Dans le Sahaj Dharma, la relation de couple devrait être vraiment romantique, devrait être vraiment très belle. Il ne s’agit pas ici, vous savez, de parler d’amour et tout cela, il est très rare que les gens tombent amoureux et que leur amour dure. C’est une bénédiction si vous avez vraiment ce genre de sentiment! Mais la plupart du temps, c’est une malédiction. Donc tomber amoureux, c’est très bien, mais cela ne veut pas dire oublier que vous êtes Sahaja Yogi. En fait, Sahaja Yoga aidera beaucoup votre vie de couple.
Le même Dharma concerne vos enfants, la manière de les élever, sans trop les contraindre, mais en les éduquant à une vie libre. Laissez-les utiliser leur sagesse. Parfois Je sais que les enfants s’égarent et tentent de suivre de mauvaises pistes, vous devez alors les corriger, vous devez leur parler, c’est votre devoir. Ils ne sont pas nés des arbres mais ils sont nés ici, de leurs parents. Donc il est du devoir des parents de leur dire: “Ca, c’est mal, il ne faut pas faire cela, c’est une chose très mauvaise.” Vous devez les corriger, mais les corriger d’une manière Sahaj.
Je vais vous donner un exemple. J’ai eu un problème, un jour, avec quelqu’un qui est venu Me dire: “Mère, je ne peux pas m’empêcher de fumer, il faut que je fume.” Je lui ai dit: “Il vaut mieux fumer, alors, mais tu ne peux pas être Sahaja Yogi, parce qu’un Sahaja Yogi qui fume, c’est vraiment grotesque, tu sais. Je n’arrive pas à imaginer un Sahaja Yogi qui fume… De quoi aurais-Je l’air si Je commençais à fumer comme ça?” “Oh, quel horreur!” Je lui ai dit: “Alors, si tu es Mon fils, tu ne peux pas fumer, ce n’est pas bien.” Et il a abandonné la cigarette, pouvez-vous imaginer cela?
Donc, en vous occupant d’enfants, soyez toujours un exemple pour eux, soyez une partie intégrante de cet. Les enfants ne s’en affectent pas, vous savez. C’est quelque chose dont J’ai souvent parlé. Les enfants peuvent abandonner tout sauf votre amour. S’ils savent que vous les aimez, ils n’accepteront rien qui vous ferait cesser de les aimer. Car les enfants sont sans aucun doute les êtres les plus qualifiés dans la connaissance de l’amour.
Je ne sais pas, J’ai l’impression qu’en anglais… Je n’ai pas vu beaucoup de livres enfants, traitant de jolies choses concernant les enfants. Il y a eu un livre qui a été publié pendant que J’étais à Londres: “Les enfants parlent des politiciens.” Et ils en ont publié, Je pense, Je ne sais pas, peut-être 5000 exemplaire et le jour même tout est parti.
Donc, parlez aux enfants, parlez-leur, vous serez étonnés. Ils sont remplis de douceur. Il émane d’eux une telle fraîcheur et vous serez étonnés de la manière dont ils vous parlent de certaines choses, la manière dont ils parlent de Sahaja Yoga, la manière dont ils expriment leur force spirituelle. Maintenant, nous avons de très nombreux enfants remarquables et absolument Sahaj.
Un garçon est venu et il s’est juste prosterné devant Moi. Je lui ai dit: “Pourquoi as-tu fait cela?” “En fait, je sentais des vibrations fraîches, qui venaient de Vous, Mère, et voilà.” “Et… tu aimes ça?” “Bien sûr!” “Plus que le chocolat?” “Bien sûr!” J’étais surprise: “Comment? Tu les manges ou quoi?” “Pas besoin de les manger, Vous savez, je me sens si heureux à l’intérieur et je sens, Mère, que Vous posez Votre main sur mon cœur et que Vous essayez de me consoler.” “Etonnant. Et où est ton cœur?” Il a dit: “Il est ici, mon coeur est ici, je le sens ici.” Là, mon cœur est là.” Imaginez quel amour et quelle compréhension de Sahaja Yoga. Chez ces petits enfants qui n’ont même pas cinq ans! Mais vous, qui êtes tous Mes enfants adultes, Je voudrais que vous connaissiez toutes les beautés qui sont en vous et que vous devez apprécier.
