4e Jour du Navaratri

Pune (India)

Quatrième jour de Navaratri, 13 octobre 1988, Pune, (Inde),

[La première moitié du Kavach de la Devi, a été lu hier]

[Attention, transcription non vérifiée]

Donc, nous avons fait court. Maintenant, faites juste un bandhan, c’est la même chose que le Kavach, voyez-vous. Les âmes Réalisées, si elles font un bandhan, c’est la même chose. Tout ce que vous avez dit ici est fait, hier et aujourd’hui, tout ce qui a été dit, tous ces Raksha Kari ont été faits d’un seul coup.
Mais maintenant, il faut savoir combien d’entre nous font un le bandhan avant de quitter la maison, avant de dormir ou avant de faire quelque chose d’important. Combien de personnes font leur bandhan? Vous l’oubliez très rarement. C’est très important. Avant de partir en voyage, d’aller sur la route, mieux vaut faire son bandhan. Ce n’est pas que: “Tout va bien, Mère s’occupe de nous”, ce n’est pas le sujet. Vous devez faire un bandhan avant de faire toutes ces choses.
Si vous avez un accident, sachez que vous avez fait des erreurs ou autre chose. Normalement, il ne devrait pas y avoir d’accident, cela signifie qu’il manque encore quelque chose en vous.

[Shri Mataji au sujet du Kavach de la Devi:]
Ce qui a été promis il y a longtemps par Markendaya, maintenant vous l’avez atteint. Cela, il l’a promis il y a 14 000 ans, que lorsque Mahamaya viendra, Elle fera ce travail, que cela arrivera. Nous devons prendre conscience que nous obtenons toutes les promesses tenues pour nous. Maintenant, nous avons aussi certaines promesses à faire et nous avons une question à poser: “Avons-nous accompli notre destin dans la vie ou pas?” C’est une question que nous devrions poser, et nous ne devrions pas nous perdre dans de petites choses insignifiantes. Pensez à avoir une vision plus large de vous-même, un état de détachement, aussi avec les attitudes.
Supposons qu’il y ait de l’agitation avec toutes sortes de problèmes autour, mais vous n’êtes pas, vous n’êtes pas comme une -pas au niveau de la roue mais vous êtes sur l’axe. Comme quand vous vous faites un bandhan. Cela n’a pas été tellement expliqué quand cela a été écrit car les gens n’étaient pas des Sahaja Yogis.

Sahaja Yoga a un problème, c’est que ceux qui n’ont pas fait de puja à la Devi, lu le Kavach, quoi que ce soit, vénéré, ne sont peut-être pas des gens religieux, n’ont peut-être pas vénéré autre chose ou bien n’ont peut-être pas fait de “namaj” (prière musulmane), prières et autres choses du genre, de telles personnes sont également venues à Sahaja Yoga. Des gens qui ne croyaient pas en Dieu sont venus à Sahaja Yoga. Toutes sortes de gens sont ici.
Maintenant, ceux qui ont fait toutes ces choses avec un cœur pur, pas seulement, disons, d’une faon hypocrite, ils obtiennent leur réalisation et ils n’ont pas vraiment de chakras bloqués. Sinon, ceux qui n’ont pas fait toutes ces choses, pour eux, il est important qu’ils sachent qu’ils doivent se détacher complètement. Donc, ce qui se passe, c’est qu’ils vont vers l’axe et en ressortent. Donc, si quelqu’un est un bhakta de la Devi, il a tort. Vous bloquez vos chakras très facilement.

Mais à Sahaja Yoga, nous avons fait une chose, nous avons très peu de gens de ce genre, de cette qualité. Aujourd’hui, vous pouvez dire très, très peu, je pense, pratiquement pas. La plupart d’entre eux sont entrés dans ce cercle de l’axe.

Donc, avec Sahaja Yoga, ce que nous faisons, nous construisons d’abord un sommet par lequel vous êtes au présent et ensuite vous [ ?] votre passé. D’abord le sommet. C’est pourquoi vous devez continuer à nettoyer vos fondations, vos conditionnements, votre – cette chose-ci, cette chose-là. Supposons qu’il y ait quelqu’un comme Markendaya, pas de problème.
Voilà pourquoi vous devez continuer à vous nettoyer. Il n’y avait pas d’issue, vous voyez. Comment pouvez-vous continuer à attendre que les gens nettoient leurs chakras un par un et les amener à cette position et leur donner ensuite la Réalisation? Le mieux, c’était de leur donner la Réalisation et de les laisser ensuite prendre soin d’eux-mêmes. Et ensuite vous commencez à le ressentir vous-même. “Si ce chakra se bloque, si celui-là se bloque, si cela se produit”. Ensuite, vous commencez à vous nettoyer, c’est beaucoup plus facile pour moi et beaucoup plus facile pour vous aussi. Ensuite, vous commencez à vous détacher.

Mais parfois, nous sommes bloqués aussi par d’autres personnes, c’est important. Dans mon cas, j’ai permis à mon corps d’être très libre. Je ne me protège pas du tout. Donc, tout Sahaja Yogi venant à moi qui a un problème, je l’absorbe tout simplement et je le nettoie. Je dois souffrir un peu; peu importe, car je vois ma souffrance aussi en tant que témoin. Ce n’est pas un tel problème. Mais c’est ce qu’il faut voir, comprendre, atteindre un état tel qu’on devient barométrique. Si vous trouvez des problèmes, vous êtes barométriques, vous savez quel est le problème de cette personne. Mais vous ne l’attrapez pas et ne souffrez pas: vous l’attrapez et en souffrez délibérément et vous le nettoyez.

