2nd Night of Navaratri Puja, Burwood, Australia, 2007

Sydney (Australia)

Feedback
Share

Deuxième nuit du Navaratri, Burwood, Australie, 13/10/2007

Venez ici aussi, entrez, asseyez-vous ici, un autre aussi (parlant aux gens), avancez. Il y a des gens qui n’ont pas pu s’asseoir. Pouvez-vous aller voir si tout le monde est à l’intérieur?
Désolée, je ne savais pas que vous étiez tous ici. Maintenant, elle me l’a dit, alors j’ai dit : Très bien.

Shri Mataji: Vous pouvez m’entendre là-bas?
Sahaja Yogis: Oui, Shri Mataji.
Shri Mataji: Vous tous?
Sahaja Yogis: Oui, Shri Mataji.
Shri Mataji: Ceux qui ne peuvent pas m’entendre levez la main!
[Rires; applaudissements]
Shri Mataji: Très bien, merci.
[Rires]

Alors, vous feriez mieux de chanter une chanson.

Je suis désolée, ils me disent juste maintenant que des gens attendent.

Sahaja Yogi: « Ayi Singha Pe Sawar, Maiya ».

Shri Mataji: C’est très agréable de vous voir tous si heureux ici.

« Aujourd’hui c’est le deuxième jour (du festival du Navaratri) et c’est un jour très important du point de vue de l’évolution. Comme vous le savez, notre second chakra est très important. C’est pourquoi aujourd’hui est un jour très important. Donc quel est ce second chakra? Savez-vous quel est le deuxième chakra?

Sahaja Yogis: Swadishthan.

Shri Mataji: Ah! Qu’ont-ils dit ?

Sahaja Yogis: Swadishthan.

Shri Mataji: Vous devez parler plus fort.

Le Swadishthan, c’est le chakra. Il est très important, car dans ce Kali Yuga, c’est ce chakra qui travaille le plus. Nous avons tellement d’agents (Shri Mataji sourit) pour le faire fonctionner et travailler très dur. Vous savez ce qu’il y a dans le deuxième chakra.

Dans le deuxième chakra il se passe que nous sommes rattrapés par notre ambition, et cette ambition vous fait courir dans tous les sens. Et J’ai vu de nombreux Sahaja Yogis se perdre aussi. C’est donc un jour très important pour chacun de vous.

Donc ce chakra est très important car en ces temps modernes, il est très, très cosmique tout autant qu’actif. Nous devenons très actifs, trop actifs, nous commençons à penser à des gens qui ne concernent pas. Et nous nous tracassons la tête.

Ainsi, le chakra d’aujourd’hui est important car il vous tourmente la tête. Il vous dérange beaucoup! Et vous commencez à penser à ces gens. Vous commencez à vous demander ce que vous leur avez dit, ce qui s’est passé, qui est en colère, toutes sortes d’absurdités!

Vous êtes tous des Sahaja Yogis. Vous ne devriez donc pas vous inquiéter de ces gens, de ce qu’ils disent, de ce qu’ils font. Vous devriez juste vous réjouir. Pour le deuxième chakra, vous devez vous réjouir. C’est la meilleure façon d’apprécier Sahaja Yoga. Quand votre Swadishthan est satisfait, rien ne peut vous détruire, ni vous déranger.

Au niveau du Swadishthan, vous pouvez vraiment faire attention aux choses. Le chakra du Swadishthan est très positif pour vous car maintenant vous êtes des Sahaja Yogis et vous pouvez le maîtriser. C’est un chakra qui dérange, surtout en occident où les gens pensent trop, sont tout le temps en train de penser, penser, penser: cela vient du chakra du Swadishthan, vous avez ce problème à cause du Swadishthan.

Pour satisfaire le Swadishthan, vous devez devenir silencieux, devenir tranquille, et vous demander ce qui vous dérange, quel est le problème, ce qui vous donne des idées et des pensées. C’est le Swadishthan.

Et certaines personnes pensent beaucoup trop: il n’y a peut-être aucun problème, mais elles vont s’en créer un avec le Swadishthan et vont continuer à se tracasser à ce sujet. (Shri Mataji sourit)

Le Swadishthan est très satisfait quand vous riez et vous vous amusez et que vous ne vous tracassez pas pour des absurdités. Nous perdons tellement de temps en absurdités! Nous n’avons pas besoin de cela, les Sahaja Yogis n’en ont pas besoin. C’est seulement ceux qui ne sont pas encore Réalisés, qui doivent souffrir; ils souffrent en fait. Et il se peut qu’ils vous ennuient, mais prenez le à la rigolade et pardonnez-leur, car ils se comportent ainsi parce que c’est plus fort qu’eux! Vous voyez, ce Chakra du Swadishthan les déranger et ils ne peuvent pas faire autrement.