Tout d’abord, apprenez à rire de vous-mêmes, c’est la meilleure façon de vous amuser, vous savez, mais aussi, ne passez pas beaucoup de temps devant le miroir, c’est l’autre façon. Si vous passez trop de temps devant votre miroir, c’est que quelque chose ne va pas bien en vous. Personnellement, Je pense que ça doit être un problème de possession. Que devriez- vous voir à l’intérieur? Sommes-nous des Sahaj Dharmis? Mère a établi le Sahaj Dharma, ce qui est bien plus que ce que Krishna désirait établir. Il désirait établir le Dharma de l’amour, que nous avons bien sûr, mais à part cela nous avons dans notre personnalité tant d’autres facettes magnifiques et de choses si belle que nous avons oublié d’apprécier.
L’attention devrait donc être sur vos propres qualités, sur vos propres personnalités et alors vous serez stupéfiés de constater que votre personnalité vous donne de la joie, vous donne Allahdhadayini, vous donne tant de patience à l’égard des autres. Tout cela M’apparaît comme une plaisanterie, parce que rien n’est vraiment sérieux. Il ne s’agit en rien d’un drame. Je ne dois tuer personne et Je n’ai pas à utiliser d’arme dans cette vie-ci. Et si, sans armes, les choses sont résolues, que pouvez-vous faire? Vous devez essayer d’apprécier la beauté en tant que Sahaja Yogis, être sensible à la façon dont vous avez été aidés, dont vous avez été guidés, dont vous avez été bénis. C’est cela le Sahaj Dharma. Si vous n’arrivez pas à prendre conscience de cela, alors vous vivez à un niveau très bas. Alors, ce n’est pas la faute de Sahaja Yoga, mais c’est votre style, vous n’y êtes pas sensible. Car, supposons que quelqu’un ne se rend pas compte qu’il se brûle la main. Que ferez-vous? Il n’a pas de sensation, pas de sensibilité, il ne peut rien ressentir, il peut boire, il peut fumer, il peut faire tout ce qu’il veut et être toujours en vie, très bien. Ca doit être un rakshasa, Je pense, Je ne sais pas quoi en dire.
Nous devons donc prendre exemple sur de bons Sahaja Yogis et non sur les mauvais. Comment poursuivre dans la joie, véritablement dans un océan de joie? Par exemple, lorsque Je suis arrivée, tout le monde essayait de M’éventer. En Occident un autre problème est qu’ils aiment vivre dans des pièces confinées, des voitures hermétiquement closes, ils ont très peur des courants d’air, Je ne sais pas, c’est comme s’ils allaient être emportés à l’extérieur, qu’est-ce qui peut leur arriver d’autre? Ils ne veulent pas de courant d’air. Je veux dire, les courants d’air ne viennent pas d’un iceberg. Donc ils ne croient pas du tout aux vertus de l’air frais et c’est une raison de plus pour laquelle les gens suffoquent parfois. Ils suffoquent littéralement. Ils sont habitués à suffoquer dans leur vie. Une fois, J’étais en Inde, J’avais très chaud, et quelqu’un Me conduisait, mais c’était un Occidental et il M’a dit: “N’ouvrez pas, n’ouvrez pas la fenêtre!” “Pourquoi?” “Ca fait un courant d’air.” Je lui ai dit: “Dans ce pays, en Inde, les gens vivent au grand air. Quel courant d’air? De quel courant d’air parlez-vous?” On ne peut pas ouvrir la porte, on ne peut pas ouvrir la fenêtre, on ne peut rien ouvrir. Si on ouvre quelque chose, ils vont tous mourir, vous voyez, comme si… Alors ouvrez-vous vous-mêmes!
Et il en est de la nature comme de leurs vies privées. Ils ne veulent pas s’ouvrir. Si quelqu’un vient chez eux: “Oh, mon Dieu, nous allons devoir partager le vin, nous allons devoir partager la nourriture.” Ils ne peuvent pas partager! Ils ne le savent pas! Ils ne sont vraiment pas collectifs.
Mais en Inde, Je dois dire que les gens ont une grande capacité à partager, parce qu’ils sont encore primitifs, ils sont encore primordiaux, pas encore dévoyés pour satisfaire leur propre ego. En fait, Je pense, que, d’une certaine manière, en Inde, les gens aiment partager. Si vous voulez faire plaisir à un Indien, dites-lui: “Demain je viendrai manger chez vous.” Son épouse va bondir. Elle vous demandera: “Alors qu’est-ce que vous aimez, dites-moi, quel plat aimez-vous?” Elle va se précipiter.