Mais, avec Sahaja Yoga aussi, une fois qu’on a obtenu la Réalisation du Soi, on peut à nouveau s’impliquer dans le passé, car le passé n’est pas si agréable, même si cela semble inoffensif. Comme pour la puja. Maintenant, une puja aussi les gens vont en faire – une puja pour moi, oubliant que je suis là. Quand vous chantez aussi, vous chantez des louanges à mon égard et je suis assise devant vous. Cela ne se passe pas de cette façon. Vous chantez simplement parce qu’il y a de la musique. Il devrait y avoir le sentiment que vous êtes assis devant moi et que vous chantez mes louanges. Donc, l’identification est toujours là, que vous chantez des louanges à la Devi. La Devi, c’est qui? Ce pont doit être traversé. Si vous me voyez et que vous pénétrez à travers moi, c’est mieux.

Il y a un si gros blocage au mental! La religion est elle-même un gros blocage. Tout comme les jaïns, ils sont très difficiles pour Sahaja Yoga. Les jaïns, s’ils viennent à Sahaja Yoga, sont des gens très difficiles, car leur conditionnements sont très profonds. Comme Arya-Samaj [culte de l’hindouisme], le conditionnement est très profond. Aussi les bouddhistes, ils croient au “Nirakara” [au Sans forme], mais ils ne croient pas en Dieu. On devrait voir de cette façon: “Nous ne connaissons pas Bouddha et nous ne connaissons pas Mohammed; nous ne l’avons jamais vu, nous ne connaissons pas Mahavira, nous ne connaissons personne. Qui vous a donné la Réalisation? Shri Mataji! Alors, nous devons connaître les choses grâce à Shri Mataji seulement.”

Toute personne que nous devons connaître, nous devons la connaître grâce à Mère, pas par Sahaja Yoga.

Or, si vous faites l’inverse, alors vous ne réussissez pas et cela retourne au passé. Voilà le problème. Il oscille d’un côté à l’autre, de ce côté-ci, de ce côté-là, le mental oscille. Stabilisez-le et sachez ce qu’est le présent. Qui est devant toi? Qui vous a donné la Réalisation? Le problème, c’est que je suis Mahamaya. Seule Mahamaya vous donnera cela, ce qui a été déjà écrit.

Maintenant, quand Mahamaya vous donne cela – Je suis si humaine que je peux reculer, vous ne pouvez pas me distinguer. Chaque fois que vous essayez de vous rapprocher de la réalité, vous entrez simplement dans la toile de Mahamaya. Je suis tellement inhumaine. C’est le problème avec vous, mais c’est aussi la solution. Comme supposons que je sois comme n’importe laquelle de ces Déesses dont vous avez entendu parler, tout le temps avec une épée, personne ne les approcherait! Assises sur un lion, assises sur un tigre, qui les approcherait? Qui poserait des questions? Qui les expliquerait? Je dois vous conseiller. Je dois faire tellement de choses. Je dois vous dire comment je dois repérer vos problèmes. Aucune d’elles ne le ferait. Elles prendraient juste – [Shri Mataji rit]
Aucune blague, rien, aucun divertissement. Donc, c’est comme un grand gourou; voyez un musicien par exemple: s’il voit ses disciples mettre une note à côté, il les gifle tout simplement. Mais Mahamaya ne peut pas faire cela.
A part cela, rien n’est toléré. Ils sont intolérables aux dieux et aux déesses. Ils sont tous en moi. Je sais qu’ils sont là. Je les contrôle parce que je suis Mahamaya, donc je les contrôle. Je dis: “Maintenant, voyez que tout va fonctionner”. Dans les deux sens, mais je suis si proche et plus Je suis proche de vous, pire c’est pour vous.
Par exemple, mes propres enfants ne m’accepteront, mes petits-enfants ne m’accepteront pas facilement, mon mari ne m’acceptera pas, ma famille ne m’acceptera pas. S’ils m’acceptent sous ma forme complète, alors ce sont des gens vraiment très éminents.
D’une certaine manière, c’est bien aussi, car supposons que toute la famille soit avec moi, alors (les gens) penseraient que J’ai monté une organisation ou quelque chose de ce style.

Donc, c’est bien qu’ils soient tenus à l’écart, aussi longtemps que c’est possible. Ce n’est pas difficile. Je pense que le temps est venu pour chacun d’eux de faire le pas. Mais pourtant, maintenant que Je me suis établie, vous savez tous que Je ne favorise pas ma famille, comme Je le fais des vibrations.
Tous les livres (sacrés) ont parlé de Sahaja Yoga. Mais nous devons donner aux religions leur véritable forme, leur forme pure. C’est le travail qu’il faut accomplir: donner aux religions leur forme la plus pure et ne pas y adhérer, quel que soit l’aspect que les êtres humains leur ont donné.
Ces religions n’ont pas été créées par les êtres humains, mais par des Incarnations.

Mais les êtres humains les ont rendues artificielles, ils ont fait toutes sortes d’absurdités en leur nom.
Nous devons nous rappeler ces religions dans leur forme véritable et pure. Elles doivent être respectées et elles sont toutes les mêmes. Si vous en arrivez à leur forme véritable, elles sont toutes les mêmes, comme les différents pétales d’une fleur.
Elles n’ont peut-être pas la même apparence, mais l’ensemble forme une fleur.