Vous n’avez pas de place, avancez un peu, pauvre homme. Je suis désolée. Vous pouvez vous avancer, il y a un siège ici. Que certaines personnes leur fassent de la place. Et avancez s’il vous plaît. Vous apportez votre harmonium et vous venez devant. Allez-vous danser?

Sahaja Yogis: Oui!

Alors maintenant, ne laissez pas votre mental se préoccuper de toutes les pensées absurdes qui vous passent par la tête, toutes sortes de pensées absurdes. Vous n’avez rien à faire de ces idées-là, mais les pensées vous viennent car c’est l’œuvre de Monsieur « Swadishthan », qui essaie de vous distraire. Vous devez faire silence. Une fois votre mental est silencieux, alors il s’en ira et ne vous laissera tranquille.

Toute mon attention est sur votre pays, car vous êtes de très bons Sahaja Yogis. Nous avons eu des Sahaja Yogis partout dans le monde, vous le savez, il en existe des milliers, mais personne qui soit comme les Australiens, je pense. Parce qu’ils sont, d’une certaine façon, très profondément touchés, et concernés par les problèmes du monde. Alors ce que vous devez penser maintenant, c’est de ne rien avoir à faire avec le Swadishthan. Mais ce que vous devez devenir c’est être des Sahaja Yogis. Et aucun Swadishthan ne devrait vous déranger.

Donc il y avait-  Je n’ai jamais su que vous étiez tous ici. C’est seulement maintenant qu’ils m’ont dit que vous étiez tous ici. Ils ont dit que seules quelques personnes étaient là. J’ai dit: « Très bien. »

[Rires.]

Ah ! Combien ? Vous les avez comptés? Maintenant, c’est très agréable. L’Australie est vraiment formidable pour avoir d’aussi beaux enfants que ça! Et les gens prennent soin des enfants.

La première chose que vous devez faire, c’est de vous occuper de vos enfants, cela combattra votre Swadishthan. Quelque chose vous dérange? Inquiétez-vous pour vos propres enfants, terminé! Occupez-vous-en et tout s’arrangera!

Shri Mataji (à un membre de l’assemblée): Quel est le problème, vous n’êtes pas bien? Ça va? [Shri Mataji sourit].

Vous êtes vraiment bénis, parce que vous ne subissez pas les lubies de votre Swadishthan. Vraiment, et c’est le chakra de votre pays aussi! Alors il vous mène vraiment par le bout du nez et vous fait penser, penser, penser! Ce sont surtout les Sahaja Yogis qui ont ce problème. Alors, vous devriez simplement imaginer que vous êtes assis sur votre Swadishthan. Et vous devez le chevauchez, et non pas l’inverse, d’accord? [Rires.]

Je suis si fière de vous. Les gens de ce pays (l’Australie) ont montré le chemin pour le reste du monde sur la façon d’être unis et de ne faire qu’un. C’est très surprenant. Dans d’autres pays, le problème est différent. Votre pays a un problème de Swadishthan, comme Je l’ai dit au début, mais vous autres l’avez conquis. Quand je suis arrivée la première année, j’ai remarqué que le mental de chacun était entraîné par le Swadishthan. Puis ils sont devenus silencieux et très paisibles. Et maintenant, Je suis très heureuse de voir que pour vous tous, c’est parti maintenant, ces absurdités sont terminées et rien ne vous dérange.

La racine de toutes les maladies, c’est le Swadishthan, elles viennent de là. Donc, vous devriez savoir comment ne pas vous laisser mener par le Swadishthan et ne pas continuer à cogiter, cogiter, cogiter. Ils continuent à cogiter, Je veux dire à des choses qui n’existent pas! Ils continuent de cogiter. Quand ce genre de pensée vous vient, dites-vous: « Nous ne voulons pas y penser », terminé! Je suis là pour penser pour vous! [Rires.]

Ne cogitez pas! Si vous avez un problème, faites-le moi savoir, mais ne spéculez pas. Ce que vous pouvez faire, c’est écrire ce problème et me l’envoyer. J’aimerais le connaître, d’accord?

Sahaja Yogis: Jai Shri Mataji.

Et puis, le chakra du Swadishthan est le chakra de votre pays, c’est le deuxième chakra et il se trouve ici. Et vous serez étonnés de voir que les Sahaja Yogis viennent de tous les pays, mais les Australiens ont quelque chose de spécial. Ils ont une très grande confiance en eux. Ils ne poursuivent pas de mauvaises pensées. J’ai pu le constater et Je vous en suis très reconnaissante.

Alors quelle autre chanson voulez-vous chanter? J’aimerais l’entendre.

Sahaja Yogis: « Mata, oh, Mata »

Que Dieu vous bénisse