Ici au contraire, ce qui se passe, dès que vous dites: “Il vient manger à la maison,” l’épouse dira: “Non, non, je dois aller chez ma mère.” Immédiatement elle aura autre chose à faire. Je n’arrive pas à comprendre cela. Ils ont de belles maisons, très propres et vraiment tout ce qu’il faut, mais si quelqu’un vient chez eux, ça leur fait un choc, comme s’ils recevaient une décharge électrique. Alors à quoi tout cela sert-il? Pour pouvoir frimer, ils emprunteront de l’argent aux banques. Même les Indiens qui vivent en Amérique font cela. Ils veulent avoir trois Mercedes, quatre maisons, mais pour que faire? Tout cela avec de l’argent emprunté. Les Sahaja Yogis n’ont pas besoin d’emprunter de l’argent. Ce n’est pas nécessaire, vous pouvez vous passer de ces choses. Pourquoi avoir autant de voitures? De nos jours, les gens ne marchent plus du tout.
Nous allions à l’école à pied. Mon père avait bien une voiture en Inde, mais rien à faire: nous devions marcher. Nous devions grimper à flanc de montagne. L’école était environ à huit kilomètres. Le matin, et puis le soir. Le soir, la voiture venait nous chercher. Je marchais pieds nus, parce qu’il y avait tant de vibrations. Je pensais que Mes “chapals” coupaient Mes vibrations et donc, Je marchais toujours avec Mes sandales dans la main. Un jour, nous avions un nouveau chauffeur et Mon père l’a envoyé. Il a demandé: “Comment saurai-Je qui est votre fille?” Il lui dit: “Si vous voyez une fille avec les chapals à la main, c’est celle-là que vous devez ramener.”
Donc tout ceci est fait pour apprécier votre noblesse, votre générosité. C’est très important. Et non pas pour se ranger du côté de quelqu’un ou s’identifier à lui. Ca va beaucoup mieux maintenant, Je pense, car depuis que vous avez intégré le Sahaj Dharma, J’ai vu que les Anglais vous diront ce qui ne va pas chez les Anglais, les Suisses ce qui ne va pas chez les Suisses, et les Indiens également. En fait, J’ai beaucoup appris d’eux, des choses que Je ne soupçonnais pas. Les Russes vous diront ce qui ne va pas chez les Russes.
Ils voient immédiatement ce qui est mauvais chez eux, ce qui leur manque. Grâce à l’aspect collectif de la vie dans un pays, en tant qu’Indien par exemple, nous voyons bien maintenant ce qui se passe en Inde, tout ce qui est corrompu, horrible, etc… Alors, Je leur dis: “Bon, mais si vous n’aimez pas l’Inde, pourquoi n’allez-vous pas ailleurs?” “Non, non, non, on reste tout de même ici, mais il y a un gouvernement très corrompu, c’est très mauvais et puis cela aussi…” Où que vous alliez, vous verrez qu’ils le voient immédiatement, parce que, d’une certaine manière, ils sont maintenant choisis pour changer leur pays.
J’ai repris beaucoup de questions sur l’Inde. Je vais désormais travailler à ce niveau. Nous avons en fait déjà commencé avec les femmes sans ressources , et aussi pour d’autres formes de pauvreté. En disant seulement qu’il faut éradiquer la pauvreté, vous n’en viendrez pas à bout. Vous devez éprouver un sentiment envers les pauvres. Ou bien: “Vous avez plus ce sentiment parce Vous êtes Indienne. Vous êtes Indienne.” Et alors? Si vous êtes vraiment un Sahaj Dharmi vous éprouvez en vous ce sentiment très profond, car vos propres frères et sœurs sont en train de mourir de faim.
Donc, voici le nouveau Dharma que nous avons maintenant établi dans ce monde, une nouvelle race, avec un nouveau Dharma bien plus élevé. Même la vision de Shri Krishna se réalise. Il a commencé par décrire cela. Je pense qu’Il n’était pas bon vendeur, car Il a décrit tout de suite le meilleur. Normalement le vendeur commence à 2 roupies, pour aboutir à 2000. Mais Lui, Il nous a d’abord dit que nous devons devenir Sthita Pragnya, c’est-à-dire Sahaja Yogi. Puis Arjuna posa à Shri Krishna la question: “Qu’est-ce qu’un Sthita Pragnya?” Alors Il lui a décrit le Sahaja Yogi qu’il avait dépeint au début, aux premier et deuxième chapitres. Puis les questions commencent. Arjuna Je pense qu’Arjuna était un bon enquêteur et donc il a commencé à poser des questions: “Et alors ça, c’est quoi? Et ceci encore, et pourquoi cela?”
Et donc Shri Krishna continue à lui expliquer: “Tu vois, tout ceci n’est que Maya, ce n’est qu’une illusion. Libère-toi de cette illusion. Si enfin tu te dégages de cette illusion…” Mais Arjuna disait: “Ce sont mes proches, mes maîtres, comment puis-je les tuer?” Krishna lui répondit: “Personne n’est tué,” dit-Il, “Personne n’est tué, mais ils sont en train de mourir parce qu’ils ne suivent pas le Satya Dharma. Donc pas de problème. Que sont ton frère et ta sœur? Ils ne suivent pas le Satya Dharma, donc tu n’as rien à voir avec eux. Si tu peux les corriger et les aider, c’est bien, sinon oublie-les.”
Occupez-vous d’abord des personnes qui sont droites. En quelque sorte, commencez pas de personnes simples, innocentes, puis vous pourrez aborder des personnes difficiles, une fois que vous le pourrez, sinon vous reviendrez ici en disant: “Mère j’ai attrapé ceci, j’ai attrapé cela.” Comme dans le Sahaj Dharma vous êtes l’Esprit, vous avez la faculté de connaître les gens, de savoir exactement qui est qui et de savoir quels sont les chakras atteints. Mais il y a un problème aux Etats-Unis, Je Me suis aperçue que les Yogis ont l’habitude de dire tout de suite à quelqu’un: “Vous catchez sur ces chakras.” La personne vient pour la première fois et vous lui dites: “Vous, vous êtes très égoïste.” “Comment le savez-vous?” “Votre Agnya catche.” C’est peut-être vous qui catchez à l’Agnya. Mais est-ce une manière de recevoir une personne nouvelle? Est-ce une façon de parler à un nouveau?
Au contraire vous devriez lui dire: “Venez, asseyez-vous, très bien, vous êtes quelqu’un de bien.” Parce que, voyez-vous, ils sont encore ignorants, ils ont besoin de quelque chose de mielleux, comme une sorte de beurre, que nous appelons “chaplussi.” Et progressivement… Parce que vous faites cela pour faire de lui un Sahaja Yogi, parce que vous l’aimez, en fait c’est cela la raison. Mais si, à peine arrivé, vous lui dites: “Ceci ne va pas chez vous. Là, ça bloque.” Vous n’êtes pas là pour un travail de pape, à dire aux personnes ce qui ne va pas chez elles, et à les confesser. A qui d’ailleurs? A tous ces idiots? Il ne s’agit pas de ça.
Ce que nous devons montrer c’est que vous êtes tombé amoureux de cette personne, vous êtes gentil avec elle parce que vous l’aimez véritablement, et grâce à cela vous l’aider à évoluer. Mais au lieu de cela dès qu’elle arrive, elle reçoit un choc, c’est terminé. Dès lors, comment pouvez-vous avoir de bonnes relations? Les Américains doivent apprendre cela. Je ne sais pas pourquoi les Américains pensent qu’ils sont très supérieurs. Je ne dirais pas cela de leur sagesse. Ca leur manque complètement, la sagesse. Et ils se méprennent très rapidement sur quelqu’un. Et ce n’est pas en commençant à juger les autres que vous établirez votre Sahaj Dharma.
Le Sahaj Dharma signifie que vous êtes vous-même, vous êtes dans votre propre royaume, dans votre bonheur et votre joie. Y a-t-il un temps pour critiquer les autres? La meilleure chose est donc de montrer aux autres le maximum d’amour. Dans cet amour, vous ne devriez pas montrer de la pitié, mais bien encore de l’amour qui est Allahdhadayini. C’est le message de Shri Krishna mais Je ne sais pas combien l’ont réellement compris. Ceux que vous voyez suivre Shri Krishna comme les Hare Rama se comportent vraiment en mendiants dans la rue! Il est Kubera, et Ses disciples seraient tous des mendiants, peut-on imaginer cela? Agit-Il à la hauteur de Sa gloire en tant que Kubera?
Les Sahaja Yogis ne sont pas comme cela. Ils doivent être généreux, et ne pas trop se préoccuper d’eux-mêmes. Ils ne doivent pas tout le temps penser à eux, mais penser à la collectivité. La collectivité ne signifie pas amener de force les gens à Sahaja Yoga. Une fois qu’ils viendront à Sahaja Yoga, ils connaîtront la joie de la vie et vous ne n’aurez plus rien à leur dire. Rien ne doit être dit, tout va fonctionner silencieusement et ils ressentiront votre amour.
Vous voyez, l’amour est quelque chose de si grand. Il n’aide pas seulement les autres mais aussi vous-même. C’est si joyeux de donner la réalisation à d’autres. Mais si vous dites: “Votre chakra catche,” alors pourquoi donnez-vous la Réalisation? Si vous ne savez pas comment donner la réalisation, mieux vaut ne pas le faire. Ce n’est pas en critiquant que nous pouvons apprécier l’amour. Oh, bien sûr, vous pouvez vous taquiner de temps en temps, juste pour vous amuser, mais pas pour blesser, pas pour torturer, ni faire tomber quelqu’un. Vous êtes tous des Sahaj Dharmis, vous avez accepté le Sahaj Dharma et dans ce Sahaj Dharma vous devez avoir un pur amour venant du cœur, une vie pleine de bon sens et pas d’hypocrisie.
Ce pape-ci est contre l’avortement. Pas Moi! Si une femme souffre, elle peut y avoir recours. Celui qui vit est plus important que celui qui ne vit pas. Si quelqu’un veut avoir recours à l’avortement, cet enfant pourra naître à nouveau! Nous, nous savons que personne ne meurt définitivement. Quoi qu’il en soit, c’est leur manière de multiplier les êtres humains. De la même manière, les femmes musulmanes sont considérées comme des usines. Elles continuent à produire toujours plus d’enfants. Et cela fait des électeurs supplémentaires. Le pape sait parfaitement cela. C’est pourquoi il dit: “Non à l’avortement. Les chrétiens ne doivent pas avorter.” Parce que sinon, il y aurait moins de Chrétiens pour contrebalancer les Musulmans.
Mais dans Sahaja Yoga, nous n’avons pas d’idées si bizarres, radicales et insensées. Nous avons le divorce, et nous acceptons également l’avortement. Et il est important de comprendre que ce sont des valeurs qui existent bien. Mais il ne s’agit pas de les utiliser simplement pour se sortir des problèmes. Cela fonctionne ainsi. Mais à dire vrai, nous n’avons pas à recourir à l’avortement, car il se produit grâce à la Param Chaitanya. La Param Chaitanya s’en occupe pour Moi. Je n’ai à rien faire, c’est uniquement la Param Chaitanya. Et c’est bien parce qu’Elle sait exactement ce qui doit être fait, comment l’effectuer. Lorsque vous avez des problèmes, sachez que c’est parce que vous ne remettez pas les choses entre les mains de la Param Chaitanya. Si vous les laissez dans les mains de Param Chaitanya, cela se passera très bien.
Donc, pour comprendre Sahaja Yoga, il faut d’abord et avant tout savoir jusqu’à quel point vous vous réjouissez en vous-mêmes. Combien de joie vous donnez aux autres? Vous avez la musique pour cela, et d’autres moyens.
Je disais qu’aujourd’hui Je ne parlerais pas beaucoup, mais de toute manière, avec Shri Krishna vous ne pouvez pas rester silencieux. Il a joué du “murli”, du “passuri”, de la flûte. Regardez-Le. Je Lui parlais, mais Il jouait juste du murli. Il n’a pas beaucoup parlé. A l’exception de la Gîta, vous ne L’entendrez pas parler et ceux qui lisent la Gîta sont parfois des gens horribles, J’en ai rencontrés. Ils ne comprennent pas ce qu’est le Dharma de Shri Krishna. Et s’ils ne comprennent pas Shri Krishna, comment pourraient-ils comprendre Sahaja Yoga? Donc vous devez tous mettre en pratique l’amour, le pardon, le fait d’apprécier les autres, et de donner de la joie aux autres.
Certains Sahaja Yogis ont aussi été très gentils avec Moi. Une fois, Je suis allée dans un magasin pour M’acheter un sari, mais le sari était trop cher pour ce que Je voulais. Donc Je ne l’ai pas acheté. J’ai dit: “Tant pis. Les couleurs Me vont bien, mais ça ne fait rien.” Je n’avais pas assez d’argent pour cela. Mais un Sahaja Yogi acheta ce sari et Me l’offrit pour Mon anniversaire. Je ne pouvais vraiment plus rien voir, parce que Mes yeux étaient emplis de larmes; juste une petite chose comme celle-là! Normalement Je n’attends rien de vous, non, rien. Mais de petites attentions comme cela peuvent rendre si heureux. Cependant même si vous le faites, la personne ne comprendra peut-être pas, elle ne réalisera pas ou ne ressentira rien, mais ce ne sera pas le cas si c’est un Sahaja Yogi. Merci beaucoup, donc. Pour résumer ce que Je vous ai dit, essayez d’être empli de joie et de vous faire apprécier des autres.
Que Dieu vous bénisse!